Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le paradigme idéologique de France Culture    Page 12 sur 12

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 28 Avr 2011, 14:25

Rappel du premier message :

Ce qui pourrit le travail de cette station, c’est la façon dont le message idéologique et moral s’y trouve instillé, distillé, saupoudré, présent, archi présent, à toute heure du programme, à chaque page du site. Les grandes lignes sont celles d’une morale à la fois simpliste, héritée de la morale catholique peut-être, mais poussée à un excès et dérivant en discours bifide : militant et moralisateur.

Il n’y a pas même besoin d’être en désaccord ni avec cette idéologie, ni avec cette morale, pour trouver pesant ce qu’en fait la station : un terrorisme de correction -paradoxal car parfaitement hypocrite par ailleurs- et un martelage pesamment infligé à l’auditeur. Ca fait 15 ans que France Culture prend ses auditeurs pour des mômes. Ca fait 15 ans que le préchi-précha nous y attend à chaque détour, à chaque recoin d’émission. Ca fait 15 ans que les journaux de FC sont moins occupés à nous informer des événements qu’à nous dire comment nous devons en juger : à l'aune de l'égalitarisme (sacro-sainte lutte des classes), du tiers-mondisme, du féminisme, de l'écologisme (douchez-vous à l'eau froide et chiez dans de la sciure c'est pour sauver la planète), de l'anti-colonialisme avec promotion de la repentance, enfin et surtout à l'aune de l'anti-économie. Le tout est copieusement servi par cette humilité aussi hypocrite qu'obligatoire, connue sous le nom de haine de soi.

Ce pétrissage de moraline est infect, indigeste, et la soupe en est détestable.

Ce fil en donnera des exemples (on en trouve plusieurs chaque jour). S’il y a des bonnes volontés ou si l’agacement dépasse le supportable, il s’ensuivra peut-être une réflexion ou une analyse de cet insupportable terrorisme moral.
* * *

111
Répondre en citant  
« un populisme de gauche qui va mobiliser les affects » - le Sam 06 Aoû 2016, 22:15

Merci pour les deux contributions ci-dessus qui illustrent tant les intérêts de la station (109) que la langue fautive des descriptifs et l'obsession de l'injustice universelle (110).

Dans un autre genre, voici une des divas de France Culture que l'on peut imaginer retrouver à l'antenne très bientôt : Chantal Mouffe, dont une citation orne la page de descriptif de la Grande Table du 7 avril 2016 : « Je soutiens que la croyance en la possibilité d’un consensus rationnel universel a conduit la pensée de la démocratie sur une fausse route »

En d'autres termes, non au consensus, oui à l'affrontement. Ce que les jeunes femmes parisiennes de la station, les Marianne de pacotille, peluche dans les bras, appellent la "ré-sis-tance".

La dénommée Mouffe (qui ne semble pas avoir créé beaucoup de richesses avec ses bras ou son cerveau pour l'avenir de cette société) a donné une interview à Médiapart pour commenter le résultat du référendum au Royaume-Uni. On peut en lire un abrégé en anglais ici : Chantal Mouffe on Brexit and the Spanish elections. L'article partiel contient un lien vers l'article complet du 25 juin (traduction en anglais du 27 juin). Parfait pour connaître la charte politique de la rédaction de France Culture.

112
Répondre en citant  
Féminisme et révolution à tous les étages de France Culture - le Mar 23 Aoû 2016, 21:54

Ce midi en tombant sur ça  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-23.08.2016-ITEMA_21056270-0.mp3" debut="09:25" fin="10:06"] La Grande table d'été du 23 08 2016

Je me suis souvenu que la semaine des Grandes traversées était consacrée à  Women's power, les nouveaux féminismes qui avait été présentée ainsi (après j'ai coupé) : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14373-22.08.2016-ITEMA_21055600-7.mp3" debut="01:05" fin="03:21"]

Venez ensuite réclamer que France Culture diffuse des émissions d'art et de savoir...

113
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 25 Aoû 2016, 19:25

Encore un descriptif qui n'y va pas de main morte, tout se mélange si bien que les raccourcis deviennent inquiétants : « Rentrée scolaire : quelle place pour le bien-être de nos enfants ? » (L'invité des matins d'été, 25 août 2016)

Foin de l'apprentissage, l'école est devenu le lieu du bien-être. Ne devrions pas parler de sécurité plutôt ? (lu dans cet article (accès payant) qu'une école avait retiré les poignées des portes de classe qui ne s'ouvrent que par les clés, ajouté des vitres teintées, monté des grilles). Le descriptif ci-dessous :

Alors que la ministre de l'Education nationale a présenté hier les mesures de protection des établissement scolaires contre la menace terroriste, comment faire pour que l'école républicaine continue à jouer pleinement son rôle tout en restant au maximum ouverte au monde ?

> En alternant le sens propre et le sens figuré des mesures de protection, on hésite devant le : tout en restant au maximum ouverte au monde. Effet de style auquel le journaliste aboutit indirectement en jouant de la confusion. C'est vague et gratuit. Au maximum ouverte au monde ? Il faut ce qu'il faut.

On demande toujours beaucoup à l'Education nationale en France, raison pour laquelle, peut-être, les rentrées scolaires sont des moments si importants.

> Quel est le rapport entre ces deux propositions ? 1/On demande toujours beaucoup à l'Education nationale en France 2/ raison pour laquelle, peut-être, les rentrées scolaires sont des moments si importants. Faut-il comprendre que les rentrées scolaires sont des moments si importants parce qu'on demande toujours beaucoup à l'Éducation nationale ? Admettons.

Et celle que nous allons vivre dans quelques jours ne manquera pas de l'être, placée qu'elle est, nécessairement, sous le signe de la lutte contre le fanatisme, le terrorisme et la haine, dans ce moment particulier où le vivre ensemble est menacé, où la défiance envers la figure du maître, de l'enseignant, est aussi forte que celle envers les politiques et tout ce qui représente l'autorité.

> où le vivre ensemble est menacé, où la défiance envers la figure du maître, de l'enseignant, est aussi forte que celle envers les politiques et tout ce qui représente l'autorité. Soit 1/ Le vivre-ensemble est menacé : Entre les français ? Les élèves ? Dans l'école ? La classe ? 2/ la défiance envers la figure du maître, de l'enseignant, est (...) forte. De la lutte contre le terrorisme, le raisonnement conduit à la défiance envers la figure du maître. Une dérive comme qui dirait abusive. Comme ce dernier rapprochement de l'enseignant à l'homme politique : 3 / envers les politiques et tout ce qui représente l'autorité.

Un beau coq à l'âne auquel il manque peut-être un 49.3 loi travail.

114
Répondre en citant  
Héroïsation de l'infraction à la loi - le Mar 13 Sep 2016, 13:12

H ier héroïsation du passeur de clandestins  sous la responsabilité de Perrine Kervran  dans LSD, La série documentaire : Passeur - Comment j'ai fait passer la frontière à des réfugiés.

"J'aime" ce début :  "7 octobre 2015, je fais passer illégalement et clandestinement la frontière franco-italienne à deux jeunes citoyens soudanais Ahmad et Ibrahim. Ceux-ci désiraient demander l’asile en France. Ils avaient été par deux fois refoulés vers l’Italie au mépris d’un droit inscrit dans notre constitution.".

La désinformation bat son plein. À France Culture, on n'a jamais entendu parler (en fait on se fiche totalement du droit) des Règlements Dublin II et III. Une demande d'asile doit s'effectuer dans le pays par lequel un réfugié est entré dans l'UE. Si ces deux Soudanais sont entrés par l'Italie, c'est en Italie qu'ils doivent faire leur demande d'asile. Il n'y a là rien de contraire à la Constitution. Mais ça, les lecteurs et auditeurs de France Culture n'en sauront rien.  

Au contraire il faut enfoncer dans le crâne, comme Erner le fait  chaque matin, que la France bafoue quotidiennement les droits de l'homme. : "Ils avaient été par deux fois refoulés vers l’Italie au mépris d’un droit inscrit dans notre constitution et de toutes les procédures prévues par les traités dont notre pays est signataire.".

La France respecte les procédures, voir à ce sujet la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme sise à Strasbourg. Mais voilà, lire le droit, c'est trop " prise de tête" pour les belles âmes qui se revendiquent du droit international.

Le bourrage de crâne et la désinformation quotidienne à France Culture deviennent proprement insupportables.

Pour les courageux, voir les Nouvelles vagues du jour ("Réfugiés, Sans Domicile Fixe, sans intimité ?") et À voix nue ("Erri de Luca, S'engager").

115
Répondre en citant  
L'élitisme, mot honni - le Ven 30 Sep 2016, 06:15

Il est assez symptomatique, quoique habituel sur la fond, d'entendre cette réponse de Nicolas Martin sur sa série la Méthode scientifique qui ne serait pas selon des auditeurs assez élitiste. C'était chez le prétendu médiateur :  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11646-29.09.2016-ITEMA_21089869-0.mp3" debut="01:57" fin="02:10"].
Comment transformer le reproche de ne pas être assez spécialisé en condamnation de l'élitisme, mode d'emploi...

Anton Ivanovitch 

116
Répondre en citant  
Χαλεπὰ τὰ καλά ἐστιν (Platon, Cratyle, 384 b) - le Ven 30 Sep 2016, 14:46

Philaunet(http://www.regardfc.com/t370p110-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#27074) a écrit:
Il est assez symptomatique, quoique habituel sur la fond, d'entendre cette réponse de Nicolas Martin sur sa série la Méthode scientifique qui ne serait pas selon des auditeurs assez élitiste. C'était chez le prétendu médiateur :  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11646-29.09.2016-ITEMA_21089869-0.mp3" debut="01:57" fin="02:10"].
Comment transformer le reproche de ne pas être assez spécialisé en condamnation de l'élitisme, mode d'emploi...
Et encore aujourd'hui, à midi, Mme Olivia Gesbert dit : « (...) Lucinda Childs [à qui Mme Gesbert parlait] le [ce ?] courant minimaliste a parfois été euh accusé d'être un peu difficile d'accès euh un peu élitiste un un peu froid (…) » (26'00-26'10).
http://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/dans-les-pas-de-lucinda-childs
Tout en approuvant la cinglante réplique d'Antonia sur le même sujet*, je crois bon d'insister sur cette phobie de « l'élitisme ». On dirige et on organise France Inculture afin de prévenir toute accusation d'« élitisme » ou de « mépris de classe », comme dit l'ineffable Xavier de la Porte**. Ce faisant, l'on anéantit le principe même de la culture. « L'homme se forme par la peine ; ses vrais plaisirs, il doit les gagner, il doit les mériter. Il doit donner avant de recevoir. C'est la loi. (...) Toutes les belles choses sont difficiles, comme dit le proverbe [grec rapporté dans le titre] ; et celui-là ne saura jamais le violon, qui n'a su que s'y amuser » (Alain, Propos  sur l'éducation, V et XLI). Cette leçon peu « fun » et peu « sympa » cadre mal avec l'air du temps. Malheureusement, France inculture*** ne s'inquiète que de l'air du temps, de  « l'actu » et du « décryptage de l'actu ».
« Sed omnia praeclara tam difficilia quam rara sunt » (Spinoza, Ethica, explicit).
* http://www.regardfc.com/t783p10-grille-de-rentree-2016#27056
** http://www.regardfc.com/t295p30-place-de-la-toile-ce-n-est-qu-un-debut-ou-les-tribulations-du-web-semantique-sic#18457
*** Cette chaîne porterait mieux le nom « Rires, pleurs et chansons ».

Anton Sechan 

117
Répondre en citant  
But all things excellent are as rare as they are difficult - le Ven 30 Sep 2016, 18:29

Anton cela fait un bail que plussoyer (verbe inventé sur internet au XXIe siècle) sur ce forum à été fait et votre post le mérite.

Vous commencez par : "Et encore aujourd'hui, à midi, Mme Olivia Gesbert dit : « (...) Lucinda Childs [à qui Mme Gesbert parlait] le [ce ?] courant minimaliste a parfois été euh accusé d'être un peu difficile d'accès euh un peu élitiste un un peu froid (…) » (26'00-26'10)." heureusement que vous n'avez pas poursuivi sinon  : "...pas si facile à à appréhender hein pour le pour le spectateur...  plus plus souple..."   Fin d'émission, fin de semaine, travailler dans la culture est fatigant en se fatiguant pour une  qualité non élitiste. Madame Olivia Gesbert n'est pas dernière en élocution sur cette radio.

Vous avez atténué votre élitisme en traduisant le proverbe grec et l'avez gardé intact quant à Spinoza.Merci Monsieur.

Cette chaîne : pire et glandons

118
Répondre en citant  
''Désordres sociaux, agitations politiques, insoumissions, insurrections, révoltes, etc.'' : un programme inspirant... - le Dim 16 Oct 2016, 14:41

Dans le cadre du rappel des troupes contributrices, voici un joli sujet de discussion (soit soupirs, soit tonnerre de Brest) : "Ce qui nous soulève" dans le cadre de l'émission Les Regardeurs avec Georges Didi-Huberman pour l'exposition que ce dernier organise au Musée du Jeu de Paume :

Exposition "Soulèvements" du 18 octobre 2016 au 15 janvier 2017 au Jeu de Paume (partenariat France Culture). Commissaire : Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l'art.

"Soulèvements" est une exposition transdisciplinaire sur le thème des émotions collectives, des événements politiques en tant qu’ils supposent des mouvements de foules en lutte : il sera donc question de désordres sociaux, d’agitations politiques, d’insoumissions, d’insurrections, de révoltes, de révolutions, de vacarmes, d’émeutes, de bouleversements en tous genres.

Le parcours de l’exposition suit un cheminement sensible et intuitif dans lequel le regard peut, cependant, se focaliser sur des « cas » exemplaires traités avec précision, afin d’échapper à tout regard généralisateur, à travers cinq grandes parties : • ÉLÉMENTS (DÉCHAÎNÉS) • GESTES (INTENSES) • MOTS (EXCLAMÉS) • CONFLITS (EMBRASÉS) • DÉSIRS (INDESTRUCTIBLES).
"

Tous les producteurs de la chaîne ont reçu leur invitation et seront invités à insuffler (davantage) dans leurs émissions les thèmes auxquels France Culture s'identifie à travers son partenariat.

119
Répondre en citant  
Un gros lourdaud et un idéologue - le Dim 30 Oct 2016, 21:43

J'isole cette citation de masterkey en rappelant que ce dernier trouve par ailleurs de nombreuses qualités à l'émission et au producteur dont il  dit davantage de bien que de mal, ce qui ne sera pas mon cas plus bas en quelques mots :
masterkey(http://www.regardfc.com/t789-la-methode-scientifique#27021) a écrit:Ce jeudi, Nicolas Martin signait à mon oreille sa plus mauvaise prestation depuis le démarrage, avec pourtant au micro sa plus intéressante invitée : Yvonne Choquet-Bruhat, mathématicienne âgée de 92 ans, femme à la voix feutrée par l'âge mais à l'esprit contondant, ayant travaillé de façon soutenue avec Albert Einstein, creusé mathématiquement les solutions des équations de la Relativité générale, et rapportant au micro de France Culture ses souvenirs professionnels avec une vive acuité.

C'est l'honneur de la Méthode Scientifique que d'inviter un tel personnage, très peu médiatique mais à la parole précieuse, et cela jette un jour lumineux sur les ambitions de l'émission, qui dépassent bien celle du simple magazine d'actualité scientifique. (...)

Par ailleurs, et ce fut un défaut notoire dans cette émission, Nicolas Martin avait pour clair programme de faire dire à son invitée toute la difficulté qu'elle a probablement eue à être une femme dans ce monde très masculin de la science dure (d'alors), et combien machistes avaient dû être ses professeurs et ses pairs. Grand mal lui en a pris, Yvonne Choquet-Bruhat a pris un malin plaisir à le démentir en tout point et continûment. NM a pourtant été lourd à souhait sur le sujet, revenant à la charge à plusieurs reprises, suggérant devant la difficulté que le machisme avait peut-être été surtout lové dans l'inconscient des collègues d'YCB, que ces archaïsmes dont elle avait forcément souffert, elle n'en était peut-être elle-même pas consciente... Non il n'y a pas été de main morte sur le sujet, mais on a senti toute la réticence de l'invitée à entrer dans ce jeu et à satisfaire cet impératif indignatoire. (...)
C'est le moins qu'on puisse dire qu'"il n'y a pas été de main morte", c'est tout simplement affligeant et en même temps si caractéristique de la pensée caricaturale de France Culture. Il ne se rend même pas compte en plus qu'il est sexiste, renvoyant sans cesse l'invitée à son sexe de femme quand, elle, elle parle de personnes, de gens, de "tout le monde", de scientifiques sans faire aucune distinction. Non, Nicolas Martin cherche à toute force à "cliver" et à opposer, sur le ton de la rigolade et toujours en beuglant dans le micro avec un dynamisme factice (face à une personne de 92 ans...), les hommes (affreux discriminateurs) et les femmes (tristes victimes du machisme passé, présent et à venir). Un grave défaut de perception et un soubassement idéologique tristement visible qui pose question sur ses capacités à interviewer quiconque.  

On notera comment Nicolas Martin tente d'écraser par une parole forte celle d'Yvonne Choquet-Bruhat. Et puis en fin d'extrait comment il fait une remarque non immédiatement compréhensible par l'invitée ("vous dîniez beaucoup" pour "vous aviez des relations"), qu'il répète, pour enfin faire taire la mathématicienne d'un malpoli "c'est pas grave" au lieu de s'expliquer.  La fin de ses interventions  vaut vraiment son pesant de bêtise. Yvonne Choquet-Bruhat, quant à elle, reste un modèle de pensée souple et nuancée qu'on a envie d'écouter longuement.
[son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14312-22.09.2016-ITEMA_21083329-3.mp3" debut="29:20" fin="33:36"]

À suivre dans le fil La méthode scientifique.

120
Répondre en citant  
Le Gardette Club - le Sam 05 Nov 2016, 11:22

Hier soir, sous la rubrique intitulée « L'ânerie du jour », certain contributeur qui semble issu d'un illustre roman de Fiodor Mikhaïlovitch attirait justement notre attention sur l'émission « Du grain à moudre » qui venait d'être diffusée. Depuis plus de deux mois, chaque vendredi sont réunies par M. Gardette quatre personnes (à peu près toujours les mêmes) qui forment un « club » [sic] et qui sont chargées de « décrypter » un aspect de « l'actualité » (à France Inculture on dit « actu »). Le principe de cette émission apparaît sans doute à la direction de cette chaîne tout à la fois original et hautement culturel. Hier, les membres du « club » causaient du « débat de la primaire de droite » qui s'était tenu la veille. Voici les discours effectivement prononcés par ces quatre membres au cours des premières minutes.
M. Hevé Gardette : « (…) seule l'une d'entre vous [sic] mais je n'dirai pas qui euh a bien fait ses devoirs hier les autres avaient euh d'excellentes excuses euh petite question (…) est-ce que certains parmi vous ont prévu d'aller voter les 20 et 27 novembre prochains pour cetteuh primaire ? »
M. Sylvain Kahn : « Oui moi j'ai prévu d'aller voter en tout cas l'deuxième tour alors en même temps i reste trois semaines hein c'est-à-dire que j'peux encore changer d'avis mais ça fait six mois que j'y pense et un jour j'ai découvert que y a plein d'gens qui y pensaient aussi c'est-à-direuh plein d'gens d'gauche quoi. »
M. Sylvain Bourmeau : « Exactement pareil ça fait très longtemps qu'j'y pense j'attends d'voir au deuxième tour certainement au premier tour je prendrai pas la peine de m'déplacer mais je je f'rai en sorte de de de voter au deuxième tour si euh d'aventureuh les sondages euh qui valent c'qu'i valent mais enfin qui nous donnent des informations euh nous indiquent telle ou telle chose. »  
M. Philippe Manière : « Oui moi j'pense y aller je je je je n'aime pas euh devoir dire que j'adhère euh aux valeurs d'une famille politique sinon j'irai(s) voter très volontiers euh à la primaire de la droite et à la primaire d'la gauche je sens j'trouve pas qu'ce soit très confortable intellectuellement ni moralement mais j'pense que c'est bien d'aller voter à cette primaire pour euh une raison c'est que ben théoriquement c'est la droite qui devrait gagner l'pouvoir donc autant contribuer à désigner l'candidat de droite qui paraît le moins mauvais. »
M. Hervé Gardette : « Et le faittt que deux personnes qui a priori se revendiquent plutôt de la gauche [i.e. MM Kahn et Bourmeau] décident d'aller voter à cette primaire c'est quelque chose qui vous gêne Philippe Manière ? »
M. Philippe Manière : « Ah pas du tout parce que moi j'me revendique pas plus de droite que de gauche et euh enfin chchch chacun fait ça en conscience moi je non franchement enfin historiquement je connais mon vote et j'peux vous dire que j'ai voté aussi souvent à gauche qu'à droite mais euh je trouve que c'est embarrassant d'aller voter aux deux parce qu'on nous d'mande chaque fois d'signer quelque chose comme quoi on adhère aux valeurs d'une famille et on peut pas adhérer aux deux enfin ça paraît pas totalement raisonnable et j'trouve que c'est bien dommage parce que sinon j'voterais volontiers aux deux. »  
M. Hervé Gardette : « Ludivine Bantigny ? »
Mme Ludivine Bantigny* : « Euh non non [rire] non non jeuh je je je privilégie mon c'que Philippe appelait le le confort euh éthique et politique non jeuh j'suis pas. »
M. Hevé Gardette : « Et le faittt d'avoir regarder l'intégralité du débat hier soir ne vous a pas fait changer d'avis ? »
Mme Ludivine Bantigny : « [Ça ?] m'a plutôt confortée dans dans ce choix non alors vous m'avez infligé euh j'vais essayer d'le dire sans trop de grandiloquence enfin mais vous m'avez infligé uneuh une souffrance voilà non mais j'le dis en faittt finalement très très sérieusement c'est-à-dire queuh j'ai j'ai trouvé queuh c'alors même que les commentateurs sur B.F.M. Télé euh c'est là que j'ai regardé ce débat euh estimaient et allaient [sic] tous et toutes dans la surenchère sur le faittt que c'était donner une bonne image de la politiqueuh moi j'ai trouvé que c'était vraiment euh catastrophique et j'ai j'aimerais pouvoir au cours de cette émission revenir sureuh sureuh les raisons euh et jeuh et j'voudrais dire que pour entendre de nombreux débats euh euh dans dans dans le monde par exemple du travail euh écouter des des salariés des des hosp... des personnels hospitaliers [!] des personnels enseignants [!!] des des sans-papiers qui parlent de leur travail écouter des des écologistes qui sont dans des dans des zones à défendreuh euh écouter des gens sur des places occupées qu'on dénigre euh en considérant que ce sont euh des des des pantins politiques moi j'trouve que c'est vraiment là qu'y a de magnifiques débats politiques et et je je pense à c'qu'avait dit Anne Hidalgo euh euh à propos de de de des places occupées qui considérait que c'était un scandaleuh euh de de de de de s'emparer ainsi de l'espace public moi je pense que ça vaudrait ça aurait valu la peine vraiment qu'on donne autant d'importanceuh à ces débats euh qu'à celui qui euh qui nous est euh qui nous est diffusé euh sur sur les plus grandes antennes »  (2'35-5'58).
A cette émission (qui était dépourvue de tout caractère culturel, qui n'exigeait aucune préparation, et qui portait sur un débat politique diffusé la veille) prenaient part quatre individus (dont trois n'avaient pas assisté audit débat !). Sur ces quatre individus trois se déclarent clairement favorables à la gauche (voire à l'extrême gauche) et le quatrième reconnaît avoir voté tantôt en faveur de la droite et tantôt en faveur de la gauche. Mission culturelle ? « Diversité (des opinions) » ? Bon usage de l'argent public ? Et quant à la surveillance qu'il revient au C.S.A. d'exercer ?
https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/le-club-etait-il-vraiment-necessaire-de-regarder-lintegralite-du-2eme
* Mme Bantigny (« Maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Rouen, chercheuse au Centre d'histoire de Sciences Po ») avait le matin même participé à la « table ronde » de « La fabrique de l'histoire ».
https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/table-ronde-fiction-2

121
Répondre en citant  
« Edwy dans le Maitron » (Raymond Culot) - le Lun 28 Nov 2016, 15:55

A une heure aujourd'hui Mme Gesbert posait la question suivante : « Pourquoi les classes populaires* sont-elles oubliées de la grande histoire ? » (0'20-0'25).  Afin de répondre à cette question (dont France Inculture ne nous rebat aucunement les oreilles**) était invité, avec Mme Michelle Zancarini-Fournel, M. Edwy Plenel (à qui France Inculture accorde encore trop peu la parole sans doute).
Mme Olivia Gesbert (qui forme des questions pareilles à celles que cisèle M. Laurentin) : « Edwy Plenel pourquoi aujourd'hui euh à quel(s) rétrécissement(s) euh quelque part identitaire(s) assiste-t-on pour euh reprendre les mots de l'historien Patrick Boucheron*** du Collège de France qui s'apprête d'ailleurs lui aussi à son tour à publier un ouvrage collectif L'histoire mondiale de la France qui prend racine alors bien plus tôt euh que le vôtre euh Michelle Zancarini-Fournel avec la grotte de Chauvet [sic] et qui suspend son vol en en 2015 à quel(s) rétrécissement(s) identitaire(s) euh assiste-t-on et pourquoi souhaitiez-vous y répondre avec cet ouvrage Edwy Plenel Voyage en terres d'espoir ? »  (9'25-9'57.)
M. Edwy Plenel (extrait de sa réponse filandreuse) : « (…) alors j'en reviens au Maitron c'était...  moi c'est une oeuvre que je que jeuh je visite depuis très longtemps euh parce que elle me réconcilie [sic] euh ceux qui se lamentent aujourd'hui ceux qui se disent euh euh l'espoir est bouché [resic] euh  nous avons aujourd'hui une ultra-droite et et une gauche en partie convertie à la droite euh qui veulent s'attaquer à nos droits rac... il faut écouter euh l'époque dans laquelle nous sommes on veut mettre en causeuh la durée euh obligatoire du travail pourquoi pas l'travail des enfants pendant qu'on y est euh on veut s'attaquer malgré c'qui a été dit sur votre antenne tout à l'heure [par M. Bruno Retailleau dans le bulletin dit d'information] à la sécurité sociale c'est-à-dire au droit à la santé on veut s'attaquer et on l'a entendu dans le débat de droite aux droits des femmes (...) » (11'25-12'10).
Voilà la « culture » selon Mme Olivia Gesbert.  
https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/classes-populaires-les-oubliees-de-lhistoire
*Voici la manière dont Mme Gesbert définit icelles : « (…) ceux qui n'ont traditionnellement pas voix au chapitre les ouvriers les femmes les immigrés les colonisés les minorités religieuses (...)» (0'50-0'59).  On reconnaît dans cette définition (bien « particulière ») la sainte quinquité à laquelle incessamment retourne France Inculture.  
**« La fabrique de l'histoire » et « La suite dans les idées » (entre bien d'autres émissions (dont celle de Mme Gesbert)) labourent indéfiniment (et presque exclusivement) ce champ.
*** Parodiant certain roi de comédie, M. Boucheron peut dire de France Inculture :
« Mais à certains regards, je crois, sans trop d'erreur,
Qu'elle n'a pas pour moi d'insurmontable horreur. »      
https://www.franceculture.fr/personne-patrick-boucheron.html

Le paradigme idéologique de France Culture     Page 12 sur 12

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum