Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Edwy Plenel en ses œuvres    Page 6 sur 8

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Edwy Plenel en ses œuvres - le Mer 16 Oct 2013, 07:56

Rappel du premier message :

Mes biens chers frères, mes bien chers sœurs, sonnez hautbois et résonnez musettes. Avez-vous entendu le dernier sermon d'Edwy Plenel S.J. ce matin? Fini le trotskysme à petit feu, la vindicte anti-bourgeoise de l'affaire Baudis, voici enfin le sermon sur le respect de l'autre que nous attendions. Rien n'y manquait même pas l'anecdote larmoyante sur une jeune Kosovar, même pas une citation du pape François. Après la morale politique illustrée (Trotsky, le Che, Chavez) voici venir l'heure de la morale individuelle . Il nous prépare sans doute une conversion à la Benny Levy et il fallait bien que FC lui confie une tribune.
* * *

51
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Mer 11 Juin 2014, 13:32

Oui, lui-même.

52
Répondre en citant  
Plenel, pris la main dans le paquet de bonbons pour la deuxième semaine consécutive - le Mer 11 Juin 2014, 22:22

Ce matin, la chronique était visiblement enregistrée, lue comme une harangue syndicale et d'ailleurs aussi soigneusement préparée, chaque mot pesé, chaque formule brodée pour faire mouche. Ainsi pour une fois il s'agit de rhétorique noble entendez authentiquement littéraire, et non de tricks rhétoriques bas de gamme. Notez la musicalité à la fois séduisante et énergique, l'absence de silence de recueillement avant l'envol du mot-clé. Pour une fois, on peut juger de cette chronique à son contenu. Et justement le contenu est trop propre pour être honnête.

1) Le tripatouillage statistique :
@Munstead a écrit: Plenel manipule une étude déjà discutable du ministère de la culture ("L'étude fait ressortir un poids significatif du secteur culturel, avec 104,5 milliards d’euros d’apports directs et indirects à l’économie nationale en 2011 : les activités culturelles représentent 57,8 milliards d’euros de valeur ajoutée, soit 3,2 % du PIB national, 670 000 personnes employées soit 2,5 % de l’emploi actif en 2010 et certains secteurs sont fortement exportateurs, comme les jeux vidéo et la mode.") et met en avant dans un joli graphique en couleurs que la culture représente 6 fois plus que la valeur ajoutée de l'automobile. Cette étude a un gros défaut, c'est de ne pas préciser ce que l'on range dans "activités culturelles", en la lisant, on constate qu'apparaissent l'édition (qui n'est pas une industrie comme chacun sait), la mode (???, Lacoste c'est de la culture, eh oui) ou les jeux vidéos (qui n'ont rien d'une activité mercantile). Les intermittents du spectacle sont bien loin de cette hyperactivité de type industriel et commercial, si rentable.
Eh oui, colossal ! Invoquer les chiffres du secteur culture dont on voit, une fois décomposés par métiers, que les intermittents en sont absents ou qu'ils n'y interviennent qu'à la marge, et les rares qui en tireront des revenus épais le feront par des royalties.
On y reconnait le digne émule de Bourdieu, pour lequel Edwy n'a jamais dissimulé son admiration, notamment en HURLANT (le mot est le bon) pour faire taire Finkielkraut dans le studio de Répliques (un samedi de 2005) alors que Finkie venait de balancer un gros molard d'ailleurs parfaitement mérité sur la tombe de Boubou pourtant déjà refroidi depuis pas mal d'années. J'ai conservé cet extrait du Eduardo Furioso c'était marrant eh oui Mossieu Finkie, face à l'inquisiteur Plenel il y a des choses à ne pas dire sur Bourdieu ; et surtout pas les 4 vérités du faussaire hein. Il vaut mieux laisser ce boulot à une de ses meilleures élèves Nathalie Heinich. Elle a su dénoncer longtemps après sa rupture d'avec le maître, comment il instrumentalisait les données statistiques, avec preuve filmée à l'appui. O ironie, la preuve était apportée par Pierre Carles, qui ne connait rien au sujet mais qui filme l'hagiographie de Bourdieu : "La sociologie est un sport de combat". Dans sa grande naïveté le pauvre Pierre Carles montre Boubou et son équipe s'échinant à dénicher des statistiques qui confirmeront les ravages du néo-libéralisme. C'est juste ce qu'il ne faut pas faire, et le parfait contre-exemple de la méthodologie scientifique (in "Pourquoi Bourdieu - Eds Gallimard, p72). Plenel a son modèle et Bourdieu a son poisson suiveur.

Mais ce n'est pas tout...

./...

53
Répondre en citant  
Toujours plus haut Monsieur Eddy !! - le Mer 11 Juin 2014, 22:24

./...

2) Plenel cite Pierre Michel Menger, mais il n'a pas du le lire trop soigneusement, et surement pas l'écouter avec précision quand Menger est passé à La grande table le 12 mai dernier, ou dans l'Eloge du savoir (entretien avec Christine Goémé). Menger y a pourtant expliqué en long en large et en travers que le système des intermittents était à la fois le rêve de l'employeur capitaliste, et une garantie de très forte inégalité à l'intérieur de la profession. Ensuite de quoi, tout sociologue scientifique qu'il soit et tout imprégné d'une neutralité axiologique qui eut fait baisser sa culotte à son pourtant seigneurial Bourdieu, Menger a clairement dit à quel point il était ébahi de voir les stars comme Jaoui défendre au nom du progrès saucial un régime qui leur permet de se tailler la part du lion dans les budgets de tournage. En fait Menger il rève d'un monde du spectacle où les intermittents bénéficieraient de CDI, ce qui est autrement loufoque d'ailleurs, mais certainement pas en phase avec l'argumentaire Plenelien. D'ailleurs au bout de la route ils se retrouveront pour limiter les salaires des plus riches à ce moment là tout rentrera dans l'ordre alors ils pourront même se pacser, qui sait ?

Enfin ça montre avec quelle rigueur et quelle honnêteté intellectuelle Edwy Plenel recrute la sociologie. Comme quoi les militants ne sont pas seulement des faussaires de la recherche, ce sont aussi des as pour se tirer une balle dans le pied. Rien de nouveau sous le soleil, me direz-vous.

54
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Mer 25 Juin 2014, 07:38

Injonction finale de l'homélie de ce matin : " Préparez-vous à défendre ce qui est écrit dans notre Constitution". On est chargé à bloc, prêt à affronter cette époque qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Pour un peu on oublierait que dans un précédent sermon on nous a expliqué tout le mal qu'il fallait penser de cette Constitution tellement inique qu'elle incitait le Président à tromper sa femme.

55
Répondre en citant  
Monseigneur - le Mer 25 Juin 2014, 08:09

Réveil lourd à 7 heures, même le rythme échevelé que Voinchet-Michu tient absolument à donner à ses Matins ne réussit pas à me tirer de ma torpeur. Puis, mon cerveau désenchevêtre quelques liaisons et je perçois une voix me rappellant un sermon de retraite (obligatoire) pour ma première communion, qui se tenait dans une luxueuse chapelle aux mains des Dominicains, mais c'est Monseigneur Plénel qui s'exprime! Bien sûr et je me réveille. Mgr est en grande forme aujourd'hui, il fulmine du haut de sa chaire, souligne et surlonge sa pensée par le ton qu'il donne à chaque phrase. Là, je me souviens de cours de théâtre donnés par un professeur de français frustré quand j'étais en troisième. Oui, le ton est démodé, dépassé, ridicule même quand on a mauvais esprit , mais c'est Plenel, donc on ne rit pas en studio, mécréants. Aujourd'hui, le prêche porte (encore!) sur les Roms , image de la pauvreté. A grands coups de machette idéologique, Mgr nous dit que nous avons tort de penser ce que nous pensons des Roms. Pour lui, tout le monde pense évidemment du mal des Roms, tout le monde pense la même chose, et heureusement qu'il y a un Plenel pour rétablir la vérité. Nous n'aimons donc pas les Roms, mes bien chers frères et sœurs, parce qu'ils sont pauvres. L'histoire, Schengen, la condition qui leur est faite en Roumanie ou en Bulgarie, le mode de vie particulier, les coutumes qui nous choquent, fadaises, ils sont pauvres et nous n'aimons pas les pauvres o-do-rants comme dit Le Pen justement cité par Plenel. Il cite aussi Georg Simmel (qu'il appelle Georges, comme dans Charles Marx). Bref, nous sommes tous des salauds, sauf Plenel et Philippe Alain qui, sur Mediapart, tient un blog sur les Roms, enfin dans lequel toute la politique française est ramenée aux Roms. Pour revenir à Mgr, à part cette nasade qu'il nous inflige à 7H18, du haut de son éminence morale, et la citation méprisante du nom de Valls (pouah!) à trois reprises, pas de propositions, aucune ouverture dans notre ciel plombé. Que nenni. repentez-vous et à mercredi prochain.

56
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Mer 25 Juin 2014, 08:33

C'est très rêveur que j'ai pu entendre la chronique de Plenel ce matin envoyée en direct. Elle contient environ 10 effets de manche pour un morceau d'idée. J'ai bien dit un morceau. Une fois les morceaux assemblés, la chronique parvient à présenter presque une idée complète, délayée en 5 ou 6 minutes. Oui, presque une. C'est à la fois un très médiocre théâtre et d'une grande pauvreté intellectuelle. Non sans une certaine logique puisque c'est une défense du pauvre.


Edwy Plenel, je ne doute pas de ses qualités d'homme d'action, mais comme intellectuel pardon : il n'a rien à dire cet homme. La chronique de ce matin est misérable au-delà de ce qu'on est en droit de redouter : un message simple noyé dans une accumulation de poncifs et d'effets rhétoriques faciles. Mais d'analyse sociologique point. D'ailleurs Edwy Plenel montre une étonnante méconnaissance de la sociologie contemporaine. En témoigne sa bourde de 7h20 et des poussières, indigne d'une chaine culturelle. Jacques Munier quoique idéologiquement frère d'Edwy Plenel, a du s'étrangler en entendant ça.

57
Répondre en citant  
Plenel - le Jeu 25 Sep 2014, 08:26

Belle ânerie de Plenel "les Occidentaux, [nous quoi] ont créé  le conflit sunnite-chiites en Irak…" Mais tout ce billet prononcé par un tartuffe au bord des larmes est bourré d'approximations, de contre-vérités, d'amalgames selon de vieilles techniques toujours en vigueur chez Médiapart et Mélanchon. Au final, nous sommes responsables de tout (nous les Occidentaux, et la France en particulier bien sûr), il n'y a pas de dimension religieuse dans le nouveau califat, mais totalitaire (là, on frise l'imbécillité), nous ne réagissons qu'à des photos de décapitation (c'est sûr, nous ne réagissons pas à la prise contrôle d'⅓ de la Syrie et de l'Irak en deux mois), et nous devons nous garder d'en faire tomber la responsabilité sur les musulmans de France (idée qui existe surtout dans sa tête), ce qui, en passant montre que Valls et Plenel sont pour une fois d'accord. Et en final, grâce à Voinchet, petit message publicitaire sur la parution du dernier Plenel (deux livres par an…) "Pour les musulmans" que complète curieusement l'auteur par un "…de France". Donc, discrètement, il renie son titre un peu polémique par les temps qui courent et l'adoucit : vive "nos" musulmans, pas les autres. Du grand art.

58
Répondre en citant  
EP vs AF - le Dim 05 Oct 2014, 20:00

Voilà qui va certainement « plaire » à Alain Finkielkraut... :

A propos du livre d'Edwy Plenel « Pour les musulmans ». « Il y a un problème de l’islam en France », n’hésite pas à proclamer le nouvel académicien Alain Finkielkraut, regrettant même « que l’on abandonne ce souci de civilisation au Front national ». À cette banalisation intellectuelle d’un discours semblable à celui qui, avant la catastrophe européenne, affirmait l’existence d’un « problème juif » en France, (...)

59
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Mer 08 Oct 2014, 21:47

@Munstead : votre avis sur la version extended play du 06/10/14 ?

60
Répondre en citant  
Re: Edwy Plenel en ses œuvres - le Jeu 09 Oct 2014, 20:23

"Tartuffe au bord des larmes" (Munstaed - 25/09), j'aime bien la formule. Parfois les sanglots réprimés semblent devoir éclater au micro (ou au téléphone, car ce mercredi notre frère prêcheur homéliait depuis Bruxelles). Et, alors, ça devient presqu'angoisssant. Car les oraisons jaculatoires de notre Grand Inquisiteur sont décidément un facteur d'angoisse, de stress. En ces temps troublés où les programmateurs se soucient de notre stabilité émotive, en faisant susurrer par des voix féminines de gares ou d'aéroports, toutes les 5 minutes, et sur fond de la musique d'ambiance "qui va bien", pour parler comme un frère convers, frère Marc, "vous êtes sur France Culture, (ou France Inter, ou France Musique)", il faudrait s'interroger sur le risque qu'il fait courir à nos âmes fragiles.
Par quelles expiations, macérations, sacrifices inédits pourrait-il rédimer l'incommensurable faute qui pèse sur ses épaules, celle d'être Français, Occidental, chrétien peut-être ? Impossible, donc il faut que ce soient les autres qui expient pour lui. Et livre après livre, article après article, jour après jour, le voilà qui tente ainsi de faire porter sur les épaules de ce prochain haÏ, "son semblable, son frère", ce sac de péché qui l'accablait, lui. Alors Tartuffe ou Pharisien au sens des Evangiles ? Il y a un côté tragique, non feint je crois, chez ce journaliste égaré dans les sentiers sinueux de notre modernité. On le verrait plutôt juché au sommet d'une colonne, stylite syriaque au IVè siècle invectivant ses semblables, et appelant les feux de la vengeance céleste sur eux. Hélas, ces temps sont révolus...

61
Répondre en citant  
Edwy Plenel ou la tromperie en poupées russes - le Ven 17 Oct 2014, 18:29

Ce jeudi 16 octobre dans la chronique de 7h20, on a pu entendre à une bonne douzaine de reprises l'usuel "faut-il rappeler" qui n'est qu'un trick parmi d'autres au service du manipulateur désireux d'asséner et d'enfumer. Au milieu de ce petit paquet de rhétorique, Edwy Plenel ce jeudi à la 54e minute de la matinale livrée en podcast hier jeudi 16 octobre :
<< Les journalistes n'ont à rendre compte que d'une chose : de la vérité de leurs informations. >>

Non.
D'ailleurs voila bien un autre trick d'illusionniste : maîtriser l'attention du public, l'orienter à sa guise afin qu'elle se porte là où il n'y a rien à voir et se détourne de la manipe qu'on ne veut surtout  pas qu'il remarque.

Les devoirs et la déontologie du journaliste ne se résument certainement pas à garantir la vérité de ce qu'il rapporte. D'abord parce qu'il y a aussi une part de spéculation, de conjecture, et d'analyse dans la production d'information. Ensuite parce qu' on peut manipuler d'autant plus habilement l'opinion en lui servant une vérité partielle, ou une vérité bien choisie pour en occulter une autre. Edwy Plenel qui passe le plus clair de son temps à manipuler par le choix même de ses sujets, de ses titres, de ses infos, reste fidèle à sa logique : mettre en avant un article unique de la déontologie, connu comme étant le B-A-BA du journalisme pour  éviter soigneusement qu'on s'interroge sur le reste. Tout cela est cohérent : c'est le même mécanisme.

Edwy Plenel en ses œuvres     Page 6 sur 8

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum