Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

On tique aux tics    Page 4 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
On tique aux tics - le Mer 08 Jan 2014, 20:29

Rappel du premier message :

Manquait à ce forum un fil entomologique où épingler les tics de langage de nos chers radioteurs.
On pourra ici les recenser par (mauvais) esprit de collection.
Les plus bavards qui voudront les interpréterer sont les bienvenus, tout comme surtout  ceux qui s'en foutent mais qui en ont dans la gibecière.
* * *

31
Répondre en citant  
Vot' bouquin - vos bouquins - le Mer 24 Fév 2016, 12:59

Chez Laure Adler, comme on l'a vu maintes fois (un exemple avec Michel Pastoureau), il n' y a pas de "livres", il y a des "bouquins".

En écoutant la pastille dans le post ci-dessous (Jean-Luuc, je compatis, France Culture avec le nouveau site a des fichiers instables apparemment), on retrouve le mot qu'elle dit au minimum deux ou trois fois par émission. Exemple de fausse décontraction qui est un réel manque de tact. Pas nouveau.

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t163p510-au-fil-de-l-ecoute#24597) a écrit:Qu'arrive t-il à Laure Adler ? Recevant William Marx le 23 février 2016, un écrivain d'une cinquantaine d'années, elle introduit l'une de ses questions par : En tout cas, vous êtes un drôle de zozo.

[son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11189-23.02.2016-ITEMA_20919962-0.mp3" debut="32:12" fin="32:32"] (le minutage a l'air de changer au fil des heures, c'est à n'y rien comprendre).

32
Répondre en citant  
« En fait », nouveau fléau - le Sam 19 Mar 2016, 19:20

Journal de 12h30 : Vendredi 18 mars 2016 :

« L'invité de la séquence interview, Sandra Calligaro, photographe auteure d'« Afghandream » un livre de photos sur l'Afghanistan, Kaboul et l'émergence d'une classe moyenne. Elle répondra aux questions de Ludovic Piedtenu »

en disant « en fait » à peu près toutes les 6 secondes [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10059-18.03.2016-ITEMA_20939353-0.mp3" debut="24:52" fin="25:22"]

33
Répondre en citant  
Re: On tique aux tics - le Dim 20 Mar 2016, 01:50

Entendu comme vous cet entretien laborieux et ces pénibles "en fait".
FC ne semble pas avoir compris que la parole d'un artiste (ou d'un artiste appliqué) pouvait être moins intéressante que son travail. Parfois il faudrait savoir arrêter de tendre le micro.

34
Répondre en citant  
Re: On tique aux tics - le Sam 26 Mar 2016, 10:54

Anselme(http://www.regardfc.com/t617p25-on-tique-aux-tics#25196) a écrit:Entendu comme vous cet entretien laborieux et ces pénibles "en fait".
FC ne semble pas avoir compris que la parole d'un artiste (ou d'un artiste appliqué) pouvait être moins intéressante que son travail. Parfois il faudrait savoir arrêter de tendre le micro.
Me rappelle cette réponse de Carolyn Carlson à la question "Que voulez-vous dire avec votre danse ?". La danseuse et chorégraphe : "Si je pouvais le dire, je ne danserais pas".

À FC, on fait comme à la télé : on donne la parole à des gens qui ne sont pas compétents pour parler ou qui n'ont rien à dire. Pour faire ambiance.

35
Répondre en citant  
''Mais qu'est-ce qu'elle nous fait cette fille-là ?'' (sur l'air de J-P. Smet...) - le Mer 06 Juil 2016, 14:59

On les compte par centaines chez les post-adolescentes de France Culture (Richeux chef de file), ce sont les "là" ajoutés à la fin des mots pour faire croire à une intensité, une attention et à un propos clair quand c'est le contraire qui est le cas.

L'on ne s'étonnera pas de l'entendre chez l'une de ces voix immatures interchangeables, celle de Lucile Commeaux entendue hier midi : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12360-05.07.2016-ITEMA_21026295-0.mp3" debut="51:51" fin="52:02"]

La Grande table d'été du 5 juillet 2016

Avec un art consommé de la photo, déjà vu ici pour la même émission, sorte de prétexte au  self-fille :

36
Répondre en citant  
« Pour le coup » ; « Du coup » - le Ven 14 Oct 2016, 13:57

Une salve, parmi d'autres, dans le premier volet de Véronique Margron, une dominicaine à l’écoute des fragilités humaines : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10351-03.10.2016-ITEMA_21093138-0.mp3" debut="24:30" fin="25:06"]

Il y a également les allongements des finales des substantifs (quand on ne sait pas trop quoi dire et qu'on remplace la vacuité par de l'emphase), comme chez les adolescentes.  

37
Répondre en citant  
La question déstructurée et orientée - le Mer 26 Oct 2016, 17:55

Exemples parmi cent autres.

Chez Charles Dantzig : "Est-ce que cela serait-il plus ou moins consciemment entré en compte dans le choix de votre métier ? " (cf. Les « grands sujets » de France Culture - Lun 24 Oct 2016)

Chez Adèle van Reeth : " Nietzsche pose la question de  savoir comment devient on qui l’on est »" (cf. Adèle Van Reeth et le discours indirect - le Ven 07 Oct 2016)

Le format unique de la question, souvent sans verbe (cf dernier exemple ci-dessous) :
masterkey(http://www.regardfc.com/t789p10-la-methode-scientifique#27265) a écrit:La titraille, on vient d'en parler, est conçue sur le pire modèle disponible, celui qui consiste à faire passer le sujet de l'émission dans une moulinette dont le format de sortie est invariablement "Le thème : une question bien lourde ?" (un petit florilège tiré des tout derniers jours ? "Evolution : pourquoi les mammifères ont-ils gagné ?", "Fête de la science : Comment rapprocher la science et les citoyens ?", "Le nucléaire est-il encore une énergie d’avenir ?", "Quelle place pour la France dans la course à l’espace ?"(...)
On n'en finirait pas de citer ce mauvais français inculqué aux lecteurs. Au programme de ce mercredi 26 octobre, les titres-questions où l'idéologie habituelle et la bêtise tiennent une belle place : "L’obésité est-elle un marqueur social ? ; Fonction présidentielle : François Mitterrand est-il un modèle ? ; La baisse du chômage pour un rebond de François Hollande ? ; C'est quoi être charismatique à l'heure numérique ? ;  Est-il inévitable que nous finissions par créer des machines plus intelligentes que nous ? ; Prison : la grande muette ? ; Bio-impression : l'avènement de l’humain en pièces détachées ? ;  Quelle différence y a-t-il entre un écologiste et un écologiste ?"

Question : c'est quoi être producteur à France Culture ?

38
Répondre en citant  
Du bégaiement à France Culture - le Mer 09 Nov 2016, 14:51

Un bégaiement/répétition de mot manifestant une improvisation ? Une décontraction orale factice ?  : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14312-08.11.2016-ITEMA_21128719-3.mp3" debut="35:32" fin="35:37"]
Nicolas Martin, La Méthode scientifique du 8 novembre 2016,  Océans profonds : que sait-on de la vie dans les conditions extrêmes. À noter que quasiment toute reprise de parole après l'intervention d'une des deux invitées de cette émission se fait sur ce mode.

Voir Adèle Van Reeth pour le même phénomène fréquemment entendu aux Nouveaux Chemins de la Connaissance. Les producteurs généralistes quotidiens ne peuvent s'exprimer sur tout sujet. Leur embarras, audible dans la tenue de certains débats où ils n'ont apparemment aucune compétence préalable, devrait mener la chaîne à revoir sa politique.

39
Répondre en citant  
Comédie, comédie, comédie - le Sam 12 Nov 2016, 01:29

@ Philaunet

Je pense que c'est de l'hésitation factice. Comme une sorte de fausse modestie, la même qui pousse ces petits marquis par ailleurs suintant d'autosatisfaction et débordant d'arrogance, à redoubler des mots-chevilles : prépositions, pronoms relatifs, conjonctions de sub ou de coordination, locutions et même articles courants, tout autant. Mais pourquoi donc, au fait ?

Proposition : ça fait partie de la comédie maison, de jouer les modestes en se mettant de soi-même à la limite du bafouillage ; et parfois même, emporté par la comédie, de la franchir carrément. Cela dit, ça n'a pas vraiment été inventé à France Culture. Jean-Luc Delarue en abusait dans l'animation de ses débats télé, il y a une vingtaine d'années., probablement pour les mêmes raisons : feindre la modestie. Surtout ne pas paraître trop dominer la situation (par ailleurs entièrement artificielle, créée par ses soins et ses séides). D'une certaine façon, dans les deux cas ça fait partie d'une tendance générale au renversement des valeurs : pour ne pas paraître dominant, ne pas paraître exceller, ne pas paraître professionnels. C'est tout de même marrant, ce trick de spontanéité factice, mais surtout une fois éventé c'est parfaitement ridicule. Souvenons nous de Julie Clarini, qui était passée maîtresse dans cette simulation. Plus tard Aurélie Luneau, pourtant productrice consciencieuse, la rejoindrait sur l'Olympe des géminatrices.

A moins, et ça n'est pas incompatible, que l'objectif ne fut à l'exemple de Pierre Bourdieu -justement tiens, en parlant de dominants- de feindre la réflexion intense : faire semblant de chercher ses mots, lâcher rapidement une phrase sans respirer puis envoyer dans le micro un bruit d'intense inspiration. Cette fois c'est la comédie de l'intellectuel en surchauffe.

Dans tous les cas, c'est une comédie permanente, extrêmement pénible et qui va en s'aggravant.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

On tique aux tics     Page 4 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum