Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Rue des écoles    Page 2 sur 3

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Rue des écoles - le Mer 02 Sep 2009, 11:40

Rappel du premier message :

Pfffou 25 minutes de Louise Tourret et c'est déjà une sacrée épreuve

Je passe sur l'intro archi-infantilisante, comme FC nous y a, de toutes façons, accoutumés. Après tout, nous parler de trousses cartables et crayons, dans une émission sur l'école c'est la scie des scies et la facilité des facilités, mais enfin on est dans le thème, alors ne demandons pas l'impossible aux producteurs, et notamment pas de faire preuve d'originalité ou d'imagination.

Pour ce qui est du style de dialogue, on entend l'influence radiophonique du moustique qui vient de libérer les Matins après 3 ans de dégâts, et dont Louise Tourret a été l'assistante. On ne sait pas si elle s'en relèvera, vu la sur-dose de confiance en elle que lui confère ce prestigieux magistère, et vu l'euphorie  très perceptible dans la couleur vocale et dans le tonus :  elle profite couramment d'une respiration de l'invité pour glisser un "c'est-à-dire ?" ou un "je suis d'accord avec vous". Oh qu'on est content pour elle : elle est d'accord ! Mieux content encore nous sommes  qu'elle ne coupe pas l'invité en pleine phrase, ah si tiens, avec François Dubet elle ne peut déjà plus se retenir de l'interrompre, après même pas 5 minutes.

Pour le reste, ce sont les clichés usuels sur la chaine FC : la révolution (ou  le séïsme, ou le cataclysme, je ne sais plus) qu'est la suppression de postes à l'EducNat. Et puis  la "pandémie" qui va renforcer les inégalités, là on rêve : on ne dit même pas de laquelle il s'agit, de pandémie, tellement c'est évident. Pauvres esprits traumatisés par la grippe, et demain par l'indigestion, peut-être ? Et  France Culture au fait, elle n'aggrave pas les inégalités,  à gaver ainsi l'auditeur paupulaire avec ces inepties,  pendant que les mômes de la haute bourgeoisie ont droit à des précepteurs payés en louis d'or ?

Le sujet  mérite mieux que cette radio infantile. 30' je coupe.
Aurai-je le courage de réécouter tout ça  pour voir si on peut extraire de cette bouillie un soupçon d'idée  ? Parce que  Dubet  tente de répondre en dégageant en touche les questions neu-neu et les clichés maison, ça doit valoir la peine d'essayer.  Mais à quand un logiciel qui gomme les interventions parasitaires des producteurs ? Pour le moment je n'ai que DirectCut,   logiciel qui permet de faire des sauts de puce 5'', histoire de zapper la productrice, c'est toujours ça de sauvé...
* * *

11
Répondre en citant  
Re: Rue des écoles - le Dim 16 Jan 2011, 18:26

Mais la première émission de Demorand sur Culture n'avait-elle pas à voir avec l'école ?

12
Répondre en citant  
Si vous voulez mon avis patron comme indice c'est plutôt maigre - le Dim 16 Jan 2011, 19:55

En ce cas parlons-en, mais alors au moins parlons de ça : du style radio de Demorand en 2001, puis en 2003 dans les matins, puis à Inter et maintenant à Europe 1. Voyons quel lien on peut faire avec ce que fait si mal Louise Tourret sur France Culture. En ce qui me concerne je n'entr'aperçois aucun lien entre la lourdeur du gros bosseur Demorand, et la légèreté de cette fantomette radiophonique au parler de canard dont j'ai appris hier qu'elle était sa compagne.
(je présente mes excuses à tous pour m'intéresser à ce que j'entends dans ma radio plus qu'au QBQ dans les médias)

Si le seul résultat c'est de mettre à plusieurs reprises sur la place publique un rapport matrimonial, je me demande en quoi on s'élève au-dessus des basses-eaux du journalisme pipeule. Ca a été écrit déjà une fois dans un autre fil, l'info est là est-ce que ça mérite d'être répété de fil en fil, surtout dans celui d'une émission disparue ?

Si le propos c'est de parier sur un effet réseau pour expliquer une promotion, alors très bien mais enfin d'abord c'est un genre difficile car on ne s'y élève pas souvent au-dessus de la soupçonnite moyenne. Mais ça peut se discuter, aussi : moi je suis pas certain que Demorand ait le pouvoir de placer sa bonne femme comme il le voudrait. Des nuls il y en a partout, de même que les meilleures maisons d'édition éditent une proportion de livres nuls. L'explication reste mystérieuse, et il reste à prouver que la présence des nuls résulte toujours du piston. Admettons toutefois que le piston joue son rôle dans un certain nombre de cas : comme dit plus haut je me demande ce qui permet de faire un lien solide et autre que soupçonneux entre le Deum' (son influence supposée) et une chaine où bon nombre de choses ont changé depuis son départ. Je ne dis pas que c'est faux mais qui veut le dire avec assurance devrait nous informer sur les rouages de la décision or là comme élément à l'appui il n'y a rien et quand on demande du solide on reçoit du ricanement de sous-entendu. Moi j'aurais tendance à croire qu'il y a d'autres raisons que le piston, et qu'il y a d'autres pistons que le Deum'. Celui qui veut faire enquête mais n'explore aucune autre piste que sa piste initiale et préférée, eh bien il ne fait pas une enquête mais un procès à charge. Je propose donc d'aller étudier le système qui permis à Louise Tourret de s'installer comme producteur et d'y rester malgré son éclatante incompétence. Et pour peser sur la direction de FC, plutôt que le Deum' je chercherais des appuis plus solides et antérieurs. Pour dire ça je m'appuie sur mon intuition et sur ce que je sens dans les réseaux du pouvoir médiatique, et non sur des faits. Mais quand on argue d'un lien matrimonial pour expliquer une nomination, on ne s'appuie pas sur un fait tellement plus solide. Plutôt sur une des solides habitudes de la soupçonnite comme en fabriquent les médias qui croient dénoncer alors que les trois quarts du temps ils instruisent des procès en avançant pour des faits des explications indémontrables. Pardon mais ici justement je crois que c'est ce qui est fait.

Alors quoi qu'il en soit : est-ce le rôle d'un forum ? Je ne sais pas.
Alors le rôle d'un blog individuel (responsabilisé et non plus anonyme) ? Euh, peut-être.

Mais est-ce dans le pouvoir d'un forum comme RFC de faire émerger ce genre de "vérité" ? A ceux qui répondront par l'affirmative, je réponds sans hésitation qu'ils rèvent : avec ce genre d'attaque on ne dépasse pas le niveau moyen de la soupçonnite made in médias, ou pire : made in web. Bref on se rapproche du tabloïd numérique.

Mais peut-être pourrait-on parler plus précisément du style radio de Louise ?
Là ça ne sera ni pipole ni chasse-aux-têtes ni ragots de radio-couloir...
Ca sera de la critique radiophonique. Or je rappelle que le genre est quasi à créer.

13
Répondre en citant  
Re: Rue des écoles - le Dim 16 Jan 2011, 20:36

Le Deum' collabore, sur France Culture, à partir de 1997, à Staccato d'Antoine Spire, puis à La Suite dans les idées de Sylvain Bourmeau. Par la suite, il produit Cas d'école. Je croyais bien qu'il avait commencé par une émission sur le sujet. Un cas d'école quoi ! Et je ne faisais aucun raccourci facile entre elle et lui. Je ne la connais pas ni même ne l'ai jamais écoutée. Et ça fait lurette que j'ai quitté la séquence de 45mn du soir avec Brice, j'aime pas ce tempo là ! La bonne mesure je me répète c'était l'A.S. (des As) : Antoine Spire…

Staccato : "Le staccato ou « piqué » — c'est-à-dire, le phrasé en notes détachées — désigne un type de phrasé dans lequel les notes des motifs et des phrases musicales doivent être exécutées avec des suspensions entre elles."

Le truc aujourd'hui c'est justement que "ça" (Fc) manque de suspension !

14
Répondre en citant  
Louise Tourret est une catastrophe - le Mar 23 Aoû 2011, 15:52

Louise Tourret est une catastrophe

Du grain à moudre est devenu inécoutable !!

15
Répondre en citant  
Re: Rue des écoles - le Dim 02 Déc 2012, 13:39

Avez-vous un désir d'écoute de "Rue des écoles"?

Je suppose que non.C'est dans la majorité des cas, une trop grande épreuve.D'ailleurs, on peut s'en convaincre en allant sur le site:
l'émission du 24/11 portait sur "Les écrivains à l'école", la précédente , c'était"les filles, les garçons, les stéréotypes à l'école" Cela donne le ton .Toujours les mêmes rengaines.Du moins, on peut le supposer.
Mais, il y a des miracles: hier soir, entendre, par hasard, une voix agréable, modeste mais sûre d'elle, discourir sur ce désir d'apprendre, ce désir de connaissances. C'est la voix de Martine Menès, psychanalyste. Et là, malgré les interruptions exaspérantes de Louise Tourret tentant de seriner toujours les mêmes rengaines, tourbillonne l'air des cimes pendant 25 minutes,
Martine Menès est une praticienne confirmée qui a travaillé 29 ans en CMPP(Centre médicopsycho pédagogique) et sur le placement familial.
L'autre intervenant Arnaud Houte , historien et enseignant, est en phase et complète.
Elle analyse tout ce qui peut contrarier ce désir présent dès la naissance de l'enfant. (il faut du manque pour que le désir du petit enfant s'exprime, ce qui n'est pas le cas dans notre société de consommation).A. Houte approuve ce point de vue et pense que l'accès instantané à internet chez l'enfant ne favorise pas le désir de savoir qui implique obligatoirement un effort.
"les dyslexies, de dysorthographies, dyscalculies , l'hyperactivité, tout ça c'est de l'embrouille" selon Mme Menès.
"la confiance ,ça ne se donne pas, ça se prend.Il faut apprendre à perdre.Et ça se fait dans l'école et en dehors de l'école."
" Les bras m'en tombent , dit-elle, d'avoir des élèves en licence ne sachant pas vraiment lire et écrire. Et pourtant, ils ont une terrible envie d'apprendre"
Louise Tourret, évidemment, va parler de la terrible "compétition" entre les enfants (elle n'ose pas dire que cela va démolir les enfants de "milieux défavorisés", elle doit se rendre compte qu'elle n'a pas affaire aux imbéciles et hypocrites habituels de son émission).Elle n'obtient pas tout à fait la réponse attendue.
Bref, pour tous ceux qui s'intéressent à ce problème de l'apprentissage des savoirs et pourquoi certains échouent, l'émission est remplie de petites pépites, à rebours des discours mille fois entendus..On n'apprend pas grand chose que nous ne sachions déjà en réalité, mais c'est le contraire de la bien-pensance de France-Culture.
http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4544373

16
Répondre en citant  
Nourrissage des pigeons, des vautours, des lions ? Non, culturel (ça vient de sortir) - le Jeu 25 Juin 2015, 23:45

Le client idéal pour Louise Tourret (Nessie, vous l'oubliez dans votre liste des idéologues, ce n'est pas la moindre et avec agressivité de surcroît) : Serge Boimare, psychologue et intervenant scolaire à l'initiative du projet "nourrissage culturel" qui articule le français avec la transmission de la mythologie et des contes au collège.

Dit comme ça, ça sonne bien.  Écouter le discours du psy vous fait changer d'avis.  Peut-être que quelqu'un y trouvera son compte, en plus de son conte ?

Mais quand je lis ceci dans le descriptif, j'ai la nette impression qu'on se fout de notre g... : « C’est l’image qui vient à l’enseignant qui explique la différence entre « et » et « est » à un élève de troisième. C’est celle qui m’est venue. Explication délivrée pour la 350ème fois, en classe, en cours de soutien, à l’étude… et qui ne se traduira par aucun progrès sensible quand cet adolescent devra rédiger un texte. ». 350 fois au même élève ou une fois à 350 élèves différents ? Bon, il ne faut pas demander trop de clarté à un descriptif qui traite de l'école, hein ?

Si un élève de 3e, de 14 ans donc, ne fait pas la différence entre "et " et "est" après explication et exercices d'application, c'est qu'il y a un gros problème quelque part : soit chez l'enseignant, soit chez l'élève, mais ça ne relève plus de l'école. Et ce sont les mythes qui vont permettre cet apprentissage  de base ?

Ah oui, si vous écoutez attendez-vous aux éléments de langage habituels "les défavorisés" (par qui ?), "la mixité sociale", etc.

La culture pour combattre l'échec scolaire : À France Inculture, c'est l'échec scolaire des Richeux, El-Idrissi et autres qui combat la culture, à la satisfaction du directeur de la chaîne.

17
Répondre en citant  
Il faut l'enfoncer dans le crâne - le Jeu 02 Juil 2015, 07:09

On ne pourra pas dire que les porte-paroles du Ministère de l'Éducation (Louise Tourret et autres) ne se sont pas décarcassés pour convaincre les auditeurs de la chaîne...

La ministre de l'éducation est l'invitée de Rue des écoles 01.07.2015 - 15:00

On y lit par ailleurs ceci pour présenter les sujets. Pas un modèle de clarté d'expression...
- "la priorité au primaire", est-elle encore une priorité alors que ses moyens et ses objectifs ont été relégués à l'arrière plan?

18
Répondre en citant  
Elle sait mieux que tout le monde... - le Dim 27 Sep 2015, 08:27

S'ériger en donneur de leçons est une habitude à France Culture, notamment chez Louise Tourret qui croit savoir mieux que tout le monde : « le sujet est maladroitement porté par l’institution et les politiques, à entendre les déclarations sur le sujet on peut se demander à quoi sert le numérique sinon à faire de beaux discours » Les enjeux du numérique à l'école.

À cette heure, on lit sur la page de l'émission consacrée à l'école, à l'instruction et à la transmission :
« des annonces prédisants [sic] un futur pédagogique enchanté à coup [sic]* d’investissements dans les équipements et de millions d’euros »
et aussi « Il convient de se demander aujourd’hui quels [sic] sont les enjeux pédagogiques »
et enfin « "la stratégie numérique" de l’Education nationale s’apprête à mettre en place est-elle pertinente ? » [n'y aurait-il pas un mot pour un autre ?]

C'était Rue des écoles.


* À coups de 1 A a
a) Locutions
− Loc. prép.
♦ À coups de. Ils les assommeraient à coups de pierre (Zola, Débâcle,1892, p. 462).Au fig., péj. À l'aide de, en ayant recours à des procédés expéditifs et inefficaces. À coups de théories. Le bloc des faits acquis était trop compact pour qu'on pût l'entamer à coups d'articles de presse (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 13).

19
Répondre en citant  
Re: Rue des écoles - le Dim 27 Sep 2015, 13:11

Personnellement j'assommerais volontiers Louise Touret à coup de Bescherelle je parle du gros dictionnaire en deux volumes publié par l'un des deux frères en 1851 ultérieurement recopié sans vergogne par le Lachâtre mais passons là-dessus.

Je mets "coup" au singulier parce que je pense qu'un seul suffirait ou plutôt je l'espère (pas envie d'endommager mon vieux Bescherelle juste pour faire fermer son violoncelle à cette péronnelle sans cervelle).

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

20
Répondre en citant  
Re: Rue des écoles - le Dim 27 Sep 2015, 13:38

On va finir par dénoncer le site de France Culture et son profil FB à Bescherelle-ta-mère...
http://bescherelletamere.fr/toutes-les-fautes/

21
Répondre en citant  
Re: Rue des écoles - le Lun 29 Fév 2016, 12:24

Citation définitive et en français (lequel ?) dans le texte : "L'école devrait enseigner à se comprendre" (Edgar Morin : un engagement pour l'éducation).

Edgar Morin, n'est-ce pas un des signataires du manifeste convivialiste au centre du Répliques du 13 février 2016 ?

J'apprends aussi avec intérêt qu'Edgar Morin est  "doyen de la réserve citoyenne lancée en 2015 par le ministère de l’éducation après les attentats de janvier".

"Pour lui, vous allez l’entendre, l’école doit être "un lieu d’amour"".  D'amour du savoir ?

Rue des écoles     Page 2 sur 3

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum