Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï    Page 3 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Dim 04 Déc 2011, 22:12

Rappel du premier message :

Atterrant Taddeï

Je souhaiterais profiter de ma découverte de votre site pour y exprimer la sérieuse inquiétude que m’inspire la présence, depuis septembre 2011, de l’émission de ce monsieur Taddeï intitulée « Tête à tête ». C’est que le glissement progressif de France culture vers le bas que votre serviteur croit pouvoir observer depuis quelques années (avec, surtout, les nouveaux représentants du culturel chic-branchouille-décontract’ – mais aussi, quand même, quelques résistances et heureuses nouveautés) – cette pente douce, donc, me semble présenter ici une inclinaison sensiblement plus brutale.
Je fus d’emblée frappé, au soir de la Première, par le fait que le bonhomme ne daigna aucunement introduire la nouvelle émission – l’évidence de celle-ci semblait s’imposer tout naturellement, en lieu et place de ce qui la précédait (Blandine Masson, décalée d’une heure). Mais d’ailleurs, me suis-je dit ensuite, c’est bien là le signe, involontairement traduit par cette attitude, de ce qui caractérise principalement l’objet : l’effrayante platitude du propos (et sa bonhommie) – quelque chose d’aussi vide de concept et d’aussi ostensiblement mondain…
N’étant pas détenteur de cet objet d’aliénation de masse qu’est la télévision, ce n’est que plus tard que je réalisais à quel point le gaillard était bien connu (il est d’ailleurs amusant d’observer qu’il semble si occupé et imbu de sa notoriété toute médiatique que celle-ci semble être ici le nœud même du propos…) – me détournant alors spontanément et résolument de l’objet lui-même (sur quoi il convient bel et bien de ne surtout pas s’étendre en analyse), je revenais alors à cette question initiale qui s’imposa instantanément à mon esprit, où je m’interrogeais  sur ce qui avait bien pu doncprésider à la programmation d’une telle émission : quelle situation d’aimable trinquerie  à l’occasion de quel cocktail ultra-sélect ? – brossons-nous le tableau … (à l’instar du roman interactif des Papous, je transmets volontiers ici le relai du récit) ; la platitude même de la chose me forçait à imaginer ce que dissimulait son installation en ce lieu ; j’en vins à envisager le phénomène de cette émission comme se réduisant aux enjeux relationnels dont elle résultait.

EC
* * *

21
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Jeu 23 Fév 2012, 21:16

D'abord merci Barnabé d'avoir posté ça, cela met un terme à mes doutes sur l'hypothèse de branlettes intellectuelles au sommet des sphères culturelles.
Atterrant Taddei, non si l'on juge son travail (aucun) , car ses dialogues sont toujours cordiaux et presque amicaux, tout cela est bien mais tourne assez vite au mielleux, et devient un banal entretien insipide, sans création, Taddei toujours subjugué par son invité.
Il suffit de comparer avec n'importe quel entretien de Veinstein ou Baumgartner pour voir la différence de niveau et sur tout les domaines.
Bon après Taddei ne nie même pas être un bon copain à PDA qu'il remercie, et que dire de plus, il a rien à proposer, donc c'est a vous de décider si vous zappez sa " tranche de vie".
Moi perso j'ai déjà fait mon choix mais j'avoue que je suis pas aussi calé que vous M. Machefer.*

Salut ! alien

22
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Jeu 23 Fév 2012, 22:03

Je ne vois pas autre chose qu'une logique de nom qui a conduit au choix de Taddeï pour une nouvelle émission : il a l'étiquette "télé culturelle", et il ne semble engagé que dans l'optique de faire migrer une audience de la télé à la radio. Ca me parait être le critère le plus important, et c'est tout à fait cohérent avec la stratégie directoriale : il ne s'agit pas de faire confiance aux sujets, il ne s'agit pas d'inventer de nouvelles formes de radio culturelle, il faut d'abord et avant tout faire venir de l'audience. Ce n'est pas une mauvaise chose en soi, c'est sans doute un argument pour que la station conserve sa liberté de manoeuvre, mais on pourrait penser que France Culture aurait le luxe de voir considérer cette question de l'audience dans l'autre sens : non s'abaisser au niveau des publics que l'on souhaite attirer, mais faire venir un auditoire qui serait fidélisé par les conversations entre gens intelligents qu'il y trouverait, avec des contenus toujours légèrement (ou beaucoup plus) au-dessus de ce qu'il suit d'habitude, et dont le simple contact lui serait bénéfique. C'est un travail de fond, de long terme, de confiance dans les sujets culturels et la station a abandonné tout cela. Il faut des recettes de court terme, du gonflement d'audience par à-coups, par polémiques, controverses, déplacements, produits-gadgets (France Culture Papiers, je demande à être convaincu...). En somme, on pourrait appeler ça la stratégie Bégaudeau.

23
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Jeu 23 Fév 2012, 23:29

Nous sommes tous bien affligés, n'est-ce pas ? merci, donc, pour cette vidéo : quant à Taddeï, elle contribue cruellement à clarifier la situation. Sur PDA, que je vois pour la première fois, mon sentiment (une pure projection) : lorsqu'il avance telle proposition censée correspondre à ce que nous croyons, quant à nous, pouvoir attendre d'une radio telle que FC, il ne le fait que pour tromper son monde et rassurer - alors que, quant à lui, il s'en contre-fout totalement. Ainsi lorsqu'il nous annonce ici, tout fier et tout ému de son audace, que la radio peut être "un art" : en voilà une invention, Olive ! (comme cela est douteux et inquiétant...). Ce qu'il faut pas faire pour justifier Taddeï ...

24
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Jeu 23 Fév 2012, 23:45

Well, je partage sur Taddéi ce qui a été dit (avec mes réserves, déjà exposées), et sur Poivre qui se trouve maintenant embarqué dans la même critique, je dois dire ma déception car franchement j'attendais mieux ; mais je le fais dans cet autre fil créé par le ci-devant Cancoillotce, consacré au "projet culturel" de Poivre Jeune ...

25
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Ven 24 Fév 2012, 00:14

Merci d'avoir retrouvé ce fil, c'est bien vers celui-la que je voulais aussi diriger Alain, au sujet de sa remarque/question :


@Alain Machefert a écrit:PDA a mentionné le chiffre de prés d'1 million d'auditeurs et de 3 millions de téléchargements. C'est donc plus d'une politique du chiffre qu'il s'agit, avec peut-être des primes liés à ces résultats chiffrés. Vous pensez donc que les fondamentaux dont vous parlez (Je partage vos deux idées de transmission et de réflexion), ne sont plus aussi prioritaires dans cette optique-là. [...] si les fameux chiffres donnent raison à PDA, alors c'est mal parti.

Ici et avant , j'avais essayé de pêcher quelques chiffres sur l'évolution de l'audience de France Culture, en nette progression sur dix ans. Et l'idée à laquelle je m'accroche (peut-être à tort), qui essaye de tenir compte du caractère indéniablement positif de l'augmentation d'audience, et de ce en quoi le but est manqué pour autant : c'est que ce but poursuivi, implicite, qui devrait être derrière les objectifs que le ministère fixe à la chaîne (c'est dans son contrat d'objectifs et de moyens qu'on trouve ici : http://www.culture.gouv.fr/mcc/content/download/6119/41187/version/1/file/22-07-+COM+2010-2014+de+INA+-+version+finale.pdf ) , est mal défini, car pas si facile à formuler.

Ce but à mon avis pour France Culture, devrait être, dit naïvement, d'optimiser sa diffusion culturelle. C'est-à-dire à mon avis augmenter le produit du nombre d'oreilles captées par la densité culturelle du programme (j'essaye de m'en expliquer mieux dans les messages en question).

Bien sûr, la densité culturelle, c'est une observable difficile à mesurer, ça n'existe pas isolément, ce n'est pas une qualité intrinsèque des programmes , etc. (quoiqu'on vient d'entendre une belle explication dans les NCC de ce matin que les qualités sont historiquement des données extrinsèques des êtres), mais comme objet temporaire d'analyse, pour essayer de modéliser quelque chose qui ressemble à l'objectif de diffusion culturelle sur lequel on peut facilement s'entendre, il ne devrait pas être impossible de trouver au moins des indicateurs qui y soient liés.

26
Répondre en citant  
La religion des chiffres - le Ven 24 Fév 2012, 00:17

La religion des chiffres

Merci A.M. pour vos utiles observations de 20h27.

Sur votre point 3 (le point 4 dans une prochaine contribution) :

Les chiffres de téléchargement ne disent quasiment rien, comme vous le démontrez. De la même manière que pour vous, beaucoup de mes podcasts sont téléchargés automatiquement et je n'en écoute qu'un sur cinq ou dix, en fonction du descriptif de l'émission lu a posteriori. Cette observation du chiffre est une folie et une tromperie. Elle est partout répandue. L'immatériel n'a pas de réalité pour les "décideurs" et les gestionnaires. Quoi qu'on avance, on vous met en avant des chiffres. L'arithmétique comme bouclier, comme écriture sainte. On cherche un penseur, généreux de son temps, pour approfondir le sujet.

Des exemples, sans développer : que signifie "la fréquentation des musées en hausse, en baisse, en millions de "visiteurs", etc" en matière de culture ? Et le nombre de sms envoyés la nuit du Nouvel An en terme de lien humain ? Et le nombre de kilomètres annuels parcourus par un automobiliste pour déterminer une aptitude à la conduite prudente ? Et aimez vous deux ou trois fois plus une personne si vous lui offrez 10 ou 15 roses au lieu de cinq ? Et les parents d'une famille nombreuse aiment-ils plus les enfants que ceux ayant un unique enfant ? Si l'on suit la logique contemporaine, tout chiffre haut dans le domaine de la culture est un phénomène qui signifie un succès pour l'institution et valide ses choix. Pourtant non, n millions d'auditeurs et n millions de téléchargements enregistrés par des machines, voilà qui en jette mais qui n'a aucun sens.

Faire pression sur FC, comme vous dites, c'est d'abord et surtout mettre en avant la qualité des contenus, qualité dont beaucoup d'éléments ne sont pas quantifiables (l'art de l'interview, le traitement des sujets, la capacité à créer une atmosphère, les voix, l'intelligence, etc.)

Selon l'air du temps, il faudrait beaucoup d'auditeurs (réels ou inventés) pour qu'une radio de qualité continue à vivre ? Et ne surtout pas donner d'argent pour une radio "élitiste" (elle ne l'est plus depuis longtemps) qui satisferait un nombre d'individus considéré (par qui ?) comme insuffisant ?

Ceci me rappelle le débat dans un autre domaine qui est en train de se développer sur le coût des soins aux personnes âgées ou sur les médicaments à molécules ciblées pour prolonger un peu l'existence des malades en fin de vie. Pourquoi payer pour un petit nombre de semaines ou de mois de vie ? Il faut payer, en bonne logique comptable, pour un GRAND nombre d'années à vivre. Sauf que... ce n'est pas si simple, comme on peut l'imaginer.





27
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Ven 24 Fév 2012, 00:39

yann a écrit:En somme, on pourrait appeler ça la stratégie Bégaudeau.

En gros, la stratégie initiée par L.A. (y a-t-il eu modification du C.O.M. à cette époque ?) et dont OPA (OPA, PDA, OPDA, il manque ODA plus tous les anagrammes dont ceux qui se sentiront établiront la liste complète - éviter ADP, svp -) OPA donc, est le meilleur VRP - pardon pour tous ces acronymes (et toutes ces incises, [pour lesquelles il faudrait inventer de nouveaux signes pour les imbrications en masse])-))-)]) : Augmenter coûte que coûte, ou presque, le nombre d'auditeurs.

On verra bien ce qu'on en fait après. Sérieusement, croire à cette stratégie, c'est croire que tous ces nouveaux venus, on pourra les faire glisser en douce vers du programme de plus en plus culturel. On appâte le chaland en quête d'info-décrytage en live et de froufrous stellaires (pour renvoyer à "star", vous emploieriez quel adjectif ?), et quand ils seront tous montés sur le radeau, crac, on rouvre les vannes de la culture et on les noie dans le savoir et la connaissance (que je ne confond pas, Basil), après quoi des branchies leur poussent on ne sait trop comment, et voilà nos nouveaux auditeurs comme des poissons de culture dans l'eau culturelle.

Mmh, à moins qu'on n'ose plus revenir en arrière une fois le public amassé, que refaire la place belle à la culture apparaissent un peu risqué, et que de toute façon, on ait pris goût à toutes ces bonnes idées apprises de la télé, et que quoiqu'il en soit, on ne se souvienne plus vraiment de la façon dont on prépare un programme original et culturel, en lieu décisionnaire en tout cas.

28
Répondre en citant  
Petite experience personnelle - le Ven 24 Fév 2012, 02:16

Ayant travaillé assez longtemps en Contrôle de Gestion, et pour aggraver mon cas, au sein d'une entreprise américainne, je connais assez bien le sujet de la politique du chiffre.
Tout d'abord, j'aime bien les chiffres. Dans ce monde assez "désordonné", ils m'apportent une certaine stabilité. Ils me donnent l'impression de savoir des choses. La quantification me semble donc une approche incontournable dans l'accés aux connaissances. Si je vous dis que Denver n'est pas trés loin de chez moi (Salt Lake City), cela reste vague. Par contre si je vous dis qu'il y a 870 kms, cela précise énormement. (Et oui, aux USA, 870 kms, c'est pas loin).
Dans mon service, afin d'établir des tableaux de bord, nous avons beaucoup travaillé sur les aspects qualitatifs afin de compléter les nombreuses données quantitatives. Nous ne sommes pas arrivés à grand chose. En fin de compte, pour juger la performance d'une entreprise et de ses dirigeants, le quantitatif l'a enlevé, haut la main. La subjectivité des données qualitatives n'est jamais parvenu à s'imposer dans un monde largement tourné vers "l'objectif", le quantifiable.
Aussi nous pourrons continuer de critiquer, de nous lamenter, rien n'y fera si les chiffres d'audience de FC augmentent. Car les décideurs penseront que l'augmentation de l'audience ne peut qu'être le résultat d'une bonne qualité du produit culturel. En tout cas, ils feindront de le croire.

29
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Ven 24 Fév 2012, 11:09

Oui, Masterkey, ou alors il s'agit de faire exister les deux versants simultanément : un produit d'appel (froufrous, décryptages, easy-culturing), aux heures de grande écoute pour ensuite inciter à rester pour les tranches plus confidentielles et les programmes de fond. J'aimerai croire à cette version, mais la direction semble à ce point fascinée par ce type de programmes jetables (ils ne sont pas faits pour être pertinents au-delà d'une semaine) que la station entière semble devenir ce produit d'appel. Croire que l'on appâterait d'abord pour ensuite organiser le retour d'émissions solides, c'est, à mon sens, prêter des intentions bien nobles à une direction qui n'en est pas là. "La culture, on a essayé, ça marche pas", semble être leur devise. Ils ne croient même pas à la valeur d'une vraie programmation culturelle. Il semblerait impossible, aujourd'hui, d'envisager l'embauche d'un Veinstein, Chaslin, Vacher etc. On en parle plus de talents, mais de stratégies. Dans l'esprit de la chaîne, ce seraient plutôt des gens comme Yann Barthès qui s'imposeraient...
Je pense qu'on peut aussi distinguer la stratégie Adler de la stratégie Bégaudeau. La première consiste à aplatir, normaliser, réduire, tout fonder sur la valeur de la compassion sociale donc culturelle, avec une vision de la vie de l'esprit qui semble tirée d'un magazine de psychologie : "bien être, bouleversement, larmes etc." La stratégie Bégaudeau, c'est l'abandon de la noblesse d'une mission, en refusant de donner à son public une matière d'emblée prescrite comme trop difficile, donc inutile-dans-le-quotidien-du-terrain-de-la-vie-de-tous-les-jours-où-ça-se-passe. C'est un miroir qui enferme le public dans ce qu'il est, en espérant qu'il ne grandisse pas, et qu'il reste bien dans son état un peu charmant et attendrissant de créature émotive, vaguement politisée, grégaire etc. Bégaudeau, déjà très admiré par Kessler, ancien boss de FC, présageait déjà d'une stratégie perçue par ses prescripteurs comme démocratisante, mais en réalité complètement fermée, voire injurieuse pour ceux à qui elle s'adresse.
Qu'en est-il de la stratégie OlPoidAr? (ça fait plus ReNdEz-VoUs) J'ai du mal à voir autre chose qu'une stratégie d'extension de la communication, sans rapport ni examen critique de la qualité de la programmation. En effet, nous révéler qu'il y a un art radiophonique, on se demande ce qui se passe tout là-haut...

30
Répondre en citant  
''La stratégie Bégaudeau''. - le Ven 24 Fév 2012, 11:21

Yann, ça m'a amusée que vous sortiez cette idée de "stratégie Bégaudeau" : je viens de lire son "Entre les murs". Ceci est donc une digression.
Je suis tentée de dire que le livre de Bégaudeau est mille fois plus honnête que son auteur. Somme toute ce-dernier relate le quotidien d'un prof qui s'ennuie au milieu d'une bande de cons, collègues et élèves confondus et fondus par une vacuité médiocre ou une médiocrité vide.

Et pourtant, si ce livre est une longue vacherie soft sur les petits enfants de la République et une partie du système éducatif de celle-ci, curieusement, les médias et un cinéaste ont fait de ce bouquin, une espèce d'hymne à je ne-sais-quelle-liberté créatrice des apprenants à François, François, lui-même, transmué en héros new-look du savoir cool.

C'est ce tour de passe-passe qui m'intrigue, ce contresens généralisé sauce guimauve.

PS : on attend ardemment le "Tête à Tête" Bégaudeau / Taddéï ! rabbit

31
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Ven 24 Fév 2012, 11:28

Il faudrait donc plutôt parler de la "stratégie du Bégaudeau récupéré". A l'époque de la sortie du livre, puis du film, FC avait fait de l'auteur le héros d'une démocratisation décomplexée de la transmission de connaissances. France Culture a besoin forcené d'idéalisation et de célébration.

''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï     Page 3 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum