Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Ce qu'il faut dénoncer...    Page 4 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Ce qu'il faut dénoncer... - le Mer 13 Avr 2011, 19:22

Rappel du premier message :

Quand est-ce que France Culture va donc se décider à épouser la culture de l’exhaustivité contradictoire, contribuant ainsi à faire vivre le peu de démocratie dont on dispose encore ?



Que soit ici dénoncer l’absence totale de points de vue réellement divergents à la hauteur et aux heures où la pensée dominante nous est assénée par des intervenants qui suintent l’auto-satisfaction et un conformisme que l’actualité jour après jour, vient pourtant contredire dans les faits, et ce depuis des années.

On dénoncera aussi l’absence de polémistes.

Pas d’humour non plus sur cette antenne - humour corrosif, subversif, créatif, dérangeant...

Absence de conflits, d’enjeu, comme si rien n’importait. Pas un mot plus haut que l’autre dans une culture manifestement à la recherche du risque zéro...

Culture mouroir ! Aucun souffle ! Pas de vision ! Sans caractère !

Culture bunker, hors du monde, comme un fait exprès, des pans entiers de la vie intellectuelle contemporaine, de ses débats, controverses et modes d’expression sont absents de cette antenne.

***


Plus de trente heures hebdomadaires de programmes dits d’information, et cependant, aucun témoignage, aucune parole, et quels que soient les interlocuteurs, aucun désir de chercher à rendre compte de tout ce qui se pense et se dit autour des sujets suivants :




Rien sur la banque, et les banques ! de leur nationalisation à leur sauvetage sans conditions…

Rien sur l’Euro ! de son renforcement à son abandon…

Rien sur l’Europe ! de… "plus d’intégration" à sa sortie…

Rien sur le Moyen-Orient et la politique d’Israël ! de la passivité et du refus d’intervention de la France et/ou de l’Europe à son immixtion totale avec menace de sanctions…

Rien sur l’immigration ! de... "Il faut fermer les frontières et expulser tous ceux qui refusent de se conformer !" à ... "Accueillons-les tous... la loi des grands nombres aidant, on y trouvera aussi notre compte avec les meilleurs !".

Rien sur les minorités visibles ! de l’indifférence à l’égard de leur histoire et de leur humiliation à la recherche et à l’analyse de tous les courants qui les traversent, aussi extrémistes soient-ils…

Rien sur l’Iran ! de la politique de diabolisation à la juste compréhension et évaluation des craintes que soulèvent les interventions militaires arbitraires et inconsidérées des Etats-Unis et de l’Europe dans le monde.

Rien sur les médias et l’information ! de… « tout va bien dans le meilleur des mondes » à … la dénonciation de toutes les connivences, toujours plus infâmes et mortifères...

Rien sur les prochaines élections présidentielles ! de la satisfaction d’une offre politique diversifiée et crédible à la dénonciation de l’absence totale de véritable alternative en 2012...



Rien sur la Chine ! de… « ennemi mortel à abattre » jusqu’au désir d’établir avec cet Etat une relation franche et amicale en tant que nouveau partenaire à séduire…





Rien donc sur tous ces sujets... sinon des émissions inqualifiables aux producteurs-animateurs chroniqueurs de la presse écrite, quotidiens et hebdos ("La rumeur du monde" ! Colombani et J.C Casanova - tout est dit !) ; émissions sans enjeu ni désir de présenter tous les points de vue, d’où qu’ils viennent.





Alors oui ! France Culture nous cache le monde tel qu’il est, et tel qu’il a toujours été, ce qui aggrave sensiblement la responsabilité de cette radio amnésique, hémiplégique ou bien… menteuse par omission : c’est au choix.




***





Parole et représentation interdites... exclusion en veux-tu en voilà !


France Culture est bien à l’image de ce qu’est devenue la France ; pays qui ne sait plus faire qu’une chose : rejeter, bâillonner, censurer, stigmatiser, traduire devant les tribunaux la moindre tentative d’exercice de liberté d’expression politique et artistique (rappeurs, auteurs, essayistes, pamphlétaires, artistes de scène, syndicalistes, activistes)...




France Culture... qui ignore sciemment d’innombrables réalités et expressions culturelles, politiques et sociales, ses producteurs, ses animateurs, chroniqueurs et journalistes y contribuent, chaque jour, chaque semaine...





* * *

31
Répondre en citant  
Mais faut-il vraiment dénoncer ? Si oui, le faire proprement... - le Sam 16 Avr 2011, 21:39

./...

Alors pour faire de Meyer un fanfaron (car celà est parler de l’esprit du producteur en même temps que de l’esprit qu’il donne à l’émission), à mon avis ça sera moins facile à étayer. Est-ce pour cette raison qu’on n’a pu trouver que de l’amalgame (d’abord double, maintenant triple avec Goumarre, recruté pour ce bizarre raisonnement -quel points communs objectifs entre la radio de Meyer et celle de Goumarre ?-) et une erreur factuelle sur le contenu : s’il faut se reporter aux faits, je ne comprends pas comment on peut dire qu’il n’y avait aucun humour dans cette émission car il y en avait au contraire. Qu’on le juge de bonne qualité ou non c’est une autre question.

Faire de Meyer un fanfaron je veux bien, à condition de la justifier cette insulte (qui par son premier degré, dépasse ici largement la mise en boite ou la moquerie), et a minima il faudrait dire comment on distingue le fanfaron d’avec l’amuseur, le satiriste, l’ironiste. Car Meyer est, objectivement, tout cela. Mais fanfaron ? Prière de vérifier le sens de ce mot avant de l’employer svp ! Car même au sens figuré, il est ici très très mal venu. Meyer serait un fanfaron s’il se mettait en avant sans avoir jamais rien fait de bon, et s’il s’inventait des réussites. Mais le CV de Meyer est tout sauf creux. Ses états de service dépassent largement la mousse médiatique d’un Morandini. Meyer est un chercheur passé au journalisme quand on lui a fermé son labo dans des conditions décourageantes. De cette première expérience il n’a pas fait que produire quelques livres, il a aussi gardé un regard aiguisé qu’il a mis en oeuvre dans un parcours de journaliste plutôt honorable, où il joue tour-à-tour de l’analyse, de la polémique et de la satire. Ca n’est pas un parcours de fanfaron, au contraire il a de quoi faire envie.

./...

32
Répondre en citant  
Et si parfois il valait mieux ne pas dénoncer ? - le Sam 16 Avr 2011, 21:41

./..

Pour ce qui est des généralités que tu mets dans ta réponse, je suis bien d’accord avec toi là-dessus, et on pourrait même les insérer en bonne place dans un vade-mecum de l’auditeur. Sauf que ça ne dit pas grand chose sur la 666eme émission de l’Esprit Public, et hormis par l’amalgame je ne vois toujours pas de justification à l’étiquetage de Meyer en fanfaron. A force de toujours déplacer l’analyse sur des exemples voisins qui sont aussi proches de lui que la carpe l’est du lapin, on en dit toujours aussi peu sur l’émission elle-même.

En revanche, je ne crois pas que les assertions "ça n’apporte rien" ni "ça n’a aucune justification" ni "les autres ne le font pas" soient autre chose qu’effet rhétorique, I mean privé d’étayage. D’ailleurs ce sont des tricks classiques de la condamnation. Pour ne pas allonger encore ce plaidoyer je reporte à une autre occasion (ou à un post complémentaire, en cas de demande) un mini-topo pour chacun de ces effets rhétoriques, qui ne disent rien d’autre que le désir de condamner, mais évitent soigneusement de traiter du fonds de réalité de ce qu’ils veulent disqualifier.

Moi ce qui me dérange ce sont les jugements à la hache : en face de ceux qui ont jugé cet humour tantôt fin tantôt lourd, il y a ceux qui disent qu’il n’y avait pas d’humour ? Hum hum, on se demande qui a vraiment écouté l’émission. Cela dit on peut critiquer l’esprit de l’émission sans l’avoir écoutée, en se basant sur d’autres éléments qu’on juge signifiants, et c’est ce que tu fais. A ce moment peut-être on pourra parler de l’essentiel, sans se perdre en déballage et en outrance. Le hic, c’est l’argument moral, qui me semble assez peu crédible.

Je me fends d’un leçon de réalisme : accuser l’homme de média de se mettre en avant c’est quand même oublier qu’à partir du moment où l’on signe un produit, il n’y a aucun moyen d’éviter de rouler aussi pour soi-même. C’est encore plus vrai dans un média national, où chacun se pousse du coude et où la concurrence joue à plein.

./...

33
Répondre en citant  
Je suggère que ceux qui veulent dénoncer s'arment de discernement - le Sam 16 Avr 2011, 21:42

./..

Bref il y a des leçons de morale qui tombent parfois à plat. Plutôt que de chercher à le démontrer en renvoyant le procès moral à ceux qui font du procès moral, je poserais à tous cette série de questions simples :
a) ayez donc la patience de faire la liste de 10 hommes et femmes de communication dont vous appréciez le travail ? Je sais pas moi : Edwy Plenel, Colette Fellous, vous-même peut-être ?
b) de façon générale, les avez-vous vu (y compris vous-même peut-être) laisser passer une occasion de mettre en avant leur travail ? Les croyez-vous capables de ne pas se soucier de la façon dont ce travail est reçu ? Pensez-vous qu’il y ait vanité à en être satisfait ? Croyez vous qu’il aurait vanité à s’en foutre complet ?
c) et quand on met en avant son propre travail, concevez-vous qu’on puisse s’effacer soi-même ? L’avez vous fait ? Le feriez vous ?

Ensuite, parviendrez-vous à faire une différence entre d’une part ces 10 personnes, et d’autre part les ramenards authentiques que vous avez déjà remarqués et pour lesquels vous n’avez pas besoin d’inventer leurs motivations, parce que les actes et les faits parlent d’eux-mêmes (par exemple je pense à un producteur -imaginons que ça soit possible- qui mettrait pendant des semaines en milieu de page la couverture de son dernier livre qui n’a aucun rapport avec l’émission du jour ni de la veille ni du lendemain - car à FC on voit ça et il me semble que cette différence peut faire réfléchir sur les limites et sur l’excès du frottage).

J’ai répondu de mon côté à toutes ces questions. Sinon je n’aurais pas écrit ce post.

Mon message est simple : bien sûr qu’à FC il y a des gens qui charrient, mais à force de viser sans discernement les personnes, on risque d’oublier le produit radio. Si la 666eme de l’esprit public n’était pas meilleure ni moins bonne que les autres, je me demande ce que signifie un tel fromage. J’ai peur que les ligues de vertu médiatique ne viennent envahir ce forum après avoir envahi France Culture. Etant donné que là-bas on voit l’effet que ça donne, je me dis qu’ici, on gagnerait à se surveille à ce niveau-là (et bien sûr, ça je le prends pour moi).

34
Répondre en citant  
Re: Ce qu'il faut dénoncer... - le Sam 16 Avr 2011, 22:10

Je crois surtout que dans un état de colère, ou de lassitude, on finit (involontairement?) par adopter un vocabulaire finalement formaté, celui de la contestation sarcastique, et les mêmes mécanismes reviennent : les prosternations, les tous pourris, les tous incompétents, les tous pistonnés, les tous serviles etc. Ce qui m’étonne toujours, c’est que ceux qui font usage de tels diatribes (je pense surtout à Serge Uleski, c’est un cas d’école) ne se rendent pas compte de la profonde inutilité d’une telle démarche. Comment ce type de discours est-il reçu par ceux à qui ils s’adressent? Eh bien il faut écouter la séquence du courrier des lecteurs, à la 666è de l’Esprit Public. On s’en moque, on le classe parmi les pamphlets d’un autre temps. C’est aussi très pratique pour englober dans un paquet cadeau TOUTE les voix critiques, car les plus tonitruantes sont les plus visibles, et elles sont inefficaces car approximatives, fausses. Et quand on dessaoule, on s’aperçoit que la moitié de ce qu’on a dit est faux... Argumentons, ciblons, mais les tracts façon "laquais qui se prosternent devant les grands maîtres de la puissance qui sert la soupe à etc." Eh bien ça ne marche pas, ça ne sert à rien, et c’est contre-productif. C’est un peu comme les caricatures du RACCFC : je sais que la comparaison est cruelle et injuste (ces dessins sont très cons), mais il faut faire attention à cette pente.
Ben voilà que je m’énerve aussi tiens.

35
Répondre en citant  
Re: Ce qu'il faut dénoncer... - le Dim 17 Avr 2011, 11:29

@Yann Sancatorze a écrit:Je crois surtout que dans un état de colère, ou de lassitude, on finit (involontairement?) par adopter un vocabulaire finalement formaté, celui de la contestation sarcastique, et les mêmes mécanismes reviennent : les prosternations, les tous pourris, les tous incompétents, les tous pistonnés, les tous serviles etc. Ce qui m’étonne toujours, c’est que ceux qui font usage de tels diatribes (je pense surtout à Serge Uleski, c’est un cas d’école) ne se rendent pas compte de la profonde inutilité d’une telle démarche. Comment ce type de discours est-il reçu par ceux à qui ils s’adressent? Eh bien il faut écouter la séquence du courrier des lecteurs, à la 666è de l’Esprit Public. On s’en moque, on le classe parmi les pamphlets d’un autre temps. C’est aussi très pratique pour englober dans un paquet cadeau TOUTE les voix critiques, car les plus tonitruantes sont les plus visibles, et elles sont inefficaces car approximatives, fausses. Et quand on dessaoule, on s’aperçoit que la moitié de ce qu’on a dit est faux... Argumentons, ciblons, mais les tracts façon "laquais qui se prosternent devant les grands maîtres de la puissance qui sert la soupe à etc." Eh bien ça ne marche pas, ça ne sert à rien, et c’est contre-productif. C’est un peu comme les caricatures du RACCFC : je sais que la comparaison est cruelle et injuste (ces dessins sont très cons), mais il faut faire attention à cette pente.
Ben voilà que je m’énerve aussi tiens.

Je suis tout à fait d’accord avec vous !

Moi ma critique va sur le fait que France Culture doit comme Arté ( ce commence)et France télé être un espace sur les nouveaux médias !

Elles doivent être en pointe la dessus c’est essentiel !

France télé doit être présente lors du passage à la télé connectée et France Culture doit investir massivement sur le net !

36
Répondre en citant  
Re: Ce qu'il faut dénoncer... - le Dim 17 Avr 2011, 11:41

Qu’est-ce que cela veut dire, investir sur le net? C’est une question que je pose partout, surtout à ceux qui ne parlent que de tuyaux, de réseaux, de nouvelles technologies, de communication. Pas de réponse. A quoi doit ressembler un programme de radio culturelle avec cette histoire de net? Pas de réponse.
Cette histoire d’investissement massif dans le net est une grosse esbrouffe de communication, à mon sens. Il faudrait déjà qu’un producteur actuel de France Culture connaisse son outil de travail et l’exploite réellement, plutôt que de recourir sans cesse à des formats usés (plateaux et tables rondes) d’un autre âge, par manque d’imagination et manque d’expérience (et d’intérêt) pour le medium radiophonique. Ecoutez à la BBC, à vocation certes plus généraliste que France Culture. Elle a su évoluer pour rencontrer le public connecté, mais il n’est pas question d’en faire le fil conducteur de la programmation : perdre son âme pour poursuivre un progrès. On nous parle déjà beaucoup des tuyaux, sur France Culture, et jamais de la qualité des contenus. La BBC ne s’interdit pas de commenter sa propre production radiophonique. A France Culture, c’est impossible car c’est une radio qui ne doute plus. Parler d’investissement massif sur le net pour sauver la radio, c’est n’avoir aucune confiance dans la valeur d’une matière culturelle radiophonique. Comme ceux qui reprochent à France Culture de traiter de sujets culturels alors que la misère dans le monde, vous comprenez.

37
Répondre en citant  
Ce que j'ai écrit et que j'aurai aimé être compris… - le Dim 17 Avr 2011, 12:16

À 7h30 j’avais écrit une belle réponse et une fois envoyée, le forum s’est bloqué (sic).Je n’ai ni le temps ni le courage de reprendre in extenso mon propos du post perdu ! Je ne comprends pas bien pourquoi mon constat initial sur 666 entraîne ce déchaînement d’avis.

J’attendais de la part de Meyer pour la 666 qu’il nous fasse sourire subtilement. Or :
- il a pris le parti de mettre en exergue le regard sur son émission (courriers, témoignages, présence des dirs anciens)
- il aurait pu en jouant sur le 6.6.6. faire un retour sur ces années d’Esprit public, 6 vœux pieux, 6 bouleversements, 6…

Il a fait l’autopromo de son émission et de ses acolytes. C’est ce que j’appelle un fanfaron et une fanfaronnade ! C’est un point de vue, je l’exprime. Je ne comprends à quoi servent ces très longues démonstrations d’analyse pour « réfuter » ce point de vue ? Pour une meilleure tenue du forum ? Sûrement, mais je n’ai pas compris la leçon ! Désolé.

Je n’ai ni colère ni lassitude (je l’exprime ailleurs sur ce forum). Je suis déçu de ne pouvoir être compris sur un point de vue simple qui exprime que Meyer est plus préoccupé de faire savoir qu’il a tenu sur la durée plutôt que de nous montrer en quoi la durée (minuscule au titre de l’histoire) du temps a fait bouger les lignes politiques, idéologiques, sociologiques.

Ce qui me gêne c’est le regard sur soi (sur son émission) plus que sur le sujet ! Je n’ai jamais entendu Jeanne-Martine Vacher sanctifier la 100éme, la 242ème,… pas plus que Geneviève Ladouès dans «Un jour au singulier» et combien d’autres…

Je voulais montrer qu’il y a deux types de producteurs. Ceux qui valorisent leur sujet ceux qui se valorisent.

38
Répondre en citant  
À bientôt peut-être… - le Dim 17 Avr 2011, 12:22

La diminution du temps d’écoute de Fc incite forcément à moins contribuer. Puis quelquefois profitant de l’avis éclairé de l’un ou de l’autre on se prend à jouer le jeu de la discut’. Quelquefois c’est productif de sens et d’échanges dynamiques ! Quelque fois ça laisse circonspect ! C’est mon cas aujourd’hui. Peut-être tourne–je moi-même en rond, en ronron, en ronchon ? Bien qu’il m’arrive encore d’apprécier de très bonnes émissions.

Je n’ai pas envie sur ce forum de passer trop de temps à expliquer un point de vue spontané ou réfléchi et que ceci entraîne des tunnels de discut’. C’est pas ça que j’attends d’un forum. La contradiction oui ! Une certaine légèreté (des échanges entre contributeurs) aussi, surtout quand nous sommes plombés par tant de choses au quotidien.

Je vais donc prendre du recul au moins jusqu’à ce que la grille annuelle sorte sur les ondes. Sera peut-être alors revenu le temps d’un Fc magique, inattendu, culturel et un peu moins autocentré ? À bon entendeur, salut!

39
Répondre en citant  
Re: Ce qu'il faut dénoncer... - le Dim 17 Avr 2011, 13:02

Sur ces célébrations, et leur utilité, je suis aussi plutôt dubitatif, car je crois que le phénomène est relativement nouveau. On peut ajouter à cela la grande célébration autour de Danièle Sallenave aux Matins, devenue académicienne : applaudissements préenregistrés, musique de la garde républicaine, fleurs, et discours de M. Le Directeur. C’était absolument ridicule, et nous indique que l’auditeur, finalement, compte pour très peu dans cette histoire. L’Esprit Public est une des rares émissions à ne pas tomber dans ce travers de l’autopromotion à haute dose, il faut savoir l’apprécier. Et c’est normal, par ailleurs, de se reconnaître et de s’apprécier, sinon on risque d’avoir une radio qui ressemble à un film de Bresson, mais il faut le faire avec goût, et ne pas oublier que l’auditeur n’est pas forcément un fan absolu du programme ou de la personne. Son appréciation n’est jamais automatiquement acquise. Certains moments de cette 666è était assez drôles, et bien vus, d’autres un peu trop autosatisfaits. On ne s’adore pas toujours avec la bonne distance.

40
Répondre en citant  
Re: Ce qu'il faut dénoncer... - le Mar 19 Avr 2011, 19:52

Plus de trente heures hebdomadaires de programmes dits d’information, et cependant, aucun témoignage, aucune parole, et quels que soient les interlocuteurs, aucun désir de chercher à rendre compte de tout ce qui se pense et se dit autour des sujets suivants :




Rien sur la banque, et les banques ! de leur nationalisation à leur sauvetage sans conditions…

Rien sur l’Euro ! de son renforcement à son abandon…

Rien sur l’Europe ! de… "plus d’intégration" à sa sortie…

Rien sur le Moyen-Orient et la politique d’Israël ! de la passivité et du refus d’intervention de la France et/ou de l’Europe à son immixtion totale avec menace de sanctions…

Rien sur l’immigration ! de... "Il faut fermer les frontières et expulser tous ceux qui refusent de se conformer !" à ... "Accueillons-les tous... la loi des grands nombres aidant, on y trouvera aussi notre compte avec les meilleurs !".

Rien sur les minorités visibles ! de l’indifférence à l’égard de leur histoire et de leur humiliation à la recherche et à l’analyse de tous les courants qui les traversent, aussi extrémistes soient-ils…

Rien sur l’Iran ! de la politique de diabolisation à la juste compréhension et évaluation des craintes que soulèvent les interventions militaires arbitraires et inconsidérées des Etats-Unis et de l’Europe dans le monde.

Rien sur les médias et l’information ! de… « tout va bien dans le meilleur des mondes » à … la dénonciation de toutes les connivences, toujours plus infâmes et mortifères...

Rien sur les prochaines élections présidentielles ! de la satisfaction d’une offre politique diversifiée et crédible à la dénonciation de l’absence totale de véritable alternative en 2012...



Rien sur la Chine ! de… « ennemi mortel à abattre » jusqu’au désir d’établir avec cet Etat une relation franche et amicale en tant que nouveau partenaire à séduire…





Rien donc sur tous ces sujets... sinon des émissions inqualifiables aux producteurs-animateurs chroniqueurs de la presse écrite, quotidiens et hebdos ("La rumeur du monde" ! Colombani et J.C Casanova - tout est dit !) ; émissions sans enjeu ni désir de présenter tous les points de vue, d’où qu’ils viennent.





Alors oui ! France Culture nous cache le monde tel qu’il est, et tel qu’il a toujours été, ce qui aggrave sensiblement la responsabilité de cette radio amnésique, hémiplégique ou bien… menteuse par omission : c’est au choix.




***





Parole et représentation interdites... exclusion en veux-tu en voilà !


France Culture est bien à l’image de ce qu’est devenue la France ; pays qui ne sait plus faire qu’une chose : rejeter, bâillonner, censurer, stigmatiser, traduire devant les tribunaux la moindre tentative d’exercice de liberté d’expression politique et artistique (rappeurs, auteurs, essayistes, pamphlétaires, artistes de scène, syndicalistes, activistes)...




France Culture... qui ignore sciemment d’innombrables réalités et expressions culturelles, politiques et sociales, ses producteurs, ses animateurs, chroniqueurs et journalistes y contribuent, chaque jour, chaque semaine...


41
Répondre en citant  
Re: Ce qu'il faut dénoncer... - le Mar 19 Avr 2011, 20:01

Curieux, votre liste, j’ai l’impression que France Culture nous en parle beaucoup trop... Vous écoutez "France Culture" sur quelle fréquence, dites-moi?

Ce qu'il faut dénoncer...     Page 4 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum