Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 17  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le paradigme idéologique de France Culture    Page 12 sur 17

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 28 Avr 2011, 14:25

Rappel du premier message :

Ce qui pourrit le travail de cette station, c’est la façon dont le message idéologique et moral s’y trouve instillé, distillé, saupoudré, présent, archi présent, à toute heure du programme, à chaque page du site. Les grandes lignes sont celles d’une morale à la fois simpliste, héritée de la morale catholique peut-être, mais poussée à un excès et dérivant en discours bifide : militant et moralisateur.

Il n’y a pas même besoin d’être en désaccord ni avec cette idéologie, ni avec cette morale, pour trouver pesant ce qu’en fait la station : un terrorisme de correction -paradoxal car parfaitement hypocrite par ailleurs- et un martelage pesamment infligé à l’auditeur. Ca fait 15 ans que France Culture prend ses auditeurs pour des mômes. Ca fait 15 ans que le préchi-précha nous y attend à chaque détour, à chaque recoin d’émission. Ca fait 15 ans que les journaux de FC sont moins occupés à nous informer des événements qu’à nous dire comment nous devons en juger : à l'aune de l'égalitarisme (sacro-sainte lutte des classes), du tiers-mondisme, du féminisme, de l'écologisme (douchez-vous à l'eau froide et chiez dans de la sciure c'est pour sauver la planète), de l'anti-colonialisme avec promotion de la repentance, enfin et surtout à l'aune de l'anti-économie. Le tout est copieusement servi par cette humilité aussi hypocrite qu'obligatoire, connue sous le nom de haine de soi.

Ce pétrissage de moraline est infect, indigeste, et la soupe en est détestable.

Ce fil en donnera des exemples (on en trouve plusieurs chaque jour). S’il y a des bonnes volontés ou si l’agacement dépasse le supportable, il s’ensuivra peut-être une réflexion ou une analyse de cet insupportable terrorisme moral.
* * *

111
Répondre en citant  
Héroïsation de l'infraction à la loi - le Mar 13 Sep 2016, 13:12

H ier héroïsation du passeur de clandestins  sous la responsabilité de Perrine Kervran  dans LSD, La série documentaire : Passeur - Comment j'ai fait passer la frontière à des réfugiés.

"J'aime" ce début :  "7 octobre 2015, je fais passer illégalement et clandestinement la frontière franco-italienne à deux jeunes citoyens soudanais Ahmad et Ibrahim. Ceux-ci désiraient demander l’asile en France. Ils avaient été par deux fois refoulés vers l’Italie au mépris d’un droit inscrit dans notre constitution.".

La désinformation bat son plein. À France Culture, on n'a jamais entendu parler (en fait on se fiche totalement du droit) des Règlements Dublin II et III. Une demande d'asile doit s'effectuer dans le pays par lequel un réfugié est entré dans l'UE. Si ces deux Soudanais sont entrés par l'Italie, c'est en Italie qu'ils doivent faire leur demande d'asile. Il n'y a là rien de contraire à la Constitution. Mais ça, les lecteurs et auditeurs de France Culture n'en sauront rien.  

Au contraire il faut enfoncer dans le crâne, comme Erner le fait  chaque matin, que la France bafoue quotidiennement les droits de l'homme. : "Ils avaient été par deux fois refoulés vers l’Italie au mépris d’un droit inscrit dans notre constitution et de toutes les procédures prévues par les traités dont notre pays est signataire.".

La France respecte les procédures, voir à ce sujet la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme sise à Strasbourg. Mais voilà, lire le droit, c'est trop " prise de tête" pour les belles âmes qui se revendiquent du droit international.

Le bourrage de crâne et la désinformation quotidienne à France Culture deviennent proprement insupportables.

Pour les courageux, voir les Nouvelles vagues du jour ("Réfugiés, Sans Domicile Fixe, sans intimité ?") et À voix nue ("Erri de Luca, S'engager").

112
Répondre en citant  
L'élitisme, mot honni - le Ven 30 Sep 2016, 06:15

Il est assez symptomatique, quoique habituel sur la fond, d'entendre cette réponse de Nicolas Martin sur sa série la Méthode scientifique qui ne serait pas selon des auditeurs assez élitiste. C'était chez le prétendu médiateur :  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11646-29.09.2016-ITEMA_21089869-0.mp3" debut="01:57" fin="02:10"].
Comment transformer le reproche de ne pas être assez spécialisé en condamnation de l'élitisme, mode d'emploi...

Anton Ivanovitch 

113
Répondre en citant  
Χαλεπὰ τὰ καλά ἐστιν (Platon, Cratyle, 384 b) - le Ven 30 Sep 2016, 14:46

Philaunet(http://www.regardfc.com/t370p110-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#27074) a écrit:
Il est assez symptomatique, quoique habituel sur la fond, d'entendre cette réponse de Nicolas Martin sur sa série la Méthode scientifique qui ne serait pas selon des auditeurs assez élitiste. C'était chez le prétendu médiateur :  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11646-29.09.2016-ITEMA_21089869-0.mp3" debut="01:57" fin="02:10"].
Comment transformer le reproche de ne pas être assez spécialisé en condamnation de l'élitisme, mode d'emploi...
Et encore aujourd'hui, à midi, Mme Olivia Gesbert dit : « (...) Lucinda Childs [à qui Mme Gesbert parlait] le [ce ?] courant minimaliste a parfois été euh accusé d'être un peu difficile d'accès euh un peu élitiste un un peu froid (…) » (26'00-26'10).
http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/dans-les-pas-de-lucinda-childs
Tout en approuvant la cinglante réplique d'Antonia sur le même sujet*, je crois bon d'insister sur cette phobie de « l'élitisme ». On dirige et on organise France Inculture afin de prévenir toute accusation d'« élitisme » ou de « mépris de classe », comme dit l'ineffable Xavier de la Porte**. Ce faisant, l'on anéantit le principe même de la culture. « L'homme se forme par la peine ; ses vrais plaisirs, il doit les gagner, il doit les mériter. Il doit donner avant de recevoir. C'est la loi. (...) Toutes les belles choses sont difficiles, comme dit le proverbe [grec rapporté dans le titre] ; et celui-là ne saura jamais le violon, qui n'a su que s'y amuser » (Alain, Propos  sur l'éducation, V et XLI). Cette leçon peu « fun » et peu « sympa » cadre mal avec l'air du temps. Malheureusement, France inculture*** ne s'inquiète que de l'air du temps, de  « l'actu » et du « décryptage de l'actu ».
« Sed omnia praeclara tam difficilia quam rara sunt » (Spinoza, Ethica, explicit).
* http://www.regardfc.com/t783p10-grille-de-rentree-2016#27056
** http://www.regardfc.com/t295p30-place-de-la-toile-ce-n-est-qu-un-debut-ou-les-tribulations-du-web-semantique-sic#18457
*** Cette chaîne porterait mieux le nom « Rires, pleurs et chansons ».

Anton Sechan 

114
Répondre en citant  
But all things excellent are as rare as they are difficult - le Ven 30 Sep 2016, 18:29

Anton cela fait un bail que plussoyer (verbe inventé sur internet au XXIe siècle) sur ce forum à été fait et votre post le mérite.

Vous commencez par : "Et encore aujourd'hui, à midi, Mme Olivia Gesbert dit : « (...) Lucinda Childs [à qui Mme Gesbert parlait] le [ce ?] courant minimaliste a parfois été euh accusé d'être un peu difficile d'accès euh un peu élitiste un un peu froid (…) » (26'00-26'10)." heureusement que vous n'avez pas poursuivi sinon  : "...pas si facile à à appréhender hein pour le pour le spectateur...  plus plus souple..."   Fin d'émission, fin de semaine, travailler dans la culture est fatigant en se fatiguant pour une  qualité non élitiste. Madame Olivia Gesbert n'est pas dernière en élocution sur cette radio.

Vous avez atténué votre élitisme en traduisant le proverbe grec et l'avez gardé intact quant à Spinoza.Merci Monsieur.

Cette chaîne : pire et glandons

115
Répondre en citant  
''Désordres sociaux, agitations politiques, insoumissions, insurrections, révoltes, etc.'' : un programme inspirant... - le Dim 16 Oct 2016, 14:41

Dans le cadre du rappel des troupes contributrices, voici un joli sujet de discussion (soit soupirs, soit tonnerre de Brest) : "Ce qui nous soulève" dans le cadre de l'émission Les Regardeurs avec Georges Didi-Huberman pour l'exposition que ce dernier organise au Musée du Jeu de Paume :

Exposition "Soulèvements" du 18 octobre 2016 au 15 janvier 2017 au Jeu de Paume (partenariat France Culture). Commissaire : Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l'art.

"Soulèvements" est une exposition transdisciplinaire sur le thème des émotions collectives, des événements politiques en tant qu’ils supposent des mouvements de foules en lutte : il sera donc question de désordres sociaux, d’agitations politiques, d’insoumissions, d’insurrections, de révoltes, de révolutions, de vacarmes, d’émeutes, de bouleversements en tous genres.

Le parcours de l’exposition suit un cheminement sensible et intuitif dans lequel le regard peut, cependant, se focaliser sur des « cas » exemplaires traités avec précision, afin d’échapper à tout regard généralisateur, à travers cinq grandes parties : • ÉLÉMENTS (DÉCHAÎNÉS) • GESTES (INTENSES) • MOTS (EXCLAMÉS) • CONFLITS (EMBRASÉS) • DÉSIRS (INDESTRUCTIBLES).
"

Tous les producteurs de la chaîne ont reçu leur invitation et seront invités à insuffler (davantage) dans leurs émissions les thèmes auxquels France Culture s'identifie à travers son partenariat.

116
Répondre en citant  
Un gros lourdaud et un idéologue - le Dim 30 Oct 2016, 21:43

J'isole cette citation de masterkey en rappelant que ce dernier trouve par ailleurs de nombreuses qualités à l'émission et au producteur dont il  dit davantage de bien que de mal, ce qui ne sera pas mon cas plus bas en quelques mots :
masterkey(http://www.regardfc.com/t789-la-methode-scientifique#27021) a écrit:Ce jeudi, Nicolas Martin signait à mon oreille sa plus mauvaise prestation depuis le démarrage, avec pourtant au micro sa plus intéressante invitée : Yvonne Choquet-Bruhat, mathématicienne âgée de 92 ans, femme à la voix feutrée par l'âge mais à l'esprit contondant, ayant travaillé de façon soutenue avec Albert Einstein, creusé mathématiquement les solutions des équations de la Relativité générale, et rapportant au micro de France Culture ses souvenirs professionnels avec une vive acuité.

C'est l'honneur de la Méthode Scientifique que d'inviter un tel personnage, très peu médiatique mais à la parole précieuse, et cela jette un jour lumineux sur les ambitions de l'émission, qui dépassent bien celle du simple magazine d'actualité scientifique. (...)

Par ailleurs, et ce fut un défaut notoire dans cette émission, Nicolas Martin avait pour clair programme de faire dire à son invitée toute la difficulté qu'elle a probablement eue à être une femme dans ce monde très masculin de la science dure (d'alors), et combien machistes avaient dû être ses professeurs et ses pairs. Grand mal lui en a pris, Yvonne Choquet-Bruhat a pris un malin plaisir à le démentir en tout point et continûment. NM a pourtant été lourd à souhait sur le sujet, revenant à la charge à plusieurs reprises, suggérant devant la difficulté que le machisme avait peut-être été surtout lové dans l'inconscient des collègues d'YCB, que ces archaïsmes dont elle avait forcément souffert, elle n'en était peut-être elle-même pas consciente... Non il n'y a pas été de main morte sur le sujet, mais on a senti toute la réticence de l'invitée à entrer dans ce jeu et à satisfaire cet impératif indignatoire. (...)
C'est le moins qu'on puisse dire qu'"il n'y a pas été de main morte", c'est tout simplement affligeant et en même temps si caractéristique de la pensée caricaturale de France Culture. Il ne se rend même pas compte en plus qu'il est sexiste, renvoyant sans cesse l'invitée à son sexe de femme quand, elle, elle parle de personnes, de gens, de "tout le monde", de scientifiques sans faire aucune distinction. Non, Nicolas Martin cherche à toute force à "cliver" et à opposer, sur le ton de la rigolade et toujours en beuglant dans le micro avec un dynamisme factice (face à une personne de 92 ans...), les hommes (affreux discriminateurs) et les femmes (tristes victimes du machisme passé, présent et à venir). Un grave défaut de perception et un soubassement idéologique tristement visible qui pose question sur ses capacités à interviewer quiconque.  

On notera comment Nicolas Martin tente d'écraser par une parole forte celle d'Yvonne Choquet-Bruhat. Et puis en fin d'extrait comment il fait une remarque non immédiatement compréhensible par l'invitée ("vous dîniez beaucoup" pour "vous aviez des relations"), qu'il répète, pour enfin faire taire la mathématicienne d'un malpoli "c'est pas grave" au lieu de s'expliquer.  La fin de ses interventions  vaut vraiment son pesant de bêtise. Yvonne Choquet-Bruhat, quant à elle, reste un modèle de pensée souple et nuancée qu'on a envie d'écouter longuement.
[son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14312-22.09.2016-ITEMA_21083329-3.mp3" debut="29:20" fin="33:36"]

À suivre dans le fil La méthode scientifique.

117
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 12 Jan 2017, 09:02

Un paradigme illustré du matin au soir par la journée du 9 janvier :

Le Journal des idées
La relance... des inégalités

Le Billet économique
Favoriser les riches, est-ce bon pour les pauvres?

L'Invité des Matins
Cartographie des inégalités françaises

Le Billet politique
Quelles inégalités devant le vote ?

Le Journal de la culture
Qu'en est-il de l'égalité face aux pratiques culturelles ?

Deux minutes papillon
"Punir, une passion contemporaine" de Didier Fassin

La Grande table (2ème partie)
Justice : un catalyseur d'inégalités ?

Du Grain à moudre
Hervé Gardette
Revenu de base : une mesure de justice sociale ?

118
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 12 Jan 2017, 09:43

Que va-t-il se passer après les présidentielles? En dehors de l'hypothèse Mélenchon, à laquelle beaucoup préfèrent ne pas croire, il y a des chances que cette gauche si bien représentée à FC perde ses appuis dans les couloirs du pouvoir. On voit mal une nouvelle équipe politique supporter, au sein du Service public, cette tribu post-marxiste, ce radeau de la Méduse bourdieusien qu'est devenu FC. Soit ses journalistes aigris, moralisateurs, d'une extraordinaire prétention et d'une réelle médiocrité décident de partir d'eux-mêmes en faisant le maximum de bruit, soit il seront priés de partir et nous aurons alors de multiples opérations à la Aude Lancelin (aller se plaindre dans tous les médias, écrire un livre, remâcher son éviction ad nauseam et, chic, jouer les victimes ). Dans tous les cas ils démontreront qu'ils n'étaient que des militants infiltrés dans une radio publique. Reste une troisième solution : ils font profil bas, restent en place, se reconvertissent dans une gauche plus honnête et passeront le reste de leur vie à regretter cette période où ils avaient pris le pouvoir dans une station de radio sans que qui que ce soit, pendant des années, n'ose venir leur rappeler les quelques principes de neutralité et d'objectivité sur lesquelles repose le service public.

119
Répondre en citant  
Suggestion pour M. Gardette - le Jeu 12 Jan 2017, 11:41

Philaunet(http://www.regardfc.com/t370p120-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#27963) a écrit:Un paradigme illustré du matin au soir par la journée du 9 janvier
Bonjour Philaunet,
Quelques remarques par rapport au résultat de votre recensement.

- Il n'est pas anormal que dans la période de la "primaire de gauche" les thèmes débattus à cette occasion soient également discutés sur FC. De la même façon, les thèmes "de droite" étaient débattus à l'époque de cette primaire, par exemple le démantèlement de la sécurité sociale qu'avait annoncé M. Fillon a fait l'objet de plusieurs interviews (particulièrement à la Grande Table) pour la commenter quand elle a été annoncée, puis lorsqu'elle a été confirmée, puis encore la commenter lorsqu'elle a été édulcorée.

- Le problème de l'économie, c'est quand même surtout de réduire la pauvreté et les inégalités. Mais je me souviens que le 19/12, nous avons entendu un reportage sur un financier qui, fortune faite à 35 ans, nous a expliqué pendant 30 mn qu'il regrettait que les "réformes qui s'imposent" n'aillent pas plus vite, pour que tout le monde puisse faire ce beau métier (acheter et revendre des PME) puis, déguisé en Père Noël, confondait charité et justice. C'était intéressant sur un plan sociologique, mais on ne peut cependant pas multiplier les documentaires sur ce thème. (Ré)écoutez "Les pieds sur Terre" du 19/12 ("Le millionnaire").

J'ai vu récemment sur FR3 une interview relativement longue (peut-être 1mn...) et d'un genre assez rare : il s'agissait de la présidente d'une association locale de SDF, elle-même SDF, qui expliquait, édentée mais visiblement cultivée, intelligente et posée, bien que fatiguée, la situation de ses adhérents. La journaliste la questionnait avec empathie. Je rêve d'une émission sur FC (peut-être "Du grain à moudre" ?) réfléchissant avec une telle personne qui exposerait son point de vue, et sa rationalité.

Ce serait une suggestion de thème pour M. Gardette, peut-être nous lit-il ? car finalement, il ne faut pas se faire d'illusions : même dans les émissions que vous avez recensées,Philaunet, ce sont toujours des personnes d'une catégorie sociale aisée, des intellectuels s'intégrant finalement dans la rationalité du "millionnaire" des Pieds sur Terre, qui ne discutent que de quelques variantes, savamment.

Cordialement.

120
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 12 Jan 2017, 12:36

munstead(http://www.regardfc.com/t370p120-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#27964) a écrit:Que va-t-il se passer après les présidentielles? En dehors de l'hypothèse Mélenchon, à laquelle beaucoup préfèrent ne pas croire, il y a des chances que cette gauche si bien représentée à FC perde ses appuis dans les couloirs du pouvoir. On voit mal une nouvelle équipe politique supporter, au sein du Service public, cette tribu post-marxiste, ce radeau de la Méduse bourdieusien qu'est devenu FC. Soit ses journalistes aigris, moralisateurs, d'une extraordinaire prétention et d'une réelle médiocrité décident de partir d'eux-mêmes en faisant le maximum de bruit, soit il seront priés de partir et nous aurons alors de multiples opérations à la Aude Lancelin (aller se plaindre dans tous les médias, écrire un livre, remâcher son éviction ad nauseam et, chic, jouer les victimes ). Dans tous les cas ils démontreront qu'ils n'étaient que des militants infiltrés dans une radio publique. Reste une troisième solution : ils font profil bas, restent en place, se reconvertissent dans une gauche plus honnête et passeront le reste de leur vie à regretter cette période où ils avaient pris le pouvoir dans une station de radio sans que qui que ce soit, pendant des années, n'ose venir leur rappeler les quelques principes de neutralité et d'objectivité sur lesquelles repose le service public.
Merci pour ce constat lucide. Vous avez bien résumé la teneur générale des journaux (analysés régulièrement dans le fil Les journaux et la rédaction de FC) que prolongent dans la même logique les Matins de France Culture, la Grande table et Le Grain à moudre, à savoir les créneaux dits "de grande écoute".

On se souviendra sinon que dans France Culture, il y a le mot "culture". Celle-ci a été remplacée à l'antenne par l'actualité socio-politique et économique française et internationale. Illustration du jour, la Une du site de France Culture : "L’Occident est-il son meilleur ennemi ?" avec Michel Onfray.

121
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 12 Jan 2017, 12:56

@ Sarabande. Vous avez une façon assez particulière de voir les choses. Philaunet recense l'illustration du thème des inégalités rendu incontournable par Piketty en une seule journée. Et vous considérez qu'il est normal que tout FC se mobilise en faveur de la dénonciation de ces déséquilibres. Vous y opposez le "débat" sur les propositions Fillon. Quel débat ? A part un bref entretien avec un des responsables de la campagne du candidat de la droite, il y a eu essentiellement la dénonciation (une fois encore) du démantèlement supposé ou prévisible des principes de la SS. Donc pour vous, seul le sujet compterait, pas la manière dont il est traité? Étrange.
Quant à vos remarques sur une radio/Télé idéale qui donnerait la parole à ceux qui ne l'ont pas. N'est-ce pas tout simplement  le rôle du journaliste? Et qu'il ou elle soit d'origine sociale différente des personnes interrogées n'a pas grand chose à voir avec le besoin et l'envie d'informer. Et sur FC, je préfère que les journalistes soient des intellectuels (je regrette souvent qu'ils ne le soient pas assez) plutôt que des SDF, ou alors je vais sur l'une des centaines de radio de communautés qui existent ailleurs.  Ou alors, c'est le Bondy Blog généralisé, avec les dérives que l'on connait.

Contenu sponsorisé 

122
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture -

Le paradigme idéologique de France Culture     Page 12 sur 17

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 17  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum