Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï    Page 5 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Dim 04 Déc 2011, 22:12

Rappel du premier message :

Atterrant Taddeï

Je souhaiterais profiter de ma découverte de votre site pour y exprimer la sérieuse inquiétude que m’inspire la présence, depuis septembre 2011, de l’émission de ce monsieur Taddeï intitulée « Tête à tête ». C’est que le glissement progressif de France culture vers le bas que votre serviteur croit pouvoir observer depuis quelques années (avec, surtout, les nouveaux représentants du culturel chic-branchouille-décontract’ – mais aussi, quand même, quelques résistances et heureuses nouveautés) – cette pente douce, donc, me semble présenter ici une inclinaison sensiblement plus brutale.
Je fus d’emblée frappé, au soir de la Première, par le fait que le bonhomme ne daigna aucunement introduire la nouvelle émission – l’évidence de celle-ci semblait s’imposer tout naturellement, en lieu et place de ce qui la précédait (Blandine Masson, décalée d’une heure). Mais d’ailleurs, me suis-je dit ensuite, c’est bien là le signe, involontairement traduit par cette attitude, de ce qui caractérise principalement l’objet : l’effrayante platitude du propos (et sa bonhommie) – quelque chose d’aussi vide de concept et d’aussi ostensiblement mondain…
N’étant pas détenteur de cet objet d’aliénation de masse qu’est la télévision, ce n’est que plus tard que je réalisais à quel point le gaillard était bien connu (il est d’ailleurs amusant d’observer qu’il semble si occupé et imbu de sa notoriété toute médiatique que celle-ci semble être ici le nœud même du propos…) – me détournant alors spontanément et résolument de l’objet lui-même (sur quoi il convient bel et bien de ne surtout pas s’étendre en analyse), je revenais alors à cette question initiale qui s’imposa instantanément à mon esprit, où je m’interrogeais  sur ce qui avait bien pu doncprésider à la programmation d’une telle émission : quelle situation d’aimable trinquerie  à l’occasion de quel cocktail ultra-sélect ? – brossons-nous le tableau … (à l’instar du roman interactif des Papous, je transmets volontiers ici le relai du récit) ; la platitude même de la chose me forçait à imaginer ce que dissimulait son installation en ce lieu ; j’en vins à envisager le phénomène de cette émission comme se réduisant aux enjeux relationnels dont elle résultait.

EC
* * *

41
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Dim 26 Fév 2012, 09:05

Je réponds à Nessie (25/02), que je remercie pour sa démo. : sur le caractère d' "expression réfléchie" de ce forum, ici ou là, certes, sans aucun doute - globalement, je suis très réservé (mais, déjà, il faudrait ici créer un nouveau sujet traitant de questions de forme afférentes à la bonne tenue d'un tel forum).
Quant à "l'utilité de la conversation en général dans la vie", je ne crois pas avoir mis cela en cause.
Merci pour le paragraphe "signal clair à la chaîne" (quand bien même je trouve souvent le-dit signal rébarbatif dans son absence de tenue).
Merci aussi (je suis sincère, d'accord ?) sur "l'acharnement qui paie" - même si je trouve que la confusion neutralise.

42
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Dim 26 Fév 2012, 09:23

Je réponds à Mitsouko (25/02 à 12h44).
C'est France Culture, par exemple, qui m'a fait lire un jour Héraclite (point trop préparé à cela n'était il ("je") ).
Quant au passé de FC : en effet, l'on s'y réfère et l'on a raison de le faire : ce n'est pas faire du passéisme, car ce n'est pas uniquement FC qui est menacé, mais, aujourd'hui, tout : "La Princesse de Clèves" et tout ce qui est "inutile". De très grandes forces, aujourd'hui, conspirent à l'élimination ou à l'extrême marginalisation de la grande Culture, celle qui nourrit et pousse à (se) créer soi-même (il va s'arrêter, car ça s'emballe dangereusement...).

43
Répondre en citant  
Ma nostalgie, à moi - le Lun 27 Fév 2012, 20:03

@ Etienne

Ma nostalgie à moi, comme dirait Diams, c'est l'ORTF des années 1965-1970. Quel choc, quel émerveillement, pour l'adolescent que j'étais, de découvrir, à 20h30, s'il vous plait, Les Perses d'Eschyle, les Frères Karamazov, les Illusions perdues, ou suivre le duel Danton/Robespierre à la Camera explore le temps.
Où les adolescents d'aujourd'hui peuvent-ils se nourrir et se créer eux-mêmes, comme vous dites?

44
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Lun 27 Fév 2012, 20:33

Alain, comme Etienne, vous avez ces souvenirs de radio, que vous emporterez toujours avec vous. Est-ce normal que le France Culture de ces dix dernières années ne m'ait laissé aucun souvenir marquant? Ce ne seront certainement pas, au hasard, des Marathons des Mots, des passages au Salon du Livre, des déplacements à Science-Po, bref, de l'évenementiel censé faire "vitrine" qui marqueront les esprits ou feront date. La chaîne semble faire tellement d'efforts pour "être présente", nous inonde de stratégies de communication (France Culture Papiers, petites vidéos de brassage d'air des producteurs), de démarches censément profondes, mais plus rien ne semble avoir de substance. Comme ces débats techniques où il ne s'agit plus de parler littérature, ou cinéma, mais de pratiques culturelles des publics au sujet de littérature ou de cinéma. Parler cuisine pour éviter d'avoir à parler de saveurs. En comparaison, la radio culturelle de la BBC semble tellement occupée, toute entière, par sa programmation, par son rythme assez infernal de rotation des sujets, des formats, des fictions, qu'il n'y a pas de temps ni de place pour ces efforts creux qui n'apportent rien. Est-ce qu'on s'ennuie à produire des émissions de France Culture? On peut le croire, car l'enthousiasme semble avoir quasiment disparu, et ça s'entend. Si on apprenait que Taddéi faisait des mots croisés en douce pendant son émission, ça n'étonnerait personne.
Pour terminer, l'épisode de la Princesse de Clèves fut un vrai révélateur de certaines mentalités agissantes à France Culture : on se moque de l'inculture d'un Sarko en jouant l'indignation d'une attaque contre les humanités, mais on fait en douce ce que fait Science-Po avec son épreuve de culture générale. Exit tout ce qui pourrait être de la grande culture, il faut faire du socio-culturel, avec un angle politique très affirmé, car un sujet ne vaut rien s'il ne se traduit pas par une indignation à la mode et une consigne de vote. C'est le niveau d'indécence, de brutalité, d'agressivité et de mépris que cette station propose tous les jours à ses auditeurs.

45
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Lun 27 Fév 2012, 23:03

Yann Sancatorze, pour ce qui nous concerne , nous n'emportons rien avec nous : ce qui donne est ce qui nous incite à donner et il ne s'agit aucunement de se vautrer dans un acquis ou des souvenirs stériles. J'approuve tout à fait ce que vous dénoncez (et la virulence que vous employez pour le faire), mais je ne crois pas que ces tendances aient réussi à investir totalement la chaîne en la réduisant au néant que vous semblez décrire - quand bien même on est vraiment tenté de craindre que cela en prenne le chemin. (Je voudrais développer, mais le temps...)

46
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Lun 27 Fév 2012, 23:48

Non, il n'y a pas, bien sûr, d'emprise totale sur la station, mais chaque année voit la porte se fermer davantage, et il devient de plus en plus difficile de fouiller la grille à la recherche du malheureux programme de fond qui vous laissera quelque chose. Je m'inquiète du fait que la station ne semble plus savoir recruter de talents durables, ce qui aura pour effet de définitivement fermer la porte.
La virulence est essentiellement due au fait que je viens de revoir Masques, de Chabrol, et que l'explosion finale du personnage de Noiret devient finalement assez drôle lorsqu'on imagine, à sa place, un directeur de France Culture en pleine crise de sincérité :

http://www.youtube.com/watch?v=efi3-eE-dl8#t=2m40s
(je n'intègre pas la vidéo car je la fais commencer à une seconde précise)(j'ai découvert récemment qu'on pouvait faire ça)

47
Répondre en citant  
Podcasts de France Culture (et d'ailleurs) - le Mar 28 Fév 2012, 01:00

@Alain Mâchefer du 23 02 12 (20e "post"du fil, très utiles ces chiffres...)

Vous écrivez : "Je reviens sur ce point du podcast. En ligne avec vos fondamentaux, FC n'est qu'une(grande) partie de mon arsenal en la matière. Canal Académie, BBC, quelques France Inter, le Collège de france, la Cité des Sciences me sont trés utiles et me permettent de faire une radio à la carte, en fonction de mes goûts et de mes horaires."

Question : le podcast n'est-il pas un moyen pour France Culture de se soustraire à ses responsabilités de qualité à toute heure de la journée ?

Aux heures de grande écoute sont dévolues la rigolade, la pop et les discussions de café de comptoir, car à ces heures-là la demande, ou ce qu'on la croit être, est de la distraction tandis que l'on fait autre chose (transport, repas, etc). L'auditeur peu attentif mais d'un certain niveau aura envie d'entendre quelque chose qui entre par une oreille et qui sort par l'autre, content au final d'avoir eu l'impression d'apprendre quelque chose (toujours l'impression) et de ne rien perdre de l'émission en cours, quand par exemple il éteint le moteur de sa voiture (car peu importe la suite et même ce qui était avant !).

Que fera en revanche l'auditeur attentif, justement celui qui écrit, sous divers avatars, dans ce Forum ? Il branchera son lecteur MP3 sur sa chaîne ou dans sa voiture et écoutera une émission de qualité (il en reste sur FC, on y reviendra) préalablement téléchargée.

Exemple de comportement d'auditeur (c'est du vécu, pas de la théorie) : on allume son poste (parler de "poste" de radio vous date, je sais) ce lundi à 19h26 sur FC et l'on entend des gloussements et des propos indistincts (quasiment systématiques) au lieu d'une belle émission d'évocation littéraire, par exemple (je pense au défunt Agora d'il y a belle lurette). Que fait-on alors ? On branche l'un de ses lecteurs MP3 et voici que la culture s'offre là, largement à vous et que la connerie est oubliée. En première écoute ou en réécoute si l'on a fait des réserves. Des émissions de France Culture, mais aussi comme vous le dites Alain, d'autres radios, France Musique, BBC3 ou SWR2 (Südwestfunk). Franchement, écouter Veinstein à 19h, ou un bon "A voix nue", "Le matin des musiciens" de France Musique ou encore une émission historique anglaise ou scientifique allemande (ou vice-versa), ça vous met tout ce que vitupère superbement Nessie, dans ses époustouflantes analyses, à des années-lumières de vos oreilles et de votre esprit.

Mais deux problèmes, néanmoins, et de taille :
1/ Comme l'écrit justement Yann Sancatorze ce lundi 27 à 23h48, et comme le répète tout le monde ici, et moins visiblement ailleurs, les émissions de qualité sont de plus en plus rares, ce n'est pas une impression, c'est une réalité. France Culture ne produit pas seulement de la bêtise et de la production au rabais, volontairement à des heures de grande écoute, pour combler un (prétendu) besoin, non elle l'élargit à toute la grille (voir par exemple la médiocrité des "Une vie, une oeuvre" d'aujourd'hui en comparaison avec ceux des années 1990 et même début 2000). On n'aura bientôt plus rien à podcaster (de cette chaîne) ! (Nota en passant : écouté dans un silence religieux le "Feuilleton" Hélène Berr/Etty Hillesum depuis le 06 février, une merveille, souvent la Fiction sauve l'honneur de cette chaîne.)

2/ Autre problème et fondamental : comment devient-on attentif à la qualité ? En y ayant été exposé par hasard (ou grâce à un mentor), à une heure de grande écoute le plus souvent. L'emploi du MP3 pour une écoute d'émission de qualité est une stratégie (d'évitement ou de convenance) et une étape qui vient après la première, faite plus jeune, qui consiste à écouter la radio par hasard, à accrocher à un sujet, une voix, puis développer alors un intérêt pour l'écoute. S'il n'y a plus rien que de l'actu culturelle ou de l'info à la con le matin, le midi et le soir, comment l'esprit et les oreilles des étudiants et des autres vont-elles s'exercer à goûter de la qualité pour pouvoir ensuite la rechercher en téléchargement ?

"une radio à la carte, en fonction de [vos] goûts et de [vos] horaires.", écrivez-vous encore. Mais oui c'est parfait, c'est intelligent, et c'est ce qu'il faut faire ! Mais en espérant que France Culture ne profite pas de cette stratégie d'auditeur pour faire une radio généraliste sans qualité, la plupart du temps, et une radio de niche dans de rares créneaux. Les auditeurs expérimentés s'en satisferont (et encore !) mais les lycéens ou étudiants ou autres jeunes passeront à côté d'une forme unique de transmission de l'art et de la culture.


48
Répondre en citant  
Restons dans l'humour (noir) - le Mar 28 Fév 2012, 01:21

@Philaunet. Je vous "dois" deux réponses maintenant. Je les ferai un peu plus tard.
Pour rester dans ce théme de la dégradation, je me rappelle ce test d'intelligence relevé dans le film parodique américain "Idiocracy."
Cela se passe en l'an 2500, la médiocrité régne. Une des questions d'un test IQ pour devenir haut dirigeant dans une entreprise est la suivante:
Vous avez un panier de 2 pommes dans la main gauche et un panier de 5 pommes dans la main droite. Combiez avez-vous de.........paniers !

49
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Mar 28 Fév 2012, 22:02

Rien n'est perdu ! : A voix nue, avec André Green cette semaine (... réalisé en 2000, mais bon, on va pas cracher dans la soupe...).
Et puis ceci :
c’est avec la conscience du degré de naïveté qui caractérise souvent sa manière de faire agir ses méninges qu’Etienne vous soumet la proposition suivante : nous sommes partis d’une réaction négative vis à vis d’une production particulière de FC, et avons enclenché un processus de réflexion plutôt débordante sur la chaîne en général et nos craintes quant à son évolution. Pourquoi n’envisagerions-nous pas qu’à côté de ce foisonnement, tout en conservant le caractère informel et incontrôlé de celui-ci, nous tâchions de structurer cette réflexion dans la perspective de l’élaboration d’un projet ? – mais peut-être cette idée a-t-elle déjà fait ici l’objet d’une proposition et d’un débat ?

50
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Mer 29 Fév 2012, 03:33

Reponses/precisions pour Philaunet (40 et 47)

1. Les chiffres. Vous avez bien saisi leur relativité. Ils sont nécéssaires pour la compréhension des choses, mais bien sûr insuffisants. Une analyse fine doit être faite pour bien les situer dans un contexte. Et je ne parle même pas de leurs manipulations.

2. Les ‘impressionistes’ du savoir. Comme Etienne et son exemple Schubert (Ah, la dernière scéne de Barry Lindon !), je m’en fiche complétement pour tout dire. S’il est « snob » pour certains d’écouter France Culture, et bien soit.

3. Par contre, si la direction des programmes de FC vise ces gens-là, alors cela me concerne. Il est clair que FC veut faire du chiffre et elle le fera. Et si elle pense que les nouvelles émissions,plus « branchées », plus « djeun »(Sic) font plus d’audience, elle n’hésitera pas. Il faudrait quand même se demander pourquoi une certaine médiocrité paye (Voir les audiences TF1).

4. Ma référence aux années 65-70 et mes découvertes grâce à l’ORTF, doivent être remises dans le contexte de l’époque. Etiennne, en bon lecteur d’Héraclite, devrait être d’accord avec moi que le monde est un flux. L’adolescent que j’étais dans ces années-la n’avait pas, excusez du peu :
- 200 chaines, dont 20 de sport, 10 de cinema
- Les films en « streaming » sur son ordinateur
- Les jeux videos
- Les réseaux Facebook, twitter
- Les podcasts
- Le portable
Je ne suis pas certain que ce même adolescent, ce soir, en 2012 , à 20h30 regarderait les Frères Karamazov, avec sa famille.

5. Une des conséquences, trés importante, de cette évolution est que le temps libre doit s’accomoder de toutes ces differentes possibilités. Et donc, nous sommes à l’époque du va-vite, du sensationel (il en faut pour attirer le « client »), de l’esbrouffe. Il me semble que l’actualité politique en est un triste exemple (omniprésence des ‘communiquants et leurs petites phrases rabachées, simplistes).

6. Pour conclure, je dirais que je suis d’accord avec Etienne pour « refaire le monde de FC » Mais, pour ne pas être utopique, cet exercice devra tenir compte de l’état du monde, tel qu'il est.

51
Répondre en citant  
L'auditeur type. - le Mer 29 Fév 2012, 10:38

Bonjour à tous.
Puisque Etienne et Alain en ont parlé, j'y reviens à cette idée d'auditeur snob qui écouterait France Culture pour se griser de culture lorsqu'il n'aurait qu'un produit "Canada Dry", "Ca a le goût de la culture, ça ressemble à de la culture mais ce n'est pas de la culture".

Nous avons remanrqué que la communication avait envahi l'espace FC. En grande partie, la communication n'est que le bras armé du marketing. Je vois bien les communicants de FC raisonner en ces termes : quelles cibles voulons-nous toucher, que veulent-elles, à quoi seront-t-elles sensibles, quelles sont leurs représentations de la chose/ produit culturel/le ? Et à partir de là, définir une stratégie de comm et des émissions formatées pour accroître l'audience.
D'où l'omniprésence de FC sur les réseaux sociaux pour aller draguer le chaland. D'où la politique des noms dont Taddéï est un exemple, tout comme Dantzig. D'où aussi les petites vidéos redondantes pour voir la bobine des animateurs et faciliter le processus d'identification à son "animateur préféré à moi".
Les "noms" font venir le public. Récupérer Taddéï, c'était récupérer un de ces "noms". Je me demande d'ailleurs si ça aura "marché"... N'oublions pas non plus que pour embaucher Taddéï, il aura fallu vider Francesca Isidori et Olivier Germain-Thomas, ces producteurs dits "faibles" pour reprendre l'heureuse expression d'Olivier Poivre d'Arvor, l'homme de gauche qui pratique le darwinisme radiophonique.

Enfin, l'émission de Taddéï n'est pas fameuse mais elle a une forme d'avantage. Elle est passe-partout, conformiste et insipide. Elle ne se démarque en rien du gros de la production journalistique dite culturelle. En termes de marketing, elle peut être rébarbative pour certains mais aussi attractive pour d'autres. Les consommateurs ont tendance à aller vers ce qu'ils connaissent, c'est rassurant.

Bref, je crains que la radio ne se soit installée dans cette logique marketing et que si, par le passé, elle a pu tracer son propre chemin, parfaitement singulier, elle soit désormais de plus en plus inscrite dans une logique d'alignement sur les modes médiatiques dominantes. Sad

''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï     Page 5 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum