Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Edwy Plenel en ses œuvres    Page 2 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Edwy Plenel en ses œuvres - le Mer 16 Oct 2013, 07:56

Rappel du premier message :

Mes biens chers frères, mes bien chers sœurs, sonnez hautbois et résonnez musettes. Avez-vous entendu le dernier sermon d'Edwy Plenel S.J. ce matin? Fini le trotskysme à petit feu, la vindicte anti-bourgeoise de l'affaire Baudis, voici enfin le sermon sur le respect de l'autre que nous attendions. Rien n'y manquait même pas l'anecdote larmoyante sur une jeune Kosovar, même pas une citation du pape François. Après la morale politique illustrée (Trotsky, le Che, Chavez) voici venir l'heure de la morale individuelle . Il nous prépare sans doute une conversion à la Benny Levy et il fallait bien que FC lui confie une tribune.
* * *

11
Répondre en citant  
Frère Edouard Plenel - le Mer 13 Nov 2013, 10:19

Vertuchou, c'est trop savoureux donc je reporte ici l'hebdomadaire chronique de Munstead qui l'a esseptionnellement déposée dans le fil des matins. Comme ça elle bénéficiera d'une double édition. C'est l'Edouard qui sera content de toute cette gentille publicité qu'on lui fait.

@munstead a écrit:[...]Voinchet borborygmait sur son invitée et on ne comprenait plus rien. Puis il y a eu le prêche de Plenel. La courverture de Minute c'est pour lui, le rayon miel bio pour un ours échappé d'un cirque. Et que je te cite la Déclaration des droits de l'homme, et le préambule de la constitution pour la millième fois, comme si cela pouvait être un argument pour les racistes qui relèvent la tête en ce moment. Explications? Pas grand chose : certains intellectuels, et, au passage, Valls qui a osé ne pas être d'accord sur un projet de loi avec la ministre (ce qui ouvre des perspectives intéressantes aux antiractistes, vous n'êtes pas d'accord avec une personne de couleur sur un point technique donc il y a de fortes chances que vous soyez raciste), bref, constats oui, explications nenni. Puis il termine, comme les chœurs du Faust de Gounod "Marchons, marchons" pour nous rappeler à notre devoir du 3 décembre, participer à la Marche qui va tout changer, encore un petit coup de Fanon et à la semaine prochaine.

12
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Jeu 14 Nov 2013, 04:15

Et bien moi je l'aime bien, Edwy Plenel ! Il me rassure.
Dans un monde où tout change, même le climat, un monde qui perd ses valeurs, sans points de repères, Edwy est toujours là, fidèle au poste, bien droit dans ses bottes et avec toutes ses certitudes. Lui, au moins, n'est pas un mou.
En fait, pour me rassurer complétement, je demande à France Culture de rappeller une ancienne collaboratrice, elle aussi avec une belle hauteur de vue, Elizabeth Lévy. Ceci pour équilibrer.
Et puis, si Edwy devait être souffrant, je pense à une remplaçante qui doit piaffer d'impatience sur le banc des remplaçants de l'équipe "Vraie Gauche" : Clémentine Autain.

13
Répondre en citant  
Allez-vous faire foutre! - le Mer 11 Déc 2013, 09:42

C'est par cette belle formule que Huertas a débuté son billet "politique". C'est ce qu'a dit sans le dire, Tom Enders, le président d'Airbus aux gouvernements français et allemands, d'où lire d'Huertas. Les réalités économiques, les baisses des commandes d'hélicoptères et d'avions de transport militaires? De quoi parlez-vous? Ce qui intéresse Huertas, ce sont les licenciements même si on a promis qu'il n'y en aurait pas, mais sans doute des contrats d'intérimaires non renouvelés, ce qui n'est pas la même chose. Vivement qu'Huertas fasse ses cartons et "aille se faire foutre" chez Mediapart.
Parlons du loup. Plenel, en direct d'Amman où il participait à un colloque des journalistes arabes dont les conclusions étaient qu'il fallait se battre pour la démocratie. Assez discuté, au travail! Plenel a noté, comme à regret, l'absence d'Israël,qui est, comme il ne le dit pas, le seul pays démocratique de la région. On se demande pourquoi? Ensuite, il en est arrivé à Mandela, qu'il appelle évidemment Madiba. Il parle de la cohérence entre le Mandela des débuts, adepte de la lutte armée, et celui de la conquête pacifique du pouvoir. Cohérence? Non. Mandela s'est rendu compte en prison, et c'est là toute ll'intelligence de ce grand homme politique, que face à la force brutale, il fallait se battre sur un front différent, la liberté et la morale, et il a abandonné le terrorisme. Et il a gagné avec l'appui de l'opinion publique internationale. Ensuite, Plenel cite les soutiens nationaux de Mandela dont "on a pas assez parlé": des Indiens (et le concept de nation arc-en-ciel?), des"Juifs lithuaniens d'origine lithuanienne" dont on ne saura rien de plus, mais c'étaient d'abord des Juifs semble-t-il, pas des Sud-Africains, puis le PC local dont on a oublié "la part de lumière"'. Je ne veux pas dénigrer le combat contre l'apartheid de ce parti, mais faut-il rappeler que l'AFS était un enjeu majeur dans la grande confrontation est-ouest et que les Soviétiques et leurs aimables satellites d'alors aidaient le PC sud-africain plus pour des raisons stratégiques que par anti-racisme. Puis Plenel vire sur la Palestine. En fait, la situation de la Palestine n'a rien à voir avec celle de l'Afrique du Sud, mais c'est toujours intéressant de rapprocher les gentils et de faire l'amalgame des méchants. Il cite une perle de Mandela âgé dans un entretien aux États-Unis: "Les Palestiniens ne luttent pas pour un État, mais pour la liberté, l'égalité…" Allez dire ça au Hamas en particulier, qui a une idée bien à lui de la liberté, ou à l'Autorité palestinienne.

14
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Mer 11 Déc 2013, 10:49

@munstead a écrit:Vivement qu'Huertas fasse ses cartons et "aille se faire foutre" chez Mediapart.
Quand part-il, au fait?

15
Répondre en citant  
Pourquand? - le Mer 11 Déc 2013, 11:05

C'était annoncé pour bientôt par le SNJ le 23 septembre. On s'impatiente.

16
Répondre en citant  
Les effets sont sacrés - le Jeu 19 Déc 2013, 10:30

Hier matin Marc Voinchet quittant exceptionnellement  son costume de lèche-cul en accueillant Edwy Plenel, ce dernier se trouvait invité cordialement mais sans excès de douceur à l'exercice du mea culpa. Explication : il y a une semaine, Plenel s'est distingué en mentionnant un écrit de Mandela que 30 minutes plus tard, tout le web savait être un faux. Aïe, aïe, le donneur de leçon de journalisme pris au piège. Quel intérêt, cette anecdote ? Aucun. Ah si : sa réaction, à l'Edouard.

Quand on a fait une connerie et qu'on se montre soucieux de passer l'éponge de l'opinion publique sur le camée quelque peu salopé de son excelllllence professionnelle, il n'y a que deux moyens de s'en tirer : a) reconnaitre l'erreur brièvement avant de passer à autre chose. Ou alors : b) redoublant d'apparente probité, tartiner indéfiniment sur sa propre faute et ainsi manifester implicitement l'évidence de sa droiture morale. Cette seconde voie est celle du Tartuffe.

Edwy Plenel est avec Thierry Pech un des deux donneurs de leçon de France Culture. Je ne sache pas avoir jamais entendu une prise de parole de l'un ou l'autre qui ne contînt quelque prêche : Pech sur un ton d'instituteur parfois patient, souvent lassé d'avoir à rappeler ses évidences morales, mais toujours supérieurement instruit quelle que soit l'énormité qu'il assène. Et Plenel, depuis sa cathèdre où il se trouve régulièrement épinglé ici par Munstead, se présente volontiers comme un gardien de la morale journalistique au point de venir donner de la leçon jusque sur ce forum, pensez donc.

Il a donc choisi la seconde voie : reconnaître une faute c'est saisir une occasion supplémentaire pour professer la vertu. L'auditeur échappe de peu à "Oui mon frère je suis un misérable", au profit de la chanson "Il faut faire ce que je dis et pas dire ce que je fais". De là, au lieu de faire profil bas et de présenter ses excuses plates avant de livrer chronique sur un sujet neuf, voila mon Edouard tartinant ad nauseam son catéchisme journalistique premièrement et deuxièmement et troisièmement, au prétexte que lui-même pour cette fois s'en était affranchi.

Comme Daniélou surpris dans un bordel, qui redoublerait de morale sexuelle. Tartuffe un jour, Tartuffe toujours.

17
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Jeu 19 Déc 2013, 10:46

Je n'abuse pas des compliments sur ce site, mais là, en plein dans le mille, Nessie. j'avais déjà repéré le battage de coulpe d'EP sur son site, sur lequel i l utilise parfois la forme du blog, pour que tout un chacun puisse bénéficier des lumières fulgurantes de Monseigneur sans payer d'abonnement. Le prêcheur finissait par instiller un sentiment de culpabilité chez le pauvre lecteur qui avait cru devoir s'étonner, rien qu'en passant, d'une telle faute professionnelle par un artrotskyste confirmé. Comme il se doit, 250 commentaires de Médiapartiens enthousiastes avaient salué cet exemple inouï d'honnêteté et flagellé ceux qui avaient osé ricaner du tartuffe. Dix jours plus tôt, il nous avait infligé un panégyrique de quatre pages (blog en accès libre) sur son père, qui venait de disparaître, suivi de centaines de messages de condoléances de Médiapartiens éplorés, s'arrachant les cheveux, se couvrant la tête de cendres (que fait la Miviludes?). Plenel n'a sans doute pas eu le temps de lire l'intéressant essai de Pierre Zaoui sur la discrétion.

18
Répondre en citant  
message rapatrié dans ce fil - le Mer 22 Jan 2014, 12:46

Nouveau prêche de Monseigneur Plenel de grand matin. Il dénonce du haut de sa chaire, offerte par le service public, le pouvoir personnel de François Hollande, nouveau de Gaulle, comme on sait. On en retiendra le "Nous les journalistes… le devoir…notre mission", une imitation pénible et ridicule de Hollande, les mots de "rédemption", "vivre en vérité", "libéral" (l'horreur absolue, le péché majeur) et sa découverte aujourd'hui seulement, semble-t-il,  du caractère présidentialiste de notre constitution dévoyée par l'élection au suffrage universel du président. Il dénonce aussi le "plaisir solitaire" du président dans une lourde allusion à l'affaire Gayet.  Ce ton de prêcheur, de père-la-morale-publique, est de plus en plus insupportable. Plenel se place au-dessus de nous, il fulgure, il tonne, il condamne, il lance des remontrances à la terre entière et à nous en particulier, pauvres pêcheurs-auditeurs aveugles qui ne savons pas voir la vérité de l'enseignement de Mediapart et de son équipe de trotskistes pratiquants de la navigation sous-marine. Décidément, entre Bouscarel, Plenel, Manière et Pech, nous n'avons pas de chance cette saison.

19
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Mer 22 Jan 2014, 19:17

Plenel devrait envisager une fusion entre les rédactions de Mediapart et Closer.

20
Répondre en citant  
tu ressuciteras mon fil - le Sam 29 Mar 2014, 21:20

Bonsoir,

J'ai profité d un moment de cervelle disponible pour relire ce fil.
Il me met mal à l'aise.Il donne l'impression que Julie Gayet possède un compte en Suisse , que Cahuzac roule en scooter et que Edwy Plenel va casser sa pipe en épectase .
Pour relancer le débat je m'adresse à un certain Nessie qui déclare au post 16
Et Plenel, depuis sa cathèdre où il se trouve régulièrement épinglé ici par Munstead, se présente volontiers comme un gardien de la morale journalistique au point de venir donner de la leçon jusque sur ce forum, pensez donc

Le seul post de Monsieur Plenel est au N°8 après s'être inscrit au forum
En quoi ce post est-il une leçon donnée?

Il est des jours où la moustead vous monte au nez
Sans rancune aucune et sans que nos offences ne nous soient pardonnées
Amen ta réponse car ite missa est

le dialogue vous tienne en foi comme l'alcool.

Et pour Edwy Plenel je lui dis simplement « tel père, tel fils » et j'aurai une pensée pour lui qd je reécouterais Brel dans l'homme de la Manche avec la sublime Joan Diener

21
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Sam 29 Mar 2014, 23:01

@Fontaine a écrit:Bonsoir,

J'ai profité d un moment de cervelle disponible pour relire ce fil.
Il me met mal à l'aise.Il donne l'impression que Julie Gayet possède un compte en Suisse , que Cahuzac roule en scooter et que Edwy Plenel va casser sa pipe en épectase .
Pour relancer le débat je m'adresse à un certain Nessie qui déclare au post 16
« Et Plenel, depuis sa cathèdre où il se trouve régulièrement épinglé ici par Munstead, se présente volontiers comme un gardien de la morale journalistique au point de venir donner de la leçon jusque sur ce forum, pensez donc. »

Le seul post de Monsieur Plenel est au N°8 après s'être inscrit au forum.
En quoi ce post est-il une leçon donnée?[...]

Eh bien ma foi, il me semble bien qu'il se déplace jusque chez nous pour administrer une correction à Munstead, sur l'air de la rrreligion du fait.

Avec la réponse de Munstead l'intervention de Frère Plenel se retourne contre lui, car même si l'on veut admettre qu'il y a des imprécisions et même des fautives dans le billet de notre forumeur, les remarques du censeur trotskyste me semblent, comme c'est souvent le cas, bien faiblardes en pertinence. Chose que la réponse de Munstead montre assez clairement à mon avis. La pertinence, dans la polémique, est cette propriété qui fait que l'argument proposé est :
a) en rapport avec le sujet
b) dans l'immédiate proximité de l'essentiel.

Or précisément, les corrections de Plenel sont à la limite de la clause de style, et par là son post est bien révélateur de cette culture du mauvais procès un coup chicaneur un coup dilatoire, bref de l'accusation foireuse imprégnée de ce mauvais esprit par lequel la soupçonnite que cultive le gauchisme contemporain plombe la crédibilité des gauches non fanatiques.

Je le dis de façon d'autant plus dégagée que depuis mai 2002 il ne m'est plus possible d'être de gauche, pour des raisons que je ne développerais pas dans ce fil, mais éventuellement dans un autre, celui qu'a créé Philaunet dans le Conversatoire à fins de délester d'ici les départs polémiques qui bien vite nous entraineraient trop loin du sujet radio.

Mais j'insiste : il y a bien leçon de Plenel à Munstead, et elle est insupportable de fatuité morale. On peut la décomposer en deux chapitres :
a) moi journaliste je vous laisse libre de vos opinions et parce que vous n'êtes pas journaliste, vous n'avez évidemment que des opinions à apporter
b) moi journaliste je dis que les faits sont sacrés or vous mortel et pêcheur vous avez travesti les faits
c) moi journaliste puisque je diffuse non des opinions mais des faits, ici-même je le prouve en rétablissant dans leur pureté ceux que vous avez travestis.

Si cela n'est pas donner de la leçon, alors qu'est-ce ?
Et tout en se posant, une fois de plus, en parangon de vertu.
Et au prix d'une triple falsification du réel, bravo !

La Plenelerie, comme la Pechisterie, n'est pas seulement un art de la manipulation verbale, du jugement cauteleux et de la crasse foireuse balancée en loucedé. Chez ces deux Tullius Detritus, l'intervention polémique est aussi un art de l'autophanie implicite. On ne risque pas de l'oublier car chez ces deux-là c'est constant. Et le comique est que précisément, ça rapproche ces deux êtres supérieurs de toute une partie de la médiocre racaille du web : les narcisses de blog chez qui le sujet n'est que prétexte pour mettre en avant leur personnage ; on les repère à ceci que feignant de traiter du sujet, à tous les coups ou presque ils ne peuvent se retenir il faut qu'ils racontent leur vie. Je n'en vois aucun sur notre forum du moins dans les temps présents, mais dans un assez proche passé on en a eu deux (2) et je vous ferai remarquer cher et estimé camarade qui signez Fontaine, que dans notre dernier échange téléphonique nous les avons évoqués tous les deux, eh oui Wink.

Heureusement c'est à un autre niveau que l'on trouvera Plenel et Pech ces deux élus de la grâce, chez qui l'art Tartuffier est porteur de bien davantage de finesse que chez les médiocres blogueurs. D'ailleurs c'est pas bien difficile. Ainsi c'est en espérant ne pas trop en avoir l'air, que tous deux peuvent travaillent à leur propre sanctification dans les esprits du vulgum pecus qui les écoute et les lit.

Edwy Plenel en ses œuvres     Page 2 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum