Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic)    Page 4 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic) - le Dim 02 Jan 2011, 17:24

Rappel du premier message :

Pour sa première de l'année, Xavier de la Porte a invité 4 auditeurs-internautes-tweeternautes car, il l'a dit en ouverture, il aime se servir des apports de ceux qui l'interpellent, l'informent et le nourrissent… Serait-ce le début de l'intervention des zoditeurs dont nous parlait le médiateur ? (Les deux premiers connaissaient bien leur sujet)…
* * *

31
Répondre en citant  
Re: Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic) - le Ven 08 Mar 2013, 23:06

Non, en tout cas ce que j'avais entendu l'était sur France Culture, peut-être ce Continent sciences consacré à l'histoire des câbles transatlantiques, ou un numéro de Science et conscience. Mais quoi qu'il en soit, si l'image avait de la force, ce que tend à prouver sa survie quelques années dans nos trois crânes, elle n'en est pas moins trompeuse, si je vous suis, Alain.

L'émission de Place de la toile aurait gagné à mettre les choses dans cette perspective, car sur une chaîne qui se veut la championne du décryptage du réel, il n'est pas terrible de nous induire ainsi en erreur dans nos jugements. Quand Delaporte et ses invités soulignent que la majorité des ordres est passé dans des transactions HF, ils plantent directement dans le cerveau de l'auditeur béotien en ces choses l'idée que le poids de ce type trading est réellement important dans ses effets, et l'exemple donnée de l'entreprise coulée en bourse dès l'introduction sous le jeu des algorithmes ne vient que conforter cette idée, puisqu'à aucun moment il n'est précisé que ça relève de l'anecdote.

Disalvo, je profite de votre passage pour vous remercier à retardement du collage que vous aviez fait de Englert, et de cette série de Mémo sur les civilisations pré-colombiennes que j'écoute en ce moment même. Jacques Olivier parait maîtriser remarquablement le sujet ! Mais on tombe là de HF en HS.

32
Répondre en citant  
Re: Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic) - le Sam 09 Mar 2013, 00:17

@Alain Machefert a écrit:
@Disalvo a écrit:Je ne retiens décidément rien de ce que j'entends à la radio Crying or Very sad
Pas mal pour quelqu'un qui ne retient rien !
Je l'ai entendu également. Je me demande si cela n'était pas sur France Inter (la tête au carré ?)

Voici un article sur le sujet:
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20110713trib000636089/pour-quelques-microsecondes-de-moins-et-quelques-milliards-de-plus.html

Vive la nano-seconde !!

N'empêche, je suis bien incapable de donner la moindre ébauche du raisonnement de l'intervenant. Il était sorti de ses gonds (ça m'avait un peu réveillé je l'avoue) le principe mathématique qu'il évoquait portait même un nom précis.
Ecouter France Culture comporte aussi ce mauvais côté chez ceux qui comme moi maîtrisent mal la langue française: si je tombe sur une émission qui me fascine, j'ai énormément de mal à en parler et à la partager. Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, tu parles Sad

Pour revenir au sujet je me demande bien si ça ne sortait pas effectivement de la tête au carré. J'ai l'impression que c'était une brève et pas un thème d'émission. Peut-être à la fin d'un continent sciences. C'est d'autant plus frustrant que j'ai le vague souvenir d'avoir découpé ce passage je crois même l'avoir envoyé par e-mail à quelqu'un... Enfin peu importe on voit à peu près l'idée mais c'est un peu frustrant de ne pas pouvoir nommer le brol plus précisément.

Bref un détail.

33
Répondre en citant  
Tire ta langue. - le Sam 09 Mar 2013, 11:48

(pour les non-belgophones, "brol" signifie "truc")

34
Répondre en citant  
Re: Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic) - le Lun 10 Juin 2013, 13:25

Eh bien ils se sont encore surpassés samedi dernier avec un numéro dont le thème était "Magie et technologie".  Passons sur l'emploi d'emblée fautif du mot 'technologie', puisque cet emploi est passé dans l'usage. Mais de magie, on se demande si l'invité a jamais lu fut-ce une définition : la magie c'est quand la raison n'est plus aux commandes, dit-il. Pas mal, il fallait le faire. Se laisser aller au hasard, aux passions, aux plaisirs de l'illusion, seraient de la conduite magique. Ah bon. Et le pire c'est que c'est exactement le genre d'exemples qu'il donne, tous bien choisis dans la vie ordinaire de l'internaute. Céder ou se plaire à musarder dans les recoins de l'irrationnel, par exemple les émotions, le jeu, le plus banal hédonisme (et notamment les usages des ordis à domicile jouent furieusement avec l'hédonisme), alors tout cela serait 'magie' ? Quel délire.

A peine finie cette première volée de sornettes, voila qu'arrive l'inévitable 'rituel', mot qui envahit les émissions de FC quand les ignorants veulent bavasser un moment sur leurs habitudes ou de celles des autres, mais oh surtout sans employer le mot 'habitude'. On ne sait pas pourquoi, peut-être que ce mot-là il pue de la gueule tandis que 'rituel' ça fait chic ? Certainement que ça fait chic, et encore plus pour qui en ignore le sens. Alors allons-y pour le 'rituel', dont l'emploi dévoyé est de toutes façons endémique sur  France Culture, comme 'emblématique' et 'iconoclaste'. En passant, voila une petite dérive lexicale tout à fait irrationnelle, est-elle 'magique' ?

Et pendant les conneries, les conneries continuent. Nous voila maintenant dans "2001 Odyssée de l'espace", film dont nous apprenons que le fameux monolithe au milieu, c'est un totem. Ah un totem vraiment ? Un monolithe dont on ne sait pas s'il est réel et extra-terrestre ou imaginaire et symbolique (pour l'artiste qui produit son film). Et puis, un totem chez des pré-hominiens qui n'ont ni langage articulé, ni fonction symbolique, de mieux en mieux. Et au fait, que reste-t-il du totémisme en ethnologie ? Peu importe : pour le type qui parle au micro du Xav'e, un totem c'est un truc vertical planté au milieu des sauvages et "voila". On arrive à la 10e minute d'émission et la barque des sottises commence à être bien lourdement chargée.

Autre preuve de magie : derrière l'ordinateur, à force de se laisser guider puis perdre, emmener on ne sait où, nous serions finalement 'possédés', bigre ! Un marxiste évolué et modernophobe, du type Noudelmann-de-Francfort, nous aurait jugés 'aliénés', et bast ! Cela dit, l'aliénation c'est bien un recul de la raison donc (cf supra) c'est de la magie.

Bon résumons : magie, animisme, rituel, totem, possession, c'est que ça commence à faire beaucoup. Il est temps de se demander qui est le gugusse qui parle. Il n'y aura pas de surprise : Vincenzo Susca est un tenant de la Sociologie de l'imaginaire, et dans un des fiefs de la discipline, en plus : l'Université Paul Valéry (pitié pour lui !) à Montpellier. Autant dire un délirant.

Il faut ajouter comme amuse-gueule les intermèdes des deux clowneries radiophoniques de l'émission : la chronique du hanneton et la lecture de la semaine. La première se saisit du mystère "Bildelberg" (sic - ça commence bien !) sur un fond de musique qui évoque furieusement les petites bandes complotistes de YouTube. Le second résume laborieusement un nième article pris dans la presse étrangère et dont il ne maîtrise pas les références ni le lexique. Brisons là.

Si je me fends d'un Nième post à l'encontre de Place de la toile, c'est pas vraiment pour le plaisir d'éreinter, surtout que c'est plutôt l'invité qui régale. Non, c'est bien plus pour attirer l'attention sur une branche de la sociologie qu'il est bien difficile de prendre au sérieux : la Sociologie de l'imaginaire. Branche, ou subdivision, ou sous-genre pourrait-on dire, tant on voit à chaque phrase ou presque que ça tient plutôt de l'acrobatie intellectuelle et littéraire ; et tout à fait en phase avec le tic verbal de Laure Adler ou de Marie Richeux ('par rapport à votre imaginaire'), cela dit on notera qu'en tant que catégorie de l'esprit, l'imaginaire est à la mode jusque chez Veinstein ou Fellous.  Hélas on n'en trouve jamais ni définition ni le moindre exposé strict, c'est d'ailleurs voulu, et en imitation de la Sociologie des représentations, qui a eu bien du mal à surmonter ce handicap de naissance qui, en la privant de définition, l'a longtemps privée de rigueur. Pour ce qui est de l' imaginaire , on ne sait jamais bien s'il s'agit d'images ou d'imagination, ou des deux, ou de l'une exclusivement mais seulement les jours impairs. J'ai l'air de rigoler comme ça mais je caricature à peine. Le genre souffre d'un verbalisme délirant, qu'on dirait calqué sur les abstractions philosophiques dont se gobergent certains invités d'Adèle van Reeth. Les références empiriques sont vagues, toujours interprétées. En cas de tentative de dialogue, le moindre souhait de méthode ou de réalisme empirique est  renvoyée avec un sourire supérieur dans la case 'vous êtes dépassé mon vieux'. Il faut dire qu'il y a quelque chose d'artistique -au sens de l'art contemporain- dans cette façon d'user du langage et des cadres de la science sociale, un peu comme dans les divagations des philosophes préférés de Philippe Petit, entendez la psychanalyse ou la French Theory, ou encore les délires de Bruno Latour (mais si vous savez bien, Bruno Latour, l'homme qui croit que l'informatique est 'digitale' parce qu'on se sert d'un clavier avec les doigts - je n'invente rien cette bourde a été proférée un jour chez Philippe Petit).  

Cela dit, cet état de fait est assez dommageable, car reliée à l'histoire des mentalités ou à une sociologie des représentations suffisamment bien cadrée, la socio de l'imaginaire avait de l'avenir, et du champ. On peut s'en rendre compte en lisant certaines des bonnes pages d'Edgar Morin, ou encore le sévère recadrage envoyé par Le Goff à l'ensemble, qui laisse imaginer ce qu'aurait été le genre s'il avait été investi par des scientifiques.

A part ça le thème de l'émission n'était pas si mal choisi. Avec un autre invité ou bien dans "La suite dans les idées", l'auditeur était condamné à voir passer pour la Nième fois le Tramway de Max Weber avec le désenchantement du monde dans le rôle du passager. Ici on a droit à un bout de théorie intéressante : un résidu de pensée animiste, un vitalisme vaguement inconscient attribué aux objets et encore mieux : aux machines. On frôle la problématique de l'ours en peluche chez Konrad Lorenz.  Et on a envie d'envoyer un paquet de sucettes au caramel à Xavier pour lui donner envie d'abandonner le micro.

35
Répondre en citant  
Re: Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic) - le Jeu 29 Mai 2014, 09:57

Dans la Chronique des Chroniques on a des nouvelles de Xav'e, puisque Yann Sancatorze a écrit:Il est nommé rédac' chef numérique à Rue89, et arrête donc Place de la Toile (nom qui m'évoque toujours l'endroit où je range mes serpillères). Ce nouveau poste lui conviendra sans doute parfaitement : il s'agit d'être à la fois peu soucieux des formes et gentiment engagé. Garde-t-il cependant sa chronique aux Matins?

Du côté du Xav', voila une belle illustration du principe de Peter.

Du côté de la constellation Nouvel-Obs-Libé-Rue 89, c'est une nouvelle illustration du principe de la balle dans le pied : une proximité idéologique parfaite qui masque l'absence à-peu-près totale de compétence. Cet adolescent attardé sera un dirigeant encore plus mauvais que Demorand. Comment peut-on espérer faire un rédac'chef d'un type qui en tant que rédacteur tout court est déjà nul au delà de ce qu'on peut imaginer.

Donc soit Joffrin a fait nommer un homme de paille, comme si l'expérience Demorand à Libé ne lui avait pas suffi. Soit ils comptent vraiment sur lui pour insuffler à la rédaction euh lui insuffler quoi au fait ? La rigueur ? Le style ? Ils sont bien barrés, tiens. Alors quoi ? L'énergie du macaroni trop cuit ? L'amour exagéré du nutella ? La recette des nouilles au nutella, peut-être.

On peut prévoir déroute et allègement avant la fin de l'exercice. Rendez-vous en juillet 2015 pour constater le désastre.


Anattendant, que va devenir Place de la Toile ? Thibault Henneton lui un authentique nerd et non un parachuté sur le sujet, pourrait reprendre le flambeau. La finesse ne lui manque pas, comme le montrent ses chroniques. Il ne lui reste qu'à apprendre la pertinence, c'est vrai que ça fait du boulot, mais vu que cette qualité est absente de l'émission depuis le départ de Thomas Baumgartner, l'auditeur ne sentirait pas trop la différence...

36
Répondre en citant  
Re: Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic) - le Jeu 05 Juin 2014, 19:40

Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris, mais ce n'est pas grave, l'on sait bien que le sens de ce qui est écrit n'est pas très important sur un certain nombre de pages de franceculture.fr

Football et jeu vidéo

Les jeux de foot comptent parmi les grands succès du jeu vidéo, parce qu'il y a au sein des jeux de foot des concurrences industrielles (PES/FIFA) qui rendent compte de profondes divergences esthétiques sportives et politiques, parce que les footballeurs sont tous des gamers, parce que c'est une question passionnante de se demander comment on commande un corps par les doigts.

18h10 – 19h Place de la toile – Xavier de la Porte

Au fil des ondes

37
Répondre en citant  
M. Xavier de la Porte manque-t-il de mémoire ou d'honnêteté ? - le Mer 11 Juin 2014, 16:45

Répondant à une auditrice, M. Xavier de la Porte vient de prétendre n'avoir jamais taxé autrui de « mépris social ».
« Xavier09.06.2014
Ce qui est étrange, c'est que cette émission ne parle pas de foot, mais de jeux vidéo de foot, ce qui n'a pas grand chose à voir, c'est ce que raconte la première partie. J'en déduis que vous ne l'avez écoutée. Et que donc, vous critiquez par principe.
Par ailleurs, je n'ai pas parlé de "mépris social" pour qualifier la haine du foot, nulle part, jamais. Décidément, votre critique manque de rigueur. » (Phrases par moi soulignées.)
http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-football-et-jeux-video-2014-06-07
« Nulle part » (nusquam) ! « Jamais » (numquam) !
And yet, and yet... Le 21 juin de 2012, M. Xavier de la Porte dit au « médiateur » ceci : « (…) c'est un peu violent de le dire comme ça, eum, je pense qu'il y a dans cela, euh, une forme, euh, j'vais l'dire un peu désagréablement, de mépris social (...). »  
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2012/06/s25/LE_MEDIATEUR--21_06--NET_5dbf2096-f384-4f47-bae7-fad45e7e85e6_DF.mp3" debut="03:25" fin="03:35"]
« S'il ne vous en souvient vous manquez de mémoire,
   Et s'il vous en souvient, vous n'avez point de foi. »  
http://www.franceculture.fr/emission-le-rendez-vous-du-mediateur-football-et-francophonie-2012-06-21

38
Répondre en citant  
Re: Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic) - le Mer 25 Juin 2014, 19:37

Petit échange entre un auditeur et XDLP à la page de sa chronique matinale.
http://www.franceculture.fr/emission-ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile-la-shazamisation-du-monde-ou-comment-bientot-on-reconnaitra


xxxxxxxx25.06.2014
Bonjour M. de la Porte,
En lisant le paragraphe suivant, "Shazam abolit l’hésitation. Shazam abolit les défaillances de la mémoire. Shazam abolit l’attente de retrouvailles avec un morceau qu’on a entendu une fois, sans avoir pu l’identifier, dont on a un souvenir vague mais heureux, qu’on aimerait réentendre, mais dont on n’est pas certain de le réentendre." il m'est venu la remarque que si Proust vivait aujourd’hui, il ne pourrait pas écrire Du côté de chez Swann : la sonate de Vinteuil aurait été « shazamisée » par Swann, téléchargée, et écoutée en boucle sur son ipod...


Xavier 25.06.2014
Très juste. Je suis dégoûté de ne pas avoir eu votre présence d'esprit. Exemple magnifique.


http://www.franceculture.fr/emission-ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile-la-shazamisation-du-monde-ou-comment-bientot-on-reconnaitra

Trop dégoûûûûûté koâ. Merci, Xavier, de ne pas parler de Proust, et de ne pas essayer. On ne s'en portera que mieux.

39
Répondre en citant  
The hitcher - le Sam 25 Oct 2014, 01:18

Damnation il est encore là...
Est-il est incapable de couper le cordon ?
A-t-il été instruit du risque de se prendre une super-bûche à Rue89, à l'exemple du parcours désolant de Demorand dans la presse écrite ?
Serait-ce un réflexe de survie tapi dans son a-conscient ?
(Xav'e n'a pas d'inconscient ni de conscient ni de pré-conscient ni de sub-conscient. Il n'a qu'un a-conscient)

Quoiqu'il en soit, il est plutôt bien à sa place dans le Goumarre-club, à condition bien sur qu'il adopte le code vestimentaire de l'équipe, bien connu depuis sa divulgation par une terrifiante photo largement commentée chez les connaisseurs. Code vestimentaire aussi contraignant que celui des cadres d'IBM ou des moines bouddhistes, quoique moins voyant il faut l'admettre.

Place de la toile… ce n'est qu'un début ou les tribulations du web sémantique (sic)     Page 4 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum