Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » La Grande table - Tirons la nappe !

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28 ... 31 ... 36  Suivant

Accueil / France Culture

La Grande table - Tirons la nappe !    Page 27 sur 36

Bas de page ↓   

261
Répondre en citant  
Œillères - le Lun 06 Nov 2017, 14:18

Difficile de résister à commenter le dernier quart d'heure d'entretien entre Olivia Gesbert et l'écrivain Michaël Collins en direct de Chicago pour Donald Trump, quelle riposte intellectuelle ? 06/11/2017.

Olivia Gesbert occupait donc le créneau normalement dévolu à la militante Sonia Kronlund. Elle l'a très bien remplacée. Longs monologues flous de Gesbert présentés comme des questions (pauvre traducteur) et œillères particulièrement visibles.

Ainsi autour de 13h50 Gesbert pose la question "Quels panneaux ne voit-on pas à l'entrée de Chicago ?" Michaël Collins fait un développement intéressant qui se conclut sur le constat que l'échec n'est pas celui de la société, ni du gouvernement, mais un échec personnel (a personal failing) des gens concernés dû à leur immobilisme (il parle depuis son expérience du terrain) et qu'il sera difficile de changer quelque chose. À ce moment-là Gesbert reprend la parole pour parler de ce que doit faire la société, etc.

Caricatural : 1/ la faute de la société pour France Culture (as usual), 2/ l'échec individuel constaté par l'écrivain, 3/ l'impasse sur la responsabilité individuelle par France Culture.

Le citoyen est un enfant, il n'est pas responsable, la société l'est et ce serait à elle d'aider ce citoyen mineur, de le diriger, de l'encadrer. Sorte de pensée totalitaire à l’œuvre quotidiennement. Paradoxe, France Culture entonne quotidiennement le mantra de la liberté, mais elle la nie aux êtres, celle d'être, par exemple, l'instrument de leur propre infortune.

Relire l'écrivain américain, Raymond Carver.



Voir le profil de l'utilisateur

262
Répondre en citant  
''Les paroles gelées'' (Rabelais) - le Lun 27 Nov 2017, 13:21

Je ne crois pas qu'il y ait beaucoup de stations où les producteurs s'invitent les uns les autres pour promouvoir leurs livres. Mais pourquoi pas sur une antenne où l'on ne jure que par l'indistinction et la perméabilité. Donc autrefois invité (chez Enthoven) puis désormais présentateur (tout à fait dans la norme moralisatrice de FC, et même l'excédant) et, le temps d'une promotion, de nouveau invité : L’éthique de la discussion de Fréderic Worms 27/11/2017 La Grande table (2ème partie) par Olivia Gesbert .

À propos de discussion, j'ai aimé l'introduction de Marc-Alain Ouaknin du dernier Talmudiques du 26 11 2017 (mais je n'ai pas tenu l'écoute de l'invité) après une longue citation de Rabelais.

"Ne sommes-nous pas comme le disait le prophète Ezéchiel entrer [sic] dans l’ère des mots figés dans des formules toutes faites, dans des proverbes et des slogans, allant et traversant le monde, proverbisant, l’expression est d’Ezéchiel (chapitre 18), au lieu de parler réellement ?

Ne nous sommes-nous pas installés dans une période de « parole parlée » dont il faut sortir pour redécouvrir une « parole parlante », dégel nécessaire de la parole pour retrouver et réentendre les « mots d’azur », les « mots de sables » et les « mots dorés », pour retrouver une clarté dans le sens des mots et une réelle possibilité, dès lors, de mieux comprendre le monde et les événements qui s’y produisent ?
".

À faire lire à l'équipe Gesbert/Worms/Gardette/Delorme, etc ?  

Voir le profil de l'utilisateur

263
Répondre en citant  
Anticipation - le Ven 01 Déc 2017, 15:43

Aujourd'hui : Les frontières de l’ignorance
Catherine Wihtol de Wenden, politologue, juriste, chercheuse au CNRS, spécialiste des migrations internationales. Son ouvrage La question migratoire au XXIème siècle : Migrants, réfugiés, relations internationales est réédité dans une version actualisée (Presses de Sciences Po, septembre 2017).
Photo du descriptif :"# Nowalls" Frontière entre le Mexique et les Etats-Unis à Tijuana• Crédits : GUILLERMO ARIAS - AFP

Après observation des numéros de la Grande table depuis le début du mois de septembre, il n'est nul besoin d'être voyant pour prédire les sujets de la semaine prochaine :

Lundi : Gaïa, réchauffement climatique, l'apocalypse proche
mardi : le plafond de verre, les inégalités entre hommes et femmes, les meurtres de conjoints
mercredi : migrants, réfugiés, les frontières à abolir, la violence de la forteresse Europe
jeudi : refonder la démocratie, reconstruire le lien social, réinventer le monde
vendredi : transhumanisme, eugénisme, l'homme remplacé par des robots

Voir le profil de l'utilisateur

264
Répondre en citant  
''Les Chiffonniers de Paris'' - le Mar 05 Déc 2017, 16:43

On ne lâchera pas France Culture sur ses autopromotions et étiquettes sonores qui cassent le rythme des émissions et distraient l'attention de l'auditeur, ici 17 secondes  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-04.12.2017-ITEMA_21513354-1.mp3" debut="25:40" fin="25:57"]

Antoine Compagnon a nettement relevé le niveau hier pour "Les Chiffonniers de Paris" (Gallimard, octobre 2017). Mais Gesbert avec ses monologues qui se prennent pour des questions !

Oh, quand l'inconscient de Mercier et Gesbert se lâche en fin de cette pastille sur Walter Benjamin :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-04.12.2017-ITEMA_21513354-1.mp3" debut="31:13" fin="32:05"]

Le chiffonnier, "homme de droite", "auto-entrepreneur"... Pour d'autres qualificatifs péjoratifs, voir le capitaine Haddock.

Voir le profil de l'utilisateur

265
Répondre en citant  
''Réparer l'histoire''... - le Lun 18 Déc 2017, 21:07

La Grande table (2ème partie) par Olivia Gesbert  Archéologie de la civilisation avec Jean-Paul Demoule* 33min 14/12/2017.

Un pédigrée et une présentation qui attirent le chaland. Pour ce qui est de l'écoute, c'est sauve qui peut !

Au garde-à-vous linguistique... [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-14.12.2017-ITEMA_21524043-1.mp3" debut="02:20" fin="03:06"] [ehhh, euhhhh : ne passerait pas le montage à la BBC...]

"Réparer l'histoire" (encore !)... [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-14.12.2017-ITEMA_21524043-1.mp3" debut="03:30" fin="04:28"]

[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-14.12.2017-ITEMA_21524043-1.mp3" debut="05:15" fin="06:40"]  [quel plaisir d'écoute...]

*Jean-Paul Demoule, archéologue, professeur émérite à l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France. Il fait paraître Les dix millénaires oubliés qui ont fait l'histoire (Fayard, septembre 2017).

"Nous avons la croyance positiviste que les vraies sciences, ce sont les sciences dures. Il n'y a pas de Prix Nobel en sciences humaines - à part la littérature."  Jean-Paul Demoule
Au programme aujourd’hui : la révolution néolithique de l’archéologue Jean-Paul Demoule, professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre de l’Institut Universitaire de France. Spécialiste du néolithique et de l’âge de fer, il a travaillé sur l’archéologie de sauvetage, et contribué à la loi française sur l’archéologie préventive, avant de présider l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).
Il publie aujourd’hui Les dix millénaires oubliés qui ont fait l'histoire : quand on inventa l'agriculture, la guerre et les chefs alerte chez Fayard. Une entreprise de réhabilitation de cette période qui inventa l’agriculture et l’élevage, tournée vers aujourd’hui  pour expliquer de quoi  demain sera fait.
Comment les agriculteurs sédentarisés, après les nomades chasseurs cueilleurs, ont changé la face du monde ? La révolution néolithique est une révolution bien plus importante que celle que nous connaissons actuellement sous l’effet de la technologie, plus importante aussi que celle provoquée par l’industrie.

Voir le profil de l'utilisateur

266
Répondre en citant  
''Comment vivre quand on n'est pas dans le bon corps'' (LdR) - le Lun 18 Déc 2017, 21:35

Léonor de Récondo*, prix du roman des étudiants France Culture Télérama dans La Grande table (1ère partie) par Olivia Gesbert  28min  13/12/2017.

France Culture + Télérama = moi-même, la présence de soi, l'ego, le nombril, l'intérieur de son corps, le corrrrrrrps, le choix identitaire de soi-même, de son orientation sexuelle, etc. [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-13.12.2017-ITEMA_21522861-0.mp3" debut="01:41" fin="03:54"]

"À 18-20 ans, on s'interroge beaucoup sur ce qu'il y a à l'intérieur [de son corps)]" Olivia Gesbert

L'emballage sonore sautillant et cache-misère du début de l'émission :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-13.12.2017-ITEMA_21522861-0.mp3" debut="00:55" fin="01:22"]

Comme chez Vincent Charpentier et dans d'autres émissions : les  génériques musicaux sont en total contraste avec le contenu qui suit et cherchent à en masquer la pauvreté.

* La lauréate du Prix du roman des Etudiants Télérama - France Culture, Léonor de Récondo, écrivaine et violoniste, vient d'être choisie par le jury composé d'étudiants de 18 à 30 ans, pour son roman "Point Cardinal", dans lequel elle explore la transition, homme vers femme, de son personnage.

Voir le profil de l'utilisateur

267
Répondre en citant  
Re: La Grande table - Tirons la nappe ! - le Mar 19 Déc 2017, 21:23

"Comment vivre quand on n'est pas dans le bon corps"
Mais, Philaunet,vous n'avez pas entendu la meilleure au sujet de ce livre:le matin, à 8h45, Sandrine Treiner était venue annoncer que ce livre avait été élu par un jury d'étudiants de "toute la France" et restez bien assis sur vos chaises, elle a déclaré que ce sujet traité par Léonor de Récondo, était "un des grands enjeux contemporains".
On croyait naïvement que les grands enjeux (notez d'ailleurs ce terme sans cesse employé) contemporains, ce pourrait être, par exemple, la paix dans le monde, la place de l'intelligence artificielle, le devenir de la nature sur notre planète, etc, etc .Eh bien non, c'est: "suis-je bien dans mon corps de femme ou d'homme, ne serais-je pas mieux dans l'autre corps?" Quel riche débat intérieur philosophique!

Voir le profil de l'utilisateur

268
Répondre en citant  
Classe de transition... - le Mer 20 Déc 2017, 12:55

antonia(http://www.regardfc.com/t337p260-la-grande-table-tirons-la-nappe#29675) a écrit:"Comment vivre quand on n'est pas dans le bon corps"
Mais, Philaunet,vous n'avez pas entendu la meilleure au sujet de ce livre:le matin, à 8h45, Sandrine Treiner était venue annoncer que ce livre avait été élu par un jury d'étudiants de "toute la France" et restez bien assis sur vos chaises, elle a déclaré que ce sujet traité par Léonor de Récondo, était "un des grands enjeux contemporains".
On croyait naïvement que les grands enjeux (notez d'ailleurs ce terme sans cesse employé) contemporains, ce pourrait être, par exemple, la paix dans le monde, la place de l'intelligence artificielle, le devenir de la nature sur notre planète, etc, etc .Eh bien non, c'est: "suis-je bien dans mon corps de femme ou d'homme, ne serais-je pas mieux dans l'autre corps?" Quel riche débat intérieur philosophique!
Mais oui, mais oui... D'ailleurs toute la chaîne est au garde-à-vous sur le sujet et obéit aux douces injonctions de sa directrice.. Prenez l'inénarrable Marie Richeux, qui lorgne sans doute sur un poste à la mesure de sa soumission au paradigme maison, voici sa dernière heure (non, non...) d'utilisation de l'antenne culturelle publique : Par les temps qui courent : Smith (voir la photo sur la page).

Smith ? Voyons qui est derrière ce nom : "SMITH n’en fait pas mystère : son approche du visible, luministe et sombre à la fois, vaut comme image de l’incertitude des rôles sexués. La question du genre, thématisée depuis plus de vingt ans par la philosophie tient une place non négligeable dans l’élaboration intellectuelle de son œuvre" Galerie Les Filles du Calvaire.

Vous voyez, antonia : "philosophie", "élaboration intellectuelle", "œuvre", c'est du lourd ! Sans doute Sandrine Treiner s'était-elle/il entretenu.e, avant de parler de Récondo, avec la future directrice des programmes (ça promet !), autrefois appelée ici "mademoiselle sucre d'orge" ou encore "miss marelle".

Tombé par hasard sur la fin qui vaut son pesant de niaiserie. Le podcast n'est pas disponible (un signe ?) mais on peut écouter un sommet de nunucherie durant une minute à 58'25. [« Par les temps qui courent, on court ? »] C'est la misère...

Voir le profil de l'utilisateur

269
Répondre en citant  
Michel Serres, 86 ans, tient la dragée haute au tandem Gesbert-Mercier - le Mer 20 Déc 2017, 21:06

Contre le déclinisme avec Michel Serres pour La Grande table (2ème partie) 20/12/2017. Vaut l'écoute. On en reparle...

On note en passant sur la page  la conjugaison "de cet avant où on mourrait" [mourait] et le compte-rendu particulièrement peu représentatif du contenu de l'émission, vu que Serres a saqué les médias et les journalistes, au premier rang desquels ceux de la Grande table, en fin d'émission. Joli coup !

Voir le profil de l'utilisateur

270
Répondre en citant  
''Le manifeste anti-déclinisme du philosophe Michel Serres'' - le Jeu 21 Déc 2017, 23:18

Le grand âge autorise à dire ce que l'on pense. Michel Serres n'a rien à perdre en critiquant Olivia Gesbert et Antoine Mercier à la fin du numéro Contre le déclinisme avec Michel Serres pour La Grande table (2ème partie) 20/12/2017 (cf. post 269 ci-dessus) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-20.12.2017-ITEMA_21529933-1.mp3" debut="33:39" fin="34:10"]

Michel Serres n'aime pas le mot "résilience" et se fait fort de le dire  : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-20.12.2017-ITEMA_21529933-1.mp3" debut="13:12" fin="13:37"]

Comme on l'a noté plus haut, le résumé et les citations de la page ne reflètent pas le contenu de l'émission, notamment les beaux passages sur la guerre et la mémoire.

Voir le profil de l'utilisateur

271
Répondre en citant  
Michel Serres et le polythéisme - le Mar 02 Jan 2018, 19:46

Philaunet(http://www.regardfc.com/t337p260-la-grande-table-tirons-la-nappe#29693) a écrit:Le grand âge autorise à dire ce que l'on pense. Michel Serres n'a rien à perdre en critiquant Olivia Gesbert et Antoine Mercier à la fin du numéro Contre le déclinisme avec Michel Serres pour La Grande table (2ème partie) 20/12/2017 (cf. post 269 ci-dessus) : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-20.12.2017-ITEMA_21529933-1.mp3" debut="33:39" fin="34:10"]

Michel Serres n'aime pas le mot "résilience" et se fait fort de le dire  : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-20.12.2017-ITEMA_21529933-1.mp3" debut="13:12" fin="13:37"]

Comme on l'a noté plus haut, le résumé et les citations de la page ne reflètent pas le contenu de l'émission, notamment les beaux passages sur la guerre et la mémoire.
Qui n'a pas envie d'écouter cette émission peut en lire la transcription partielle dans le numéro du 30 décembre du journal Le Temps (l'éditeur n'a pas mal fait les choses...) sous le titre provocateur : Michel Serres: « L’espèce humaine est constituée de braves gens ». On retrouve mot pour mot des paroles prononcées lors de l'émission et sans doute ailleurs quand il présente son livre.

Pas présents dans l'émission les propos en conclusion de l'article :

"Des personnes peu connues aujourd’hui seront peut-être les personnages historiques de demain. Nous avons d’ailleurs déjà sous les yeux des enterrements grandioses.
Vous parlez de Johnny Hallyday?
Moi qui ne regarde jamais la télé, j’ai passé trois heures devant. Bergson disait qu’une société est naturellement une machine à fabriquer des dieux. Et là, nous y étions, avec une véritable analyse sociologique de la religion. Les romains appelaient cela le processus d’apothéose: la transformation d’un homme en dieu. Nous avons assisté à une cérémonie polythéiste où l’on a transformé un homme en dieu. Et les invités autour étaient également des idoles du cinéma, de la télé, de la politique, c’est-à-dire des gens en attente d’apothéose, demi-dieux devant un vrai dieu. Et dans cette grande église, le monothéisme chrétien reculait devant une marée polythéiste. C’était prodigieux. J’en ai tiré l’idée que croire en Dieu est une affaire individuelle, mais que le collectif continue de produire du polythéisme."

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


272
Répondre en citant  
Re: La Grande table - Tirons la nappe ! -

La Grande table - Tirons la nappe !     Page 27 sur 36

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28 ... 31 ... 36  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum