Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs    Page 5 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Jeu 17 Fév 2011, 18:50

Rappel du premier message :

Le fil consacré à Répliques a vu démarrer en fond de page 4 une série de digressions sur Brice Couturier et ses orientations (politiques). C’est le moment de canaliser tout ça dans un sujet dédié.

En reprenant (et sur le mode de la provocation) :

Sur le fil Répliques (dernier refuge), Langevin a écrit:Ah, mon cher Frédéric, vous avez raison, j’ai peut-être cédé à un goût coupable pour la formule éristique et à une pratique du débat qui me porte moins vers les froufrous de la guerre en dentelle que vers la franche et joyeuse brutalité du Cosaque du Kouban.

Je vois, verser dans l’argument, c’est tremper dans la mollesse ? Allez, un bon bourre-pif, ça convaincra les besogneux du syllogisme Smile

Il a aussi été le cas que Langevin a écrit:Brice Couturier : j’y reviendrai plus longuement, mais le pauvre garçon me fait l’effet d’un enfant né trop tard dans un monde trop vieux, d’un faux libéral qui [...]

En quoi n’est-il pas un vrai libéral ? Le libéralisme politique a ses courants, tempérer son libéralisme de quelques registres d’exceptions (quoi, son conservatisme social, à Couturier ?) c’est n’être plus un libéral ?
Autre chose : Si le libéralisme (le vrai) est voué à la faillite, être un faux libéral c’est un moindre mal ? Non ? Ou bien le vrai libéralisme, vous en attendez quelques succès ?

Dans la suite de la phase, le même a écrit:[...] voit le monde avec les lunettes de Gerald Ford, d’un antitotalitaire autoproclamé qui poursuit de sa vindicte un cadavre sans penser un instant la faillite intellectuelle profonde, totale d’un modèle intellectuel fugace, le néoconservatisme à l’étasunienne, dont il fut un ardent défenseur (pour ne pas dire propagandiste).

Neocon ou libéral (aspirant-Aron), il faut choisir l’étiquette qu’on lui colle. Les néo-conservateurs sont d’authentiques interventionnistes, et ne se réclament pas du libéralisme.

Et, bien que les Bush n’étaient pas vraiment néo-conservateurs, c’est dans les faits qu’on constatera l’échec de certains partis pris néo-conservateurs. On ne démontrera pas "intellectuellement" la fausseté de principes très généraux comme l’anti-totalitarisme ou l’anti-relativisme social et moral, ou de thèses à visées pratiques comme la défense de la position dominante américaine et les moyens d’empêcher les possibilités de sa remise en cause. On peut les démonter par l’exemple - ça a ses limites, le champ d’expérience étant limité et pas de rejeu possible des situations -, mais "faillite intellectuelle" ?

Par ailleurs, à tant piétiner le modèle en question, on pourrait faire croire qu’il n’est pas tout à fait mort.

Je ne connais pas bien Brice Couturier, mais dans son tandem, le principal fournisseur de chiffres, en moyenne le meilleur connaisseur des dossiers traités, et le pourvoyeur de questions certes polémiques, mais correctement aiguisées, c’est lui. Ce sont ses qualités d’animateur du débat, pas ses orientations politiques qui comptent à son poste.

Sur la faiblesse et la force "sur le champ des idées dominantes", désolé mais c’est un travers universel, j’ai l’impression, de se représenter que les idées adverses dominent, "insidieusement" pense-t-on facilement, les esprits et les mentalités : Acrimed et compagnie voient le libéralisme et la droite partout, Slama, Couturier et Finkie n’ont de cesse de traquer l’antiracisme et la bien-pensance universellement répandue, pouvoir social véritable; Dieudonné, Soral ou quantité d’autres plus fréquentables ne cessent de croire se heurter à l’emprise sioniste omniprésente, quand le précédent Finkielkraut, et combien d’autres personnalités juives (pas de polémique sur ce qualificatif svp) s’imaginent l’antisémitisme ronger le coeur de la société et bientôt déboucher sur une nouvelle catastrophe.

Voilà une pelote d’objections de plus où moins bonne foi, qui vous donneront l’occasion de froufrouter un peu sur le dos de Brice Couturier. La démêler vous sera un jeu agréable, agira maïeutiquement sur vos idées, et permettra au forum de profiter un peu de votre lecture, et celle des autres pourvoyeurs de bons mots qui sévissent ici.
* * *

41
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Mer 24 Juin 2015, 13:25

pollux a écrit:Le cas de Marie Richeux est différent : elle (et son émission) a effectivement des défauts, mais de jeunesse, jamais d'éthique. Par contre, les critiques que, comme vous, je lis ici, sont déroutantes par leur côté systématique, presque hystérique : il paraît que même sa voix est insupportable ; bientôt c'est sa coiffure qui sera critiquée ? A côté de ce véritable lynchage, mes critiques de M. Couturier restent rares et mesurées.

Très intéressant en vérité, par la confusion conceptuelle, qui je dois le dire n'est guère surprenante.

Ainsi il y aurait chez certains des défauts d'éthique et chez d'autres des défauts de jeunesse. Qu'est-ce que c'est que cette philosophie de débutant ? C'est toute la chaine qui viole journellement la déontologie journalistique. Ce forum regorge d'exemples. Et l'on est heureux d'apprendre que la jeunesse mettrait à l'abri de ces erreurs-là. Pourquoi ? Comment ? Voila qui serait beaucoup demander. Et qui peut croire vraiment que Richeux, placée par sa mère dans la maison, est un modèle d'éthique ? Et ensuite on vient dénigrer un producteur en lui inventant une protection personnelle ? Sans l'ombre d'une piste hormis la complicité de Couturier avec le lobby juif, qu'il faut s'attendre peut-être à voir revenir comme argument-clé dans un post de 4h du matin après une nouvelle crise nocturne ?

C'est certainement à force de savourer les émissions de militantisme social que Pollux a oublié la raison d'être de la chaine : la culture. Il serait de meilleure farine d'évaluer la place et le rôle de Brice Couturier par son apport à la mission culturelle de la chaine. Elle est un peu en deçà de celle d'un Philippe Meyer, entendez presque nulle.

Pourtant, les deux producteurs ont montré en diverses occasions qu'ils pourraient faire une émission culturelle, pour peu qu'on leur en confie la mission. Pour Meyer ça crève les yeux : il suffit d'écouter ses brèves dans l'Esprit public. Quant à Couturier, il suffit de l'avoir entendu signaler de temps à autres lors des rares matinales culturelles, qu'il avait versé dans le journalisme d'actualité politique à son corps défendant, parce que son intérêt spontané l'aurait plutôt poussé vers la littérature.

Mais peu importe : un libéral déclaré ne mérite qu'une chose : se faire dégommer par les Tullius Détritus qui à grand renfort de bannissement idéologique ou d'insinuations fielleuses en général étayées par rien du tout, demandent sa tête sur le site de FC ou dans les rares forums du Web où les auditeurs mécontents ont pris l'habitude de la ramener.

42
Répondre en citant  
Falsification du message n°4 - le Mer 24 Juin 2015, 17:05

Je m'aperçois que le titre de mon message (le n° 4 ci-dessus), que j'avais intitulé :
- "Etaiement suite" (si ma mémoire est bonne)
a été changé en :
- "Allez encore un peu de Couturier bashing"

Ce qui change évidemment la tonalité et le sens du message, de façon délibérée.

- Qui a effectué cette modification ?
- Est-ce une pratique normale sur ce blog forum ?

Merci de rétablir le texte réel.

43
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Mer 24 Juin 2015, 17:06

Pollux a écrit:Je m'aperçois que le titre de mon message (le n° 4 ci-dessus), que j'avais intitulé :
- "Etaiement suite" (si ma mémoire est bonne)
a été changé en :
- "Allez encore un peu de Couturier bashing"

Ce qui change évidemment la tonalité et le sens du message, de façon délibérée.

- Qui a effectué cette modification ?
- Est-ce une pratique normale sur ce blog forum ?

Merci de rétablir le texte réel.

C'est en fait le message numéro 5 qui a été modifié

44
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Mer 24 Juin 2015, 18:53

Merci Nessie de prendre le temps de dire de tout cela... cela fait du bien.

45
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Mer 24 Juin 2015, 20:49

@ Pollux - Aneffet ce changement de titre est tout à fait anormal et surtout, c'est une erreur des plus inquiétantes car pour créer le fil, un seul titre aurait dû être modifié : celui du premier message. Au lieu de quoi c'est le 5 qui assume le changement de titre. A moins que ce ne soit le 2.

Il n'est pas normal qu'hormis le 1 qui devrait porter le titre du nouveau fil (et ne le porte pas), d'autres messages qui n'ont été que transférés aient vu leur titre non pas modifié mais supprimé (et de là , remplacé par défaut). Je vous présente les excuses non de toute l'équipe qui n'est pas impliquée dans la manoeuvre de rangement, mais de moi-même et dans le même temps je plaide non coupable.

Cela dit, vous êtes bien loin du niveau des Situs pour pouvoir employer le terme de "falsification". Eussiez-vous écrit "maspérisation" que j'en eusse été tout à la fois amusé et sali (d'être rapproché d'un personnage aussi répugnant que François Maspéro, mais peut-être ne savez-vous pas qui c'est ? ). Enfin ça ne change pas grand chose au message ; mais à chacun ses coquetteries, n'est-ce pas : c'est le droit de chaque forumeur de voir respecter ses propres lignes. J'ai donc rectifié, sans avoir vraiment compris pourquoi notre hébergeur avait modifié ce titre.

A part ça , si vous aviez l'amabilité de nous donner les dates des chroniques incriminées, je serais très intéressé de les proposer ici en écoute et de pouvoir donner mon propre avis dessus... et sur vos interprétations par la même occasion.

(Et à part ça, comme je vais agglomérer ce fil avec quelques précédents moignons de sujets où des forumeurs intermittents réclament la tête du même producteur -par exemple l'inoubliable "Brice Couturier, grand profanateur"- , les numéros vont changer et là sera-ce un nouveau coup de salsification, je ne sais)

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

46
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Jeu 25 Juin 2015, 11:08

Votre hébergeur est certainement israélien.

47
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Jeu 25 Juin 2015, 19:15

Et "Couturier", c'est louche, non ? Des évidents antécédents dans la sape, vous voyez ? pst

Hocus Pollux 

48
Répondre en citant  
Armageddonc - le Jeu 25 Juin 2015, 19:32

Ah, je le savais ! Votre hébergeur est américain !!! Et la vérité réelle est que l'Amérique comme chacun sait est pilotée en sous-marin des pronfondeurs par l'Aipac !!!!!! Ahahah [rire dément comme dans le générique de Mauvais genres]

49
Répondre en citant  
Pas d'accord avec Nessie - le Jeu 26 Nov 2015, 11:27

Je salue les belles tournures de phrases, la dialectique « au couteau » qui sont autant de formules légitimantes de bonnes intentions. Cependant, pour ou contre Brice Couturier, n’a pas d’importance à mes yeux. Je n’écoute plus France Culture parce qu’un fainéant de français comme moi en a marre d’être tabasser par les chroniques logiques de M. Couturier. Je n’ai jamais été de gauche, ni même de droite, mais Brice Couturier m’a débusqué. En effet, comme je m’insurge contre le néolibéralisme, je suis donc un gauchiste qui ne veut pas regarder la VÉRITÉ en face.
Lui, en revanche, il est courageux, il critique sa famille politique et nous fait regarder les réalités en face. Parce qu’il ne s’agit pas de rationalité néolibérale, mais de réalité que nous refusons de regarder en face. Et bla et bla et bla !
Ho la, Nessie, il y a un truc qui cloche.  Inutile de faire des commentaires sur « oui, mais non ». Étudiez les discours de M. Couturier au sens analyses de discours. Par exemple son échange avec Gérard Filoche sur les dettes souveraines ; quelle objectivité ! Vous avez aussi sa vision de la « guerre des civilisations »… Sa vision de l’impôt, etc.
Je vous cite :… À mon sens, Couturier fait partie des rares éléments qui sur FC défendent un certain bon sens économique »
Le bon sens économique ça n’existe pas. Le bon sens économique me fait penser au marché qui s’autorégule, à la destruction créatrice… Il y a des choix de politiques économiques et des conséquences. Après on entre dans le débat idéologique, qui est selon moi un débat de clôture.
Brice Couturier dit des bêtises, comme tout le monde d’ailleurs, il ne mérite donc pas qu’on le traite d’imbécile, d’idiot ou de vendu… vous avez raison sur ce point.
Ce qui me gêne, c’est l’objectivité du discours et des débats. Ce chroniqueur nous vend, à travers une dialectique très au point, des idées totalement normatives. Ce qui m’ennuie, ce sont les discours légitimant, des discours qui n’ouvrent pas les débats, mais qui au contraire, nous enferment dans des postures fixistes. En effet, sans Couturier, nous serions incapables de penser la réalité et nous refuserions, gauchistes que nous sommes, d’accepter qu’aujourd’hui ce ne soit plus comme hier. En d’autres termes,  son discours dit le vrai, car, aujourd’hui ce n’est pas hier et comme les temps sont durs, nous sommes aveugles et refusons de voir la réalité en face… ça tourne en boucle.
Il a ses idées, ses idées sont néolibérales, à charge pour lui de les assumés et d’arrêter de vendre la rationalité libérale sur fond d’universalisme et des Lumières. Entre les Lumières et aujourd’hui, il s’en ai passé des choses. Ce qu’il dit, ce n’est pas interdit ou insultant, mais dans le cadre d’une chronique ça pose problème, car il a la tribune alors que le contenu de son discours, selon moi, devrait faire l’objet d’un débat. Du reste, quand il y a débat, M. Couturier use et abuse d’une dialectique douteuse.

50
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Jeu 26 Nov 2015, 12:41

sans Couturier, nous serions incapables de penser la réalité et nous refuserions, gauchistes que nous sommes, d’accepter qu’aujourd’hui ce ne soit plus comme hier. En d’autres termes,  son discours dit le vrai, car, aujourd’hui ce n’est pas hier et comme les temps sont durs, nous sommes aveugles et refusons de voir la réalité en face…
C'est très interprété votre truc, là juste au dessus. Je me demande comment vous arrivez  à tirer ça des leçons de réalisme économique certes quelque peu (hum) répétitives de notre ami Couturier. Je le crois et je le trouve beaucoup moins sentencieux que ça, et en tous cas très en deça de la moraline que nous dévident ses collègues comme autant de dévidoirs à propagande officielle.

Cela dit, votre incidente sur la normativité de quelqu'un qui pose en norme qu'il ne faut pas être trop normatif, vous me la copierez celle-là. Allez donc nous relire ou simplement lire Bertrand Russel au chapitre "Types logiques" svp.

Couturier est engagé, comme la plupart des producteurs de cette chaine. D'où, parait-il une carence d'objectivité. Le plus comique est que ce lui soit reproché à lui et non aux autres, il est vrai qu'Erner, as de la prétérition, ne vante jamais autant la neutralité que quand il s'apprête à la piétiner en ricanant. Pourquoi ne pas voir en lui, comme en Philippe Manière, un contrepoids au front de taureau collectif qui sert à enfoncer sur FC chaque jour et à chaque heure les portes ouvertes de l'éconophobie ?

Et pourquoi cibler Couturier sinon parce qu'au contraire de la quasi-totalité de ces gens qui n'ont pas besoin d'être stipendiés pour lécher les bottes du camp actuellement au pouvoir, lui se paye le luxe d'émettre un avis divergent. Et en plus il est payé pour ça. Certes c'est son droit. Mais quel désordre maman, quel désordre dans la maison de papa !!!

Et par conséquent il a tort.
Et pas conséquent sa dialectique est douteuse.
Pas comme le rouleau compresseur de la rédac', celui des producteurs qui militent à chacune de leurs émissions sans trop se géner pour placer les pires conneries par exemple cette truffe de Joelle Gaillot et son "théâtre documentaire" puisqu'avec son niveau de culleture, 'documentaire' n'est qu'un petit synonyme de 'engagé'.  Mais pourquoi parler de Gaillot puisqu'il faudrait commencer par l'immédiate proximité de Couturier dans la matinale, donc commencer par Erner : vaillant petit soldat ricanant au service de la propagande gouvernementale.

C'est votre dialectique qui est douteuse, cher Mistre, quand vous dites la sienne "très au point" et quelques lignes plus bas "douteuse".

Quant à Filoche c'est un clown de première. Si vous voulez prendre Couturier en défaut, évaluez donc son dialogue non pas face à des caricatures vivantes qui ont besoin d'apprendre le B-A-BA de la rationalité, mais face à des gens qui ont quelque chose dans le citron, je sais pas moi tiens ce matin vous aviez Hervé le Bras. A mon grand regret je n'en ai saisi que les dernières bribes mais je vais rattraper ça par le podcast. Et pour avoir été pendant quelques saisons auditeur de son séminaire à l'EHESS, je le crois en opposition avec Couturier sur la plupart des options idéologiques de ce dernier.

./...

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

51
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Jeu 26 Nov 2015, 12:54

./...

Cela dit, je m'inscrirai en faux aussi énergiquement que possible contre deux de vos remarques :

- "Le bon économique ça n'existe pas".
Excusez moi mais je crois que c'est l'assertion la moins acceptable que j'aie jamais lue dans ce forum. Elle va m'obliger à réfléchir au B-A-BA assimilé il y tellement longtemps que j'y perds mes bases et que je ne vois plus que l'évidence d'une contraposée : l'absurdité en économie et la politique de gribouille ça existe et nous la voyons à l'oeuvre avec l'économie administrée à la façon française.

- Vous parlez de néolibéralisme mais je ne sache pas que Couturier se pose en néolibéral. Il pense plutôt, me semble-t-il, qu'il n'y a pas assez de liberté économique dans ce pays. Excusez-moi de chercher la nuance hein. Et le problème dans les discussions n'est pas tant le réglage sur une ligne qui va du collectivisme absolu au libéralisme absolu. Le problème est qu'à France Culture, le libéralisme est diabolisé et l'anti-libéralisme est viscéral. Voyez par exemple sur toute l'année quelle est la couleur dominante de l'Economie en question ou des Carnets de l'économie maintenant tenus par l'impeccable (mais intoxiquée) Dominique Rousset. Ecoutez donc le mini-journal de la pensée économique chaque matin avec Amélie Perrier. Ne soyez point trop surpris d'y voir des tapis rouges déroulés à des Dominique Plihon et à des Guillaume Duval, et la portion congrue à des David Thesmar ou Patrick Arthus selon la règle moitié-moitié du pâté d'alouette : une alouette de libéralisme pour un cheval d'économie administrée. Voyez comment on parle d'économie et de société à la Grande table ou à la Suite dans les idées. Par pitié, ne nous sortez pas l'antienne sur le "néolibéralisme", c'est bon pour les banderoles du petit père Filoche, ça ....

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs     Page 5 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum