Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Lectures du jour, du soir et de la nuit    Page 1 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Lectures du jour, du soir et de la nuit - le Ven 01 Mar 2013, 09:50

Nota bene : de nombreuses lectures de qualité ont été programmées par l'antenne dans la case Fiction/Le Feuilleton. La rubrique du forum qui en rend compte : La Fiction à France Culture. Les émissions à vocation littéraire sont également illustrées de lectures ; les fils s'y consacrant : La Compagnie des auteurs ; Une vie une oeuvre / Le Mardi des auteurs ; La spéciale Modiano ; Le Carnet d'or, Augustin Trapenard.

Les émissions Répliques, Les Nouveaux Chemins de la connaissance (voir ces fils), etc, sont également émaillées de lectures littéraires.


Voir aussi France Inter, "Un peu de lecture, ça peut pas faire de mal" dans le fil France Inter : radio culturelle ? (exemple, Saint-Simon par Salviat et Gallienne : 20 sur 20)

************************

Allez donc vous y retrouver dans les intitulés des lectures de poèmes, et d'extraits de roman, dans les titres renvoyant aux adaptations de pièces du répertoire ou de notre temps, aux créations de dramatiques radiophoniques ! La classification logique ce n'est pas le fort de France Culture. Trop simples les : Littérature, Poésie, Théâtre ?

Enfin, il ne s'agit pas ici de Fictions / Le Feuilleton ni de Fictions / Drôles de drames ni de Fictions / Théâtre et Cie et non plus de Poème du jour avec la Comédie-Française et pas du tout des Ateliers divers dont on ne sait pas à la lecture de leur nom ce qu'ils recouvrent, mais de Lecture du soir qui, pour 25 soirs consécutifs, est en ce moment un découpage d'une pièce de théâtre classique (« Cinna » de Corneille) en autant de miettes de 4 minutes lues par un seul interprète Denis Podalydès qui semble avoir élu domicile dans un studio de FC et dont on se demande ce qui le qualifie pour lire cette pièce ou quoi que ce soit à l'antenne. Sa voix ? Certes non, on se demande d'ailleurs à ce sujet si la voix de Blandine Masson n'est pas en train de gravement contaminer le lecteur de la Comédie française.... Son talent d'interprète ? Discutable. Alors quoi ?

'Cinna" en 25 bribes de 4 minutes. Mieux que rien ? Peut donner envie (à qui ?) de lire la pièce ou de la voir ? Ou une obligation du cahier des charges envers le répertoire devant être lu ou interprété à l'antenne d'une station ayant Culture dans son nom ?

Enfin, on ne comprend pas trop le sens de ce découpage en extraits de la durée d'une "chronique" ou d'un "billet". Ou alors si : le fragment comme objet de l'attention maximum que peut accorder l'auditeur- type recherché par la station pour faire augmenter ses absurdes statistiques. Cinna, combien de songs dans l'Ipod ?

2
Répondre en citant  
Re: Lectures du jour, du soir et de la nuit - le Ven 01 Mar 2013, 11:06

Il se trouve que j'écoute ces lectures. Elles occupent l'antenne juste avant que je n'éteigne afin de m'épargner "La Vignette" et "La dispute".

Podalydès semble avoir élu domicile sur France Culture, c'est vrai. Sa lecture du "Manteau" de Gogol n'avait rien de renversant. Sa lecture de "Cinna" n'a rien de talentueux, non plus.

Ces extraits font assez morceaux choisis pour épreuve de culture générale à Sces Po. Bon ... Il se trouve que cette épreuve est désormais supprimée, ce sera donc pour les élèves qui préparent le bac de français.

Pour le reste, je crois que Podalydès est tout simplement bien en cour à France Culture. La moindre de ses mises en scène donne lieu à des invitations et louanges.
Lors des invitations, il est possible de l'entendre débiter banalités et contresens. J'ai des souvenirs de Podalydès parlant du "Bourgeois Gentilhomme".
Ce n'est pas, à l'écouter, que j'avais senti un dissension de sensibilité, non, je m'étais juste dit, non sans morgue, qu'il était bête et de peu de culture.

3
Répondre en citant  
Re: Lectures du jour, du soir et de la nuit - le Dim 24 Mar 2013, 12:45

C'est une forme brève, et parmi les 4 ou 5 de la journée (Micro-fictions, Je déballe ma bibli, Poème du jour) c'est probablement la plus facile à faire. Ca marche par séries. Il en est d'excellentes : une page de Vialatte, de Michaux, de Topor, ça passe très bien en 5 minutes. 3 auteurs différents, 3 styles bien adaptés à l'ultra court. Toutes lues par Dussollier, si ma mémoire est bonne. Et en ratissant toute l'année 2011-2012 en un après-midi, j'avais bien apprécié Lucchini lisant la correspondance de Flaubert ou les délires de Thomas Bernhard. Bien aimé aussi mais un peu moins Perec lu par Podalydès, car si les textes étaient bien choisis ils étaient un peu sur-interprétés à mon goût.

La deuxième année est déjà moins réussie, sauf quand elle rediffuse certains numéros de la précédente (notamment Dussollier). Et puis arrivent les lectures filées de Gogol, de Racine. Là c'est le mystère : quel est l'intérêt de saucissonner en feuilleton ultra-bref un ouvrage long, nouvelle ou roman ou pièce de théâtre ? Comment expliquer un tel choix ?
Surement pas par le manque de textes (la réserve épuisée ? on n'ose y croire).
Mais peut-être par disparition progressive du sens de la pertinence radiophonique ?
Ou alors, peut-être par lassitude, et de là un désir d'expérimenter ?

On peut adresser à ce petit créneau bien d'autres critiques : pourquoi donner cette brève à des stars ? Remarquez, quand on voit comment ça se passe dans 'le poème du jour' on se dit que de donner le boulot à faire à des débutants à la tête enflée -les enfants gâtés du Conss'- c'est pas mieux hein. Le mieux serait de donner les lectures à des gens tout simplement capables et soucieux de faire le boulot au mieux, en professionnels consciencieux et sans en rajouter.

Professionnels consciencieux, dites vous ? Il semble que ce genre de critère soit tout sauf prioritaire sur FC, on pourrait même redouter qu'il soit carrément inconnu à la Direction des programmes (où il serait en contradiction avec la seule nomination des 4 derniers dits-recteurs).

4
Répondre en citant  
Avec mes petites chiennes - le Lun 03 Juin 2013, 16:39

Je vous trouve bien critiques à l'égard de lecture du soir. Grâce à ce site, j'ai enregistré le "nez" et le "manteau", que j'écoute entièrement lorsque je me ballade avec mes petites chiennes, y compris l'indicatif pianistique au début et à la fin. Et j'aime la diction de Podalydès. Si bien que la relecture des "âmes" et la lecture de "Tarass" est inscrite au programme. Reste à savoir ce que nous lisons, Podalydès et moi, quand nous lisons une traduction de l'auteur (il y a même un traducteur non russophone qui a retranscrit ce que des russophones lui ont expliqué).

5
Répondre en citant  
Je déballe ma bibliothèque (un comédien lit 5 textes) - le Dim 16 Juin 2013, 14:55

"Je déballe ma bibliothèque" a son site propre et son podcast indépendant, comme l'a rappelé l'animatrice de la tranche horaire 16h-17h.

Cette séquence a été maintes fois évoquée dans le fil Ici

Continuons donc dans ce fil-ci avec un regard sur la lecture de la Lettre au ministre des Beaux-Arts, de Gustave Courbet (À Maurice Richard, Refus de la Légion d'honneur, 23 06 1870) par Yann Collette (sans évoquer la petite fille qui parle avant et après).

Plantage.

Le lecteur commence correctement, mais peu à peu accélère le rythme (le syndrome Balaguère, pour croquer Marie ?...) jusqu'à presque avaler les mots. Et ce qui devait arriver arrive, au lieu de lire "Légion d'honneur", l'élément essentiel de cette lettre, il dit "Légion étrangère" (à 2'09")...

Remarquez, plus tard dans l'entretien, au détour d'une "question", il dit qu'il hait les deux mots "légion" et "honneur", le premier lui faisant penser à "Légion étrangère", dont acte (pas manqué) !

On peut s'étonner que Yann Collette se soit trompé, vu qu'il dit toujours porter cette lettre sur lui et la lire régulièrement pour lui ou ses amis. On peut aussi trouver peu professionnel que la lettre n'ait pas été réenregistrée (ou était-on en direct ?).

http://www.franceculture.fr/emission-je-deballe-ma-bibliotheque-yann-collette-nous-lit-15-2013-06-10

Pour lire la lettre, les mots "Courbet-Richard-Refus" dans un moteur de recherche vous amèneront facilement au livre numérisé de Michèle Haddad Courbet, page 115.

6
Répondre en citant  
Yann Collette (un sacré CV) - le Dim 16 Juin 2013, 23:51

"Il est vrai que moi je suis très inquiet par l'évolution du monde aujourd'hui. Vraiment, ça fait peur, ça fait très peur, oui."

Ce n'est pas la lecture d'un texte satirique par Yann Collette, non, c'est son avis. Enfin peut-être pas. Peut-être qu'il dit ce qui lui passe par la tête pour faire plaisir à son interlocutrice ou pour tout simplement dire quelque chose dans le grand silence intellectuel qui l'entoure au moment de l'interview qui suit sa lecture.

Yann Collette semble un homme sympathique, généreux et pas contrariant du tout. Son auto-promotion s'écoute avec le sourire (c'est bien joué...) et ses amis sont aussi bien servis.

Au détour de la conversation (si l'on peut nommer le monologue obligé ainsi), il fait remarquer à son interlocutrice qu'elle est beaucoup plus jeune que lui. D'un côté on se dit que forcément, car on sait qu'elle fait (et fera toujours) très jeune pour son âge, de l'autre on ne l'aurait pas cru, car il semble avoir une voix et une sensibilité, voire une naïveté, de jeune homme (ce n'est pas forcément une qualité quand le temps a passé).

On n'ose rien reprocher à cet homme (et pourtant s'il avait pu faire attention durant ses lectures, "être droit comme un nid", par exemple, ça fait bizarre...) tant il paraît être du genre à mobiliser les gens pour la culture et à exhorter son prochain à la bonté.

Texte : L’amour fort comme la mort : une autobiographie, d’André Chouraqui
http://www.franceculture.fr/emission-je-deballe-ma-bibliotheque-yann-collette-nous-lit-55-2013-06-14

7
Répondre en citant  
Que les vapeurs du podcast ne vous cachent pas le jeyser du théâtre - le Ven 28 Juin 2013, 21:01

Pour ceux qui se fient à ce qu'annonce leur livraison Podcast, signalons que la lecture du soir de ces jours-ci n'est pas une nouvelle diffusion de Dora Bruder lu par Sami Frey. C'est bien cela qui s'affiche. Les MP3 déposés sur votre disque dur portent ce titre, or peut-être l'avez vous déjà, ou bien peut-être ne prisez vous guère la lecture saucissonnée d'un livre paru en librairie, et d'ailleurs republié en Poche depuis une petite dizaine d'années.

Ca tombe bien, car en vérité sous le titre de Modiano cette semaine le podcast de FC vous a livré autre chose : Robin Renucci lit "Vilar, Vitez, les deux V du théâtre français". D'après "Complicités avec Jean Vilar et Antoine Vitez", que Jack Ralite avait composé à partir des écrits des deux hommes. Renucci est un très bon lecteur, tout comme Sami Frey d'ailleurs. Ralite n'est pas Modiano, mais les éditions Tirésias ne sont pas non plus Gallimard.

Quant à l'incurie du Podcast, on y est habitués : c'est la même qui fait que depuis 9 soirées consécutives Hors-Champs pour annonce 'Amos Gitaï' pour 5 entretiens de Maurice Nadeau + Hélène Cixous, Patrick Viveret, Jacques Nolot, Bruno Le Maire. Mais ne vous plaignez pas : à la fin du trimestre dernier, c'était sur Jonas Mekas que le curseur était resté bloqué. Ca veut dire que les choses évoluent.

8
Répondre en citant  
J'oubliais... - le Ven 28 Juin 2013, 21:19

@Nessie a écrit:[...] depuis 9 soirées consécutives Hors-Champs pour annonce 'Amos Gitaï' pour 5 entretiens de Maurice Nadeau + Hélène Cixous, Patrick Viveret, Jacques Nolot, Bruno Le Maire. Mais ne vous plaignez pas : à la fin du trimestre dernier, c'était sur Jonas Mekas que le curseur était resté bloqué. Ca veut dire que les choses évoluent.

Ah j'oubliais : l'entretien avec Amos Gitaï a été livré en Podcast à la date du 23 mai.

Pourtant ce soir-là, c'est autre chose qui est passé dans Hors-champ : Laure Adler a offert aux auditeurs la rediffusion d'un entretien avec Georges Moustaki. Entretien qui lui, n'est pas donné en Podcast : il faut le récupérer directement sur le site de FC.

Comme quoi on est peu de choses, allez...

9
Répondre en citant  
J-B Pontalis - le Mer 18 Sep 2013, 15:46

Jibé, tel que Veinstein aimait l'appeler, c'est-à-dire Jean-Bertrand Pontalis, est décédé récemment, et ses derniers entretiens laissaient percevoir cette mélancolie qui transparaît dans les textes lus par Hugues Quester, extraits de Marée basse, marée haute.

Ce sont des observations, des réflexions, des souvenirs. Cela s'écoute bien.

Dans la voix rauque de Blandine Masson qui annonce la lecture, il y a une certaine beauté. La prosodie de Hugues Quester est assez monotone, un choix, peut-être, pour dire des propos désenchantés de fin de parcours. Un petit format, cinq minutes chaque soir, et cela vaut beaucoup mieux que la micro-fiction « Nous /La vie moderne » de cette semaine.

10
Répondre en citant  
Re: Lectures du jour, du soir et de la nuit - le Mer 18 Sep 2013, 19:13

Superbe. Quelle belle voix que celle de Hugues Quester, calme, mesurée , adaptée aux propos de JB Pontalis.
Merci Philaunet , on ne pense pas toujours à écouter ces quelques minutes, parfois si belles.

Lectures du jour, du soir et de la nuit     Page 1 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum