Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 14 ... 24  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Des voix et des ondes    Page 5 sur 24

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Des voix et des ondes - le Mar 23 Oct 2012, 00:41

Rappel du premier message :

"Et l'on a été blessé par la voix de Carole Desbarats (j'achète votre système de gommage de la voix de l'intervieweur...). De deux choses l'une : soit l'on engage un phoniatre ou un orthophoniste à France Culture et l'on y envoie cette Desbarats avec Antoine Perraud, et Tewfik Hakem pour rendre leur voix moins éraillée, moins "à bout de souffle" permanent (c'est chic le "à bout de souffle", chanteurs et chanteuses françaises s'y essaient avec succès), soit on se sépare de ces gens et l'on en emploie d'autres qui ont des voix bien posées et qui font du bien à entendre." Dixit Philaunet ailleurs.
L'occasion d'ouvrir un espace de discussion sur la "qualité" des voix.
Et par exemple l'occasion de s'interroger sur la présence à l'antenne de Nadine Epstain dont j'apprécie toujours la justesse journalistique tout en déplorant le désastre radiophonique. Qu'en pensez-vous ?
* * *

41
Répondre en citant  
Pour les collectionneurs - le Mar 19 Fév 2013, 08:57

Pour les collectionneurs de sons bizarroïdes, je signale deux curiosités, toutes deux dans les Lundis de l'histoire :

- Roger Chartier : yeuyeuteur en chef.
Entre 7 et 27 'yeu' à la minute.
Bon c'est pas une nouveauté. Au fil des années c'est devenu un tic permanent chez Chartier. Notez bien que ça n'a pas toujours été le cas : dans les émissions de 1980 il y en a un de temps en temps et c'est tout. Dans les cours du Collège que nous fourgue l'Eloge du savoir, c'est devenu permanent. Et dans les Lundis de l'histoire aussi. Je vous dis : au minimum 7 à la minute, mais il approche les 30 quand il est en forme.
Atassion : un double (=/yeu-yeu/) ne compte que pour un.

- Jacques Le Goff : le gargouillis de la gargouille.
Très chic et nouveau !
Remarqué hier dans le numéro sur Les Laboureurs, émission par ailleurs intéressante, mais tout de même ça fait mal d'écouter Le Goff qui avec ce gargarisme radiophonique, semble préparer son transfert à l'ACR de René Farabet dans la section 'hoerrispiel' pour les débutants, à moins qu'il ne vise d'emblée le plus haut degré : 'Bruits de casserole et pets de moucherons'.
(Le Goff ne sait pas que Farabet a été sacqué -violemment- à l'hiver 2000)
Qu'on en juge : [son mp3="http://download.od.tv-radio.com/france_culture_ondemand/sites/default/files/sons/2013/02/s07/RF_FCE00CF8-46DF-43CD-8F68-676618051ED9_GENE.MP3" debut="24:40" fin="26:28"]

Etonnant, non ?
Celui qui ayant tenu bon jusqu'à la fin est parvenu à écouter le toux sans se racler la gorge une seule fois gagne une pompe à salive (mon dentiste qui vient de fermer son cabinet en propose une presque entièrement osbtruée mais pouvant encore rendre service)





A part ça je dois dire que j'ai le plus grand respect pour les deux, oui même pour le bourdieusien qui justement ne l'est pas tant que ça, enfin seulement par la culotte mais pas tellement par le ciboulot. Et puis Le Goff, une fois qu'on a perdu Braudel et Duby, et même en leur temps, c'est une sacrée pointure, un animateur d'édition, et mieux encore un recadreur d'idées fausses, un ré-injecteur du minimum positiviste dans le travail de l'historien aux moments où l'Imaginaire se barrait en sucette (à lire certains on voit qu'il y est encore). Et puis -causons radio- c'est un grand ancien des Lundis depuis 30 ans sinon 40. Ben oui justement : ça fait une paye, hein.

42
Répondre en citant  
Re: Des voix et des ondes - le Mar 19 Fév 2013, 19:01

@Nessie a écrit:Pour les collectionneurs de sons bizarroïdes, je signale deux curiosités, toutes deux dans les Lundis de l'histoire :

- Roger Chartier : yeuyeuteur en chef.
Entre 7 et 27 'yeu' à la minute.
Bon c'est pas une nouveauté. Au fil des années c'est devenu un tic permanent chez Chartier. (...)
- Jacques Le Goff : le gargouillis de la gargouille.
Très chic et nouveau !
Remarqué hier dans le numéro sur Les Laboureurs, émission par ailleurs intéressante, mais tout de même ça fait mal d'écouter Le Goff
D'accord sur toute la ligne. Je n'écoute plus Chartier en raison de ce tic épuisant pour l'auditeur. Quant à Jacques Le Goff, il devrait faire pour sa voix ce que Jean Rochefort qui prend sa retraite aujourd'hui dit faire pour son son visage : ne plus s'en servir pour travailler à l'intention d'un public.

Ça fait en effet très mal d'écouter Le Goff, et rien que 10 secondes (des 1'30" que vous proposez) laissent un fort sentiment de malaise. Je n'écoutais déjà plus Les Lundis de l'histoire pour cette raison précise.

Maintenant, il est possible que FC dans un accès de mauvaise foi vous réponde que vous ne savez pas ce que vous voulez : vous pestez contre le jeunisme et vous voulez mettre à la retraite les piliers de la station !

Ce n'est pourtant pas antithétique. La voix est l'instrument, le seul et unique, qui compte à la radio. Et celle de Le Goff ne peut plus rendre le service qu'elle est censée rendre. Ça n'a rien à voir avec les qualités intellectuelles éminentes de l'historien. Le Goff n'est pas encore si gâteux qu'il ne puisse comprendre qu'il doit se retirer rapidement. Enfin, on l'espère.

43
Répondre en citant  
Re: Des voix et des ondes - le Mar 19 Fév 2013, 20:00

Je suis trés partagé sur ce sujet. D'un côté, je ne voudrais pas cautionner un délit de sale voix, similaire à celui de sale gueule; de l'autre, nous sommes à la radio.... Je respècte beaucoup J.Le Goff et les sujets de l'émission, donc je passe outre. Cela ne me gêne pas trop, en fait.
Je serais moins tolérant avec des voix plus audibles, plus agréable mais ayant des tons ampoulés.

44
Répondre en citant  
Eloge de la gargouille. - le Mar 19 Fév 2013, 20:06

Il en est qui n’éspère pas du tout que Jacques Le Goff se retire. Car la vitesse de croisière de la cervelle de Le Goff vous enterre magistralement nombre de lapereaux de l’année qui plastronnent à l’antenne. Et cette voix, ben les gars cette voix qui m’a longtemps fait sourire a depuis pris cette merveilleuse patine de l’ancien à laquelle je ne suis pas insensible, un peu comme la caillasse de Kravetz, et du coup je n’en entend que la singularité et plus les défauts.
Pour des raisons de santé, Le Goff enregistre à domicile, et ceux qui sont passés par son micro peuvent témoigner de la vivacité de l’homme, de sa maîtrise de l’entretien et de sa capacité à « prendre en main » son interlocuteur et border le sujet pour l’auditeur-amateur. C’est tout l’honneur de cette station que de maintenir encore le lien avec ce genre de personnage. Et puis quoi, il y a bien la place sur cette radio pour les chevrotements, les grumeaux et les gargouillis pourvu qu’ils aient de l’esprit. A votre place je profiterais du cabinet de curiosités avant le grand calibrage de la génération de jeanfoutres débraillés et conformistes qui pousse derrière.

45
Répondre en citant  
Re: Des voix et des ondes - le Mer 20 Fév 2013, 06:47

F. a écrit:Il en est qui n’éspère pas du tout que Jacques Le Goff se retire. Car la vitesse de croisière de la cervelle de Le Goff vous enterre magistralement nombre de lapereaux de l’année qui plastronnent à l’antenne. Et cette voix, ben les gars cette voix qui m’a longtemps fait sourire a depuis pris cette merveilleuse patine de l’ancien à laquelle je ne suis pas insensible, un peu comme la caillasse de Kravetz, et du coup je n’en entend que la singularité et plus les défauts.
Pour des raisons de santé, Le Goff enregistre à domicile, et ceux qui sont passés par son micro peuvent témoigner de la vivacité de l’homme, de sa maîtrise de l’entretien et de sa capacité à « prendre en main » son interlocuteur et border le sujet pour l’auditeur-amateur. C’est tout l’honneur de cette station que de maintenir encore le lien avec ce genre de personnage. Et puis quoi, il y a bien la place sur cette radio pour les chevrotements, les grumeaux et les gargouillis pourvu qu’ils aient de l’esprit. A votre place je profiterais du cabinet de curiosités avant le grand calibrage de la génération de jeanfoutres débraillés et conformistes qui pousse derrière.
De toutes façons si Le Goff se retire le risque est gros de le voir remplacé par un crétin poussé aux hormones dans le vivier du Poivrinet. Ajoutons que le ton de Michelle Perrot n'est pas moins horripilant, que Philippe Levillain est visiblement (audiblement) porteur d'un costume en ciment précontraint qui le tient depuis les orteils jusqu'à la pomme d'Adam. Donc le lundi à 15h c'est vraiment la tranche pour le fil 'Des voix et des ondes'.

N'empêche. Il y a peut-être moyen d'améliorer le look sonore de l'émission : sans doper Le Goff aux amphètes (de toutes façons Noodle-man ne prètera pas son dealer), on pourrait commencer par lui raviver le larynx avec un collutoire et lui redynamiser les cordes avec des boissons chaudes.

Mais surtout il y a la solution devenue interdite à France Culture : le montage. On peut très bien imaginer que les interventions de Le Goff soient un brin remodelées : au plus duraille montées, nettoyées, raccourcies, mais pas besoin d'aller jusque là : on peut tout simplement les ré-enregistrer ex post, après transcription et relecture. Budget-temps supplémentaire : une heure environ. Et qu'on ne me dise pas que ça ne se fait pas, car des saloperies véritables de bidonnage, du côté du journal on ne se prive pas d'en faire. Il y a aussi le cas de Michel Cazenave qui a toujours bon pied bon oeil (avis aux amateurs : son séminaire Mythologie et cinéma continue, un jeudi par mois au cinéma Entrepôt) mais qui sait que dans les derniers temps il enregistrait Les vivants et les Dieux à domicile et en chaussons ? La présentation précisait que l'émission était montée, par souci de proposer la meilleure forme possible. Il suffit d'avoir une ou deux fois tenté de faire quelque chose d'acceptable avec un entretien déstructuré comme FC nous en fourgue, pour comprendre comment une conversation enregistrée peut gagner en qualité non seulement par quelques allègements, mais aussi en remodelant, intervertissant même parfois les segments. Il se trouve que les outils du numérique rendent la chose encore moins coûteuse. C'est évident pour les professionnels de la chose, mais l'auditeur n'y pense pas, et les ayatollahs du tout-direct comme les paranos de la soupçonnite ne veulent pas en entendre parler. Ceux qui ne voient pas la différence entre la mise en forme et le bidonnage, je ne peux rien pour eux (je me souviens d'un imbécile fameux qui m'avait accusé de fabriquer des faux).

A part ça Alain, non je ne pense pas que ça soit faire du délit de sale voix. On critique la qualité d'un produit et quand il est bon à tous égards sauf sur un de ses aspects, alors si on ne peut plus dire ça c'est qu'on ne peut rien dire. Je l'ai fait avec un humour qui peut sembler irrespectueux mais qui ne l'est pas. Ne soyons pas trop coincés svp sinon on va finir par mutuellement se censurer et par s'autocensurer au point que l'existence même d'un forum comme 'Regards' perdrait toute raison d'être.

46
Répondre en citant  
Re: Des voix et des ondes - le Mer 20 Fév 2013, 16:55

@Nessie a écrit:Ne soyons pas trop coincés svp sinon on va finir par mutuelle se censurer et par s'autocensurer au point que l'existence même d'un forum comme 'Regards' perdrait toute raison d'être.
Habitant le pays du 1er amendement, je ne peux que vous approuver. Il est de notre responsabilité d'écrire ce que nous souhaitons exprimer. Cette liberté d'expression est plus difficile à gérer que la simple censure car, par définition, elle peut devenir hors-normes. Il appartient donc à chaque Forum de s'organiser comme il le souhaite. Nous avons eu l'occasion d'en déb.., euh discuter Smile.
Ma position est toujours la même: liberté, responsabilité. Il pourra m'arriver d'être "limite", mais je fais de mon mieux pour rester dans la "common decency".
Donc j'approuve complétement votre commentaire ci-dessus, qui me donne également la possibilité de ne pas autocensurer mes propres réactions à certains propos de forumeurs.

47
Répondre en citant  
Mieux-disant culturel. - le Mer 20 Fév 2013, 20:42

Le Goff remodelé et nettoyé ? Pourquoi pas après tout, il en va de la conservation du patrimoine. Mais avant de s'aventurer, je préférerais qu'on procède à quelques crash tests sur des terrains à enjeux plus lights. Je ne sais pas moi, le toilettage audio permettrait-il d'enlever la pince à linge sur le nez de Louise Tourret, ou d'injecter de l'extrait de Nick Cave dans le larynx juvénile du Xav' * ?
* mais bon celui-là qu'il cause comme Tom Waits ou Richeux sous hélium, c'est plutôt à l'étage du dessus qu'il faudrait envisager de l'injection, mais il ne faudrait pas non plus demander aux studios de fc de se transformer en bloc de neurochirurgie.

48
Répondre en citant  
Pèsque Frédéric Lenoir c'est un grand garçon - le Dim 24 Mar 2013, 10:31

Elocution encore.

Je suis en train de me farcir 5 numéros consécutifs des Racines du ciel.

Frédéric Lenoir brille dans le relâchement de l'articulation. Il bouffe la moitié de ses consonnes dès qu'il y a un groupe de 3 ou même de 2, mais en cela il est loin d'être le seul. De la réduction du groupe consonantique, on en a déjà parlé avec Philaunet, récemment dans un autre fil. J'y reviendrai dans ce même fil, ayant réuni au fil des années une petite collection d'incorrections usuelles, mais aussi de chaines longues qui doivent s'expliquer non par le désir de correction, mais par l'économie phonétique (remarque : c'est un truc très facile à collectionner : il suffit d'avoir sur soi une oreille en état de fonctionnement et un carnet avec encore une page blanche ; il faut aussi connaitre ses alphabets, littéral et phonétique).

Mais dans le parler relâché de Frédéric Lenoir je remarque autre chose, que je croyais caractéristique des enfants en âge pré-scolaire : il dit couramment 'pèsque' pour 'parce que'. Je dis "d'âge pré-scolaire", or Louise Touret et Marie Richeux qui ont tout de même atteint le niveau du collège (pas depuis très longtemps) disent 'paske'. Tout comme beaucoup d'entre nous dans la conversation quotidienne certainement, mais comme peut-être on ne se laisserait pas aller à faire devant un micro. Cela dit, de 'parce que' à 'paske' il y a justement l'économie de consonne, courante comme on le sait et comme on y reviendra. Mais il y a aussi, de 'paske' à 'pèsque' la torsion du /a/ en /è/. Et là il ne s'agit plus tant d'économie que de glissement vers l'aperture. Je croyais n'avoir jusqu'ici entendu ce glissement que chez des moutards en deçà de l'âge de raison

Pour ceux qui s'intéressent à ces deux cas de déformation, je renvoie à deux livres bien intéressants et aussi agréables à lire que du Marina Yaguello, sauf que l'exposé se veut systématique : 'Le français ordinaire' et ''Le français populaire', tous deux de Françoise Gadet (le premier en Que-sais-je, le second en 'U-Linguistique' chez Armand Colin). Niveau de connaissance requis : disposer des notions générales de l'organisation hiérarchisée de la langue (phonétique/morphologie/syntaxe), pas plus.

49
Répondre en citant  
La voix de Mathieu Bénezet - le Sam 13 Juil 2013, 20:11

Ce grain si particulier, ce débit de plus en plus lent avec le temps, peut-être que France Culture les redonnera à entendre pour saluer le poète qui a laissé des entretiens mémorables sur cette station.

Le Monde annonce son décès : http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2013/07/12/mort-du-poete-mathieu-benezet_3447187_3382.html

50
Répondre en citant  
Le monologue de Mathieu Bénezet - le Lun 22 Juil 2013, 00:06

C'est l'honneur de France Culture via l'Atelier Fiction d'avoir (re)diffusé "C’est un souvenir de fleurs" de Mathieu Bénezet, d'avril 2010, une heure d'un récitatif épuisé et surréaliste aux antipodes de ce que diffuse la chaîne actuellement.

Donc, pour les depression-friendly happy (?) few :

« Un monologue envahi par d’autres voix. Féminin et masculin embrassés. Une touffe de souvenirs, le spectre d'un présent blessé, contreblessé. Le théâtre de quelques lieux : une rue, une chambre, hantés dans l'obsession d'écrire un impossible roman – le roman d'un nous, d'une ambulation diurne et nocturne. Les fleurs sont l'absence et le vivant, un contrepoint à ce travail d'amour journalier. »

Introduction très personnelle de Geneviève Huttin, puis les premières notes de trompette résonnent (réminiscence du Miles Davis de l'Ascenseur) et plantent le décor : ce ne sera pas folichon. Longue mélopée à bout de souffle de Bénezet dont on hésite à qualifier le récit. C'est sa voix singulière qui avait retenu l'attention dans l'ancienne émission "Reconnaissances à... ".

http://www.franceculture.fr/emission-l-atelier-fiction-c%E2%80%99est-un-souvenir-de-fleurs-2013-07-18

51
Répondre en citant  
Après Jean Burnepomme, Clade Lévi-Strass - le Mar 23 Juil 2013, 18:29

Dans le fil des Matins d'été, on a écrit:[...]Jean Birnbomme (j'adapte ma prononciation à la sienne, ridiculement affectée).
[...]une botté [...]

En écoutant la matinale d'été, qui s'annonce gratinée en propagande cette année si j'en juge par le traitement de l'actualité, j'entends de la part du gommeux qui tient le micro et dont je ne veux pas savoir le nom, la même affectation ridicule dans l'élocution. On ne sait pas s'il y a un léger snobisme à se la jouer méditerranéen à la marge, oh juste le temps d'une voyelle, enfin résultat dans cette mode ridicule qui n'a d'ailleurs rien de bien neuf, on ouvre les "o" à tort et à travers, enfin il doit bien y avoir une règle qui explique cette prononciation ridicule : ce sont surtout les syllabes finales juste avant un e muet, par exemple pour évoquer le malheureux  "Jéromme Deschamps" (prononcé comme 'homme'). Au détour d'un épisode culturel (oh très court, qu'on se rassure), ça sonne comique quand au beau milieu d'une phrase prononcée à la parisienne, vous entendez citer le nom de "Lévistrosse" (prononcé comme 'crosse', ou comme 'atroce').

Des voix et des ondes     Page 5 sur 24

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 14 ... 24  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum