Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 

anipassion.com

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Interwiewer Mme Le Pen    Page 4 sur 6

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Interwiewer Mme Le Pen - le Mer 09 Nov 2011, 15:35

Rappel du premier message :

Je voudrais interroger la manière dont on peut aborder l’extrême droite en général dans les médias et particulièrement Mme Le Pen, ce matin sur vos ondes.

Visiblement elle a réussit à déstabiliser l'ensemble des animateurs, pourtant bien aguerris, du plateau.

Ceux-ci, forts de leurs arguments et de leurs chiffrages, ne sont pas parvenus à contrecarrer la logique simpliste, populiste, irréaliste, de leur invitée. La représentante du FN s'exprime sur le terrain de l'agressivité et ne laisse pas la place à la moindre hésitation.

Ainsi Monsieur Vuertas s'est vu désarçonné avec la notion de "débat"qu'il a nié et s'est -forcement- immédiatement retournée contre lui. La brèche était facile.
M. Couturier après avoir exposé des éléments très concrets et très factuels sur les conséquences de la France sans l'Euro, n'a pas pu synthétiser sa démonstration.

La véhémence Le Peniste commande le ton et le tempo.

Comment interviewer avec pédagogie et sans verser dans l'opposition systématique le front national ?
Si on ne l'invite pas il se place sur le terrain de la victimisation, si on l'invite trop on banalise son discours.

Je pense qu'il a été maladroit de dire à Mme Le Pen, "je suis d'accord avec vous sur ce point" car on créé la "légitimité France-culture".

Le problème n'est pas simple et va devenir de plus en plus sensible jusqu’à mai 2012...
* * *

31
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Mar 13 Déc 2011, 03:23

@terki a écrit: [...] Est t'il possible de débattre avec des bateleurs de foire qui ne répondent jamais aux questions, et s'en tirent toujours avec de vieux trucs de music hall. Qui répondent , à n'importe quel argument fut til bien construit, par des mensonges grossiers et des répliques de salle de garde ?.
[...]
l'exercice est difficile non ? D'autant plus difficile si vous êtes journaliste dans une radio d’état qui doit garder plus ou moins une certaine "neutralité". Je ne dis pas que france culture est EFFECTIVEMENT une radio neutre politiquement, je dis que c'est comme ça qu'elle se présente. Donc vous entrez dans le lard de Le Pen est vous allez avoir tout ceux qui votent pour eux dans le collimateur. Pas simple.

Derrière un micro ou une camera, dans ce genre d’émission ( le direct branché sur la nouveauté ) le démago l'emporte toujours sur le journaliste honnête. Seule des émissions de fond , ou l'on démontre les conséquences qu'auraient les mesures que prônent le FN , concrètement , point par point, dans la vie des français, seraient efficaces .

Cher terki je vous trouve bien capitulard : si le programme de Marine Le Pen est inepte, léger, irréaliste, eh bien je crois que des économistes sérieux peuvent le montrer, et que l'exercice sera moins difficile si précisément, on ne la laisse pas envoyer le débat sur orbite.
- Huertas a fait exactement ce qu'elle adore qu'on lui fasse : il lui rentre dans le lard, comme vous dites. Mais personne ne l'y a obligé. De ce choix (?) tactique il a payé le prix : non seulement il a reçu une raclée, mais il a rendu service à l'adversaire.
- Couturier a agi différemment : il a tenté de parler d'économie. Hélas non sans agressivité dans le ton. Quand il fait l'éloge du modèle allemand, elle lui répond en montant le ton qu'on n'a pas gagné en 45 pour courber l'échine maintenant devant l'Allemagne. C'est quand même fortiche, ça : on aurait dit une réponse de syndicaliste, sur le ton "on ne va pas baisser notre froc devant le patronat !" (sous entendu : on préfère couler la boite - tant pis pour les emplois - vive l'épreuve de force et vive les jeux où tout le monde perd).

Au delà du ton de bac-à-sable de cette repartie, ce qui m'a sidéré, c'est que personne ne s'empresse d'en relever l'ineptie. Ineptie historique qui aurait fait un bon sujet pour un lycéen : en 1939 le désaccord entre la France et l'Allemagne n'était pas de nature économique ; en 1939 l'Allemagne était un état totalitaire à visée expansionniste ; en 1945 la nature criminelle du régime ne faisait de doute pour personne. Qu'y a-t-il de commun entre l'Allemagne de 2011 et celle de 1939 ? Dans la bouche d'une personne qui aspire à un mandat politique de niveau national donc international, un tel rapprochement historique foireux c'est vraiment un auto-brevet de stupidité historique.

Au delà de l'indice sur la personne, quel est le sens de cette réponse de Marine Le Pen ?
Réponse : c'est un exemple des âneries qu'elle balance quand elle se trouve poussée à bout non par l'agression, mais parce qu'on l'a amenée sur le terrain où elle est la moins forte. L'enseignement tactique, c'est qu'iI faut donc l'éloigner de la polémique morale qu'elle-même nourrit de sentiments moraux bas (l'envie revancharde, ferment du populisme), et la tirer vers le volet technique de la politique. J'ai bien dit technique et non pas juridique. Donc l'économie, les relations internationales, et les sciences annexes où sa nullité éclate (sociologie, démographie).

Et parce que son habileté est certaine, je pense aussi que l'occasion de répéter sa bourde sur l'Allemagne, ça va se présenter de nouveau ; et que Marine Le Pen n'abusera pas de cette réponse absurde qu'elle avait servie ce matin-là. Au débriefing avec son team, cette sortie a dû être pesée pour ce qu'elle était : une belle bourde qui lui aurait coûté quelques points si les adversaires avaient été à la hauteur.

Il y a des invités qui dégradent le débat : ce sont ceux qui saturent la discussion en émotion et en dérive polémique, tout en se tenant à l'écart la partie du débat qui, à la fois factuelle et technique, pourrait leur donner tort, montrer que leurs certitudes ne sont pas si justifiée, que leur conviction pour solide qu'elle soit, n'est pas si étayée. C'est un peu ce qui s'est passé quelques jours plus tard avec Paul Jorion où, cette fois encore, je pense que Couturier a bien joué le coup. Sauf que Jorion n'est pas un boxeur comme Marine, du coup ce matin-là il a explosé en plein vol. Sa popularité n'en sera pas diminuée, parce que ses groupies refusent d'entendre ce qui a été dit. Mais elle augmentera d'autant moins que les oreilles exigeantes, celles qui demandent à entendre de la vérité et des idées, auront remarqué ce matin-là qu'avec Jorion ils n'en auraient pas. A mon sens Marine le Pen n'est pas gagnante non plus : je pense que le public de France Culture, càd les auditeurs qui cherchent à s'informer, n'auront pas donné dans le panneau, au contraire seront encore plus des militants anti-FN. Même en constatant qu'elle a cloué le bec à plus de la moité de l'équipe, le public de FC ne se retournera pas comme ça.

Je continue à répondre dans le désordre à ceux de vos paragraphes que j'ai sélectionnés : comment savez-vous que face à un journaliste honnête, le démago l'emporte ? J'aimerais bien savoir ce qui vous permet de l'affirmer. Je crois au contraire que sur le sujet essentiel de la politique, en évitant les dérives foireuses qui ouvrent la porte aux démagogies, la meilleure émission radio pour accueillir Marine Le Pen serait "La rumeur du monde". A condition qu'on s'y efforce de parler objectivement du programme du FN (il ne peut pas être nul et non avenu à 100% - les idées valides qu'il contient doivent donc être diffusées), et en évitant les dérives sur la personne à la façon de Huertas. C'est donc une question de rigueur, et de méthode. Ce débat honnète, loyal, sincère, et sur la table de la démocratie, c'est précisément ce qu'avait fait Noël Mamère dans un débat télévisé face à JM Le Pen. Dans une discussion sans éclat, il n'avait cessé de marquer des points. C'est la seule fois où j'ai vu Le Pen perdre dans les grandes largeurs, et c'est aussi une des rares où j'aurai vu Mamère se mettre à ce point au service de la vérité. Mais si au lieu d'être le seul, il avait été en 2002 l'exemple pour les autres, on peut imaginer que le FN serait resté à un étiage de parti protestataire, entre 10% et 15%.

32
Répondre en citant  
Réponses et questions à Nils - le Mar 13 Déc 2011, 03:46

A Nils enfin avant de livrer d'ici quelques heures un compte-rendu d'écoute de ladite matinale, je proposerai les réponses et les questions suivantes :

- question à Nils : en quoi le principe de la préférence nationale est-il anti-constitutionnel ? N'étant pas moi-même constitutionnaliste je renonce d'avance à déméler ce fil qui est hors de ma compétence. néanmoins, j'aimerais bien lire ici un avis étayé a minima

- réponse à Nils : je ne crois ni pragmatique ni démocratique d'ostraciser le FN. Je ne comprends pas qu'on écarte ou qu'on préconise d'écarter un parti qui emporte depuis 20 ans plus de 10% des suffrages. Si on l'avait pris au sérieux depuis le début au lieu de le boycotter en le diabolisant, peut-être qu'il n'en serait pas là. Je tiens que la prétendue super-habileté de son ex-leader est un mythe historique des 80's et des 90's. Ce mythe est nourri de sa grande énergie personnelle et de son fantastique culot rhétorique, nourri de démagogie et de déni de réalité, qui lui a permis de remplacer Georges Marchais. Mais aussi, il n'a pu prospérer que par la démission générale du monde journalistique dont les cris d'orfraie l'ont finalement considérablement servi. Noël Mamère lui-même n'était plus journaliste mais élu quand on l'a vu écrabouiller en direct Le Pen dans une rencontre bien préparée, donc centrée sur son programme. Au contraire de ces débats à la loyale, je ne crois pas que le boycott pour raisons morales (forme de la censure) soit un outil de débat digne d'une démocratie.

- question à Nils : en quoi le FN a-t-il été fasciste ou nazi, et en quoi l'est-il encore ? La méfiance envers les immigrés n'est le trait caractéristique d'aucun des deux. Je pense que cet étiquetage diabolique n'aura servi, en 30 ans, qu'à évacuer le vrai débat et à retarder le mûrissement des quelques idées sensées dont le FN est/fut porteur, ou peut-être simple agitateur.

- réponse à Nils : pour moi ça ne fait pas de doute que le FN est un parti comme les autres. Mais comme quels autres ? Eh bien il est loin d'être crédible politiquement comme le sont les partis de gouvernement car on voit bien que son personnel politique pas plus que son idéologie de fonds ne réunissent les personnalités nécessaires. Il est plutôt bien placé comme parti populiste contestataire, systématiquement dans l'opposition (cela dès sa création et bien avant 1981), opportuniste tribunicien avec la mauvaise foi et l'absence totale de complexe qui lui permet d'aligner les pires énormités et de bousculer sans vergogne les tabous, et tant mieux. Ce qu'on peut regretter, c'est qu'en face on lui ait si peu opposé les valeurs, et le bon sens, y préférant les cris de morale indignée et les effets de mauvais théâtre. Le refus catégorique du racisme eut pourtant été un bouclier suffisant, à condition d'aller au bout de la démarche, et non de migrer vers l'outrance en pratiquant l'amalgame à la louche.

33
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Mar 13 Déc 2011, 08:47

Nessie lorsque je dis que Mlle LE PEN a été brillante, je ne parle évidemment pas du fond mais bien de la façon magistrale avec laquelle elle a menée nos trois nigauds là où ELLLE a décidé de les mener. Oui Brice Couturier a écopé tant qu'il a pu, en vain, M. HUERTAS s'entêtant à faire couler la barque.

Il y a 30 ans j'avais une compagne d'école dont les parents étaient frontistes : ma première rencontre avec le FN. Papa dirigeait une entreprise qui fabriquait des machines servant aux doublages des films, maman était fille et petite-fille de propriétaire terrien, papa avait fait une école d'ingénieur, maman avait une petite licence de lettres, histoire de se trouver un bon mari. Donc ici pas de famille pauvre, ni inculte. Je me souviens qu'ils détestaient De Gaulle et qu'ils disaient qu'avec Le Pen l'Agérie serait restée française.

Autre expérience : quelqu'un,qui m'est très proche, petit pavillon dans le 93 (dont je suis orignaire), immigré en 1962, arrivé une main devant une main derrière comme on dit chez moi, ouvrier en bâtiment à la retraite. Son épouse faisait des ménages. Jolie retraite, ils font de l'aquagym, vont danser dans les thés dansants, mignons comme tout. Ils votent LE PEN. Parce qu'ils n'en peuvent plus de se faire traiter de "bâtard" à tout bout de champs, qu'ils ne comprennent pas pourquoi des jeunes femmes portent le voile "comme au pays" eux qui ont fait tant d'effort pour "devenir français", parce qu'il n'en peuvent plus de voire des jeunes gens glander au centre commercial et se balader en belle voiture. Non ce n'est pas un stéréotype, allez faire un tour à Aubervilliers, du côté du Fort ou bien à Pantin, aux Courtillières....
Et puis il y a mon voisin qui dit "LE PEN a raison, si on les laisse faire, bientôt à la place de notre oratoire, on aura un minaret..." Dans mon village nous sommes 715 habitants et le seul arabe c'est mon pote Rachid qui est chercheur au CNRS.

Voilà, tout ça pour dire que la stigmatisation de l'électorat LE PEN est une aberration. Cet électorat c'est votre copain de salle de gym, votre voisin qui promène son chien, e professeur de votre gamin, la mémère qui est amoureuse depuis 50 ans de Drucker, l'ouvrier qui gagne une misère pour un boulot pourri dans une usine inhumaine, le gamin qui a bac+5 et qui travaille à réassortir les rayons du Super U de Chateauneuf-sur-Loire...
Les raisons qui motivent une approbation aux déclarations du FN sont multiples, et c'est là toute la gageure des journalistes, experts, politiques.

34
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Mer 14 Déc 2011, 11:07

Sur ce post je part du postulat que le FN n'est pas un parti acceptable en république.
Mais il ne s'agit pas ici de polémiquer sur la nature des différentes démagogies pratiquées par ses leaders, ou de jauger la compétence de tel ou tel journaliste. J'essaie d'engager le débat sur la façon d'aborder au mieux ce phénomène (qui dure depuis 40 ans) dans les médias.

Est -ce possible de ne pas tomber dans le "batelage"(Tarki) avec de tels invités ? Le FN est forcement un sujet brûlant et comme le souligne Marie-Roy, c'est le terrain de prédilection pour éluder et détourner l'attention de son fond idéologique.

Pour répondre à Nessie:
- sur l'aspect anticonstitutionnel de la préférence nationale (je suis loin d’être un spécialiste) : le programme du FN établit des distinctions entre les catégories de citoyens. Selon lui il y a les "citoyens d'origine" et "les citoyens d'origines étrangères". Constitutionnellement lorsque l'on a acquis la citoyenneté Française on est un citoyen Français, point final. Il favorise également certains Français pour les aides sociales, en prônant une protection spécifique pour le "citoyen d'origine étrangère" selon des critères dont je vous laisse imaginer le parfum. Le Fn encourage a des ostracisme divers et variés dont je ne dresserai pas la liste ici.
Toute ces mesures s'opposent à l'article 2 de la constitution, celui qui reprends particulièrement les principes des droits de l'homme.

nota: cela n'est pas que l'apanage du FN. L'UMP verse aussi dans ces options Exemple: "la gauche arrivée par effraction au pouvoir depuis 97" alors qu'elle a été élue démocratiquement.

-sur l'aspect fasciste et néo fasciste du FN : il est issu de "l'ordre nouveau", mouvement dissout qui n'avait rien à envier aux ligues factieuses des années 30 , comptant parmi ces membres des Pétainistes, négationnistes, antisémites notoires. Certains aujourd'hui occupent de grandes fonctions gouvernementales ( ministre de la défense).
Jean-Marie Le Pen n'a pris le relai de ce substrat particulier, avec les épisodes que l'on sait. Sa fille se saisi à son tour du témoin en déclarant: "j’assume tout".

(à suivre)

35
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Mer 14 Déc 2011, 15:08

" Nils : nota: cela n'est pas que l'apanage du FN. L'UMP verse aussi dans ces options Exemple: "la gauche arrivée par effraction au pouvoir depuis 97" alors qu'elle a été élue démocratiquement."

Même chose pour les partisans de gauche qui n'ont de cesse de remettre en cause la légitimité de M. SARKOZY, lequel, rappelons-le a été élu haut la main au suffrage universel "je ne reconnais pas SARKO comme mon président, parce que moi je ne l'ai pas choisi", avons nous pu entendre encore récemment sur le répondeur de M. MERMET. No

Nils même si votre argumentation est la bonne, encore une fois, nous sommes ici dans un débat de gens qui pour mille et une raisons ont la possibilité de comprendre ce que disent les propos, les faits, les amalgames frontistes. Mais vous le savez bien, que beaucoup ne peuvent pas, ne peuvent plus. Vous ne pouvez plus bâillonner un parti qu'il soit ou non comme les autres, qui représente plus de 13 % de la population d'un pays. C'est trop tard, et surtout jusqu'à présent personne d'autre n'a osé prendre à bras le corps des vérités qui dérangent. Et pour lesquelles seules le Front National apporte des réponses, qu'elles soient détestables (à mon sens évidemment) ou pas.
Moi ce qui m'afflige, c'est que dès qu'une personne médiatique ose s'aventurer sur la dénonciation de l'abandon de la "France d'en bas" par nos élites, il est forcément taxé de vouloir marcher sur les pas du FN. Alors que fait-on ?
Nous nous laissons gaver d'inepties, de bonheurs tenant au fait de posséder le dernier smartphone ou le même écran plat que celui de la pub. Marx pensait que la science deviendrait après la religion, l'opium du peuple. Il s'est trompé : c'est la consommation qui est devenue notre grand gourou. Alors comment voulez-vous faire entendre vos arguments posés et construits au milieu du vacarme des centres commerciaux ? Non il faut débattre, débattre et débattre encore, pousser le FN et ses abjections jusqu'au précipice et l'y faire tomber. Alors il nous faut des journalistes de grand talent, qui n'aient pas été biberonnés au lait du futile, du buzz, de la petite phrase qui fait mouche, du "vu à la télé".

36
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Mer 14 Déc 2011, 16:54

[quote=

(...) Vous ne pouvez plus bâillonner un parti qu'il soit ou non comme les autres, qui représente plus de 13 % de la population d'un pays. C'est trop tard, et surtout jusqu'à présent personne d'autre n'a osé prendre à bras le corps des vérités qui dérangent. Et pour lesquelles seules le Front National apporte des réponses, qu'elles soient détestables (à mon sens évidemment) ou pas.
Moi ce qui m'afflige, c'est que dès qu'une personne médiatique ose s'aventurer sur la dénonciation de l'abandon de la "France d'en bas" par nos élites, il est forcément taxé de vouloir marcher sur les pas du FN. Alors que fait-on ?
Nous nous laissons gaver d'inepties, de bonheurs tenant au fait de posséder le dernier smartphone ou le même écran plat que celui de la pub. Marx pensait que la science deviendrait après la religion, l'opium du peuple. Il s'est trompé : c'est la consommation qui est devenue notre grand gourou. Alors comment voulez-vous faire entendre vos arguments posés et construits au milieu du vacarme des centres commerciaux ? Non il faut débattre, débattre et débattre encore, pousser le FN et ses abjections jusqu'au précipice et l'y faire tomber. Alors il nous faut des journalistes de grand talent, qui n'aient pas été biberonnés au lait du futile, du buzz, de la petite phrase qui fait mouche, du "vu à la télé".[/quote]

Il est clair que la gauche a laissé tomber son électorat populaire. Ce sont les ouvriers qui votent en masse pour le FN (plus de 40% d'après ce que j'ai entendu ce matin sur FC). La gauche peut être tout aussi populiste que la droite.
Est t'il pertinent de débattre avec une bateleuse ? Si on n'invite pas le FN,il se place en victime, si on l'invite c'est le match de boxe et il est impossible de débattre avec lui (parfois on l'invite et il refuse de venir aussi).
Décortiquer la tête froide, les rouages d'un tel mouvement me parait plus prteur. Mais c'est souvent aux personnes converties à qui l'on prêche (jeudi 15 dec. "Marine le Pen" Caroline Fourest et Fiammeta Venner F2 23h15').

37
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Jeu 15 Déc 2011, 17:39

Merci de votre réponse Nils.

Je ne vois toujours pas en quoi il serait impossible de débattre avec succès contre le Fn ou plutôt avec son meilleur leader du moment. Ce que nous observons, c'est que la scène est rarissime. Mais comme il existe des cas où ça a marché, ce qu'on devrait supposer, plutôt qu'impossible, c'est qu'il faut savoir s'y prendre, que la chose est difficile et certainement coûteuse en temps de préparation, or le temps est bien la ressource rare du journaliste.

Garder la tête froide et décortiquer, c'est évidemment l'attitude à tenir. Je vais donc tenter de décortiquer d'un pas en plus vers l'avant cette question de la non-constitutionnalité que vous avez soulevée. Je le fais avec le souci d'en améliorer la compréhension, au moins pour moi.

Vous avez cité la préférence nationale. Mais le principe de préférence nationale ne fait pas de distinction de droits entre certaines catégories de français car, comme son nom l'indique, il ne demande des droits différents (pour bénéficier de certains services) qu'entre les gens qui sont français et ceux qui ne le sont pas. Il me semble qu'on confond ici le critère de la nationalité et le critère des origines de la personne. C'est d'ailleurs ce qu'indique clairement la suite de votre réponse.

Dans notre démocratie, on ne peut pas interdire une idée, aussi répugnante soit-elle. Je pense notamment au racisme profond, que je crois présent chez seulement une très petite quantité de français, et pour la plupart ce sont des gens peu éduqués. La notion de "français de souche" n'est pas un danger ni une incartade constitutionnelle si on la contient là où elle doit être contenue. Le fait que certains français se revendiquent "français de souche" est non seulement conforme à la réalité objective (et pas seulement à leur rêve d'une quelconque "pureté") mais aussi conforme à leur droit le plus strict : leur droit identitaire. Après, que ce fait-là soit une représentation sociale donc construite, c'est certain mais ça ne la rend pas fausse pour autant. Le fait que des idéologues de la division sociale exploitent cette image ne la rend pas fausse non plus, mais s'il y a une limite à poser explicitement, il me semble qu'elle est là. Dans une démocratie dotée de la Constitution qui est la nôtre, ce sont les distinctions des droits des citoyens -qui ne sont plus des idées mais des dispositions juridiques, donc effectives et concrètes- qui sont en jeu. Or j'ai beau chercher, je ne trouve pas dans le programme du FN cette distinction de droits entre citoyens tous français mais tenus pour des français différents selon leur souchéïtude. Pourriez-vous nous donner un lien en référence svp ?

Enfin, pour rester fidèle au titre du fil, on constate que le FN prend aisément en défaut les idéologues de gauche qui défendent les identités (sans avoir très bien réfléchi à la signification de la chose) mais qui piétinent celle de millions d'électeurs. J'ai toujours pensé que l'abandon du modèle d'assimilation était une lourde erreur. Aujourd'hui, ceux qui osent encore défendre l'assimilation se trouvent taxés de proximité avec le FN, ce qui est un comble quand par ailleurs on dénonce le concept de "français de souche". Eh bien c'est sur des contradictions de cet ordre que le FN surfe. Autre exemple : les médias ont fait le jeu de Marchais pendant des années : plus sa prestation télévisée apparaissait ridicule aux gens éduqués, plus les sondages montraient qu'elle avait fait monter sa cote. Avec Marine Le Pen, on fait la même erreur : plus on lui rentre dans le lard, plus on la laisse étaler avec agressivité une logique populiste simplette, plus on verra s'y accrocher l'électeur influençable, le même qu'on vient par ailleurs de stresser à mort pendant tout le reste du Journal, comme les 365 jours qui précèdent. Notez bien qu'on ne l'a pas stressé pour le manipuler idéologiquement, mais pour attirer son audience, car la frousse est un bon produit médiatique. Il faudrait donc que nos journalistes pèsent un peu mieux le poids et les conséquences de leur conduite en tant que producteurs d'information... ou de soupe légèrement parfumée d'information. La recommandation première à donner aux journalistes pour rencontrer Marine Le Pen (mais aussi tout autre leader populiste, que ce soit Besancenot il y a peu ou Marchais il y a longtemps) c'est de resserrer un peu les boulons de leur réflexion, de rendre aux mots leur signification, et de savoir cadrer un débat dans le sens de la clarté et de la pertinence. Je suis prêt à parier que 95% d'entre eux ignorent le sens même du mot, qu'ils rapprochent probablement de "impertinence". Pauvres gens qui nous désinforment. Et pauvres désinformés que nous sommes....

38
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Sam 17 Déc 2011, 12:12

@Marie-Roy a écrit:" C'est trop tard, et surtout jusqu'à présent personne d'autre n'a osé prendre à bras le corps des vérités qui dérangent. Et pour lesquelles seules le Front National apporte des réponses, qu'elles soient détestables (à mon sens évidemment) ou pas..

Imaginons un enfant qui doit choisir entre deux chemins, il demande à un adulte lequel choisir, celui ci lui répond de prendre un chemin qui se termine par un précipice. Certes l’enfant a obtenu une réponse mais à ce compte là n'importe qui sur n'importe quel sujet peut apporter une réponse

je peux moi, qui n'ait pas fait d’études poussées vous répondre sur des problématiques liées à la physique nucléaire. c'est à dire je peux vous répondre n'importe quoi, mais je vous aurez donné une réponse.

il ne suffit pas de dire que le FN donne des réponses à des problèmes existants pour faire de celui ci je ne sais quel courageux partie qui n'aurait pas peur de donner des réponses.

Car donner des réponses mauvaises peut, comme pour l'enfant qui demande son chemin plus haut, s’avérer plus grave que le problème lui même.

c'est pourquoi critiquer le fait de dire que le FN est un partie dangereux pour la nation et qualifier ( ce n'est pas votre cas ) de naïfs et d'aveugles les gens qui pointent ce danger me semble un peu court.

Il y'a peut être des problèmes de sociétés qui demandent autres choses que des réponses simplistes. Surtout quant ces "réponses" s’avèrent fausses et dangereuses.

Autre chose. Je ne crois pas que l’écoute de France Culture soit réservé à une classe sociale disons autre que la classe populaire. Comme je l'ai dis plus haut je n'ai pas fait beaucoup d’étude , je suis issus d'un milieu ouvrier et j’écoute France Culture depuis plus de 30 ans. Parce que cette radio est pour moi faite avant tout pour vulgariser la connaissance et donner l'envie d'apprendre.

c'est pourquoi des émissions de fonds , solidement documentés, et accessible à n'importe quel publique valent mieux que des shows en directs ou comme je l'ai dit, une bête de music-hall vient à bout de n’importe quel journaliste. A moins de tomber sur un journaliste qui à autant de bagout et qui connait plus de vieilles ficelles du métier.

Ce fut le cas par exemple du fameux débat entre le rusé et retors Nixon et de l’interviewer David Frost qui venait lui aussi du show-business. Ce fut pour une fois Nixon qui perdit le débat.

39
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Sam 17 Déc 2011, 14:13

@terki a écrit:
- un chemin qui se termine par un précipice
- donner des réponses mauvaises
- ces "réponses" s’avèrent fausses et dangereuses.

Oui. Mais si vous ne montrez pas que tel est le cas des réponses du FN, vous n'avez rien dit. C'est comme le raccourci qui consiste à le taxer de nazisme ou de fascisme : si ça n'est pas étayé par une démonstration et des exemples (pris dans le contenu, je sais que ça vous est cher) , eh bien ça n'apporte rien au débat.

Par ailleurs, je ne sache pas que Marie-Roy se soit positionnée en faveur des réponses que le FN donne à des peurs populaires (celles qui sont agitées par les idiots des partis de gouvernement, qui ainsi enfournent toute l'année des bûches dans la chaudière FN). J'avais cru lire dans son post une tentative de comprendre la séduction du FN, et non de justifier les thèses du FN.

Tenter de comprendre plutôt que de juger.
(Il est vrai que cette radio de consignes de vote ne nous en donne guère l'exemple)

40
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Sam 17 Déc 2011, 15:37

je ne crois pas avoir écrit que je pensais que Marie-Roy se positionnait en faveur des réponses du FN. A aucun moment.
Mon post se concentrait sur le fait qu'il ne suffit pas de dire que le FN apporte des réponses, pour faire de lui un partie qui " aborde les problèmes que d'autres ne veulent pas aborder". C'est un sujet de philo ça : qu'est ce qu'une réponse.

Quant à décortiquer point par point le programme du FN je ne crois pas que ce soit le sujet de ce post initié par Nils . Mais vous pouvez si vous le voulez en créer un , j'y participerais volontiers . le raccourci que vous mentionnez , sur le fascisme...le nazisme, ne me concerne pas. car je me cite moi même :

c'est pourquoi des émissions de fonds , solidement documentées, et accessibles à n'importe quel publique valent mieux que des shows en directs

c'est tout ce que je dis par rapport au sujet du post : Interwiewer Mme Le Pen.







41
Répondre en citant  
Re: Interwiewer Mme Le Pen - le Sam 17 Déc 2011, 18:54

@terki a écrit:[...] il ne suffit pas de dire que le FN apporte des réponses, pour faire de lui un partie qui " aborde les problèmes que d'autres ne veulent pas aborder".
Au contraire, je crois que cet énoncé se tient très bien lui-même, qu'il est cohérent en soi et complet, et qu'il n'est pas plus superficiel que les propos qui visent à déconsidérer un parti politique pour lui retirer l'accès aux médias.

@terki a écrit:[...] c'est pourquoi des émissions de fonds , solidement documentées, et accessibles à n'importe quel publique valent mieux que des shows en directs [...]
c'est tout ce que je dis par rapport au sujet du post : Interwiewer Mme Le Pen.
Ici j'abonde, et j'ajouterai alors, pour reprendre une de vos formules, qu' "il ne suffit pas de" préconiser cela, (qui est le B-A-BA du journalisme) pour répondre à la question de Nils "comment aborder l'extrême-droite en général dans les médias et en particuler Mme Le Pen ?" (mais au fait, qui d'autre ?).

Je note bien que vous n'aimez pas entendre des âneries en Direct. Moi non plus, c'est pourquoi la première moitié de cette matinale m'a semblé lamentable. La seconde en revanche, se rapprocherait de ce que vous préconisez, et c'est Marine Le Pen qui s'est mise à envoyer des bourdes. Signe que la préparation de Brice Couturier était déjà plus adéquate.

Par contre, je crois qu'il faut conserver le direct. Comme nous sommes dans le domaine des idées et des préconisations politiques, la mise en discussion est indispensable, faute de quoi on tombe dans le travers idéologique déjà bien présent sur cette chaîne avec ses émissions de docu et de reportage : la pensée unique à la sauce FC.

Alors pour revenir à la question que pose Nils, que penseriez-vous de donner à Marine Le Pen des interlocuteurs capables de lire son programme et de lui en parler sans l'agresser ? Bref le contraire de ce qu'a fait Huertas. Et où les trouve-ton sur FC, ces interlocuteurs ? Certainement pas parmi les idéologues de la ligne maison...

Interwiewer Mme Le Pen     Page 4 sur 6

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum