Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

La Marche des sciences    Page 1 sur 1

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La Marche des sciences - le Mar 01 Sep 2009, 23:53

voila une bonne raison pour que je retourne écouter France Culture, j'ai suffisamment pesté de ne pas avoir ce type d'emission pour ne pas faire un post de satisfaction, pour ne pas ce jour crier victoire, la seule crainte que j'ai c'est celle de ne pas comprendre ce qu'il disent, je pense que cela devrait intéresser Fred aussi vu la discussion sur l'homme et la machine, il n'y a que des filles dans cette émission et on ne vois pas leurs tetes sur le site, bien bonne chance a cette émission

2
Répondre en citant  
Re: La Marche des sciences - le Mer 02 Sep 2009, 00:07

Hé ben, très bonne nouvelle oui!
Je vois un peu de quoi il va s'agir, ça va être un bonheur de rafraîchir ça en radio. Stella Baruk est, pour autant que je m'en souvienne, une invitée régulière de France Culture, et, pour mémoire, une bonne vulgarisatrice.
Je ne sais pas s'ils vont en parler, mais le sujet est très important pour la suite de l'histoire des mathématiques, puisque c'est sur la recherche (et la preuve de l'impossibilité) d'une méthode générale de résolution des polynômes de tous degrés que Galois a démarré la très importante théorie des groupes.

Et la semaine, Becquerel, et donc la radioactivité.
Merci du tuyau, dom!

3
Répondre en citant  
Re: La Marche des sciences - le Mer 02 Sep 2009, 20:40

Oui merci, j'avais repéré cette émission sur la vidéo de la conférence de presse de rentrée.

4
Répondre en citant  
Re: La Marche des sciences - le Lun 02 Nov 2009, 11:49

Après plusieurs numéros de la marche des sciences, je comprends mieux pourquoi j'ai tendance à vouloir nommer cette émission "la fabrique des sciences". Cette émission fonctionne sur un concept très voisin de celui de la Fabrique de l'histoire, où s'est formée Aurélie Luneau : raconter la discipline par ses artisans, son histoire, ses méthodes, plus que par les sujets dont elle traite.

C'est annoncé en exergue de l'émission sur le site. Et c'est ce qui explique les traits et défauts qu'elle partage avec sa grande soeur laurentine : un intérêt pour les méthodes qui passionnera surtout le connaisseur - mais qui sera alors souvent déjà au courant de ce que traitent ces développements -, des disciplines qui se regardent un peu le nombril, et des sujets dont le fond passe nettement à la trappe.

Ainsi, la dernière émission consacrée aux dinosaures, a-t-elle bien plus parlé des effets des découvertes des fossiles et de l'évolution des pratiques de la fouille, que des dinosaures eux-même, et de la réalité que les sciences archéologiques et paléontologiques permettent actuellement d'en connaître. Tout juste a-t-on évoqué les périodes géologiques d'émergence et de déclin des espèces de dinosaures, mais jamais l'on n'est entré beaucoup plus avant dans ce monde pourtant passionnant.

Cette critique ne vaut pas systématiquement : Aurélie Luneau n'est pas Emmanuel Laurentin, sa voix, ses questions et son style sont clairs, posés, compréhensibles et agréables. Certaines émissions, dont la première, consacrée aux mathématiques, ont fait une place large à leur sujet de fond. Et les sciences se prêtent normalement bien à raconter leur objet par leur histoire. Mais cette émission en est à ses débuts, alors que la fabrique a 10 ans.

Espérons qu'elle sache ne pas se perdre trop dans ces travers-là, et cultive une approche qui puisse combiner avec subtilité le sujet traité et l'histoire de son traitement.

5
Répondre en citant  
Confusion des genres - le Jeu 14 Nov 2013, 15:06

Un numéro de La Marche des sciences qui ressemble davantage à un numéro des Enjeux internationaux ou à un Concordance des temps.

L’historien Olivier Lepick, « auteur notamment du livre La grande guerre chimique (1914-1918) PUF » est sans doute très compétent, mais il aurait fallu lui demander de se préparer pour parler devant un micro sans répéter 10 fois chaque mot de début ou de milieu de phrase. Il n'est pourtant pas difficile de rappeler à un invité qu'il doit avoir une parole radiophonique à destination d'un certain nombre de personnes, même si on lui donne en studio l'impression de ne parler qu'à une seule personne.

Cela  vaut pour de nombreuses personnes invitées au micro de France Culture : la parole radiophonique n'appartient pas au genre de la parole privée  quand il s'agit de transmettre des connaissances (on est dans un autre registre avec le documentaire).

Voir aussi la langue qui résonne étrangement...

La Marche des sciences     Page 1 sur 1

Haut de page ?   

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum