Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule    Page 9 sur 9

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule - le Mar 04 Oct 2011, 18:13

Rappel du premier message :

[À NOTER : les contributions 2009 à 2011 sur Le Grain à moudre se trouvent à partir de ce premier billet]

Alors personne n'a encore rien posté sur cette nouvelle mouture du Grain à moudre?

Où Hervé Gardette a remplacé depuis la rentrée le couple Couturier/femme de gauche.

Peut-être sa faute si personne n'a encore posté sur ce sujet : Gardette a donné au Grain une tournure encore plus journalistique actu/info/média qu'il ne l'avait déjà, dans le même temps qu'il l'a vidé de toute substance idéologique - on avait avant une neutralité obtenue par opposition des contraires, on l'a maintenant naturellement -, vidage qui a ses avantages d'ailleurs.

Si je rouvre ces pages, c'est pour évoquer l'émission d'hier (celle du 3 octobre, pour quand aujourd'hui ne sera plus le 4) ; c'était bien d'actualité qu'il était question, mais d'actualité scientifique. Autant le lâcher tout de suite : c'est la première émission de la série qui m'ait vraiment accroché, et pour tout dire, franchement plu.

L'actualité, c'était l'expérience OPERA. Vous savez, celle qui a mis au jours ces fameux neutrinos - de saveur muonique en l'occurrence - qui aurait eu l'audace de se déplacer plus vite que la lumière, sur les 730 km de l'expérience (ce en quoi certains ne s'empêchent pas de voir une remontée dans le temps,  et déjà les blagues fleurissent... Un exemple ?
"Le barman dit : 'Les neutrinos en excès de vitesse ne sont pas admis dans l'établissement'.
Un neutrino entre dans le bar" )

Si le titre de l'émission, E ≠ mc² : la science a-t-elle besoin de ruptures pour avancer ? se rendait coupable d'une accroche sensationnaliste et fausse, ce Grain à moudre fut très bon. Les invités : Françoise Balibar (physicienne), Dominique Lecourt (philosophe) et Pierre-Henri Gouyon  (biologiste), ont été exemplaires de  justesse, de clarté et de finesse.

Pourtant, l'auditoire visé par l'émission est très généraliste, et sa brièveté imposait un exercice difficile de mini-vulgarisation à vitesse grand V, en tout cas de poser quelques repères fondamentaux pour l'auditeur non initié, et tout ça a été très bien fait.

Hervé Gardette n'a pas été en reste, car malgré son goût des formules et du ton très journalistique qui est le sien, ses questions de candide (probablement pas complètement) étaient très bien formulées, pas du tout à côté de la plaque, et suffisamment subtiles pour que l'émissions produise autre chose qu'un ronron ressassant les lieux communs et banalités qu'on pouvait craindre.

Comme d'autres producteurs de France Culture (je pense à Vincent Lemerre), je crois que le ton de Hervé Gardette dessert une subtilité qui semble pourtant bien présente.

Allez, j'ajoute de ce pas l'émission aux suggestions pour la proposition d'écoute pour la peine :
http://www.regardfc.com/t409-la-proposition-d-ecoute#10198
* * *

81
Répondre en citant  
Quand une femme d'affaires suffoque Hervé Gardette - le Lun 06 Nov 2017, 21:42

À la fin de l'émission en direct de Chicago (déplacement des producteurs, des assistants et de quatre techniciens), un silence éloquent suit la réponse à une question d'Hervé Gardette ... [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-06.11.2017-ITEMA_21485537-0.mp3" debut="94:13" fin="95:06"]

Évidemment, il ne se tient pas pour battu et parle de "la face sombre", du système américain  "pas en très très bonne santé", etc, (la présentation qui en est faite est d'ailleurs à charge *). Une vision prestement balayée par la seconde invitée, Anne Dias, investisseuse et dirigeante d'un fonds d'investissement  : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-06.11.2017-ITEMA_21485537-0.mp3" debut="95:06" fin="96:27"]

Du Grain à moudre par Hervé Gardette Chicago : l'Amérique à pile ou face ? 06/11/2017

Bonus :  l'écoute de l'enseignante** juste avant la première pastille (en parlant de pastilles, que ceux qui toussent en entendant parler d'entreprenariat s'en munissent) :  [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-06.11.2017-ITEMA_21485537-0.mp3" debut="91:45" fin="94:13"]

* Violence, pauvreté, gentrification… Chicago semble représentative de la ségrégation sociale et raciale qui fragmente les Etats-Unis.

Ce qui est dit de Chicago pourrait être dit de nombreuses villes françaises sur le même mode binaire. Aussi l'on suggère à la direction de France Culture de faire des économies en envoyant les équipes des magazines sociopolitiques prêcher la bonne parole à Marseille, Rennes, Lille ou Strasbourg, ville où cet été, durant trois mois, les communautés tchétchène et maghrébine se sont affrontées dans un quartier suite à l'agression d'un religieux de la première communauté par des membres de la seconde.

** Rencontre avec Eileen Murphy. Professeur pendant plus de quinze ans dans une des meilleures écoles de Chicago, elle a créé les moyens technologiques rendant accessibles à toutes les écoles les enseignements réservés aux écoles d’élite. Son entreprise ThinkCERCA développe maintenant des solutions technologiques pour apprendre la lecture critique et l’écriture argumentatives aux élèves américains et chinois. Après 5 ans d’existence, son entreprise fera ses premiers profits en 2018. Elle nous raconte ce qu’a représenté pour elle le fait de se lancer dans une entreprise.

82
Répondre en citant  
Les questions sans réponse - le Ven 02 Mar 2018, 13:19

Le Grain à moudre du mercredi 28/02 avait pour thème : Cheminots, fonctionnaires... faut-il déboulonner les statuts ? H. Gardette introduit le thème en suggérant des pistes de réponse, et interroge les intervenants.

Première proposition : supprimer le statut ferait faire des économies. L'expert de service, universitaire (A. Bichon), répond que le statut fait progresser la masse salariale. C'est évidemment faux : le statut n'a d'incidence que sur les rémunérations individuelles, pas sur la masse salariale ; comme dans n'importe quelle entreprise, les agents voient leur rémunération augmenter avec l'âge et les compétences (ce que le statut gère), mais le départ des plus âgés, remplacés par des jeunes, maintient la masse (toutes choses égales par ailleurs). L'expert-universitaire explique d'ailleurs que la réforme n'aura en fait pas d'incidence, et passe à autre chose.

H. Gardette essaie alors obstinément de ramener le débat sur la question du statut, puisque c'est le thème de l'émission. Mais les intervenants esquivent systématiquement, parlent du déficit lié aux investissements, du problème des petites lignes etc. Il faut attendre 19 mn pour que H. Gardette pose plus clairement la question : faut-il avoir peur de perdre son emploi pour bien travailler ? [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10175-28.02.2018-ITEMA_21601425-0.mp3" debut="19:00" fin="019:05"]. L'expert-universitaire louvoie pendant 2 minutes, et finit par suggérer que la fin du statut permettra de gérer les compétences... comme si le statut ne permettait pas, actuellement, de gérer les compétences des cheminots et des fonctionnaires. Le matin du même jour, G. Erner avait interrogé également l'expert invité (Fressoz) des Matins, en soulignant que le rapport Spinetta ne chiffrait pas le gain attendu de la fin progressive du statut des cheminots.

La fin du statut (cheminots ou fonctionnaires) fait partie de ces idées qui ne sont même plus mises en cause, que chacun reprend sans que l'on sache ce qui les justifie. Dans la même veine, il y a le changement de structure de la SNCF en SA.

Cette semaine, il se trouve que deux autres émissions soulignaient le caractère idéologique de ces réformes : la Grande table (2° partie) du même mercredi, lorsque Ch. Laval* expliquait que l'idéologie au pouvoir ne cherche qu'à établir le modèle de l'entreprise comme paradigme à tous niveaux, et la "loi du marché" comme principe régulateur généralisé. Encore, l'excellente série d'Entendez-vous l'éco de cette semaine, qui a donné la parole à des économistes hétérodoxes, a été également l'occasion de poser ces questions sans réponse.

* Christian Laval : Foucault, Bourdieu et la question néolibérale, éditions la Découverte, 21 €

83
Répondre en citant  
Les médecines alternatives - le Jeu 29 Mar 2018, 17:18

L'émission qui tient le haut du pavé sur le site Web de France Culture en matière de consultation, c'est cet atterrant numéro du Grain à moudre : Les médecines alternatives font-elles plus de mal que de bien ? ([son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18722-27.03.2018-ITEMA_21629286-3.mp3" debut="00:00" fin="60:00"]) Il y fut surtout question d'homéopathie.

Je répugne à l'usage d'adjectifs tels que désolant, affligeant, effarant, qui évitent souvent de produire des phrases et des critiques précises, et j'essaie d'avoir autant que possible une écoute charitables des émissions, mais il ne me vient rien d'autre après avoir suivi ce numéro du Grain à moudre.

Hervé Gardette y a reçu trois invités :  Bruno Falissard, psychiatre et Professeur de santé publique à l'université Paris-Sud, Christian Lehmann, médecin généraliste à Poissy dans les Yvelines et romancier, et enfin Hélène Renoux, médecin généraliste et surtout présidente du Comité Européen d’Homéopathie et de la Société savante d’homéopathie.

Le premier défendait surtout la thèse affichée en citation sur la page de l'émission : « Il se peut que des médecins qui utilisent des techniques qui s’apparentent à des placebos rendent service à des patients et donc quelque part, pour moi, ce ne sont pas des charlatans. »

Christian Lehmann, lui y était le rationaliste de service. Il a très bien tenu son rang et a fait preuve de sang-froid autant que de justesse dans sa défense du minimum minimorum en matière de pensée rationnelle.  

Hélène Renoux, quant à elle, fidèle en cela aux principes parascientifiques, n'a pas hésité à décorer son discours d'un vernis scientifique, exhibant à l'envi des références au vocabulaire de la statistique, mais a défendu sans surprise la tromperie que constitue la "médecine" homéopathique.

Je ne sais pas lequel, de son discours ou de celui de Bruno Falissard, était celui qui devrait faire le plus honte à France Culture pour lui avoir ainsi donné un tel espace d'expression, mais à cet horaire aussi, le manque de culture scientifique et même simplement rationnelle, fait cruellement défaut. Hervé Gardette semblait de bonne foi découvrir, plein de surprise, l'existence du (juste) procès de l'homéopathie en parascientificité et surtout sa dénonciation comme relevant de l'arnaque pure et simple, remboursé, désespérante incongruité, par la Sécurité Sociale.

Christian Lehmann pouvait s'en donner à cœur joie et ne s'en est pas privé, fort heureusement, énumérant quelques unes des plus grosses énormités qui résident au fondement de ce simulacre de médecine. Malheureusement, que sa parole et celle des deux autres intervenants ait été présentées sur un pied d'égalité, sur une station de service public, relève pour le moins de la faute et montre les limites qu'il peut y avoir quand le débat démocratique se tient bras-dessus, bras-dessous avec le relativisme le plus complet.

Hervé Gardette le sait parfaitement et il n'aurait - bien sûr - jamais eu l'idée de faire débattre un juif et un nazi. Je pense que c'est de bonne foi et par pure ignorance qu'il a foncé tête baissée dans cet écueil, mais cela en dit long sur le peu de pénétration dans la société de notions pourtant simples,en particulier celles qui permettent de considérer ce que signifie un médicament ayant subi une dilution dite "15 CH" par les homéopathes, c'est-à-dire une teinture-mère diluée 15 fois de suite par 100. Autrement dit diluée d'un facteur 1030, ou pour le tourner autrement, la totalité des flacons dudit médicament ne contenant même plus statistiquement aucune molécule du principe censément actif.

84
Répondre en citant  
Blanc bonnet et bonnet blanc entre casseurs et gardiens de la paix pour Hervé Gardette - le Mar 03 Avr 2018, 23:14

De plus en plus de mauvaise foi,  une présentation biaisée et des titres ambigus, le Grain à moudre : Les manifs sont-elles trop "policées" ?

Le début du descriptif : "Des luttes qui semblent de plus en plus souvent accompagnées de débordements violents, que ce soit du côté des manifestants ou des forces de l’ordre."

Tiens, il y aurait des "débordements violents (...) du côté (...) des forces de l'ordre" ? Des débordements ?

À part ça, les prises de position réjouies de France Culture en faveur des manifestations et des blocages divers, c'est la neutralité du service public ?

Contenu sponsorisé 

85
Répondre en citant  
Re: Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule -

Du Grain à moudre, 2<sup>e</sup> formule     Page 9 sur 9

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum