Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Le paradigme idéologique de France Culture    Page 5 sur 12

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 28 Avr 2011, 14:25

Rappel du premier message :

Ce qui pourrit le travail de cette station, c’est la façon dont le message idéologique et moral s’y trouve instillé, distillé, saupoudré, présent, archi présent, à toute heure du programme, à chaque page du site. Les grandes lignes sont celles d’une morale à la fois simpliste, héritée de la morale catholique peut-être, mais poussée à un excès et dérivant en discours bifide : militant et moralisateur.

Il n’y a pas même besoin d’être en désaccord ni avec cette idéologie, ni avec cette morale, pour trouver pesant ce qu’en fait la station : un terrorisme de correction -paradoxal car parfaitement hypocrite par ailleurs- et un martelage pesamment infligé à l’auditeur. Ca fait 15 ans que France Culture prend ses auditeurs pour des mômes. Ca fait 15 ans que le préchi-précha nous y attend à chaque détour, à chaque recoin d’émission. Ca fait 15 ans que les journaux de FC sont moins occupés à nous informer des événements qu’à nous dire comment nous devons en juger : à l'aune de l'égalitarisme (sacro-sainte lutte des classes), du tiers-mondisme, du féminisme, de l'écologisme (douchez-vous à l'eau froide et chiez dans de la sciure c'est pour sauver la planète), de l'anti-colonialisme avec promotion de la repentance, enfin et surtout à l'aune de l'anti-économie. Le tout est copieusement servi par cette humilité aussi hypocrite qu'obligatoire, connue sous le nom de haine de soi.

Ce pétrissage de moraline est infect, indigeste, et la soupe en est détestable.

Ce fil en donnera des exemples (on en trouve plusieurs chaque jour). S’il y a des bonnes volontés ou si l’agacement dépasse le supportable, il s’ensuivra peut-être une réflexion ou une analyse de cet insupportable terrorisme moral.
* * *

41
Répondre en citant  
Alibi - le Lun 08 Juin 2015, 15:34

A 15h25 ce lundi en parlant de privatisation des villes, Matthieu Garrigou-Lagrange se fait rembarrer par un décideur sérieux. Ca doit lui faire tout drôle à bébé-matthieu, d'avoir affaire à quelqu'un d'aussi différent de ses actuels employeurs.

L'extrait : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/06/s24/NET_FC_9241a5ec-c427-40d8-9175-e2988c34c9f4.mp3" debut="27:30" fin="29:45"]
Mais l'intérêt de ce mini-moment était de mettre en lumière un autre élément du paradigme idéologique de la maison. Corrélé avec l'anti-libéralisme basique, on trouve aneffet dans l'idéologie maison une dévote valorisation du principe "service public". Dévotion certes quelque peu niaise ou alors hypocritement corporatiste en plus d'être inspirée par un amour irraisonné de l'économie administrée. Mais par tout ça, bien en phase avec les autres éléments de l'esprit maison.

42
Répondre en citant  
Forums du Monde à l'été 2015 - le Mar 14 Juil 2015, 11:33

Dans le programme de l'été 2015, ce jour de 11h à 1h20 j'entends, médusé, la conférence d'un type dégueulant sur un ton de moquerie toute sa haine sur le pays dans lequel il veut vivre et qui, coincidence, est celui où il vit. Il se trouve que ce pays est la France, ici dépeinte par le migrant officiel et non par le clandestin à la recherche de sa survie. Non non c'est un homme qui quitte son pays d'Afrique pour s'établir en France. On pourrait appeler ça un renégat du développement mais passons. Le résultat : 20 minutes de dérision et de ricanement contre notre administration dont ça fait déjà longtemps que nous n'avons plus rien à apprendre en matière d'excès bureaucratique. Alors tout y passe : les relents du colonialisme, les labyrinthes de la bureaucratie, et pis que tout l'abjection qu'il y a à demander aux nouveaux venus de s'intégrer.

Tout ça pour dire une chose : cet homme est entré dans un pays qu'il méprise, qu'il déteste, et il veut faire valoir ses droits d'y rester. Ca porte un nom : c'est un parasite. Le pauvre garçon n'a pas encore compris que de venir avec une telle mentalité dans un pays de Cocagne (au risque d'en faire, par le nombre, une illusion révolue) n'est guère plus estimable que l'attitude honnie des franchouillards : résister à ce qui vient torpiller le confort bourgeois dont ils ont hérité.

Evidemment, Pierre Burnebaum conclut "Merci pour cette très belle intervention". Et aneffet elle est très belle : elle résume presque entièrement le paradigme idéologique de France Culture.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

43
Répondre en citant  
Marronnier estival - le Dim 19 Juil 2015, 15:56

Les jeunes face aux identités masculines et féminines : un sujet original pour France Culture et sans doute la grande question existentielle de tous les jeunes...

Serge Hefez propose donc de se « pencher sur la fabrication de l’identité sexuée ». Allergiques (au discours habituel) passez votre chemin, il y a des podcasts de belles conférences. Reste que noter l'air du temps, observer les moyens d'imprégnation des esprits est parfois intéressant.

Nous apprenons que Serge Hefetz est... papa Smile En effet, il précise dans le descriptif : « Lorsqu’une de mes filles âgée de 18 ans habituellement vêtue d’un jean et d’un gros pull over apparaît un matin dans une petite jupe moulante, du noir sur le cils, en minaudant à outrance « aujourd’hui j’ai décidé de jouer à la fille », je me réjouis tout à la fois de sa beauté et de ces décalages (...) ». Parler de sa progéniture dans un descriptif d'émission, un concept à développer.

Le psychologue sait aussi bien des choses : « le passage de notre code génétique aux qualificatifs de masculin ou féminin n’est plus une évidence pour personne ». S'il le dit...

Enfin, on comprend pourquoi il a son émission cet été : « lorsque le Ministère de l’Education Nationale tente la mise en place des ABCD de l’égalité pour remédier aux inégalités des parcours scolaires de filles et des garçons, une bronca éclate et les rumeurs les plus délirantes circulent (...) ». Une mission auprès du Ministère s'impose (si elle n'a pas déjà eu lieu).

Et puis toujours des perles de langue :
« comment perdurent les inégalités scolaires »
« comment s’est trouvée [sic] exploité le complot »

Avec une invitée très "genrée" : Cendrine Marro, maîtresse de conférence en psychologie (...)

44
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Lun 20 Juil 2015, 10:09

@philaunet a écrit:Le psychologue sait aussi bien des choses : « le passage de notre code génétique aux qualificatifs de masculin ou féminin n’est plus une évidence pour personne ». S'il le dit...

Enfin, on comprend pourquoi il a son émission cet été : « lorsque le Ministère de l’Education Nationale tente la mise en place des ABCD de l’égalité pour remédier aux inégalités des parcours scolaires de filles et des garçons, une bronca éclate et les rumeurs les plus délirantes circulent (...) ». Une mission auprès du Ministère s'impose (si elle n'a pas déjà eu lieu).

Eh oui. Voila un exemple parlant : parce que les différences de genre ne sont pas des différences de sexe, parce qu'un débutant en sociologie pourrait établir en un paragraphe de 10 lignes qu'elles ressortent à la détermination sociale et non biologique, elles doivent être relativisées (admettons) et elles doivent aussi être réduites. Il est tout de même amusant de voir ce collège de gauchistes obsédés par la lutte des classes, donner subitement dans une réductionnisme biologique que n'eut pas réprouvée un Alexis Carrel : prétendre éradiquer la part du social dans la psychogénèse.

Comme le dit Philaunet, l'explication d'un tel délire est à chercher parmi les concepts-clés animant la maison mieux vaudrait dire les mots-clés puisque ce ne sont finalement que ça. On y trouvera le maître-mot logé au centre du paradigme idéologique : égalité.

De fait, à toute heure sur France Culture, sur presque tous les sujets de société et notamment dans la quasi totalité des reportages, interviews et surtout commentaires du journaliste dans les diverses édition du Journal de France Culture, vous n'entendrez mentionner une institution de notre pays, quelle quelle soit, sans vous entendre aussi rappeler que sa fonction est dé "réduire les inégalités". Ainsi de l'école, mais au fait à quoi sert l'école ? Réponse : à réduire les inégalités. L'impôt ? Il est là pour réduire les inégalités (seuls les naïfs s'imaginent que sa fonction est de financer l'Etat). Une cour pénale internationale ouvre aujourd'hui le procès d'un dictateur sanglant ? La fonction de cette juridiction est de réduire les inégalités.

La réduction des inégalités est bien l'idée fixe sur France Culture. Et comme l'équipement conceptuel dans ce club de propagandistes est aussi des plus réduits (témoin ce réductionnisme biologique des plus niais), on glisse rapidement de la réduction des inégalités à la réduction des différences. Ah le beau monde que nous prépare France Culture, bras médiatique de Terra Nova, détenteur de la ligne idéologique l'actuel gouvernement du pays, et le think tank de la joie de vivre tous semblables. Une fois la tâche accomplie, il est probable que tout le monde fera autant de fautes de langue que nos propagandistes de FC, débitera avec la même maladresse langagière les mêmes idées stéréotypées qu'auront édictées quelques barons de l'intelligentsia. Il ne resterait plus qu'à éditer ce catéchisme sous la forme d'un petit livre, pourquoi pas sous une jolie couverture rouge ?

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

45
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Lun 20 Juil 2015, 13:41

Il faut "réduire les inégalités" et avoir une "démarche citoyenne".Y en a-t-il dans la salle qui ne sont pas citoyens? En fait, être citoyen, c'est adopter le paradigme idéologique de FC.
En tous cas, ils ne sont pas bien malins, tous ces gens:ils découvrent que les tout petits n'ont pas tous la chance d'accéder à un langage diversifié .Je ne sais pas d'où ils sortent, mais ils n'ont jamais vu des parents incapables de dire des mots signifiants à leurs enfants.Ce matin, une certaine Amélie Perraut s'est montrée enthousiaste devant ce projet de parler intelligemment aux enfants dans les crèches, de ne pas dire au repas:"tu en veux encore?" mais "tu veux encore des carottes ou des pommes de terre, etc?".On est en 2015 et on en est encore là! j'aurais pensé qu'on employait un langage précis en crèche depuis toujours.Eh bien non!
La gauche bobo croit que tout le monde est comme elle, pense comme elle,parle comme elle(avec un langage de moins en moins châtié, d'ailleurs...).
La naïveté de Amélie Perraut: "cela leur permettra la réussite scolaire?";non, cela leur permettra d'être dans le meilleur des cas intégré à la société.

46
Répondre en citant  
Rééquilibrage ou autres oeillères ? - le Jeu 23 Juil 2015, 19:05

@Nessie a écrit:(...) Il est tout de même amusant de voir ce collège de gauchistes obsédés par la lutte des classes, donner subitement dans une réductionnisme biologique  que n'eut pas réprouvée un Alexis Carrel : prétendre  éradiquer la part du social dans la psychogénèse.

(...) l'explication d'un tel délire est à chercher parmi  les concepts-clés animant la maison mieux vaudrait dire les mots-clés  puisque ce ne sont finalement que ça. On y trouvera le maître-mot logé au centre du paradigme idéologique : égalité.

De fait, à toute heure sur France Culture, sur presque tous les sujets de société et notamment dans la quasi totalité des reportages, interviews et surtout commentaires du journaliste dans les diverses édition du Journal de France Culture, vous n'entendrez mentionner une institution de notre pays, quelle quelle soit, sans vous entendre aussi rappeler que sa fonction est dé "réduire les inégalités". Ainsi de l'école, mais au fait à quoi sert l'école ? Réponse : à réduire les inégalités. L'impôt ? Il est là pour réduire les inégalités (seuls les naïfs s'imaginent que sa fonction est de financer l'Etat). Une cour pénale internationale ouvre aujourd'hui le procès d'un dictateur sanglant ? La fonction de cette juridiction est de réduire les inégalités.

La réduction des inégalités est bien l'idée fixe sur France Culture. Et comme l'équipement conceptuel dans ce club de propagandistes est aussi des plus réduits (témoin ce réductionnisme biologique des plus niais), on glisse rapidement de la réduction des inégalités à la réduction des différences. Ah le beau monde que nous prépare France Culture, bras médiatique de Terra Nova, détenteur de la ligne idéologique l'actuel gouvernement du pays, et le think tank de la joie de vivre tous semblables. Une fois la tâche accomplie, il est probable que tout le monde fera autant de fautes de langue que nos propagandistes de FC, débitera avec la même maladresse langagière les mêmes idées stéréotypées qu'auront édictées quelques barons de l'intelligentsia. Il ne resterait plus qu'à éditer ce catéchisme sous la forme d'un petit livre, pourquoi pas sous une jolie couverture rouge ?

À propos d'égalité et donc d'inégalité, maître-mot de ce numéro des Calamiteux de Montpellier Égalité : Les inégalités mettent-elles en péril la démocratie ?, il n'y a pas que des "gauchisses" à être invités aux tribunes. Ainsi M. F-X Bellamy, chemise blanche seyante et pantalon rouge en photo, écrit dans la très peu gauchiste tribune Figarovox ce jour à propos de ce qu'on appelle hélas l'affaire Vincent Lambert : « un médecin qui a déjà tenté par deux fois d'en finir avec leur fils » ; « celui [VL] qu'ils [les médecins] avaient condamné » ; « Vincent Lambert, qui se verra alors condamné à mourir lentement de faim et de soif ».  

Un commentaire non censuré précise que F-X B est « proche du think tank "Sens Commun", ancien abonné aux défilés de la manif pour tous, et veilleur de la première heure ». À vérifier bien sûr.

Mais il semble qu'il n'y ait pas que du Terra Nova à FC, en tous les cas parmi les intervenants. Peut-être est-il la caution permettant d'afficher un pluralisme ? Ou promeut-il également (avec sincérité ou non) la réduction des fameuses inégalités, type "j'ai pas mon paquet de biscuits, donc dans dix ans je vais brûler des voitures et j'aurai raison car en juillet 2015 Claude Halmos, psychanalyste et écrivaine m'a dit que c'était compréhensible "...

47
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Ven 07 Aoû 2015, 11:26

7h35, Merveille de la protection animale, lorsqu'elles nuisent à la biodiversité les croyances des autochtones deviennent "les superstitions locales".

48
Répondre en citant  
Un choix logique pour France Culture - le Mar 01 Sep 2015, 09:59

Choix de lecture en bribes pour la rentrée de Denis Podalydès qui lit "Quelle terreur en nous ne veut pas finir" de Frédéric Boyer

Texte dont La Croix dit ceci :

"Plaidoyer pour l’hospitalité

Dans un essai revigorant, Frédéric Boyer invite à lutter contre la tentation du repli sur soi. (17/6/15 )

QUELLE TERREUR EN NOUS NE VEUT PAS FINIR ?
de Frédéric Boyer
Éditions P.O.L, 112 p., 9 €

Resterons-nous indifférents aux tragédies qui frappent notre monde ? Détournerons-nous le regard lorsque des milliers de personnes trouvent la mort à quelques kilomètres de nos côtes, au large de la Méditerranée ? Que prétendons-nous défendre en cédant à la «paresse du ‘‘ Qu’y pouvons-nous ?”» ? Dans un essai revigorant, Frédéric Boyer – éditeur à Bayard Éditions – livre un vibrant plaidoyer pour inviter à lutter de toutes ses forces contre la tentation du repli sur soi, et développe une réflexion percutante sur notre identité.

Non, insiste l’écrivain, la défense du «droit à l’hospitalité» ne rime pas avec une forme de «naïveté», ou de «bon cœur dangereux». Bien au contraire. «Nous affirmons vouloir protéger un roman national, une histoire à nous, par le refus d’entendre la vie des autres, par le refus protecteur, croyons-nous, de participer à la vie des autres.»  

Il réfute vigoureusement l’idée de tout « grand remplacement », et résiste à la conception d’une identité figée : «Et la tentation, la facilité, serait de devenir des archives, de nous réduire à des fossiles, des survivants d’âges révolus, alors que le monde nouveau est hanté par la question de sa propre déshumanisation, et celle de l’exercice devenu impossible d’une quelconque souveraineté.» L’identité, martèle-t-il, n’est jamais close. «Mettre fin au mépris, au refus de voir l’autre comme être humain semblable, mettre fin à l’inhospitalité, c’est rendre à notre histoire et à notre propre identité leur dimension messianique et souveraine.»

Pour cela, il convoque Élie, reconnu par Israël parce que «méprisé, rejeté des hommes». La Bible promeut, poursuit-il, «l’irruption (…) d’un étranger radical». Sa réflexion s’appuie aussi sur Jean XXIII, Wittgenstein, Dostoïevski ou Simone Weil. Le texte de Frédéric Boyer constitue un électrochoc nécessaire pour sortir de l’apathie dans laquelle nous nous sommes parfois englués sans même nous en apercevoir.
(...)
Loup Besmond de Senneville

49
Répondre en citant  
Injonction morale, courte vue, biais - le Jeu 03 Sep 2015, 11:36

Une émission dont la rigueur d'analyse et l'équilibre sont remarquables... Europe: la solidarité prise en défaut.

On conserve ces descriptifs pour les futurs (ou actuels) étudiants spécialisés dans les médias.

*********************
« Pour entamer cette nouvelle année, nous avons décidé de nous pencher sur un thème qui n’a cessé, cet été, d’agiter l’actualité : « l’immigration ». Ce matin: Une Europe tiraillée de l'intérieur entre approche solidaire et réflexe sécuritaire.

Illustration :  Clôture de fils barbelés à la frontière entre la Macédoine et la Grèce, 1er septembre 2015 Ognen Teofilovski © Reuters

Nous disions hier que l’intensification des flux migratoires devait nous pousser à penser différemment nos politiques migratoires.

Nous allons nous intéresser ce matin aux divergences entre les états-membres de l’UE… Comment les comprendre ?

Comment l’Europe pourrait-elle harmoniser les politiques migratoires des différents états-membres? Comment éviter les écueils du populisme et de l’instrumentalisation politique de cette crise migratoire qui réveille d’anciens fantasmes d’invasion et de perte identitaire ? On le voit depuis des mois, l’Europe est plus divisée que jamais sur la gestion des migrants. Malgré les appels de la chancelière allemande à faire preuve de solidarité, et en dépit des voix favorables une Europe solidaire, force est de constater que de nombreux états-membres cèdent au tout-répressif et aux sirènes populistes...  Il suffit de regarder la Grande Bretagne par exemple… Récemment, son secrétaire d’état chargé de l’immigration, James Brokenshire, lançait un message assez peu accueillant à l'égard des migrants : « Si vous êtes ici illégalement, nous prendrons des mesures pour vous empêcher de travailler, de louer un appartement, d’ouvrir un compte en banque ou de conduire une voiture » La Hongrie n’est pas beaucoup plus hospitalière: Le gourvernement de Viktor Orban répond par la force, par les fils barbelés, et par cette clôture de 4 mètres de haut sur une frontière de 175km de long avec la Serbie.… Puis, de l’autre côté sur l’échiquier des solidarités, nous nous intéresserons à l’Allemagne, qui se prépare à enregistrer près de 800.000 pour cette année 2015 (4 fois plus que l’an dernier) Comment comprendre que l’Allemagne soit si encline à accueillir de nouveaux migrants ?
»

50
Répondre en citant  
Viol en réunion - le Mar 15 Sep 2015, 11:16

M. Erner chaque matin dit un « billet » – qui manifeste son « humeur » (sic), qui se veut piquant mais que l'on peut estimer aussi superfétatoire que redondant (eu égard, notamment, à la prolifération cancéreuse (du matin (des « Matins ») au soir) des « chroniques », des « portraits », des « mondes selon X, Y, Z », des « séquences des partenaires », des « carnets », des « revues de presse », etc.). Aujourd'hui, comme pour jeter un pont entre « la revue de presse internationale » de M. Cluzel et le bulletin de (dés)information dit avec force cuirs par M. Danrey, M. Erner entretenait l'auditeur de quelques usages peu amènes d'un substantif vulvaire (« que rigoureusement ma mère m'a défendu de [citer] ici »). Dans l'exorde de son mot du jour, il osa dire ceci : « (…) alors loin de moi l'idée de commenter une décision de justice et plus encore de violer la neutralité du service public (…). »
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/09/s38/NET_FC_3f1f650a-c52a-43a0-b2c2-617cf2f4bcda.mp3" debut="60:10" fin="60:38"]
« La neutralité du service public » à France Inculture ? En sus des producteurs qui se soustraient joyeusement à un telle obligation, la « rédaction » (vraie Propagandastaffel au sein de laquelle s'immerge M. Erner) témoigne tous les jours le mépris dans lequel elle tient la « neutralité » politique.
http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-france-une-societe-bloquee-2015-09-15

51
Répondre en citant  
Re: Le paradigme idéologique de France Culture - le Jeu 08 Oct 2015, 09:17

Dans le fil La presse de langue allemande
@Alain Machefert a écrit:
@Yann Sancatorze a écrit:Il faut avouer qu'il y a divers degrés dans l'expression de ces convictions et le sentiment déontologique qui les accompagne... A France Culture, on brise tous les records.

Il est vrai que je ne retrouve pas à NPR le même militantisme qu' à FC.
Ceci dit, ayant connu les radio/TV du service public sous de Gaulle (Cela ne nous rajeunit pas!) j'ai développé une certaine  réponse immunitaire qui me protège de ce genre d'activisme. (...)

La plupart des contributeurs critiques de la partialité de la station ne le sont pas parce qu'ils craignent d'être eux-mêmes affectés directement (infectés, même, puisque vous parlez de « réponse immunitaire ») par le biais politique de FC. Pour ceux qui connaissent la station depuis longtemps ou qui ont une expérience des médias pluralistes dans le temps ou dans l'espace, l'irritation vient de ce que nombre d'auditeurs sans recul se voient plus ou moins subtilement imposer une interprétation unilatérale du monde (les bons/les mauvais ; ce qui est juste et ce qui ne l'est pas ; ce qui mérite d'être traité et ce qui ne le mérite pas, etc.) et que cette formation de l'opinion a des répercussions sur le monde qui nous entoure.

Ce qui blesse l'auditeur, et munstead l'illustre bien dans ses analyses des journaux de FC, ici et dans ce Forum, c'est l'utilisation d'une station publique pour faire passer un parti pris, l'emploi à des fins partisanes et idéologiques d'un instrument dont le nom devrait garantir l'exposition neutre de la complexité des enjeux.

Le paradigme idéologique de France Culture     Page 5 sur 12

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum