Annonce : Un défaut a eu lieu récemment sur le système de vérification des messages, empêchant les utilisateurs non-inscrits de contribuer. Ce défaut est maintenant corrigé, il n'est plus nécessaire d'être inscrit pour participer.

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le fil où l'on ne dit que du bien    Page 4 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le fil où l'on ne dit que du bien - le Mar 01 Sep 2009, 21:54

Rappel du premier message :

Complément de novembre 2016 : le répertoire des fils de discussion associés au thème « Félicitations et critiques » se trouve ci-après. La pilule du bonheur ; Liste des émissions passées ou présentes à préserver et défendre ; Une jeunesse enthousiasmante de France et d'ailleurs ; Les programmes d'été sur France Culture : des trésors enfouis ; Si la playlist de grève vous donne des aigreurs ; Quelle est la vocation de ce forum ? ; Le paradigme idéologique de France Culture ; L'ânerie du jour ; Pourquoi encore écouter France Culture ? ; le sous-forum : Autres radios culturelles

*********************

Premier message d'Invité dans ce fil :

Ce fil n'est à utiliser que pour faire des éloges de R. Enthoven, L. Goumarre, A. Badou et F. Martel ... et de leurs émissions.
* * *

31
Répondre en citant  
Re: Le fil où l'on ne dit que du bien - le Mer 24 Nov 2010, 09:37

Une émission d'une très bonne tenue à mon avis : les deux protagonistes défendaient à leur façon des idées plutôt hétérodoxes (en milieux intellectuels) de retour à la culture et l'affirmation des identités nationales, idées par ailleurs de plus en plus à la mode dans le continent. L'articulation n'était pas nette avec ce que la réaffirmation et l'explicitation de ces identités étaient nécessaires à la survie européenne, mais les invités se sont très largement laissés parlés, écoutés, et cherché au moins autant leurs points d'accord que des raisons d'en découdre.

Rien à voir, mais Hakim El Karoui a un faux-air de Richard Feynman assez net, non ?


32
Répondre en citant  
de la sinistrose en bidons de 5 litres - le Mer 24 Nov 2010, 09:58

@Henry Faÿ a écrit: Une émission à ne pas manquer :
Du grain à moudre
La (soit disant) désoccidentalisation du monde
avec Hakim et Karaoui et Hervé Juvin
Plein d'idées très stimulantes, je ne suis pas d'accord, mais cette émission ouvre la voie à la discussion.
Chers co-forumeurs, je ne partage pas vos enthousiasmes à tous les deux, sauf pour la correction et la clarté du débat : réduire à 2 invités pour les seulement 35' de discussion (une fois retiré présentation, annonce, désannonce, chapeau), c'est peut-être la clé pour faire un débat non-bousculé. Mais pour le contenu, brrrr je l'ai trouvé glaçant et désespérant. Nous voila partis pour un petit débat des plus prometteurs, j'hésite franchement à rester dans le présent fil, ouvert par Camenbert pour plomber l'ambiance, et qui conserve quelque chose de parasitique.

En tous cas, moi non plus comme dit Henry je ne suis pas d'accord, mais je ne sais pas encore avec qui. A l'écoute de ce débat j'avais surtout un doute généralisé sur l'ensemble des propos entendus, peut-être est-ce dû à l'intro franchement masochiste, en harmonie avec cet auto-dénigrement qui imprègne France Culture est qui est une perversion de la lucidité ou de la modestie : à force de vouloir ne pas se prendre pour le centre du monde ni pour le modèle moral, on en vient à battre sa coulpe et à répéter obsessionnellement qu'on est des mauvais et des salauds et des dangers publics, et on se place encore plus au centre du monde tout en pétant de fierté morale. Les colonies ne suffisant plus pour culpabiliser le siècle qui vient de s'écouler, on franchit un cap : c'est pas face aux colonisés qu'on est des salauds et des dangers publics, c'est devant toute l'histoire de l'humanité et peut-être même de la galaxie tant qu'on y est, non ? Heureusement que le tiers-monde dé-tiers-mondisé est en train de nous coller la raclée des raclées, nous ne l'avons pas volée ouh que ça fait du bien de s'en goberger surtout quand on est soi-même un privilégié. Et puis quoi après, pour nous punir ? Une bonne guerre non ? Il ne manquait franchement plus que Slavos Zizeck, là. Bref, une nouvelle version de la sinistrose et de la culpabiline, qui sont pour FC LE ticket gagnant et LE bon produit puisqu'on en abreuve les auditeurs du matin au soir. Et tout ça se fait sans jamais définir de quoi on parle : l'individualisme, l'économisme, kézaco ? En fait on sait très bien ce que c'est, mais employés aussi vaguement hier, il n'en reste que des étiquettes vagues sinon creuses, où tout le monde mettra ce qu'il voudra, et on retrouve ici la dérive de Marcel Gauchet dans les Matins il y a un mois.

Cela dit, et c'est bien pour ça que ça vaut le coup de se transporter dans le fil consacré à l'émission de Couturier & Clarini, j'ai trouvé de l'originalité et matière à débat par Hakim el Karoui dans ces deux numéros distincts et aussi intéressants l'un que l'autre :
- d'abord il indique une voie de sortie par le haut, là et il tranche sur la sinistrose ambiante
- ensuite, il emprunte à son ami Emmanuel Todd un schéma descriptif : celui de la riche diversité anthropologique conjuguée au centralisme administratif. En 1981 Todd & Hervé Le Bras avaient appliqué cette analyse à la France des 5 derniers siècles, dans un enthousiasme humaniste assez revigorant, sorte de francophilie adulte et sans niaiserie. Et 10 ans plus tard Todd avait cru pouvoir montrer dans un autre volume qu'on ne pouvait pas appliquer ce même schéma à l'Europe. Bref le contraire de ce qu'a dit El Karoui hier, me semble-t-il. Anyway, ni Juvin ni El Karoui ne se sont limités à ce point de vue déjà ancien, mais ils en ont nourri le débat, et peut-être même l'ont conclu sur cette note.

Là où Henry a raison, c'est que ce Grain à moudre, qui m'a semblé le plus dérangeant à écouter depuis bien longtemps, est aussi des plus stimulants pour la discussion. Mais à condition de le réécouter attentivement, pour réfuter presque tout ce qui y a été dit. Y compris les interventions de Brice Couturier avec qui d'habitude je suis pourtant assez d'accord. Donc, je réécoute et je commente point par point, mais je vais prendre mon temps ...

33
Répondre en citant  
Re: Le fil où l'on ne dit que du bien - le Mer 24 Nov 2010, 10:45

Pas de réécoute pour moi, donc l'appréciation de l'émission restera une impression confuse. L'éloge adressé à l'émission était surtout formel : Brice Couturier et Julie Clarini n'ont pas réussi a allumer les foyers de discorde qu'ils traquent généralement avec passion, la confrontation des thématiques de Juvin - dénonciation pessimiste de l'indivudialisme, de l'économisme etc, besoin d'en revenir à l'identité nationale comme collectif - et celle, plus optimiste, mais pas tellement différente dans le fond d'El Karaoui, éloge de la diversité des cultures nationales, se sont complétées, de façon critique mais sans chercher à annihiler l'autre.

En dehors de cette appréciation esthétique, dire que c'est hétérodoxe n'est pas un compliment que j'y adresse ! D'accord pour déplorer la tentation de l'auto-dénigrement systématique, mais Couturier en est d'ailleurs, et à mon avis, le premier chantre ! Peut-être par esprit polémique, et par goût de la controverse, c'est le premier à mettre en porte-à-faux le modèle français, à tourner en dérision (plutôt qu'à démonter par l'argument) les façons françaises, la myopie et les particularismes nationaux - dont on se demande ce qu'il nous resterait en propre et de particulier dès lors qu'on les éliminerait uns à uns par goût des autres -.

Bon, visiblement sur l'individu, les deux invités n'étaient pas complètement d'accord. Il y a eu une critique originale par El Karaoui je crois, de la volonté de rentabilité immédiate de ses gestes de charité de l'individu contemporain, qui préfère investir dans l'oeuvre humanitaire que dans le parti politique - comprendre qui préfère une résolution ponctuelle et individuelle, voire associative de ce qui l'émeut qu'en passer par l'action collective systématique de la politique institutionnelle.

On sent bien que le lien avec la critique de "l'économisme" passe par un cheminement plutôt à gauche, et en ayant en tête ce qu'on reproche, de la gauche, au capitalisme vaguement libéral : l'institution de l'individu comme pôle unique, comme entité déterminante, et la négligence des réalités sociales, l'oubli de considérer les aspects organiques des sociétés humaines, et ce que ça a de moteur dans la détermination des comportements humains. On peut y lier, si on ne craint pas trop le hors-sujet, les critiques de la promotion de la seule théorie du choix rationnel comme théorie de l'action, passant à l'as tout ce qui peut émerger comme "tropismes" sociaux chez les animaux humains.

34
Répondre en citant  
Juste ! Et ce qui valait pour 2009 vaut pour 2016 - le Dim 13 Nov 2016, 15:15

Nessie(http://www.regardfc.com/t36-le-fil-ou-l-on-ne-dit-que-du-bien#250) a écrit:S'il est vrai qu'une proportion importante de nos remarques sont de mécontentement, l'activité de ce forum une fois investiguée d'un oeil un peu dégraissé de préjugés, montre que de la critique positive nous n'en sommes pas avares. Et avec un peu de curiosité et d'honnêteté intellectuelle, n'importe qui verra que les intervenants qui ont fait vivre le forum DDFC, même à l'encontre de son fondateur d'où le clash final, y ont rempli des pages entières à dire du bien :
a) de nombre d'émissions survivant des grilles anciennes comme les fictions ou A voix nue
b) de certaines émissions créées après 1999, comme Concordance des Temps, Métropolitains
c)  en leur temps récents avant leur démolition, de Une vie une oeuvre ou Bouche à oreille.
d) et dans une certaine mesure, même chose pour Répliques ou L'esprit public, où les contribs d'éloge ont équilibré les contribs de critique. (...)
Pour faire le même constat aujourd'hui, il suffit de lire les rubriques Fictions, Répliques, Concordances des temps, etc, et le sous-forum "Autres radios culturelles" (France Musique, RTS,RTBF, radios non francophones).

Voir la récapitulation des fils de discussion associés au thème "Félicitations et critiques" dans le premier message de ce fil.  Et pour parcourir les messages du mois en cours ou des mois précédents : Tous les commentaires du mois de novembre 2016.

35
Répondre en citant  
Radio Fañch, debout le jour et la nuit - le Jeu 24 Nov 2016, 08:46

Tout récemment, je découvrais le premier numéro des Nuits Magnétiques créées en janvier 1978 par Alain Veinstein. Je suis actuellement dans l’écoute du deuxième numéro de cette série de  cinq sur New York  et ce journal de voyage est vraiment un régal sonore (aurait été fort utile de l’entendre avant de débarquer dans cette ville deux ans plus tard…).

Il se trouve que Radio Fañch a transcrit dans son billet du 9 novembre 2016 Magnétisme nuit... la très belle introduction d’Alain Veinstein. On lira aussi dans ce billet un commentaire du blogueur breton sur cette émission et plusieurs commentaires sérieux de lecteurs sur l’histoire de France Culture et de la radio vue par Télérama dans les années 1960. Tout aussi instructif est le billet précédent qui offre en player intégré les cinq numéros des Nuits magnétiques : New-York New York... (noter le très pertinent commentaire d’auditeur sur l'émission  et sur France Culture ; est aussi signalé le numéro sur Georges Perros…)

Quand le blogueur de Radio Fañch met en lumière le meilleur de la radio, analyse forces et faiblesses de la radio publique et réfléchit en grand auditeur qu’il est à la nature de la radio, il fait œuvre très utile (vu le nom de ce fil, on ne s'appesantira pas en revanche sur le militantisme pro-Nuit debout et la détestation de Brice Couturier, sans parler de son obsession pour L'Oreille en coin). Ainsi j’ai écouté plus rapidement que prévu l’émission que Radio Fañch  a extraite des Nuits de France Culture (choix compréhensible vu la passion du chroniqueur pour la chanson) : Le train de la nostalgie : la mémoire en chantant de F.R. Barbry. Oui, ce numéro de 1986 Le Train bleu est vraiment une pépite et un exemple de savoir-faire radiophonique : Barbry conduit le récit, donne à entendre chansons, lectures, entretiens, bruitages, tout cela parfaitement coordonné dans une logique narrative forte*. Extrait de dialogue dans le TGV (enfin presque…) : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-30.10.2016-ITEMA_21103163-16.mp3" debut="14:55" fin="15:57"]

Une timide tentative de réaliser une émission proche de ce modèle a été faite au début de l’année (voir Vladimir Cagnolari en janvier 2016), elle a été immédiatement étouffée par la direction de France Culture qui a préféré affermer le créneau de l’après-midi à Mathieu Garrigou-Lagrange. Exit les producteurs tournants enthousiastes et les réalisations créatives, bonjour l’entretien en direct plus ou moins improvisé sur une icône du monde littéraire (avec chronique promotionnelle au milieu).

Pour en revenir à Barbry, son numéro stupéfiant réalisé au printemps 1998 sur Chantal Mauduit a laissé pantelant plus d’un auditeur à qui je l’ai fait écouter à l'époque. François-Régis Barbry mourait à l’automne de la même année, à l’âge de 56 ans, quelques mois après Chantal. Peut-être Radio Fañch retrouvera-t-il ce numéro ?  

Radio Fañch ne fait pas seulement de la critique et des recommandations, il réalise des entretiens avec des personnalités de la radio qu’il donne à entendre ou qu’il retranscrit. C’est aussi l’un des intervenants réguliers à Longueur d’ondes, le festival annuel de la Radio à Brest en janvier . Bref un passionné qui n’en reste pas à l’écoute de ce que font les autres, mais qui se frotte à la création radiophonique et participe à son rayonnement.

À propos, Fañch, qui aviez reproduit sur votre blog ce billet écrit peu après mon inscription sur ce forum, Pierre Descargues, savant et humble, l’échange se poursuit avec Madame D.,  96 ans, qui n’écoute plus que France Musique et me demande encore des émissions pour nourrir son insatiable curiosité… Une auditrice qui a détourné son regard de France Culture.

*@ Masterkey : la fonction « proposition d’écoute » est de nouveau hors service, est-il possible de la réactiver ? Merci d’avance !

36
Répondre en citant  
''Félicitations'' (vu sur le site du médiateur) - le Jeu 10 Aoû 2017, 22:06

Classer peut-être ici les messages du fan-club de Lucas Menget (?) relayés par le site du médiateur ?

Félicitations
Jean AUBATERRE 09/08/2017 12:49 France Culture
Bonjour,
Je vous prie de bien vouloir transmettre à Lucas Menget (L'Invité des Matins d'été - France Culture) pour l'excellente initiative que constitue l'émission de ce jour sur le Venezuela. Emission hautement nécessaire au milieu des débordements propagandistes vomies sur les ondes depuis plusieurs semaines. Informer et ouvrir à la réflexion répond-là à la mission de France Culture !
Par avance, Merci.
Jean AUBATERRE


*******************

L'émission en question (retour sur écoute, quelqu'un ?)  : Quelle sortie de crise pour le Venezuela ?
La crise économique que subit le Venezuela depuis 2014 provoque une crise politique majeure depuis le mois d'avril 2017.

Depuis la mort d'Hugo Chavez en avril 2013 le Venezuela connaît une situation politique, sociale et économique très instable. En cause, la baisse du prix du baril de pétrole, dont la santé économique du Venezuela dépend essentiellement, le pétrole constituant la ressource quasi exclusive permettant d'acquérir les produits de première nécessité et les denrées alimentaires, importés en majeure partie de l'étranger.

En décembre 2015 le centre-droit obtient une victoire historique aux législatives. En mai 2016, une pétition recueille le nombre suffisant de signatures afin d'organiser un "référendum révocatoire" pour révoquer le président Maduro, procédure que prévoit la Constitution écrite par Chavez en 1999. Depuis cet événement les affrontements entre l'Etat et les opposants au gouvernement ont connu une escalade de violence, tandis qu'une dérive de plus en plus marquée se produisait vers un régime autoritaire. Cette dérive s'est accentuée avec l'élection le 30 juillet 2017 d'une Assemblée constituante, boycottée - car considérée comme illégale - par l'opposition. En conséquence du boycott, l'Assemblée constituante est uniquement composée de proches de Maduro,
donc [sic] l'objectif premier est de réécrire la Constitution. Comment le Venezuela pourra-t-il sortir de cette crise ?

Nous recevons Temir Porras, ancien secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et à l’Education sous Chavez puis Directeur de Cabinet au ministère des Affaires étrangères sous Maduro* ; Eduardo Rios Ludena , Docteur en Sciences politiques du Ceri/Sciences Po, affilié à l'Observatoire politique pour l'Amérique latine, et Thomas Posado, Docteur en Sciences politiques (Paris VIII).


Autres précisions (Sciences po) :
Biography Temir Porras
Born in Caracas, Venezuela, in 1974

Consultant

Public Service carreer in the Bolivarian Republic of Venezuela (2002 - 2013)

Specialized in Foreing Policy, Foreign credit and Oil. Have brokered and negotiated political and trade deals at presidential level for 10 years in Latin America, Europe and Asia. Set-up and negotiated credit lines for Venezuela with China and Russia. Managed Sovereign Development Fund and Development Bank for Venezuela. Have supported energy (oil) trading deals between the Bolivarian Republic of Venezuela and Latin American countries. Expert in Latin American politics, Latin American Geopolitics, and Latin American integration

Former Foreign Policy Advisor of President Hugo Chávez

Former Chief of Staff for President Nicolás Maduro

Former Deputy Minister of Foreign Affairs (2007-2013)

Former Deputy Minister of Higher Education (2005-2007)

ENA (Promotion Léopold Sédar Senghor)

37
Répondre en citant  
''Les commentaires enthousiastes sur les programmes d’été de FC se multiplient'' - le Sam 12 Aoû 2017, 09:12

Il est intéressant de noter que la plupart des émissions qui font l'objet de ces commentaires enthousiastes sont celles qui ont fait l'objet d'un montage, d'une réalisation sophistiquée et qui abordent des thèmes dans la durée (quelles que soient les réserves à faire sur la forme et le niveau de ces émissions). Ce ne sont pas des débats, des tables rondes plus ou moins improvisées, des ambiances de rigolade, de prétendus décryptages de l'actualité politique (cf. le passage mis en gras par nos soins ci-dessous).

Sandrine Treiner et les cadres de FC devraient l'entendre : la radio à vocation culturelle est constituée d'émissions construites dans les règles de l'art radiophonique misant sur des sujets de fond.

Le message sur le site du service du médiateur (Lucas Menget de la Matinale d'été y est une nouvelle fois porté au pinacle) : France Culture l’été, France Culture toute l’année !

Sylvie L. 11/08/2017 9:08 France Culture
Cher médiateur,
Je constate que les commentaires enthousiastes sur les programmes d’été de FC se multiplient, Je voudrais y ajouter le mien. Je trouve remarquables la plupart des émissions du programme estival : Avoir raison avec, les Grandes Traversées, les Masterclasses (remarquables), les Séries Musicales, la Compagnie des Auteurs, le Génie des Lieux et Metronomique le samedi, pour ne citer que celles qui vraiment me ravient. Et, cerise sur le gâteau, la Matinale de 7h à 9h par Lucas Menget : la meilleure matinale depuis des années (j’écoute la Matinale depuis plus de 10 ans…), le ton de l’émission et les enchaînements des différentes séquences sont parfaits, Lucas Menget est le journaliste que l’on attendait plus, qui sait écouter ses invités, qui est même capable de se reprendre et de reformuler sa question modestement si l’invité ne semble pas tout-à-fait comprendre ce qui lui est demandé, un ton serein et une approche réfléchie et posée qui permettent des discussions intéressantes et favorisent les échanges d’idées hors des clichés habituels, quel que soit le sujet, bref un régal !
Et bien sûr comme beaucoup d’autres auditeurs, je ne peux que souhaiter que des émissions de cette qualité et des intervenants aussi intelligents que cultivés continuent d’enchanter notre quotidien à partir de septembre, sans que l’on retombe dans le cauchemar de la bouillie politico-sociologique qui nous a été servie - même sur FC - au cours du premier semestre 2017. Que FC reste une radio de CULTURE, et n’aborde la politique que pour y apporter une profondeur d’analyse que l’on ne trouverait nulle part ailleurs - et certains producteurs le font très bien, mais de grâce épargnez-nous ce qui nous est servi par toutes les autres radios dans ce domaine.
Donc bravo à Sandrine Treiner et à toutes les équipes de FC en attendant les programmes de rentrée qui je l’espère feront une part belle aux arts, à l’architecture, ou à l’archéologie qui ont durant un temps été les parents pauvres des programmes. Et merci pout tout !


Réponse du service de Radio France

Merci pour votre message que nous transmettons

38
Répondre en citant  
Enfin ! - le Ven 01 Sep 2017, 09:35

Enfin ! Oui, enfin, l'annonce d'une bonne nouvelle de rentrée : France Culture a décidé d'offrir un congé sabbatique aux producteurs pressentis pour assurer les créneaux de 15h et de 21h et de les proposer à des spécialistes des sciences formés à la parole radiophonique ! Et une bonne nouvelle supplémentaire : les émissions seront des documentaires faisant l'objet d'un montage, ce ne seront pas des débats.  On applaudit vivement !

Rendez-vous vite à la page dédiée aux sciences naturelles, domaine ornithologique, à ce premier numéro : Une vie, une œuvre : le merle.

Le fil où l'on ne dit que du bien     Page 4 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum