Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

50 ans, c'est pour vous    Page 1 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
50 ans, c'est pour vous - le Lun 02 Sep 2013, 02:24

Aprés une longue hésitation, je n'irai pas au Palais de Tokyo Vendredi prochain !
OPA devra donc arriver à ses 50,000 invités sans moi. Mais certains de nos forumeurs participeront-ils à cette magnifique fête de la Culture?
En attendant, voici un lien avec des commentaires qui vous rappelleront quelque chose......
http://www.franceculture.fr/page-les-50-ans-de-france-culture

2
Répondre en citant  
Justice sociale et Radio culturelle - le Mer 04 Sep 2013, 10:50

Cette semaine dans "Sur les docks" un mini programme de célébrations du cinquantenaire où, sans surprise, on remarque l'absence d'émissions récentes. Sous prétexte de cinquantième anniversaire, le France Culture de 2013 se fait reluire avec ce qu'il est devenu incapable de produire depuis 14 ans, soit pendant presque un tiers de son existence. De la même façon, dans le concert d'auto-satisfaction sous forme de rediffusion, on verra que bien rares sont les émissions datées d'après 99 ou dont le concept ne remonte pas avant cette année. Il est inévitable que dans la classe "documentaire culturel", la maison n'ait à fournir que des émissions antérieures à la rupture de 1999, puisque cette année là marque le début de la réduction impitoyable du documentaire à France Culture. Ceux qui ne tolèrent pas les comparaisons historiques entre le France Culture d'après 1999 et celui d'avant sont invités à ne pas lire la suite de ce post.

Car pour qui saura écouter les bruits de cette fête obscène, la qualité de France Culture qui est en chute libre depuis septembre 99 se montre ici dans sa crudité. La station a pu faire illusion tant qu'il y restait des producteurs et émissions survivantes de sa meilleure époque. A mesure que ces derniers se réduisent en nombre, la qualité qui s'effondrait n'a plus d'apparence que celle du tas de ruines fumantes.

Exemple : comparez donc le style des deux émissions portant sur le même thème "De bouche à oreille" (fermé en 2007) et "On ne parle pas la bouche pleine" qui l'a remplacée en 2 temps, s'installant sur le même créneau horaire. On y constate que l'élégance de la conversation, la fluidité du montage et l'intelligence des enchainements, l'assemblage des musiques et des lectures, bref le cocktail de ses qualités a laissé place à des "c'est un truc de fou, c'est vraiment top". On voit le niveau, tant verbal qu'intellectuel. Radio destructurée, radio défigurée.

Les 50 années de France Culture ne sont pas à l'honneur de ceux qui en tiennent actuellement la barre. Et dire que ça ne fait que commencer, c'est se moquer du monde : France Culture meurt un peu plus à chaque nouvelle idée lumineuse de chacun de ses nouveaux pilotes depuis 1999.

Une autre façon de se moquer du monde, c'est de nous seriner que ces 3 journées de célébration au Palais de Tokyo seront une fête et une rencontre avec ceux qui ont fait cette belle réussite qu'est France Culture. S'il restait encore un peu d'honnêteté intellectuelle à la Direction du programme, cette fête devrait inclure les centaines de producteurs qui ont oeuvré à cette qualité dont la chaîne se vante à présent. Mais comment faire pour rappeler tous ces gens dont on a décidé de se passer, soit en les lâchant purement et simplement, soit en décourageant brutalement ceux qui s'accrochaient ? Et l'ironie est que sur cette radio qui promeut en permanence l'égalité et le partage, une poignée d'autocrates a liquidé plusieurs centaines d'artisans du programme, pour donner quelques places fixes à une minorité de permanents. Ironie supplémentaire, et sans dramatisation excessive : sur France Culture on cultive une idéologie globale sans faire mystère d'une appétence pour le collectivisme, sans voir qu'on se montre par là en phase avec la grande tentative historique issue de l'idéologie collectiviste : une poignée de privilégiés accapare les ressources et les les bénéfices du système, après avoir liquidé la masse de ceux qui en ont fait la réussite en écrivant ses plus belles pages, dont à présent on s'attribue le mérite. Et très logiquement, une fois exclus les meilleurs et les plus sincères, la poignée d'arrivistes qui reste aux commandes ne peut plus produire qu'une soupe dégueulasse, avec le renforts des plus nuls qui ont été recrutés entre temps. De là le sobriquet de Radio-Pravda est plus mérité que jamais

3
Répondre en citant  
Re: 50 ans, c'est pour vous - le Mer 04 Sep 2013, 14:45

@Nessie a écrit:De là le sobriquet de Radio-Pravda est plus mérité que jamais
Certainement pas. Je pense qu'il faut respecter l'Histoire et faire attention aux comparaisons tentantes mais fausses. Tentante car le penchant de la Rédaction de FC est plutôt vers la Gauche (Mais laquelle?) mais fausse car on trouve à France Culture une diversité d'opinions (Producteurs, participants fixes, invités) qui n'existait certainement pas à la Pravda.

4
Répondre en citant  
France Culture se meurt ! France Culture est morte ! - le Mer 04 Sep 2013, 18:08

Nessie ne se trompe pas, hélas. A l'école, faute de parvenir à mettre l'instruction à la portée de tous, on s'applique aujourd'hui à maintenir tous les élèves dans l'ignorance : l'égalité est ainsi respectée. Tout de même, France (in)Culture vide le substantif culture de son sens intellectuel afin d'accroître  le nombre des auditeurs (ce faisant, l'on trahit le mépris dans lequel on tient les auditeurs). On y parle comme dans n'importe quelle chaîne radiophonique et l'on y diffuse, sous le nom de musique, un « vacarme informe et fortuit » exactement pareil à celui que vomissent les autres « stations ». « Mais, si l'exigence d'égalité est une noble aspiration – qui est celle de la justice sociale -, l'égalitarisme devient néfaste dans l'ordre de l'esprit, où il n'a aucune place. La démocratie est le seul système politique acceptable, mais précisément elle n'a d'application qu'en politique. Hors de son domaine propre, elle est synonyme de mort : car la vérité n'est pas démocratique, ni l'intelligence, ni la beauté, ni l'amour – ni la grâce de Dieu (…) Une éducation vraiment démocratique est une éducation qui forme des hommes capables de défendre et de maintenir la démocratie en politique ; mais, dans son ordre à elle [l'université], qui est celui de la culture, elle est implacablement aristocratique et élitiste » (Simon Leys, Le studio de l'inutilité, pp. 289-290). L'ignorance, comme la mort, « égale tout ».    

5
Répondre en citant  
Armando Norable - le Ven 06 Sep 2013, 11:57

@Alain Machefert a écrit:
@Nessie a écrit:De là le sobriquet de Radio-Pravda est plus mérité que jamais
Certainement pas. Je pense qu'il faut respecter l'Histoire et faire attention aux comparaisons tentantes mais fausses. Tentante car le penchant de la Rédaction de FC est plutôt vers la Gauche (Mais laquelle?) mais fausse car on trouve à France Culture une diversité d'opinions (Producteurs, participants fixes, invités) qui n'existait certainement pas à la Pravda.
Vous avez raison Alain et je dois faire amende honorable. Le ton "Pravda" ou "Huma", aussi dominant et présent soit-il notamment dans la plupart des éditions du journal, ne fait pas de toute l'antenne un club de l'utra-gauche. On peut aligner les noms de ceux qui, sans avoir besoin de faire acte de résistance, n'émargent pas à cette pensée majoritaire.

En écrivant le titre j'avais bifurqué vers l'appellation "Radio justice sociale" d'ailleurs orthographié un premier temps "Radio-justice sauciale". Puis à force de remodeler indéfiniment le texte, finalement j'avais envoyé la version définitive sans faire sauter cette dernière phrase qui est clairement en trop. D'ailleurs Alain vous savez très bien que ça m'arrive assez souvent, de poster trop vite Wink et que ça explique une bonne partie de mes erreurs zet outrances.

6
Répondre en citant  
Et si cette célébration était une erreur monumentale ? - le Ven 06 Sep 2013, 12:43

On se demande par quelle inconséquence le France Culture de 2013 a voulu célébrer les 50 ans de la maison. On y voit de façon éclatante la différence entre le passé brillant et le présent médiocre. Eclatante oui. Du coup les 4 émissions de la série "Sur les docks" ne peuvent célébrer que les émissions du passé, puisque le présent de la chaine est consacré au programme d'actualité.

Or l'Actu est l'antithèse de la culture : autant la première se périme dans l'instant où elle est diffusée (c'est d'ailleurs ce qui fait sa qualité), autant la production de la seconde est appelée à durer. Là est la différence entre le programme de flux et le programme de stock. Différence qui rend le second d'autant plus difficile à faire pour qui manque des ressources personnelles qui sont nécessaires. En revanche (si on peut dire), quand on est privé d'inspiration autant que d'imagination et de culture, faire de l'info devient sinon facile à faire car il y a du boulot, mais au moins facile à alimenter puisque les événements s'en chargent. Hélas c'est encore plus facile à mal faire, et sur ce dernier point on peut dire que France Culture s'y entend.

De là on ne s'étonne pas que le tout-actu et le tout-direct qui se sont imposés de puis 1999, n'aient pas su produire quoi que ce soit que la chaine juge digne de présenter dans sa mémoire. Les documentaires sont remplacés par des reportages misérabilistes. Comme une fausse exception, "Une vie une oeuvre", émission phare de jadis, a été réduit de 90 à 60 minutes, et porterait mieux le nom de "Une vie pipolisée, et pour l'oeuvre mes agneaux allez donc fouiner en bibli".

Et ça s'achève en apothéose avec ce numéro sinistre de Sur les docks, hier après-midi rediffusé pendant la nuit : éloges successifs de Pierre Descargues, de Borzeix et d'Yves Jaigu qui, en tant que directeur du programme, donna une impulsion pleine de dynamisme et d'esprit cultuel, aux antipodes de ce qu'ont fait les 4 derniers directeurs depuis septembre 99. Ce dernier numéro sur les docks s'enlise dans la démolition du studio 168.

Ensuite c'est l'horreur absolue : l'ouverture de la journée par Tewfik Hakem, le personnage le moins cultivé et le plus déplacé qu'on ait jamais entendu sur cette antenne. On sait que les catastrophes radiophoniques vont se succéder au micro pendant ces 3 jours de super-direct. Après Tewfik Hakem bientôt Xavier Delaporte. Un peu plus tard Martin Quénéhen. J'arrête là ma liste des incompétents, car elle donne le cafard, mais surtout elle pose la question : en quoi peut-on voir dans ces personnages archi-lèges intellectuellement et culturellement, les successeurs des producteurs qui ont façonné pendant des années les Matinées des autres, Chemins de la connaissance, Pays d'ici, Nuits magnétiques, ou qui savaient présenter le Panorama ou les Après-midi de France culture comme des professionnels adultes et non comme des adolescents attardés.

Dans le même temps, la célébration au Palais de Tokyo, qui se voulait festive, se déroule dans une ambiance sinistre et avec une acoustique déplorable. La mémoire de France Culture qui devait soutenir le falzar du boss, est en train de lui claquer au nez comme une bretelle qui pète.

7
Répondre en citant  
Re: 50 ans, c'est pour vous - le Ven 06 Sep 2013, 19:32

Ambiance...

8
Répondre en citant  
Toujours plus haut - le Sam 07 Sep 2013, 12:25

9
Répondre en citant  
Re: 50 ans, c'est pour vous - le Sam 07 Sep 2013, 12:38

Pris en cours à 12h10 : il y a un fou qui vocifère, qui déblatère jusqu'à perdre haleine dans des questions stupides et des interruptions haletantes des invités à propos de lune. Je crois avoir entendu sa voix un jour lointain à la télé. Qui est-ce ? Un nouvel animateur de France Culture ?

PS Photo plus haut : splendide. « Pauvre » Jean Lebrun ! (Sandrine Treiner à son côté ?).

10
Répondre en citant  
Dominique Souchier - le Sam 07 Sep 2013, 13:27

Philaunet pour la deuxième fois vous venez de faire connaissance avec  Dominique Souchier. Que vous aviez fini par oublier au prix d'un assez gros effort. Eh oui même la deuxième fois, Souchier ça fait un choc ness pas (moi aussi je suis passé par là, mais on s'en relève)


Avec le temps et une certaine accumulation d'étonnements le samedi midi, j'en suis venu à penser que sa diction de vieux dingo ou d'exalté lui vient de difficultés respiratoires peut-être dues à l'âge. Quant au ton harcelant il devient outrancier jusqu'au comique quand Souchier accueille un invité pour lequel il éprouve une antipathie que par ailleurs il ne cherche pas à masquer. Le principe de l'émission est d'éviter la connivence entre questionneur et questionné (c'est un gros gros cliché de l'analyse média). Souchier n'a pas réfléchi assez loin pour comprendre que l'antipathie initiale n'en est que l'erreur symétrique, et qu'elle ne fait pas un meilleur journalisme. Par ailleurs, la connivence il la cultive avec environ la moitié des invités. Enfin pour ce qui est de la bêtise des questions et de l'effet final que donne son style d'interview là il ne semble guère s'en soucier, et c'est ce qui caractérise le (hum)talent radiophonique du gars, ou plutôt sa conception de la radio.

50 ans, c'est pour vous     Page 1 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum