Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï    Page 7 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Dim 04 Déc 2011, 22:12

Rappel du premier message :

Atterrant Taddeï

Je souhaiterais profiter de ma découverte de votre site pour y exprimer la sérieuse inquiétude que m’inspire la présence, depuis septembre 2011, de l’émission de ce monsieur Taddeï intitulée « Tête à tête ». C’est que le glissement progressif de France culture vers le bas que votre serviteur croit pouvoir observer depuis quelques années (avec, surtout, les nouveaux représentants du culturel chic-branchouille-décontract’ – mais aussi, quand même, quelques résistances et heureuses nouveautés) – cette pente douce, donc, me semble présenter ici une inclinaison sensiblement plus brutale.
Je fus d’emblée frappé, au soir de la Première, par le fait que le bonhomme ne daigna aucunement introduire la nouvelle émission – l’évidence de celle-ci semblait s’imposer tout naturellement, en lieu et place de ce qui la précédait (Blandine Masson, décalée d’une heure). Mais d’ailleurs, me suis-je dit ensuite, c’est bien là le signe, involontairement traduit par cette attitude, de ce qui caractérise principalement l’objet : l’effrayante platitude du propos (et sa bonhommie) – quelque chose d’aussi vide de concept et d’aussi ostensiblement mondain…
N’étant pas détenteur de cet objet d’aliénation de masse qu’est la télévision, ce n’est que plus tard que je réalisais à quel point le gaillard était bien connu (il est d’ailleurs amusant d’observer qu’il semble si occupé et imbu de sa notoriété toute médiatique que celle-ci semble être ici le nœud même du propos…) – me détournant alors spontanément et résolument de l’objet lui-même (sur quoi il convient bel et bien de ne surtout pas s’étendre en analyse), je revenais alors à cette question initiale qui s’imposa instantanément à mon esprit, où je m’interrogeais  sur ce qui avait bien pu doncprésider à la programmation d’une telle émission : quelle situation d’aimable trinquerie  à l’occasion de quel cocktail ultra-sélect ? – brossons-nous le tableau … (à l’instar du roman interactif des Papous, je transmets volontiers ici le relai du récit) ; la platitude même de la chose me forçait à imaginer ce que dissimulait son installation en ce lieu ; j’en vins à envisager le phénomène de cette émission comme se réduisant aux enjeux relationnels dont elle résultait.

EC
* * *

61
Répondre en citant  
Allez Etienne. - le Sam 24 Mar 2012, 22:20

Etienne a écrit :
"Je tâcherai donc d’initier une démarche, en effet"
Puis :
"certains prolongements à ma proposition initiale me sont venus à l’esprit et je tâcherai de les présenter"
Puis :
"La suite va venir, avec tentative de proposition - mais, bien sûr, le temps, n'est-ce pas..."
Puis :
"Sur cette proposition, en effet, totalement imprécise, voire inexistante"
Puis :
"L'essentiel, bien sûr, reste à proposer"
Puis :
"à venir"

Entre parenthèses :
"(bien que je perçoive à présent quelque chose de confus et, à vrai dire, peu encourageant)"


62
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Lun 26 Mar 2012, 07:44

Le ton général de ce qui se propose ici n’est pas l’affirmation péremptoire.
Nous ne sommes ni spécialiste, ni professionnel du monde radiophonique – et quant à France Culture, nous en sommes un auditeur lambda, ni plus ni moins.

Ce qui pourrait, selon nous, faire défaut à ce forum électronique :

1. Un regard sur la complexité de son propre fonctionnement. Une réflexion, en particulier, sur les tenants et aboutissants psychologiques de ce mode particulier de communication : au-delà des propos, les comportements à quoi cela conduit (il ne faut pas oublier l’aspect d’abstraction que comporte cette forme de communication, du fait de la non présence physique des personnes) ; on s’étonne donc que ce forum ne comporte aucune démarche organisée de questionnement préalable quant à ce qui précède (ou accompagne) le propos. Que viennent faire ici des affects (ironie, familiarités diverses, … ) adressés à des personnes qui n’y sont pas présentes en tant que personnes ? L’aspect « relationnel » tel qu’il s’y manifeste nous semble manquer très souvent de mesure, ou de retenue, ou de réserve...
En quoi consiste la dépersonnalisation qui nous semble spécifique à ce contexte ?
La parole fait intervenir quelque chose d'incarné. Ce mode de communication n'instaure-t-il pas implicitement ou insidieusement une conception désincarnée, abstraite, de l'être et de la relation à autrui ?
Il nous semble qu’il importe de garder une forme de réserve quant à l'échange, réserve qui prenne en compte cette situation d'abstraction.
Entre engagement dans l’exigence de la formulation et retenue, quelle y est la juste place de la présence personnelle ?
(à un moment précis, nous avons bien failli renoncer à la présentation de cette proposition, tant le contexte, mêlé de confusion et de comportement inadéquat, commençait à nous y sembler peu propice (« où suis-je ? ») ; précisons aussi qu’il se pourrait bien qu’à titre personnel, nous soyons nous-même dépassé par les implications psychologiques ou comportementales spécifiques à ce contexte)
En outre, si la présence de la personne peut se manifester par une impressionnante qualité de formulation des points de vue (confinant occasionnellement à une forme de virtuosité), il nous semble aussi que la grande facilité (et la forte tentation), pour chacun, de cet accès à l'expression de ses opinions conduise fréquemment à un usage de cet outil comme déversoir incontrôlé de pulsions expressives – ce qui semble être une caractéristique de cette communication électronique et des pièges que celle-ci nous tend. Il se pourrait fort bien, d’ailleurs, que nous n’ayons pas résisté à y céder nous-même (à cet égard – celui de l’expression écrite – ce genre d’expérience pourrait bien représenter une contre-école idéale).


2. Une démarche particulière consistant à organiser une structuration de tout ce qui s'exprime dans le foisonnement informel (tout en conservant sa place à celui-ci, bien sûr) - et ce, dans la perspective de présenter une sorte de plan pour une France Culture (à peu près) idéale...

Il nous semble important de signaler au départ que la présente proposition émane d’une situation particulière (son contenu même en dépend, en quelque sorte) : l’initiative de cette démarche découle d’un processus d’échange (à partir de la question Taddeï) – du moins de la perception que nous en eûmes : ce qui nous semble s’y présenter (souvent) caractérisé par une haute qualité de formulation critique nous incite à le percevoir également comme complaisant en ce que cela nous paraît s’auto-satisfaire de sa brillante manifestation.

D’ores et déjà, la remarque de l’unique personne ayant réagi à cette amorce de proposition, remarque consistant à détourner obligatoirement la présente démarche de toute qualité « utopique », nous incite à réagir a contrario.
Quant à la forme, quant à la méthode, cette démarche devra prendre en compte les possibilités techniques du présent outil : nous sollicitons donc ici l’assistance des organisateurs de ce forum.

Ebauche de structuration par questions à développer : aux volontaires, nous proposons par exemple, pour commencer, de se prononcer (en argumentant) sur les questions suivantes :

1. vos références radiophoniques ;
2. vos sujets favoris (poésie, science, philosophie …) ;
3. vos idées sur ce dont il n'est pas de la vocation de FC de trop s’occuper, ou bien d’un manière bien spécifique (musique, relation au « monde réel »…) ;
3. en quoi consistent vos exigences quant à la forme (le sujet ne suffit pas) ?
4. vos idées quant à la manière de faire passer cette démarche auprès de la chaîne ;
5. …

Ainsi que nous le suggérait justement Nessie, il devrait s’agir d’inaugurer un nouveau « fil » : comment organiser celui-ci ? comment le nommer ? (ici, nous comptons sur les virtuoses de la formule qui savent si bien développer leur talent au cours ces échanges)
Deux fils, à vrai dire – si l’on admet, donc, qu’il faille aussi consacrer un segment de ce forum à « la complexité de son propre fonctionnement »

Nous ouvrons donc ainsi une proposition sans prétendre, ni même souhaiter en maîtriser ni le contenu, ni la forme ; l’intérêt qu’elle pourrait éventuellement susciter auprès de tel ou tel devrait entraîner qu’on s’y implique en la complétant.

Etant donné l’excès d’investissement qu’aura requis pour notre esprit fastidieux la présente démarche, étant donné, plus particulièrement, la disponibilité particulière nécessaire à accueillir la parole qui se manifeste ici dans la mystérieuse présence, nous nous contenterons de soumettre cette livraison imparfaite en l’abandonnant momentanément.

En toute naïveté, nous conclurons par cette question : n’est-il pas souhaitable que nos contestations et craintes (nos enthousiasmes aussi) se résolvent en aventure élaborante ?

63
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Jeu 29 Mar 2012, 18:07

Bonjour Etienne,

Ne souhaitez-vous pas qu'on vous crée un nouveau fil transitoire, préalable à la naissance du définitif, plutôt que de rester arrimé, ou plutôt atterré à celui-ci? Nous avons de bons scalpels, et pourrons sans mal greffer tout ce qui vous plaira de ce fil vers le nouveau vôtre.

Quelques réactions à vos différents points :

1. (votre premier 1.) Ce forum recèle plusieurs sujets "méta", où il tente d'aborder sa propre critique et de pratiquer le recul. C'est en bordure du sujet, mais côté technique, tout un sous-forum est dédié à ses problèmes et son amélioration : l'atelier. Surtout, et c'est au fond du conversatoire que cela se déniche, plusieurs fils sont voués à s'interroger sur RFC, son ambition et son fonctionnement : l'"historique" Critique de la critique, mais aussi Quelle est la vocation de ce forum ou Ce forum et les responsables de FC.

Pour prolonger cette critique, vous pouvez créer un nouveau fil de ce genre, ou reprendre ceux-là où ils s'en sont arrêtés, il existent pour ça. D'ailleurs, un vieux fil qu'on exhume et qu'on réactive permet souvent de redécouvrir une partie de l'histoire des forums (celui-ci est encore un bambin et pourtant, des pans entiers ont déjà sédimenté) .

2. Le plan pour une France Culture idéale, je crois que personne ne l'a vraiment en tête, et que les aires de recoupements entre toutes nos idées ne sont pas très grandes. C'est peut-être dans la forme explosée de cet espace, où toutes les critiques et les idées s'y trouvent morcelées, qu'on offre encore l'image la plus fidèle de ce qu'on pense collectivement. Le lecteur intéressé, s'il se balade au hasard des fils qui se présentent à lui, aura une idée de la teneur de nos idées, au moins de celles du moment.

En tout cas, à mon sens, cette forme complexe, en réseau, en graphe (en complexe simplicial ? Smile ) mise à disposition de nos idées hirsutes, et écrites la moitié du temps sous forme de réaction, leur va bien.

Mais l'effort de synthèse, une concentration de l'essentiel pourquoi pas. C'est ce que tente aussi ce fil : Quelle est la vocation de France Culture, long d'une bonne dizaine de pages (une centaine de messages). Lui-même bien sûr est éclaté, et c'est le destin de tous les fils sauf ceux d'un type particulier : ceux où le premier message est modifié régulièrement pour synthétiser ce qui se dit au fil des pages.

Si vous voulez faire cet effort, c'est de cette façon que je vous pourrez essayer canaliser la croissance de la chose.

3. Ce qui est dur dans le genre de liste que vous nous demandez, c'est que tout ces points, nous les abordons régulièrement dans les pages du forum. Etes-vous sûr que compilée dans un fil dense, notre succession de fiches signalétiques de goûts et d'idées pour la station, bien ordonnée, en sera plus digeste pour le lecteur ? Comment les résumera-t-on, les idées et les arguments, comment empêcher qu'ils ne rebondissent sans fin comme dans tous le reste du forum ?

4. A mon avis, c'est capital pour avoir une chance que votre idée ne commence à prendre : quel est le but à atteindre ? La production finale à laquelle aboutir ?

Dernier point . (point) : ne vous ennuyez pas à ce point avec la forme, il est parfois dur de vous, suivre tant vous prenez de précautions à formuler vos vues avec toutes les anticipations possibles sur les éventuels excès avec lesquels on pourrait vous interpréter. Je m'estime moi-même un laborieux du clavier, et je rigole peu à ma propre relecture, alors c'est un reproche dans lequel je n'ai pas de problème à m'inclure.

64
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Lun 02 Avr 2012, 21:09

Je remercie Nessie, Mitsouko et Masterkey pour leur réponse.
Outre un souhait personnel de temporisation quant au sujet, une période de relative indisponibilité momentanée m'empêche de répondre en détail à chacun. Je souhaite y revenir très bientôt.

65
Répondre en citant  
Intervieweur atterrant / Invité intéressant - le Dim 02 Sep 2012, 17:39

Intéressant Jean-Pierre Bacri. La parole est directe, l'auto-examen semble sans complaisance ni masochisme. Contrairement à un Lescure, tout ce qui est dit a du sens et les anecdotes ne sont pas des parenthèses parachutées. Et tout ça non plus sans se tenir le front, mais avec naturel et franchise, enfin pour autant que ça ait du sens dans ce contexte. Ils sont toujours intéressants ces interviews de comédiens qui pensent leur vie sans avoir besoin de se la jouer. Voyez Trintignant, voyez Deneuve. Des points de vue sur le métier, sur le cinéma, sur la vie. Le dialogue évite sans difficulté certains des endémiques défauts de France Culture : l'auditeur ne sera pas harcelé par le préchi-précha, ni par la simulation d'intellectualisme. Il faut dire qu'avec Taddéi la discussion ne risque pas de devenir trop intellectuelle. Tout au plus Bacri place une très brève mention de Barthes, en rapport direct avec son propos du moment. De là mon impression générale : un mélange de simplicité bourrue et de profondeur sans chichis. Peut-être que tout ça est fichtrement bien joué ? Mais non, on a bien envie d'y croire.

En face, nous avons l'inchangé Taddéi : un mélange de superficiel connement rigolard histoire de renvoyer la balle à l'invité, et puis comme à son habitude les questions coq-à-l'âne, c'est-à-dire souvent sans rapport avec la phrase de l'invité à peine terminée. Est-ce un effet du montage de l'émission, ou bien ce vice devenu si courant dans la profession et qui lui autorise ces virages à 180° dans l'échange ?

Bref : encore une interview intéressante, qu'on pourrait conserver avec profit à condition d'en retirer a maxima les interventions de Taddéi.

66
Répondre en citant  
Allons bon... - le Dim 02 Sep 2012, 18:14

J'ai parlé trop vite. Dans les 3 dernières minutes voila en un tir groupé : coup sur coup Spinoza, Bourdieu, Mélanchon et le méchant capitalisme. Il y avait une fiche ou quoi ? scratch A croire que Bacri se rattrape, peut-être soucieux de se réaffirmer à gauche juste après avoir fustigé la lénifiance de gauche (le socialisme est né chrétien = il a un de ses parents qui est débile).

67
Répondre en citant  
Re: ''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï - le Mar 07 Mai 2013, 18:47

Bon an mal an, l'entretien est instructif souvent mais c'est pas vraiment grâce aux questions de l'intervieweur, ou du moins pas grâce à son style détendu à l'excès et sottement rigolard toutes dents dehors. Etant focalisé sur les anecdotes de carrière et sur le narcissisme de l'invité (ses prix obtenus ou non, ses impressions à chaque événement un peu sensationnel) on le voit marcher sur les traces à la fois de Chancel et de Pivot, de là une terreur légitime : le voir remplacer un jour Voinchet.

Tiens en passant, il n'y a pas que les questions : dimanche dernier alors que l'invitée Marina Vlady redresse une erreur de l'intervieweur Taddéi sur Robert Hossein ou plus précisément sur son père le compositeur André Hossein, voila Taddéi qui répond "ah bah je me suis fié à la fiche wikipédia".

Faut-il commenter cette candeur décomplexée ?


Histoire de ne pas cristalliser un post sur une Nième connerie, et puisque j'ai écouté un peu distraitement cette discussion, je signale qu'on y trouve de façon inattendue une évocation de Perec et de sa compagne la cinéaste Catherine Binet.

68
Répondre en citant  
Un boulet de moins - le Mer 03 Juil 2013, 12:28

Taddéi est annoncé de retour sur Europe 1 à la fin août. Ce qui implique son départ de France Culture. Ouf.

Ca va nous soulager. Ses entretiens sont parfois intéressants, mais lui est toujours horripilant avec son rire de bouffeur toutes dents dehors. En dehors de FC, Taddéi s'est fait une réputation usurpée de traqueur de vérité, parce qu'il a réussi à coincer l'un ou l'autre de ses confrères, suspect de mauvaise foi. Il s'est ainsi acheté un brevet de vertu et d'honnêteté intellectuelle, rien moins qu'usurpé car pour cela il faut encore avoir un intellect en action. Mais si Taddéi invite tant de personnes différentes sur son plateau, c'est moins par exigence de pluralisme, que par commodité pour le débat : la pluralité des opinions lui permet de se défausser de tout apport d'idées, et plus grave, de toute intervention quelque peu consistante. En fin de compte je n'arrive pas à voir en lui autre chose qu'un imposteur, certes doué pour piloter sa carrière (preuve d'ambition et d'habileté mais c'est tout), doué aussi pour masquer qu'il est plutôt faible intellectuellement : il organise des plateaux de débat surchargés où il est impossible d'aller en profondeur, alors il peut faire illusion. Mais il suffit de le regarder quand il interrompt ou quand il se fait interrompre, pour voir qu'il n'est pas tranquille, car il sait qu'il ne maitrise absolument aucun sujet. Un peu comme Voinchet si on veut, en moins roué car avec ses années de Lebrunades, Voinchet a appris a simuler l'intelligence : il suffit d'imiter Lebrun.  

Pourquoi Taddéi quitte France Culture, où je suis certain il a une bonne côte auprès de l'imposteur poivré qui manage le programme ? A mon avis, parce que les créneaux de débats sont déjà pris : le soir par Arnoldo Lapuerta, l'après-midi par Gardette qui a besoin d'apprendre à rédiger un titre pertinent pour "Le grain", et le midi par Caroline Broué qui, dans "La grande table", fait de moins en moins de culleture et de plus en plus de débats de sauciété.

France Culture continue à s'enfoncer. Mais la chaîne s'enfoncera-t-elle moins vite en s'allégeant de ce boulet qu'était Taddéi ? C'est même pas sûr...

''Le tête à tête'' de Frédéric Taddeï     Page 7 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum