Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Nom, nom et nom !    Page 2 sur 2

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Nom, nom et nom ! - le Dim 12 Fév 2012, 22:34

Rappel du premier message :

À voix nue du 06 au 10 février 2012 : " Hélène Carrère d'Encausse, pensez-vous, Hélène Carrère d'Encausse, être régicide par vos ancêtres, Hélène Carrère d'Encausse ?"

Voilà, à peine caricaturée, la manière qu'a un certain Martin Quenehen (dont le ton désagréable rappelle souvent celui de l'interrogatoire) quand il pose une question à la ci-dessus nommée (on ne peut plus dire son nom tant Quenehen nous en a abreuvé).

Encore un gâchis sur France Culture (à dire sur le rythme des annonces auto-promotionnelles). Questions : le journaliste a-t-il reçu la consigne de prononcer le nom de l'invitée au moins deux fois par question de 10 secondes ? Si oui, pourquoi ? Un quelconque décideur pense-t-il que des auditeurs prennent l'antenne en cours à chaque minute ? Qu'ils ne peuvent attendre plus d'une à deux minutes avant de savoir qui parle du sujet ? Et qu'ils vont l'oublier si on ne le leur rabâche pas ?

Il serait intéressant de connaître le pourcentage d'écoute de ces émissions "de patrimoine" en téléchargement et non en direct devant le poste. Ceux qui écoutent en différé ont choisi l'émission pour l'invité (ou pour le sujet ou pour le producteur) et savent donc très bien qui raconte ses mémoires, inutile de leur répéter son nom jusqu'à l'écoeurement.

Procédé absurde et démotivant l'écoute. Encore un gâchis sur France Culture. "Jingle"

PS. Visionné Sandrine Treiner, pour analyse, dans la vidéo de présentation de l'émission "À voix nue". Les moulinets des bras et les haussements d'épaules font visiblement partie des consignes impératives données par le vidéaste. Artificiel et ridicule. La voix ou un texte de la coordinatrice suffisaient amplement. Mais voilà, on est à la radio... selon des iconolâtres. Argent, moyens matériels et temps sont gaspillés.

* * *

11
Répondre en citant  
Re: Nom, nom et nom ! - le Lun 13 Fév 2012, 17:52

Effectivement, le cadre de cette matinale est devenu de plus en plus étroit avec les années, cherchant à mimer tous les exercices imposés des autres matinales, du style au rythme, du fond à la forme. Pour une radio qui souhaite promouvoir l'imagination, c'est particulièrement raté.

Sortir de ce carcan de la grande émission à catalyser l'audience matinale du réveil matin à l'après-petit déjeuner, ce serait une façon de commencer à faire autre chose.

France Culture s'emprisonne tellement...

12
Répondre en citant  
Alors Michel Pastoureau, dites-nous, Michel Pastoureau ce que vous, Michel Pastoureau, etc. - le Lun 20 Juil 2015, 17:32

Il paraît que « Mathilde Wagman travaille depuis quatre ans à France Culture »  Les Animaux ont aussi leur histoire.

Dans l'émission sur L’ours, elle dit une fois par minute le nom de Michel Pastoureau. Parfois d'un ton comminatoire, en interrompant, elle, la jeune femme,  le vieux savant rompu à l'interview à France Culture dont on ne sait pourquoi il a accepté  de faire cette série d'émissions (pour faire plaisir à son éditeur ? On ne le sent pas d'attaque...).

Quoi qu'il en soit, un petit extrait pour, en plus de montrer comment on fait  croire qu'on maîtrise la parole et l'invité, faire observer l'art de la relance... (« Oui, le caractère massif de l'animal est l'une des dimensions les plus importantes, hein, etc. »)

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/07/s29/RF_AFBEE20D-3782-4B9F-B691-341443319CE8_GENE.MP3" debut="06:51" fin="07:59"]

13
Répondre en citant  
Barry Jean Ancelet X 10 ou X 15 ? - le Ven 24 Juil 2015, 22:38

Antoine Perraud est éternel. Bien que quittant, semble-t-il, France Culture  (vu l'état de la station, qui peut prédire quoi que ce soit ?) où il a travaillé quasiment 30 ans, si l'on en croit le journal favori de Nessie (Perraud bio*), il reste gravé dans nos mémoires sur le ruban de nos cassettes et dans nos disques durs.

Ce n'est donc pas tirer sur une ambulance, d'autant qu'il se porte très bien au sein du journal d'Edwy Plenel, que de lui adresser une petite remarque sur un ton bénin (car l'on sait que le sieur Perraud monte très vite sur ses grands chevaux** et il ne faut pas provoquer de coups de sang par cette chaleur de juillet) : M. Perraud, donc, combien de fois avez-vous dit le nom de l'invité en 28 minutes, que ce soit dans vos questions, dans vos précisions, dans votre introduction et en conclusion, au cours de l'émission Retour aux Cajuns de Louisiane ?  Je dirais plutôt 15 que 10. C'est un exemple que Mathilde Wagman citée ci-dessus a dû méditer.

Le résultat de cette très irritante répétition ? On finit par ne plus écouter l'émission tant le nom articulé avec l'art qui vous honore (= hyper articulé) résonne comme une bizarrerie, un objet autonome, le sujet parlant (Barry Jean Ancelet) devenant plus important que ce qu'il dit et son nom suscitant diverses interrogations.

On sent que cela vous a fait plaisir (un plaisir de goûteur de mots) de répéter ce nom. Mais bon, comment expliquez-vous que bien des entretiens de qualité ont été réalisés dans le passé sans que l'interlocuteur ait été interpellé toutes les une ou deux minutes par son nom ?

Sinon, j'ai bien aimé entendre l'invité de cet avant-dernier numéro de Tire ta langue : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/06/s26/RF_81B24CAC-9221-4EF9-9404-3A8665139997_GENE.MP3" debut="19:36" fin="20:57"]
On [la France hexagonale] a perdu le goût et le sens du grand large ? ? Quand la formule remplace le sens... (c'est à France Culture !)

*********
* Où l'on découvre une acception intéressante de la forme pronominale du verbe "accomplir"  : "à Télérama, où il s'accomplit en introduisant le terme «bobo»"

** on sent dans la réponse (malhabile) à un auditeur mécontent sur un sujet délicat ici que la bile est près de déborder...

14
Répondre en citant  
Bonjour X, ça va, X, alors, X, vous en pensez quoi, X ? - le Lun 27 Juil 2015, 13:05

Suite au post 12 de ce fil sur le même sujet
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/07/s30/RF_63D246CE-2230-464D-943D-8CAE867BA241_GENE.MP3" debut="02:05" fin="02:25"]
2 fois en 18 secondes, qui dit mieux ?

Et quelle voix à se boucher les oreilles !

Et « funéraire » (« funéraire-hein »)  pour « funèbre », etc.

Il a déjà été question de ce numéro Maître corbeau, oiseau de malheur ? dans une érudite et vraiment stimulante contribution d'Antoine Arnoux :  Pléonasme à la puissance deux

15
Répondre en citant  
Caroline Broué nous lasse - le Mer 21 Oct 2015, 20:26

Bonjour Alexandre Tharaud, aujourd'hui nous parlons de votre CD, Alexandre Tharaud, vous enregistrez les Variations Goldberg, et dans un entretien vous avez dit, Alexandre Tharaud, que votre variation préférée est la 25e, alors Alexandre Tharaud, vous confirmez ?

Alexandre Tharaud pour son nouvau disque : Les variations Goldberg, de Bach [« nouvau » [sic)]

Je n'a pas compté mais je veux bien parier un disque dur d'un Tera  qu'en 25 minutes, elle a prononcé le nom entre 10 et 15 fois minimum. Je n'appelle pas ça du professionnalisme, mais du lavage de cerveau. À la manière de ces publicités radio ou télé où en 30 secondes on entend répéter le nom du produit sur tous les tons.

Voir aussi La Grande Table

16
Répondre en citant  
Des noms mais aucun prénom... - le Jeu 10 Mar 2016, 20:42

Birnbaum (Jean) donne du Angot par-ci, du Duras par-là, mais de prénom, point. Ce doivent être des classiques... [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13193-10.03.2016-ITEMA_20932921-0.mp3" debut="00:00" fin="02:45"]

La Séquence des partenaires : Jeudi 10 mars 2016

17
Répondre en citant  
Des débutants - le Mer 27 Avr 2016, 13:10

Si durant les 20 premières minutes du numéro de La Fabrique de l'histoire, Shakespeare en son temps, vous n'avez pas entendu au moins 20 fois le nom de Bernard Cottret, historien, spécialiste de l'histoire de l'Angleterre Professeur à l'Institut universitaire de France Enseigne à l'Université de Versailles-Saint Quentin et à l'Ircom (Paris Sorbonne), alors c'est que vous avez écouté l'émission d'une seule oreille. Il faut entendre comme l'élève appliquée, Anaïs Kien, véritable mouche du coche, intervient à tort et à travers dans la discussion en indiquant systématiquement le nom de l'invité après chacune de ses sorties creuses (celles de Kien, évidemment, désolé, tout ça m'énerve).

Le chercheur aurait sans doute quelque chose à nous dire si l'atmosphère superficielle et Anaïs (Laurentin, lui donne la parole par son prénom, tout le monde il est copain...) n'amenaient pas l'historien à faire des confidences personnelles et des commentaires déplacés sur les femmes (tout ça le fait beaucoup rire).

France Culture tourne au bruit de fond à but de distraction au lieu d'être l'université populaire que sa mission lui impose.

18
Répondre en citant  
Re: Nom, nom et nom ! - le Ven 14 Oct 2016, 14:03

Pourquoi Michel Pomarède rappelle-t-il son nom à Véronique Margron dans chacune des questions qu'il lui pose ? L'aurait-elle oublié ? À voix nue, Véronique Margron, une dominicaine à l’écoute des fragilités humaines [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-03.10.2016-ITEMA_21093138-0.mp3" debut="03:19" fin="03:28"] et ainsi pendant une demi-heure. Ça lasse.

19
Répondre en citant  
Bobby Watson - Bobby Watson - Bobby Watson - le Mar 01 Nov 2016, 17:39

Dans le numéro des Nouveaux Chemins qui s'écoute avec un cachet d'aspirine à portée de main "La conversation comme manière de vivre" d'Ali Benmakhlouf, on entend cette remarque que certains producteurs répétiteurs du nom de l'invité feraient bien de méditer. Elle vient après l'intervention de Mosna-Savoye qui beugle et martèle les mots durant tout l'entretien, mais c'est une autre histoire : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-28.10.2016-ITEMA_21118129-2.mp3" debut="17:52" fin="18:53"]

Ici le passage en question de "La cantatrice chauve", pièce culte à laquelle on a sans doute fait trop d'honneur, comme à Ionesco, d'ailleurs, auteur incontournable à une époque pas si lointaine (mais Rhinocéros fait-il aimer la littérature aux collégiens et lycéens ?) :  [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10467-28.10.2016-ITEMA_21118129-2.mp3" debut="15:16" fin="16:19"]

20
Répondre en citant  
« La radio n’a pas d’images », sans blague ? - le Sam 26 Nov 2016, 14:57

Un message d'auditeur qui va droit au cœur. Mais pas de celui du prétendu médiateur qui ne connaît rien à l'écoute de la radio. Une réponse qui montre combien cette personne de France Info promue "médiateur des antennes" est à des années-lumières de toute réflexion sur la réception d'une émission culturelle.

Les discussions du soir : injonction itérative ?

"Armelle Domenach 25/11/2016 14:32 France Culture
Bonjour,
Émission « Les discussions du soir ».
Je suppose que les invités reçoivent la consigne de s'adresser leur locuteur en prononçant leurs nom et prénom.
Je note que pour les émissions animées par Régis Debray et Antoine Garapon, la fréquence de répétition est très élevée, voire anormalement élevée.
Par exemple, l'émission du 24 novembre avec Antoine Garapon : entre 22 h 40 et 22 h 53, la locutrice a prononcé « Antoine Garapon » une fois par minute. S'agit-il de faire de la promotion ? À ce rythme itératif, vous comprendrez que je m'interroge en plus d'^tre vraiment très agacée par cette séquence prénom + nom.
En vous remerciant de ce que vous pourrez faire.
Armelle Domenach"

Médiateur : La fréquence de la répétition
Il ne s’agit pas de faire la promotion, mais c’est une règle de base de la radio: rappeler régulièrement qui est au micro. D’abord, parce la radio n’a pas d’images, donc difficile d’identifier qui parle. Ensuite, parce qu’à la radio, les auditeurs arrivent à tout moment (pas forcément au début de l’émission) et que chaque nouvel auditeur doit savoir qui parle. Peut-être en avez-vous fait l’expérience, il est très frustrant d’écouter un invité sans savoir qui il est…


Pauvrissime commentaire. En outre, complètement à côté de la plaque, puisque le reproche adressé à la station est celui, rarement fait, d'entendre le nom du producteur dit par L'INVITÉ. La réponse, elle, porte sur ce qui n'est pas reproché mais qui doit l'être, à savoir la mention répétée du nom de l'invité par LE PRODUCTEUR.

À la réponse hors de propos du médiateur, on peut néanmoins réagir en s'interrogeant sur la proportion des émissions dites culturelles écoutées en podcast, c'est-à-dire, choisies, dont on connaît l'intervenant ? Grande. Mais le prétendu médiateur pense encore dans la catégorie de la radio d'avant Internet. Dramatique d'avoir quelqu'un à cette place. Et écrivant "à la radio", il a aussi dû penser à son antenne chérie, France Info. Comme si toutes les antennes relevaient des mêmes pratiques ! Notons enfin que cette mode stupide (producteur dit nom de l'invité dans chaque question ou relance) touche également France Musique, Stéphane Grant en étant son premier illustrateur. Mais ne connaîtrait-on d'ailleurs pas le nom durant dix ou 15 minutes que l'entretien ne serait pas moins intéressant. Nessie a écrit quelque part dans ce forum que ne pas savoir le nom pouvait justement être un avantage, l'auditeur jugeant sur ce qu'il écoute et non avec le filtre déformant de la réputation que porte l'invité.

Bruno Denaes est journaliste à Radio France depuis 1980. Il a été rédacteur en chef dans plusieurs stations locales (France Bleu), puis à France Info, avant d’en devenir le secrétaire général. Il est médiateur des antennes depuis août 2015. [un parcours très approprié pour devenir "médiateur"...]

Nom, nom et nom !     Page 2 sur 2

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum