Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Matière à penser (médecine) , ex-« Révolutions médicales »

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Accueil / France Culture

Matière à penser (médecine) , ex-« Révolutions médicales »    Page 3 sur 3

Bas de page ↓   

21
Répondre en citant  
« Si on me l'avait pas dit, j'aurais pas vu » (Jacques-Louis Binet) - le Ven 15 Jan 2016, 13:49

@Philaunet a écrit:
Amusant, ce numéro de Révolutions médicales L'image du corps vu par la peinture au fil du temps dont le titre promet beaucoup plus qu'il ne tient.
(...)

Cher Philaunet, vous faites montre d'une indulgence que je n'aurai pas quand vous écrivez :

Amusant : hum.  (...) dont le titre promet beaucoup plus qu'il ne tient : c'est un euphémisme. Il faut du courage pour écouter ces 56 minutes jusqu'au bout. Pour masquer l'absence de préparation totale de cette émission, René Frydman fait du name-dropping, passe d'un artiste à un autre comme d'une époque à une autre comme d'une oeuvre à une autre, sans axe de réflexion lisible par l'auditeur. Son interlocuteur en roue libre est difficile à canaliser et René Frydman court après lui pour tenter de garder un cap à son sujet. Inutile d'en dire plus (Jacques-Louis Binet qui s'appuie largement sur la réflexion de l'historien d'art Daniel Arasse - dont pas un seul livre n'est cité en biographie - en parle comme d'un simple « critique », on s'étrangle).

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s53/NET_FC_08e5625e-926b-4404-88cd-e2e9d72f3c0e.mp3" debut="28:44" fin="28:56"] ou [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s53/NET_FC_08e5625e-926b-4404-88cd-e2e9d72f3c0e.mp3" debut="46:10" fin="47:01"] (j'espère que vous visualisez bien l'oeuvre dont il est ici question : un tableau inconnu d'un peintre oublié, pas mieux).

Ça devrait intéresser votre femme qui est peintre.

P.S. : Franchement soufflé en lisant ceci dans le descriptif de l'émission : Jacques-Louis Binet,  ancien secrétaire perpétuel de l’Académie de Médecine, membre de l’Académie des Beaux Arts et de l'Académie d'architecture, auteur du Sang et les hommes (collection Découvertes Gallimard, 2001) qui enseigne la peinture contemporaine à l’Ecole du Louvre.

Voir le profil de l'utilisateur

22
Répondre en citant  
Re: Matière à penser (médecine) , ex-« Révolutions médicales » - le Ven 15 Jan 2016, 18:16

@Jean-Luuc a écrit: (...)  Il faut du courage pour écouter ces 56 minutes jusqu'au bout. Pour masquer l'absence de préparation totale de cette émission, René Frydman fait du name-dropping, passe d'un artiste à un autre comme d'une époque à une autre comme d'une oeuvre à une autre, sans axe de réflexion lisible par l'auditeur.

Bravo pour votre courage ! De mon côté, j'ai laissé tomber après 12 à 15 minutes, je n'en pouvais plus ! Quand j'écrivais « amusant » plus haut, c'était pour le tutoiement. Sinon, rien à tirer.

@Jean-Luuc a écrit:Son interlocuteur en roue libre est difficile à canaliser et René Frydman court après lui pour tenter de garder un cap à son sujet. Inutile d'en dire plus (Jacques-Louis Binet qui s'appuie largement sur la réflexion de l'historien d'art Daniel Arasse - dont pas un seul livre n'est cité en biographie - en parle comme d'un simple « critique », on s'étrangle).

Oui, là aussi Frydman tente de ramener la conversation au sujet, mais rien n'y fait, Binet en bon copain du producteur cause de tout et de n'importe quoi.

@Jean-Luuc a écrit:[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s53/NET_FC_08e5625e-926b-4404-88cd-e2e9d72f3c0e.mp3" debut="28:44" fin="28:56"] ou [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/12/s53/NET_FC_08e5625e-926b-4404-88cd-e2e9d72f3c0e.mp3" debut="46:10" fin="47:01"] (j'espère que vous visualisez bien l'oeuvre dont il est ici question : un tableau inconnu d'un peintre oublié, pas mieux).

Ça devrait intéresser votre femme qui est peintre.

On a trouvé pire que Richeux dans l'expression du néant.

@Jean-Luuc a écrit:P.S. : Franchement soufflé en lisant ceci dans le descriptif de l'émission : Jacques-Louis Binet,  ancien secrétaire perpétuel de l’Académie de Médecine, membre de l’Académie des Beaux Arts et de l'Académie d'architecture, auteur du Sang et les hommes (collection Découvertes Gallimard, 2001) qui enseigne la peinture contemporaine à l’Ecole du Louvre.

Oui, je me suis demandé s'il n'y avait pas une erreur dans la notice biographique. D'après ce que j'ai entendu, je ne vois pas M. Binet faire un quelconque cours.

Merci pour vos remarques, il faut se garder d'être trop bienveillant en voulant ne pas être trop critique avec France Culture. Cette radio, c'est bien triste, ne nous autorise même pas à éprouver de la reconnaissance à son égard. Quand on pense qu'elle a été une université populaire durant des années pour des milliers de passionnés !

Voir le profil de l'utilisateur

23
Répondre en citant  
La e-santé : avancée ou gadget ? - le Mer 03 Fév 2016, 10:25

Ce n'est pas la première fois que j'entends Laurent Alexandre et je ne sais encore si je dois le ranger dans la catégorie visionnaire ou charlatan. Peut-être les deux, en fait.
Par contre je sais qu'il est fasciné par Google. Petit jeu: combien de fois a-t-il réussi à glisser le nom de cette firme durant l'émission? Un bonus de 20 ans de vie au gagnant.
En tout cas, si, comme il nous le promet, l'humain 2.0 pourra vivre 1000 ans, les jeunes pousses de France Culture, tant décriées ici, ont le temps de progresser !
En ce qui me concerne, je reste fidèle à Shakespeare (Jules César):
"Cowards die many times before their deaths.
The valiant never taste of death but once.
Of all the wonders that I yet have heard,
It seems to me most strange that men should fear,
Seeing that death, a necessary end,
Will come when it will come."

Voir le profil de l'utilisateur

24
Répondre en citant  
Ghada Hatem, gynécologue-obstétricien : respect - le Mar 23 Fév 2016, 22:54

Un numéro collector de "Révolutions médicales" : La maternité dans tous ses états avec Ghada Hatem, gynécologue-obstétricien, responsable de la maternité de Saint-Denis (en Seine-Saint-Denis...).

Le descriptif de l'émission est pour une fois assez compréhensible et présente une synthèse correcte de l'émission.

On ne peut qu'être admiratif des convictions et du travail du docteur Ghada Hatem. Une émission intense parce que les deux interlocuteurs partagent la même passion et le même expérience du métier (René Frydman est obstétricien) : "Et vous, que faisiez-vous, monsieur Frydman ? "demande Ghada Hatem quand celui-ci lui demande si elle accède à la demande de reconstitution d'hymen. Lui "je le faisais" : [son mp3="http://static.franceculture.fr/sites/default/files/sons/2016/01/s01/NET_FC_430c98fd-5390-4745-b065-9ade2244d913.mp3" debut="17:50" fin="19:49"]

Aucune question n'est éludée, mutilations génitales, viols, meurtres des femmes par leurs conjoints, laïcité à l'hôpital : [son mp3="http://static.franceculture.fr/sites/default/files/sons/2016/01/s01/NET_FC_430c98fd-5390-4745-b065-9ade2244d913.mp3" debut="13:50" fin="17:03"]

À l'écoute de la voix de Ghada Hatem, on sent une femme possiblement fatiguée et anxieuse. On apprend plus loin dans l'émission qu'elle a évidemment travaillé le matin même  et qu'elle a dû s'occuper d'une femme battue mariée via Internet (elle décrit le phénomène de femmes venues de l'étranger se retrouvant esclaves). Bref, une responsable de maternité débordée (elle le le concède en début d'émission) impliquée sur de nombreux fronts, dont "une maison des femmes" qui, en raison des violences qui leurs sont faites, va s’appuyer sur une équipe pluridisciplinaire afin d’accueillir les femmes en situations difficiles (battues, seules, enceintes et à la rue…).  

Deuxième partie de l'émission, la stérilisation, l'iIVG tardive et  le sujet devenu la spécialité du Dr Frydman, la fécondation in vitro.

Une très bonne émission sans aucun délayage (Ghada Hatem doit être l'anti-verbiage incarné !) qui démontre encore une fois que les meilleurs entretiens se font entre connaisseurs du même sujet.

Voir le profil de l'utilisateur

Invité 


Invité

25
Répondre en citant  
Frydman fait sa révolution - le Jeu 17 Mar 2016, 21:04

26
Répondre en citant  
Re: Matière à penser (médecine) , ex-« Révolutions médicales » - le Ven 25 Mar 2016, 10:01

Rowan(http://www.regardfc.com/t80p175-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance#24720) a écrit: (...)

C'est dans ces circonstances qu'Adèle van Reeth a choisi de consacrer cette semaine quatre émissions, soit deux cents minutes d'antenne au thème de l'antisémitisme. Or, durant ces quatre émissions, ni Adèle ni aucun de ses invités n'ont prononcé ne serait-ce qu'une seule fois le mot « islam ». Ni le mot « musulman ». Ni le mot « coran ».

« Respect », comme on dit.

A la suite de Rowan, je me permets d'ajouter l'exemple suivant, dans une émission conseillée par Philaunet dans le post 23 et diffusée le 05 janvier 2016 : La maternité dans tous ses états :

René Frydman :
Une question que vous attendez : comment ça se passe la laïcité dans une zone aussi diverse ? Concrètement, est-ce que vous avez des demandes fortes, on va dire importantes, voire violentes que telle femme soit examinée uniquement par des femmes ?

Ghada Hatem : Oui bien sûr. Vu le nombre de femmes qui transitent par notre maternité, vu la population, ces demandes restent rares, mais elles sont très déstabilisantes pour les soignants, parce que quand à 21h, un père arrive extrêmement furieux en disant : « il est hors de question que cette sage-femme homme - car vous savez qu'il y a de plus de plus de sages-femmes hommes et nous en avons pas mal dans l'équipe - s'occupe de ma femme », c'est très difficile de rester calme, pédagogue et d'expliquer qu'on ne choisit pas son soignant et que ça va pas être possible de changer toute l'organisation du service pour lui faire plaisir. Donc c'est un travail de conviction, de patience. Il arrive qu'on soit obligé d'appeler le personnel de sécurité de l'hôpital, voire le commissariat, ça m'est déjà arrivé, mais je pense que c'est la fermeté qui paye.

Frydman : La violence existe à ce niveau-là.

Hatem : Bien sûr. Parce que les gens partent parfois dans des dérives, on s'est fait traiter d'islamophobes, tout un tas de choses - rarement, Dieu merci, c'est rare, si ça se produit, c'est assez violent.

[son mp3="http://s3-eu-west-1.amazonaws.com/cruiser-production/static/culture/sons/2016/01/s01/NET_FC_430c98fd-5390-4745-b065-9ade2244d913.mp3" debut="27:50" fin="30:18"]

Compter sur l'implicite, ne pas nommer, ou comment rester au chaud dans ses pantoufles...

Voir le profil de l'utilisateur

27
Répondre en citant  
Semelles de plomb radiophoniques - le Jeu 28 Avr 2016, 23:51

Trois minutes et cinq secondes pour dire quoi ? Quel est est le sujet précis de ce numéro de Révolutions médicales* ? René Frydman ne le dit pas, mais il fait une introduction traînante avec maints détails inutiles. Si bien qu'avant que commence l'invité, on se demande vraiment si l'on a envie de l'écouter :[son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14312-26.04.2016-ITEMA_20970586-4.mp3" debut="00:00" fin="03:07"]

Il ne fallait donc pas aller chercher loin pour trouver l'opposé de la pratique de plusieurs radios culturelles étrangères consistant en une présentation claire et précise du sujet, une entrée en matière pédagogique et stimulante. Il était question de ce sujet dans le fil BBC Circadian Rhythms, suvi d'une analyse de Yann Sancatorze au post 152.

* Deux psychanalystes y dissertent sur "L’énigme du désir d’enfant" (de la femme), un sujet en prise directe avec la médecine et les enjeux contemporains...

Voir le profil de l'utilisateur

28
Répondre en citant  
Antoine Spire à propos de maladie et d'art clinique - le Mar 19 Déc 2017, 22:49

Hommage à Christa Wolf et Georges Canguilhem 19/12/2017 Matières à penser avec René Frydman.

Le sujet : "L’évolution de la médecine moderne éloigne-t-elle davantage les praticiens de leurs patients ? Etre malade c’est bien sûr vivre une autre vie, mais la privation d’amour dont il sera question aujourd’hui peut-elle rendre malade ?"

L'émission a lieu en ce moment. On pourra préférer les interventions d'Antoine Spire sur le sujet ci-dessus que celles de Sonia Combe, même pertinentes, sur le féminisme de Christa Wolf en RDA.

* Antoine Spire, journaliste et universitaire, qui a dirigé durant plusieurs années le Département de recherche en sciences humaines à l’Institut national du Cancer (et qui a été très longtemps producteur à France Culture, comme chacun sait). Pas de bibliographie sur la page, mais Spire vient de citer son livre Cancer : le malade est une personne.

Sonia Combe,  historienne du contemporain, spécialisée dans l'histoire des pays de l'Est sous le communisme, affiliée au Centre franco-allemand Marc Bloch à Berlin.

Livre des deux invités : « Maladie et privation d'amour. De Christa Wolf à Canguilhem, pour un retour à la clinique ». (Editions Le bord de l'Eau)

Voir le profil de l'utilisateur

29
Répondre en citant  
La vie comme épreuve - le Mer 10 Jan 2018, 12:33

L’année après la naissance 09/01/2018.

Ça manque de parité... : "Pour ce thème, après celui de la naissance de la semaine dernière nous recevons à nouveau Amina Yamgnane, gynécologue-obstétricienne et Francine Caumel-Dauphin, sage-femme, elles seront accompagnées de Myriam Szejer, pédopsychiatre et psychanalyste, spécialiste de l’écoute du nourrisson. "

Un texte qui n'illustre pas du tout l'air du temps et les gémissements existentiels contemporains de France Culture (quitter l'adolescence, quelle horreur ; avoir des enfants, encore pire). René Frydman veut apparemment conserver son poste à FC, tout comme les autres producteurs qui font allégeance à l'idéologie victimaire de la direction pour ne pas se voir remplacés par un clone de Richeux ou de Gesbert.

Le baby blues est classique et ne doit jamais être traité à la légère mais parfois il peut nécessiter une approche plus profonde de la personnalité de la femme dans les conditions de la naissance pour que ce baby blues reste transitoire et passager comme il se doit.

L’accueil du bébé est un grand changement de ces dernières années. L’accent mis sur cette petite personne à part entière ne doit pas gommer les transformations parfois difficiles que peut présenter pour une jeune mère :  la sortie précoce de la maternité, la solitude ressentie au retour chez soi, les envies de se consacrer à sa post-maternité et à son enfant mais également l’envie de garder son autonomie et son projet professionnel, des ressentis qui sont parfois contradictoires…

L’équipe médicale  ne peut pas tout pour la nouvelle mère mais elle peut essayer d’aider la femme dans ses démarches et ses questionnements.


On se demande finalement dans quels domaines de la vie une aide de spécialistes n'est pas nécessaire pour les "démarches et questionnements".

Contre le baby blues la mamy blue (avec un vibrato à la Julien Clerc...)

Voir le profil de l'utilisateur

30
Répondre en citant  
Re: Matière à penser (médecine) , ex-« Révolutions médicales » - le Mar 13 Mar 2018, 22:41

Ce qu'il y a d'intéressant à écouter la radio d'il y a cinquante ans, c'est que tout à coup vous écoutez également, si vous ne le faisiez déjà, l'actuelle France Culture avec le recul imaginaire de 50 ans, soit celui de l'auditeur virtuel de 2068. Que pensera-t-on en écoutant les archives de France Culture 2018  à cette époque ? Ce que l'on pense parfois en écoutant les extraits des années 1960 sélectionnés par Philippe Garbit et son équipe : "quelle crétinerie !".

Il faut entendre, par exemple, les interviews d'enfants de 10-15 ans (sélectionnés d'on ne sait quelle école ou de quel internat et apparemment dûment briefés) qui se scandalisent de la mini-jupe et des cheveux longs sous la bienveillance de l'intervieweur (c'est dans 1967 1/4 du 03/02/2018). L'ineffable Marguerite Duras est évidemment de la partie et sous le charme...

Et pourquoi, cette remarque dans ce fil-ci ? Parce que le ton de René Frydman (dont le nom est dit trois fois en 30 secondes, dont une par lui-même), lequel annonce doctement le sujet de la greffe de tête est de ceux qui paraîtront affreusement ridicules dans quelques décennies. Il l'est déjà, mais personne ne s'en rend compte, vu le ton ambiant qui endort toute lucidité (ou presque).

Une émission médicale ? Voire... "Cette chimère humaine porteuse du cerveau du receveur mais dont la descendance serait celle du donneur. Reste la question fondamentale : où siège l’âme, qui est qui ? Où se trouve le moi à moins que le moi soit un autre (selon Paul Ricoeur dans Soi-même comme un autre) ou que comme le dit si joliment Fernando Pessoa :

« Nombreux sont ceux qui vivent en nous ;
Si je pense, si je ressens, j’ignore
Qui est celui qui pense, qui ressent.
Je suis seulement le lieu
Où l’on pense, où l’on ressent. »
"

Une émission à vocation médicale scientifique et vulgarisatrice à France Culture ? Les progrès dans la lutte contre telle ou telle maladie, tel ou tel handicap (surdité, cécité, arthrite rhumatoïde, etc) les progrès en anesthésie ou en imagerie, les mesures pour éviter les maladies nosocomiales à l'hôpital, etc, il ne faut pas y penser.

À France Culture, un jour, c'est le transhumanisme, un autre, la greffe de tête, des sujets qui intéressent profondément tout un chacun, n'est-ce pas, et qui font acquérir un savoir médical à l'honnête homme...

Enfin, le journal "partenaire" est en haut de page et rappelé en début d'émission. Une petite analyse de l'idéologie sous-jacente à cette revue ne ferait pas de mal.

Au fait, 1968 ? Virer les mandarins de la pensée unique ne serait pas du luxe 50 ans plus tard.

Voir le profil de l'utilisateur

31
Répondre en citant  
Emmanuel Pierrat, avocat, met en lumière Pierre Simon (1925-2008), médecin - le Sam 19 Mai 2018, 19:35

La parole revigorante d'Emmanuel Pierrat*,  avocat au Barreau de Paris sur Pierre Simon, médecin* (1925-2008) donne toutes les raisons d'écouter cet entretien, passionnant à plus d'un titre.

Écartons tout de suite la critique sur René Frydman qui s'est cru, encore plus qu'à son habitude vu le sujet, l'invité de sa propre émission, enchaînant de longs monologues en face d'un invité qui patiente sans dire un mot. Si seulement Antoine Spire avait pu le remplacer ici !

Quand Emmanuel Pierrat se voit enfin donner la parole,  il déroule la vie et le combat de Pierre Simon en éclairant le contexte de ses convictions et de son action.

Voici un passage où René Frydman (chat dans la gorge plein micro ?) permet (merci !) à Emmanuel Pierrat d'évoquer quelques personnalités qui ont marqué le médecin : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/16274-15.05.2018-ITEMA_21679841-0.mp3" debut="06:45" fin="12:34"]



Pierre Simon, médecin d'exception : du combat pour les femmes au droit de mourir dans la dignité

** Pionnier de l’accouchement sans douleur, cofondateur du mouvement du planning familial, il mène avec ténacité la bataille pour convaincre le corps médical et ses deux opposants farouches -le parti communiste français et l’église catholique- de l’importance  de la contraception pour l’émancipation des femmes prisonnières de maternités indésirées. C’est tout naturellement qu’il élabore, en tant que conseiller, les contours de la loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse. C’est toujours avec la volonté de briser  les tabous qu’il produira un rapport sur les comportements sexuels des Français. Ce jeune résistant est devenu Zazou à la Libération, puis franc-maçon un peu plus tard. Il deviendra Grand Maître de la Grande Loge de France à deux reprises. C’est un homme chaleureux, ironique, communicatif, donc fascinant à plus d’un titre. Ami de Charles Denner et du mime Marceau, il gagne à être connu par la force de son humanisme, sa détestation du sectarisme. Son dernier combat le droit de mourir dans la dignité est emblématique de son implication  dans des courants qui n’ont pas fini de secouer nos sociétés.

**     Emmanuel Pierrat
   avocat au Barreau de Paris, conservateur du musée du Barreau de Paris, grand collectionneur de livres anciens et d'art africain


Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


32
Répondre en citant  
Re: Matière à penser (médecine) , ex-« Révolutions médicales » -

Matière à penser (médecine) , ex-« Révolutions médicales »     Page 3 sur 3

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum