Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Web & médias » Journalisme et médias

Journalisme et médias    Page 1 sur 1

Bas de page ↓   

1
Répondre en citant  
Journalisme et médias - le Dim 14 Nov 2010, 23:20

NOTA BENE : les fils liés au sujet : Les journaux et la rédaction de FC ; Le magazine de la rédaction ; Les matins de France Culture ; Médias, la fabrique de l'opinion ; Le paradigme idéologique de France Culture ; Hubert Huertas à la campagne ; Médias, Ukraine et propagande.... ; Israël/Palestine: la limite à la liberté d'expression? France Culture censure t-elle ?

******************************

"Les assises du journalisme - Jérôme Bouvier"

Le titre est franchement mal choisi :
il n'y a qu'un pas ou un glissement
et c'est "Le journalisme aux assises".

La rédaction de France Culture n'est
qu'un exemple de la dégringolade de
l'info, remplacée par un spectacle
bas-de-gamme qu'organisent des gens
soit incultes, soit pressurés, soit
cyniques, soit un peu de tout ça...

Dans quelques jours, du 16 au 18,
à Strasbourg se tiendront les dites
Assises du journalisme, sur le thème :
Les médias font ils de l'info ou du bruit ??

Notre fil "Les journaux de FC"
répond clairement qu'il y trop
de bruit et pas assez d'info.

Alors Jérôme Bouvier, esprit et âme
de cette manifestation, va-t-il enfin
ouvrir les yeux sur la parodie d'info
que nous sert France Culture ?
On n'ose pas y croire...

Rendez-vous dans ce fil et sur leur site
pour faire la part de l'auto-satisfaction
et de l'auto-critique, de la langue-de-bois
professionnelle et de la langue-de-boeuf
culinaire qui sera servie aux repas...

Voir le profil de l'utilisateur

2
Répondre en citant  
Jérôme Bouvier, à propos d'iTélé - le Dim 06 Nov 2016, 15:21

En novembre... 2010
Nessie(http://www.regardfc.com/t263-le-journalisme-et-les-medias#5777) a écrit: (...)
Dans quelques jours, du 16 au 18,
à Strasbourg se tiendront les dites
Assises du journalisme, sur le thème :
Les médias font ils de l'info ou du bruit ??

Notre fil "Les journaux de FC"
répond clairement qu'il y trop
de bruit et pas assez d'info.

Alors Jérôme Bouvier, esprit et âme
de cette manifestation, va-t-il enfin
ouvrir les yeux sur la parodie d'info
que nous sert France Culture ?
On n'ose pas y croire...
(...)
En novembre 2016, l'ex-journaliste de France Culture est toujours aussi inspiré : "jamais rien n'empêchera un propriétaire de média de dire j'en fais ce que je veux parce que c'est à moi", explique Jérôme Bouvier, secrétaire général de l'association Journalisme et citoyenneté, qui organise chaque année les Assises du journalisme, "de la même façon que le code pénal n'empêche pas les meurtres, aucun texte ne prévient les mauvaises actions" : Les médias sont démunis face à un patron interventionniste

On aime assez le parallèle entre "intervenir dans un contenu éditorial" et "meurtres"...

Plus généralement, et cela devrait intéresser notre contributeur munstead, le terme "l'actionnaire" est en passe de devenir une dénomination injurieuse.  

"(...) si le CSA peut exercer des pressions, ''le premier moyen de se défendre quand on est journaliste, c'est encore la lutte collective, le droit de grève pour faire plier l'actionnaire'', explique Jérôme Bouvier."

Sans prendre parti dans cette affaire, je m'interroge sur la logique de Jérôme Bouvier : est-il interdit de créer son organe de presse avec des collègues lorsque l'emploi que l'on occupe dans un média privé ne satisfait plus à ses exigences éthiques ? Est-ce le rôle de certains employés de dicter à leur employeur le type de structure de son entreprise et la direction à lui donner ?

Maxime Tellier a ajouté deux liens en bas du "reportage". L'un remonte à octobre 2012 : les Assises de J. Bouvier sur le thème "Les journalistes oublieraient-ils leur déontologie ?" ; l'autre "Qu'est-ce qu'être journaliste ?" d'octobre 2014 où l'on appréciera la photo en gros plan en haut de page de la carte de presse de ce phare du journalisme à France Culture, Éric Chaverou (voir ce nom dans le fenêtre de recherche).

Voir aussi les sujets liés dans le message initial de ce fil.

Voir le profil de l'utilisateur

3
Répondre en citant  
Jérôme Bouvier ment ou se trompe, en tous cas il vous trompe, lecteurs.... - le Sam 12 Nov 2016, 11:34

@Philaunet a écrit:"jamais rien n'empêchera un propriétaire de média de dire j'en fais ce que je veux parce que c'est à moi", explique Jérôme Bouvier, secrétaire général de l'association Journalisme et citoyenneté, qui organise chaque année les Assises du journalisme, "de la même façon que le code pénal n'empêche pas les meurtres, aucun texte ne prévient les mauvaises actions" : Les médias sont démunis face à un patron interventionniste

On aime assez le parallèle entre "intervenir dans un contenu éditorial" et "meurtres"...

Plus généralement, et cela devrait intéresser notre contributeur munstead, le terme "l'actionnaire" est en passe de devenir une dénomination injurieuse.  

"(...) si le CSA peut exercer des pressions, ''le premier moyen de se défendre quand on est journaliste, c'est encore la lutte collective, le droit de grève pour faire plier l'actionnaire'', explique Jérôme Bouvier."

Sans prendre parti dans cette affaire, je m'interroge sur la logique de Jérôme Bouvier : est-il interdit de créer son organe de presse avec des collègues lorsque l'emploi que l'on occupe dans un média privé ne satisfait plus à ses exigences éthiques ? Est-ce le rôle de certains employés de dicter à leur employeur le type de structure de son entreprise et la direction à lui donner ?

Maxime Tellier a ajouté deux liens en bas du "reportage". L'un remonte à octobre 2012 : les Assises de J. Bouvier sur le thème "Les journalistes oublieraient-ils leur déontologie ?" ; l'autre "Qu'est-ce qu'être journaliste ?" d'octobre 2014 où l'on appréciera la photo en gros plan en haut de page de la carte de presse de ce phare du journalisme à France Culture, Éric Chaverou (voir ce nom dans le fenêtre de recherche).

Voir aussi les sujets liés dans le message initial de ce fil.

Tout à fait amusantes sont ces leçons de déontologie. Le dommage est que cette déclaration de Jérôme Bouvier est simplement erronée : il existe des structures et des modes d'organisation qui mettent la rédaction à l'abri de l'interventionnisme du financeur. Pierre Bergé l'a appris à ses dépens (au sens propre du terme) quand il s'est vu opposer une fin de non-recevoir par la société des rédacteurs du Monde. Après quoi il a commenté amèrement l'événement, et a explicitement déclaré son regret de ne pouvoir intervenir pour censurer un propos qu'il réprouve.

Cette focalisation sur l'indépendance est un tour de passe-passe : l'illusionniste attire notre attention loin de ses propres manipulations. Une structure protégeant la rédaction des caprices de l'actionnaire (le risque est réel) ne pourra certainement pas régler le problème général de l'information dans les années que nous traversons : une fois établie la fameuse indépendance des médias vis-à-vis de ses actionnaires et même d'un actionnaire dominant, l'indépendance idéologique de la rédaction n'est pas pour autant assurée, de là les déclarations vertueuses d'un Jérôme Bouvier ne sont que pièges à naïfs.

Quoiqu'étant indubitablement un grand nom de la profession et tout sauf un naïf, Bouvier en bon militant intervient ici avant tout en manipulateur avec un propos doublement mensonger : primo, les obstacles à l'honnêteté journalistique ne viennent pas plus du financier que du directeur de publication et de ses porte-flingues (rédac-chef & chefs de service), l'indépendance vis-à-vis de l'actionnaire étant chose possible pour peu qu'on s'en donne les moyens ; secundo, lui-même en chapeautant l'info à France Culture a montré que l'intoxication du public est chose aisée même en toute indépendance  : il suffit de confier l'information à des militants idéologues plus soucieux de réformer la société que d'accomplir leur mission d'information dans le respect de l'éthique du métier.


_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.
Voir le profil de l'utilisateur

4
Répondre en citant  
N'importe qui sauf K. - le Mer 25 Juil 2018, 15:44

Un scandale d'État ou une pause-détente pour des journalistes en mal d'information passé le climax footbalistique, c'est selon, l' «affaire » Benalla a donné lieu à ce commentaire de Patrick Strzoda repéré par le site Internet du Huffington Post. Interrogé sur la fonction occupé par le dit agent de sécurité du premier cercle présidentiel, il répond :

Le chef de cabinet a auprès de lui des personnes qui l'assistent dans ses missions. Parmi ses personnes, il y a un chef adjoint de cabinet qui lui fait l'objet d'une nomination publiée au Journal Officiel.
(...) Les autres personnes sont des adjoints au chef de cabinet qui sont sous l'autorité à la fois du chef de cabinet et du chef adjoint de cabinet et dont la nomination ne fait pas l'objet d'une publication au Journal Officiel.



Avez-vous saisi la nuance entre le chef adjoint et les adjoints au chef ?

Pour (ne pas) connaître qui fait quoi, quelle est l'importance de qui, son pouvoir effectif ou supposé, ceux qui savent et les autres, relisons Kafka dans Le château, page 505, édition Folio :

Vous n'êtes pas sans savoir que Bürgel est le secrétaire de Frédéric, l'un des fonctionnaires du Château ; et que l'étoile de Frédéric a bien pâli dans ces dernières années. Pourquoi ? J'en sais assez long là-dessus ; mais c'est une autre histoire. Ce qui est certain, en tout cas, c'est que, sur l'agenda de Frédéric, on trouverait aujourd'hui plus de blancs que de rendez-vous, et comme Bürgel n'est même pas le premier secrétaire de Frédéric, mais l'un de ceux du plus bas échelon, vous jugerez de son insignifiance ! N'importe qui s'en apercevrait ! N'importe qui sauf K.

Voir le profil de l'utilisateur

5
Répondre en citant  
Re: Journalisme et médias - le Mer 25 Juil 2018, 18:43

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t263-journalisme-et-medias#30917) a écrit:Un scandale d'État ou une pause-détente pour des journalistes en mal d'information passé le climax footbalistique, c'est selon, l' «affaire » Benalla a donné lieu à ce commentaire de Patrick Strzoda repéré par le site Internet du Huffington Post. (...)
Sur ce dernier site (et un clic de plus !) on peut lire : "L'affaire Benalla offre des records d'audience à LCP et franceinfo".

N'est-ce pas là l'essentiel et la raison du ramdam ? Tous les journaux en ligne, les télés, les radios se frottent les mains, France Culture y compris. Et Regards sur France Culture ? Dès qu'un post apparaît dans le fil "Journaux", 30 lecteurs se connectent. Quand il s'agit d'une œuvre d'art radiophonique, rien ne bouge. Il est apparemment difficile de résister à la tentation d'"en être". Le Monde écrit "Revivez la journée d'auditions", c'est un peu comme pour la finale de la Coupe ou  l'échappée dans une étape du Tour.

Le genre littéraire le plus prisé ? Le roman noir ou roman policier. En anglais, "thriller", en allemand "Krimi" (la radio d'outre-Rhin SWR 2 propose une case fiction hebdomadaire chroniquée dans Die Krimi-Kolumne et rien n'intéresse plus que les criminologues, ex. Kriminalpsychologe Thomas Müller). Voir aussi le succès des romans noirs islandais (et autres). Il y a un plaisir intrinsèque à suivre une intrigue complexe à rebondissements avec des (apparemment) bons et des méchants (qui ne le sont peut-être pas tant que ça). Des études approfondies suggèrent des phénomènes comme la purgation des passions collectives et l'expérience par procuration de la violence dans un monde sûr. De toute façon, rien de nouveau, sauf les moyens techniques de diffusion et de réception (ainsi que l'accroissement du temps de loisir) qui exacerbent, voire créent tout court, les passions.

Concernant le point central du post, "Chef adjoint de cabinet ≠ Adjoint au Chef de cabinet", il me fait penser aux quatre posts de Nessie dont le premier se nommait Le complexe du complexe du lundi 24 novembre 2014.

Incidemment, la complexité n'a pas le vent en poupe, notamment à France Culture, qui aime tant diviser le monde entre bons et méchants, justes et salauds (h, pas f), etc. La faute à ?... "pas le temps" et à "pas la force" (de peser et de penser).

À part ça, bravo pour le parallèle avec le passage du "Château" de Kafka. 

Voir le profil de l'utilisateur

6
Répondre en citant  
Re: Journalisme et médias - le Dim 12 Aoû 2018, 12:20

Où l'on voit que France Culture est devenue un media comme un autre :

Voir le profil de l'utilisateur

7
Répondre en citant  
Offre spéciale ce WE - le Sam 20 Oct 2018, 17:25

On peut aussi profiter ce week-end d'un accès gratuit à Mediapart (en raison des 10 ans de ce site) pour mieux connaître ce média indépendant et sans publicité :  Médiapart gratuit

Voir le profil de l'utilisateur

8
Répondre en citant  
Les nouveaux saints - le Sam 20 Oct 2018, 19:42

C'est beau de lire ça quand on entend les journaux partisans de France Culture :

Dans un communiqué, la Société des journalistes de Radio France a condamné les attaques de Jean-Luc Mélenchon. « Les journalistes de Radio France ont chevillé* au corps la conviction que dans leurs radios de service public le traitement de l'information ne fait l'objet d'aucune approche partisane, de censure ni d'autocensure. »

Radio France porte plainte contre Jean-Luc Mélenchon

* Correctement orthographié "chevillée" dans le texte original où l'on ne sait pas (il faut les excuser, ils ne sont que journalistes) que l'abréviation de "Monsieur" en français est "M." et non "Mr". On lit aussi "il y’a" et "dans de formats plus larges" et "Que répondre à tels propos ?"

Une lettre ouverte écrite par des journalistes sans relecture, cela prête à rire.

Encore plus drôle est la citation de fin de courrier :

« La liberté d’opinion est une farce si l’information sur les faits n’est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l’objet du débat ». Hannah Arendt.

"Les faits" ? Peut-on s'interroger sur leur sélection, sur le temps qui leur est consacré, sur le ton et le débit avec lesquels ils sont présentés, leur relation avec les informations qui les précèdent et qui suivent ? L'information honnête passe par bien des critères que cette citation très imparfaite ne prend pas en compte. Le fil  Les journaux et la rédaction de FC (767 billets) est gracieusement mis à disposition de la Rédaction en vue d'une saine réflexion sur la déontologie.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


9
Répondre en citant  
Re: Journalisme et médias -

Journalisme et médias     Page 1 sur 1

Haut de page ↑   

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum