-->
Forumactif
Annonce : Le forum change d'adresse. Désormais, elle devient http://regardfc.fr
L'adresse regardfc.com sera indisponible sous peu et ne fonctionnera peut-être plus à l'avenir.

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » Web & médias » Dans les journaux français

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Accueil / Web & médias

Dans les journaux français    Page 11 sur 12

Bas de page ↓   

101
Répondre en citant  
Ceci explique cela - le Lun 02 Avr 2018, 12:03

Cure d'austérité syndicale en vue à la SNCF Les Échos LIONEL STEINMANN | Le 26/11/17.

"Le temps dévolu aux représentants du personnel et à l'exercice du droit syndical représente 2.200 équivalents temps pleins. Les ordonnances Macron devraient en supprimer une bonne partie.

Les cheminots ne se sont pas mobilisés en masse lorsqu'ont été lancés les mots d'ordre de grève contre les ordonnances réformant le Code du travail, et les syndicats de la SNCF le regrettent sans doute aujourd'hui. L'application de ces textes à la SNCF menace en effet de réduire drastiquement le nombre d'heures de délégations dont bénéficient leurs représentants du personnel.


(...)"

Voir le profil de l'utilisateur

102
Répondre en citant  
Renée Fregosi, Directrice de recherche en Science politique à l'Université Paris-Sorbonne-Nouvelle - le Jeu 03 Mai 2018, 09:05

Violences du 1er mai : la véritable stratégie des groupuscules d'extrême gauche
• Par  Renée Fregosi
• Publié le 02/05/2018

FIGAROVOX/TRIBUNE - Renée Fregosi analyse la stratégie qui sous-tend les violences commises hier, en marge des défilés du 1er mai, par les «Black blocs» et autres membres de l'extrême gauche radicale. Elle y voit une «stratégie de la tension» qui vise à provoquer de violentes réactions policières.
________________________________________
Renée Fregosi est une philosophe et politologue française. Directrice de recherche en Science politique à l'Université Paris-Sorbonne-Nouvelle, elle a publié Les nouveaux autoritaires. Justiciers, censeurs et autocrates (éd. du Moment 2016).
La stratégie de la tension n'est pas nouvelle. Il s'agit de provoquer par des actions violentes, d'abord, une réaction de durcissement de la répression étatique, puis une mobilisation populaire contre cet État devenu autoritaire voire terroriste lui-même. Le groupe activiste étant supposé prendre enfin la tête du mouvement révolutionnaire. C'était la logique politique des anarchistes russes, des blanquistes, puis dans les années 60-70 du «foquisme» guévariste, de la guérilla urbaine des Montoneros argentins, ou encore des Brigades rouges italiennes et de la Fraction armée rouge allemande. S'y apparente également le terrorisme islamiste contemporain, en Algérie dans les années 90 comme en France notamment depuis les années 80: provoquer la «radicalisation» de l'État pour coaliser les croyants contre le pouvoir militaire algérien, ou les musulmans contre les «mécréants» français et leur État prétendument «néocolonial».
Cette stratégie n'a connu que des échecs. (...).


Renée Fregosi est passée à France Culture aux Matins de Marc Voinchet en 2012, et ce n'est pas du tout inintéressant (c'est même très intéressant, chronique Brice Couturier comprise) : Présidentielle au Venezuela : le phénomène Chavez de Caracas à Paris.

Voir le profil de l'utilisateur

103
Répondre en citant  
Droit de manifestation en Russie - le Sam 05 Mai 2018, 20:13

Qu'en disent les têtes du défilé du jour*, grands admirateurs du président russe ? "Le principal opposant au Kremlin Alexeï Navalny et plus de 1 029 de ses partisans ont été arrêtés samedi lors de manifestations antigouvernementales organisées à travers la Russie". Russie : l'opposant Alexeï Navalny et plus de 1 000 manifestants arrêtés.

La France (cf. "un Etat violent et brutal") joue petits bras...

* Sujet "radio" : la police est intervenue à la fin de la manifestation parisienne pour protéger une voiture de France Inter, station qui ne cesse, avec France Culture, de dénoncer les prétendues atteintes de l'exécutif au droit d'informer...

Voir le profil de l'utilisateur

104
Répondre en citant  
Nessie l'a rêvé, Nyssen va le faire (peut-être) - le Lun 04 Juin 2018, 08:25

En combien d'occasions le contributeur fondateur de ce forum, Nessie, a-t-il appelé au nettoyage des écuries d'Augias, à savoir la rénovation complète de France Culture ! Il rejoignait en cela la position que France Culture défend, non pour elle, mais pour les autres : faire table rase, refonder, reconstruire, rebâtir, refonder, re, re et re, bref, changer tout ("pour une vie qui vaille le coup").

Qui sait si le premier ne va pas être satisfait et que la seconde va enfin goûter pour elle-même à ses appels quotidiens à la révolution : Audiovisuel public : attention, réforme à hauts risques, Le Parisien, 4 juin 2018.

"La ministre de la Culture présente ce lundi les grandes lignes du chamboule-tout voulu par l’Élysée pour la fin de l’année."

À propos de chamboule-tout, l'expression a donné son nom à une rubrique du forum : Le chamboule-tout de France Culture.

Une photo peu flatteuse de Françoise Nyssen... Pour illustrer  les difficultés à venir ? Et comme toujours, belle infographie du Parisien qui, contrairement au Monde, a su évoluer dans la forme comme dans les contenus.

Voir le profil de l'utilisateur

105
Répondre en citant  
Re: Dans les journaux français - le Jeu 07 Juin 2018, 16:57

France Culture, via le service public Radio France, fait sa campagne politique en mettant sur la page d'accueil un très long document et en consacrant de longues minutes du journal de 12h30 au sujet développé ici : Comptes de campagne de Macron.

Radio France se sait à la veille d'une réforme de l'audiovisuel public, tout est bon pour s'attaquer à la tutelle et ce, sous n'importe quel prétexte. Une corporation qui empêche la mise en œuvre d'une politique décidée après un processus d'élections démocratiques, comment cela s'appelle-t-il ?

Voir le profil de l'utilisateur

106
Répondre en citant  
Un fait divers avec casque, parmi d'autres - le Lun 23 Juil 2018, 12:47

Ah, l'Eure ! Eure : en garde à vue après avoir frappé son fils à coups de casque de moto : " (...) Le jeune homme a ainsi reçu deux gifles, des coups de poing et deux coups de casque de moto sur la tête. Il a même été victime d’une tentative d’étranglement, précise Paris Normandie".

Rien que de très banal et quotidien en France, a-t-on envie de dire (la victime pensera différemment). On se souvient que le (enfin ex ?) médiateur de Radio France a plusieurs fois justifié les micro-trottoirs dans les journaux de France Culture et défendu le traitement des faits divers macabres, par exemple ceux de la série "Une histoire particulière".

C'est l'été. Les journaux de France Culture pourraient varier les faits divers, avec ou sans casque.

Voir le profil de l'utilisateur

107
Répondre en citant  
Les oiseaux - le Mar 28 Aoû 2018, 18:15

Pourquoi des espèces d’oiseaux menacées sont-elles autorisées à la chasse ? 28 août 2018 - le Parisien.

Extraits :

Sur les 64 espèces d’oiseaux chassables, 20 sont placées sur la liste rouge de l’Union internationale de la protection de la nature.

Linotte mélodieuse, mésange boréale, hirondelle rousseline ou encore martin-pêcheur d’Europe… Ces oiseaux font partie des espèces menacées placées sur la liste rouge de l’Union internationale de la protection de la nature (UICN). Vingt d’entre elles, qu’Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), qualifie d’« agonisantes », continuent pourtant d’être chassés chaque année.

« La tourterelle des bois a perdu 80 % de sa population mais on continue d’en tuer 100 000, est-ce acceptable ? » a-t-il questionné lundi sur BFM, alors que le gouvernement venait d’annoncer la baisse du prix du permis de chasse et une nouvelle gestion des espèces chassables.

Si ces spécimens menacés restent dans le viseur des chasseurs, c’est parce que la liste rouge de l’UICN n’est pas une réglementation. « Il s’agit d’un outil scientifique permettant de connaître l’état de conservation des espèces », explique au Parisien Florian Kirchner, écologue et chargé du programme « espèces » à l’UICN France. Les oiseaux qui sont signalés sur cette liste comme étant « en danger » ou « vulnérables » ne sont donc pas légalement interdits à la chasse.

(...)

Moratoire sur la chasse de certaines espèces

En attendant que ce dispositif soit opérationnel, le gouvernement a défini un moratoire sur certains spécimens pour la période de chasse 2018-2019. Ainsi, la chasse à la barge à queue noire a été suspendue pour une année supplémentaire. Idem pour le courlis cendré. Mais pour cet oiseau, le moratoire n’est effectif qu’au-dessus des espaces terrestres. Un non-sens pour Dominique Aribert qui rappelle que « la majorité des courlis cendrés sont chassés au-dessus du domaine maritime ».

La France a donc encore des efforts à faire sur la conservation des espèces, selon les défenseurs de la nature. Surtout en comparaison avec ses voisins européens : « En France, on chasse 64 espèces différentes d’oiseaux » alors que, dans « le reste de l’Europe, la moyenne est de 14 espèces », a rappelé ce matin Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO.


Sauf à Malte où tout ce qui vole est mitraillé : "If it flies, it dies".

Fil Les oiseaux.

Voir le profil de l'utilisateur

108
Répondre en citant  
Quelques informations sur les représentants d'intérêt - le Mer 29 Aoû 2018, 15:50

Comment les lobbys s’immiscent dans la fabrique de la loi Le Parisien Nicolas Berrod| 29 août 2018.

Extraits :

Une loi de 2016 est censée rendre plus transparente l’action des groupes de pression au Parlement. Mais leurs méthodes n’ont pas tellement évolué, malgré le renouvellement de l’Assemblée.

Lobbies : quels sont les 30 représentants d'intérêt les plus actifs ?

Au 29 août 2018, France énergie éolienne avait déclaré avoir pratiqué 91 activités auprès des institutions politiques françaises. Les représentants d'intérêts figurant dans cette liste sont ceux qui ont déclaré des activités. Il est probable que beaucoup d'entre eux intègrent les données de 2018 plus tardivement dans l'année.

Des amendements copiés-collés

(...) Il arrive aussi qu’un même amendement au mot près soit déposé par plusieurs dizaines de députés… renforçant les soupçons sur un groupe d’intérêt qui serait à la manœuvre. C’est par exemple arrivé lors de l’examen du projet de loi Agriculture et Alimentation en mai dernier.

Des cadeaux pour les députés

Autre pratique visiblement toujours en vigueur : l’envoi de cadeaux. Bouteilles de vins, places à des compétitions sportives, restaurant voire voyages… « Les lobbys ont un budget cadeau c’est complètement fou ! » s’emporte Jean-Christophe Picard. Les députés doivent en théorie déclarer au déontologue de l’Assemblée les cadeaux de plus de 150 € qu’ils reçoivent. Une obligation loin d’être toujours respectée
(...)
Mais l’arrivée de nombreux députés novices en 2017, dont certains issus du monde de l’entreprise, aurait aussi fait évoluer les mentalités en sens inverse. « Avant il y avait la même influence mais elle n’était pas assumée comme elle l’est maintenant par certains de mes nouveaux collègues qui disent oui oui je défends tel amendement qu’un lobby m’a proposé », estime Delphine Batho.
(...)
En dehors du Parlement, le lobbying s’exerce aussi bien sûr dans les ministères et même à l’Elysée. Un jeu sur différents terrains qu’exerce très bien par exemple le lobbyiste revendiqué Thierry Coste, présent à la réunion avec les chasseurs à l’Elysée lundi mais qui a aussi ses entrées à l’Assemblée nationale. « L’arbitrage final ne se fait pas au Parlement », reconnaît pour conclure Richard Ramos.

Voir le profil de l'utilisateur

109
Répondre en citant  
Quand une ignare se charge de faire des leçons de français - le Mar 18 Sep 2018, 10:24

C'est dans le Figaro et cela donne des munitions aux réformateurs et aux ricaneurs de tout poil (nombreux à France Culture) : «En mairie», «en préfecture»... Le charabia administratif Par Journaliste Figaro Alice Develey Publié le 18/09/2018.

On suppose que cette Alice Develey a fait autant d'études que Marie Richeux. Le début de son article : «Patientez ici qu'un guichet se libère», peut-on parfois découvrir en franchissant le rubicon d'un secrétariat. Mais comment diable peut-on «patienter un guichet»? Le verbe «patienter» n'est pas un transitif. On patiente quelques minutes, pas quelque chose ni quelqu'un.

Quelle leçon (de nullité) ! Il n'est pas écrit qu'il faut patienter un guichet, mais "[le temps] qu'un guichet se libère" par troncation habituelle de la locution temporelle. La misère du figaro.fr qui n'a non plus compris qu'un guillemet français est suivi et précédé d'un espace. Base de la base de la typographie que ce forum a intégrée dans son écriture automatique.

Voir le profil de l'utilisateur

110
Répondre en citant  
On dit merci qui ? - le Sam 29 Sep 2018, 13:36

À propos de cet élément de langage (faut-il en faire une chanson ?) que bêlent ici ou là commentateurs ou contributeurs (au singulier ces derniers) sur ce forum :
munstead(http://www.regardfc.com/t163p720-au-fil-de-l-ecoute#31370) a écrit:Caroline Broué, Les envies du Week-end. (...)
Ce matin, elle nous parle d'une nouvelle création de la Nuit des Rois, à la Comédie française. (...)  Nous est offert un exemple de ce brio par un dialogue entre deux personnages avinés parlant à la fois de la dite affaire Benalla et de la petite phrase du PR sur le chômage et la traversée de la rue
Incidemment, dans les articles plus bas*, on apprend que le jeune homme de 25 ans, invité dans les médias à s'épancher sur le traitement au minimum inhumain infligé par le Président de la République (combien de jours d'arrêt de non-travail ?) lui répondant que l'on peut trouver du travail en cherchant bien ("je traverse la rue"), a choisi parmi toutes les offres qui lui ont été proposées (quelle chance que le PR lui ait répondu !) un emploi de cariste. Il avait pourtant "pleuré" qu'il voulait travailler dans l'horticulture et pas ailleurs. Quand une vingtaine d'offres dans le domaine de l'horticulture lui sont mises sous le nez, il les décline au profit d'un autre métier. Quelle chance il a eue finalement que la PR lui fasse tant de publicité et quelle bêtise d'entendre les ricanements sur "traverser la rue" dans l'un ou l'autre des posts aperçus sur ce forum !

*Le Figaro l'horticulteur au chômage, est devenu cariste ou Europe 1 Le jeune horticulteur conseillé par Macron va devenir cariste

Voir le profil de l'utilisateur

111
Répondre en citant  
Aurélien Barrau, astrophysicien, de belles paroles - le Mar 09 Oct 2018, 21:57

Le compte Twitter de ce forum; Regards sur France Culture sur Twitter me fait découvrir un nom et une initiative : Aurélien Barrau et Des députés de tous bords unissent leurs forces pour le climat Par AFP le 08.10.2018.

Petite recherche sur Aurélien Barrau et voici un entretien du 2 octobre 2018 dans Libération Changement climatique : «Les autres combats n’ont aucun sens si celui-là est perdu».

La lecture de cette interview révèle une personnalité originale. Sera-t-il bientôt sur France Culture ? À propos d'astrophysique ou de défense de l'environnement ? Sans doute pas pour la seconde, car il dit en fin d'entretien : "C’est mieux que je me retire, d’abord car j’ai une vie, un travail".

Qui n'a pas de "vie" ?

Lancer des cris d'alerte devant une caméra ou dans un bureau devant un journaliste, ça ne mange pas de pain, mais se coltiner les coups de pelle d'un piégeur d'espèces d'oiseaux protégés comme Allain Bougrain-Dubourg (qui a aussi "une vie"), pour cela il y a moins de monde. Les défenseurs de l'environnement qui mouillent la chemise n'ont pas grande presse, les personnalités qui lancent des généralités sont relayées.

A. Barrau : "Si on reste prisonniers des indicateurs de l’ancien monde, comme le taux de croissance, on aura forcément l’impression de régresser"

Il faut aller expliquer ça à France Culture qui, sur le mode triste et accusatoire, relaie quotidiennement les prévisions de "croissance", avec les expressions habituelles comme "en retrait, médiocres, en baisse, etc." (cf journal de 12h30  de ce 09 10 2018) afin de pouvoir blâmer l'exécutif français.

A. Barrau : "Il faut redéfinir notre rapport au vivant, à la Terre, et envisager une décroissance économique qui soit une croissance intellectuelle, culturelle, écologique et humaniste. " De belles formules... Nées avec la révolution industrielle. Voir la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne, le mouvement transcendantaliste américain et sa tête de gondole Sôrô, pardon, Thoreau, et puis le XXe siècle, notamment à partir des années 1960.

A. Barrau : "L’expansionnisme humain n’est plus possible". Tiens ? "Je n’ai évidemment pas envie que des gens renoncent à se loger décemment. Il faudra juste un peu plus de partage : on ne s’en sortira pas sans une répartition des richesses, des ressources et de l’espace de vie". C'est beau.

"L’expansionnisme humain" :Je me souviens de... 1974. De René Dumont, premier candidat écologiste à l'élection présidentielle.

De ces quatre enjeux soulevés par René Dumont en 1974, lequel n'est jamais mentionné (de peur d'exporter les valeurs occidentales sans doute) ? :
   le contrôle des naissances ;
   les économies d'énergie ;
   la coopération internationale avec les pays en développement ;
   la protection et la remédiation des sols.


Enfin, il ne faut pas décourager les belles déclarations et les initiatives de rencontres au sein du Parlement à Paris. En espérant que les salles ne seront ni surchauffées, ni trop refroidies par une climatisation gourmande en électricité nucléaire (ne parlons pas des déchets, c'est un sujet tabou, d'ailleurs y a-t-il des déchets nucléaires, hein ? ).

Et pendant ce temps-là, en sacrifiant du temps de vie, des ressources, des gens simples, dans la gadoue, s'opposent par exemple à la  bétonisation d'"espaces de vie" (A. Barrau : "Aujourd’hui, la première cause d’extinction des espèces est la disparition des espaces de vie"). Venez, M. Barrau, défendre le grand hamster d'Alsace, espèce protégée et menacée par les nouvelles routes du GCO dédiées aux camions de transit.

Mais les convictions ont souvent du mal à se frayer un chemin vers le réel de l'action, car se dresse vite le fameux "j’ai une vie, un travail".

Plutôt que cet entretien, j'aurais aimé lire les témoignages de compteurs et de bagueurs d'oiseaux et ceux qui tentent de faire respecter la loi sur les espèces protégées, par exemple. Du travail qui force l'admiration.

Pour information : Ligue pour la Protection des Oiseaux.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


112
Répondre en citant  
Re: Dans les journaux français -

Dans les journaux français     Page 11 sur 12

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Accueil / Web & médias

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum