Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La musique à France Culture    Page 2 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La musique à France Culture - le Dim 07 Nov 2010, 18:05

Rappel du premier message :

Un samedi après-midi d’automne. Vous hésitez entre passer l’aspirateur ou commencer à relire votre collec’ complète reliée de Bibi Fricotin. Absolument incapable de prendre une décision énergique vous vous affalez dans le sofa… Quelques grésillements électriques vous tirent à peine de votre léthargie. Une micro-coupure a stoppé net le ronron ronronnant d’une radio qui semblait enfiler les perles. Mais vous n’écoutiez pas. Trop brouillon. Trop braillard. Trop salmigondis.

Vous appuyez machinalement sur la télécommande de votre récepteur sans autre but que d’installer une présence. Ça parle et ça se superpose à trois voix. Ça vous parvient comme au café du commerce. Manque que l’entrechoquement des tasses et des verres. Vous ne pouvez fixer votre attention quand, pourtant très loin, vous semblez reconnaître une voix masculine assez caractéristique. Mais c’est quoi cette radio ? L’écran indique 94.2. Pas question de chercher à quoi correspond cette fréquence… Vous laissez filer, un peu plus attentif à ce qui ressemble à une discussion autour du rock français.

La voix qui vous semble familière se précise. Vous avancez à voix basse quelques noms. Vous corrigez. Quand comme frappé par la foudre vous criez « Philippe Manœuvre » ! Mais c’est quoi cette radio ? Philippe Manœuvre un samedi après-midi ! RTL ? Europin ? Chérie FM ? France Impair ? Inimitable Ph. Manœuvre adolescent définitif et auto-proclamé rock-critic ! Ce qui ressemble à un autre spécialiste de la culture rock intervient moins et vous n’en reconnaissez pas la voix même si ce qu’il dit semble pertinent et étayé.

Mais c’est quoi cette radio ? Et qui donc pose ces questions plates, faciles, banales en feuilletant le livre que le dit Manœuvre vient de publier ? Et qui, se croyant sans nul doute au fait de la chose rock, cite comme une mécanique sans âme les-noms-des-groupes-français-dont-il-achetait-les-vinyls-quand-il-était-jeune ? Ceci ânnoné avec autant de conviction que la lecture du nom des saints du calendrier des postes.

Il est 16h55. Mais c’est quoi cette radio ? Un dernier morceau de musique et vous guettez la désannonce. Vous avez à peine eu le temps d’entendre les noms d’une équipe pléthorique (tout ça pour faire ça !) qu’un jingle vous remet les esprits en place : «… la belle équipe de Radio Libre, tout de suite votre après-midi se poursuit sur France Culture… ».

Vous en laissez choir votre tasse de thé, vous pestez contre la recherche aléatoire de votre télécommande, vous pestez contre le service public qui a fourgué les bandes d’Inter à Culture, vous pestez de n’avoir pas passé l’aspirateur (au moins votre carrée serait proprette !!), vous pestez contre Laporte (et oui c’était lui l’animateur de l’émission, vous avez vérifié sur le site de la radio). Ça vous démange ! Cette fois-ci vous allez écrire à la Directrice des Programmes d’Inter (1) pour qu’elle se garde Laporte pour qu’enfin vous retrouviez le Bon Plaisir de vos samedis après-midi voluptueux.

(1) Laurence Bloch, ex-directrice adjointe de FC qui a fréquenté A.L. du Pays d’Ici jusqu’à Tout arrive,
* * *

11
Répondre en citant  
Re: La musique à France Culture - le Sam 13 Nov 2010, 20:14

Black and Blue, + de 30 ans d'Alain Gerber, classe, culture, talent ! Bingo

12
Répondre en citant  
Re: La musique à France Culture - le Sam 13 Nov 2010, 20:31

-



post effacé dimanche 14 dans la soirée par son auteur

_________________
Martin
Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

13
Répondre en citant  
Re: La musique à France Culture - le Sam 13 Nov 2010, 21:56

@Martin a écrit: et puis soudain ce magique "Surpris par .... la nuit", dont le titre, dit avec un rythme si particulier illustrant la surprise qu'il annonce !
Nous sommes sûrement comme vous des dizaines d'auditeurs qui avons des souvenirs très précis, accros aux détails pour qui une émission, une voix, un sujet se fixent sur un moment inoubliable, à cause aussi de la qualité du "climat radio" et de l'ambiance qu'il crée. Veinstein a ciselé son annonce de titre et son générique nous plongeait dedans chaque soir, renouvelait une émotion particulière et de vrais surprises. On s'installait dans une certaine volupté. C'était magique.

14
Répondre en citant  
Re: La musique à France Culture - le Dim 14 Nov 2010, 23:05

Puis-je tenter chers administrateurs un chemin de traverse ? C'est pas si loin c'est sur F.Mu' le dimanche soir à 22h (Subjectif 21.Michka Assayas) c'est aussi précis que B&B de Gerber, c'est très souvent du rock, du blues et c'est renseigné aux petits oignons… (Donc les carabistouilles du sam'di aprem enfoncées profond aux oubliettes),…

15
Répondre en citant  
Le feuilleton : Jimi & Jeanne-Martine un blues électrique déchirant - le Mer 05 Jan 2011, 23:46

C'était juste avant le solstice, ce vingt décembre de deux mille dix, les rois mages s'étaient mis en marche. Les rois mages : John (Lennon), Bob (Marley) & Marvin (Gaye). Leur étoile au firmament : Jimi Hendrix. Dans leur sillage une conteuse-musicienne : Jeanne-Martine Vacher qui reprend son feuilleton de 2008 et tisse en 15 épisodes le parcours fulgurant de la comète Jimi. On touche à la grâce d'un texte ciselé, déchirant, une longue complainte, un blues électrique et ce jeu mêlé de la musique et du texte dans un mixage d'orfèvre touche à une excellence magnifique. Une véritable étoile radiophonique. Rare si rare.

16
Répondre en citant  
De la variété avant toute chose - le Mar 15 Déc 2015, 21:42

La musique à France Culture, c'est surtout un accompagnement, une ambiance ou un faire-valoir. Ou pour reprendre la citation de la fin de la chronique ci-dessous faire en sorte que l'auditeur se sente  « comme un adolescent ».  

Exemple, donc, La Revue musicale de Matthieu Conquet, une des chroniques des Matins qui donnent le tempo à la station, voire son identité (c'était en tous les cas ce que pensait le directeur Olivier Poivre d'Arvor et son adjointe qui l'a remplacé en août dernier).

La culture dite musicale ce matin à France Culture, c'était donc Catherine Lara, Balavoine, Chamfort. Ce dernier, bien que toujours nommé avec son prénom, ne risque pas d'être confondu ici avec le moraliste français du XVIIIe siècle, l'auditeur formaté par la matinale ne le connaissant pas...

Au mois de décembre pour l'instant, Matthieu Conquet a consacré sa chronique à deux sujets classiques, en novembre à trois. Il est vrai, France Musique est là pour les amateurs.  Mais pour ce que propose Conquet, n'y a-t-il pas le Mouv', France Inter, et puis RTL et NRJ ? Ou Radio Nova où l'on espère retrouver Mathilde Serrell un jour ? Curieusement, Conquet a fait de la publicité le 12 novembre pour un groupe dont la notoriété s'est accrue le lendemain soir.

Cette chronique n'est que de la promotion de CD ou de concerts, est-elle bien utile ?

17
Répondre en citant  
Un compositeur étudié sous toutes les coutures en 1970 - le Ven 18 Déc 2015, 00:12

Tiens, sur sa page d'accueil France Culture fait la promotion de 10 émissions érudites de 50 minutes sur Beethoven La musique est une révélation plus haute que toute sagesse et toute philosophie.”. Les rediffusions de 1970 ont été  proposées dans les Nuits en juillet et août 2015 (et aussi les années précédentes, si mes souvenirs sont bons, Nessie en ayant souligné la présence dans le fil des Nuits).

Voilà qui nous change de Catherine Lara, Balavoine et Alain Chamfort dont les compil' ont été promues récemment par Matthieu Conquet. Cela nous change aussi de Culture Musique qui s'intéresse cette semaine à « quatre inventeurs de fêtes géantes ». Des émissions d'ambiance, pas prise de tête... Pour la Folle Journée de Nantes, l'émission de 54 minutes indique 12 pièces diffusées (des extraits évidemment). Avec les commentaires, la musique se range dans des cases à chanson de 3'30, sinon ce n'est pas la peine ! Que voulez-vous, au-delà, l'auditeur jeune  - moins de 35 ans - retourne sur Radio Nova pour voir si Serrell y est.

Au fait, quand j'écrivais France Culture, je voulais dire Philippe Garbit qui réussit plus fréquemment qu'auparavant à signaler la diffusion d'archives en page d'accueil. Bravo et merci à lui et à son équipe (n' y a-t-il pas une place au service de recherche pour Christine Goémé ? Faut-il absolument qu'elle présente avec ce ton et cette élocution les émissions d'archives ? ).

18
Répondre en citant  
Maria Yudina, remarque n°1 - le Dim 27 Déc 2015, 19:55

La pianiste Maria Yudina a été programmée dans l'émission Culture Musique du 21 décembre dernier. On y entend sous ses doigts une Variation Goldberg [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s52/NET_FC_8b4a6f19-cb49-4b84-9171-dbc8ce114c9c.mp3" debut="10:06" fin="11:52"]

Cette oeuvre est disponible en CD chez Melodiya. On trouve aussi, chez Brilliant Classics, un coffret de 8 CD qui regroupe les enregistrements les plus marquants de la pianiste russe.

Pour ce qui concerne l'émission même, ce numéro mérite une attention de la part de qui veut comprendre, si ce n'est déjà fait, l'esprit dans lequel  la culture est envisagée aussi bien sur l'antenne de FC que dans la plupart des médias. Un matériau représentatif et intéressant pour tracer une histoire des mentalités du début du XXIe siècle en France. Extraits sonores à suivre.

19
Répondre en citant  
Maria Yudina, remarque 2 - le Dim 27 Déc 2015, 20:45

@Philaunet a écrit:La pianiste Maria Yudina a été programmée dans l'émission Culture Musique du 21 décembre dernier. On y entend sous ses doigts une Variation Goldberg [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s52/NET_FC_8b4a6f19-cb49-4b84-9171-dbc8ce114c9c.mp3" debut="10:06" fin="11:52"]

Parmi les « 526 interprétations des Goldberg », celle de Maria Yudina est du grand art. Je ne vais pas enchaîner les superlatifs, disons que c'est le haut du panier.

C'est un certain Arthur Dreyfus qui a présenté la série de la semaine intitulée La musique du bonheur, le bonheur en musiques. Je me pencherai sur son cas dans un billet à suivre.

Il présente ainsi la pianiste russe avant de lancer la variation Goldberg dont l'extrait est donné dans le post précédent : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s52/NET_FC_8b4a6f19-cb49-4b84-9171-dbc8ce114c9c.mp3" debut="09:30" fin="10:06"]

20
Répondre en citant  
Arthur Dreyfus (1) - le Lun 28 Déc 2015, 12:55

Arthur Dreyfus présentait le 21 décembre dans le cadre de Culture Musique le premier numéro de La musique du bonheur, le bonheur en musiques (cf. les deux précédents posts).

Tout le monde s'en fiche, à juste titre.

Qui est Arthur Dreyfus ? Un représentant de cette tranche d'âge idolâtrée par France Culture, Télérama et autres, les 28-35 ans, dont chacun sait qu'ils ont une sagesse consommée de l'existence, une culture, un art de vivre et des valeurs exemplaires pour le reste du monde (voir les Marie Richeux, Mathilde Serrell, etc, sur FC, Nathalie Piolé, Emiliy Munéra, etc, sur Musique).

Télérama a consacré le 29 11 un portrait à ce jeune homme de 29 ans Arthur Dreyfus, écrivain dont les propos doivent enchanter le lectorat du magazine. Il n'est pas loin de trouver inouï le fait de marcher dans la rue et de prendre le métro après les attentats du 13 11 15, un peu comme siroter une bière en terrasse a semblé à d'autres un acte de résistance au terrorisme...

En juillet 2014 Le Monde faisait un portrait plus circonstancié (Arthur Dreyfus, artiste multifonction) de celui qui a  « publié Le Livre qui rend heureux (Flammarion, 2011), un ensemble de « miscellanées » autour du bonheur ; et l’émission quotidienne qu’il animait cette année sur France Inter s’appelait « Encore heureux ». C'est dire s'il était l'homme idéal pour cette série de Noël !

On n'a pas non plus affaire à un bleu au micro après quatre ans d'activité à France Inter, À propos, je note que nous avons un petit problème d'identité des chaînes à Radio France, à moins que ce ne soit l'idée "No border" qui dépasse la politique de la radio publique. France Inter vers France Culture comme ici et avant lui, Ali Rebeihi, ; France Culture vers France Inter (où Adler invitait Finkielkraut il y a quelques jours) ; France Inter vers France Musique (cf. Nathalie Piolé, l'aller et retour de Lodéon) ; France Musique vers France Inter (Zygel). On nommera cela des passerelles... Qui fait quoi, exactement, on ne sait plus. Il y en a même pour réclamer des chansons, des chansons, des chansons, sur France Musique (Barbara, sans doute,  puisque Dreyfus, nous confirmant le statut d'icône de la chanteuse,  dit que « Barbara, c'est sacré »), comme si d'autres stations de la radio publique n'en diffusaient pas... Un jour, au supermarché, on trouvera des olives au rayon laitages et des tomates en boîtes au rayon café, des fois qu'on ne saurait où aller les chercher ou qu'on oublie qu'elles existent.  

Je me suis égaré. Le Monde écrit : « Sa voix et son débit évoquent un acteur des années 1960 – le Jean-Pierre Léaud, de Baisers volés (1968), disons. ».  Ah ? Je n'ai pas eu cette impression, tant mon attention a été captée par la prosodie qui donne envie d'envoyer une paire de claques au bavard. Eh, Arthur Dreyfus, t'es pas à France Info ! T'es pas obligé de ahaner sur la syllabe initiale de chaque mot pendant des plombes. Près de quatre minutes de laïus pour une  introduction qui montre qu'Arthur Dreyfus aime user et abuser de la parole : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s52/NET_FC_8b4a6f19-cb49-4b84-9171-dbc8ce114c9c.mp3" debut="01:06" fin="04:48"]
On notera, en plus du ton enjôleur du post-ado (il a dû prendre des cours chez Enthoven), la musiquette très « France Inter de 10 h du matin » en fond sonore.

21
Répondre en citant  
Arthur Dreyfus (2) - le Mar 29 Déc 2015, 14:28

Vous savez tout ou presque sur Arthur Dreyfus avec la contribution précédente et les liens vers la presse « « « culturelle » » ».

L'émission La musique du bonheur, le bonheur en musiques a des qualités. Elle n'est pas pour les mélomanes avertis (qui iront sur France Musique), elle s'adresse au public visé par la direction de la chaîne : les jeunes adultes qui n'ont pas de culture musicale. Peut-être ceux-ci auront entendu qu'Arthur Dreyfus parle d'amour et de bonheur (sur le un ton guimauvien, mais on n'attire pas les mouches avec du vinaigre) et qu'ils tenteront l'écoute de cette série. Là, ils seront peut-être touchés par un tube de 3'00 extrait d'une oeuvre* d'une heure ou davantage (Messe en si ; Clavier bien tempéré, etc) et auront envie d'en écouter davantage quand par hasard ils tomberont sur un CD ou une vidéo sur Youtube.  C'est sans doute là le pari de Garrigou-Lagrange avec cette première émission. Pourquoi pas. À moins que ce ne soit pour donner le change et justifier toute la médiocrité proposée depuis des semaines dans cette case horaire. Mais prêtons de bonnes intentions à la chaîne (trêve des confiseurs oblige) et recommandons cette émission aux jeunes (et moins jeunes) qui ont bien d'autres choses dans leur casque que la sélection reproduite ci-dessous (Libération avait fait une série « T'as quoi dans ton casque » interrogeant des personnes dans la rue : je n'ai jamais lu que quiconque écoutait un podcast de France Culture ou France Musique...).

Vu le programme des émissions 2, 3, et 4, et la voix ridiculement enjôleuse du présentateur au français martelé, je ne sais pas si je vais poursuivre. Peut-être est-ce à destination des personnes ne connaissant pas la musique mainstream ?

Au fait, Arthur Dreyfus glisse de temps en temps des paroles à la Paulo Coelho ou autre mage moderne. On peut en sourire ou trouver cela bien vu (voir l'enchaînement pièces 5, 6 et 7) : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s52/NET_FC_8b4a6f19-cb49-4b84-9171-dbc8ce114c9c.mp3" debut="23:35" fin="25:19"]

PS Lire le commentaire d'un auditeur érudit sur la page de l'émission. On se dit que France Culture ne mérite pas certains auditeurs parfois... ou en tous les cas que les plus savants ne sont pas du côté de la radio culturelle.

* Playlist du bonheur:
1/ Jean-Sebastien Bach: Messe in H-molle BWV 232 : IV. Gloria in Excelsis, dirigé par Marc Minkowski album Messe en si (Naïve)
2/ Glenn Gould: Prélude et fugue No. 2 en C Mineur, Glenn Gould joue Bach :Clavier bien tempéré (Sony)
3/ Maria Yudina: Godlberg Variations BWV 998, Album Les Variations Goldberg (Melodiya)
4/ Jean-Philippe Rameau: Les Indes Galantes, interprété par Patricia Petibon sur l’album Nouveau Monde (Deutsche Grammophon/ Universal)
5/ George Frideric Handel : Serse: Aria “Ombra Mai Fù” Acte I, Scène I, interprété par Andreas Scholl sur l’Album Ombra Mai Fù (London)
6/ Fairuz: Wa Habibi, Album Chants sacrés (Annajm)
7/ Hans Bloemendal: Meloch Alkol Haloam, Album Chants sacrés juifs (MLP)
8/ Barbara: Attendez que ma joie revienne, Album Une femme qui chante (Harmonia Mundi)
9/ Thelonious Monk Septet: Abide with me, Album Monk’s Music (Universal Music)
10/ Mozart interprété par Igor Knipis: Fantasia with Two Pianos on Mozart Variations: “Ah! Je vous dirais Maman” Album Mozart on the 1793 Fortepiano (Music and Arts Programs of America)
11/ Mozart interprété par Cecilia Bartoli: Exsultate, Jubilate, Album A Hymn for the World (Deutsche Grammophon)
12/ Fred Viola: The Turn, Album The Turn (Because Music)
13/ Kurt Weill et Teresa Stratas: Youkali Tango from Marie Galante, Album September Songs (Sony)
14/ François de Roubaix: Bande originale du film Où est passé Tom? De José Giovanni en 1971

La musique à France Culture     Page 2 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum