Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

L'économie en question    Page 2 sur 3

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
L'économie en question - le Sam 12 Sep 2009, 10:43

Rappel du premier message :

Bonjour à tous

Un petit mot sur l'émission "l'Economie en question" et sur la place de l'économie dans la grille.

Je regrette l'abandon de l'histoire économique et des sujets de théories économique qui faisaient l'intérêt et l'originalité de cette émission. Il y avait quand je l'écoutais un petit moment (5 mn) dévolu, à la fin, aux questions d'actualité, mais la majorité du temps était consacrée à l'analyse d'auteurs, de courants de pensée économique, souvent pointus et pédagogiques (pour un non économiste comme moi).

Depuis la rentrée nous n'avons plus accès à ce genre d'émission. Dominique Rousset invite 3 ou 4 économistes pour parler de la crise, de la taxe carbone, des Etats-Unis face à la crise. Ces sujets sont déjà largement évoqués, souvent par les mêmes économistes (Baverez, Mistral, Fitoussi, Pastré...), dans de nombreuses émissions: souvent dans les Matins, du Grain à moudre, l'Esprit public, très souvent dans la Rumeur du monde, avec exactement les mêmes invités, sur les mêmes sujets. Sans parler des émissions sur les autres chaines (mais quand ces économistes-bons clients travaillent-ils??). Et sans parler de leur orientation politique (centre-droit centre-gauche) qui empêche tout débat dès le départ ("tout à fait d'accord avec... j'ajouterai...").

N'y a-t-il pas là un cas de doublon, surtout s'il se traduit par la disparition de tout contenu théorique?
* * *

11
Répondre en citant  
L'économie en question - le Mer 01 Fév 2012, 15:53

Pourquoi ne jamais donner les fonctions professionnelles des intervenants des émissions ce serait intéressant de savoir que Olivier Pastré est directeur de banque, que N Baverez est avocat dans un cabinet spécialisé dans les privatisations. Jamais d''"opposition, il n'y a pas que des libéraux chez les économistes.
Toujours ces messieurs parlent de développements économiques en oubliant qu'ils se sont trompés et lourdement dans les crises précédentes et que les limites des ressources imposent aussi une limite des profits et de l'activité; je ne sais plus qui a pu dire: Pour croire au progrès indéfini il n'y a que les naïfs et les économistes

12
Répondre en citant  
pourquoi la désindustrialation-aspects de terrain - le Dim 27 Mai 2012, 16:04

bonjour
je réagis sur votre émission consacrée à l'exportation, en rappelant quelques principes ,
Mais soyons concrets: votre insistance sur la nécessité de reconquérir la vente de produits industriels à forte valeur ajoutée, donc haut de gamme et de qualité,
a été fondamentale , mais à mon avis reste incomprise de nos intellectuels sans expérience industrielle.
La France s'est plombée sur ses Moyennes entreprises (ME) trop longtemps:
-nos élites techniciennes (je suis centralien Paris mais en retraite de la sidérurgie) sont formatées pour travailler dans les grandes entreprises
-une grande partie gère mais ne crée pas
-les banques rejettent le risque et les nouveaux créateurs non couverts par le renom d'une famille
-les enseignants en majorité dénigrent par jalousie les moyens patrons ,et le disent aux élèves
-les patrons préfèrent céder l'entreprise au plus mauvais des enfants , les meilleurs étant devenus banquiers, notaires, médecins, etc
-en France celui qui hérite d'une entreprise la vend et se la coule douce sur la Cote d'Azur, en Allemagne le fils ou la fille poursuit le développement avec 5 %
de rendement annuel et beaucoup de sueur
-en France les élites techniques d'origine modeste (mon cas) ont peur de reprendre une entreprise, on leur a fait faire des stages dans les grandes entreprises, en Allemagne
ces élites font leurs stages dans les ME et sont ainsi décomplexés
-j'ai vu ainsi disparaitre nos moteurs, nos machines outils, notre ingénierie métallurgique, notre mécanique de précision, notre horlogerie, nos chaudières , nos voiture haut de gamme, nos 4*4,nos motos,etc
-beaucoup d'élus croient encore que la France peu vivre uniquement avec des services et le tourisme; ils confondent l'investissement ponctuel comme faire un rond-point
contre l'investissement durable par la production d'un bien haut de gamme durable et longtemps améliorable


C'est terrible , et que faire , rien n'est possible à court terme, quant au politique , M. JUNKER disait: les politiques savent quoi faire , mais ils savent que s'ils le faisaient ils ne seraient pas réélus
Nous vivons dans un monde formidable comme le dit un humoriste la tête dans le sable

J'apprécie beaucoup vos émissions , sur le sujet en cours comment faire autrement!
meilleures salutations

André REMERY
ECP 69

13
Répondre en citant  
Re: L'économie en question - le Lun 06 Mai 2013, 09:36

Well, on commente assez peu cette émission sur le forum, est-ce parce qu'on l'ignore complètement, ou bien au contraire est-ce le signe de sa qualité ? Je reste sur l'impression qui était la mienne l'an dernier : émission d'actu sur le modèle de l'Esprit public le lendemain à la même heure, et fait même un peu mieux. Mais ne rêvons pas : ça reste actu-actu. Quoique Dominique Rousset manque d'un martinet pour empêcher les indisciplinés d'interrompre le voisin (Baverez, taisez-vous et attendez votre tour et vlan !), elle tient bon, parle sans fautes de français, et maintient un pluralisme idéologique d'autant plus méritoire qu'elle est dans le camp des dominants sur la fréquence.

Baverez il vaudrait mieux lui donner une chronique quotidienne dans la matinale car chacune de ses interventions trop longues et écrasantes, sont autant de petits sujets qui tiendraient fort bien sous la forme d'une brève isolée. Samedi dernier, son bilan en 4 points / 4 erreurs de François Hollande, et 10 minutes plus tard son diagnostic des 4 problèmes à régler dans le pays, étaient des modèles de clarté et de concision.

Ajouter aussi la brève d'Olivier Pastré dans la dernière minute : on a failli avoir une agence de notation en Europe, ça aurait été bien utile mais le projet a été refusé par mesquinerie budgétaire de cette administration qui préfère engloutir des fortunes en frais de fonctionnement.

14
Répondre en citant  
Re: L'économie en question - le Lun 06 Mai 2013, 21:58

@Nessie a écrit:Well, on commente assez peu cette émission sur le forum, est-ce parce qu'on l'ignore complètement, ou bien au contraire est-ce le signe de sa qualité ?
Ici bac éco. Dominique Rousset, oui, intéressante et solide productrice des Enjeux Internationaux (tels qu'entendus dans les années 1990).

"L'économie en question", est-ce une émission de sciences économiques sur le modèle que suggère Cancoillote cité/e dans un post du 02 mai 2011, ou est-ce une formule bien connue de débat fait de dialogues entre opinionistes qui savent mieux que tout le monde ce qu'il faut faire sur tout et dont le pedigree laisse supposer que leurs paroles ont moins à voir avec le désir d'instruire l'auditeur qu'avec le désir de le convaincre (cf post du 1 février 2012) ?
Suis preneur du genre sciences, mais pas du genre éditorial que l'on trouve sous une forme écrite dans toutes les gazettes où s'épanchent les noms que vous citez.
D'ailleurs, le contenu de l'intervention citée en premier et ensuite celui de la brève semblent plutôt relever du genre de la condamnation que celui de l'étude.
C'est peut-être pour cette raison que personne ne commente cette émission : les gens qui lisent ce Forum ont , en écoutant France Culture, sans doute envie de s'instruire et de prendre de la distance plutôt que d'entendre des échanges sur la politique économique du jour (c'est une hypothèse).
Mais une castagne avec des avis bien tranchés et qui confortent l'auditeur X ou Y dans ses sentiments (ici on voit lesquels) fera toujours plus recette auprès des auditeurs du nouveau France Culture (qui n'ont que faire de RFC) que l'étude dépassionnée.

15
Répondre en citant  
Re: L'économie en question - le Mar 07 Mai 2013, 00:14

@Philaunet a écrit:Mais une castagne avec des avis bien tranchés et qui confortent l'auditeur X ou Y dans ses sentiments (ici on voit lesquels) fera toujours plus recette auprès des auditeurs du nouveau France Culture (qui n'ont que faire de RFC) que l'étude dépassionnée.
Je suis 100% d'accord avec Philaunet.
La science économique, de par ma formation et ma profession dans une autre vie, ne m'est pas complétement étrangère et je n'écoute plus cette émission depuis prés d'un an. Comme l'a bien résumé Philaunet, nous ne somme plus que dans l'opinion et je n'y apprenais rien, De plus les "gamineries" d'Olivier Pastré (Répétitions de phrases toutes faites, argumentations pour argumentations,..)ont fini par me lasser et même la partie "distractive" de mon écoute de FC ne m'a plus intéressé.
En fait la seule qui aurait pu sauver cette émission est Dominique Rousset mais elle n'a pas su changer cette formule qui, effectivement, conduit si souvent aux critiques citées plus haut.

16
Répondre en citant  
Les tricks d'Olivier Pastré et les tours de Nicolas Baverez - le Mar 07 Mai 2013, 14:27

Peut-être on pourrait se marrer à faire la liste des pastréismes :

- "on est tous d'accord autour de cette table pour dire que.. .. .. "
- "c'est bisounours"
- "X, sors de ce corps"
- "le verre à moitié vide et le verre à moitié plein"
- "on fait quoi, Docteur ?"
- ...
- ...
(sous la pression des auditeurs Pastré a renoncé à 'C'est surréaliste' )

Cela dit, Alain et Philaunet, je m'interroge sur votre diagnostic commun : qu'il y ait de l'opinion certes, mais est-ce que ça suffit à qualifier tout ce qu'on entend. Il me semble qu'il y a tout de même des analyses, certes plus ou moins orientées, plus ou moins soucieuses de l'empirie et de l'objectivité. Je prend l'exemple d'un qui m'escagasse souvent : Baverez : dans le premier quart d'heure samedi dernier, il dresse 2 bilans/états de la situation, qui ne sont tout de même pas de la pure opinion, si ?

17
Répondre en citant  
France Culture, partenaire media du Tour de France - le Mar 07 Mai 2013, 16:29

Pour pouvoir répondre à Nessie, je viens d'aller sur le site de l'émission et, à ma grande surprise, j'ai découvert le petit logo du Tour de France à côté de celui de FC, avec cette mention donc, France Culture, partenaire media.
Je regarde certaines belles étapes de montagne du Tour de France, donc je ne vous fais pas le coup du mépris pour cette discipline sportive. Mais j'ai du mal à voir une synergie entre le Tour et FC.
J'écoute maintenant l'émission. Commentaires à venir.

18
Répondre en citant  
Intermède fantaisiste sur la fréquence - le Mar 07 Mai 2013, 17:17

(Alain a bien de la chance de ne pas écouter l'émission en flux direct - Les auditeurs du samedi matin qui n'avaient pas coupé juste après la belle musique finale ont entendu le début de "Une fois pour toutes, dont l'invité est Pierre Gattaz, PDG de Radiall, grande société équipementière en électronique - A la 9e minute ils entendent poser à l'invité la question suivante "Vous parlez de patriotisme économique mais vous vendez vos équipements à Boeing le concurrent d'Airbus alors c'est pas du patriotisme européen" - Hum hum, pour le style de question c'est du Huertas, et pour l'ignorance économique c'est du Voinchet - Et pendant que Gattaz essaie de répondre, effaré probablement mais soucieux de ne pas agresser l'ignorant, voila Souchier qui fidèle à sa pratique habituelle, poursuit son apostrophe "Y'a pas de patriotisme là !" sur un ton exalté comme un cabot qui tient entre ses mâchoires un bas de futal à ne pas lâcher - Franchement il faut le faire : s'imaginer que le patriotisme économique se situe du côté de l'offre et non de la demande ; à ce moment on se dit que l'ignorance économique est une chose fort bien partagée sur FC, mais franchement, juste après l'émission hebdomadaire d'économie ça fait désordre)

19
Répondre en citant  
Re: L'économie en question - le Mer 08 Mai 2013, 10:50

@Nessie a écrit: (...) qu'il y ait de l'opinion certes, mais est-ce que ça suffit à qualifier tout ce qu'on entend. Il me semble qu'il y a tout de même des analyses, certes plus ou moins orientées, plus ou moins soucieuses de l'empirie et de l'objectivité.
Je n'ai pas la patience de tamiser des fleuves de boue pour y trouver des paillettes d'or. Surtout quand il existe ailleurs des émissions denses en précieuses connaissances. S'il est rare qu'une émission de FC ne contienne pas un élément intéressant venant de l'invité, l'intérêt est-il si haut qu'il vaille le temps perdu à le trouver ? Le temps de l'auditeur est aussi précieux et l'exposition longue à la médiocrité dévitalise l'esprit.

20
Répondre en citant  
Re: L'économie en question - le Mer 08 Mai 2013, 15:23

Rien n'a changé. J'ai pu constater qu'on restait bien "collé" à l'actualité puisqu'il fallait, bien sûr, traiter du bilan de la première annèe Hollande.
je ne dis pas qu'on y dise que des bétises, dans cette émission, loin de là. Mais simplement, et pour utiliser une expression adéquate, cette émission ne m'apporte aucune valeur ajoutée.
Et bien sur Pastré a fait son Pastré. On a l'impression que, par simple jeu espiègle, il en viendrait à se contredire lui-même rien que pour contredire. "Non mais atttendez......"

21
Répondre en citant  
du coup, quelle émission d'économie ? - le Mer 08 Mai 2013, 18:00

Bonjour, j'ai lu avec attention vos réactions et j'ai une petite question : quelles sont donc les émissions d'économie que vous pourriez recommander comme apportant de la "valeur ajoutée" ? celles qui ne comportent que du "bon grain" pour reprendre votre métaphore?

En vous remerciant.

L'économie en question     Page 2 sur 3

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum