Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les Racines du ciel    Page 6 sur 9

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les Racines du ciel - le Mer 09 Sep 2009, 00:39

Rappel du premier message :

Bonsoir,

j'ai écouté l'émission de Lenoir et je l'ai trouvée globalement mauvaise. Le thème était le silence. Il y a eu beaucoup trop de banalités sur le silence qui permet d'écouter l'autre, la différence entre le bruit et le son, les bruits de la nature qui sont plus agréables que les bruits de marteau-piqueurs etc etc. C'est dommage, l'invitée a fait allusion à beaucoup d'auteurs, des pères de l'Eglise, des maître de sagesse de l'orient, mais rien n'était approfondi.
* * *

51
Répondre en citant  
Le quadrille des gâteux - Ca continue cette semaine boljémoï - le Dim 17 Fév 2013, 07:26

Excusez-moi les amis mais je vais maintenant prendre congé à la fois de ce forum, de la société, de la vie, de la planète, de la galaxie, de l'univers, de mon chien euh non pas de lui car il échappe au terrifiant verdict que je viens d'entendre : à 7h10 dans 'Les racines du ciel' : << Le capitalisme financier a réussi à faire ce que Ben Laden n'avais pas réussi : détruire le coeur de notre civilisation >>. Comment voulez-vous que moi Nessie je puisse continuer à tremper chaque matin ma brioche dans la lavasse radiophonique de FC alors que notre civilisation est morte, qu'elle n'est plus là, qu'elle s'est fait la valise, qu'elle a mis les bouts, qu'elle a décampé ne nous laissant que son fantôme qui s'agite sous un morceau de drap troué ce qui laisse voir une partie de son cul et c'est vraiment pas beau donc non il vaut mieux en finir aussi je vais vous dire adieu adieu, adieu, adieu...

(end)
./...





Enfin pas tout de suite car je tiens encore quelques minutes. La curiosité, je suis sûr que vous me comprenez : j'aimerais bien savoir qui est ce matin l'invité de Frédéric Shamallow Lenoir, et lui a probablement inspiré ce fulminant bilan moral. Pas seulement inspiré mais dicté car le play-boy au poitrail velu est placé en demi d'ouverture et dans une séquence de jeu bien préparée il vient d'envoyer sa passe donc il faut s'attendre en réponse à une théorie et j'espère bien y capter le nom du responsable de ma douloureuse prise de conscience. Hélas je ne vois pas venir le nom du type mais alors pardon pour la réponse je suis gâté : au fil des minutes le dévidoir à sornettes éconophobe tourne à plein régime. Tout son réquisitoire sera aussi clair qu'aveuglant : c'est une fresque à la Jorion, entendez obsédé par l'argent encore plus que ne le sont les banquiers-voyous (pardon pour le pléonasme), et voici une théorie générale du désastre avec en vedette l'économie dérégulée comme source de tous nos maux depuis l'apparition de la cupidité (qui n'existait pas avant le capitalisme mondialisé) jusqu'à celle de la rentabilité (concept neuf, comme chacun sait). Théorie à sens unique, parodie de sociologie sans l'ombre d'une validation concrète , mais qui mélange tout et son contraire, exploitant au passage trois bribes de Max Weber (mais Weber éclaterait de rire en lisant un tel marxisme pour débutants). Bref : le fantasme des catastrophistes de la civilisation qui vous apprend que dans ce monde mort vous-mêmes êtes tous morts ou aliénés et donc il est bien normal que vous n'en ayez même pas conscience (pauvres ploucs que vous êtes).

Le play-boy au ceinturon qui anime l'émission et qui lui non plus ne comprend rien à l'économie hormis les résumés de Paul Jorion (que Paul Jorion ne comprend pas) et finalement peut-être pas grand chose non plus à la vie malgré qu'il soit assis en lotus sur la table du studio, renchérit avec son habituelle aversion pour le monde dans lequel il vit mais où il n'oubliera pas de passer à la caisse. A ce moment on se dit que 'Les racines du ciel' se laissent un peu trop fréquemment emporter par la complaisance mollassonne, et par cette facilité morale anti-moderne, anti-occident, anti-développement, anti-tout finalement. Complaisance qui masque l'absence de réflexion, l'absence de doute, l'absence de pensée, l'absence de conscience ? Finalement en tant qu'émission représentante de l'orientalisme snobinard dévoyé, les Racines du ciel font tout de même preuve d'une certaine cohérence : il s'agit de tuer la conscience, cette source de tous nos maux pouah.

Il est maintenant 7h20 et je coupe toujours sans savoir qui est le charlatan du désastre qui vient de débagouler sur un ton monocorde de gourou dépressif pendant 10 minutes mais je coupe tout de même parce que nous sommes dimanche et que la messe est dite ou plutôt le sermon nous connaissons maintenant la vérité il faut en finir ou bien vous repentir car vous êtes aveuglés dans votre société pervertie une société sans morale elle a perdu son coeur pourtant elle ne meurt pas elle continue à courir comme un canard à qui on a coupé la tête et aussi comme certains qui dégoisent au micro en faisant semblant de réfléchir sur le monde qu'ils observent tandis que nous on se demande si quelque bidouilleur n'aurait pas retiré les connecteurs qui relient leurs yeux à leur cerveau ou si c'est pas plutôt carrément ce dernier qui a été déposé.

52
Répondre en citant  
Re: Les Racines du ciel - le Dim 17 Fév 2013, 10:06

j'ai écouté à partir de 7h20.....(quand Nessie coupe!)
Tombée aussi en pleine bouillie de vagues idées. Me suis dite: qu"est ce que ce gars-là? C'était Patrick Viveret
Mais quand même, les deux animateurs , on les sentait sceptiques, débordés plutôt.
A un moment, est arrivée une théorie sur le mariage d'amour:" la graine en est dans le christianisme .Celui-ci prône l'amour avec la sexualité en vue de la procréation.Ensuite, le mariage d'amour advient fin 19ème chez les ouvriers.Maintenant, il a envahi toutes les couches de la société, et le monde entier-l'Inde-" Je veux bien......m'enfin....aucun intérêt.
Cependant, je n'ai pas complètement perdu mon temps: il a cité John Stuart Mill.Donc, en allant dans ma vieille encyclopédie,j'ai lu que c'était un économiste utilitariste: empiriste et fondant la moralité sur le plaisir.Mais il se défend d'être égoïste et il veut que l'on tienne compte de la qualité des plaisirs et non de leur quantité.
On aurait préféré un exposé sur cet économiste philosophe, plutôt que ce déballage sans queue ni tête.....

53
Répondre en citant  
John Stuart Mill - le Dim 17 Fév 2013, 16:12

Michel Onfray, dans ses bonnes années, y avait consacré 3 séances (2007).
http://michel.onfray.pagesperso-orange.fr/5annee16janv07.htm

54
Répondre en citant  
John Stuart Mill - le Dim 17 Fév 2013, 16:55

@Alain Machefert a écrit:Michel Onfray, dans ses bonnes années, y avait consacré 3 séances (2007).
http://michel.onfray.pagesperso-orange.fr/5annee16janv07.htm

Auteur de "De la liberté" qui est une référence de base chez les libertaires non communistes (hélas cette formule n'est pas un pléonasme).

A la conférence de Michel Onfray, ajoutons ces 4 numéros des Nouveaux chemins à la rentrée de septembre 2011, et toujours disponibles à la réécoute (on approche du délai des 500 jours) avec pour les amateurs, les lectures de Georges Claisse.

- 5 septembre 2011 : Adèle Van Reeth reçoit Patrick Savidan pour Vie et oeuvre de Stuart Mill
- 6 septembre : avec Jean-Pierre Cléro pour L'utilitarisme
- 7 septembre : avec Serge Audier pour De la liberté
- 8 septembre : Juliette Roussin pour Considérations sur le gouvernement représentatif


Un peu moins d'une année plus tôt, Jean-Pierre Cléro était déjà venu parler de Stuart Mill dans les Nouveaux Chemins, semaine consacrée à l'utilitarisme. Cette fois c'était au micro de Raphy, le 28 septembre 2010 et comme l'émission est disponible elle aussi en rééécoute, ça sera peut-être l'occasion d'un exercice de radio comparative, qui sait ?

55
Répondre en citant  
Re: Les Racines du ciel - le Dim 17 Fév 2013, 17:47

Antonia ayant mentionnée "exposé", je n'avais pas pensé aux Nouveaux Chemins. Merci, donc Nessie de nous les rappeller.
En fait, votre proposition de radio comparative est trés intéressante. J'ai déjà écrit maintes fois mon "allergie" à R. Enthoven, donc je lui préfère, et de loin, A.V.R. Mais c'est la même formule.
Non, la comparaison qui m'intrigue est celle entre les NC et les séances de MO. A priori, l'émission de radio a le net avantage de pouvoir conjuguer exposé, musique et textes d'accompagnement. Néanmoins, cet avantage est trop souvent gâché par les interventions intempestives des producteurs.
La formule du cours "magistral" est plus "sèche"mais plus informative.
De fait, j'écoute trés souvent les cours directement sur les sites des universités, sans interruptions. (Le collège de France est une trés bonne source.)
FC programmes d'été a peut-être trouvé le compromis avec des producteurs tels que Etienne Klein et Luc Ferry, qui sont seuls mais peuvent utiliser musiques et textes pour illuster leurs propos.
Mais, c'est vraiment un sujet intéressant. Peut-être un autre fil?

56
Répondre en citant  
Re: Les Racines du ciel - le Dim 17 Fév 2013, 18:24

merci, merci pour toutes ces possibilités de connaître John Stuart Mill.
J'écoute Patrick Savidan qui a une diction et une voix très agréable.
En effet, la comparaison va être intéressante.

57
Répondre en citant  
John Stuart Mill, Great lives BBC 4 - le Ven 22 Fév 2013, 14:57

“Truth gains more even by the errors of one who, with due study and preparation, thinks for himself, than by the true opinions of those who only hold them because they do not suffer themselves to think…”

― John Stuart Mill, On Liberty

@Nessie a écrit: (...) Auteur de "De la liberté" qui est une référence de base chez les libertaires non communistes (hélas cette formule n'est pas un pléonasme).
Cette citation, sagesse à se rappeler et à rappeler à tous les invités et producteurs de FC qui ânonnent ou martèlent les éditoriaux lus ici ou là, cette citation était un élément de la présentation que faisait Matthew Parris le 11 janvier dernier sur BBC 4 dans l'émission Great Lives consacrée à John Stuart Mill : http://www.bbc.co.uk/programmes/b01pp5vb

@Nessie a écrit: (...) peut-être l'occasion d'un exercice de radio comparative, qui sait ?
Oui ! (pardon de prendre votre propos dans un autre contexte, Nessie). Car voilà une émission courte de la BBC (30 minutes), mais qui laisse des traces, contrairement à ces Racines sans zèle.

Un invité, selon le concept de l'émission qui choisit son "héros" et un "expert witness", ici Richard Reeves, un biographe du philosophe.

L'invité ? Max Mosley. Les curieux iront voir son parcours et ses démêlés avec la justice (notamment en ajoutant CEDH dans le moteur de recherche). Ce qui est ici époustouflant, c'est que quelqu'un qui a été au coeur d'un des plus grands scandales médiatiques des dernières années, à l'instar d'un DSK (mais sans commune mesure pour les faits reprochés, et pourtant les photos de sa "little party", comme il nomme ce genre de loisir, ont été publiées dans les journaux, lesquels s'en sont mordu les doigts plus tard), que Max Mosley, donc, puisse évoquer Mill pour illustrer sa propre cause.

L'émission est stimulante et montre comment un penseur du XIXe s peut très concrètement être invoqué au XXIe s pour défendre, d'un côté la liberté de la presse et, de l'autre, le droit à la vie privée.

58
Répondre en citant  
Apocalypse imminente - le Mer 27 Fév 2013, 17:44

Les Racines du ciel était l'une de ces émissions de FC dont on s'était très vite désabonné. Lenoir, non merci, certainement pas, inutile de s'expliquer.

Et puis le nom de Jacqueline Kelen apparaît dans un commentaire du dernier numéro de l'émission sur le site de FC. Tiens, Jacqueline Kelen ! Celle qui animait les Chemins de la Connaissance dans les années 1980 ? Celle qui avait coordonné une "Matinée des autres" en 1980 sur les calendriers, rediffusée la nuit du 25 mai 2012, une émission qui s'écoute bien d'ailleurs.

Alors, par curiosité, allons-voir ce qu'elle est devenue. Ouh là ! Ça a commencé fort, avec des affirmations apocalyptiques de l'invitée sur ce monde de perdition où la vision des réalités divines (lesquelles, on n'en saura rien), les miracles et les apparitions angéliques, bref les véritables preuves d'un accès à la transcendance, sont niées, moquées et quasiment interdites de cité.

Ce à quoi Lenoir et Anvar (surtout le premier) répondirent qu'elle avait une vision extrémiste et réductrice de la transcendance. Comment ? Simplement en disant que les livres de Lenoir (sur "les spiritualités") se vendent très bien et que ses apparitions à lui (non divines, quoique... qui sait !) se font devant une foule nourrie.

L'émission ? Un ressassement circulaire de plus en plus insistant de la part de Kelen de la chute de l'homme sans Dieu (plutôt que sans dieux) contrebalancé par de molles tentatives de relativisation du propos "extrémiste" par les deux producteurs qui, en histoire des religions ou en théologie, ne montrent pas grand savoir, sinon des généralités que tout le monde peut prononcer.

Médiocre, très médiocre. On a entendu beaucoup mieux naguère chez Olivier Germain-Thomas qui abordait régulièrement les questions du surnaturel, de la psychologie et de la foi pour tenter de faire dire à ses invités ce qu'était leur rapport avec l'état de conscience qu'ils définissaient comme une transcendance.

Plus généralement, comme "regardeur" de France Culture, je m'interroge sur la façon qu'a l'animateur de personnaliser à son avantage la discussion en mettant en avant le succès de ses livres comme argument face à son invitée. J'ai trouvé le procédé non seulement détestable et empreint de narcissisme, mais médiocre en ce qu'il a servi à couvrir une incapacité à argumenter sur le fond ou à poser les bonnes questions à l'invitée.

Il y a pléthore de bonnes émissions de savoir (voir Canal Académie ou le Collège de France, par exemple), inutile de perdre son temps avec ces Racines-là.

59
Répondre en citant  
Re: Les Racines du ciel - le Mer 27 Fév 2013, 22:21

@Philaunet a écrit:Il y a pléthore de bonnes émissions de savoir (voir Canal Académie ou le Collège de France, par exemple), inutile de perdre son temps avec ces Racines-là.
Amen ! Smile

60
Répondre en citant  
La messe n'est pas dite - le Jeu 28 Fév 2013, 00:24

Pas si simple. Les conférences ou monologues entendus sur les sites mentionnés ci-dessus que vous aimez aussi visiter sont des genres que l'on peut aussi ne pas aimer écouter très souvent.

La retransmission d'un monologue en chaire devant un public est rarement "radiophonique". Il y faut un véritable passeur, une personnalité qui a de l'humour, de l'imagination et un talent d'acteur.

Tenez, je viens de me taper 95 minutes d'une émission de 1980 constituée d'une série de six monologues exposant l'histoire de la mesure du temps chez les Égyptiens, Assyriens, Hébreux, Grecs, Romains et Aztèques. Ardu. Non pas le sujet, mais le mode d'exposition. Car après quelques minutes, si l'orateur n'a pas un interlocuteur qui recadre l'intervention, qui impulse un autre ton, qui redonne une énergie au discours, on a potentiellement un déroulé monotone de l'exposé qui est une perte de temps pour l'auditeur. Je pense dans un autre contexte à cette intervention de la grande spécialiste française de l'impressionnisme parlant du portrait de Debussy en novembre 2012 sur Canal Académie. Aucun animateur venant lui rappeler les exigences d'un public d'auditeurs, elle s'est perdue dans des détails laborieux.

Autant dire que France Culture est irremplaçable dans le genre de l'entretien radiophonique en studio entre un présentateur cultivé (Jacques Munier, Raphaël Enthoven, François Chaslin, Pascale Casanova, Francesca Piolot, etc) et des érudits, des spécialistes d'un domaine dont les interventions seront bornées par une personne représentant d'une certaine façon l'auditeur et ses aspirations à la connaissance ou à la compréhension.

Mais voilà, ces "relanceurs", "modérateurs", "arbitres" cultivés qui permettent de faire émerger le meilleur d'un invité dans un cadre logique, où sont-ils sur France Culture actuellement ? L'auditeur ne peut se passer de ce genre que constitue la confrontation d'idées qui permet soit de reconfigurer plus clairement une parole en manque de pédagogie, soit de démasquer une imposture.

F. Lenoir a montré son insuffisance dans ce rôle, bien qu'il ait fait une tentative de résistance aux grossières généralisations de Jacqueline Kelen en début d'émission.

Bref, si j'ai mentionné les deux sites plus haut, c'était un peu par dépit de voir que l'auditeur n'est pas dignement représenté par les intervieweurs et qu'à défaut autant se farcir des conférences. Mais j'aurai toujours le besoin et la nostalgie d'admirables entretiens tels ceux entre Enthoven et Raymond Trousson ou Charles Juliet et Paul Baudiquey, mais aussi ceux menés par Pierre Descargues, Michel Bydlowski, Pascale Lismonde, Olivier Germain-Thomas, pour citer des pointures historiques de FC. D'autres auditeurs compléteront la liste.

61
Répondre en citant  
Re: Les Racines du ciel - le Jeu 28 Fév 2013, 02:45

Philaunet,
Ici aux USA, les agents immobiliers utilisent cette expression pour souligner le facteur le plus important pour un achat de maison: "Location, location, location."
Et bien pour moi, en ce qui concerne mes goûts pour les émissions de radio ou autres sources via Internet, ma formule est'"Sujet, sujet, sujet." La forme m'importe beaucoup moins. Donc, je choisis mes podcasts ou autres uniquement sur ce critère. Il m'arrive même d'écouter des émissions de producteurs que je n'aime vraiment pas (Enthoven, Voinchet, Lenoir, Adler, ec..), si le sujet traité me passionne.
Je passe outre leurs "défauts". Même chose pour le Collège de France.

Les Racines du ciel     Page 6 sur 9

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum