Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule    Page 3 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Mar 04 Oct 2011, 18:13

Rappel du premier message :

[NOTA BENE : les contributions 2009 à 2011 sur Le Grain à moudre se trouvent à partir de ce premier billet]

Alors personne n'a encore rien posté sur cette nouvelle mouture du Grain à moudre?

Où Hervé Gardette a remplacé depuis la rentrée le couple Couturier/femme de gauche.

Peut-être sa faute si personne n'a encore posté sur ce sujet : Gardette a donné au Grain une tournure encore plus journalistique actu/info/média qu'il ne l'avait déjà, dans le même temps qu'il l'a vidé de toute substance idéologique - on avait avant une neutralité obtenue par opposition des contraires, on l'a maintenant naturellement -, vidage qui a ses avantages d'ailleurs.

Si je rouvre ces pages, c'est pour évoquer l'émission d'hier (celle du 3 octobre, pour quand aujourd'hui ne sera plus le 4) ; c'était bien d'actualité qu'il était question, mais d'actualité scientifique. Autant le lâcher tout de suite : c'est la première émission de la série qui m'ait vraiment accroché, et pour tout dire, franchement plu.

L'actualité, c'était l'expérience OPERA. Vous savez, celle qui a mis au jours ces fameux neutrinos - de saveur muonique en l'occurrence - qui aurait eu l'audace de se déplacer plus vite que la lumière, sur les 730 km de l'expérience (ce en quoi certains ne s'empêchent pas de voir une remontée dans le temps,  et déjà les blagues fleurissent... Un exemple ?
"Le barman dit : 'Les neutrinos en excès de vitesse ne sont pas admis dans l'établissement'.
Un neutrino entre dans le bar" )

Si le titre de l'émission, E ≠ mc² : la science a-t-elle besoin de ruptures pour avancer ? se rendait coupable d'une accroche sensationnaliste et fausse, ce Grain à moudre fut très bon. Les invités : Françoise Balibar (physicienne), Dominique Lecourt (philosophe) et Pierre-Henri Gouyon  (biologiste), ont été exemplaires de  justesse, de clarté et de finesse.

Pourtant, l'auditoire visé par l'émission est très généraliste, et sa brièveté imposait un exercice difficile de mini-vulgarisation à vitesse grand V, en tout cas de poser quelques repères fondamentaux pour l'auditeur non initié, et tout ça a été très bien fait.

Hervé Gardette n'a pas été en reste, car malgré son goût des formules et du ton très journalistique qui est le sien, ses questions de candide (probablement pas complètement) étaient très bien formulées, pas du tout à côté de la plaque, et suffisamment subtiles pour que l'émissions produise autre chose qu'un ronron ressassant les lieux communs et banalités qu'on pouvait craindre.

Comme d'autres producteurs de France Culture (je pense à Vincent Lemerre), je crois que le ton de Hervé Gardette dessert une subtilité qui semble pourtant bien présente.

Allez, j'ajoute de ce pas l'émission aux suggestions pour la proposition d'écoute pour la peine :
http://www.regardfc.com/t409-la-proposition-d-ecoute#10198
* * *

21
Répondre en citant  
Old Major, Snowball and Napoleon - le Jeu 27 Fév 2014, 20:02

Extraits de la présentation :
« (…) [le cochon] que nous ne croisons plus guère aujourd’hui mais dont nous n’ignorons rien du sort qui est le sien dans les élevages industriels » [ou bien : (...) le cochon du sort duquel nous n'ignorons rien ; ou bien : (...) le cochon dont nous n'ignorons aucunement le sort dans les élevages industriels].
« (…) et les reconnaisse comme des ''être vivants et sensibles''[.] »  
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-tous-les-animaux-naissent-ils-egaux-en-droit-2014-02-27

Voici un article à faire figurer dans la déclaration des droits de la bête :
La liberté du cochon consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à la truie.

22
Répondre en citant  
De quoi souffre Hervé Gardette ? le 14/05/14 - le Mer 14 Mai 2014, 21:44

Au début de l'émission d'aujourd'hui, intitulée "De quoi souffre l'université ?" (émission plutôt intéressante dans l'ensemble car les quatre invités ont une opinion, parviennent tant bien que mal à la défendre et ne disent pas que des platitudes), Hervé Gardette se laisse aller à un des maux préférés de FC : couper la parole (surprise, surprise !), et ce de façon plutôt éclatante...

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/05/s20/NET_FC_5b58c138-3681-4ede-97aa-f2d5ec2ee6e4.mp3" debut="02:15" fin="02:53"]

"C'a été très rapide", en effet... Patience, Liora Israël (maître de conférence à l'EHESS), enfin... Patience ! Vous ne voudriez tout de même pas prendre la parole, alors que vous êtes invitée !!!

Ce défaut répandu à France Culture se double d'un autre : celui de ne pas savoir orienter, ou simplement organiser, une discussion. A mi-chemin de l'émission, M. Gardette se fait voler la vedette par Martin Andler (université de Versailles-St Quentin) qui craint que la discussion s'enlise et que ne soient pas abordées de plus amples réflexions :

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/05/s20/NET_FC_5b58c138-3681-4ede-97aa-f2d5ec2ee6e4.mp3" debut="20:32" fin="20:53"]

Néanmoins, il fut intéressant d'entendre certains invités replacer l'histoire de l'université française dans un contexte politique qui remontait à avant 1968...

23
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Mer 14 Mai 2014, 22:09

je crois que ce défaut est au contraire une consigne : ne pas laisser passer plus de x secondes sans reprendre la parole. C'est pour cela que ces coupures semblent vides de sens pour la plupart (reformuler le début de la phrase que l'on vient de couper, par exemple). Je crains que les producteurs de FC ne soient dorénavant formés à cela. De même que la direction ne fait pas confiance aux sujets culturels pour recueillir des auditeurs, elle ne fait pas confiance au déroulement d'une parole libre et habilement dirigée par un producteur qui connait son métier.

24
Répondre en citant  
Concassage de parole invitée - le Ven 16 Mai 2014, 19:25

@Yann Sancatorze a écrit:je crois que ce défaut est au contraire une consigne : ne pas laisser passer plus de x secondes sans reprendre la parole. (...).

Pas toujours, mais c'est en effet la tendance "lourde", voyez Adler ou Broué. Il faut frag-men-ter pour tenir l'auditeur en haleine (tu parles !). Les interruptions n'ont en effet aucun sens intellectuel, elles sont là pour impulser un rythme artificiel et conformiste : du ping-pong avec les mots.

Concernant  le point que fait L'aimable chancelophile plus haut :  «  A mi-chemin de l'émission, M. Gardette se fait voler la vedette par Martin Andler (université de Versailles-St Quentin) qui craint que la discussion s'enlise et que ne soient pas abordées de plus amples réflexions  »,  on en revient à votre contribution fondamentale dans la rubrique BBC Radio 4 sur le manque de préparation et de formation de certains producteurs, sans parler de leur culture défaillante les empêchant d'ouvrir davantage le débat.

25
Répondre en citant  
Une Ecosse indépendante (Ethel Possib) - le Lun 01 Sep 2014, 15:01

Bonne surprise et conseil d'écoute : le numéro de vendredi dernier, sur l'indépendantisme Ecossais.
http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-d-ete-une-ecosse-independante-est-elle-possible-2014-08-29

Cet été n'a pas réussi à me fâcher avec le Grain à moudre, et même plutôt à m'en rapprocher alors qu'au vu des deux animateurs (Bourgois et Gacon) j'aurais plutôt redouté une baisse du niveau déjà très inégal avec Gardette. Mais non pas du tout au contraire : hormis quelques numéros qui étaient étonnants par l'absence de débats parce que tous les invités tiraient dans le même sens, les livraisons de l'été m'ont plutôt intéressé, d'ailleurs les 4 semaines de Bourgois un peu plus que les 4 semaines de Julie Gacon. De  façon générale -et ça vaut kamème pour le reste de l'année- le Grain à moudre est un des seuls moments de la journée où l'on est à peu près certain d'entendre un authentique échange pluraliste ; par authentique je veux dire avec des sons de cloche vraiment différents. Le spectacle est parfois quelque peu misérable quand les invités préfèrent s'engueuler plutôt que détailler leur points  de vue, mais enfin c'est assez rare. Du coup le Grain à moudre est une des seules émissions qui échappent à l'unilatéralisme criant des émissions de FC où le producteur déroule le tapis à un invité unique bien choisi pour servir le paradigme idéologique de la maison (Bien commun, Suite dans les idées, Vendredis des Chemins etc).

Pour toutes ces raisons, l'émission du vendredi 29 (sujet : l'indépendance pour l'Ecosse) était largement supérieure à la pauvre séquence que la Fabrique de l'histoire a consacrée au sujet, ce matin entre 9h15 et 9h40. On y avait entendu non pas de l'analyse produite à Paris par des journalistes (ou même un seul comme ce matin à la Fabrique !) mais des personnes directement concernées par la question : un écossais, un anglais, peut-être le troisième était américain ? Connaissant bien la société française et parlant une langue impeccable avec chacun leur accent qui ne gênait en rien la compréhension. Dans une discussion correctement contradictoire, l'auditeur a pu bénéficier d'une revue d'analyse sur la question que pose le référendum à venir. De là une leçon de sociologie politique et même électorale, autour d'une problématique délicate : les voix écossaises au Parlement britannique étant largement dévolues au Labour et ayant pesé dans les succès électoraux de ce parti, si les Ecossais rentrent chez eux alors l'équilibre du système politique en serait fortement modifié, avec un recul important de l'influence du Labour. Et comme les deux pays même une fois séparés resteront fortement interdépendants au plan économique, rien ne dit que l'Ecosse travailliste y serait vraiment gagnante. Anyway, bien que le référendum qui s'annonce soit déjà acquis au 'non' (parait-il), à côté ou bien en soubassement ou plutôt surplombant la question institutionnelle, c'est bien le vivre-ensemble anglo-écossais que nous voyons analysé sous nos yeux ou sous nos oreilles et habitués que nous avons été jadis au style des indépendantistes en France, tout cela est fort instructif.

26
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Mar 20 Jan 2015, 13:31

Pour ce soir on nous annonce les délibérations du "Prix Bristol des Lumières".

N'en jetez plus :
Le jury, présidé par Jacques Attali, est composé de Christophe Barbier, André Bercoff, Malek Chebel, François de Closets, Roger-Pol Droit, Luc Ferry, Caroline Fourest, Alexandre Lacroix, Aude Lancelin et Olivier Poivre d'Arvor.

27
Répondre en citant  
Le sujet s'imposait pour France Culture... - le Dim 13 Sep 2015, 09:15

Le grain à moudre définit ainsi son projet sur sa page d'accueil : « Entre le temps court de l'actualité chaude et le temps long du mouvement des idées, il y a un temps intermédiaire : celui du Grain à moudre. Du lundi au vendredi, de 18h20 à 19h, 40 minutes de discussions, de débats, de réflexions, de pédagogie, pour trouver du sens au monde dans lequel nous vivons. ».

« Trouver du sens au monde... ». Aussi était-il vraiment essentiel de consacrer du temps à Téléphone a-t-il fait du bien au rock français ? le 11 septembre dernier et d'en faire l'annonce sur la page d'accueil du site..

Le descriptif est très  éclairant : « l faut avoir été adolescent en 1986 pour comprendre à quel point cette année-là fut tragiquement inoubliable. Janvier : Daniel Balavoine disparaît dans un accident d’hélicoptère. Juin : Coluche meurt à moto, percuté par un camion. Et entre ces deux dates, à la mi-avril, Téléphone annonce sa séparation.

Pas étonnant dès lors que 30 ans après, les mêmes adolescents, devenus pour certains journalistes, s’enthousiasment à l’idée d’une prochaine résurrection de celui qui fut, si ce n’est le plus grand groupe de rock français de tous les temps, en tout cas le plus populaire.  (...)
» .

Où l'on voit confirmé ce qui a été maintes fois identifié dans ce Forum : cette radio est en large partie faite soit par des gens qui ont encore leur esprit d'adolescence, soit par des adolescent(e)s attardé(e)s (Richeux, Farine, les Laurentin's and van Reeth's girls, etc).

28
Répondre en citant  
« Moi, j'vais réagir très fortement... euhhh, euhhh, euhhh, euhh, etc.» - le Jeu 24 Sep 2015, 21:07

On allume son poste vers 18h45, pré-programmation des fréquences : n° 1 France Culture :

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/09/s39/NET_FC_4cb69caa-bac1-4dd6-b0ac-10ca2227163a.mp3" debut="25:23" fin="28:08"]

Passionnant, non ? Peut-être en voiture entre un tour sur France Info et un autre sur Nova, privée de son étoile...

C'était sous un titre inspiré Les Républicains jouent-ils à nous faire peur ? au Grain à Moudre (l'ambiguïté sur le titre est forcément volontaire et orientée).

C'est exactement le type de sujet pour lequel l'auditeur type de de France Culture se branche sur la station, non ? Il est certain qu'il y a aussi urgence à parler des candidats aux élections américaines, celles-ci se tiendront le 8 novembre 2016...

Depuis que la fonction commentaire a été désactivée sur presque l'ensemble des émissions (même celles qui conservent l'apparence du formulaire interdisent son emploi), les producteurs s'en donnent à coeur joie, faisant et disant tout et n'importe quoi. Les commentaires du Grain à moudre n'étaient souvent pas tendres. Quelle paix désormais pour Hervé Gardette de se servir de la radio pour s'adonner à ses marottes.

29
Répondre en citant  
''Meunier, tu dors...'' ou le moulin à parole vide - le Jeu 31 Déc 2015, 12:51

On lira avec profit la très belle mise en abyme de notre radio culturelle, sur la page de présentation, et le descriptif du Grain à moudre du mercredi 30 décembre...

Le titre d'abord, grevé du poids de cette question fondamentale:
De quoi parlerons-nous au réveillon?

Rassurez-vous, H. Gardette ne nous laisse pas sans ressource:
Les températures sont exceptionnellement douces pour la saison. Si le phénomène a de quoi préoccuper il est aussi un excellent sujet de conversation. Sur France Culture, n'en doutons pas.

Puis un spectre se lève, l'angoisse point:
Aurions-nous perdu le goût de l'échange de banalités ?
A notre tour de rassurer Hervé Gardette: n'ayez aucune crainte! France Culture entretient admirablement ce goût, qu'elle porte haut.

Il faut en effet le rappeler: La conversation est pourtant un art en soi, un style de vie, voire, une partie de l’identité française.

L'épiphanie arrive alors avec quelques jours d'avance:
La période des Fêtes est justement propice aux repas de familles et autres réunions entre amis. Une source d’angoisse pour beaucoup. Il est vrai que l’air du temps ne fournit guère de sujets plaisants ou consensuels. Faire le bilan de l’année pourrait s’avérer périlleux si vous voulez passer une bonne soirée.

On enfonce enfin le clou, avec un marteau sans maître:
Au XVIIIe siècle, la conversation était pourtant un véritable art de vivre en France. Mme de Staël en parle comme d’« une certaine manière d’agir les uns sur les autres, de se faire plaisir réciproquement, de jouir de soi-même, d’être applaudi sans travail ».

On s'achète décidément de mieux en mieux notre hure, sur France Culture

30
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Jeu 31 Déc 2015, 15:07

Les vies de ces gens-là doit être d'un sinistre... C'est une chose de n'avoir comme références personnelles et comme paysage intellectuel cette malbouffe journalistique anxiogène, c'en est encore une autre de se figurer que le reste du monde tourne lui aussi autour de ces sujets étriqués et impersonnels. Non, tout le monde n'est pas replié sur le présent, et on peut parler d'autre chose que de l'interdiction des sacs plastiques dans les supermarchés ou de la douceur des températures hivernales. On pourrait les plaindre s'ils ne nous servaient pas quotidiennement, en puisant dans le maigre budget de Radio France, cette insipide usurpation anti-culturelle qu'ils appellent encore France Culture...

31
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Lun 18 Jan 2016, 06:59

Une question racoleuse, un débat survolé, bref, rien à se mettre sous la dent : Du grain à moudre : Les expositions doivent-elles être accessibles à tout prix ? (15 janvier 2016).

Encore que, on apprend quand même qu'aux Etats-Unis, « 65 % des étudiants qui rentrent à l'université pensent que Beethoven est un chien, [et] croient que Michel-Ange est un virus informatique. Le terrain de l'acculturation est gagné dans des proportions qui sont terribles » [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2016/01/s02/NET_FC_2dc5d909-bfd4-445f-aebb-3a2535e228c0.mp3" debut="09:44" fin="10:09"] (pas sûr du bon emploi du mot acculturation au passage). (Marc Restellini, directeur de la Pinacothèque de Paris)

« Faut pas prendre les gens pour des imbéciles », dit Marc Restellini. Pour des cons alors ?
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2016/01/s02/NET_FC_2dc5d909-bfd4-445f-aebb-3a2535e228c0.mp3" debut="13:02" fin="14:27"] (à propos des titres trompeurs des expositions)

De ces 40 minutes, je retiens ces quelques secondes :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2016/01/s02/NET_FC_2dc5d909-bfd4-445f-aebb-3a2535e228c0.mp3" debut="07:39" fin="8:13"] (Christian Bernard, ancien directeur du MAMCO à Genève)

Maintenant, le descriptif, posé comme un postulat à la préparation de l'émission :

Voilà une expo qui paraissait devoir convenir à tout le monde. Aux petits comme aux grands. Aux Parisiens comme aux provinciaux : « Mythes fondateurs. D’Hercule à Dark Vador », la toute première exposition de la Petite Galerie du Louvre, un nouvel espace dédié à nos amis les enfants. Cerise sur le gâteau : gratuite pour les moins de 18 ans. Soyons honnête : le titre était tout sauf trompeur. Il y avait bien une statue d’Hercule. Il y avait bien un masque de Dark Vador (le clou de l’expo à en juger par l’attroupement de selfies tout autour). Mais entre les deux, pas grand-chose.

Ce furent les enfants qui eurent le dernier mot : « Et sinon, quand est-ce qu’on va voir la Joconde ? »

Certes, permettre aux plus jeunes d’accéder aux musées par la petite porte est une intention louable. Mais est-il à ce point nécessaire de surfer sur leurs goûts supposés (Star Wars) pour les séduire ? Et d’ailleurs, n’est-ce pas une tendance qui tend à se généraliser à tous les publics ?


- On appréciera : aux parisiens comme aux provinciaux. Apparemment, il doit exister des expositions parisiennes qui ne « conviennent » pas aux « provinciaux ».

- Cerise sur le gâteau : gratuite pour les moins de 18 ans. Non, c'est le cas de toutes les expositions temporaires (comme collection permanente) du Louvre.

- le clou de l’expo à en juger par l’attroupement de selfies tout autour. « Selfie » ? Un mot aujourd'hui banal, compris de tous évidemment.

Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule     Page 3 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum