Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 13 ... 23  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

La Fiction à France Culture    Page 4 sur 23

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
La Fiction à France Culture - le Mar 03 Avr 2012, 23:29

Rappel du premier message :

Qui niera le pouvoir de fascination (et d'addiction) de l'information journalistique, même mauvaise ou biaisée ?  Qui ne voit pas l'attrait qu'exercent sur l'intellect les plus ou moins beaux discours savants (quand il y en a), même si, une fois l'émission passée, on est gros Jean comme devant (à moins d'avoir pris des notes et d'aller lire sur le sujet et en discuter, ce que les Allemands décrivent de manière imagée par "sich mit dem Thema auseinandersetzen).

La création radiophonique, la lecture de textes littéraires ou de poèmes, les adaptations radiophoniques de romans ou de correspondances suscitent peu de commentaires. De fait, parmi les auditeurs attentifs, il existe un sous-ensemble (oui, on a fait des maths modernes dans les années 1970... au début de nos années dix, comme dirait C. Broué...), celui des auditeurs attentifs puissance 2 qui suivent les fictions et lectures où il ne faut pas perdre un mot de ce qui est diffusé.

Il semble que France Culture rattrape en partie la médiocrité de ses débats par la qualité de ses créations, notamment dans le Feuilleton du soir. Ainsi on se rappelle une superbe série en 10 épisodes sur Fanny Stevenson en juin 2011 : http://www.franceculture.fr/emission-fictions-le-feuilleton-les-iles-au-tresor-de-fanny-stevenson-de-sylvie-peju-810-2011-06-22.

Cette semaine du 02 avril 2012, c'est la voix du talentueux et attachant lecteur Georges Claisse (souvent sollicité dans les Nouveaux Chemins de la Connaissance) qui nous a fait nous attacher à cette captivante adaptation radiophonique de "Trois affaires criminelles résolues par le juge Ti" de Robert Van Gulik.

L'art spécifiquement radiophonique (les Ateliers de Création, les lectures, les dramatiques, etc.) est un genre que le service public peut s'honorer de représenter via France Culture. Que subsistent, à l'ère de l'audio-visuel, d'Internet et du tout informatif, ces enclaves nourrissant l'imaginaire est signe que tout n'est pas parti à vau-l'eau, loin de là.

http://www.franceculture.fr/emission-fictions-le-feuilleton-trois-affaires-criminelles-resolues-par-le-juge-ti-de-robert-van-gul
Adaptation : François Cuel ; Réalisation : Jean-Matthieu Zahnd ; Suivi éditorial : Emmanuelle Chevrière, conseillère littéraire ; Bruitages : Bertrand Amiel ; Equipe de réalisation : Bernard Lagnel et Matthieu Le Roux; Assistant à la réalisation : Benjamin Hû
* * *

31
Répondre en citant  
Feuilleton : Jean Zay - le Ven 05 Avr 2013, 14:41

Je signale le feuilleton de la semaine passée : Jean Zay, solitude et souvenirs. Pages arrachées à un journal de captivité. Du 25 au 29 mars 2013.

Bon ça n'est pas le sommet de la nouveauté comme thème ni même dans le thème : on a déjà eu Soljénitsyne, David Rousset. Et non plus c'est pas marrant mais au moins grâce à la gravité du sujet, on échappe à la niaiserie maison. Et surtout c'est fort bien fait, notamment grâce au personnage principal on échappe à la garderie d'enfants qu'est devenu le collège des comédiens de la maison.

Une curiosité : ce feuilleton est réalisé en direct. Raison de plus pour en tester la qualité. Moi je ne suis pas déçu. Le contrepoint au piano de François Couturier est impeccable de sensibilité et de retenue ; je suppose que c'est le Couturier qui a longtemps travaillé avec Janneau et Jean-Paul Céléa, formant avec eux le noyau de plusieurs trios ou quartettes qu'on a beaucoup entendu chez Yvan Amar .

L'ensemble est signé d'un orfèvre de la maison : Marguerite Gateau. Voici la présentation qu'on peut lire à la page du premier épisode de cette série de 5 :
<< En 1932, Jean Zay, jeune avocat au barreau d’Orléans, est élu député radical du Loiret. En 1936, à 32 ans, il se voit confier par Léon Blum le ministère de l’Education nationale et des Beaux-Arts. Il démocratise et modernise le système scolaire français. Il crée le CNRS, le musée de l’Homme, le festival de Cannes, le musée d’Art moderne et l’ENA. Il favorise la création artistique. Il défend les droits des écrivains. Il est sans relâche violemment attaqué par l’extrême-droite française comme ministre du Front populaire, antimunichois, Juif et franc-maçon. En 1940, hostile à l’armistice, il est l’une des premières cibles du régime de Vichy. Après un simulacre de procès, il est emprisonné jusqu’à son assassinat par la milice française, le 20 juin 1944. Il a 39 ans.

Souvenirs et solitude est l’œuvre à laquelle, de 1940 à 1944, Jean Zay, malgré la dureté de ses conditions de détention, consacre l’essentiel de ses forces. >>

32
Répondre en citant  
La vie trépidante de Brigitte Tornade - le Mer 08 Mai 2013, 14:58

Rien à rajouter à l'auto-citation ci-dessous (de janvier dernier), la 3e saison est très divertissante : http://www.franceculture.fr/emission-fictions-micro-fiction-la-vie-trepidante-de-brigitte-tornade-de-camille-kohler-25-saison-3-
@Philaunet a écrit: (...) Eh bien, une deuxième série de 5 épisodes de 7' est venue compléter la première série en rediffusion en novembre 2012 ici :
http://www.franceculture.fr/emission-fictions-micro-fiction-la-vie-trepidante-de-brigitte-tornade-mere-de-famille-de-camille-k-4
Ça s'écoute et se réécoute sans perdre de son sel. Hilarant.

Pour la suite ici : http://www.franceculture.fr/emission-fictions-micro-fiction-la-vie-trepidante-de-brigitte-tornade-mere-de-famille-de-camille-k-9      Saison 2 /10.12.2012
Les deux derniers épisodes sont d'une grande drôlerie dans le genre. Grâce aux deux acteurs du couple, Paul Tornade, Yannick Choirat, et surtout celle qui joue le rôle principal de Brigitte Tornade, Eléonore Joncquez.

Pour étancher la bile noire qui coule à flots quand on voit où se dirige France Culture en 2013.

33
Répondre en citant  
« Micro-fiction » en 2012 devenue «La vie moderne » en 2013 - le Mar 17 Sep 2013, 00:17

Que ceux et celles qui ont ri ou souri à ceci, « Nous 1/5 de Yann Coridian », aient la gentillesse de nous dire à quel moment ou pourquoi.

Franchement, ce premier numéro fait craindre le pire en matière de vulgarité et de bêtise. C'est censé attirer « les jeunes » ou en être le miroir ? Mouais...
http://www.franceculture.fr/emission-fictions-la-vie-moderne-nous-15-2013-09-16

34
Répondre en citant  
7 mn de perdues ou l'art de faire croître le grand vide sur FC - le Mar 17 Sep 2013, 19:23

Philonet , il n'est point besoin de rire ou de sourire pour qu'une fiction soit bonne mais vous comprenez que Yann Coridian a obtenu 3 étoiles dans télé 7 jours pour son film OUF pas très oufoque , une belle porte d'entrée à FC.
Dans son texte   il met un nom comme" Pol Pot" et des mots comme" fuck you". Achement engagé et libéré...
En fait (expression très usitée par nos jeunes)derrière cette fiction /les temps modernes se cache une véritable entreprise de sabotage de l'émission La Grande Table qui suit juste après car il faut bien deux heures pour se remettre des claquements de portes surdosés et du jeu des élèves du conservatoire très supérieur de la Capitale.
Voilà!   (Lars von Trier a dit dans un de ses films : "les Français disent toujours  voilà)

J'vais m'écouter la famille Duraton

et la vie moderne de Ferré

                radios
"Les  journaux , c´est comme les pansements
Faut en changer de temps en temps
Sinon ça vous froisse les idées
Et puis d´abord, faut pas d´idées
Car les idées, ça fait penser
Et les pensées, ça fait gueuler"


Que la fiction vous tienne en froid

35
Répondre en citant  
Naufrage - le Mar 17 Sep 2013, 23:02

@Fontaine a écrit:Philonet , il n'est point besoin de rire ou de sourire pour qu'une fiction soit bonne mais vous comprenez que Yann Coridian a obtenu 3 étoiles dans télé 7 jours pour son film OUF pas très oufoque , une belle porte d'entrée à FC.
Dans son texte   il met un nom comme" Pol Pot" et des mots comme" fuck you". Achement engagé et libéré...
@Fontaine.
Aux heures les plus sombres de ce blog, un sinistre jour du mois de décembre 2012, vous me gratifiâtes d’un Filaunez qui me poursuit depuis lors.  

Longtemps je me suis mouché de bonne heure afin de ne pas passer pour un morveux et me voici par vous exposé, goutte aux nez, sur la place publique ! Que faire, n’étant pas Cyrano ? Médire de vos textes ? Difficile, vu leur intérêt et leur créativité, notamment en matière de pastiche de la chanson française. Ironiser sur votre urinoir ? Compliqué. Cela m’obligerait, pour ne pas être accusé de faire deux poids deux mesures, à dire un mot d’un certain casque de Viking.

Mais enfin pourquoi voir du mal là où il n’y en a pas ? Un peu comme ces contributeurs qui voient de mauvaises intentions chez des producteurs de France Culture, lesquels veulent pourtant faire du bien au monde. Finalement, j’ai compris votre impératif (bienveillant) : « Fil aunez ! ». Ce que je fais sur-le-(Du)champ : pour celui-ci, 34 commentaires sur quatre pages.

Revenons à ce que vous nous dites d'un certain Yann Coridan, « auteur » de Nous (entre « Nous », je préfère celui de Claude Roy). Cet homme est jeune et déjà il décline. Quoi ? Son film, dont vous avez eu la bonté de nous donner le titre très inspiré (ou plutôt, expiré) « Ouf ». Carrément.

En en voyant la bande-annonce, on comprend mieux (façon de parler) le texte qui est servi dans cette série de cinq « micro-fictions ». Pour voir, j'ai essayer le deuxième numéro. Ce qui passe peut-être au cinéma en faisant des grimaces devient vraiment très poussif à la radio, vu la nullité complète du texte et de sa dynamique.

Les jeunes acteurs ne sont pas en cause. Ils faut bien qu'ils fassent leurs premières armes et comment s'en tirer (sinon dans le pied) quand on doit interpréter un texte aussi ridicule (le bébé qui dit "fuck you" comme premiers mots, on se gondole !). Pour tenter de ne pas totalement sombrer à cause des mots, le réalisateur Michel Sidoroff (le pauvre !) nous fait entendre maints soupirs, reniflements, ahanements (il est question de barque dans ce 2e numéro, mais ce serait plutôt une galère).

On note finalement un effet qu'on retrouve dans beaucoup de (mauvaises) méthodes de langue française : en l'absence d'imagination, les dialogues sont des disputes  artificiellement gonflées, en général entre parents et enfants ou entre membres de couples.  Crédibilité = zéro.

Quand même, à ceux qui diront qu'il en faut pour tous les goûts, etc, on dira qu'au bout du compte l'écoute de ces  5 minutes n'est pas perdue  : elle permet de se rendre compte de l'image de la « vie moderne » que veut donner le réalisateur de l'inoubliable « Ouf ».  Risible est le mot le plus faible qu'on puisse trouver.

PS Lars von Trier a raison, les étrangers aiment notre « Voilà ». Aussi notre  « Ben alors ! ».

36
Répondre en citant  
Pas besoin d'être sérieux qd on a 17 ans - le Jeu 19 Sep 2013, 15:50

Une réplique de de la microtte-fiction "NOUS" by Yann Coridian
vers 11:50 sur France Culture épisode 3 du 18 sept 2013 :

"Pas envie de me carboniser la chatte dans un tunnel"

Cet épisode se termine par la chanson"24 000 baisers " en italien.
La version de Dario Moreno aurait été bienvenue lui qui fût un superbe Sancho
dans l'homme de la Manche de Brel et  s'il faut compter les baise(r)s sur FC on est loin du compte.

Ensuite on se tartine la Bohême d'Arthur, l'auteur n'a pas fouillé très loin dans le poétique répertoire des collèges. J'vais reécouter "les assis " et "les poètes de 7 ans " par Ferré.

Une question à ceux qui savent comment fonctionne la sélection dans cette taule: copinage en un seul mot, tête du client ou profil idéal-muse-et-j'étais-ton-féal  pour l'orientation de la radio en  cette rentrée ?

Que d'émissions splendides j'ai rêvées !

On attend la chute de la fiction ness pas fils honnête ?

37
Répondre en citant  
Mission Impossible - le Ven 20 Sep 2013, 20:55

@Fontaine a écrit:(...) Une question à ceux qui savent comment fonctionne la sélection dans cette taule: copinage en un seul mot, tête du client ou profil idéal-muse-et-j'étais-ton-féal  pour l'orientation de la radio en  cette rentrée ?

Que d'émissions splendides j'ai rêvées !
Fontaine, votre mission, si vous l'acceptez, nous donner une citation tirée des 5 premières minutes du feuilleton  Agrippine 1/5 de Claire Brétécher 16.09.2013, car de mon côté je ne me sens pas la force de réécouter cette hystérie d'une débilité et d'une grossièreté  du même tonneau que la micro-fiction de Coridian.

Sauf qu'ici nous avons 5 épisodes de 25 minutes, soit 125 minutes. France Culture a vraiment du temps d'antenne à gaspiller. Enfin qui écoute ça ? Les anciens lecteurs du NouvelObs où a longtemps paru cette BD ? Les classes moyennes dont parle Nessie à propos de la série d'Andrew Orr ?

Mais ce qui pouvait se  laisser regarder d'un oeil amusé (pas le mien) durant 15 secondes peut-il capter l'attention d'un auditeur durant 25 minutes et cinq fois dans la semaine ? J'en doute fort. Alors ? On se demande si le but de ces adaptations n'est tout simplement pas de faire travailler des interprètes, de payer des royalties à tel auteur et tel éditeur et à la fin de pouvoir revendiquer tant d'heures de « création » sur la chaîne pour satisfaire à des obligations contractuelles. L'auditeur réél ? Le cadet des soucis de certains programmateurs (Fontaine, allez-vous nous sortir un couplet sur Cadet Rousselle ? Cela changerait de  Ferré, quoique l'on aime bien son interprétation musicale, au disque, du poème de Rimbaud « Les assis » que vous mentionniez en même temps que « Ma Bohême », un de « ces bons soirs de septembre »).  

Si la mission est par trop impossible, vous pouvez vous  tourner, par exemple, vers la RTBF/Musiq3 où Axelle Thiry,  le 15 septembre, présentait une émission de toute beauté sur Schubert : Schubert, le voyageur sur la terre. Au fait, j'espère que vous avez trouvé entre-temps le nom du compositeur du Boléro de Ravel.

38
Répondre en citant  
Re: La Fiction à France Culture - le Sam 21 Sep 2013, 22:54

Fontaine, votre mission, si vous l'acceptez, nous donner une citation tirée des 5 premières minutes du feuilleton Agrippine 1/5 de Claire Brétécher 16.09.2013, car de mon côté je ne me sens pas la force de réécouter cette hystérie d'une débilité et d'une grossièreté du même tonneau que la micro-fiction de Coridian.


Ne buvez pas de cette eau sans vie, Fontaine !
Je ne me sens pas non plus la force de réécouter ce truc bruyant et idiot, même pas divertissant en fin de journée lorsque les neurones aspirent à la légèreté ... Hystérique et débile, c'est cela.
Je ne crois pas qu'à France Q, l'auditeur réel soit "cerné". On doit à la fois le rêver et surtout, c'est du moins les conclusions que je tire des cochonneries en cour désormais, on vise à le reformater.
Adieu les vieux cons, les amoureux du beau parler et des Lettres, les historiens amateurs et les esthètes de tout poil, fuck off la chienlit patrimoniale réac, viva la conneria branchée, c'est pour tout le monde !
On a sur ce forum déjà mentionné le culte narcissique, vaniteux qui accompagne cette nouvelle radio.

Je n'ajouterai qu'une chose. La culture, cette culture, pur appendice de la sottise snob, abêtit.
J'aime assez cet apparent paradoxe, de culture qui rend idiot, qui rend bête à bouffer du foin et écouter les musiques à Tchoungui et les conseils à Rebeihi.

Ce n'est point neuf. Un dénommé Proust en a fait des merveilles de ce conformisme culturel.
Heureusement, tous les journalistes de France Culture l'ont oublié, ce Proust, à moins qu'ils n'en aient jamais entendu parler que par ouï dire, comme il se doit dans leur job de salarié du vide et de l'actualité.

39
Répondre en citant  
Si 007 ne prend pas la mission Agrippine 008 le remplacera... - le Lun 23 Sep 2013, 18:38

Je ne me sens pas la vocation
d'éplucher les fruits pourris de
France Culture.

Comme nous le dit Marc Voinchet
les fruits sont hors de prix
c'est une honte de nous les présenter
imbouffables sur cette station

Dès que vous aurez connaissance de mon refus
ce message sera automatiquement détruit

my name is Voinchet, call me Marc  Siffle

40
Répondre en citant  
Digression - le Lun 23 Sep 2013, 20:10

@Fontaine a écrit:Je ne me sens pas la vocation
d'éplucher les fruits pourris de
France Culture.
Moi non plus, d'ailleurs, mais si c'est pour mettre le nez de la direction de France Culture dans le caca pour qu'elle le nettoie, je veux bien me sacrifier de temps en temps.

Strange fruit, alors ?  Dans la version mémorable en public que nous offrit un jour Renaud Machart sur France Musique et qui laissa l'auditeur pantelant.

Ou les beaux fruits de Denisa Kerschova, sans doute pas débauchée de Radio Classique pour ses talents de musicologue, mais pour d'autres qualités sur lesquelles on ne s'attardera pas.

Ou si, dans le fil Des voix et des ondes.

41
Répondre en citant  
Re: La Fiction à France Culture - le Lun 23 Sep 2013, 21:04

@Philaunet a écrit:Ou les beaux fruits de Denisa Kerschova, sans doute pas débauchée de Radio Classique pour ses talents de musicologue, mais pour d'autres qualités sur lesquelles on ne s'attardera pas.
Si on s'y attardait, on pourrait raccourcir le nom de ce forum en Regards sur France Cul.

La Fiction à France Culture     Page 4 sur 23

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 13 ... 23  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum