Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Nom, nom et nom !    Page 1 sur 2

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Nom, nom et nom ! - le Dim 12 Fév 2012, 22:34

À voix nue du 06 au 10 février 2012 : " Hélène Carrère d'Encausse, pensez-vous, Hélène Carrère d'Encausse, être régicide par vos ancêtres, Hélène Carrère d'Encausse ?"

Voilà, à peine caricaturée, la manière qu'a un certain Martin Quenehen (dont le ton désagréable rappelle souvent celui de l'interrogatoire) quand il pose une question à la ci-dessus nommée (on ne peut plus dire son nom tant Quenehen nous en a abreuvé).

Encore un gâchis sur France Culture (à dire sur le rythme des annonces auto-promotionnelles). Questions : le journaliste a-t-il reçu la consigne de prononcer le nom de l'invitée au moins deux fois par question de 10 secondes ? Si oui, pourquoi ? Un quelconque décideur pense-t-il que des auditeurs prennent l'antenne en cours à chaque minute ? Qu'ils ne peuvent attendre plus d'une à deux minutes avant de savoir qui parle du sujet ? Et qu'ils vont l'oublier si on ne le leur rabâche pas ?

Il serait intéressant de connaître le pourcentage d'écoute de ces émissions "de patrimoine" en téléchargement et non en direct devant le poste. Ceux qui écoutent en différé ont choisi l'émission pour l'invité (ou pour le sujet ou pour le producteur) et savent donc très bien qui raconte ses mémoires, inutile de leur répéter son nom jusqu'à l'écoeurement.

Procédé absurde et démotivant l'écoute. Encore un gâchis sur France Culture. "Jingle"

PS. Visionné Sandrine Treiner, pour analyse, dans la vidéo de présentation de l'émission "À voix nue". Les moulinets des bras et les haussements d'épaules font visiblement partie des consignes impératives données par le vidéaste. Artificiel et ridicule. La voix ou un texte de la coordinatrice suffisaient amplement. Mais voilà, on est à la radio... selon des iconolâtres. Argent, moyens matériels et temps sont gaspillés.

2
Répondre en citant  
Le fantôme de Roger Couderc - le Lun 13 Fév 2012, 00:04

Dans le même genre....

Et que dire de la ponctuation des débats pendant la matinale quand Marc Voinchet CORNE littéralement chaque nom à chaque prise de parole, chaque question, chaque réponse.... Les noms de tous, même au bout de 20 minutes, même les noms de ceux qu'on entend chaque matin dans le même studio : beuglez mon cher, beuglez lui a-t-on dit, ainsi vous instruirez le veau d'auditeur, ainsi vous le retiendrez l'auditeur de passage, ce brave con inconstant que nous avons pour mission d'éduquer. Ouais. Sauf qu'il est permis de douter de l'efficacité de cette tactique épuisante et horripilante. Est-ce qu'on le retiendrait pas mieux l'auditeur; en lui laissant vivre un peu sa curiosité << ah tiens qui c'est qui parle, je la connais pas cette voix ? >>. Et que dire de l'effet sur l'invité ? Claude Hagège n'a donc pas réussi à lui faire comprendre, à Voinchet, que c'était pénible de se faire ainsi courser pendant toute l'émission par un imitateur de Roger Couderc qui donne au débat une ambiance de rugby ?

En se réécoutant, Voinchet pourrait sentir qu'il parasite son émission. Il pourrait se douter que la consigne, surement judicieuse quand elle a été instaurée, devient purement absurde d'être systématiquement appliquée. Mais pour ça, il lui faudra cultiver une autre conscience de son métier. Et puis être moins absorbé par le pilotage de sa matinale qui soumet son néocortex à des réflexes construits, et laisse le cerveau reptilien monopoliser son énergie. Non mais vous l'imaginez se posant fut-ce UNE fois la question << euh, est-ce que c'est bien utile ce que je fais ? bien pertinent ? ça serait pas un peu contre-productif ?? >>. Eh non, pas le temps. Et d'ailleurs pour tout ça, y a plus de place dans ce ciboulot archi-bourré par tous les clichés maison qu'il faut sortir chaque matin.

Cela dit, elle est généralisée dans France Culture, cette habitude du sous-titrage : on l'entend aussi chez Finkie, certes en moins pesant mais tout aussi présent, avec un temps de retard, comme si c'était un réflexe appris mais jamais si bien assimilé. Ca fait donc partie des signatures maison.

C'est d'autant plus affligeant que visiblement, la matinale de vendredi dernier avait été soigneusement préparée : non seulement en évitant le ton farce habituel et le copinage lourdaud, mais encore avec des archives choisies, des relances bien préparées, et des questions voulues pour ne pas être trop manichéens (du coup c'est l'invitée qui s'en est chargée).

3
Répondre en citant  
Re: Nom, nom et nom ! - le Lun 13 Fév 2012, 00:19

En plus d'être un tic de radio commerciale, s'imaginant que les auditeurs vont et viennent toutes les cinq minutes, je pense que c'est une stratégie qui se rapproche de ce qu'Arnaud Laporte faisait lorsqu'il recevait du monde dans ses émissions. Citer le nom de la personne, c'est dire "vous connaissez ce nom, il est important, vous l'avez déjà entendu et associé à une spécialité et le fait qu'il vous dise quelque chose, c'est qu'il est invité ailleurs, que vous avez vu son nom sur une couverture etc., et que nous, nous le recevons car nous sommes une grande station." C'est un peu putassier, mais je crois qu'ils ont ça derrière la tête. Pour les Matins, la seule raison qui me fait encore écouter les jours où ce n'est plus culturel, c'est d'espérer voir Voinchet frappé d'une soudaine fulgurance, les yeux écarquillés, avec le studio qui se tait, tout le monde le regarde, il ne relance pas la discussion, il se lève doucement, enlève son casque, se dirige à reculons vers la porte, l'ouvre derrière lui, disparait derrière se met à courir pendant des jours et plus personne n'eut jamais de ses nouvelles... (et un grand silence s'abattit soudain sur toute la Terre).

4
Répondre en citant  
Et c'est Voinchet qui trinque ! - le Lun 13 Fév 2012, 06:47

C'est en effet pénible, ces répétitions du nom des invités. J'ai réécoute Répliques de Samedi, que j'avais appreciéee, et A. Finkelkraut a été systématique lui aussi, à chaque prise de parole des invités. Du temps du Grain à moudre de Couturier on avait droit à trois présentations des invités, au début, au milieu et la fin d'une émission trés longue de.....40 minutes.
C'est donc une politique voulue par la chaine (Radio-France ?).
Ce qui permet à notre petite meute de venir mordre les fesses du pauvre Voinchet qui, dans ce domaine, n'est ni pire ni mieux que les autres.

5
Répondre en citant  
Re: Nom, nom et nom ! - le Lun 13 Fév 2012, 08:24

Eh oui, Alain, Voinchet est un peu une mascotte, par ici ... Ne vous inquiétez pas, c'est devenu affectueux, à force.
Cette façon de répéter à l'envi le nom de l'invité relève, peut-être, de deux choses. D'une part, d'après ce que nous savons des études sur l'écoute de la radio, nombre de "néo-auditeurs" paraissent opérer une sorte de zapping, ils vont et ils viennent sur les ondes amères et radiophoniques.
Par ailleurs, je crois que comme pour les politiques de communication, il doit y avoir un effet de mode, de conformisme et de facilité. Ce fut lancé, ce fut copié, tout le monde le fait et les "styles"semblent interchangeables.

6
Répondre en citant  
Re: Nom, nom et nom ! - le Lun 13 Fév 2012, 10:13

@Mitsouko a écrit: [...] comme pour les politiques de communication, il doit y avoir un effet de mode, de conformisme et de facilité. Ce fut lancé, ce fut copié, tout le monde le fait et les "styles"semblent interchangeables.


Ou : l'imitation vue comme le mécanisme qui permet à la médiocrité de devenir le mode dominant. Dans une profession saturée de pressions et vide d'idées, on s'échappe comme on le peut. Alors si en plus on n'a pas l'habitude de se remettre en question, eh bien une fois trouvé/copié un tour d'animation, on ne le lâche plus.

D'ailleurs, on a vu que Marc Voinchet est peu soucieux de se renouveler : il sur-exploite les tricks et les formules piquées à Bernard Pivot, mais aussi bien ses propres trouvailles. La dernière : il a remplacé le cliché 'inventaire à la Prévert' par 'inventaire à la Umberto Eco'. On notera l'originalité et la finesse de cette trouvaille. Mais aussi on voit venir la sur-exploitation : déjà servie au moins 2 fois la semaine passée. Je sens qu'elle sera vite usée.

7
Répondre en citant  
Re: Nom, nom et nom ! - le Lun 13 Fév 2012, 10:24

@mitsouko a écrit:[...] nombre de "néo-auditeurs" paraissent opérer une sorte de zapping, ils vont et ils viennent sur les ondes amères et radiophoniques.
Question : est-ce qu'on retient l'auditeur-zappeur en martelant le nom d'un invité ? On peut le croire. On peut aussi croire le contraire. Car l'hypothèse inverse est aussi solide : on retient l'auditeur-zappeur en allumant sa curiosité.

De là, deux moyens :
1) qui parle ?
- Réponse : ne pas le dire trop vite, surtout quand l'invité est faiblement connu du grand public. Car une fois reconnu un nom inconnu, si là était sa seule curiosité eh bien le zappeur zappe. Voila ce qui arrive quand on méprise l'auditeur, comme l'explique le post d'ouverture de ce fil, et quoique le diagnostic est assez cruel pour les gens de radio, hélas je le crois juste : FC prend volontiers ses auditeurs pour des veaux.
- Commentaire : tenter de retenir l'auditeur en lui assénant le nom de l'invité, c'est aussi étiqueter sa parole à sa personne, en réduisant un message à un nom. On reconnait la réduction sémantique, procédé usuel chez les esprits paresseux, comme Voinchet la pratique même en parlant des absents. Ainsi récemment, alors que Slama cite Philippe Nemo, Voinchet l'interrompt sous prétexte que si ça vient de Philippe Nemo, eh bien non, n'est-ce pas, est-ce bien la peine de continuer ? Zéro pointé, le Voinche !! (Et Slama ne l'a pas loupé, tout en restant amical).
2) on entend quoi ?
- Réponse : en sous-titrant moins lourdement, on pousse l'auditeur curieux à écouter ce qui se dit. Et -mirake- : ça pourrait l'intéresser !
- Commentaire : encore faudrait-il lui servir un propos original et intelligent, et non une bouillie attendue. La bouillie attendue, que ce soit de la répétition médiatique ou des scies de l'Agit-Prop (les deux genres favoris de la matinale), ne retiendra d'auditeur-zappeur que celui qui est demandeur de la piètre qualité que ces deux genres supposent. Précisément, c'est là que se joue la dégringolade de la qualité dans la matinale de France Culture.

Donc de deux choses l'une :
- Soit cette maladresse est volontaire, et vu d'ici ça ressemble à une consigne de com' mal comprise, mal appliquée.
- Soit l'ensemble a pour objectif de réunir un grand club d'auditeurs aussi engagés que l'est la troupe, et bien sûr dans le même sens. Je veux bien croire à un tel calcul chez un directeur retors et peu soucieux d'honnêteté journalistique. Mais ça ne cadre pas avec l'image débonnaire que je me fais du bon Voinchet, qui n'est jamais que la 3e catastrophe consécutive aux commandes de cette matinale (sauf que ça dure depuis bientôt 10 ans).

8
Répondre en citant  
Re: Nom, nom et nom ! - le Lun 13 Fév 2012, 10:34

J'admire la constance avec laquelle, Nessie, vous épinglez les bêtises à notre Voinchet national ! L'inventaire à la Umberto Eco ( qui pourrait faire ... chambre d'écho, ouarf, ouarf, ouarf !) est révélateur.
Hélas, vous avez raison. Je crois que ces facilités dans l'expression sont des signes de paresse et qu'elles érodent, minent voire privent la pensée de pouvoir s'exprimer. Ou plus exactement, elles empêchent toute pensée de se développer.
Elles créent un brouillage, un bavardage ambiant qui envahit tout.

9
Répondre en citant  
Pensée à 6h30 du matin? - le Lun 13 Fév 2012, 16:02

Je ne sais pas pour vous, mais moi, à 6h30 du matin et aprés m'être lever vers les 5 heures, ma pensée n'est pas trés profonde. Alors les "paresses" de Voinchet, je veux bien, mais elles sont compréhensibles. C'est toute la formule qui est à revoir. FC devrait faire preuve d'originalité en se démarquant des autres chaines et en supprimant le concept de "matinale". Vaste sujet !

10
Répondre en citant  
Re: Nom, nom et nom ! - le Lun 13 Fév 2012, 17:52

Effectivement, le cadre de cette matinale est devenu de plus en plus étroit avec les années, cherchant à mimer tous les exercices imposés des autres matinales, du style au rythme, du fond à la forme. Pour une radio qui souhaite promouvoir l'imagination, c'est particulièrement raté.

Sortir de ce carcan de la grande émission à catalyser l'audience matinale du réveil matin à l'après-petit déjeuner, ce serait une façon de commencer à faire autre chose.

France Culture s'emprisonne tellement...

Nom, nom et nom !     Page 1 sur 2

Haut de page ?   

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum