Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Tire ta langue    Page 3 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Tire ta langue - le Ven 20 Nov 2009, 02:29

Rappel du premier message :

C’est un peu un Jeux d’archives sans les archives.

Certains se souviennent d’un Antoine Perraud en 2003 à la limite de la colère, déclarant que rien ne vaut le documentaire alors même qu’il était contraint à transformer Tire-ta-langue en émission d’entretien en direct. Le même Antoine Perraud (mais est-ce le même, certainement pas, dirait Korzybski), n’a aucunement recréé Tire ta langue : ni celui de l’origine, ni celui des années intermédiaires (formule magique Barthelet + Docu de producteurs tournants + Interview Perraud), ni même celui des dernières années.

Pourquoi avoir intitulé cette nouvelle émission "Tire ta langue" ?
Peut-être parce qu’à FC on ne sait pas ce qu’est un titre, et parce qu’on ne sait pas ce qu’est le sens des mots.
Sur FC on dit parler de culture mais on se focalise sur l’actu et le saucial, on appelle "documentaire" ce qui est du reportage, on baptise "conférence de presse" ce qui est une simple présentation aux journalistes, et on feint de recréer une émission alors qu’on transforme (dans le sens de la réduction) une autre formule : le dimanche à midi c’est "Jeux d’archives" sans les archives. C’est pas plus mal, notez bien. Le numéro avec Grinberg a été sérieusement étrillé dans nos pages par un agressif qui a préféré ensuite effacer son texte. Je n’avais guère apprécié l’émission avec Todorov. Mais on peut faire confiance à Perraud pour continuer, plus comique et plus Achille Talonnesque que jamais, à inviter devant son microphone autant de plumitifs que vous putes en écouter non point naguère mais jadis, quand de plus cléments intendants organisaient pour nous les ondes de la radiophonie d’Etat (la vache, je me rends compte que sans les inflexions vocales il est pas si facile que ça à imiter le bougre).

Pourtant, recréer le "Tire-ta-langue" des meilleures années (fin des 90’s jusqu’à 2003) serait plus utile que jamais, sur cette station où comme aurait dit Confucius, il est urgent de rendre aux mots leur signification.
* * *

21
Répondre en citant  
https://i48.servimg.com/u/f48/14/28/39/93/audite13.png|Antoine Perraud|Tire ta langue demeure - le Dim 03 Mar 2013, 23:16

Après bien des rumeurs ayant effectivement circulé dans la maison ronde voire à l'extérieur, j'ai appris ce 30 juin, de la bouche d'Olivier Poivre d'Arvor, directeur de France Culture, que l'émission «Tire ta langue» reprendra (le dimanche de 12h à 12h30) à partir du 4 septembre.
Cordialement,

22
Répondre en citant  
http://r13.imgfast.net/users/1311/15/16/41/avatars/6-5.jpg|Nessie|Rabelais - le Dim 03 Mar 2013, 23:19

Dans le Tire ta langue de dimanche dernier, remarques éclairées et éclairantes de l'invitée Mireille Huchon sur Rabelais. Je suis en train de m'en bricoler une version perso en retirant la lecture de Denis Lavant, que j'ai toujours du mal à digérer.

Lisez Rabelais, nous dit Mireille Huchon.
Lisez Rabelais à voix haute et en continuité, sans lire les notes !
Lisez Rabelais dans le texte, et pas en version revue et adaptée !
Lisez Rabelais sans vous reporter au lexique, le sens des mots manquants apparait tout seul.
Lisez Rabelais en 2011, c'est sûrement plus facile à lire pour vous que par les hommes de son siècle.
La langue de Rabelais est plus de lui-même que de son époque.
Lisez Rabelais...

Vous ne me croyez pas ?
Ecoutez donc Tire ta langue

23
Répondre en citant  
http://r13.imgfast.net/users/1311/15/16/41/avatars/4-10.jpg|Cancoillotte - le Dim 03 Mar 2013, 23:19

Très bonne émission la semaine dernière avec Marie Gil, qui présente Peguy, à la fois quand il écrit et quand il commente, comme un précurseur sinon des structuralistes en tout cas des formalistes (on peut lire le texte sans autre horizon que lui-même, en dehors de toute référentialité externe etc...)
Le fait qu'elle étudie plus particulièrement le procédé des répétitions de mots et qu'elle se réfère à Deleuze rappelle un papier très limpide de Frédéric Worms dans la revue Esprit sur les enjeux du structuralisme dans les années 60 et ses prodromes dans la linguistique de Saussure. Ca fait toujours plaisir quand une émission de FC éclaire une lecture sous un jour nouveau.

Ce n'est pas la première fois que je fais un compte-rendu d'émission où l'invitée était une petite minette tout à fait captivante. Il y a quand même des producteurs qui sont plus malins que le pauvre Voinchet, qui se sent obligé de recevoir les sempiternels vieux routiers du monde médiatico-politique, et de leur demander leur réaction à des commentaires de chroniques de décryptage de l'actualité. Finalement il faut une certaine abnégation pour animer cette matinale.

24
Répondre en citant  
http://r13.imgfast.net/users/1311/15/16/41/avatars/6-5.jpg|Nessie|Pascal Fioretto face à Antoine Perraud - le Dim 03 Mar 2013, 23:20

Tire ta langue reste fidèle à sa ligne : à défaut d'être une valeur sûre, c'est souvent assez sympathique, trop souvent même pour que ça soit vraiment une surprise. Ce midi, un invité nommé Fioretto égratigne tout un pan de la littérature actuelle, à la fois immature et narcissique. On pourra arguer que la critique n'en est pas neuve. Pierre Jourde y excella. Mais on remarquera aussi que c'est là tout un esprit époque qui est fustigé. Or cet esprit est très/trop présent à France Culture, à la fois dans le style personnel de certains producteurs (notamment parmi les nouveaux arrivés) et par la pseudo-littérature qui se trouve promue sur la fréquence notamment dans certaines de ses fictions. Dans le dialogue avec Perraud, mises à part les touches de ricanement ici et là, peut-être inévitables chez qui veut s'en prendre à la bétise contemporaine, on trouvera donc un contrepoint bien venu, en parallèle à la médiocrité ambiante que France Culture s'efforce d'encourager et de soutenir dans cette triste rentrée.

25
Répondre en citant  
https://i48.servimg.com/u/f48/14/28/39/93/audite13.png|An'O'Nym - le Dim 03 Mar 2013, 23:20

Pascal Fioretto, sociétaire des Papous, se montre à mon sens presque aussi critiquable que ses cibles : il semble préparé à un type d'entretien promotionnel et lorsqu'Antoine Perraud dévie de cette ligne*, ne sait pas trop quoi répondre, esquive les questions, les reformule, se les réapproprie.

Cette attitude insaisissable me fait penser à Julie d'Europe1 dans les mythologies, impossible à ferrer. C'est justement ce jeu de chat et de la souris qui rend cette entretien intéressant car en évitant les questions, il se montre à nu, tel quel. Non, vraiment, je suis beaucoup moins critique que vous sur la qualité de cette émission. Peut-être un petit quart d'heure de plus...

*Ce qu'il ne manque pas de faire

26
Répondre en citant  
http://r13.imgfast.net/users/1311/15/16/41/avatars/7-34.jpg|Yann Sancatorze - le Dim 03 Mar 2013, 23:21

Aujourd'hui, l'invité était Finkie pour la sortie de son nouvel essai, et on parla donc beaucoup de la Princesse de Clèves. Et au milieu de l'émission, un trésor inattendu : la lecture d'un passage par Thierry Beauchamp. Pour les ceuses qui sont rompus au Kamtchatka romantique, cela a de quoi surprendre et ravir : on s'attend à tout moment que le récit prenne un tour fantasmagorique, avec des chèvres perchées dans des arbres, des cantatrices à la retraite qui apprennent le quechua...
C'est à écouter ici, à partir de 16mn50 :

http://www.franceculture.fr/emission-tire-ta-langue-de-l-amour-en-litterature-2011-11-20

(nous avons aneffet une belle fonction de réécoute intégrable aux messages, mais j'ai l'impression qu'il faut attendre un certain délai pour les émissions toutes fraîches, je réessaierai plus tard).

27
Répondre en citant  
Re: Tire ta langue - le Dim 03 Mar 2013, 23:22

Et voici l'extrait : [son mp3="http://download.od.tv-radio.com/france_culture_ondemand/sites/default/files/sons/2011/11/s46/RF_723CA74E-E5F3-42DD-A30E-9F0779D7908E_GENE.MP3" debut="16:50" fin="60:00"]

28
Répondre en citant  
http://r13.imgfast.net/users/1311/15/16/41/avatars/6-5.jpg|Nessie|Le doublage de cinéma - le Dim 03 Mar 2013, 23:23

Emission intéressante aujourd'hui, sur le travail de doublage au cinéma. On en apprend sur les ficelles du doublage ; on voit confirmer ou infirmer nos impressions : l'articulation de quelques consonnes-clé impose un balisage des phrases ; les débuts et les fins de répliques sont la clé de l'illusion ; enfin le meilleur travail n'est pas le meilleur ni surtout le plus fidèle à l'original, parce que l'objectif est de passer inaperçu. Le bon doublage est celui qui se fait oublier ?

L'émission serait meilleure si en plus de son grand métier dont on ne peut douter, l'invitée principale faisait preuve d'un parler un peu plus précis. Mais l'auditeur-râleur ne peut pas tout avoir, d'ailleurs les imprécisions ne nous empêchent pas de comprendre ce qu'elle est venue nous dire. En matière technique au moins ses explications sont claires. Pour le reste, elle place un peu moins de 'voila' qu'un François Noodle-man privé d'amphétamines donc même agaçant ça reste acceptable d'ailleurs je sens que ça va disparaitre au montage, car une fois de plus pour obtenir une émission écoutable il faudra sacquer aussi et surtout les excès du producteur, I mean réduire des 2/3 ses pénibles interventions.

C'est qu'avant tout, à l'image de bien d'autres numéros dans la série celui-là serait meilleur si Antoine Perraud laissait au tiroir ses vices habituels Achille-Talonnesques , abusant à la fois du jargon et du ton farce. Fidèle à ses habitudes Antoine Perraud jubile comme un comédien de tréteau quand il parsème son baratin avec le lexique technique du débutant en linguistique, encore on comprend sa joie puisque cet homme aime les mots, mais pourquoi en plus adopter ce ton de farce comme s'il balançait de la grosse gauloiserie ? C'est là un des mystères du style radiophonique d'Antoine Perraud, tout comme sa jubilation à dire "microphone" là où tout le monde dit "micro". Rien de bien surprenant à cela : le déni d'apocope est un classique de l'affectation linguistique, et la mise en scène de soi est le vice principal à France Culture .

29
Répondre en citant  
http://r13.imgfast.net/users/1311/15/16/41/avatars/7-34.jpg|Yann Sancatorze - le Dim 03 Mar 2013, 23:24

C'est parce qu'à France Culture, il est impossible d'être naturel quand on veut faire culturel... Il n'y a guère que les producteurs historiques qui le sont car ils n'ont pas besoin de réfléchir à l'attitude qu'ils doivent adopter pour être raccord (on peut penser à JM Vacher, par exemple). Ils ont quelque chose à transmettre, ils ont l'intelligence du contenu et connaissent l'histoire de leur station. Chez les petits nouveaux (Augustin Trappenard, Marie Richeux etc.), le ton qu'ils donnent à leur émission semble nous dire : "attention, je dois faire malin, je dois faire intelligent, pénétré et solennel parce que France Culture c'est culturel, ça veut dire que c'est la radio du cerveau et que faut réfléchir parce qu'il y a des ciboulots qui nous écoutent donc attention à ne pas se faire attraper avec le doigt dans le nez. Il faut que je prononce toutes les syllabes parce que je dois faire culturel, et je dois montrer que je sais plein de mots, comme "parachute", "synonyme", ou même "vélocipède" - qui est difficile parce qu'il y a beaucoup de syllabes dedans et qu'il faut les articuler." Ce sont sans doute des gens imprégnés de télé, qui sont à l'aise avec ce format et surtout ce ton, et qui s'imaginent qu'il faut parler une langue étrangère quand on arrive sur France Culture, qu'il est impossible d'entamer une discussion intelligente sans faire un effort colossal, avec une langue correcte, ni télévisuelle ni pédante, mais simplement intelligente et naturelle, ça n'existe pas. On entoure alors ce ton avec toutes sortes de coquetteries, comme dans le Carnet d'or, pour faire bien lourd et pénétré, des rituels prétentieux et creux faute d'avoir des idées originales qui viendraient de sa propre érudition.
Radio de chichis...

30
Répondre en citant  
http://r13.imgfast.net/users/1311/15/16/41/avatars/6-5.jpg|Nessie|Alain Rey pour ''Une vie dans les mots'' - le Dim 03 Mar 2013, 23:24

Encore un bon numéro, pourtant je redoutais un Nième sermon d'Alain Rey. Etant allergique à son idéologie mais le sachant capable d'éblouir les auditeurs qui aiment les mots, j'ai entrepris de l'écouter face à Perraud, quitte à couper en cours de route si l'un des deux venait à m'escagasser par trop. J'espérais un dialogue entre deux personnalités tout-de-même potentiellement en désaccord : le producteur, raisonnablement puriste mais sans vouloir l'admettre, face au lexicologue devenu entérineur forcené de nombre de fautes licences zet relâchements. Je me demande ce que Paul Robert aurait pensé des récents ajouts dans le Robert... D'ailleurs je m'attendais à ce que ça fasse le sujet de leur discussion. Finalement rien de tout ça mais c'était bien quand même : une demi-heure d'anecdotes savoureuses autour du dernier livre d'Alain Rey : "une vie dans les mots". Des généralités utiles. Quelques unes, donc pas trop. Des petits faits de langue (pour reprendre la formule de Marina Yaguello). Comme souvent dans cet exercice, la destinée de quelques mots bien choisis. Décorticage de quelques erreurs qui n'en sont pas tout en en étant kamème. Des considérations sur l'étymologie en général. Rey moins docte qu'à l'accoutumée, plutôt badin et rigolard, avait laissé son costume de prêcheur au vestiaire, tandis que le producteur jouait à l'aiguilleur, envoyant son invité sur l'une ou l'autre piste qu'il avait bien préparée (l'autre n'a pas besoin de préparer). Antoine Perraud quant à lui, avait laissé Achille Talon sur le banc des remplaçants d'ailleurs le dialogue était bien assez brillant comme ça. Ah, si seulement... (soupir).

31
Répondre en citant  
http://r13.imgfast.net/users/1311/15/16/41/avatars/6-5.jpg|Nessie|Linguam nostram, in qua nati sumus - Philippe Barthelet, toujours là - le Dim 03 Mar 2013, 23:26

Ce matin c'est un Jacques Munier plus bafouillant que jamais qui nous a présenté un livre des chroniques. Non, pas celui qui suit les Rois et précède de loin les Macabbées même si nous voila quelque part entre janvier et novembre ; il s'agissait de chroniques par notre cher Philippe Barthelet qui tisse maintenant sa toile de chroniqueur ailleurs que sur FC. Et pas seulement de chroniqueur puisqu'on le trouve parmi les animateurs des Dossiers H, ceux-là même qu'avait fondé Dominique de Roux en 1975, dans l'esprit qui lui avait fait créer quelques années plus tôt les Cahiers de l'Herne.

On sait de source sûre qu'Antoine Perraud regrette Philippe Barthelet. Souvenons-nous : il fut un temps où Tire-ta-langue durait 58' et précédait une respiration poétique quotidienne qu'André Velter avait intitulée Poésie-sur-parole. Oui, ce même Poésie sur parole dont le souvenir nous glace de regret quand on compare la chose au 'poème du jour' chez Marie 'roudoudou' Richeux. En ce temps-là de 14h à 14h58 Antoine Perraud tirait sa langue en 3 temps : le temps fort c'était 35 à 40 minutes de documentaire fait dans le style maison par les documentaristes capés et on se souvient de nombreux chefs d'oeuvre ornés de quelques excellentes signatures de la maison ou de passage : Thierry Beauchamps, Françoise Estèbe, Fanny Capel, Jacques Munier, Vincent Lemerre, Antoine Mercier, parfois Antoine Perraud lui-même qui avait la délicatesse de créditer la réalisatrice et d'annoncer "un documentaire de Françoise Camard". Dans de rares cas le documentaire fut de Philippe Barthelet, puisqu'il était par ailleurs de ces producteurs occasionnels qui enrichissaient France Culture à l'époque où dans ce qui depuis est devenu un conclave de planqués contents d'eux-mêmes, la 'diversité' n'était pas comme maintenant un badge idéologique à la mode -et d'ailleurs mensonger- , mais la réalité du système de production : Barthelet lui-même y oeuvra, nous y donnant peut-être quelques A voix nue et certainement des Lieux de mémoire (Citeaux, St Cyr) et des Une vie une oeuvre (Cingria, Ernst Junger, un Rozanov). Et puis aux meilleurs temps de Tire-ta-langue, quand le temps fort du documentaire était bien encadré, Barthelet livrait en ouverture sa chronique sur le thème de la semaine, traité de façon toujours libre et personnelle ; et après le documentaire, Antoine Perraud recevait un invité pour un entretien, le plus souvent sur un thème approchant.

Cette formule idéale fut liquidée progressivement dans l'année 2002-2003 pour laisser place à une heure d'entretien. Ce fut au grand dam de Perraud qui ne se priva pas de dire (en direct) que rien ne saurait égaler le documentaire en beauté radiophonique. Rien que pour cet instant de radio et malgré toutes les crasses qu'on s'amuse à lui envoyer dans ce fil, on lui conserve un respect amical et il le sait. D'ailleurs son excellent chroniqueur Philippe Barthelet n'était pas moins achille-talonnesque que Perraud lui-même l'est devenu depuis, à ceci près que c'était allégé du ton farce qu'y ajoute le second. C'est dire que la chronique était d'une érudition poussée, avec un style oral quelque peu maniéré certains diront jusqu'à la préciosité, une rhétorique affinée et exempte de facilités, des thèmes sinon originaux du moins traités avec originalité, à sa façon. Dans ce modélique Tire-ta-langue, Barthelet était le chroniqueur modèle.

On retrouvera donc cet esprit et quelque chose de ces chroniques (certaines d'entre elles, nous dit Munier) dans "Fou forêt", 4eme volume de son cycle "Le roman de la langue", récemment édité chez Pierre-Guillaume de Roux (maison fondée en 2010) qui est par ailleurs le fils de Dominique de Roux. Pour cette raison aussi, vous trouvez ici-même le lien de présentation de Fou Forêt chez l'éditeur. En revanche ou plutôt par contre, c'est un mélange de pitié et de rétorsion qui m'interdit de fournir le lien vers la page correspondante du site de FC où l'amateurisme de la maison (à moins que ce ne soit un choix idéologique, délibéré) met en avant une revue militante et ne laisse qu'un strapontin à Barthelet.

Tire ta langue     Page 3 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum