Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le paradigme idéologique de France Culture    Page 13 sur 17

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 28 Avr 2011, 14:25

Rappel du premier message :

Ce qui pourrit le travail de cette station, c’est la façon dont le message idéologique et moral s’y trouve instillé, distillé, saupoudré, présent, archi présent, à toute heure du programme, à chaque page du site. Les grandes lignes sont celles d’une morale à la fois simpliste, héritée de la morale catholique peut-être, mais poussée à un excès et dérivant en discours bifide : militant et moralisateur.

Il n’y a pas même besoin d’être en désaccord ni avec cette idéologie, ni avec cette morale, pour trouver pesant ce qu’en fait la station : un terrorisme de correction -paradoxal car parfaitement hypocrite par ailleurs- et un martelage pesamment infligé à l’auditeur. Ca fait 15 ans que France Culture prend ses auditeurs pour des mômes. Ca fait 15 ans que le préchi-précha nous y attend à chaque détour, à chaque recoin d’émission. Ca fait 15 ans que les journaux de FC sont moins occupés à nous informer des événements qu’à nous dire comment nous devons en juger : à l'aune de l'égalitarisme (sacro-sainte lutte des classes), du tiers-mondisme, du féminisme, de l'écologisme (douchez-vous à l'eau froide et chiez dans de la sciure c'est pour sauver la planète), de l'anti-colonialisme avec promotion de la repentance, enfin et surtout à l'aune de l'anti-économie. Le tout est copieusement servi par cette humilité aussi hypocrite qu'obligatoire, connue sous le nom de haine de soi.

Ce pétrissage de moraline est infect, indigeste, et la soupe en est détestable.

Ce fil en donnera des exemples (on en trouve plusieurs chaque jour). S’il y a des bonnes volontés ou si l’agacement dépasse le supportable, il s’ensuivra peut-être une réflexion ou une analyse de cet insupportable terrorisme moral.
* * *

121
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 12 Jan 2017, 12:56

@ Sarabande. Vous avez une façon assez particulière de voir les choses. Philaunet recense l'illustration du thème des inégalités rendu incontournable par Piketty en une seule journée. Et vous considérez qu'il est normal que tout FC se mobilise en faveur de la dénonciation de ces déséquilibres. Vous y opposez le "débat" sur les propositions Fillon. Quel débat ? A part un bref entretien avec un des responsables de la campagne du candidat de la droite, il y a eu essentiellement la dénonciation (une fois encore) du démantèlement supposé ou prévisible des principes de la SS. Donc pour vous, seul le sujet compterait, pas la manière dont il est traité? Étrange.
Quant à vos remarques sur une radio/Télé idéale qui donnerait la parole à ceux qui ne l'ont pas. N'est-ce pas tout simplement  le rôle du journaliste? Et qu'il ou elle soit d'origine sociale différente des personnes interrogées n'a pas grand chose à voir avec le besoin et l'envie d'informer. Et sur FC, je préfère que les journalistes soient des intellectuels (je regrette souvent qu'ils ne le soient pas assez) plutôt que des SDF, ou alors je vais sur l'une des centaines de radio de communautés qui existent ailleurs.  Ou alors, c'est le Bondy Blog généralisé, avec les dérives que l'on connait.

122
Répondre en citant  
sortir de la rationalité ENA / Sciences-Po / Sces Eco - le Jeu 12 Jan 2017, 14:23

munstead(http://www.regardfc.com/t370p120-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#27967) a écrit:@ Sarabande.
Quant à vos remarques sur une radio/Télé idéale qui donnerait la parole à ceux qui ne l'ont pas. N'est-ce pas tout simplement  le rôle du journaliste? Et qu'il ou elle soit d'origine sociale différente des personnes interrogées n'a pas grand chose à voir avec le besoin et l'envie d'informer. Et sur FC, je préfère que les journalistes soient des intellectuels (je regrette souvent qu'ils ne le soient pas assez) plutôt que des SDF, ou alors je vais sur l'une des centaines de radio de communautés qui existent ailleurs.  Ou alors, c'est le Bondy Blog généralisé, avec les dérives que l'on connait.
@munstead
J'ai dû mal m'exprimer : ma suggestion est que M. Gardette (par exemple, mais il semble avoir les qualités professionnelles et humaines nécessaires) invite cette SDF (qui n'est pas journaliste mais présidente d'une association de SDF) dans son émission avec peut-être d'autres invités, pour sortir, pour une fois, de la rationalité développée par ENA / Sciences-Po / Sces Eco.
Cordialement

123
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 12 Jan 2017, 16:48

munstead(http://www.regardfc.com/t370p120-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#27967) a écrit:@ Sarabande. Vous avez une façon assez particulière de voir les choses. Philaunet recense l'illustration du thème des inégalités rendu incontournable par Piketty en une seule journée. (...) . Et sur FC, je préfère que les journalistes soient des intellectuels (je regrette souvent qu'ils ne le soient pas assez) plutôt que des SDF, ou alors je vais sur l'une des centaines de radio de communautés qui existent ailleurs.  Ou alors, c'est le Bondy Blog généralisé, avec les dérives que l'on connait.
À propos de Piketty, la rock-star de l’économie était aujourd'hui l'invitée des inénarrables Gesbert & Mercier de la Grande table pour un sujet de haute culture : "Quel projet pour la gauche ?".  

Et à propos du Bondy Blog dont les représentants ont été maintes fois invités et traités en bons copains par Marie Richeux (Nouvelles vagues) et Louise Tourret (Rue des écoles), ceci de Gilles Kepel  : "Au mois de mai dernier, j'ai été invité par le Bondy Blog à participer à un débat. J'ai beaucoup travaillé sur la Seine-Saint-Denis, à Clichy, Montfermeil, et j'avais des contacts avec leurs journalistes. Des jeunes issus de l'immigration qui étaient dans une logique d'insertion sociale, qui voulaient créer un journalisme alternatif et ouvert. A ma stupéfaction, les trois journalistes chargés de m'interviewer m'ont accusé pendant tout l'entretien d'être islamophobe ! C'était juste avant que je sois condamné à mort par Larossi Abballa dans sa vidéo du 13 juin au soir. Mais ils ne parlaient jamais des attentats et uniquement de l'islamophobie : les femmes voilées traînées par terre, la société française islamophobe, etc. J'ai compris depuis lors que le Bondy Blog avait été totalement repris en main par cette frange frériste qui a fait de l'"islamophobie" son principal slogan. " Gilles Kepel : "Les islamo-gauchistes, ces charlatans !" (en abonné, mais repris intégralement par un autre site).

124
Répondre en citant  
Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 12 Jan 2017, 17:41

Jeu : avec ces mots fabriquer en deux phrases l'introduction de France Culture  à une conférence que l'antenne promeut sur son site "discriminations /exclut/stigmatise/domination/implacable"

Réponse au jeu :  Les plus consultés 12 01 2017

125
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 12 Jan 2017, 20:31

Philaunet(http://www.regardfc.com/t370p120-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#27971) a écrit:
Jeu : avec ces mots fabriquer en deux phrases l'introduction de France Culture  à une conférence que l'antenne promeut sur son site "discriminations /exclut/stigmatise/domination/implacable"

Réponse au jeu :  Les plus consultés 12 01 2017

Ha! Seulement deux ? Avec les permutations possibles, on peut sans doute générer automatiquement une bonne vingtaine de présentations. On peut s'en réjouir, au moins, sur Facebook, l'annonce de cette conférence a généré un déluge de commentaires plutôt durs contre cette attitude de déresponsabilisation et de nivellement par le bas.

Et au sujet de FB, vous échappez aux présentations de ces conférences, invariablement illustrées d'accroches particulièrement jargonnantes et peu appétissantes. France Culture est atteinte de dissertationnite : pour combler le vide et l'absence de parcours personnels chez la nouvelle génération, on projette l'attitude de l'intello en nous étouffant avec ces mots vagues qui font intello.

Un petit exemple (pas le pire) :

"Patrick Boucheron : "Décentrer et désorienter notre regard sur la Méditerranée.
Quels sont alors les jalons nécessaires à l’intelligibilité historique de cet espace ?

Sans sacrifier au fantasme irénique d’une Méditerranée unique qui tiendrait plus de la chimère que de l’histoire, Patrick Boucheron cherche des repères dans le passé pour reconsidérer les modes d’échange entre des rives qui sont liées par le partage de multiples mémoires."


Une écoute de la conférence aurait permis à la personne communiquante de saisir quelques faits saillants et d'en rédiger une synthèse assez brève pour stimuler la curiosité de l'auditeur. Au lieu de cela, on préfère faire dans le méta-débat et la projection d'attitude. La forme du sujet de dissertation semble idéale pour eux...

Je ne résiste pas à celui-ci non plus :

[DÉBAT] Si le mal est souvent dit injustifiable, incompréhensible, inhumain, ces expressions tendent à faire oublier la banalité d’un mal beaucoup moins excentrique, et bien plus humain. Il suffit de regarder la cruauté innocente des enfants, ou de la violence de certaines indifférences...
Le mal commence avec l'indifférence et la résignation
Comment s’approprie-t-on ce mal et comment conjuguer avec au quotidien ?


Est-il seulement possible de comprendre cet étrange langage ?
Déprimant...

126
Répondre en citant  
De l'égalité dans la Chine ancienne selon Adèle van Reeth - le Dim 15 Jan 2017, 20:48

Un des mots-clé de l'idéologie-maison : égalité.

Véritable obsession dans le collège des producteurs, la thématique de l'égalité s'invite à toute heure, comme une idée fixe. Et cela même chez les ceux et celles qui paraissent ordinairement peu soucieux de donner de la leçon de morale.

On en trouve un exemple avec cet extrait des Chemins de la philosophie du 2 janvier 2017, émission évoquée ces temps-ci dans le forum. On y entend Adèle van Reeth qui, au moment de ponctuer un propos de son invitée, sort de dessous la table ou bien de son chapeau l'égalité, alors qu'Anne Cheng ne parlait nullement d'égalité : son développement certes erratique et bafouillant traitait de la décentralisation du pouvoir politique dans la Chine pré-impériale. Mais peu importe : le propre d'une idée fixe est de surgir quand on ne l'attend pas. C'est ce qui se produit ici.

Ca se passe à la 24e minute. On entend de la voix d'Adèle van Reeth ceci : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-02.01.2017-ITEMA_21183980-2.mp3" debut="23:20" fin="23:27"]
Anne Cheng venait seulement de présenter le concept d'ordre (ordre social, ordre politique ?) sans y placer la moindre référence à l'égalité. Adèle avait d'ailleurs elle-même introduit ce moment de la discussion, en ces termes : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-02.01.2017-ITEMA_21183980-2.mp3" debut="21:30" fin="23:27"]

A ce point de la réflexion, Anne Cheng elle même ne semble pas accorder à l'égalité la moindre importance, comme on pourra le constater en écoutant la suite de la séquence :  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-02.01.2017-ITEMA_21183980-2.mp3" debut="23:25" fin="24:35"]

C'est là un fait de radio menu mais révélateur. Que peut-on en conclure, sinon que l'égalité quand bien même elle n'a pas grand chose à y faire, s'invite naturellement dans le flux de parole qui sort du robinet de France (in)Culture. Au point où on en est, je me demande si un sondage par tirage au sort ne serait pas la meilleure méthode pour montrer à quel point l'antenne et donc les cerveaux sont envahis par les idées fixes.

./...

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

127
Répondre en citant  
Proposition de méthode (RFC n'ayant pas les moyens d'ambaucher des opérateurs) - le Dim 15 Jan 2017, 20:50

./...

Au point où on en est, je me demande si un sondage par tirage au sort ne serait pas la meilleure méthode pour montrer à quel point l'antenne et donc les cerveaux sont envahis par les idées fixes.


La méthode qu'on pourrait proposer :
- Tirer au sort un jour dans l'année
- Tirer au sort un chiffre entre 6 et 23
- Tirer au sort un chiffre entre 0 et 59
- Ainsi doté du repère temporel nécessaire, se porter sur le site de France Culture à la page du programme qu'indique le premier tirage (la date) et à l'heure dite (deuxième et troisième tirage).
- Ecouter alors l'enregistrement disponible en ligne
- Compter le nombre de minutes s'écoulant avant qu'apparaissent l'un des 5 thèmes suivants : égalité/inégalité, écologie, critique du profit capitaliste (via l'économie libérale-consumériste), méfaits de la colonisation, féminisme.

Cette expérience serait la transposition en laboratoire de ce qu'éprouve l'auditeur moyen à n'importe quel moment de la journée, quand il ouvre sa radio sans idée préconçue, sans même savoir l'heure qu'il est ou sans connaitre la structure du programme. Expérience qu'on décrira brièvement ainsi : ouvrir sa radio culturelle et récolter un flux de morale politique.

Le pari statistique est le suivant : au bout d'un certain nombre de tirages, on disposera d'une mesure fiable de la probabilité d'apparition de chacun des concepts-clé du paradigme idéologique de la maison, aussi bien dans le cas où et l'on gagnera à distinguer les apparitions volontaires (celles qui découlent ordinairement du thème de l'émission), des apparitions adventices (comme celle qui est signalée ci-dessus).

La difficulté : c'est celle du cadrage statistique. Déterminer le nombre de tirage nécessaires pour parvenir à un résultat méthodologiquement acceptable demande une certaine pratique de l'enquête par sondage et de l'inférence statistique, au delà du niveau élémentaire. Par ailleurs on n'obtiendrait là qu'une information quantitative, celle qui manque d'ailleurs à tout notre forum plutôt actif par des remarques d'ordre qualitatif.

Le sondage quantitatif, augmenté des remarques qualitatives comme ce forum en recèle en nombre, pourrait donner des éléments de décision à un CSA idéal. Par cette dernière formule j'entends ou plutôt j'imagine un autre CSA que celui qui laisse France (ex)Culture militer à longueur d'années. Quant à la décision qui pourrait en résulter, ça serait celle d'une vigoureuse injonction à fin de ramener cette radio à certains de ses devoirs dont elle fait litière du matin au soir et tout au long de l'année, par exemple le devoir de neutralité.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

128
Répondre en citant  
La psychanalyse - le Mar 17 Jan 2017, 16:02

Nessie(http://www.regardfc.com/t370p130-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#28021) a écrit: (...)
- Compter le nombre de minutes s'écoulant avant qu'apparaissent l'un des 5 thèmes suivants : égalité/inégalité, écologie, critique du profit capitaliste (via l'économie libérale-consumériste), méfaits de la colonisation, féminisme.

Cette expérience serait la transposition en laboratoire de ce qu'éprouve l'auditeur moyen à n'importe quel moment de la journée, quand il ouvre sa radio sans idée préconçue, sans même savoir l'heure qu'il est ou sans connaitre la structure du programme. Expérience qu'on décrira brièvement ainsi : ouvrir sa radio culturelle et récolter un flux de morale politique. (...)
Parmi les cinq thèmes que vous signalez, un me semble être un de pur conformisme : l'écologie. Il n'est pas très représenté, et seulement quand il y a une actualité, comme la Cop 21. En dehors de cela, les producteurs n'ont pas de préoccupation environnementale réelle. Ruth Stégassy, elle, voulait changer le monde, c'est autre chose.

Non, l'écologie n'est pas une conviction, ce qui l'est en revanche, c'est la défense de la psychanalyse que je propose d'ajouter aux grands sujets de France Culture. Une défense de cette pratique contre toute réforme (tout d'un coup, on ne souhaite plus réformer à France Culture, mais conserver...), voir l'actualité du domaine ces cinq dernières années.

On n'en finirait pas de signaler les émissions qui traitent  de la maladie mentale, de la folie et de ses traitements (Foucault étant une des icônes de France Culture), mais aussi de tout de ce qui est humain vu à travers la lorgnette psychanalytique. La Série documentaire se saisit régulièrement de ces sujets. L'idée générale de France Culture (pas très originale) étant qu'il n'y a pas de différence entre les fous et les sains d'esprit, pas plus qu'entre les hommes et les femmes, les ignorants et les savants, les jeunes et les vieux, les écrivains et les plumitifs, etc. "Comment allons-nous ?"*  dit Olivia Gesbert chaque midi, sur un ton patelin. Tout un programme... symptomatique.

Tout récemment, France Culture a promu des conférences sur le site (manière de faire une webradio à bon compte) : Un nouveau regard sur les troubles psychiques* et La fabrique des imposteurs et la toute puissance du pervers narcissique, cette dernière avec Roland Gori "professeur émérite de Psychopathologie clinique à l'Université d'Aix Marseille, psychanalyste membre d'Espace analytique", très apprécié sur l'antenne culturelle.

Hier c'était au tour de Michel Schneider, "écrivain et psychanalyste français", promu chroniqueur de la Revue de presse internationale de bourrer l'auditeur de Freud et Lacan dans "Trump est l'incarnation des fantasmes américains". Michel Schneider dont il a été question plusieurs fois dans ce forum.

Au hasard, on citera encore Le Journal des idées de Jacques Munier, "Pourquoi le genre dérange" ("Discrimination, ségrégation, la revue de psychanalyse Cliniques méditerranéennes en explore « les figures actuelles » Celles du migrant et de l’exilé sont au cœur de cette enquête collective, avec notamment la contribution de Paul-Laurent Assoun, qui analyse le corps clivé du sujet en exil. Car le corps et le nom ont grandi ensemble, comme disait Goethe cité par Freud. En situation d’exil, le sujet « ne sait plus tout à fait comment il s’appelle – ou plutôt comment son nom agit pour le représenter en propre ». Car « le propre est une agrafe du nom et du corps et c’est ce qui se « dégrafe » dans l’exil »).

Ou encore le 15 décembre dernier  Sommes-nous tous fous ? Qu’est-ce la psychose ? aux Nouveaux chemins de la connaissance d'Adèle Van Reeth, avec ce chapeau : "Mais qu'est-ce vraiment que la psychose ? Comment se distingue-t-elle de la névrose ? Et quel est son rapport à la normalité ? Peut-on d'ailleurs tracer une ligne claire entre le psychotique et l'homme dit "sain" ?"

À France Culture, il n'y a et ne doit y avoir nulle part de ligne claire, de frontière, de séparation, de coupure, l'un est aussi l'autre et inversement. Sexe, art, santé mentale et physique (le syndrome Knock "Tout bien portant est un malade qui s'ignore"), etc. Sinon, c'est l'exclusion au lieu du vivre-ensemble. En passant, ce mélange de nombrilisme et de collectivisme est une des choses qui frappent à l'écoute de France Culture. Caractéristique à cet égard : l'émission quotidienne, Les Nouvelles vagues. À propos, une émission parmi tant d'autres du même genre : Le désir, Première émission d'une série consacrée au désir. Aujourd'hui, avec une psychanalyste, nous verrons que faire avec son corps et avec son désir appelle l'invention.. Richeux dans le texte...

*  Névrose, phobie, hallucination, psychose, mélancolie, syndrome maniaco-dépressif... Que désignent ces termes ? Appellent-ils le même type de thérapie ? Ces troubles évoluent-ils avec la société ?

** En ligne sur la page de libre expression des auditeurs de Radio France : « Comment allons-nous ? »
(...) je suis déçu par la nouvelle version de La Grande Table, que j'écoute encore chaque jour, pour deux raisons : d'une part, je ne supporte pas cette question stérile que pose -presque- chaque jour Olivia Gesbert : « Comment allons-nous ? ». On commence ainsi la discussions sur des banalités, quelle mauvaise entrée en matière !

129
Répondre en citant  
La psychanalyse (2) - le Mar 17 Jan 2017, 22:07

Philaunet(http://www.regardfc.com/t370p130-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#28043) a écrit: (...)
Non, l'écologie n'est pas une conviction, ce qui l'est en revanche, c'est la défense de la psychanalyse que je propose d'ajouter aux grands sujets de France Culture. Une défense de cette pratique contre toute réforme (tout d'un coup, on ne souhaite plus réformer à France Culture, mais conserver...), voir l'actualité du domaine ces cinq dernières années.

On n'en finirait pas de signaler les émissions qui traitent  de la maladie mentale, de la folie et de ses traitements (Foucault étant une des icônes de France Culture), mais aussi de tout de ce qui est humain vu à travers la lorgnette psychanalytique. La Série documentaire se saisit régulièrement de ces sujets. L'idée générale de France Culture (pas très originale) étant qu'il n'y a pas de différence entre les fous et les sains d'esprit, pas plus qu'entre les hommes et les femmes, les ignorants et les savants, les jeunes et les vieux, les écrivains et les plumitifs, etc. "Comment allons-nous ?"*  dit Olivia Gesbert chaque midi, sur un ton patelin. Tout un programme... symptomatique. (...)
Tiens, quel hasard, de la psychanalyse ce soir : Numérique et psychanalyse : mariage ou divorce (Les Discussions du soir avec René Frydman).

130
Répondre en citant  
La psychanalyse et l'écologisme - le Mer 18 Jan 2017, 01:39

@ Philaunet

La psychanalyse fait en effet partie d'un paradigme à France Culture, mais non du paradigme idéologique. Plutôt du paradigme intellectuel ou épistémologique, puisqu'elle y semble toujours considérée comme la voix royale de la psychologie. Déjà aux temps du Panorama ça faisait sourire, mais alors en 2017 il y a de quoi se marrer. Je me souviens d'avoir entendu il y a 10 ans Georges Steiner rétorquer à Laure Adler qui tentait de l'entraîner sur ce terrain, que la France avait plusieurs dizaines d'années de retard. Les invités d'Alain Veinstein n'étaient pas en reste. Même des gens de la génération suivante comme Emmanuel Laurentin semblent croire qu'il y a là une méthode scientifique. Et il est vrai que France Culture continue à sentir ses années 60, en pointant toujours vers les même lunes : le structuralisme, la psychanalyse, Sartre, Beckett, Lacan, Foucault, mai 68, la Beat génération, Edgar Morin, Godard, Sagan, Yves Klein, l'anti-psychiatrie, Deleuze (Gilles) et Guétary (Georges) on se demande par quel miracle il y manque Sheila et Johnny Halliday ? Ils vont bientôt nous redécouvrir la cybernétique vous allez voir. Finalement, pour déboulonner sur l'antenne au moins quelques unes de ces idoles, on n'a guère eu que Michel Onfray qui s'est payé un été le Structuralisme, hélas sans avoir pris soin de vérifier qu'il parlait bien du sujet, et qui a mené ensuite (ou avant) avec vigueur une charge contre la psychanalyse. Avec vigueur mais surement pas avec pertinence, et surtout avec cinq années de retard sur le Livre noir, qu'il a lu intégralement là on peut lui faire confiance, mais sans y comprendre grand chose là vous pouvez me faire confiance.

L'écologie, quant à elle, est bien idéologique quand elle devient un dogme politique. Jacques Ellul, un des fondateurs de la pensée écologique en France, pensait que ce serait une lourde erreur que de donner naissance à une écologie politique. Mais peut-être était-ce inévitable. L'excès d'idéologie en matière d'écologie débouche plutôt sur sa caricature qui est l'écologisme. Les habitants de la capitale en savent quelque chose. Pour cette raison j'avais préféré employer ce dernier terme dans le post d'introduction de ce fil. N'ayant pas encore écouté un seul numéro du nouveau magazine de l'écologie sur FC confié à Aurélie Luneau, je ne sais ce qu'il en est. Mais des souvenirs que j'ai conservés de son prédécesseur Terre à terre, je crois pouvoir dire qu'il oscillait entre écologie et écologisme. Tout n'y était pas lourdement infecté par le préchi-précha, mais ce dernier s'invitait fort souvent au programme. Et le pire est que tout ça nous a occupé Ruth Stegassy pendant 15 ans, alors qu'elle avait été une de nos meilleures documentaristes pendant les 15 années précédentes, quelle tristesse ! Enfin, au moins était-elle en cette mésaventure une victime consentante, probablement très satisfaite de son magazine écolo.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

131
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Mer 18 Jan 2017, 08:23

Nessie(http://www.regardfc.com/t370p130-le-paradigme-ideologique-de-france-culture#28046#28046) a écrit:@ Philaunet
On pourrait y ajouter la critique de Debray-Ritzen dans La psychanalyse cette imposture ou la Scolastique freudienne. Roudinesco, en bon petit soldat, l'avait éreinté en son temps, pas pour ses arguments, mais parce qu'il était plutôt de droite. Ce fou avait osé prendre le contrepied de Dolto, celle que, aujourd'hui, plus un psychanalyste n'ose citer, même à voix basse.

Contenu sponsorisé 

132
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture -

Le paradigme idéologique de France Culture     Page 13 sur 17

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum