Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Programme de l'été 2013    Page 5 sur 7

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Programme de l'été 2013 - le Mer 19 Juin 2013, 11:15

Rappel du premier message :

On trouvera à cette adresse http://www.franceculture.fr/2013-06-18-les-programmes-d-ete-2013-de-france-culture le programme de l'été qui va durer 6 semaines cette année.

Je préfère ne pas commenter le sirupeux baratin du Poivrinet qui signe la page de retape une demi-coudée au-dessus du style Richeux, mais je constate que le professionnalisme de certains des prestataires et des superviseurs de la maison est toujours aussi faiblard : le document PDF disponible en ligne et au chargement, contient plusieurs pages allégées de tous leurs caractères accentués. Et pas sous la forme de lipogramme, non : les pages sont tout simplement pleines de trous.

Bonjour les nuls de FC.
Félicitations les nuls de FC.
Et toute notre désolation à tous les bons de FC qui se laissent ainsi humilier par leurs collègues incompétents.
* * *

41
Répondre en citant  
Name-dropping et vacuité - le Mar 13 Aoû 2013, 20:24

@Antoine Arnoux a écrit:Voici quelques minutes, dans sa chronique qui portait sur la jalousie, Sylvie Hazebroucq (...)
Il y en a dont les cauchemars sont provoqués par des scènes de films d'horreur, moi c'est quand j'entends la plus haut citée dire de sa voix de gamine "Bonjour Ali !". On sait que cela n'augure rien de bon, et qu'il vaut mieux appuyer sur stop.

Passons, là n'était pas le sujet du propos sur « Le plaisir de regarder des séries télévisées »  
http://www.franceculture.fr/emission-les-bons-plaisirs-1ere-partie-le-plaisir-de-regarder-des-series-televisees-2013-08-02

Vous vous rappelez Les yeux des pauvres de Baudelaire ?  « (...) les nymphes et les déesses portant sur leur tête des fruits, des pâtés et du gibier, les Hébés et les Ganymèdes présentant à bras tendu la petite amphore à bavaroises ou l'obélisque bicolore des glaces panachées; toute l'histoire et toute la mythologie mises au service de la goinfrerie. »

Dans cette émission, les pauvres, ce sont les auditeurs (surtout les naïfs), et  le « philosophe » de service, le maître d'oeuvre d'une pièce montée où se côtoient Foucault, Deleuze, Derrida, Ricoeur, Kant ; l'Odyssée, l'Iliade, l'épopée de Gilgamesh ; Proust, Balzac, Victor Hugo, Eugène Sue. Au service de... l'enfoncement de portes ouvertes et du martèlement emphatique (sur la syllabe initiale) de la vacuité.

C'est assez risible comme le font remarquer les deux commentaires ironiques sur le site de FC à la page de l'émission.

Petit extrait :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2013/08/s31/NET_FC_4b5af8eb-53a9-414b-8323-99d5a83c6def.mp3" debut="13:45" fin="15:28"]

On remarquera que la voix du spécialiste de Dexter et de Desperate Housewives  n'est pas éloignée de celle du fascinant Abraham Moles (qui, lui, avait quelque chose à dire).

Il est où le smiley avec la hache  et la bûche ?

42
Répondre en citant  
De Charybde en Scylla - le Mer 14 Aoû 2013, 23:15

« Le plaisir de chanter », tiens, écoutons !
http://www.franceculture.fr/emission-les-bons-plaisirs-1ere-partie-le-plaisir-de-chanter-2013-08-09

C'est une spécialité bien française que de faire passer pour du discours intellectuel des phrases d'une vacuité abyssale. Quiconque dirait sur une radio culturelle, en Allemagne ou en Angleterre, autant de balivernes durant 25 minutes s'attirerait les foudres des auditeurs . Mais pour l'instant, aucune réaction (autorisée par la chaîne) sur le site de FC.

Le « philosophe » de service à la chemise blanche (c'est fou comme le nombre de philosophes - en chemise blanche ouverte - est élevé chez nous) énonce donc truisme sur truisme avec ce ton de conviction exagérée qui signe celui qui sent le vide de son discours.

On a écouté pour se rendre compte à quel point France Culture a du temps et de l'argent à perdre en invitant des zozos qui ont pour mission de meubler vaille que vaille du temps d'antenne en été (et en toute autre saison, d'ailleurs).

On s'accroche :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2013/08/s32/NET_FC_09bf006e-f046-4a92-8d6a-98edcce0e8d5.mp3" debut="09:15" fin="10:20"]

Et l'on va écouter sur France Musique des chanteurs parler de leur art ou des mélomanes dire ce que le chant signifie pour eux (on se rappelle Barthes chez Maupomé).

À noter,  de Rebeihi : « Voulez-vous que nous continuons ce dialogue en chantant ? »

43
Répondre en citant  
Juste avant la quinzaine du blanc - le Ven 16 Aoû 2013, 11:43

La semaine Einstein s'achève et elle mérite un bilan : c'est tour à tour intéressé et attristé que l'auditeur, d'une minute à l'autre, passe d'un témoignage intéressant à un babillage vulgaire, l'un ou l'autre précédé d'une introduction bien sentie avec une belle musique, ou bien par une question d'une phénoménale stupidité posée sur un ton d'écolière appliquée non sans ajouter à l'occasion une perle à la collection maison (ce matin Gerald Holton rebaptisé Gérard).  On reconnaît là le France Culture auquel nous sommes habitués depuis quelque temps : un mélange de travail et de progression erratique, et pour la pertinence des choix et du propos, c'est carrément la loterie.  

Que peut-on conserver ? Eh bien presque tout, à condition d'être assez patient quand le débat ou le documentaire se barre en sucette parce que c'est l'intervenant le plus naze qui tient le micro. Un conseil : tenir le coup en se disant que ça ne va pas durer. Et c'est toujours comme ça que ça se passe : quelques secondes après une andouille dont je préfère ne pas savoir le nom, on voit revenir les inoxydables Hubert Reeves ou Jean-Marc Lévy-Leblond qui remontent le niveau dès la première demi-phrase, ouf.

Il faut penser aussi à féliciter les inventeurs du podcast et de la réécoute, qui nous permettent de squeezer les horripilants intermèdes de 10h et de 11h. Pur racolage ou pure propagande, un coup sur deux. On veut nous y faire croire que France Culture est fait pour l'auditeur et là, en entendant ça l'auditeur depuis 1999 il rigole ou bien il pleure. Et puis on nous dit que ça ne fait que commencer, alors qu'on entend très bien que depuis 15 ans au contraire ça meurt lentement. Peut-être que c'est la dégringolade qui ne fait que commencer ? Mais passons et revenons à notre bilan Einstein. Que peut-on conserver ?

- Les archives : c'est là que la qualité est la plus élevée et presque constante. Hormis le dernier jour, tout peut être conservé et réécouté. La faiblesse est dans les enchaînements de Christine Lecerf, sorte d'hybride entre Ali Balourd pour la finesse des questions, et Lydia Ben Ytzhack pour la voix et la diction. Donc ou souffre oui, mais on en apprend et c'est toujours ça de pris. Les documents ne mentent pas, même quand ils sont un peu retouchés ou un peu sournoisement sélectionnés ; mais en l'occurrence rien ne laisse supposer que ça serait le cas. En fin de semaine hélas ça se gâte, de même que les orages suivent les fortes chaleurs et du coup le 5eme épisode du volet 'Archives' enchaine les hors-sujets, avec un pic de débilité à l'occasion d'un extrait de théâtre affreux (le site de FC nous dit que c'est de Durenmatt, mais c'est tellement mal joué par les comédiens que ça peut aussi bien être de Christine Angot). On n'échappe même pas au rapprochement ineptissime avec Proust, puisque Proust c'est le temps et qu'il y a du voyage en train, toc on vous envoie une lecture des Jeunes filles en fleurs, par Lambert Wilson. De là on comprend en fin de semaine que la maître d'oeuvre de ces 11 émissions, en fin de compte elle n'avait rien pigé à son sujet. Ainsi va le France Culture de 2013.

- Le documentaire : c'est là qu'on va souffrir le plus, car le paradigme France Culture pointe le bout de son nez toutes les 5 minutes.  Sur France Culture le documentaire n'est pas un genre dans lequel un auteur illustre un propos, un point de vue, un regard, en choisissant un angle. Non. Sur France Culture, le documentaire est plus banalement un instrument de propagande. On recrutera donc Albert Einstein pour toutes les causes possibles et imaginables, pourvu qu'elles cadrent avec le paradigme idéologique de la chaine : écologisme, pacifisme, féminisme, égalitarisme, et bientôt aussi anticapitalisme, car tout doit être vu avec la lorgnette de 2013, la distorsion temporelle n'étant pas réservée à l'observation en physique. Ca devient comique quand il faut illustrer l'anti-judaisme chronique de la chaine, mais comme il est équilibré par les complaisants rappels de la Shoah tout aussi chroniques on a moins envie de rigoler. Un regret toutefois : on n'a pas entendu Laure de Vulpian, la spécialiste de l'indignation juridique sur France Culture. Pourtant, en cherchant bien il y avait certainement un procès à exhumer. C'est quasiment la seule connerie qui manquait à ces documentaires, d'ailleurs tous bien intéressants et qui auraient pu frôler la perfection des délices si on ne trouvait autant de noyaux de bétise idéologique dans ce clafoutis sonore.

- Les débats : là encore c'est bien inégal, mais en comparaison du documentaire, c'est quand même le niveau au-dessus parce qu'on trouve quelques pointures parmi les participants, dont certains sont des habitués de la chaîne : Marc Lachièze-Rey, Alain Aspect, Elie During, Thibaut Damour. Certes, on sait que le quatrième est devenu fou quand il a rencontré la théorie des univers parallèles, et du coup son bon sens est resté coincé dans la 4eme dimension mais c'est pas grave car ça ne l'empêche aucunement d'exceller dans le rôle du spécialiste des questions Einsteiniennes. Le hic : en complément de ces excellents cerveaux, c'est là que le niveau de la productrice apparait terriblement léger. D'ailleurs à l'instant même (11h38), elle pose une question plus que naze : "Et vous, est-ce qu'il vous arrive de philosopher ?", misère ! Elle reçoit une réponse rien moins que magistrale, qui ne lui répond pas du tout mais part dans des considérations physico-abstraites auxquelles la brave Christine ne pige que couic comme en témoigne ses hm-hm qui ponctuent la tirade de l'invité. Et là on se demande mais saperlipopette pourquoi n'a-t-on pas confié ce gros sujet à un journaliste scientifique ? Surtout pas Florian Delorme ou Stéphane Deligeorges qui ont saboté bien assez de sujets comme ça, mais pourquoi pas plutôt Etienne Klein ou même Michel Alberganti ? Mystère. Ou bien qu'on nous ressorte Eliane Contini ou Anita Castiel, à défaut de rouvrir le bocal de formol où est conservé le dentier de Michel Cazenave ? Enfin, quand on sait que l'erreur de casting est permanente de la part du France Culture qui s'est installé depuis 1999 comme un coucou dans le nid du vrai France Culture, oui quand on sait cela, on ne s'étonne plus.

Ma sélection : eh bien je conserve presque tout.
- Archives : seulement les 4 premiers volets (en fait j'hésite à garder aussi le 5eme, car il aura une place honorable dans mon dossier "Horreur radiophonique")
- Documentaires : je conserve tout, mais par précaution je modifie le titre des docs, où j'insère la mention "Attention, conneries" pour rester prévenu lors des réécoutes ultérieures et ne pas me décourager trop facilement. L'idéal serait de réduire ces documentaires de ses moins bons moments. Je m'y emploierai si j'ai un peu de temps lors de la convalescence qui suivra mon prochain accident de téléférique.
- Débat : tout est à conserver, non sans une furieuse envie de virer le mini-feuilleton dont le meilleur titre eut été "Einstein citoyen (avec les lunettes idéologique de 2013)", et dont la place était plutôt en ouverture et fermeture du documentaire. Cela dit, dans la semaine nous n'avons que 4 débats et là je dis : Hélas ! C'est que celui du jeudi a été remplacé par un office religieux. C'est meilleur, à mon avis, que les débats scientifiques du programme courant. Les invités sont tous des passionnés calmes, privilégiant le savoir et donc ayant laissé le narcissisme à la maison (ou plutôt aux invités du Grain à moudre). Résultat, on retrouve là une ambiance assez proche de celles de matinées scientifiques de jadis, menées par Cazenave ou Emile Noël, avec des pauses musicales de bon choix. Le tout réussit même à rendre indulgent envers les questions et relances de la productrice, à côté de la plaque de tungstène mais pas assez éloignée pour que le fluide de la conversation doive demander à Thibaut Damour un passeport par les univers parallèles afin de parvenir jusqu'au micro.

44
Répondre en citant  
Pas d'Étienne Klein alors ? - le Dim 18 Aoû 2013, 23:04

Intéressant tout ça. J'ai manqué quelques passages de la semaine Einstein, je m'attendais à entendre Étienne Klein faire son Raymond Devos. Partie remise donc. Avis aux anglophones: je me souviens d'un petit travail de vulgarisation assez bien mené par 10 physiciens qui expliquaient tour à tour le fameux E=mc2, si je me souviens bien ils avaient droit chacun à une minute. France culture aurait pu essayer une version francophone de ce petit numéro de vulgarisation pour l'occasion, plus d'info ici: http://www.pbs.org/wgbh/nova/rss/podcasting.html

Pas une seule allusion à l'affaire Sokal non plus ? Ils auraient pu inviter Jean Bricmont qui se serait faire un plaisir d'évoquer tout ça et en plus il est assez bavard à propos des fameuses variables cachées. Je dois avoir une brochette d'émissions où il est intervenu à ce sujet, il faudrait que je dépose tout ça sur la liste anpr.

45
Répondre en citant  
Rediffusions Agatha Christie - le Mar 20 Aoû 2013, 11:28

On ne saurait donner tort aux auditeurs fatigués des pitreries de Martin Quénéhen, qui auraient d'emblée renoncé à écouter sa série de Grandes traversées sur Agatha Christie. Ayant déploré à plusieurs reprises dans ce forum les facilités de son style radiophonique, c'est par une fatale distraction que j'ai laissé le minuteur allumer ma radio à l'heure du crime radiophonique : en reconnaissant la voix j'ai senti mes neurones se glacer, redoutant l'effet de mauvais goût, le jeu de mot débile, le cliché idiot, le sensationnel neuneu, bref les traits caractéristiques de son style lourdaud.

Eh bien pas du tout. Enfin si, bien sûr, mais pas longtemps : peut-être conscient de sa nullité radiophonique, ou bien incapable de fournir autant d'heures de programme, pour le premier tiers de sa Grande Traversée Quénéhen nous rediffuse des archives comme on aime en trouver dans les nuits :

- Hier et aujourd'hui : diffusion en deux parties de "10 petits nègres" par les Comédiens Français. Denise Gence, Claude Winter, Virginie Pradal, Alain Pralon, André Reybaz, Louis Arbessier, Michel Etcheverry, René Camoin, René Arrieu, Marcel Tristani, Jean Noël Sissia, Philippe Rondest. La solution de l'énigme ou plutôt la fin du drame policier, surprendra ceux qui ne connaissent que le roman. Sensiblement différente la fin de la pièce est bien de la main de l'auteur qui a signé, en plus du roman, cette version pour le théâtre. Cette fin a d'ailleurs été préférée pour certaines des adaptations filmées, alors que l'auteur pourrait bien avoir monté cette modification pour des seules raisons de commodité de mise en scène.

- Mercredi 21 : deux numéros de "Bonnes nouvelles et grands comédiens" : Madeleine Barbulée lit "Témoin à charge" (25 juin 74) et "L'aventure de la cuisinière de Clapham" (31 mai 80)

- Jeudi 22 : un numéro des Maîtres du mystères : La plume empoisonnée (25 novembre 1958) avec Denise Gence (Miss Marple), Madeleine Lambert, André Var, Jean Topart, Laurence Weber, Jean Bolo, Jeanne Dorival, Anne Marie Duverney, Simone Matil, Geneviève Morel, Gaetan Jor, Pierre Delbon

- Vendredi 23 : une heure d'archives qu'on nous annonce internationales. Sous le titre "World wide death", semble être un panorama international  des adaptations d'Agatha Christie  au cinéma, télévision, théâtre.

(quant aux âneries de Quénéhen, que ses fans se rassurent, elles resurgissent dès la fin des archives et se manifestent dans le choix des thèmes pour le second tiers - mon dossier 'Horreur radiophonique' étant déjà bien garni, je compte occuper autrement mon temps à l'heure du débat quotidien)

46
Répondre en citant  
Plage musicale - le Mar 20 Aoû 2013, 13:15

http://www.franceculture.fr/emission-plage-musicale-plage-musicale-3-2013-08-10

Voici ma bonne surprise à moi !
en collaboration avec "Les inrocks" où l'on apprend plein d'anecdotes passionnantes sur les rappeurs La fouine et Bouba. En un mot, ils ne s'aiment pas et se le disent. C'est super, vachement marrant, blablabla.
J'espère que les deux types qui dégoisaient sur nos rappeurs ont des enfants et qu'ils les ont scolarisés dans une ZEP afin de pouvoir quotidiennement se délecter de leurs histoires de triche, agressions, raquette et autres incivilités pour employer la novlangue du politiquement correct, car c'est de cette teneur, les aventures de La fouine et de Bouba !

Bref, soit il fallait faire plaisir aux Inrocks et leur trouver un créneau sur France Culture, soit France Culture s'est dit : "Toujours plus haut ! On va capturer le public du Mouv' ! "
Bonne chance !

47
Répondre en citant  
Mais faites le taire, par pitié !!! - le Mer 21 Aoû 2013, 11:43

Martin Quénéhen est consternant. Ce type est incapable de prendre la parole sans dire une connerie. A croire que son objectif est d'abaisser le niveau de sa propre émission. Est-ce le désir de compenser la fadeur de sa voix, ou bien, la conscience torturante de sa complète absence d'idée, ou de personnalité ? Toujours est-il qu'à chacune de ses phrases il inflige à l'auditeur soit un cliché usé jusqu'à la corde, soit inversement une image originale mais alourdie d'emphase, témoignant d'une obsession de l'effet. Et avec Quénéhen quand il y a un effet, c'est toujours foireux.

Nous voila dans le volet 'Débat' vers 11h30 et ça fait un petit quart d'heure que je tiens le coup non sans me poser la question : peut-on espérer que ce cuistre de Martin réalise à quel point son maniérisme est lourd, lourd, lourd ? Qui donc lui en montrera le ridicule ? Qui apprendra la sobriété à cet enfant naturel d'Antoine Perraud et d'Alexandre Héraud : cultivant du second une obsession du fait divers, alliée à la vanité pompeuse et au lexique prétentieux d'Achille Talon, Martin Quénéhen maintient avec acharnement son émission un peu au-dessous du niveau des pâquerettes (naines). Si en début d'émission il était presque supportable, au fur et à mesure que le débat avance, Martin s'échauffe, s'enhardit, joue en permanence de ses deux registres où il excelle : le journalisme bas de gamme et le roman d'apprenti-écriveur pas doué. Je vous mets au défi de trouver une seule phrase de Quénéhen qui ne contienne pas un cliché ou une connerie, que d'évidence il prend toujours lui-même pour des bons mots, en débutant obsédé par le désir de faire style. Et comme ça va crescendo, à l'instant voila qu'il trouve amusant de mystifier ses invités avec une série de saillies (compensatrices, très probablement) organisant la parodie de 'Dame Agatha' comme il ne cesse de dire (quelle trouvaille) dans le registre du porno parodique. Dans un canard de lycée c'eût été génial. Sur un blog d'amateurs, ça aurait été marrant. Dans un débat sur France Culture, ça en dit long sur la dégringolade du niveau d'analyse. C'est trop affreux.
 
Ajoutons les bruits d'ambiance : reconstituée sur le thème nilotique, avec discrets braiement d'ânes ou d'hippos et bruits de flotte comme si le micro était placé ras de la pirogue (d'ailleurs on entend trop les bruits, le mixage est pas terrible, il faudrait voir à mieux équilibrer les niveaux, hein les mecs).
Bon c'est vraiment trop con tout ça. Je coupe !!

48
Répondre en citant  
Bonne nouvelle pour les grands auditeurs - le Lun 26 Aoû 2013, 14:00

Ceux qui ont squeezé "Un été de lecture" dès le début du mois d'août, fatigué de la succession Angot-Podalydès, auront peut-être oublié de vérifier si d'aventure après les premiers épisodes il n'y avait pas quelque douceur en attente. Or c'était le cas :

Sur les 4e & 5e semaines de la grille d'été, le créneau est occupé par des rediffusions de "Bonnes nouvelles et grands comédiens" choisies dans le stock entre 1970 et 1983.

Les deux premières semaines nous ont donné Giono, Pagnol, Sagan, Colette, Buzzati, Tchékhov, Gorki, Graham Greene, Trouman Capote, Patricia Highsmith, lus par Edwige Feuillère, Françoise Fabian,Judith Magre, Françoise Rosay, Madeleine Renaud, M.&Mme Pagnol, Jean-Pierre Cassel, Jean-Louis Barrault, Pierre Dux, Michel Bouquet, François Chaumette, Jean Piat.
Je cite à part ce qui a été selon moi le meilleur épisode : Joseph Kessel lu par Pierre Brasseur (forte présence radiophonique).

On attend Vian et Prévert, Scott Fitzgerald et Handke, et Katherine Mansfield, Virginia Woolf. et Henri Michaux, par Claude Brasseur, Michael Lonsdale, Jean-Louis Trintignant, Sami Frey, Laurent Terzieff, Emmanuelle Riva, Juliette Gréco,

Il ne reste donc que le dernier jour pour caser mes deux souvenirs favoris de cette grande série maison : Jean Topart lisant Segalen, et Denis Manuel lisant Cortazar (Axolotl) ce qui laisse une probabilité plutôt mince mais tant pis.

49
Répondre en citant  
De qui se moque-t-on au juste ? - le Mar 27 Aoû 2013, 01:52

C'est ce que je me suis demandé cet après-midi vers 15h30 en tombant sur le match de foot commenté en direct depuis les archives. Le but de cet exercice de style m'a échappé. L'idée était-elle d'ironiser sur les intellectuels face au sport ? S'agissait-il d'un sain exercice d'auto-dérision ? Ca serait trop beau. Je ne pouvais pas m'empêcher de ressentir une certaine gêne. Sans doute parce que je ne trouvais pas ça drôle, question de goûts? Forcément une farce qui tombe à plat ça crée comme un malaise. On peut être plus ou moins sensible à certain type d'humour bien ou mal exécuté mais je me suis quand même un peu demandé si on ne se fichait pas carrément des supporters. Et là j'ai grimacé.

J'ai beau ne pas aimer le foot et friser l'allergie, il y avait un je ne sais quoi de déplacé dans ce foutage de gueule en règle de la part de France Culture (en admettant que c'était bien ça le propos, rien n'est moins sûr).

Quitte à se gausser de la culture populaire, à quand un bon petit sketch sur le rap? La BD ? Même avec le porno France Culture met des gants.
Mais du foot, soyons sérieux, on va quand même pas traiter le sujet avec autre chose que de la condescendance. Enfin, peut-être que j'imagine des choses.

J'ai comme un préjugé sur l'attitude de France Culture avec le sport et je ne dispose pas de suffisamment de recul (je n'ai commencé à écouter la chaîne qu'en 2008). Pour faire un parallèle, ça m'évoque la fierté pas loin du snobisme qu'affichent certaines personnes qui proclament haut et fort ne rien comprendre aux maths.
Si on doit parler de sport, c'est avec Grozdanovitch par exemple,  histoire de dire du mal des déviances de la compétition, illustration des maux du vilain capitalisme. Bon, je caricature. N'empêche, si on doit faire un documentaire sur des amateurs d'ultra-fond c'est toujours avec un sourire en coin mêlé à une espèce de pitié (c'était le sujet d'une Nuit Magnétique si j'ai bonne mémoire). Si il faut évoquer les pratiquants des sports de combats c'est un peu aussi pour les infantiliser et parler d'eux comme des victimes...

Pour en revenir aux programmes de l'été, je regrette l'Étiquette Olympique de l'année dernière. Le partenariat avec le centième Tour de France m'a franchement déçu. Quelques tables rondes avec échange de platitudes et rediffusion d'un Sur Les Docks du genre gratiné. Ma mémoire est un peu vague mais le style n'était pas loin d'un Strip-Tease. Une sorte de mise en boîte des pauvres victimes du fléau. On n'aurait pas traité différemment un sujet sur l'alcoolisme des adolescents. Quant aux évocations du tour en direct, encore et toujours les mêmes poncifs. Et toujours ce soupçon de mépris juste à peine perceptible pour être irritant. J'ai souvenir d'un épisode où ils ont voulu commenter l'étape du jour en clôturant, comme ça, pour remplir. Un désastre du point de vue journalistique, et en plus ils étaient sur place. Évidemment je ne demandais pas à France Culture d'en faire des tonnes ni même de traiter le sujet de manière solennelle, mais est-ce que ça les aurait écorché d'essayer une approche un peu originale? D'en profiter pour montrer leur spécificité? Leurs points forts ?

Je ne sais pas moi, par exemple une quotidienne avec Sébastien Balibar qui aurait choisi un fait de course de l'étape du jour pour illustrer un point de physique (aérodynamique de la formation en éventail, dangers liés aux jantes profilées, adhérence sous la pluie, réactivité d'un cadre en carbone par rapport à un cadre en acier etc.). Pourquoi pas une série de Révolution Médicale ? Traiter le dopage d'un point de vue non pas infantilisant mais scientifique au lieu d'asséner la brochette habituelle de lieux communs. Le niveau de complexité et les subtilités de ces pratiques relève quand même de l'avant-garde médicale et de la partie d'échecs, sans même parler des méthodes des temps héroïques. Encore heureux que FC n'a pas essayé d'approfondir le sujet, on aurait pu hériter d'un des pires Grain à Moudre.

Tout ça pour dire, ce partenariat avec le Tour aurait pu servir de thème imposé à pas mal d'émissions de la maison, et c'est là qu'on aurait à nouveau eu la preuve que peu importe le sujet, c'est à la manière de le traiter qu'on voit le talent. Qu'aurait pu donner Un Concordance des Temps sur les tours d'avant-guerre? Je vais me calmer avant de pondre Une Vie Une Oeuvre sur Jacques Anquetil. Ou Richard Virenque chez Laure Adler.

Je m'emporte mais je trouve frappant que France Culture n'a même pas pu se hisser au niveau de la consternante RAI qui, pour les 100 ans du Giro d'Italia, a produit une série radio bien plus ciselée que tout ce que j'ai entendu cet été sur FC  (série intitulée Uomini in Fuga).

Enfin, je dis du mal mais mes souvenirs sont peut-être un peu trop sélectifs

Excusez pour ce caca nerveux, c'est la faute au match de foot des archives...

50
Répondre en citant  
Re: Programme de l'été 2013 - le Mar 27 Aoû 2013, 04:43

@Disalvo a écrit:Je vais me calmer avant de pondre Une Vie Une Oeuvre sur Jacques Anquetil. Ou Richard Virenque chez Laure Adler.
Il y eut, l'an dernier, un Répliques sur Jacques Anquetil. (21 Juillet 2012).
Par contre, Virenque sur le "divan" de Laure Adler, cela serait une belle transgression, de part et d'autre.

51
Répondre en citant  
Le sport : mal traité par France Culture - le Mar 27 Aoû 2013, 09:55

@Disalvo a écrit: (...) Si on doit parler de sport, c'est avec Grozdanovitch par exemple,  histoire de dire du mal des déviances de la compétition, illustration des maux du vilain capitalisme. Bon, je caricature. N'empêche, si on doit faire un documentaire sur des amateurs d'ultra-fond c'est toujours avec un sourire en coin mêlé à une espèce de pitié (c'était le sujet d'une Nuit Magnétique si j'ai bonne mémoire). Si il faut évoquer les pratiquants des sports de combats c'est un peu aussi pour les infantiliser et parler d'eux comme des victimes...
Votre contribution est pertinente à plusieurs égards. Il n'y a pas d'émissions consacrées au sport traité à partir d'une perspective originale. Et pourtant voilà un sujet qui mériterait toutes les approches que vous mentionnez et davantage.

La semaine des Nouveaux Chemins de la Connaissance du 30 mars au 03 avril 2009 m'avait laissé sur ma faim. Cette série « Philosophie du sport » présentait, dans son 2e numéro,  la  Philosophie du tennis avec Denis Grozdanovitch et c'était la moins mauvaise des cinq émissions : http://www.franceculture.fr/emission-philosophie-du-sport-25-philosophie-du-tennis-2009-03-31.html
Invité :Denis Grozdanovitch.  Essayiste et sportif professionnel (tennis, squash - champion de France en 1975 -, et courte paume). Il est l'auteur de plusieurs livres: De l'art de prendre la balle au bond - Précis de mécanique gestuelle et spirituelle (Lattès, 2007), Petit traité de désinvolture (José Corti, 2002), L'art difficile de ne presque rien faire (Denoël, 2009).

Il faut dire que Raphaël Enthoven n'était pas le plus indiqué pour traiter de ce sujet, on ne le sait pas spécialiste du domaine ni même attiré par lui. Les propos les plus intéressants se trouvaient en fait dans les commentaires (désormais effacés du site) d'auditeurs ayant réfléchi à leur propre pratique, notamment sur le rugby (2 avril 2009).

Personnellement, j'écouterais volontiers une émission explorant la natation comme sport organisé. Ces dernières années, ce qui s'en est le plus approché est un dyptique sur l'activité  de MNS et une émission sur la pratique de l'apnée, des réussites d'ailleurs : http://www.franceculture.fr/emission-les-pieds-sur-terre-10-11-vues-sur-la-piscine-1-pascal-maitre-nageur-2010-11-02 et http://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-10-11-en-apnee-2011-07-06 reportages signés à chaque fois Élise Andrieu dont le nom est gage de qualité

Programme de l'été 2013     Page 5 sur 7

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum