Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Michel Onfray, chroniques et émissions estivales    Page 21 sur 21

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Michel Onfray, chroniques et émissions estivales - le Mar 01 Sep 2009, 16:59

Rappel du premier message :

Michel Onfray, qu’as-tu fait de ta promesse ?

2009 : Septième année de diffusion estivale des conférences de l’Université Populaire de Caen de Michel Onfray. Je me souviens comme si c’était hier de la promesse du philosophe médiatique de nous faire connaître à l’occasion d’une « contre-histoire de la philosophie » une « autre philosophie », la philosophie hédoniste, la seule, la vraie, restée dans l’ombre au cours des siècles car persécutée par la philosophie officielle, et qui ne cesse de ressurgir sous différentes formes. La philosophie officielle, celle qui nous égare, c’est la philosophie spiritualiste, qui au cours de l’histoire allait toujours main dans la main avec le christianisme qui avait pris le pouvoir, philosophie qui avait Platon pour fondateur dont les conceptions collaient comme un gant à la religion chrétienne.

J’ai fini par comprendre que cette promesse décoiffante d’une « contre-histoire de la philosophie » ne serait pas tenue. De philosophie hédoniste, il n’y en a guère. Épicure, à la rigueur, mais Épicure est-il un grand philosophe, j’en doute.

Pour le XVIe siècle, il y a eu Montaigne. On ne pourra pas dire que Montaigne soit un penseur « clandestin », ignoré des académies et des universités .

Pour le XVIIe siècle les philosophes qui entraient dans sa catégorie, qualifiés de « libertins », dans l’ensemble peu préoccupés d’hédonisme n’étaient de petits maîtres qui méritent tout juste le détour, la Mothe le Vayer, précepteur de Louis XIV, Gassendi, un savant et un ecclésiastique qui a mis l’épicurisme au goût du jour et qui d’autre ? J’ai oublié. On était heureux d’en savoir plus sur Cyrano Bergerac et ses voyages dans la lune, mais cette galerie de portraits ne convainquait pas que la philosophie de ces « libertins » pouvait faire le poids face à Pascal, Descartes, Malebranche et Leibniz. En outre, Michel Onfray a tant bien que mal essayé d’enrôler Spinoza sous sa bannière, là c’était un plantage total qui a suscité des protestations. C’était un contre-sens, une récupération abusive et on voyait bien que son approche de l’œuvre de Spinoza était superficielle et insuffisamment informée.

Avec le XVIIIe siècle, nouvelle déception. J’attendais que l’éclosion d’un hédonisme qui s’assumât eut enfin lieu . Le XVIIIe siècle n’a-t-il pas plus que tout autre célébré le plaisir, dans le théâtre, le roman, la peinture, la musique, même. Curieusement, le thème de l’hédonisme a été abandonné, c’est l’apparition d’une philosophie d'un matérialisme encore mal affirmé qui a été présentée, avec des avancées du côté de l’utilitarisme : La Mettrie, Helvétius, Maupertuis . Les écrits du Marquis Donatien de Sade auraient dû permettre de poser la problématique d’un hédonisme radical, le plaisir comme but ultime, mon plaisir avant tout, mon plaisir à tout prix, mon plaisir au prix de la souffrance et du malheur de l’autre. Malheureusement, le prisonnier de Charenton n’a eu droit à un traitement expéditif : « Sade, c’est du nazisme avant l’heure » . J’aurais aimé faire remarquer à Michel Onfray que les cent-vingt journées de Sodome sont une fiction et une apologie autant qu'une critique de la débauche.

L’inspiration de Michel Onfray était meilleure quand il a traité par le menu le cas de l’abbé Jean Meslier, mettant l’accent sur ce fait étonnant que le premier athée déclaré était un obscur ecclésiastique, dont l’œuvre était totalement clandestine.

Pour le XIXe siècle, le thème finalement peu productif de l’hédonisme philosophique a été carrément abandonné au profit de l’eudémonisme, le bonheur prenant la place du plaisir. C’est un changement de programme, philosophie du bonheur et philosophie du plaisir, ce sont des orientations très différentes. Le bonheur est beaucoup moins lié au matérialisme que l'hédonisme. Cet abandon du thème de l’hédonisme me montrait une fois de plus que le projet de centrer une « contre-histoire de la philosophie » sur l’hédonisme était une impasse.

C’est cependant sans déplaisir que j’ai écouté une présentation de l’utilitarisme de Jeremy Bentham, si important pour l'ensemble du monde anglo-saxon, les idées extravagantes de Charles Fourier, traitées sur le ton de la franche rigolade et la vie aventureuse de Bakounine.

Je n’ai pas pu écouter les conférences de 2008.

En 2009, une nouvelle fois, mon attente était grande. Enfin, il serait question de Nietzsche, l’idole de Michel Onfray.

Michel Onfray a consacré plusieurs séances à un philosophe très peu connu, certainement très intéressant et plus que talentueux, le français Jean-Marie Guyau , atteint de tuberculose, auteur de « l’esquisse d’une morale sans obligation ni sanction », qui a développé une philosophie existentielle qui répond à la maladie et peut être considéré comme un précurseur de Nietzsche. Le conférencier aurait pu éviter de consacrer une séance entière pour stigmatiser le conformisme politique de cet auteur, selon lui coupable d’être moralement conservateur, chauvin, colonialiste, réactionnaire, antisémite, militariste, attaché à la terre, à la famille nonobstant républicain.

Ensuite, on est passé à Nietzsche, j’attendais Michel Onfray au tournant. Comment lui homme de gauche très à cheval sur la correction politique pourrait-il défendre un philosophe dont la réputation de penseur sulfureux n’est pas du tout usurpée, un philosophe qui consacre tant et tant de pages à de virulentes attaques contre la classe ouvrière, qualifiée par lui de « plèbe au sang vicié » ? Le point fort de cette série était la présentation du philosophe malade à la recherche de la « grande santé », une manière de vivre avec la maladie et d’en tirer un avantage existentiel beaucoup important que la bonne santé de l'homme moyen . Oui mais pourquoi tout au cours de son oeuvre Nietzsche n’a-t-il que mépris pour les malades, pourquoi est-ce une injure sous sa plume dont il accable, entre autres, les religieux? La plupart de ses interventions de cette série n’étaient qu’un plaidoyer assez laborieux qui cherchait à nous présenter un Nietzsche largement calomnié, c’est certainement vrai, mais un Nietzsche vu sous l’angle politique, contestataire gauchiste qui pourrait prendre sa carte au parti d’Olivier Besancenot, un Nietzsche réduit à la haine de son pays, de la bonne société bourgeoise et de la religion, un Nietzsche devenu salonsfähig en quelque sorte. Les mânes de Nietzsche n’en demandent pas tant. La présentation de la dissension avec Wagner était particulièrement plate et même fallacieuse, Michel Onfray y projetait de toute évidence ses propres détestations, alors que cet épisode avait été présenté de manière lumineuse et fort inspirée par le philosophe Philippe Lacoue Labarthe dans une série du matin des musiciens. Finalement, une grande déception.

Mon exemplaire des œuvres presque complètes de Nietzsche est resté sur les bords de la rivière Tshuapa, confisqué par un séminariste. Quand j’aurai récupéré ce livre, je confronterai le Nietzsche salonsfähig de Michel Onfray au Nietzsche que j’ai cru découvrir quand je lisais ces écrits qui avaient le don de me faire dresser sur la tête les quelques cheveux qui me restent à chaque page.

Bien loin des platitudes politicardes de Michel Onfray, j’ai connaissance d’un magnifique commentaire sur Nietzsche, il est contenu dans une série d’émissions de René Girard. Le jour où je retrouverai la cassette, je vous en dirai plus.

Dans sa dernière séance, Michel Onfray a annoncé une nouvelle série sur le nietzschéisme chez les philosophes contemporains. Une nouvelle fois, j’en attendrai beaucoup, peut-être enfin ne serai-je pas déçu.

Henry
* * *

filou zof 

201
Répondre en citant  
au plus profond de la pensée contemporaine - le Mar 12 Juil 2016, 22:38

Que diriez-vous d'un entretien Onfray-Debray = (Onf -Deb)(ray)
pour l'été 2017 à 11h00 et 19h00 du lundi au vendredi
sur France Culture?

202
Répondre en citant  
Sagesse en toc - le Mar 12 Juil 2016, 22:41

filou zof(http://www.regardfc.com/t34p190-michel-onfray-chroniques-et-emissions-estivales#26311) a écrit:Que diriez-vous d'un entretien Onfray-Debray = (Onf -Deb)(ray)
pour l'été 2017 à 11h00 et 19h00 du lundi au vendredi
sur France Culture?
Filou zof en a rêvé, Treiner saura le créer (vous verrez !).

203
Répondre en citant  
« Pourquoi on continue à faire des voitures qui polluent ? » - le Mar 09 Aoû 2016, 09:50

Quand on tombe sur ça, on se dit que le comptoir en zinc a de l'avenir...  Ça s'appelle : les "meilleures réponses de Michel Onfray" (que doivent être les autres !) [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12526-07.08.2016-ITEMA_21046260-0.mp3" debut="34:42" fin="36:06"]

Brève encyclopédie du monde Question du public (1)

Les causeries d'Onfray, émissions le plus téléchargées de l'été...

204
Répondre en citant  
Onfray équilibré par Debray ? - le Sam 20 Aoû 2016, 09:18

Pour qui ne fréquente pas le site du médiateur, un billet publié la veille du post précédent. La réponse de Sandrine Treiner, qui occupe la fonction de directrice de la chaîne, suit :

chant du cygne sous formre de logorrrhée
thierry Gillet 08/08/2016 13:52 France Culture

j ai écouté ce jour, en voiture, Michel Onfray, j avais le souvenir d'un critique acerbe et stimulant des philosophes établis qui vous amenait à vous interroger, à questionner vos certitudes, à relire différemment, ce que vous aviez crus comprendre.
. Catastrophe, aujourd'hui il présente sa vision du monde, faite de raccourcis, de clichés et d'amalgames, sans aucune approche critique de ses propres assertions, quelque fois, sans queue ni tête; aujourd'hui il nous parlait entre autres: des "islamogauchistes" qui valorisent tout ce qui est musulman pour rejeter tout ce qui est judéo-chrétien, ces islamo-gauchistes seraient très nombreux dans les directions des médias.
On voit là se vérifier une fois de plus la loi de Peter, un prof de philosophie souvent brillant dans son domaine, se mêle de sociologie politique, d'histoire, et se transforme en un commentateur "logorrhéïque" du café du commerce. Pitié!!! que ces émissions (le monde selon MO) soient son chant du cygne et qu'on nous offre à nouveau des visions stimulantes, par exemple une approche de la pensée complexe d'Edgar Morin.
bien à vous Thierry Gillet un auditeur régulier de Franceculture

Voici la réponse de la directrice de France Culture :

Bonjour

La présence des cours de l’université populaire de Caen étaient auparavant diffusés toute la semaine, du lundi au vendredi. Ils ont été réduits à deux cours par semaine, le week-end au lieu de cinq. C’est donc pour la première fois beaucoup moins que ces dix dernières années.
Nous avons ouvert l’antenne cet été à d’autres penseurs, Regis Debray pendant deux semaines et une semaine d’émissions consacrées à Raymond Aron, dans un souci de pluralisme des idées.
Je comprends votre message mais j’espère que ces explications vous satisferont suffisamment. Beaucoup de nos auditeurs sont très attachés à la parole de Michel Onfray. Il nous a semblé bien de priorité cet été une offre équilibrée.
Merci de votre attention et de votre écoute.
Bien à vous
Sandrine Treiner
Directrice de France Culture


"La présence des cours de l’université populaire de Caen étaient auparavant diffusés toute la semaine" ; "Il nous a semblé bien de priorité cet été une offre équilibrée". Attention à la langue française et relecture, pas le fort de la Direction...

205
Répondre en citant  
Michel Onfray décape l'ethnologie française... - le Sam 20 Aoû 2016, 15:48

Le jugement de l'auditrice dans le précédent post ne semble pas  pouvoir tenir face à l'heure et demie diffusée aujourd'hui qui s'écoute avec intérêt : Fixer les vertiges vitalistes*. Quoi qu'on pense de la manière de Michel Onfray et du contenu de ses conférences, l'essayiste et vulgarisateur restera un phénomène radiophonique à France Culture pour l'adhésion massive des auditeurs à l'écoute des retransmissions de  l'Université Populaire de Caen depuis 14 ans.

* L’occidentalisation de l’art africain nous a fait passer à côté de ce qu’il dit. On oublie la pensée vitaliste africaine en parlant d’art et d’objets d’art. Cette séance se veut une proposition de contre-histoire de l’art africain.

Michel Onfray, chroniques et émissions estivales     Page 21 sur 21

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum