Annonce : Un défaut a eu lieu récemment sur le système de vérification des messages, empêchant les utilisateurs non-inscrits de contribuer. Ce défaut est maintenant corrigé, il n'est plus nécessaire d'être inscrit pour participer.

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

France Culture communique    Page 7 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
France Culture communique - le Jeu 16 Déc 2010, 21:34

Rappel du premier message :

France Culture communique : voici les visuels de sa campagne de pub 2011. Perplexitude, hilarité involontaire, désolation... Que dire? On dirait qu'il suffit d'associer un jeu de mots visuel vaseux avec une expression pour contenter le service com'. C'est moins idiot et contreproductif que les fameux "brillez aux dîners en ville", mais tout de même... Il n'y a plus la poésie ou l'évocation utilisées pour les campagnes des décennies précédentes. C'est d'une grande pauvreté. Quelle image de la station, tout de même!















Cette campagne est un véritable un appel solennel à la parodie.
* * *

61
Répondre en citant  
Re: France Culture communique - le Mar 28 Juin 2016, 21:30

Quelques précisions supplémentaires sur la rentrée 2016/2017 dans cet entretien de Sandrine Treiner par Laurence Le Saux, publié sur le site de Télérama le 28 juin 2016.

La patronne de France Culture revient sur les principales modifications de la grille de rentrée, dont la création d'une tranche 6h-7h le matin.

A la tête de France Culture depuis août 2015, Sandrine Treiner vient d’élaborer sa première grille de rentrée pleinement assumée – la précédente avait été grandement imaginée par son prédécesseur, Olivier Poivre d’Arvor. Elle qui se félicite de puiser dans « les forces vives de l’antenne, sans entrer dans le jeu du mercato radio » détaille les principaux changements prévus pour septembre.

Laurence Le Saux : Quelle ligne souhaitez-vous impulser à la rentrée ?

Sandrine Treiner : Il m’aura fallu du temps pour mettre à exécution mon leitmotiv : rendre la grille cohérente, équilibrée. Cette cohérence passe, par exemple, par le changement de la tranche quotidienne à 16 heures : les émissions tournantes [Continent sciences, Révolutions médicales, Planète Terre, La marche des sciences et Science publique, ndlr] sont remplacées par La méthode scientifique, de Nicolas Martin.

Quelle politique pour le documentaire ?

Sur les docks devient La série documentaire, coordonnée par Perrine Kervran. Un même sujet sera creusé du lundi au jeudi à 17 heures, par exemple la déradicalisation, l’économie sociale et solidaire, les frontières ou la psychanalyse. Le dimanche, Villes-mondes cède la place à un récit documentaire singulier – en cinq ans, nous avions fait le tour des capitales… Les pieds sur terre, eux, continuent leur développement autour d’histoires particulières.

Quels changements pour Les matins, entre 6h30 et 9h ?

La tranche est remaniée : Emilie Chaudet va créer un 6h-7h – il semble plus logique de démarrer à cette heure, plutôt qu’à 6h30. Tewfik Hakem y mènera un grand entretien, et l’on y entendra les chroniques quotidiennes de François Angelier et Thierry Garcin, ainsi que la revue de presse de Jacques Munier.

Guillaume Erner démarrera à 7 heures, donc, avec un billet d’humeur. Les rendez-vous au sein de ses Matins (le monde numérique par Xavier Delaporte, l’économie par Marie Viennot, la politique par Frédéric Says, la musique par Matthieu Conquet…) seront désormais quotidiens, et non plus hebdomadaires : cela permettra de mieux suivre l’actualité, d’éviter certaines redites, et de fidéliser les auditeurs. A 7h15, un savant répondra à la question du jour ; à 8h45, Zoé Sfez présentera un journal de la culture. Cette nouvelle organisation devrait générer davantage de réactivité, et une plus grande diversité des regards à l’approche de l’élection présidentielle de 2017.

La tranche évolue aussi le samedi : nous allons créer un 7-9 [à l’horaire des émissions Terre à terre et Le secret des sources, ndlr], pour atténuer la rupture avec le reste de la semaine. Caroline Broué, qui laisse la place à Olivia Gesbert à La grande table, l’animera. Plus fédératrice qu’en semaine, l’émission sera ouverte aux représentants de la société civile, se préoccupera des initiatives citoyennes… En revanche, pas de changement le dimanche matin, toujours dévolu aux religions pour respecter le cahier des charges de Radio France.

Quelles autres modifications notables de la grille avez-vous prévues ?

Antoine Guillot va créer une émission de cinéma le week-end – Michel Ciment, qui produisait Projection privée, reste correspondant de la chaîne, et nourrira l’antenne. Ruth Stégassy ayant choisi d’arrêter la radio, Aurélie Luneau aura en charge un nouveau magazine sur l’environnement, le dimanche à 16 heures. Pour remplacer Laure Adler [qu’on entendra à partir de septembre uniquement sur France Inter, ndlr] à 22h15, j’ai imaginé un format conversationnel : un échange – pas une interview ! – entre cinq personnalités des domaines de la santé, de la philosophie, de la culture et des spiritualités, et un invité de leur choix.

De quelle façon les économies à faire (lire ici notre article sur le sujet) impactent-elles vos choix ?

Aucune décision éditoriale n’a été induite par des contraintes budgétaires. Cela a pu être le cas par le passé, pour Radio France dans son ensemble. Mais ces programmes de rentrée de France Culture n’ont pas été dictés par des impératifs économiques.

Quelles sont vos ambitions pour l’avenir ?

Maintenant que cette grille est clarifiée, très achevée, il s’agit de continuer à travailler son acuité. Concernant le Web, nous souhaitons développer des contenus en ligne, élaborer un journal des idées numériques, des modules courts imaginés à partir des émissions. Et proposer une offre de vidéos enrichie – pas question de se contenter de filmer ce qui se passe dans nos studios.


***

Mais encore :

Entendu cette semaine : Backstage, d'Aurélie Charron, revient en septembre, ainsi que le producteur René Frydman, mais sans Révolutions médicales. Ne serait-il pas du format conversationnel évoqué ci-dessus ? Du bon, du beau, du débat (pardon pour ce plagiat lu sous une autre forme ici même, mais de qui ?) (à 22h15, j’ai imaginé un format conversationnel : un échange – pas une interview ! – entre cinq personnalités des domaines de la santé, de la philosophie, de la culture et des spiritualités, et un invité de leur choix.) . Enfin, il y a fort à parier que Ping Pong aura droit à sa deuxième rentrée, puisque l'émission n'est pas mentionnée dans cet entretien ni le précédent.

62
Répondre en citant  
Soulagement - le Mar 28 Juin 2016, 23:39

Ouf!
"Guillaume Erner démarrera à 7 heures, donc, avec un billet d’humeur."
Je m'en vais fêter cette bonne nouvelle au .....Starbucks du coin.

Autre soulagement:
"Maintenant que cette grille est clarifiée, très achevée, il s’agit de continuer à travailler son acuité."
Belle vision de notre chère directrice.

63
Répondre en citant  
Re: France Culture communique - le Jeu 30 Juin 2016, 07:27

Par le blogueur passionné de Radio Fanch, ce commentaire des deux interviews reproduites par Jean-Luuc ici et initulé : "France Culture Info…" La messe, la méthode Coué et Sandrine Treiner… du 29 juin 2016.

Un appui malencontreux sur une mauvaise touche de clavier a fait disparaître le billet sur le même sujet dans lequel je m'étais lancé hier. Accident sans doute causé par l'emportement et la virulence des propos...

64
Répondre en citant  
Les éléments de langage sont calés pour la rentrée 2016/2017 - le Ven 22 Juil 2016, 09:47

Un compte Twitter intitulé Coulisses Radio France (ah cette culture du secret qu'on n'aime rien tant que dévoiler) créé en juillet 2016 expose des transcriptions édifiantes de la rencontre ouverte à tous les salariés de Radio France sur la rentrée et [...] les grandes orientations (mot clé : cap20162017) par les directeurs d'antenne (7 juillet 2016).

Ci-dessous, dans son intégralité, le bla-bla de Sandrine Treiner :

1 : "La grille de rentrée @franceculture est complètement moderne et complètement classique" S. Treiner

2 : "La puissance @franceculture est une radio qui est capable de faire du magazine, de la fiction, du documentaire" S. Treiner

3 : "...Faire travailler ensemble des journalistes, des producteurs, des documentaristes c'est tout l'enjeu de @franceculture"

4 : "Les auditeurs @franceculture vont trouver tous leurs repères mais aussi une antenne différente, modernisée"

5 : .@sandrinetreiner annonce pour @franceculture "Une grille clarifiée, limpide, cohérente avec un effort sur la programmation et la qualité"

6 : "Nous avons redéfini ce qui fait @franceculture : la chaîne la + classe mais aussi de la + grande modernité"

7 : "L'imagination, un surcroît d'âme qui caractérise @franceculture"

8 : .@sandrinetreiner indique également que @franceculture se "prépare évidemment aux enjeux démocratiques pour l'année à venir"

La chaîne de la plus grande modernité ? Sans aucun doute !

65
Répondre en citant  
Prédiction : encore plus de pubs à venir pour subventionner la nouvelle ère des podcasts - le Mer 26 Avr 2017, 15:58

Dissipé le barouf des chiffres d’audience « records » de la chaîne, lisons les annonces faites par la directrice de France Culture dans le papier que lui a consacré Alexandre Piquard dans Le Monde (24 avril 2017).

- En cas de gros événement d’actualité, la matinale de France Culture ne se « délocalise » plus aussi souvent qu’avant, car « notre différence avec la concurrence est dans nos angles, plus que dans la présence sur le terrain », explique la directrice. Une tentative d’argument qui tient difficilement la route devant la lecture, le même jour, mais dans Le Figaro, d’une interview de Mathieu Gallet :

Enguérand Renault : En 2015, vous avez découvert un énorme trou financier. Où en sont les finances ?
Mathieu Gallet : Nous avons connu un déficit de 14 millions d’euros en 2015. Pour l’exercice 2016, nous l’avons réduit à 10,6 millions. Nous sommes encore dans le rouge et devons maintenir nos efforts. Mais il faut souligner qu’en 2016 nous avons fait mieux que la prévision d’un déficit de 16 millions. Pour 2017, nous prévoyons de le ramener à –6,7 millions. N’oublions pas que l’État nous a demandé d’être à l’équilibre en 2018. Nous devons continuer à faire des efforts tout en investissant sur l’avenir.

_ C’est l’État qui a bouché les trous ?

_ Non. L’État ne nous a pas donné un sou de plus sur le budget du fonctionnement, même s’il nous a accompagnés sur le chantier de la Maison de la Radio. Nous avons réduit notre déficit grâce à nos propres efforts. (…)

Retour au Monde : le journaliste annonce ensuite que : 16,7 millions [de podcasts] ont été consultés en mars, soit une progression de 48 % en un an. France Culture représente 33% des podcasts de Radio France, dont l’autre acteur majeur est France Inter, qui lui se distingue par ses contenus plus courts et humoristiques. L’audience des sites de la station a crû de 29% en un an, à 6,4 millions de visiteurs uniques en mars, sur ordinateur et mobile, selon les chiffres Médiamétrie cités par France Culture.

Plus loin : Outre sa présence sur Facebook ou Twitter, France Culture mise sur la vidéo : un « journal des idées » sera lancée après l’élection, ainsi que d’autres modules entièrement créés pour le Web. À la rentrée suivront des podcasts « natifs », qui ne passeront pas à l’antenne, et en juin, une refonte du magazine papier de la station : le trimestriel, actuellement diffusé à moins de 10 000 exemplaires en kiosque et en librairie, changera de titre et sera coédité avec les éditions Exils.

D’autres chiffres : 12 millions d’euros sont consacrés au budget du fonctionnement annuel de la radio.
300 salariés travaillent pour la chaîne dont 40 journalistes et 80 producteurs.

France Culture mise sur la vidéo ? En voici l'une des premières d'un genre nouveau et on peut le dire tout net : ré-vo-lu-tion-naire, publiée le 21 avril 2017 et intitulée : Qui est populiste ? :


(Avez-vous compté le nombre de secondes que vous avez pu tenir ?)

N.B. : Rigolons un peu avec une réponse de Gallet dans Le Figaro :

Le figaro : Vous aviez bousculé les salariés de Radio France en voulant louer la Maison de la Radio. Est-ce désormais accepté ?
Gallet : C’est un changement de perspective. Tout le monde a compris que notre stratégie est de remettre le public au cœur de nos préoccupations. Il est au cœur de l’offre radiophonique et la Maison de la Radio est devenue un lieu de vie incontournable qui a rassemblé plus de 260 000 spectateurs. Enfin, le 1er juin, nous allons y ouvrir un restaurant et un bar. L’idée est de multiplier les occasions de fréquenter la Maison de la Radio, on y viendra pour une raison et finalement on y restera pour une autre.

Consommez braves gens, faut réduire le déficit.

66
Répondre en citant  
'' Afin d'optimiser votre expérience...'' - le Ven 16 Juin 2017, 22:54

"Le site de France Culture évolue, votre avis nous intéresse !
Afin d'optimiser votre expérience et de mieux répondre à vos attentes, nous collectons en quelques clics votre avis sur le site

(...) Comment jugez-vous votre expérience d'écoute sur le site de France Culture ?*

   A    
   très insatisfaisante
   B
   insatisfaisante
   C
   satisfaisante
   D
   très satisfaisante
   E
   Je n'ai pas écouté de contenu audio

(...) Que retrouvez-vous sur le site de Franceculture.fr que vous ne retrouvez pas ailleurs ?

(...) Laquelle de ces propositions vous correspond le mieux ?

   A
   Vous êtes soucieux d’être informé tout en allant à l’essentiel de l’information
   B
   Vous vous intéressez modérément à l’information
   C
   Vous êtes un assoiffé de l’information, curieux de tous les sujets
   D
   Vous êtes friand d’information mais seuls certains sujets vous intéressent.
   E
   Autre

(...)

67
Répondre en citant  
Re: France Culture communique - le Mer 28 Juin 2017, 07:36

Ce premier paragraphe :

Nous ne savons pas ce qui se passe, et c’est cela qui se passe », écrivait le philosophe espagnol José Ortega y Gasset (1883-1955), régulièrement cité par Edgar Morin. Cette phrase simple et puissante, évocatrice à elle toute seule comme un traité de philosophie, se médite avec le même sentiment de vertige que celui que l’enfant éprouve à regarder de nuit les étoiles en s’interrogeant sur sa place dans le cosmos. Comment être à nous-mêmes nos propres contemporains ? Comment comprendre ce qui se passe ?"

Aux Papous dans la tête on aurait immédiatement reconnu la "prose" de Sandrine Treiner, directrice de France Culture. Tout y est bancal, mal exprimé, emphatique, risible, vide.

C'est d'elle effectivement, qui poursuit : "C’est pour embrasser l’horizon large de cette question impossible et excitante que Papiers convoquera dans ses pages, une fois par trimestre, les plus grandes voix de la création et des savoirs. Il y aura des entretiens et des débats, des images et des idées, de la subjectivité et de la connaissance : de quoi prendre du plaisir (celui de la découverte), et nourrir de quoi penser (ce qui est la même chose). "

"De quoi prendre du plaisir"  et "nourrir de quoi penser" : Tout un programme ! Eric Chaverou et Marie Richeux, plumes de l'ombre ? La grande misère de l'expression et de la pensée à France Culture.

"Papiers, nouvelle revue  (...)  sera ouverte à tout ce qui se passe."

Rien moins.

"Papiers", la revue de France Culture : être contemporains

68
Répondre en citant  
Re: France Culture communique - le Mer 28 Juin 2017, 13:46

Comment caractériser cette prose, en effet ? Du New Age intello? C'est peut-être en anglais que nous trouverions de meilleurs termes pour décrire ce style prétentieux, lourd et creux : inspirational bromides. On s'étonne que ça ne fasse rire personne en interne, au moins ouvertement. On imagine ces réunions où tout le monde rit, approuve ou s'indigne avec la direction ("mais bien sûr chef, je dirais même plus..."). Il doit régner un climat interne bien servile pour qu'on n'accepte sans sourciller de publier ce genre de choses. Quant à la substance même, rien d'étonnant à ce qu'on soit fasciné par le "maintenant", le contemporain. Il n'y a pas de véritable projet culturel porté par la direction aujourd'hui. Pas d'idées, pas de créations d'émissions culturelles, peu de volonté de transmission (les analystes remplacent les passeurs). Sans projet, on ne peut que vouloir imiter ce qui est à la mode, et partout, on célèbre le "now" ("be in the now"). Sandrine Treiner veut être à la mode, veut lutter contre tous les conservatismes (sic), et elle conçoit son projet directorial comme un repli sur le présent. Une vision à court terme, qui mise sur un contenu flashy et immédiat, qui exerce le même pouvoir de séduction que les Mythologies de Barthes, mais qui ne bâtit rien.

69
Répondre en citant  
''Une transformation de l'entreprise'' (Mathieu Gallet) - le Mer 02 Aoû 2017, 09:17

Radio Fañch rédige actuellement un compte-rendu commenté de l'intervention,  le mercredi 26 juillet dernier, du directeur de Radio France, Mathieu Gallet, devant la nouvelle commission "Affaires culturelles" de l'Assemblée nationale.

Ceux qui veulent trouver et fustiger un exemple de langage de "l'entreprise" peuvent, au lieu de chercher noise à un scientifique (rappel ici et ), y jeter un  coup d’œil... Radio France vs la représentation nationale : un soap-opéra (1/3) et (2/3).

70
Répondre en citant  
404 - le Ven 01 Sep 2017, 09:24



France Culture ne propose pas de rubrique "Sciences naturelles", ni d'émissions régulières sur l'ornithologie.

Pour plus d'informations sur le thème des oiseaux traité par les radios culturelles françaises et étrangères, prière de vous diriger vers l'excellente plateforme d'information "Regards sur France Culture" à la page Les oiseaux dont le récapitulatif thématique se trouve dans le premier billet Les oiseaux.

71
Répondre en citant  
Un titre de presse porte-voix de la station - le Mar 26 Sep 2017, 10:57

L'article de Libération du 25 septembre 2017 titré Sandrine Treiner, culture vorace met le lecteur (de Regards) en état de sidération.

L'auteur, Jérôme Lefilliâtre, peut se voir décerner le prix d'honneur de la brosse à reluire (âprement disputé avec l'une ou l'autre de ses consœurs de Télérama qui ne ménagent pas leurs efforts pour complaire à la directrice).

Il serait utile de reproduire tout ce très long portrait, car chaque phrase vaut son pesant de pommade. Puisque l'article est offert à la lecture, contentons-nous d'extraire quelques passages :

Sandrine Treiner est une espèce rare : elle n’engloutit pas les séries télévisées à la chaîne.

Rarement avons-nous senti autant de discipline intellectuelle chez quelqu’un.

Entre 19 et 25 ans, elle a fréquenté la Ligue communiste révolutionnaire. «J’y ai aimé le plaisir de la discussion, le rapport collectif au monde. Le militantisme allait aussi avec l’amitié et les amours : on ne faisait pas que distribuer des tracts.» Athée, elle est restée de gauche, mais ne s’étend pas : «Je suis directrice d’une radio du service public et je défends bec et ongles le pluralisme.» Son ami Frédéric Taddeï, ex-présentateur du Ce Soir (ou jamais !) dont elle a été la rédactrice en chef : «Elle est l’esprit de sérieux tempéré par l’envie de se surprendre. Elle aurait pu devenir sectaire et idéologue, elle ne l’est pas. Elle n’est pas du côté du bien.»

Sous sa direction, France Culture bat des records d’audience, avec plus de 1,2 million d’auditeurs chaque jour. Moins professorale, plus accessible, la station a détendu son ton, a renouvelé ses présentateurs : il n’est plus besoin d’être compositeur pour animer une émission sur la musique.

«Elle a l’intelligence de l’horaire, de la proposition et de l’éventail des propositions», relève Arnaud Laporte, présentateur de la Dispute.

Des puristes de la maison, qui ne doivent pas beaucoup écouter les radios privées, soufflent que le niveau baisse. C’est très discutable.

Au sein de la «Maison ronde», elle est réputée pour son caractère direct, sévère, parfois volcanique.

Il y a quelques mois, elle nous a donné un aperçu de son tempérament : après la publication dans Libé d’un article qui lui avait déplu, elle avait appelé, très en colère, notre cheffe pour se plaindre…

Aucun risque, cette fois-ci, la cheffe en question va  recevoir cadeaux et invitations. Au fait, combien de journalistes de Libération interviennent à France Culture ?

Qu'il soit possible en 2017, pour un journal comme Libération, de publier un article digne de la presse de propagande d'un régime totalitaire (on pense dans ce contexte à La Pravda d'avant 1990) laisse pantois.

Contenu sponsorisé 

72
Répondre en citant  
Re: France Culture communique -

France Culture communique     Page 7 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum