Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Interwiewer Mme Le Pen    Page 3 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Interwiewer Mme Le Pen - le Mer 09 Nov 2011, 15:35

Rappel du premier message :

Je voudrais interroger la manière dont on peut aborder l’extrême droite en général dans les médias et particulièrement Mme Le Pen, ce matin sur vos ondes.

Visiblement elle a réussit à déstabiliser l'ensemble des animateurs, pourtant bien aguerris, du plateau.

Ceux-ci, forts de leurs arguments et de leurs chiffrages, ne sont pas parvenus à contrecarrer la logique simpliste, populiste, irréaliste, de leur invitée. La représentante du FN s'exprime sur le terrain de l'agressivité et ne laisse pas la place à la moindre hésitation.

Ainsi Monsieur Vuertas s'est vu désarçonné avec la notion de "débat"qu'il a nié et s'est -forcement- immédiatement retournée contre lui. La brèche était facile.
M. Couturier après avoir exposé des éléments très concrets et très factuels sur les conséquences de la France sans l'Euro, n'a pas pu synthétiser sa démonstration.

La véhémence Le Peniste commande le ton et le tempo.

Comment interviewer avec pédagogie et sans verser dans l'opposition systématique le front national ?
Si on ne l'invite pas il se place sur le terrain de la victimisation, si on l'invite trop on banalise son discours.

Je pense qu'il a été maladroit de dire à Mme Le Pen, "je suis d'accord avec vous sur ce point" car on créé la "légitimité France-culture".

Le problème n'est pas simple et va devenir de plus en plus sensible jusqu’à mai 2012...
* * *

21
Répondre en citant  
Principe de Peter et Seuil d'incompétence - le Jeu 08 Déc 2011, 21:29

@ post ci-dessus : << N'y a-t-il pas derrière ces affaires ( Marine, Lordon?...) et ses rebonds un grave dysfonctionnement dans le fonctionnement interne de la chaîne dont Huertas -quoiqu'on en aie- fait les frais ? >>

Hubert Huertas ne fait les frais que du principe de Peter, qui théorise sur la tendance à s'élever dans les hiérarchies jusqu'à ce qu'on atteigne son seuil d'incompétence. En l'occurrence, ledit seuil est dépassé depuis longtemps.

22
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Jeu 08 Déc 2011, 21:43

...

Hubert Huertas n'est ni animateur, ni présentateur, ni producteur, mais chef d'un des services les plus importants de la rédaction. Sa nomination à ce poste est la plus belle erreur de casting dont FC aura gratifié son organigramme depuis 12 ans. Pour illustrer le principe de Peter, mieux que Huertas je ne vois guère que la nomination de Laure Adler à la direction des programmes en septembre 99.

Sa prestation face à Marine était celle qu'il ne fallait pas rater. La réussir n'aurait en rien racheté ces années de questions idiotes, d'emportement surjoué, de harcèlement minable et de journalisme biaisé. Mais au moins, réussir cette rencontre aurait montré que Hubert pouvait encore accrocher à son veston une petite cocarde : "quand je veux , j'arrive à être pertinent". Mais rien. Le vide absolu.

Depuis ce jour j'hésite sur le lieu où déposer l'éreintement qu'il mérite : sur ce moment déplorable, nous avons déjà des départs dans deux fils différents, et Huertas mérite en plus son propre fil d'éreintement personnel very pour lui-même himself.

23
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Ven 09 Déc 2011, 11:30

Hubert Huertas n'est ni animateur, ni présentateur, ni producteur

Sans doute. IL est cependant, un excellent journaliste et un chroniqueur et intervieweur depuis des années sur les différents journaux de France Culture. Apprécié à ce qu'il me semble de ses confrères. C'est pourquoi sa nomination à la tête de ce service me semble, moi, légitime.

"... Depuis ce jour j'hésite sur le lieu où déposer l'éreintement qu'il mérite "

Vous me semblez exagérément sévère avec Vuertas. D’où vient cette animosité ? Vous jugez , vous , qu'il mérite un éreintement. Je penses moi qu'il mérite des compliments.

ces années de questions idiotes, d'emportement surjoué, de harcèlement minable

je le trouve , au contraire de vous, fort talentueux et j’apprécie sa tournure d'esprit. Il est vrai que vous me semblez être un auditeur très assidus de l'ensemble des programmes de cette radio, et il a pu m’échapper (surement) des interventions de cet excellent journaliste. Je ne suis pour ma part qu'un auditeur irrégulier depuis 35 ans de cette station. Mon expertise est donc ,comparé à la votre, de moindre valeur. Toutefois, je le répète, je n'ai jamais trouvé qu'Hubert Vuertas était autre chose qu'un excellent chroniqueur politique.

n'y aurait t'il pas dans votre réaction , qui me semble assez disproportionné, un antagonisme d'ordre, disons, politique ?

Je suis bien plus préoccupé par les interventions de Gérard Slama , chaque jours vers 18h , qui tire , sans nuances, à boulet rouge sur la gauche et les verts. Je suis bien plus préoccupé par le positionnement invariablement de droite de Brice Couturier.

Mais je n'irais jamais dire que ces deux hommes fort talentueux par ailleurs, mérite un... "éreintement".

Cordialement





24
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Ven 09 Déc 2011, 13:08

Bonjour à vous. Je pense que cette discussion ou plutôt la personne de Huertas, va donc nous donner l'occasion de comparer nos vues sur son travail, et peut-être aussi sur ce qu'est le journalisme. et ce que l'auditeur est en droit d'attendre d'un media du service public. Je suis en train de chercher si nous n'avons pas déjà un fil ouvert qui pourrait accueillir la discussion sur le profil des 3 personnes que vous citez, profil double j'entends : aussi bien idéologique que journalistique, car il en est des bons et des piètres des deux côtés.

Il faudra entrer dans le détail des dialogues que nous étudierons, en partant de ce qui est vraiment dit et non de ce qu'on suppose. Et si l'on doit interpréter nous-mêmes les questions posées ou l'orientation de l'interview, alors il serait bon de justifier a minima nos déductions. Ainsi nous pourrions jauger la qualité des questions et leur pertinence.

A suivre donc, dans un autre fil. A moins qu'on ne revienne dès à présent et dans celui-ci à la matinale qui accueillit Marine Le Pen.

25
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Sam 10 Déc 2011, 13:21

@terki a écrit:

Sans doute. IL est cependant, un excellent journaliste et un chroniqueur et intervieweur depuis des années sur les différents journaux de France Culture. Apprécié à ce qu'il me semble de ses confrères. C'est pourquoi sa nomination à la tête de ce service me semble, moi, légitime

Vous me semblez exagérément sévère avec Vuertas. D’où vient cette animosité ? Vous jugez , vous , qu'il mérite un éreintement. Je penses moi qu'il mérite des compliments.



Je suis bien plus préoccupé par les interventions de Gérard Slama , chaque jours vers 18h , qui tire , sans nuances, à boulet rouge sur la gauche et les verts. Je suis bien plus préoccupé par le positionnement invariablement de droite de Brice Couturier.

Mais je n'irais jamais dire que ces deux hommes fort talentueux par ailleurs, mérite un... "éreintement".








Bonjour. Votre position quant à Huertas m'étonne un peu. Contrairement à vous et à Nessie, je trouve qu'il ne mérite ni compliments, ni éreintement. A mes yeux, il fait partie du gros du troupeau journalistique et ne brille guère par son originalité.
Quoi qu'il en soit, je peux me tromper et louper quelque-chose par ignorance. Aussi j'aimerais savoir pourquoi vous considérez qu'il mérite des compliments ? En quoi et comment Hubert Huertas vous semble se démarquer en mieux se ses confrères, qu'apporte-t-il de novateur, de quelle façon plus originale, plus profonde traite-t-il de certains sujets ?

Et pour en revenir à l'entretien avec Le Pen fille, on ne peut être qu'étonné par la façon dont une rencontre aussi importante, aussi épineuse a pu être aussi remarquablement ratée alors que les enjeux en étaient pourtant importants.

26
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Lun 12 Déc 2011, 12:30

Je viens de lire l’ensemble des posts concernant l’interview de Mlle LE PEN.
En ce qui me concerne j’ai été effondrée par cet entretien. Mlle LE PEN a été brillante, les 3 journalistes en dessous de tout. Et c’est bien cela qui m’a anéantie.

A la question : Mlle LE PEN a-t-elle sa place sur France Culture ? nous devons alors répondre : et les autres chefs de parti ? et les politiciens qui viennent nous servir la soupe ?
« Non le FN n'est pas un parti comme les autres » dites-vous Nils. Il ne s’agit là que d’un avis totalement subjectif. Pour 13 % de la population française, le FN est un parti comme les autres, et même un parti qui peut prétendre à gouverner. Alors il me semble que lui interdire l’antenne parce que c’est un parti qui prône une idéologie nauséabonde (à notre point de vue) est l’erreur sur laquelle le FN aime à communiquer. En effet longtemps le FN s’est appuyé sur son soi-disant interdit d’accès aux médias pour justifier une espèce de complot émanant des puissants, qui avec la complicité des journalistes bolchéviques faisait barrage à sa rencontre avec les « français ».
Accordons à Mlle LE PEN la même présence sur les antennes que celle accordée aux autres partis. Mais mettons face à elle (et ses amis) des journalistes capables de mener l’interview, des professionnels qui prendront la main et la garderont, qui n’iront pas là où Mlle LE PEN voudra les mener. Des journalistes ayant suffisamment travaillé le FN pour pouvoir imposer à Mlle LE PEN ses contradictions, son populisme, son racisme, sa haine de l’autre.
Un des sujets souvent débattus à ma table d’hôtes c’est : « la vie est dure, le chômage, le pouvoir d’achat qui diminue, etc… » la discussion est toujours consensuelle, et puis peu à peu on se lâche. Et bien, combien de fois n’ai-je pas entendu des hôtes très propres sur eux, militants dans des assos plus ou moins caritatives, se revendiquant de gauche (grosse clientèle d’enseignants, universitaires, fonctionnaires) finir par lâcher « oui mais bon il y a trop d’assistés en France, on est beaucoup trop laxiste en matière d’immigration, y’en a marre de payer pour les grecs (ou pour d’autres d’ailleurs)…» Et oui, sur votre forum vous debattez entre gens de bonne compagnie, mais rappelez-vous : au moins 13% des français sont prêts à glisser un bulletin FN dans les urnes en avril 2012 Seule la pédagogie, la démonstration sans cesse renouvelée de l’absurdité des théories du FN pourront inverser cette tendance.
Cela étant dit, et à titre tout à fait personnel, je suis de moins en moins fidèle aux matinales trop souvent consacrées à la politique « politicienne », trop peu tournées vers la culture, qu’elle soit scientifique ou artistique.
Pour finir je ne comprends ni le lynchage de Nessie sur Vuertas, ni la tirade dithyrambique de Terki . Je le trouve à ce point sans intérêt que je ne m’aperçois souvent même pas qu’il vient de lire sa chronique ! Quant à ses intervention dans l’émission du dimanche soir commune à plusieurs antennes de Radio France (que j’ai peu écoutée c’est vrai), j’ai parfois eu un peu honte de l’image qu’il donne sur la radio culturelle française. Sûr que les auditeurs de France Inter doivent prendre les auditeurs de France Culture pour des gogos !

27
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Lun 12 Déc 2011, 18:53

"tirade dithyrambique de Terki "..bof..je n'ai pas le sentiment d'avoir été dithyrambique.

je n’écoute que très peu les matinées de france culture , mais par le passé il m'est arrivé de tomber sur des brèves chroniques de Vuertas et j'aime bien. mais c'est moi. Que d'autres le trouve mauvais je le comprend. Mais de la à vouloir le descendre en flamme.

en ce qui concerne le débat avec Le Pen je ne l'ai pas écouté .

Est t'il possible de débattre avec des bateleurs de foire qui ne répondent jamais aux questions, et s'en tirent toujours avec de vieux trucs de music hall. Qui répondent , à n'importe quel argument fut til bien construit, par des mensonges grossiers et des répliques de salle de garde ?.

car il faut savoir que le Pen vient dans ce genre d’émission , non pas pour débattre , mais pour atteindre , au dessus de la tête des journalistes, par quelques messages très simples (simplistes ) son électorat potentiel. c'est le cas de la quasi totalité des politiciens. Si vous vous attendez à un débat entre Socrate et Protagoras vous allez être déçus très longtemps.

l'exercice est difficile non ? D'autant plus difficile si vous êtes journaliste dans une radio d’état qui doit garder plus ou moins une certaine "neutralité". Je ne dis pas que france culture est EFFECTIVEMENT une radio neutre politiquement, je dis que c'est comme ça qu'elle se présente. Donc vous entrez dans le lard de Le Pen est vous allez avoir tout ceux qui votent pour eux dans le collimateur. Pas simple.

Derrière un micro ou une camera, dans ce genre d’émission ( le direct branché sur la nouveauté ) le démago l'emporte toujours sur le journaliste honnête. Seule des émissions de fond , ou l'on démontre les conséquences qu'auraient les mesures que prônent le FN , concrètement , point par point, dans la vie des français, seraient efficaces .

Mais dans des shows en direct comme les matins de FC ... autant débattre avec une otarie..elle n'a qu'a battre des palmes pour emporter le morceau..

28
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Lun 12 Déc 2011, 19:48

Et voilà toute la difficulté de l'exercice. Mais n'oubliez pas que Mlle Le Pen ne s'adresse pas à vous, qui pour des raisons intellectuelles ou sociales n'êtes pas réceptif aux vociférations de la dame. Elle s'adresse à toute une partie de nos compatriotes qui souvent pour des raisons bien compréhensibles se sentent les laissés pour compte, et qui trouvent dans les propos de Mlle LE PEN l'écho de leur pessimisme, leur chagrin voire leur rancœur. Et si vous bâillonnez ces cris forcément vous ne ferez qu'appuyer la thèse du complot des élites (souvent parisiennes), contre les petites gens "qui sont la vache à lait de la France, nous on est tout juste bon pour payer et fermer notre g...., les journalistes sont de toute façon tous des vendus..." etc, etc, etc.
J'en ai beaucoup voulu à François Mitterrand d'avoir favorisé la montée de M. LE PEN, en lui donnant la parole ; mais je crois que avec ou sans Mitterrand, le FN existerait car cela n'est pas un phénomène uniquement franco-français.
Alors oui que fait-on ? Moi très modestement je n'ai pas la solution.

29
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Lun 12 Déc 2011, 20:14

Réduire le vote "Le Pen" a un vote de pauvre, c'est ça qui me semble bien réducteur. Commerçants, artisans, agriculteurs ne peuvent être désignés comme "laissés pour compte".

Je pense que si on voulait être un peu sérieux sur la question (et ce n'est pas mon intention : ça ne m'intéresse guère), il faudrait commencer par une analyse sociologique détaillée de la structure de son électorat. Alors seulement, on pourrait imaginer un argumentaire pertinent visant à annuler l'efficacité de son discours. Parce que le but n'est pas de la convaincre, elle, n'est-ce pas ? Donc, il faut d'abord savoir à qui on s'adresse.

@terki a écrit:Seule des émissions de fond , ou l'on démontre les conséquences qu'auraient les mesures que prônent le FN , concrètement , point par point, dans la vie des français, seraient efficaces .
Ben justement, à mon avis, non. Parce que s'il est une caractéristique qui se dégage de la structure de son électorat, c'est le faible niveau d'études (et non : de revenus). L'autre caractéristique étant qu'il s'agit d'un vote plutôt masculin. Donc, je ne pense pas que que ce type d'électorat soit très friant des émissions de France Culture...

30
Répondre en citant  
Réponses à Marie et Mitsouko - le Mar 13 Déc 2011, 02:38

Eh bien Marie, franchement Marine Le Pen aux Matins non je ne l'ai pas trouvée brillante, plutôt médiocre au plan des idées. Cette médiocrité serait apparue pour évidente si elle avait été face aux véritables politologues de la chaine : Casanova, Colombani. Des gens capables de la faire parler sans lui manifester leur mépris à chaque phrase et sans récolter en retour son agressivité et son brio de bretteuse qui est le seul qu'elle ait, selon moi. Si elle séduit, c'est un signe que le jeu politique en France est devenu un jeu de baratineurs et de balanceurs de piques. Qu'il soit cela c'est certain, mais qu'il ne soit que cela, je ne crois pas. Alors brillante non, mais tout de même un peu efficace dans l'affrontement, parce qu'en face d'elle se trouvait un Huertas qui avait très mal préparé sa rencontre. Vraiment mal oui, et que ce soit par blocage d'esprit, par aveuglement haineux, par incompétence, ou parce qu'il avait dû emmener son chien à la charcuterie ou son épouse chez le vétérinaire, cela importe peu : ce matin-là il a reçu une déculottée en 3 temps. Je reconnais qu'elle m'a bien amusé. J'attends qu'on remplace Huertas par un journaliste comme Antoine Mercier -oui celui du 12h30- qui sait faire preuve d'un bien meilleur art du questionnement, de l'écoute, et de l'équilibre. Voyons notamment dans sa hélas-feue-rubrique "Autres regards sur le crise" comment il donnait la parole à des invités clairement à contre-courant de la ligne majoritaire de la station et donc de ses idées à lui. Bon évidemment c'était pas très fréquent, mais c'était pas non plus l'alouette dans le pâté de cheval. En tous cas, c'était fait sans jamais les maltraiter ni les provoquer, et sans non plus -me semble-t-il- les manipuler, mais en leur donnant sportivement la parole. Qu'à la Rédaction de FC on préfère promouvoir des journalistes comme Huertas plutôt que Mercier, ça ne montre qu'une chose : que la rigueur professionnelle n'est pas le critère qui détermine l'avancement.

Quittons la Rédaction pour revenir à la matinale de ce matin-là : je suis donc le seul à trouver ici que Brice Couturier s'est comporté honorablement. Je détaillerai mes raisons, car par chance elles répondent à la critique que j'ai à faire à l'encontre d'Hubert Huertas.
Et symétriquement, à Marie je dirai encore que malgré tous mes efforts il n'y a pas de lynchage de Hubert. Car le lynchage est collectif : il suppose une meute en l'occurrence de St Hubert. Or je suis quasi le seul à planter mes crocs dans son fond de culotte. J'assume ces deux positions et je justifierai mon avis par l'inventaire de cette matinale du 9 novembre.

Au contraire la légèreté de Huertas, soulignée par Mitsouko qui la juge partagée, d'amusante elle devient dramatique dès lors qu'il occupe un poste à responsabilités. Or c'est bien le cas. Que les journalistes soient de plus en plus dépassés par les difficultés du métier, les contraintes de l'organisation du travail, par l'amenuisement aussi du ratio (culture générale effective) / (culture nécessaire), cela on le constate sans arrêt et même, en discutant avec eux on se rend compte qu'ils le reconnaissent. En enquête sur le métier j'ai personnellement recueilli des témoignages comme << on me donne le sujet à 8h en conférence de rédaction, je dois être sur le terrain à 9h30 avec l'équipe pour recueillir le matériel, on rentre à la baraque à 11h et il faut livrer le truc à12h30 pour recommencer l'après-midi, comment voulez vous qu'on comprenne quelque chose aux faits qu'on reporte ? >>. Eh oui, dur métier. Mais voila : FC est une radio de service public où le boulot, de l'aveu de Demorand himself, consiste à ne jamais mettre le nez dehors ; et Huertas n'est pas un jeunot suspect de manquer de culture générale. La médiocrité de ses questions apparait facilement par un simple sondage au pif : ayant anticipé sur la remarque de Marie, j'ai écouté ce dimanche soir l'émission politique inter-chaînes. Certes par hasard et prise en route, n'empêche que j'y suis resté en guettant la première question de Hubert, soupçonnant qu'elle aurait valeur de test. Je n'ai pas été déçu. Au ministre de l'Agriculture, il demande "est-ce que ça n'est pas 'ffatigant de répéter toujours la même chose depuis X années ?". La question est lachée sur un ton sinon moqueur, du moins à la limite de la commisération, sans qu'on y distingue bien clairement les parts respectives du mépris et de l'exaspération, mais dans tous les cas c'est de l'agression (soft, bien sûr). Cette question est exemplaire de toute une part de la production Huertas, je ne saurais dire si c'est de 50 ou de 90 % . En gros, ça consiste à poser une question qui n'en est pas une, tout en la gonflant de son propre jugement : pour appuyer sa propre position sur l'axe d'accord/pas d'accord. Entendez : à interlocuteur qu'il ne peut pas blairer (donc les gens de la droite) il balance la non-question tout en secouant la tête d'un air désolé pour lui dire "mon pauv' vieux vous faites pitié" . Et si inversement c'est un interlocuteur du bon camp (donc la gauche, car Hu-Hu est aussi simple que ça) alors avec exactement la même question il envoie un gros signal d'empathie et de soutien "ah lala mon vieux c'est dur hein mais je compatis, allez on s'acharne et on y croit tous-ensemble-tous-ensemble-ouais". Ceux qui pensent que j'exagère n'ont qu'à la réécouter cette question-là de dimanche, et me dire si je me trompe. Or, c'est là une des quelques formes-type de la question à la Huertas. La bonne question serait évidemment autre. Par exemple "puisque vous n'y arrivez pas, est-ce que vous allez changer de ligne d'action ?" ou "selon vous, comment il faudrait s'y prendre pour que ça marche ? " ou encore "mais si personne n'en veut, ça ne vous donne pas envie de faire/dire autrement ?". Cela seraient des questions d'ouverture. Or Huertas n'en pose pas, parce que sa pratique du journalisme consiste à se positionner idéologiquement et/ou moralement, et point final. Je ne doute pas ce petit cinéma fasse plaisir à nombre d'auditeurs du même camp, probablement majoritaires à l'écoute de la chaine. Pour ma part, j'attends autre chose d'un journaliste politique en général, et encore plus d'un Chef du Service Politique de FC. Il y a des auditeurs qui plutôt que simplement consommer du signe, voudraient apprendre quelque chose de/sur l'invité. A ces auditeurs-là, Huertas ne sert à rien. Pire : il leur masque le sujet. Et ça c'est la faute journalistique absolue.

Je conclus ici sur ce que j'appelle -avec unique exemple à l'appui- du mauvais travail de journaliste. Dans le fil qu'on finira bien par ouvrir sur Huertas, je reprendrai ce schéma de façon à l'exploiter au fil des exemples. Et j'aurai l'occasion d'étendre mon avis sur ces questions, car on peut faire pire que celle-ci et de temps en temps il parvient à le prouver par l'exemple.

Finalement je n'en veux pas tant à Huertas d'être cimenté dans un des deux camps de la politique, puisque d'autres le sont tout autant que lui. Non, je lui en veux de ne jamais m'apprendre quoique ce soit sur l'invité, et pas même sur lui non plus, tellement ses interventions sont prévisibles.

31
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Mar 13 Déc 2011, 03:23

@terki a écrit: [...] Est t'il possible de débattre avec des bateleurs de foire qui ne répondent jamais aux questions, et s'en tirent toujours avec de vieux trucs de music hall. Qui répondent , à n'importe quel argument fut til bien construit, par des mensonges grossiers et des répliques de salle de garde ?.
[...]
l'exercice est difficile non ? D'autant plus difficile si vous êtes journaliste dans une radio d’état qui doit garder plus ou moins une certaine "neutralité". Je ne dis pas que france culture est EFFECTIVEMENT une radio neutre politiquement, je dis que c'est comme ça qu'elle se présente. Donc vous entrez dans le lard de Le Pen est vous allez avoir tout ceux qui votent pour eux dans le collimateur. Pas simple.

Derrière un micro ou une camera, dans ce genre d’émission ( le direct branché sur la nouveauté ) le démago l'emporte toujours sur le journaliste honnête. Seule des émissions de fond , ou l'on démontre les conséquences qu'auraient les mesures que prônent le FN , concrètement , point par point, dans la vie des français, seraient efficaces .

Cher terki je vous trouve bien capitulard : si le programme de Marine Le Pen est inepte, léger, irréaliste, eh bien je crois que des économistes sérieux peuvent le montrer, et que l'exercice sera moins difficile si précisément, on ne la laisse pas envoyer le débat sur orbite.
- Huertas a fait exactement ce qu'elle adore qu'on lui fasse : il lui rentre dans le lard, comme vous dites. Mais personne ne l'y a obligé. De ce choix (?) tactique il a payé le prix : non seulement il a reçu une raclée, mais il a rendu service à l'adversaire.
- Couturier a agi différemment : il a tenté de parler d'économie. Hélas non sans agressivité dans le ton. Quand il fait l'éloge du modèle allemand, elle lui répond en montant le ton qu'on n'a pas gagné en 45 pour courber l'échine maintenant devant l'Allemagne. C'est quand même fortiche, ça : on aurait dit une réponse de syndicaliste, sur le ton "on ne va pas baisser notre froc devant le patronat !" (sous entendu : on préfère couler la boite - tant pis pour les emplois - vive l'épreuve de force et vive les jeux où tout le monde perd).

Au delà du ton de bac-à-sable de cette repartie, ce qui m'a sidéré, c'est que personne ne s'empresse d'en relever l'ineptie. Ineptie historique qui aurait fait un bon sujet pour un lycéen : en 1939 le désaccord entre la France et l'Allemagne n'était pas de nature économique ; en 1939 l'Allemagne était un état totalitaire à visée expansionniste ; en 1945 la nature criminelle du régime ne faisait de doute pour personne. Qu'y a-t-il de commun entre l'Allemagne de 2011 et celle de 1939 ? Dans la bouche d'une personne qui aspire à un mandat politique de niveau national donc international, un tel rapprochement historique foireux c'est vraiment un auto-brevet de stupidité historique.

Au delà de l'indice sur la personne, quel est le sens de cette réponse de Marine Le Pen ?
Réponse : c'est un exemple des âneries qu'elle balance quand elle se trouve poussée à bout non par l'agression, mais parce qu'on l'a amenée sur le terrain où elle est la moins forte. L'enseignement tactique, c'est qu'iI faut donc l'éloigner de la polémique morale qu'elle-même nourrit de sentiments moraux bas (l'envie revancharde, ferment du populisme), et la tirer vers le volet technique de la politique. J'ai bien dit technique et non pas juridique. Donc l'économie, les relations internationales, et les sciences annexes où sa nullité éclate (sociologie, démographie).

Et parce que son habileté est certaine, je pense aussi que l'occasion de répéter sa bourde sur l'Allemagne, ça va se présenter de nouveau ; et que Marine Le Pen n'abusera pas de cette réponse absurde qu'elle avait servie ce matin-là. Au débriefing avec son team, cette sortie a dû être pesée pour ce qu'elle était : une belle bourde qui lui aurait coûté quelques points si les adversaires avaient été à la hauteur.

Il y a des invités qui dégradent le débat : ce sont ceux qui saturent la discussion en émotion et en dérive polémique, tout en se tenant à l'écart la partie du débat qui, à la fois factuelle et technique, pourrait leur donner tort, montrer que leurs certitudes ne sont pas si justifiée, que leur conviction pour solide qu'elle soit, n'est pas si étayée. C'est un peu ce qui s'est passé quelques jours plus tard avec Paul Jorion où, cette fois encore, je pense que Couturier a bien joué le coup. Sauf que Jorion n'est pas un boxeur comme Marine, du coup ce matin-là il a explosé en plein vol. Sa popularité n'en sera pas diminuée, parce que ses groupies refusent d'entendre ce qui a été dit. Mais elle augmentera d'autant moins que les oreilles exigeantes, celles qui demandent à entendre de la vérité et des idées, auront remarqué ce matin-là qu'avec Jorion ils n'en auraient pas. A mon sens Marine le Pen n'est pas gagnante non plus : je pense que le public de France Culture, càd les auditeurs qui cherchent à s'informer, n'auront pas donné dans le panneau, au contraire seront encore plus des militants anti-FN. Même en constatant qu'elle a cloué le bec à plus de la moité de l'équipe, le public de FC ne se retournera pas comme ça.

Je continue à répondre dans le désordre à ceux de vos paragraphes que j'ai sélectionnés : comment savez-vous que face à un journaliste honnête, le démago l'emporte ? J'aimerais bien savoir ce qui vous permet de l'affirmer. Je crois au contraire que sur le sujet essentiel de la politique, en évitant les dérives foireuses qui ouvrent la porte aux démagogies, la meilleure émission radio pour accueillir Marine Le Pen serait "La rumeur du monde". A condition qu'on s'y efforce de parler objectivement du programme du FN (il ne peut pas être nul et non avenu à 100% - les idées valides qu'il contient doivent donc être diffusées), et en évitant les dérives sur la personne à la façon de Huertas. C'est donc une question de rigueur, et de méthode. Ce débat honnète, loyal, sincère, et sur la table de la démocratie, c'est précisément ce qu'avait fait Noël Mamère dans un débat télévisé face à JM Le Pen. Dans une discussion sans éclat, il n'avait cessé de marquer des points. C'est la seule fois où j'ai vu Le Pen perdre dans les grandes largeurs, et c'est aussi une des rares où j'aurai vu Mamère se mettre à ce point au service de la vérité. Mais si au lieu d'être le seul, il avait été en 2002 l'exemple pour les autres, on peut imaginer que le FN serait resté à un étiage de parti protestataire, entre 10% et 15%.

Interwiewer Mme Le Pen     Page 3 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum