Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les passagers de la nuit - Thomas Baumgartner    Page 2 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les passagers de la nuit - Thomas Baumgartner - le Mar 01 Sep 2009, 00:10

Rappel du premier message :

Ok , je me fous à l'eau :
Très réussi ce premier numéro.
C'est de la radio créative, poétique, inspirée. Je me laisse porter par l'ambiance sonore. Je débranche mon cerveau gauche. J'analyse pas, j'analyse rien. J'ai de la poésie radio dans les oreilles. Ca me suffit. Ecoutez-donc les voix, bon sang : ça ne bétifie pas, ça ne niaisifie point, ça ne gueularde pas, ça ne nous vend pas de la moraline à deux balles. On est là quelque part dans la poésie radio, héritée lointainement du club d'essai, héritée des meilleurs ACR de Farabet quand ils foutaient leur prétention vaseuse dans le tiroir.

Baumgartner il a une sacrée succession à assurer : Schaeffer, Trutat, Jean Couturier, Veinstein. C'est pas facile. Il s'en tire bien, très bien même.
Dans les matins déjà il était meilleur que le titulaire (mais était-ce un exploit ?)
J'ai apprécié la compagnie de ces Passagers.

L.
* * *

11
Répondre en citant  
Synchronicité - le Ven 23 Oct 2009, 23:13

Tiens donc.

En ce moment même au micro de Baumgartner, Pierre Billard dans le cadre d'une série "Mythologies de la radio".
On le croit venu pour causer de ses "Maîtres du mystère" et il en parle en effet.

Mais pas seulement : là il évoque un de ses profs, Gaston Bachelard, qui parlera de la radio dans 2 nuits sur FC.

Il y a même un extrait (il est 23h06).
Si ça vous donne envie d'entendre la conf' en totalité :
rendez-vous dans les Nuits de dimanche/lundi...

Quant au lecteur parachuté dans ce fil depuis le vaisseau de plus tard,
il en trouvera compte-rendu post-anticipé au rayon Librairie-radio.

12
Répondre en citant  
Comme promis - le Sam 28 Nov 2009, 17:53

Dans l'émission d'hier, Christine Gorse :
<< Ce n'est pas un hommage à Kriss, mais une émission dont l'invitée tant attendue est retenue ailleurs, pas là pas loin.

Kriss a commencé sa carrière de femme de radio à France Inter, dans L'Oreille en coin. Elle a animé une dizaine d'émissions dont A Coeur et à Kriss (1980), Songes d'une nuit d'été (août 1989), Roue libre (1996-1999), Portraits sensibles (2000-2004) et Kriss Crumble (de 2005 à juin 2009).

On entendra notamment des extraits de Shaker (1970), de Qui s'y frotte s'y Kriss (1979), Dimanche en Roue libre (1997), Kriss and Co. (1979)... Des moments destinés aux "auditrices de sa vie, auditeurs de son coeur". >>

Podcastable jusque vendredi vers 23h :
http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/passagers-de-la-nuit/index.php

13
Répondre en citant  
Rouzién, Mose, Chaval... toute mon enfance ! - le Lun 26 Avr 2010, 23:17

Je les ai connus à ce fameux village de Lésigny-sur-Creuse. C'était extraordinaire. Bébé, ils m'ont sauvé la vie. Ado, ils m'ont fasciné. Adulte ils m'ont émerveillé.

14
Répondre en citant  
panthéon d'humour noir - le Mar 27 Avr 2010, 14:32

Bonjour à vous - Eh bien vous auriez alors comme une histoire personnelle difficile à renier, vous.

Disons le franchement : tous ces personnages sont aujourd'hui méconnus.
C'est à la fois un peu dommage et très injuste.
Mais ça a du bon, car c'est un grand bonheur de les redécouvrir.

Cet oubli temporaire, à terme les sert quand on nous les re-sert :
- Les écrits de Chaval sont rassemblés en 1 volume au Cherche-Midi éditeur. C'est là qu'on trouve le Dr. Rouzié.
- Bostel est fiévreusement cherché et trouvé parfois par des chineurs d'éditions des 60's, soit pour le personnage lui-même, soit juste pour compléter leur collection Humour Secret, celle que dirigeait alors Jacques Sternberg chez Julliard
- Le Vialatte de La Montagne a été intégralement re-publié en 2 tomes chez Bouquins-Laffont il y a 10 ans, et sous couvertures de Chaval encore. On aimerait voir paraître un jour l'autre intégrale de ses chroniques, celles du Spectacle du monde, dont une belle partie est rassemblée en volume Pocket sous le titre "Dernières nouvelles de l'homme".
- En ce qui concerne André Frédérique, les rééditions de 1984 chez Plasma ont été reprises, au Cherche-midi encore, avec en plus l'essai de Claude Daubercies

15
Répondre en citant  
Re: Les passagers de la nuit - Thomas Baumgartner - le Mar 27 Avr 2010, 15:26

Si cela vous intéresse, voici.
Le Dr Rouzié était le meilleur ami de mon père. Autour d'eux s'était formée une petite bande fabuleuse : Mose, Robert Rocca, Jacques Grello, puis Jean Carmet, plus tard, Chaval et sa femme. J'ai vécu des moments incroyables avec eux, enfant puis adolescent. J'ai visionné les premiers films de Chaval dont il faisait la bande son en tapant avec ses doigts sur une boîte de film (pour "Les oiseaux sont des cons"), son épouse avait son atelier de peinture. Il y avait avec eux Pierre Boussin instituteur à Lésigny à qui je dois la vie sauve à ma naissance, le Dr Jean Chevalier, dentiste à Poitiers et le Dr Pierre Marie.Je les ai vu inventer des scènettes, délirer, ils étaient géniaux ! Quand je fus journalite au Figaro bien plus tard, j'ai interviewé Rocca qui, les larmes aux yeux, m'a avoué que Simon Rouzié était le seul vrai génie de la bande. Impressionnant.

16
Répondre en citant  
Pierre Schaeffer - le Sam 05 Juin 2010, 16:28

Hier soir dans la Mythologie de poche de la radio,
l'épisode 31 : Pierre Schaeffer. Pas encore eu
le temps d'écouter, mais on a une petite semaine
pour le podcaster, donc allons-y.

Schaeffer on en avait un peu parlé (mais comment faire autrement ?) sur RFC, ici et .

17
Répondre en citant  
Re: Les passagers de la nuit - Thomas Baumgartner - le Dim 11 Juil 2010, 15:15

et bien moi je les écoute les unes après les autres, ces Mythologies de poche, les ayant podcastées et stockées depuis le début. Conclusion ? Je suis très déçu. Causeries en cercle fermé, commentateurs laudateurs ..... on écoute et on oublie.
Celle sur Schaeffer était quelconque (je veux dire: pas nulle, mais creuse). Celle de vendredi, sur Garetto et Caudou, est la pire. Le seul moment franchement poilant est celui ou Leila Djitli suggère, un peu peste, que Kathia David s'envoyait en l'air avec le reste de l'équipe pendant les "longues séances de montage ...et plus si affinité", de l'Oreille en Coin. "Tu connais ça mieux que moi, hein Kathia ?". Elle est bien vite recadrée par le Thomas qui, visiblement, ne trouve pas la remarque suffisamment politiquement correcte dans une émission consacrée à 2 monstres sacrés, et dans laquelle son Grand Patron est interviewé ... Il a raison, remarquez, par les temps qui courent. Mais ne dit-t-on pas que les dieux de la mythologie, plus que les mortels, étaient de fameux chauds lapins ?tongue

18
Répondre en citant  
Ah que c'est beau la radio quand c'est creux... - le Lun 19 Juil 2010, 20:58

@Gustave a écrit:Celle sur Schaeffer était quelconque (je veux dire: pas nulle, mais creuse). Celle de vendredi, sur Garetto et Caudou, est la pire. Le seul moment franchement poilant est celui ou Leila Djitli suggère que Kathia David s'envoyait en l'air avec le reste de l'équipe pendant les séances de montage
Je ne les écoute jamais.
Ma soirée du vendredi est prise par mes responsabilités municipales : j'actionne le soufflet de l'harmonium guide-chant pendant la répétition avant la messe du dimanche avec la chorale de Ploudalmézeau. Mais grâce à votre post ci-dessus j'ai écouté en diff. le numéro consacré à Pierre Schaeffer et voici ce que j'ai entendu dans les 50' de cette émission qualifiée par vous de "quelconque et creuse" :

[Entre les crochets j'indique un très vague jalonnement histoire de donner une idée du rythme de l'émission je commenterai après l'inventaire] Portrait psychologique d'un homme multiple [vers 2'30 env.] - Sa place dans la musique moderne [vers 3'55] - Le Service de la recherche et l'esprit du chercheur [vers 5'] - L'attachement aux techniques [5'50]- Se dépasser [6'20] - Un maître [6'30] - Extrait de Symphonie pour un homme seul [7'40 à 9'] - Les aléas techniques de la restauration du morceau [9'] & évolution de l'appréhension du son [9'45]- Aspect biographique [10'50] - Citation "Oui je crois que la musique est plus que la musique, que ce n'est pas un objet utilitaire, esthétique, mais une démarche spirituelle, une performance de l'être tout entier" [11'50] - Les cours de Schaeffer, professeur associé au Conservatoire [12'40] - Principes de musique concrète [13'50] - Des structures pour la recherche [15'50], du Studio d'essai à l'INA - De la contradiction [18'] - Extrait substantiel du Bon Plaisir avec Françoise Malettra [19'30 - 23'45] avec une conception de la musique, la brouille avec Pierre Henry, le travail à la Sorafom - La musique dans le contemporain [26'30] - Un art de la dialectique, les Arts-relais [29'] et le partage - Une conception de l'organisation [29'30] - Histoire et principes du Service de la Recherche [31' à 36'] les grandes séries : La grande répétition / Les conteurs / Un certain regard - 2e extrait du Bon plaisir [36'30 à 40'] La fin du Service et l'épisode de l'INA - "tant qu'on parle on n'est pas seul" [38'] - Le Traité des objets musicaux [40'30] - Extrait de "5 études sur le bruit" [42'] & aspect technique de la remasterisation en vue de réédition prochaine - Extrait du "Trièdre fertile" [45'] & place dans la musique électronique - Derniers mots, Pierre Schaeffer : l'avenir dans le rétroviseur [48']

Voila pour une écoute non pas analytique mais détaillée de cette émission qualifié plus haut de "quelconque et creuse". Cet inventaire, c'est pas les sujets abordés (car le sujet c'était Schaeffer) mais les thèmes traversés lors de l'évocation. Quant à l'ambiance, c'est celle de trois adultes discutant entre adultes, c'est-à-dire une parole dense et pleine, sans rires chevalins d'ados attardés et sans éclats de voix, sans forçages d'opinion, sans placer en incise la 456987ème allusion de la semaine sur un non-événement du politique. En clair : de la radio culturelle. Il faut féliciter, outre l'excellent Baumgartner, les deux invités : Jocelyne Tournet-Lammer et Christian Zanesi (co-directeur du GRM). Je souhaite à beaucoup de gens de parvenir un jour à être aussi creux (je reprends le mot de G.) que ces trois-là. Quant à moi j'aimerais entendre souvent des émissions aussi creuses (id) sur France Culture...

Ensuite de quoi tout en remontant le soufflet (objet creux) de l'harmonium j'ai écouté, donc un peu distraitement cette fois, le numéro connu comme étant "le pire" (dites-vous), consacré à Codou & Garetto. Etant comme toujours catégorique et péremptoire, je dois dire que je l'ai trouvé plutôt instructif, ne se limitant pas au must consensuel de L'oreille en coin, mais retraçant à la fois un parcours et une carrière radiophonique, des principes, des façons de faire. Là où je vous rejoindrai (pas longtemps, vous allez le voir), c'est sur l'ambiance en studio : contrairement à la soirée Schaeffer, on retrouvait en effet par moments (mais par moments seulement : quand Leila et Katia attrapaient le micro) le parler relâché et l'entre-soi qui caractérisent tant d'émissions de France Culture quand la culleture elle est sur le banc, là voyez ake les deux types : par exemple Aude Lavigne interrogeant sur un banc du Luxembourg quelqu'un d'encore plus désoeuvré qu'elle (donc certainement concourant au niveau international) ; par exemple les bavardages copains-copains entre accros des cultures zurbaines, ou dans le Cinéma du samedi après-midi de Claire Vassé ; déjà il y a 10 ans avec les remarquables analyses que nous offraient les invités des deux clowns radiophoniques Bourmi & Clarino dans la version princeps de "La fuite dans les idées" (exemple de critique : "boah en fait s'bouquin c'est un peu un liv'de puceau nan ?"). En l'occurrence ce vendredi en coin avec Leila et Katia c'était sur le mode "bon voila jveux dire aloreuh paraporaça Codou et Garetto ils avait du talent hein jveudire passke y nous donnaient du talent voila et bon euh par rapport au talent ben y z'en avaient et y nous en donnaient euh voila hein parraporaça". Heureusement il n'y avait pas que ces deux bécasses, mais enfin j'ai été appelé au téléphone avant d'arriver aux histoires de cul qui ont réveillé votre sens critique d'auditeur profond, cher G. toujours à la recherche de la radio dense comme vous savez si bien l'entendre.
Moment poilant ? On brûle de vous croire.
Meilleur moment ? Sur quelle échelle de jugement svp ?

Conclusion : avant toute chose et même ce sera tout, recevez mes meilleurs remerciements pour avoir attiré mon attention sur la première de ces deux Mythologies de la radio et sur le meilleur moment (sic) de la seconde. Continuez à donner autant de tuyaux d'écoute que vous voulez. Maintenant que j'ai compris dans quel sens il faut les lire pour savoir ce qu'on peut en faire, je vous promets d'en faire le meilleur usage possible...

19
Répondre en citant  
Re: Les passagers de la nuit - Thomas Baumgartner - le Lun 19 Juil 2010, 21:13

Bon j'abandonne. C'est vrai que j'ai rien à dire. Mais vous êtes pas obligé d'être aussi sec avec moi ! Avec les autres inscrits vous restez cool. Vous m'en voulez toujours parce que j'ai été le troll de ce forum l'année dernière ? Même banni, je croyais pouvoir revenir sous un autre nom. Ce que vous pouvez être rancuniers quand même...

20
Répondre en citant  
Nous sommes là pour parler radio - Merci à Gustave d'avoir (fort brièvement) parlé radio - le Lun 19 Juil 2010, 21:58

Je suggère qu'on ne se laisse pas égarer par des questions annexes et à coté du sujet. Pour ceux qui n'ont pas compris ce qui vient de se passer (et comment pourrait-on leur en vouloir ?) ce forum vient d'essuyer une nouvelle tentative de retour du troll qui en avait pourri les fils et l'ambiance à l'automne dernier, et dans l'intervalle a réussi à démolir 2 blogs de France Culture ; c'est peut-être de son fait que les blogs de FC n'ont pas encore été relancés.

Mais de tout ça sur RFC pour être franc on en a un peu rien à cirer. Si vous voyez ce que je veux dire ...

Alors le sujet de ce post : la Mythologie de poche de la radio, consacrée à Pierre Schaeffer commentée dans les posts précédents, est depuis longtemps hors du programme des podcasts et de la réécoute en ligne. A l'intention de ceux qui veulent en sonder le contenu et/ou le creux, on l'a déposée dans le dossier des RFC-Fellows. Vous pourrez l'obtenir en clickant sur ce lien.

Puisque l'avenir des Passagers est -hélas- sous le signe de la réduction comme on l'apprend par Syntone, profitons-en pour remercier Thomas Baumgartner pour cette année de radio. J'ai tout conservé en podcast (les amateurs peuvent me solliciter pour combler un vide dans leur collection). Cette année hormis Jeanne-Martine Vacher, aucun autre producteur n'aura su autant donner confiance à l'auditeur gourmand d'une radio de qualité.

C'était la moindre des choses que de le dire ici...

21
Répondre en citant  
Re: Les passagers de la nuit - Thomas Baumgartner - le Mar 27 Juil 2010, 17:38

Les passagers de la nuit - Thomas Baumgartner     Page 2 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum