Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs    Page 7 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Jeu 17 Fév 2011, 18:50

Rappel du premier message :

Le fil consacré à Répliques a vu démarrer en fond de page 4 une série de digressions sur Brice Couturier et ses orientations (politiques). C’est le moment de canaliser tout ça dans un sujet dédié.

En reprenant (et sur le mode de la provocation) :

Sur le fil Répliques (dernier refuge), Langevin a écrit:Ah, mon cher Frédéric, vous avez raison, j’ai peut-être cédé à un goût coupable pour la formule éristique et à une pratique du débat qui me porte moins vers les froufrous de la guerre en dentelle que vers la franche et joyeuse brutalité du Cosaque du Kouban.

Je vois, verser dans l’argument, c’est tremper dans la mollesse ? Allez, un bon bourre-pif, ça convaincra les besogneux du syllogisme Smile

Il a aussi été le cas que Langevin a écrit:Brice Couturier : j’y reviendrai plus longuement, mais le pauvre garçon me fait l’effet d’un enfant né trop tard dans un monde trop vieux, d’un faux libéral qui [...]

En quoi n’est-il pas un vrai libéral ? Le libéralisme politique a ses courants, tempérer son libéralisme de quelques registres d’exceptions (quoi, son conservatisme social, à Couturier ?) c’est n’être plus un libéral ?
Autre chose : Si le libéralisme (le vrai) est voué à la faillite, être un faux libéral c’est un moindre mal ? Non ? Ou bien le vrai libéralisme, vous en attendez quelques succès ?

Dans la suite de la phase, le même a écrit:[...] voit le monde avec les lunettes de Gerald Ford, d’un antitotalitaire autoproclamé qui poursuit de sa vindicte un cadavre sans penser un instant la faillite intellectuelle profonde, totale d’un modèle intellectuel fugace, le néoconservatisme à l’étasunienne, dont il fut un ardent défenseur (pour ne pas dire propagandiste).

Neocon ou libéral (aspirant-Aron), il faut choisir l’étiquette qu’on lui colle. Les néo-conservateurs sont d’authentiques interventionnistes, et ne se réclament pas du libéralisme.

Et, bien que les Bush n’étaient pas vraiment néo-conservateurs, c’est dans les faits qu’on constatera l’échec de certains partis pris néo-conservateurs. On ne démontrera pas "intellectuellement" la fausseté de principes très généraux comme l’anti-totalitarisme ou l’anti-relativisme social et moral, ou de thèses à visées pratiques comme la défense de la position dominante américaine et les moyens d’empêcher les possibilités de sa remise en cause. On peut les démonter par l’exemple - ça a ses limites, le champ d’expérience étant limité et pas de rejeu possible des situations -, mais "faillite intellectuelle" ?

Par ailleurs, à tant piétiner le modèle en question, on pourrait faire croire qu’il n’est pas tout à fait mort.

Je ne connais pas bien Brice Couturier, mais dans son tandem, le principal fournisseur de chiffres, en moyenne le meilleur connaisseur des dossiers traités, et le pourvoyeur de questions certes polémiques, mais correctement aiguisées, c’est lui. Ce sont ses qualités d’animateur du débat, pas ses orientations politiques qui comptent à son poste.

Sur la faiblesse et la force "sur le champ des idées dominantes", désolé mais c’est un travers universel, j’ai l’impression, de se représenter que les idées adverses dominent, "insidieusement" pense-t-on facilement, les esprits et les mentalités : Acrimed et compagnie voient le libéralisme et la droite partout, Slama, Couturier et Finkie n’ont de cesse de traquer l’antiracisme et la bien-pensance universellement répandue, pouvoir social véritable; Dieudonné, Soral ou quantité d’autres plus fréquentables ne cessent de croire se heurter à l’emprise sioniste omniprésente, quand le précédent Finkielkraut, et combien d’autres personnalités juives (pas de polémique sur ce qualificatif svp) s’imaginent l’antisémitisme ronger le coeur de la société et bientôt déboucher sur une nouvelle catastrophe.

Voilà une pelote d’objections de plus où moins bonne foi, qui vous donneront l’occasion de froufrouter un peu sur le dos de Brice Couturier. La démêler vous sera un jeu agréable, agira maïeutiquement sur vos idées, et permettra au forum de profiter un peu de votre lecture, et celle des autres pourvoyeurs de bons mots qui sévissent ici.
* * *

61
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs - le Mer 15 Nov 2017, 17:27

Philaunet(http://www.regardfc.com/t340p50-brice-couturier-le-liberalisme-et-les-neo-conservateurs#29428) a écrit:(...) Internet est comme une médiathèque, vous y trouverez Paris Match (que France Culture copie) et les revues anciennes ou contemporaines les plus pointues. On se désole d'avoir à (vous, SmV) dire une chose aussi évidente. (...)
Très bien ! vous commencez à comprendre le problème de Brice Couturier.

Il y a des journalistes qui ont besoin, pour parler d'un sujet, d'aller dans une médiathèque, comme les enfants qui préparent un exposé. C'est normal pour les collégiens, c'est plus embêtant pour un journaliste qui visiblement n'aurait sinon rien à dire.

Par contre, quelqu'un comme A. Finkielkraut, a pour lui son éducation, sa formation, son parcours personnel, ses connaissances dans différents domaines, bref l'épaisseur d'une vie qui lui a donné une culture. Et c'est cela, la culture : un ensemble de connaissances, d'expériences de vie, qui donne cette "richesse" personnelle, un point de vue que l'on peut communiquer, un point de vie qui permet de communiquer avec les auditeurs. Vous voyez ce dont il s'agit ?

Je ne partage généralement pas les points de vue que propose Finkielkraut, mais je m'enrichis justement de les connaître, surtout parce qu'il y a, derrière, cette épaisseur culturelle qui fait totalement défaut à Brice Couturier. La culture d'un journaliste sur une radio culturelle, ça sert à cela. Vous comprenez ?

Brice Couturier, lui, est (au mieux) inutile sur cette station parce qu'il n'a rien à dire. S'il doit me lire Internet, je préfère encore le faire moi-même.

62
Répondre en citant  
On passe - le Mer 15 Nov 2017, 19:01

Le 20 avril 2011
Nessie(http://www.regardfc.com/t24p70-critique-de-la-critique#9032) a écrit:Ceux qui ont pris ce forum pour une baraque foraine se sont trompés.

Parler honnêtement et sincèrement d’un programme radio, fût-ce pour l’éreinter, demande a minima de justifier son propos, et autrement que par des sous-entendus. Aussi quand on désire "se payer" une des têtes de pipe de la station France Culture, il vaut mieux motiver la dégelée de plombs qu’on a l’intention de lui envoyer. Faute de quoi, une autre dégelée -de gros sel- pourrait valoir réponse. (...)
Cela vaut toujours.

63
Répondre en citant  
Trop d'idées générales - le Mar 09 Jan 2018, 09:55

Qu'est ce que Worldcrunch "The best international journalism. Finally in English"), le partenaire du Tour du monde des idées par Brice Couturier ?  Une sorte de Courrier International en anglais ?  Et l'autre partenaire Books ?

Brice Couturier fait-il une synthèse de ce qu'il lit ? Son objectif quotidien, selon le descriptif de la séquence quotidienne de cinq minutes : " À l’affût des nouvelles parutions sur les 5 continents, livres, revues, articles, imprimés ou numériques, Brice Couturier lit pour vous, avec l’appétit qui le caractérise, tout ce qui lui passe par la main et vous en propose la synthèse. À 11h55, Brice Couturier propose pour conclure Culturesmonde de Florian Delorme « Le tour du monde des idées »."

Un nom qui doit ravir la directrice de France Culture qui ne jure que par "la vie des idées" (au détriment de la vie des arts, de l'exposition des savoirs, de la création radiophonique).

Les "idées" du 02 janvier , selon Brice Couturier : Tendance mondiale : un lent reflux de la démocratie depuis une décennie

Celles du 3 janvier dont le titre (une citation sans guillemets) ne devrait pas ravir la bande Erner, Mercier, Gardette : No bourgeoisie, no democracy !

Celles du 4 janvier La démocratie ? Si c'est pour élire un bouffon imprudent..

Enfin celles du 5 janvier refermant le thème de la semaine Les causes de la "fatigue démocratique"

La lecture de ces quatre chroniques donne au bout du compte une impression de stérilité (mais chacun lira en fonction de sa grille) : des affirmations générales, des idées contradictoires, des interprétations du fonctionnement du "monde". Ah, "le monde" ! Les politologues et les amateurs de géopolitique y trouveront peut-être leur compte. La direction de France Culture en sera, quant à elle, très satisfaite, malgré l'opposition politique de Brice Couturier au paradigme maison. C'est que le producteur n'est pas différent dans le discours de tous les joueurs de bonneteau intellectuel qui parsèment la grille des programmes : idées générales sur "le monde", la démocratie, la politique, la société.

Le paradigme intellectuel est ainsi respecté et la culture confondue avec les dissertations sans fin sur l'histoire et l'évolution de la sociogéopolitique.

* Ainsi baptisé dans un article de l'Express Macron, à l'aune de sa pensée: un positionnement "radical centrist" (Couturier sera-t-il invité par ses confrères pour parler de son livre ? L'a-t-il été ?)

Contenu sponsorisé 

64
Répondre en citant  
Re: Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs -

Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs     Page 7 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum