Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule    Page 2 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Mar 04 Oct 2011, 18:13

Rappel du premier message :

[NOTA BENE : les contributions 2009 à 2011 sur Le Grain à moudre se trouvent à partir de ce premier billet]

Alors personne n'a encore rien posté sur cette nouvelle mouture du Grain à moudre?

Où Hervé Gardette a remplacé depuis la rentrée le couple Couturier/femme de gauche.

Peut-être sa faute si personne n'a encore posté sur ce sujet : Gardette a donné au Grain une tournure encore plus journalistique actu/info/média qu'il ne l'avait déjà, dans le même temps qu'il l'a vidé de toute substance idéologique - on avait avant une neutralité obtenue par opposition des contraires, on l'a maintenant naturellement -, vidage qui a ses avantages d'ailleurs.

Si je rouvre ces pages, c'est pour évoquer l'émission d'hier (celle du 3 octobre, pour quand aujourd'hui ne sera plus le 4) ; c'était bien d'actualité qu'il était question, mais d'actualité scientifique. Autant le lâcher tout de suite : c'est la première émission de la série qui m'ait vraiment accroché, et pour tout dire, franchement plu.

L'actualité, c'était l'expérience OPERA. Vous savez, celle qui a mis au jours ces fameux neutrinos - de saveur muonique en l'occurrence - qui aurait eu l'audace de se déplacer plus vite que la lumière, sur les 730 km de l'expérience (ce en quoi certains ne s'empêchent pas de voir une remontée dans le temps,  et déjà les blagues fleurissent... Un exemple ?
"Le barman dit : 'Les neutrinos en excès de vitesse ne sont pas admis dans l'établissement'.
Un neutrino entre dans le bar" )

Si le titre de l'émission, E ≠ mc² : la science a-t-elle besoin de ruptures pour avancer ? se rendait coupable d'une accroche sensationnaliste et fausse, ce Grain à moudre fut très bon. Les invités : Françoise Balibar (physicienne), Dominique Lecourt (philosophe) et Pierre-Henri Gouyon  (biologiste), ont été exemplaires de  justesse, de clarté et de finesse.

Pourtant, l'auditoire visé par l'émission est très généraliste, et sa brièveté imposait un exercice difficile de mini-vulgarisation à vitesse grand V, en tout cas de poser quelques repères fondamentaux pour l'auditeur non initié, et tout ça a été très bien fait.

Hervé Gardette n'a pas été en reste, car malgré son goût des formules et du ton très journalistique qui est le sien, ses questions de candide (probablement pas complètement) étaient très bien formulées, pas du tout à côté de la plaque, et suffisamment subtiles pour que l'émissions produise autre chose qu'un ronron ressassant les lieux communs et banalités qu'on pouvait craindre.

Comme d'autres producteurs de France Culture (je pense à Vincent Lemerre), je crois que le ton de Hervé Gardette dessert une subtilité qui semble pourtant bien présente.

Allez, j'ajoute de ce pas l'émission aux suggestions pour la proposition d'écoute pour la peine :
http://www.regardfc.com/t409-la-proposition-d-ecoute#10198
* * *

11
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Lun 29 Oct 2012, 18:16

Je suis trés déçu par ce "club" suivant les élections américaines. Contrairement à celui qui avait précédé l'élection française, ce club reste au niveau des pâquerettes (politique) et ne traite pas de sujets plus en profondeur (sociologie politique, comparaison entre les systèmes français et américains, etc..).
En fait, il aurait fallu privilégier la pédagogie.

12
Répondre en citant  
Les médias saisis par l'industrie - le Jeu 13 Déc 2012, 15:25

Une plutôt bonne surprise avec ce numéro du Grain à moudre, mardi 11 décembre : Hervé Gardette se penche sur le drôle de phénomène qu'est le financement de la presse française, qu'on sait à l'agonie. Le sujet est mystérieux sauf bien sûr pour les militants qui savent tout d'avance et n'ayant que des réponses et des verdicts (de condamnation en général), ne posent jamais une question. Quoique présenté sous un titre quelque peu racoleur, le débat pose la question : si la presse papier rapporte si peu, au point que les titres les plus solides et les plus réputés se retrouvent en danger de fermeture, comment expliquer que des grands financiers persistent à y investir ? Eh bien pour une fois, la question recevra sa réponse ou plutôt ses réponses, et assez clairement. Réponses qui renvoient aux fonctions fondamentales des journaux ainsi qu'à d'autres mécanismes, et pas seulement à la cote des journaux qui sont à la ramasse. En passant on n'omettra pas de signaler la bizarrerie des montages fiscaux et autres aides à la presse. L'intérêt de ce débat est qu'à aucun moment on ne s'y focalise sur le procès d'intention ou sur quelque cause unique : sans abuser du tableau de la complexité, la discussion montre que les causes sont à la fois rationnelles et conjuguées.

La qualité du débat est à porter non au crédit de l'organisation qui l'aurait volontairement limité à deux invités+un témoignage enregistré, mais plutôt à la malchance et à la prudence qui ont fait renoncer ou décliner l'invitation pour la plupart des pressentis. Résultat il ne reste que deux invités et le témoin, et c'est peut-être ça la chance de l'auditeur :
- Bernard Poulet a été plusieurs fois présent chez Philippe Meyer, il préfère donc les faits aux préjugés. Selon lui, c'est tout le secteur qui est moribond, de là les prix à la ramasse qui donnent précisément un intérêt au pari du rachat, mais hélas sans rendre sa part à l'activité d'informer. A plusieurs reprises, son analyse reprend les termes de Jean-Noël Jeanneney dans sa fameuse chronique de l'été 1987 qui préfigurait "Concordance des temps".
- Jean Stern : auteur d'un essai plutôt agressif contre les dirigeants de presse, et surtout les capitaines d'industrie qui se saisissent des médias. Rejoignant son interlocuteur, il se montre très critique sur le système des aides de la Presse par l'Etat, et préconise une réforme de fond. Et lui se montrera franchement corrosif, nettement plus que le Jeanneney de 1987. Reste que le déglingage de Bernard Arnault se fera sur le mode de l'analyse des faits et non du couplet éconophobe. Ce qui en soi fait de cette émission une petite exception sur l'antenne de FC.
- Le témoignage collecté par Anne Coudin, c'est celui de Claude Perdriel. L'homme est un polytechnicien inconnu comme étant l'inventeur du sanibroyeur, mais un patron de presse fort connu puisque Jean Daniel lui doit l'existence du Nouvel Observateur, quasi depuis le début. Perdriel était passé au début de 2010 dans A voix nue hélas au micro d'Agnès Chauveau, et j'avais apprécié sa vision de choses malgré mon léger doute en le voyant miser sa succession sur Denis Olivennes, ce qu'il a regretté par la suite.
C'est seulement par extraits que son témoignage est donné à l'antenne, et plutôt en fin de débat ; on en trouvera l'entièreté en bonus à la page de l'émission en clickant sur ce lien.

13
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Ven 08 Fév 2013, 22:01

Deuxieme concession: le débat sur Internet de ce jour était plutôt de bonne tenue. Marc Knobel, chercheur au CRIF était parfois à la limite mais bon, on peut comprendre son émotion.
Sur le fond, je penche quand même du coté de la liberté d'expression, régulée par la loi concernant les auteurs des opinions, mais laissant les "hébergeurs" s'autogérer.
Mais j'ai une question aux modérateurs de ce forum. Avez-vous une responsabilité pénale si un internaute écrit ici une opinion jugée illégale ?

PS. Je n'en ai pas du tout l'intention, rassurez vous. Juste curieux.

14
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Ven 11 Oct 2013, 08:33

15
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Ven 11 Oct 2013, 12:56

Gardette.
Je viens de terminer l'écoute et reste sur ma faim.
Le journaleu (on dit comme ça dans le nord) est d'une médiocrité notoire.
Un de ceux que l'on écoute sur les stations za la mode ou en tête des audiences chères à opa.
Qu'il soit rassuré:celui-ci n'a ni relancé ni élevé le débat ,les subtiles remarques de l'historienne universitaire restant ouïe morte comme les pitoyables revendications du sbire du figaro et être historien sans méthode ni formation.
Le Goff disait déjà dès 1970 que l'histoire se voulant science devait etre plus attentive aux charlatans,car tout le monde au contraire des mathématiques peut en faire.
Tout ceci n'est pas nouveau.
Sur les docks?Mais qu'est ce donc mazette?Un débat people/intellos de plus?Comme à la télévision?
OPA est happy.

16
Répondre en citant  
Transit grain - le Ven 11 Oct 2013, 15:51

@footsteps a écrit:Le Goff disait déjà dès 1970 que l'histoire se voulant science devait etre plus attentive aux charlatans,car tout le monde au contraire des mathématiques peut en faire.
Malheureusement, ceci est vrai pour toutes les sciences dites "humaines."

17
Répondre en citant  
La mouche du coche - le Lun 06 Jan 2014, 19:17

Une fois n'est pas coutume, j'estime l'émission d'aujourd'hui digne d'être écoutée. Les deux historiens invités, Gilles Candar et « [son] vieux maître », Michel Winock, sont (presque toujours) parvenus à ne pas répondre aux questions d' « actu » qui leur étaient posées ; ils ont même réussi, pendant quelques minutes, à faire taire (et oublier) le journaliste à qui seule l' « actu » importe. Étaient alors tenus des propos à tous égards savants. De façon étrange, la voix du maître paraissait bien plus vive et  bien plus jeune que celle de l'élève. Michel Winock n'est pas considéré à tort comme un grand professeur.
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-jaures-clemenceau-qu-ont-ils-encore-a-nous-dire-2014-01-06

18
Répondre en citant  
Michel Winock et Gilles Candar - le Mer 08 Jan 2014, 12:30

@Antoine Arnoux a écrit:Une fois n'est pas coutume, j'estime l'émission d'aujourd'hui digne d'être écoutée. Les deux historiens invités, Gilles Candar et « [son] vieux maître », Michel Winock, sont (presque toujours) parvenus à ne pas répondre aux questions d' « actu » qui leur étaient posées ; ils ont même réussi, pendant quelques minutes, à faire taire (et oublier) le journaliste à qui seule l' « actu » importe. Étaient alors tenus des propos à tous égards savants. De façon étrange, la voix du maître paraissait bien plus vive et  bien plus jeune que celle de l'élève. Michel Winock n'est pas considéré à tort comme un grand professeur.
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-jaures-clemenceau-qu-ont-ils-encore-a-nous-dire-2014-01-06

Comme vous êtes expert en litotes, Antoine Arnoux ! Devant mon poste, j'ai crié « Taisez-vous, Gardette, fermez-la ! ». Enfin, j'ai dit pire... Car Hervé Gardette aime faire des questions à rallonge, aime interrompre, aime s'entendre.

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/01/s02/NET_FC_2bd593c3-bcf7-40f0-98c2-191077934513.mp3" debut="29:10" fin="30:25"]

Mais bon, il n'a pas réussi à gâcher les paroles de ses deux invités dont celle de Michel Winock. Ah, Michel Winock, en voilà un qui devrait produire une émission hebdomadaire à France Culture depuis longtemps. Avec Jeanneney, quel tandem ce serait ! Sauf que l'historien Michel Winock n'a peut-être pas la couleur et la complaisance nécessaires pour plaire à Mr Haï (ti).

Grâce à l'intelligence et à la culture de la parole des deux intervenants, l'émission est restée intéressante de bout en bout, malgré les tentatives désespérées et ricanantes du producteur, un peu comme à Hors-Champs, de ramener l'entretien sur le terrain de la politique politicienne contemporaine. Ouf !

Pour Michel Winock j'ai une reconnaissance éternelle : il a été le co-fondateur de la revue L'Histoire en mai 1978. Cette revue  a été un phare de la culture avec notre station culturelle, à l'époque où l'on ne cultivait pas l'ego, le strass et le bavardage ricanant. Ceux qui en ont lu les 100 premiers numéros comprendront. Depuis, la revue s'est conformée à l'air du temps, mais Michel Winock n'a rien perdu de son très grand savoir.

Merci encore d'avoir signalé cette émission Jaurès, Clemenceau : qu'ont-ils encore à nous dire ?

19
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Mer 08 Jan 2014, 16:16

A la décharge d'Hervé Gardette, Du Grain à moudre se veut une émission qui "décrypte" l'actualité. Ce n'est, malheureusement, pas une émission d'histoire. Il était donc dans son rôle d'animateur de recentrer, au début de l'émission, les propos des invités vers l'actualité.
Mais, à sa charge cette fois, il aurait dû comprendre que les historiens voulaient rester dans leur domaine et n'étaient pas intéressés par les comparaisons avec le présent. Il n'a pas eu l'intelligence de le comprendre et son insistance au retour à l'actualité est devenu, alors, pénible.

20
Répondre en citant  
Un choix audacieux - le Mer 19 Fév 2014, 19:37

Ce soir est sorti de la bouche de Mme Noëlle Lenoir ceci : « (...) avec le poids de la Chine (...) » (trente-huitième minute).
Extrait de la présentation : « Ainsi parlait récemment la secrétaire d’Etat adjointe américaine en charge de l’Europe, lors d’une conversation téléphonique qui n’aurait jamais due être rendue publique (...). »
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-club-des-observateurs-la-diplomatie-europeenne-est-elle-toujours-aux-abon

21
Répondre en citant  
Old Major, Snowball and Napoleon - le Jeu 27 Fév 2014, 20:02

Extraits de la présentation :
« (…) [le cochon] que nous ne croisons plus guère aujourd’hui mais dont nous n’ignorons rien du sort qui est le sien dans les élevages industriels » [ou bien : (...) le cochon du sort duquel nous n'ignorons rien ; ou bien : (...) le cochon dont nous n'ignorons aucunement le sort dans les élevages industriels].
« (…) et les reconnaisse comme des ''être vivants et sensibles''[.] »  
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-tous-les-animaux-naissent-ils-egaux-en-droit-2014-02-27

Voici un article à faire figurer dans la déclaration des droits de la bête :
La liberté du cochon consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à la truie.

Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule     Page 2 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum