Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs    Page 2 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Jeu 17 Fév 2011, 18:50

Rappel du premier message :

Le fil consacré à Répliques a vu démarrer en fond de page 4 une série de digressions sur Brice Couturier et ses orientations (politiques). C’est le moment de canaliser tout ça dans un sujet dédié.

En reprenant (et sur le mode de la provocation) :

Sur le fil Répliques (dernier refuge), Langevin a écrit:Ah, mon cher Frédéric, vous avez raison, j’ai peut-être cédé à un goût coupable pour la formule éristique et à une pratique du débat qui me porte moins vers les froufrous de la guerre en dentelle que vers la franche et joyeuse brutalité du Cosaque du Kouban.

Je vois, verser dans l’argument, c’est tremper dans la mollesse ? Allez, un bon bourre-pif, ça convaincra les besogneux du syllogisme Smile

Il a aussi été le cas que Langevin a écrit:Brice Couturier : j’y reviendrai plus longuement, mais le pauvre garçon me fait l’effet d’un enfant né trop tard dans un monde trop vieux, d’un faux libéral qui [...]

En quoi n’est-il pas un vrai libéral ? Le libéralisme politique a ses courants, tempérer son libéralisme de quelques registres d’exceptions (quoi, son conservatisme social, à Couturier ?) c’est n’être plus un libéral ?
Autre chose : Si le libéralisme (le vrai) est voué à la faillite, être un faux libéral c’est un moindre mal ? Non ? Ou bien le vrai libéralisme, vous en attendez quelques succès ?

Dans la suite de la phase, le même a écrit:[...] voit le monde avec les lunettes de Gerald Ford, d’un antitotalitaire autoproclamé qui poursuit de sa vindicte un cadavre sans penser un instant la faillite intellectuelle profonde, totale d’un modèle intellectuel fugace, le néoconservatisme à l’étasunienne, dont il fut un ardent défenseur (pour ne pas dire propagandiste).

Neocon ou libéral (aspirant-Aron), il faut choisir l’étiquette qu’on lui colle. Les néo-conservateurs sont d’authentiques interventionnistes, et ne se réclament pas du libéralisme.

Et, bien que les Bush n’étaient pas vraiment néo-conservateurs, c’est dans les faits qu’on constatera l’échec de certains partis pris néo-conservateurs. On ne démontrera pas "intellectuellement" la fausseté de principes très généraux comme l’anti-totalitarisme ou l’anti-relativisme social et moral, ou de thèses à visées pratiques comme la défense de la position dominante américaine et les moyens d’empêcher les possibilités de sa remise en cause. On peut les démonter par l’exemple - ça a ses limites, le champ d’expérience étant limité et pas de rejeu possible des situations -, mais "faillite intellectuelle" ?

Par ailleurs, à tant piétiner le modèle en question, on pourrait faire croire qu’il n’est pas tout à fait mort.

Je ne connais pas bien Brice Couturier, mais dans son tandem, le principal fournisseur de chiffres, en moyenne le meilleur connaisseur des dossiers traités, et le pourvoyeur de questions certes polémiques, mais correctement aiguisées, c’est lui. Ce sont ses qualités d’animateur du débat, pas ses orientations politiques qui comptent à son poste.

Sur la faiblesse et la force "sur le champ des idées dominantes", désolé mais c’est un travers universel, j’ai l’impression, de se représenter que les idées adverses dominent, "insidieusement" pense-t-on facilement, les esprits et les mentalités : Acrimed et compagnie voient le libéralisme et la droite partout, Slama, Couturier et Finkie n’ont de cesse de traquer l’antiracisme et la bien-pensance universellement répandue, pouvoir social véritable; Dieudonné, Soral ou quantité d’autres plus fréquentables ne cessent de croire se heurter à l’emprise sioniste omniprésente, quand le précédent Finkielkraut, et combien d’autres personnalités juives (pas de polémique sur ce qualificatif svp) s’imaginent l’antisémitisme ronger le coeur de la société et bientôt déboucher sur une nouvelle catastrophe.

Voilà une pelote d’objections de plus où moins bonne foi, qui vous donneront l’occasion de froufrouter un peu sur le dos de Brice Couturier. La démêler vous sera un jeu agréable, agira maïeutiquement sur vos idées, et permettra au forum de profiter un peu de votre lecture, et celle des autres pourvoyeurs de bons mots qui sévissent ici.
* * *

11
Répondre en citant  
Brice COUTURIER - Invité permanent et co-producteur de France Culture - le Dim 28 Sep 2014, 18:07

BC et sa propagande on en a plein les oreilles !

12
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Dim 28 Sep 2014, 18:48

Moi aussi je regrette le départ du gros Phiphi de la lucarne de 7 h 56, mais en revanche, j'ai trouvé un moyen peu onéreux d'esbaudir ma famille et mes amis grâce au maintien bon pied bon oeil du dispensable Brice à 8 h 16. En effet, j'ai conçu, pendant mes vacances d'été, un petit jeu de société que j'ai nommé le "Bingo Bribrice" et qui suscite dans ma chaumière la plus vive alacrité. Le principe en est fort simple et copié sur le jeu du bingo que prisent tant les gens d'outre-Manche (j'eus pu dire nos amis mais il paraît que les Gallois et les Ecossais n'en sont pas friands) ; soit une grille où chaque case correspond à une des expressions les plus courantes du Couturier ; "vous contestez mes chiffres ?", "Project Syndicate", "57 % de dépenses publiques", "Irak", etc.... le premier qui remplit une ligne avec les pédanteries du Monsieur Homais de France Culture a gagné. Généralement, l'affaire est pliée en trois jours.

Je songe à en faire une version "Caroline Fourest", "Philippe Manière" et "Edwy Plenel". Pour chacun de ces trois affligeants suce-micro, le niveau de prévisibilité est au moins égal à Sa Suffisance Bribrice.

13
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Lun 29 Sep 2014, 09:10

Anattendant qu'on aborde le cas Couturier où je ne vois guère de suffisance mais un sérieux professionnel et par là un style méthodique qui pourraient excuser d'éventuels fourvoiements, il faudra au moins signaler qu'il est le plus souvent en rupture avec le ton obligé de la maison : homme de gauche critique de la gauche (ce qui fait qu'on le caricature en droitiste) il fait partie des quelques uns, avec Finkielkraut, qui reçoivent régulièrement leur volée de bois vert par les auditeurs réclamant sa démission. Une visite à la page de sa chronique sur le site de FC permettra de constater qu'il valide sans les censurer des critiques franchement méprisantes et les agressions déclarées, auxquelles il répond enfin jusqu'au point où l'agresseur régulier n'a plus que des insultes néo-trotskystes à lui balancer à ce moment-là le dialogue s'arrête sportivement sur l'indication "je ne validerai plus vos commentaires tant qu'ils ne contiendront que de l'insulte".

A part ça, ce matin nous entendons une voix nouvelle, saluée comme telle par Voinchet : Thomas Guénolé qui ne mâche pas ses mots. Il tente de faire une entrée remarquée sur FC ? Ca pourrait marcher. Il envoie ses préconisations sur un ton tranché, par exemple en faveur du vote obligatoire. Et il faut voir ou plutôt entendre ce qu'on risque quand on lui répond. Ecoutons l'échange qand il aborde la question des sondages non représentatifs (sondages-râteau) : alors que du fond de cours Voinchet tente finement de se la jouer à la fois second gendarme et journaliste-avisé "oui nous ici on les prend avec des pincettes", Guénolé monté au filet lui répond de volée : "pas de pincettes - à la poubelle direct" et il marque le point. Voinchet cloué.

Ce Guénolé va-t-il s'incruster dans la matinale ? Pour les rendez-vous électoraux ? Comme consultant popolitique régulier ? Ca mettra un peu de sel dans la ronronnante voinchesque. Il pourrait même piquer son bifteck à Métézeau, qui après l'intermède Bouscarel, a donc repris le poste de chef du service politique eh oui l'ancien fauteuil de Huertas sans en avoir l'expérience du coup il ne reste pas grand chose .

14
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Lun 29 Sep 2014, 22:48

Ah ah ah ! Mon cher Nessie, votre goût du politiquement incorrect (quand il n'est pas de gauche) vous aveugle. Brice n'est ni un homme de gauche, ni un libéral, ni un homme sérieux ; un petit vieux chafouin hédoniste et sécuritaire, un ludion funésien dur aux faibles et complaisant aux forts, un lamantin dérisoire échoué des années 1980 dans notre temps cruel. je vais être bon avec ce Turlupin, on va s'arrêter à ce matin et à son fantasme de politique régénérée par la société civile : du n'importe quoi en tube et parfumé aux oeufs de haddock de Botnie. Comme si toutes les expériences de "parti de la société civile " (en République Tchèque, par exemple, avec TOP 09) ne s'étaient pas achevées par de lamentables échecs, entre inexpérience brouillonne, fractionnisme, corruption et histrionisme. Si, tiens, à la rigueur, une expérience réussie : le Mouvement 5 Etoiles du sinistre Grillo en Italie, bouffon péroniste et agressif pas loin de ce que serait sans doute devenu Coluche si la mort, précoce, ne l'avait empêché de finir sa mue de con surjoué en con véritable. Ce qui serait bien, c'est qu'on arrête de penser que ce pauvre Brice a un quelconque intérêt parce qu'il va à contre-courant du ton France Culture : il 'y a pas que des prophètes chez les minoritaires, il y a aussi des imbéciles au cube.

15
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Mar 30 Sep 2014, 01:10

Très correcte au contraire est mon aspiration : Briceman Couturini tranche sur Fc parce qu'il n'est pas TerraNovien, parce qu'il reste un partisan du B-A-BA de la realpolitik, qu'il a en horreur la culture de la dette, parce qu'il rève du modèle Allemand ou éventuellement scandinave, donc il est de droite sans le savoir tout en aspirant d'être de gauche et c'est ça qui le sauve comme hélas une minorité des gens de gauche. Certains s'en rendent compte quand ils font le test du Nouvel Obs en période pré-électorale "Etes-vous de Droite ou de Gauche - Notre test en 14 questions".

Evidemment, à lire votre billet on se marre car l'individu semble être repeint pour l'hiver. A un détail près : j'aimerais bien qu'on discute un peu de ces formules qui sont pleines de punch et qui sentent bon la verve pamphlétaire (à moins qu'elles ne sentent le punch) car le hic est que je n'y retrouve pas mes petits, à commencer par le sens et à poursuivre par le lien à ce que j'entends quand il m'arrive (parfois) d'être à l'écoute de la matinale  à 8h16 et pas encore découragé de l'être.

- chafouin et funèsien : j'aurais bien vu ce couple d'adjectifs accolé à un hybride de Slama et de Voinchet, mais Couturier, franchement non.
- hédoniste et sécuritaire : je ne sais pas qui n'est pas un peu cela, mais je ne vois pas en quoi Couturier le serait plus que d'autres. Il n'y aurait donc de gauche que Taubiresque ?  
- dur aux faibles et complaisant aux forts : svp quelles chroniques matinales zet dialogues pourraient étayer ce diagnostic ? Devant quels puissants s'est-il donc déculotté pour avoiner le lendemain quel doux oiseau ?
- société civile : qu'on veuille bien résumer la pilule du Docteur Couturier avant de la torpiller. Ce que j'en aurais compris était plutôt de l'entier bon sens ; je ne sache pas que dans le passé notre beau pays se soit trouvé naufragé après l'application d'un tel remède : par qui donc, et quand donc ? Ah bon : on a essayé d'essayer et ça n'a même pas réussi à démarrer ? A la bonne heure ! Mais alors pourquoi pas essayer de nouveau en s'y prenant mieux ?
- ah bon pour vous la société civile c'est Beppe Grillo ? Bon là je commence à comprendre pourquoi je ne comprends rien. Encore vous auriez torpillé Couturier en la taxant de "Bayrou du pauvre" ou mieux "Bayrou de secours", j'aurais compris. Mais là, Beppe Grillo non je vois pas.

Anyway,  si la pilule vous semble ridicule, c'est probablement que vous avez une préconisation soit inverse, soit incompatible, soit les deux. Mais que proposez vous donc ? Après tout, pour développer une analyse saine, rien ne vaut que de partir d'une bouffonnerie or vous en avez une sous la main. Prenez donc la contraposée svp qu'on y voye plus clair... Alors que faire : la barre à gauche toute ? Ah oui n'est-ce pas, y en a marre de Hollande avec sa politique de droite.... mais comme Couturier n'aime pas, c'est qu'il est lui à l'extrême-droite, certainement. Non reprenons : un gouvernement 100 % issu du sérail, voila ce qu'il nous faut ? Ou encore : pas de société civile morbleu, mais un régime militaire, y a que ça, tonnerre (je sais pas où on va les trouver mais commençons déjà par les chercher).

A vous.
Bien à vous.
Bien à vous.
A vous...

16
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Mar 30 Sep 2014, 18:17

... Et puis l'existence de cet ancien fil m'est revenu en mémoire. Après y avoir versé les dernières interventions, je crois que les choses sont plus claires.

Si l'on tient absolument à faire la  critique de Brice Couturier comme producteur et chroniqueur, il me semble qu'elle peut et doit se faire sur 3 dimensions distinctes et séparées : idéologique, intellectuelle, et enfin radiophonique au sens strict du terme : sa place dans l'émission et l'apport qui est le sien, en nature et en qualité.

A) La critique idéologique devrait être à la fois la plus claire, la plus facile à mener et donc la plus tôt bouclée. A mon sens, Couturier fait partie des rares éléments qui sur FC défendent un certain bon sens économique, en opposition avec le mainstream de la chaine qui est à la fois éconophobe et tenant de l'économie administrée par l'Etat, mais encore égalitariste non au plan civique mais au plan économique (ce qui est une belle façon de pervertir le deuxième terme de la devise nationale). Au plan politique, ses options sécuritaire, européiste, universaliste même, me semblent assez perceptibles mais hormis s'écharper là-dessus pour des raisons de choix personnel, je ne sache pas qu'il y ait là matière à polémiquer indéfiniment. Sa position est claire, que l'on partage et apprécie ou au contraire qu'on vilipende avec joie : il est des nôôôôtres ou au contraire c'est un adversaire idéologique (lire : pourriture, vipère, idiot utile, vendu, valet du capital, beauf d'extrême-droite, faux libéral etc etc).

B) La critique intellectuelle a été faite par Langevin : Couturier est un imbécile.  Appréciant le contenu de ses chroniques, leur pertinence et leur style méthodologique, je me trouve forcément classé parmi les imbéciles. Notez bien que je n'en tire nulle affliction, au contraire la confirmation d'une vague intuition de mon propre crétinisme, intuition que j'avais toujours confusément éprouvée. En tous cas, il est donc normal que je n'aie rien à opposer à un éreintement. Preuve supplémentaire de mon piètre niveau : je n'ai pas compris réellement la teneur des reproches qui lui sont faits dans les coms depuis le début de ce fil. Notez bien que ça peut venir aussi de mon ignorance : ma culture politique ne doit rien à l'information télévisuelle, je dois même confesser que la thématique Bush/Néocons n'éveille en moi aucune compréhension. (Et pas d'erreur : avec l'ignorance nous sommes encore sur le registre intellectuel, en l'occurrence mes médiocres aptitudes).

C) Reste la critique radiophonique : Couturier est un pitre, nous dit Langevin. Ayant moi-même recouru à des reproches du même tonneau y compris le coup du Loto pour éreinter plus d'un producteur chéri de la direction (ça n'est pas vraiment son cas) ou apprécié sans réserve par le public urbain de FC  (non plus son cas), je me vois mal renâcler devant la même entreprise visant un producteur que j'apprécie. Je regrette seulement de la trouver bien peu étayée. J'aurais apprécié de lire quelques exemples de sa façon de biaiser les débats, de se coucher devant les cadors et de mordre les damnés de la terre. En fait j'ai toujours eu exactement l'impression inverse. C'est là certainement nouvelle manifestation de mes carences intellectuelles et de mon faible discernement. Alors comment évaluer l'apport radiophonique de Brice Couturier à la matinale, elle même surchargée de la thématique politique ? La dessus je rends de nouveau la main à Langevin ou à d'autres, car mon intuition me dit qu'il y a là une voie forumique des plus intéressantes pour faire pousser quelque plante grasse sur le terreau de notre désaccord.

17
Répondre en citant  
Et si on arrêtait vraiment le punch ? - le Mar 30 Sep 2014, 18:24

Eh ben ! dans la liste des nouveautés médias de la rentrée, je note cette bonne résolution de Nessie :
"j'aimerais bien qu'on discute un peu de ces formules qui sont pleines de punch et qui sentent bon la verve pamphlétaire (à moins qu'elles ne sentent le punch)"
Baisse à prévoir dans les ventes de rhum, réduction de la longueur des commentaires : la déflation est bien là.
Pour fêter cela, je vais m'en préparer un verre !

nouveaunom 

18
Répondre en citant  
Allez encore un peu de Couturier bashing - le Mar 23 Déc 2014, 08:47

Mon problème est que je me vois obliger d'interrompre l'écoute de France Culture chaque fois que BC profère des âneries, ce qui, malheureusement, ce produit presque chaque fois qu'il prend la parole. Je suis triste quand je pense que l'argent publique est gaspillé à rémunérer BC.

Nouveaunom 

19
Répondre en citant  
Des âneries encore et encore - corrigé - le Mar 23 Déc 2014, 09:22

Mon problème est que je me vois obliger d'interrompre l'écoute de France Culture chaque fois que BC profère des âneries, ce qui, malheureusement, ce produit presque chaque fois qu'il prend la parole. Je suis triste quand je pense que l'argent public est gaspillé à rémunérer BC.

20
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Mar 23 Déc 2014, 14:04

Mersi mersi vous avez bien fait de corriger, s'est tellement mieux comme sa.

Mais vous auriez aussi pu écrire que "sa continue encore et encore".

Bon. Et maintenant la suite : ci vous nous disiez pourquoi ?

21
Répondre en citant  
''Le Japon est une démocratie parfaite'' - le Ven 16 Jan 2015, 08:43

À 8h38 Brice Couturier a dit "Le Japon est une démocratie parfaite". Quand va-t-on empêcher ce personnage de profaner des stupidités ?

Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs     Page 2 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum