Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

France Culture et la critique    Page 1 sur 3

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
France Culture et la critique - le Ven 11 Nov 2011, 10:46

L'intolérance à la critique est un symptôme de régression démocratique.



Ce forum s'est donné pour objectif de rendre aux auditeurs de France Culture un espace d'expression critique qui serait à la fois :
- ouvert en lecture publique, contrairement au courrier d'auditeurs.
- indépendant de la chaîne, au contraire des espaces contrôlés que sont le site de FC où les remarques dérangeantes sont couramment liquidées, les pages face-book de FC où ces remarques peuvent se trouver subitement censurées, le vasistas du médiateur et maintenant le répondeur de la Dispute)

De même que le programme, la critique n'existe que si elle est reçue par ceux à qui elle est destinée. Or nous savons que les critiques envoyées à France Culture sont lues : aussi bien le courrier des auditeurs, que les remarques exprimées dans ce forum et ailleurs ; mais qu'en est-il de la compréhension accordée à ces voix critiques par les cadres de la chaîne ? Pour en juger, voyons leur réaction.

Ce fil est ouvert pour traiter de la réponse donnée aux critiques de France Culture, qui s'expriment ici et là ; pour donner à cette réponse écho et commentaires. Le fil est ouvert aussi bien à l'intention des auditeurs satisfaits de l'écoute dont FC aura fait preuve, qu'à ceux veulent exprimer leurs doutes sur la sincérité et la bonne volonté de cette réception.



Quant à ceux qui jugent -à raison- que la déclaration placée en tête de ce post vaut aussi pour ceux qui critiquent, ils sont incités à lire et à enrichir le fil Critique de la critique, où l'on s'efforce de trier entre la critique sincère du programme, et d'autres pratiques qui, sous couvert de parler radio, ressortissent davantage au défoulement ou à l'agression, choses qu'ici on juge peu pertinentes sinon carrément stériles.

2
Répondre en citant  
Syntone nous informe.... - le Ven 11 Nov 2011, 12:53

3
Répondre en citant  
La critique à ''Tire ta langue'' - le Sam 12 Nov 2011, 16:29

Suite à l'émission "Tire ta langue" du 06.11.2011 : Quelle langue pour une radio de service public ?
Avec Jérôme Bouvier, journaliste, médiateur de Radio France et président de l'association Journalisme et Citoyenneté,

j'ai écrit sur le site de l'émission le 08.11.2011 :

Jean C
"Pas très punchy notre médiateur, ou, en bon français, pas du genre emmerdeur : "je n'ai pas d'opinion, je n'ai pas de légitimité, je constate, je ne suis qu'un petit porteur des messages de nos chers auditeurs…".
Au moment où France Culture se veut plus trendy, sexy, mainstream que jamais (why not puisqu'audience oblige), on peut s'attendre avec une telle profession de foi du médiateur-alibi que les messages critiques des chers auditeurs demeurent peanuts, comme ils l'ont toujours été.

La langue sur les radios de service public est aussi celle qu'on peut lire sur les sites correspondants, et une émission sur le sujet serait bienvenue.
Sur le site de France Culture, on est servi : style boursouflé, clichés à gogo, fréquentes coquilles et/ou fautes, phrases bancales, ponctuation fantaisiste ou inexistante.
Un seul exemple :" Le rendez-vous du médiateur" du 13 octobre dernier, niché dans un obscur recoin du site de France Culture. So what ? Puisque personne ne lit cette prose… et sûrement pas vous, Monsieur Perraud."


Réaction du producteur Antoine Perraud le 09.11.2011 :

Antoine
"Il suffirait, peut-être, que vous fussiez moins anonyme pour que votre propos se révélât plus crédible, ô dénonciateur masqué !..."
-------------
L'essentiel pour Antoine Perraud est de chiader la forme (loger deux imparfaits du subjonctif dans une phrase) ; et s'il n'y a pas de fond, c'est de ma faute CQFD.

4
Répondre en citant  
Re: France Culture et la critique - le Mar 15 Nov 2011, 09:32

@Jean C a écrit:

Réaction du producteur Antoine Perraud le 09.11.2011 :

Antoine
"Il suffirait, peut-être, que vous fussiez moins anonyme pour que votre propos se révélât plus crédible, ô dénonciateur masqué !..."
-------------
L'essentiel pour Antoine Perraud est de chiader la forme (loger deux imparfaits du subjonctif dans une phrase) ; et s'il n'y a pas de fond, c'est de ma faute CQFD.

La réponse d'Antoine Perraud repose sur un raisonnement captieux ( y'a pas que lui à connaître des mots compliqués ! ) car en quoi le fait que vous ne donniez pas votre état civil invaliderait la véracité et la crédibilité de vos propos ? C'est une pure formule rhétorique pour ne pas répondre sur le fond du sujet, tout en donnant une réponse de pure forme.

5
Répondre en citant  
Re: France Culture et la critique - le Mar 15 Nov 2011, 09:52

"L'ACR a été lui aussi touché par une disgrâce tout aussi abrupte, mais moins prévisible. Deux saisons après avoir fêté ses quarante ans d'existence, l'emblématique essai sonore - parfois controversé pour ses choix esthétiques et ses castings - ne sera plus diffusé qu'une fois par mois, au lieu de quatre. Priés de laisser les commandes, ses deux producteurs Franck Smith et Philippe Langlois n'ont pas retrouvé de case fixe. Leur sont reprochés une audience trop faible et des podcasts trop peu nombreux.

France Culture... du chiffre ? Seul décisionnaire, le directeur Olivier Poivre d'Arvor a déplacé ailleurs l'ambition et les moyens pour sa radio : vers les villes-mondes, Frédéric Taddeï, les lectures de Lucchini... "Il y a aura plus de création sonore sur Culture", clamait-il à la rentrée. Promesse non tenue."

Voici un extrait de l'article publié dans "Les inrocks" et auquel OPA a cru indispensable de faire répondre par un texte tout en langue de bois.
"France Culture ... du chiffre ?" Justement, oui, on aimerait bien en avoir du chiffre, histoire de savoir une fois pour toutes s'il est encore important d'essayer de se battre pour la spécificité de cette radio ou s'il ne vaudrait pas mieux s'en désintéresser une bonne fois pour toutes.

A savoir, que veut-il en faire OPA de France Culture ? Un organe médiatique de plus, sans plus d'ambition que ses camarades, soit une radio prescriptive, bonne à ânnoner la même chose que tout le monde ?

Et puis parlons-en des chiffres. Je serais bien contente de les connaître les résultats des nouvelles émissions made in OPA. Quel taux d'audience, quel taux de podcasts ont-elles, ces "Villes Mondes", ces "Tête à Tête", ces "Disputes" et autres "Atelier" d'Aurélie Charron ?

Je crois que toute la question de la stratégie d'OPA est là. Soit ces émissions mainstream marchent et adieu la culture. Dans ce cas, il faudrait que la radio arrive à attirer à elle toute une frange de la population pour qui la culture relève de "l'occupation", d'une sorte de divertissement, proche du loisir, socialement valorisante, relevant d'un intérêt vague, de ce qui se fait, pour faire bien.
Non que je ne croie pas que la culture n'ait pas à faire avec le plaisir mais dans cette approche purement sociale, davantage que de plaisir, il est, je crois, question de conformisme des goûts et de des pratiques, voire de mise en conformité des goûts et des pratiques.
Si OPA y parvient, tant mieux pour lui, c'est un bon épicier.

Autre solution : les auditeurs de France Culture ne trouveront pas leur bonheur dans ces modifications. D'où désintérêt pour cette radio. Par ailleurs, pas d'intérêt marqué pour l'épicerie culturelle non plus qui n'aurait pas de public vraiment demandeur.
Résultat : échec.

Autre question : je me demande si (sauf pour lourder qqn qui dérange ou n'est plus utile), OPA en a réellement qqch à faire, des chiffres ... Je me demande si ce qui prime ne serait pas plutôt le discours servi, l'enrobage, la promotion du truc dans l'air du temps, "participatif", "ouvert", etc. Quitte à ce que ce ne soit que du vent mais du vent qui souffle dans le sens qui l'arrange.

Et enfin, tant qu'à parler chiffres, il faudrait parler aussi de rentabilité. A savoir de gestion de la radio. Ainsi; Taddéï ne fait pas mystère de son goût de l'argent. Reçoit-il des émoluments supérieurs à ses confrères pour sa prestation hebdomadaire ? Si celle-ci n'intéresse que peu de monde, quel mauvais calcul de la part de la direction ! Idem avec "Les villes-mondes" dont le principe même doit être bien coûteux. Si cette série promise à entrer dans l'histoire (pour reprendre les propos d'OPA, "série patrimoniale) n'est, en fait, qu'une longue pub pour agence de voyage qui indiffère tout le monde, quel autre mauvais calcul !

6
Répondre en citant  
Commenter sur France Culture - le Dim 12 Fév 2012, 07:15


Bonjour à tous,

C'est mon premier message ici. N'écoutant de radio pratiquement que France Culture, j'espère ne pas trop détoner. Ma mémoire des émissions est lacunaire, et je ne me suis pas rendu compte aussi bien que certains d'entre-vous de l'évolution de la station. Pourtant je me reconnais assez dans beaucoup de jugements qui sont portés ici.

Alors j'en viens au sujet. Sur Internet, je navigue entre des forums et Facebook, échangeant ici, rédigeant là, mais toujours trouvant au moins l'occasion de dire un mot, de faire un petit commentaire.

Sur la page Facebook de France Culture, j'ai été étonné de constater que les annonces qui étaient faites, si elle recueillaient des suffrages (bouton J'aime), ne suscitaient, sauf exception, que très peu de commentaires, ou juste du genre : coucou, j'adore.

Sur le site de France Culture maintenant, j'ai constaté que pour certaines émissions on pouvait laisser des commentaires (parfois argumentés et développés), et que pour d'autres non.

Alors je me suis amusé à établir une liste des unes et des autres, parmi celles qu'il m'est arrivé d'écouter vraiment (pas juste en bruit de fond).

Émissions avec commentaires

Le magazine de la rédaction
La fabrique de l'Histoire
Des papous dans la tête
La marche des sciences
Du grain à moudre
Les matins
Les nouveaux chemins de la connaissance
Place de la toile
Planète terre
Le rendez-vous
Les retours du dimanche
Science publique
Sur les docks

Émissions sans commentaires

Continent sciences
Concordance des temps
Métropolitains
L'esprit public
La grande table
Les lundis de l'Histoire
Questions d'éthique
Répliques
La rumeur du monde
Le salon noir
La suite dans les idées
Soft power
Avec ou sans rendez-vous
Le bien commun

7
Répondre en citant  
France Culture fachée avec Internet - le Dim 12 Fév 2012, 08:46

Jusqu'à présent, il faut reconnaitre que FC n'est pas trés à l'aise avec ce formidable outil qu'est l'Internet. Outre les nombreux problêmes techniques, il me semble qu'il n'y ait pas de véritable stratégie. Comme vous le dîtes, certaines émissions offrent la possibilité de commentaires, d'autres non. On ne sait pas pourquoi. Même dans celles qui les ont, les commentaires ne sont pas toujours accessibles (Chroniques des Matins).
Un autre "cas" est celui des Nouveaux Chemins, qui restent, par leur objet, mon émission préférrée (Encore plus depuis le départ d'Einthoven). Les commentaires de cette émission sont parfois "bizarres" avec des intervenants qui rabachent, d'autres qui prêchent, etc..
Ceci dit, ce principe interactif avec les auditeurs ne doit pas être facile à gérer pour les producteurs. Si ses avantages sont évidents, entre le controle des commentaires et les possibilités de réponses, cela doit prendre beaucoup de temps et d'énergie.
En fait, quoique l'on pense de lui, le plus réactif en ce domaine est notre Nessie!
Conclusion: potentiellement enrichissante, cette interactivité réclame un effort de tous les participants. A ce stade, je suis un peu déçu. (Et je m'inclue dans cette décéption: je tatonne.)

8
Répondre en citant  
Re: France Culture et la critique - le Dim 12 Fév 2012, 09:40

Bonjour Alain,
Si à France Culture la prise en compte des technologies de la communication s'avère défaillante, son organisation interne ne me semble pas brillante non plus.
Si certaines émissions n'offrent pas la possibilité de libres commentaires (avec les restrictions habituelles), c'est que les producteurs qui les contrôlent peuvent faire obstacle. Pour moi cela n'est pas admissible.
Certes je comprends certains d'entre eux, qui sont régulièrement l'objet d'attaques primaires auxquelles ils ne souhaitent pas répondre ni les voir se développer. Parmi ceux dont j'ai pointé qu'ils ne voulaient pas de commentaires, je pense notamment à Alain Finkielkraut, qui a souvent marqué sa distance relativement à Internet. Je ne comprends pas sa position mais j'ai beaucoup de respect pour lui. Il s'agirait d'y réfléchir. Partout le problème se pose des interventions indésirables et des solutions sont dans chaque cas apportées.
D'une façon générale, il me paraîtrait nécessaire de restreindre ce genre de privilèges auxquels auraient droit des baronnies au sein de France Culture. La gestion des commentaires devrait être effectuée au niveau global, de la même façon pour toutes les émissions, avec une censure ne portant que sur la forme, indépendamment des susceptibilités idéologiques des uns et des autres.
Par ailleurs, j'ai du mal à croire qu'au sein d'une maison aussi puissante, le temps et l'énergie nécessaire représenterait un problème si important.

9
Répondre en citant  
Peur de ''l'homme-masse'' ? - le Dim 12 Fév 2012, 17:30

Et bonjour Pieyre
Alain Finkelkraut a peut-être peur de "l'homme-masse" auquel il a consacré une émission entendue l'été dernier (Ortega Y Gasset). Je me retrouve trés peu dans les obsessions/peurs d'AF mais j'adore son émission car elle m'apprend beaucoup, en général. Mais AF attire beaucoup de haine et j'ai du mal à imaginer un forum consacré à Repliques.
Ce qui m'emmene au sujet de la censure et de la gestion d'un forum. Je suis trés libertaire au niveau des idées mais je reconnais les limites pratiques d'une liberté illimitée. Donc comment distinguer ce qui relève de la discussion musclée et ce qui relève de l'insulte, du racisme, etc.. ou pour utiliser une expression de rugby qu'est ce qui est "viril mais correct"?
Nessie m'a apporté quelques éléments de réponse sur un autre fil concernant ce site "Regards" mais le sujet, par définition, reste flou.
La meilleure solution est bien sur l'auto-gestion ou tous les intervenants sauraient rester dans le raisonable. A priori les auditeurs de France Culture devraient répondre à ce critère mais en lisant des réactions/commentaires sur les journaux en ligne du Monde, le Figaro ou Libération, il me semble que certains groupes s'infiltrent sur les réseaux Internet pour exprimer leurs idées (ou plutot leurs propagandes). Ici aux Etats-Unis, la situation est la même et je ne lis même plus les reactions tant elles sont "attendues" et une véritable perte de temps.
Je suis partagé (et frustré) sur ce sujet. Je vois bien les avantages et les limites de ces échanges mais je n'arrive pas à trouver de solutions. Peut-être des régles comme dans un club ou une association?

10
Répondre en citant  
Re: France Culture et la critique - le Lun 13 Fév 2012, 06:03

Comme ça je n'imagine pas non plus sur France Culture un forum consacré à l'émission Répliques. Mais je m'intéresse juste pour le moment aux commentaires apportés aux émissions tels que j'ai pu les voir sur le site. Or je n'en ai jamais vu plus de dix sur la même émission pour établir ma liste, même si j'ai pioché au hasard pour ne pas y passer trop de temps.

Je fais une digression. En parlant d'émissions, c'est bien sûr au sens des diffusions qui portent chacune sur un sujet particulier. C'est d'ailleurs étonnant qu'il n'y ait pas une façon concise de distinguer ce sens de celui de la série régulière de telles diffusions, série qui porte un nom et qui est généralement animée par la même personne. Ouf ! Et encore je dois en oublier pour que ce que j'ai écrit vaille définition.

Pour en revenir au sujet, tout dépend de la façon de valider, c'est-à-dire de censurer. Moi aussi je suis très libertaire. Mais je reconnais que, dans certaines circonstances, parce que les contraintes naturelles et les procédures de régulation implicites sont absentes, on se trouve tout étonné de constater que la liberté des autres ne peut plus être contenue.
Je vais voir ce qu'en dit Nessie mais, a priori, si une personne à laquelle, en fonction des valeurs du lieu, on reconnaît une autorité, est capable de tout lire avec un œil exercé, eh bien qu'on lui confère le droit de trancher. Reste qu'il faut parfois sans doute motiver ses décisions, voire répondre aux contestations de certaines personnes censurées, ce qui prend aussi du temps et de l'énergie. Et puis, s'il est nécessaire qu'il y ait plusieurs relecteurs, c'est comme dans l'enseignement : pour ne pas qu'on soit accusé de faire deux poids deux mesures, il faudrait à la limite qu'il y ait des réunions d'harmonisation au sujet des cas litigieux.
Par ailleurs l’autogestion j'y crois, oui, mais seulement dans la mesure où il y a, comme ce que j'ai dit auparavant, de ces contraintes naturelles ou de ces procédures implicites (ou non) qui jouent. Il y a une expérience de pensée qui s'applique ici... qui dit en substance que si on pouvait faire ce qu'on voulait en toute impunité, on commettrait tous les crimes. Le pronom indéfini correspond au cas général, ce qui n'exclut pas les exceptions, mais je peux imaginer que les auditeurs de France Culture comme les autres se livrent à des débordements inadmissibles.

Quant au cas des activistes qui pourraient s'infiltrer, je reconnais qu'il pourrait poser problème dans le cadre simple que j'envisage. Une personne suffisamment intelligente et motivée peut sans doute manipuler, voire détruire un groupe. Si on ne dispose pas d'un relecteur à sa mesure, autant prier qu'un tel pervers n'arrive jamais !

France Culture et la critique     Page 1 sur 3

Haut de page ?   

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum