Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Des producteurs de France Culture    Page 4 sur 10

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Des producteurs de France Culture - le Mer 19 Fév 2014, 11:17

Rappel du premier message :

Florian Delorme : débit précipité, articulation inexistante, propos approximatif, ton rigolard, point de vue engagé, art de l'entretien : interruption de l'invité.  

Le producteur parfaitement adapté au sujet, quoi : « De la PMA à l’euthanasie, des questions de vie ou de mort ».

Page de présentation du site non prête avant et lors de la diffusion : CULTURESMONDE. Sont annoncées les questions d'infertilité, d'adoption, d'Afrique. Devrait intéresser en haut lieu.

***************

NOTA BENE : des fils de discussion spécifiques concernant des producteurs ont été ouverts dans le forum : Qui fait quoi ? ; Le blog FC de Michel Alberganti ; Le blog de Jean Lebrun ; Un été avec Regis Debray ; Lemerre vs Voinchet ; Hubert Huertas à la campagne ; Alain-Gérard Slama ex-chroniqueur en Contrepointeur ; René Jentet ; Pour Francesca Isidori ; Grande présence de Denis Podalydès ; Pierre Descargues (1925-2012) ; Edwy Plenel en ses œuvres ; Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs.

* * *

31
Répondre en citant  
Re: Des producteurs de France Culture - le Dim 20 Juil 2014, 11:07

@Philaunet a écrit:
Alors l'effet de surprise, hein...

Hélas, ou heureusement, toute vraie surprise est toujours saisissante.

Je crois qu'un poète a du écrire quelque chose comme:
J’ai lu comme vous tous les journaux tous les bouquins et je n’ai rien compris au monde et je n’ai rien compris à l’homme, bien qu’il me soit souvent arrivé d’affirmer le contraire. Et quand la mort, la mort est venue, peut-être ai-je prétendu savoir ce qu’elle était mais vrai, je puis vous le dire à cette heure, elle est entrée toute en mes yeux étonnés, étonnés de si peu comprendre – avez-vous mieux compris que moi ?

Ces propos étaient-ils vrais ? étaient-ils faux ?
Est il possible de redouter une chose et en rire, sans rien perdre sur l'espoir du contraire ?
La sortie de scène de Veinstein est un peu théâtrale mais qui ira chercher les aveux de la chose vécue ?
Après 29 ans de remise en question annuelle qu'en est il de la certitude d'être encore renouvelé malgré tout ?

@Philaunet a écrit:
j'entends Michel Cazenave [...] 1972 - 2014, le changement de voix à 42 ans de distance est très émouvant, et pour ceux qui ont suivi "Les vivants et les Dieux", dans les années 1990, entendre Cazenave, qui a eu 72 ans en juin dernier, est une belle surprise. Ce n'est pas lui qui fait l'émission, il y pose des questions, celles que l'on sait qu'il va poser

Retrouver Michel Cazenave dans ces émissions est assez indescriptible. J'imagine que l'on retrouve ici une forme libre d'expression radiophonique dans des émissions étonnement agréable à l'écoute (rythme, silence, profondeur du sujet dans une "conversation naturelle").

Je note cependant l'absence totale d'information, de publicité, sur ces émissions sur le site même de Michel Cazenave. Comme si ces émissions devaient trouver leurs auditeurs par une opération miraculeuse. Le cadre relationnel permettant l'expression et la constitution de ses émissions n'a visiblement pas l'audimat pour raison d'existence.

Mais, pour revenir à Veinstein, j'imagine que sorti de l'expression "sous contrainte" de Radio France, rien n'est moins sur et difficile que de retrouver/recréer un autre "espace" d'expression.

32
Répondre en citant  
Re: Des producteurs de France Culture - le Dim 20 Juil 2014, 13:13

Mais, pour revenir à Veinstein, j'imagine que sorti de l'expression "sous contrainte" de Radio France, rien n'est moins sur et difficile que de retrouver/recréer un autre "espace" d'expression.
Pourtant quand on a un nom comme le sien (le leur, car ça vaut aussi pour Cazenave dont le site personnel existe depuis des années), c'est là une piste solide donnée au public qui saura l'utiliser dans un moteur de recherche. Et que ça devient alors beaucoup plus facile de rencontrer ledit public et donc de diffuser son travail sur un site, que si l'on est un illustre inconnu.

Mais si la web-radio entre lentement dans les moeurs, alors peut-être le potentiel de la web-radio individuelle est-il des plus incertains. La blogosphère elle-même a bien vécu mais c'était sur l'écrit, avant d'être aspirée par FaceBook... qui est un espace de micro-blogging multimédia, à qui la masse donne une puissance que les blogs atomisés n'ont pas. Enfin, au moins pour les inconnus car là encore, la différence à du sens.

Quoiqu'il en soit Veinstein persiste à s'exprimer. Il continue sur Twitter, dont il avait déjà détourné l'usage pour en faire non pas un livre (car le livre n'est venu que dans un second temps) mais  un dévidoir à poésie. Or cette solution il a été capable de l'inventer tout seul. Il pourrait donc faire le saut vers la web-radio personnelle.

Sauf que le faire de son propre chef, tout à la fois en s'auto-mandatant et sans rémunération (et même en s'auto-finançant), c'est une autre paire de manche. Comment dire à ses invités : "Je vous invite pour un entretien comme jadis, 45 minutes, mais je vous préviens ça ne sera disponible que sur mon site web". Ensuite comment retrouver la flamme et l'énergie que donne le fait d'être diffusé au niveau national et par une radio unique, à laquelle on s'est progressivement identifié ? Et dans l'inconscient du public, même celui qui écoutait déjà l'émission en podcast, l'émission reçue a moins de poids, elle est chargée de moins d'énergie, que si elle arrive par le canal de leur radio. Il y a bien un peu de pensée magique là-dedans, mais ça ne surprendra pas les lecteurs de Bachelard. La logosphère des ondes dotait l'émission et sa parole d'une force face à l'imaginaire du public ; rien ne dit que des entretiens identiques diffusés sur le web arriveront dans le haut parleur avec la même aura.

Pourtant, ce sont de tels outils qui sont à inventer. Il faudrait probablement modifier la formule, et considérablement, plutôt que de simplement la transporter sur un média neuf. Mais Veinstein n'a-t-il pas été de tous temps un innovateur et un concepteur de produits radio ? Un véritable producteur.

33
Répondre en citant  
Gilles Lapouge qui fut producteur à France Culture - le Mer 24 Sep 2014, 16:38

Pour les nostalgiques de Gilles Lapouge (je dois dire franchement que je n'en suis pas mais alors pas du tout) signalons sa présence au micro de Laura Delair vendredi soir.

(pas encore eu le courage d'écouter pour savoir à quelle minute elle va placer son "votre imaginaire", son "dans votre itinéraire", son " [...] est important pour vous", ni son "vous faites de partie de ceux qui avez ...". En espérant qu'elle ne passe pas au tir groupé avec en plus son spécial-plantage sur le nom :"Nous allons écouter la voix de Robert-Louis-Stephenson qui a été important pour votre itinéraire et qui a NOURRI votre imaginaire puisque vous êtes un de ceux qui avez etc etc".

Enfin passons. TocTocTocTocTocTocToc..... TOC ... TOC ... TOC : Gilles Lapouge [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/09/s38/RF_CD65E9C5-5FE5-461E-AD25-410D75E9CF4F_GENE.MP3" debut="01:08" fin="42:35"]

34
Répondre en citant  
Gilles Lapouge, spécialiste des corsaires - le Mer 24 Sep 2014, 22:49

@Nessie a écrit:Pour les nostalgiques de Gilles Lapouge (je dois dire franchement que je n'en suis pas mais alors pas du tout) signalons sa présence au micro de Laura Delair vendredi soir.

C'est tout à votre honneur de signaler Gilles Lapouge au micro de Laure Adler alors que vous dites ne pas être du tout un nostalgique de ce producteur.  

France Culture ce n'était pas toujours mieux avant : Gilles Lapouge, un peu comme Alain Finkielkraut, se sentait tellement chez lui dans ses émissions qu'il en était l'invité permanent, coupant la parole de son vis-à vis et développant longuement ses connaissances peu intéressantes sur un ton traînant. Les questions emberlificotées de Caroline Broué et d'Adèle van Reeth, à côté, c'est de l'extrême concision... Combien de fois ne me suis-je pas dit  qu'il était vraiment dommage de ne pas entendre l'invité d'Agora. Heureusement, il alternait avec Germain-Thomas et André Velter dans ce créneau.

Les deux premières minutes de votre pastille de l'émission disent tout du bonhomme : « je me sentais très bien, j'aimais tout le monde et tout le monde m'aimait et ce depuis 30 ans à France Culture, on m'a viré pour l'âge, c'est stupide » (c'est Laure Adler qui lui fait dire cela, certainement avec une arrière-pensée, suivez mon regard...).   Gilles Lapouge est né en 1923, il n'a que 91 ans finalement, oui pourquoi n'a-t-il pu continuer à France Culture, 40 ans ou 50 ans de carrière dans la même maison à faire la même chose, n'est-ce pas un droit ? Vite une pétition !

Et pourtant, et pourtant... "Agora - Lapouge", s'il irritait, pouvait s'écouter, tandis que le RDV de Goumarre à la même heure est inécoutable. Voilà France Culture : nous faire regretter du produit moyen après l'avoir remplacé par de la nullité crasse.

À la réflexion, je vote pour Lapouge le nonagénaire bavard, amoureux des livres et des voyages contre le jeune branchouille Goumarre et sa session live.

35
Répondre en citant  
Jacqueline Kelen - le Dim 19 Oct 2014, 11:16

Les auditeurs habitués naguère de la Matinée des autres et des Chemins de la connaissance (les vrais) n'ont pas pu oublier Jacqueline Kelen, très présente dans ces deux séries. Ils vont probablement apprécier de l'entendre de nouveau dans le Racines du ciel de ce dimanche.

On ne l'a jamais vraiment perdue de vue ou plutôt d'oreille, Jacqueline Kelen, car même après la liquidation des émissions où elle livrait ses documentaires radio bien dans le style maison, elle fut encore régulièrement invitée notamment par Michel Cazenave dans 'Les vivants et les Dieux', toujours pour traiter de ses thèmes favoris. Le thème de ce matin ne surprendra pas ceux qui la connaissent et ont continué à la suivre, de publications en rendez-vous radio sur France Culture ou à la Radio Suisse Romande  : sa lecture personnelle des contes pour enfants, de leur symbolique http://www.franceculture.fr/emission-les-racines-du-ciel-le-sens-spirituel-des-contes-de-fees-avec-jacqueline-kelen-2014-10-19

36
Répondre en citant  
Lucien Attoun - Lydia Ben Ytzhack - le Lun 29 Déc 2014, 11:47

Refusant d'abandonner la partie face à ce France Culture devenu un foutoir de narcissisme et d'inculture, certains auditeurs coriaces ont résolu de se guider maintenant aux noms : noms d'invités ; noms de producteurs intermittents signant ici et là un documentaire ou une série d'interviews.

Des noms, en voici deux :

- Lydia Ben Ytzhack avant d'avoir fait de la figuration dans les  nuits et du militantisme bas de gamme dans Continent Sciences, était une des plus actives productrices des grandes séries documentaires. On lui doit une quantité de fignolées Matinées des autres, Chemins de la connaissance, et Une vie une oeuvre. Précisément la voila qui réapparait à l'affiche le 6 décembre dernier, le temps d'un Une vie une oeuvre - Tolkien.

- Lucien Attoun a été le Monsieur Théâtre de France Culture pendant 25 ans, comme Roger Vrigny était Monsieur Livres. Hier soir Joelle Gayot recevait Lucien Attoun dans l'émission du dimanche dévolue au théâtre révolutionnaire du début des 70's et qui n'ayant guère mûri, continue à infecter la scène presque 50 ans plus tard. Pourquoi Attoun ? Certainement parce que la jeune quinquagénaire Gayot à l'esprit bloqué sur mai 68 faute de l'avoir vécu, s'est attribué un quota de vieux cons où elle peut inviter un coup Philippe Tesson, un coup Pierre Dux, un coup Jacques Charon et quand il y a des morts on invite Arrabal ou ou Lavelli qui ne sont pas des vieux cons mais des cons vieux ça change tout hein. Enfin, foin de ce foutu mauvais esprit réactionnaire qui n'aime pas le théâtre vivant le seul le vrai celui de la merde et de la pisse sur scène (je n'invente rien), ceux qui boycottent depuis longtemps Joëlle Gayot feront une exception en clickant sur ce lien pour écouter Lucien Attoun dans Changement de décor.

37
Répondre en citant  
Monette Berthommier - le Sam 14 Mar 2015, 16:25

En s'intéressant au générique de l'une ou l'autre des rares émissions accueillant des producteurs non titulaires, il arrive qu'on y trouve le nom de l'un ou l'autre des producteurs de jadis. Le temps d'un bref passage, ils reprennent du service pour un documentaire. Monette Berthommier est de retour cette semaine le temps d'un Une vie une oeuvre.

Monette Berthommier a donné des documentaires dans la plupart des séries pendant les années 90 : Matinée des autres (Les Gnawa, La diaspora afghane),  Une vie une oeuvre (Jean Eustache, Bernard Dort), Bon plaisir (Dina Vierny, Françoise Sagan, Roger Planchon). Elle a été présente surtout dans Grand Angle. Après la purge de septembre 99 on la trouve encore aux commandes de quelques séries : des Chemins de la connaissance sur les Murs d'enceinte de Paris ou sur la comédie française. Ayant signé quelques Nuits magnétiques (séries sur l'Héritage, sur les araignées), elle se maintient encore quelque temps dans Surpris par la nuit.

Sa thématique préférée : le jazz. Avec des A voix nue (Didier Lockwood, Archie Shepp). Des Une vie une oeuvre  : Duke Ellington, Sidney Bechet. Bon plaisir de Bernard Lubat, de Michel Portal.

Cette semaine elle revient avec le Une vie une oeuvre de la semaine dans le style soigné de la facture documentaire propre à donner à l'auditeur l'illusion d'un retour en arrière de 15 années. Le sujet ? Sacher Masoch. En hommage certainement à tous ceux qui ont enduré Laure Adler entre 1999 et 2005. En hommage aussi non moins certainement aux auditeurs qui n'ont pas encore lâché la station et s'acharnent à filtrer le programme pour y trouver quelque pitance, avec un succès de plus en plus rare il faut bien le dire.

http://www.franceculture.fr/emission-une-vie-une-oeuvre-leopold-von-sacher-masoch-la-morsure-de-la-fourrure-2015-03-14

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

38
Répondre en citant  
Bad shot ! - le Sam 14 Mar 2015, 16:44

@Nessie a écrit:tout un tas de trucs

Désolé, je me suis planté.
Explication ici : http://www.regardfc.com/t81p70-une-vie-une-oeuvre-mardi-des-auteurs#20659

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

39
Répondre en citant  
Un coup de chapeau en passant - le Lun 30 Mar 2015, 15:14

La nuit Germaine Beaumont a bien été diffusée ce week-end. Elle est disponible en 7 tranches à cette adresse : http://www.franceculture.fr/emission-la-nuit-revee-de-0

Philippe Garbit est un des dernier producteurs à disposer de la liberté et de la volonté nécessaires pour produire un programme culturel. Certes ce garçon est un tout petit peu focalisé sur la littérature populaire : Arsène Lupin, Hergé, Blake & Mortimer, Fantomas, Agatha Christie. Mais le souci permanent de se mettre au service du sujet plutôt qu'au service du producteur lui-même, donne à ses entretiens le ton culturel qui est si souvent absent sur la fréquence.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

40
Répondre en citant  
Olivire Germain-Thomas (ex For Intérieur, etc) - le Mar 02 Juin 2015, 09:24

Octuple Z dans le fil RTBF, La Première attire notre attention sur une émission qui donne avec bonheur la parole à Olivier Germain-Thomas :
ZZZZZZZZ a écrit:Pour tous ceux à qui la voix d'Olivier Germain-Thomas manque, il fut récemment l'invité de l'émission Par Ouï-dire sur la première chaîne de la RTBF :

http://www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=2016570&channel=lapremiere

L'un de vous connaît-il cette émission, diffusée à la même heure que Hors-Champ ? Ce numéro avec Olivier Germain-Thomas mérite l'écoute !

Oui, absolument.

Pourquoi Olivier Germain-Thomas a-t-il été remercié de la station par Olivier Poivre d'Arvor ? Il ne faut pas en chercher très longtemps les raisons, celles également à l'oeuvre dans l'éviction d'Alain Veinstein : le ton calme, l'attention à l'interlocuteur, le soin de la langue, une recherche de profondeur. Ceci n'est pas compatible avec le credo du directeur et son esprit encombré de clichés : « Je voudrais que nous soyions [sic sur le site de Télérama] la première chaîne radio jeunes, hors musicales. » (citation repérée par Octuple Z de nouveau, dans un extrait ICI).

Encore faut-il interpréter ce que Poivre d'Arvor entend par « jeunes » et dans quelle perspective culturelle le directeur enferme de manière infantilisante les membres de cette catégorie. Pas difficile, il suffit d'écouter le Rendez-Vous ou de lire les Twwets de la rédaction où le journaliste de 22h de notre station nationale exprime ses goût musicaux à notre intention : « Ludovic Piedtenu @LudovicPiedtenu Temps idéal : fraîcheur pour le hip-hop bouillant de Joey Badass et l'électro d'Avery et Jaar(...) ». Les jeunes ne chantent pas dans les choeurs, ils vont exclusivement voir Badass & Jaar (et AC/DC, alpha et omega des goûts musicaux à France Culture, cf. les NCC et les tweets de la Rédaction).

Force est de constater à France Culture dirigée par OPDA une nette tendance  totalitaire alliée à une volonté assumée de nivellement.

41
Répondre en citant  
Bientôt les soldes - le Sam 06 Juin 2015, 11:51

@stein a écrit:C'est assez curieux ce prétexte de l'âge de la retraite. Car si Colette Fellous a bien 65 ans, Alain Finkielkraut en a lui 66 , Christine  Ockrent 71, Dominique Souchier 68, Jean Noël  Jeanneney 73....

L'âge est un prétexte pour masquer les raisons réelles. On avait déjà mentionné le cas Le Goff qui a explosé la barrière des 90 piges...   Michel Ciment vient d'avoir 77 ans. Dans la politique de Poivre, les trois critères principaux sont :
a) faire oublier ce qu'était le France Culture culturel
b) multiplier les émissions d'éco/socio/politique, l'histoire étant ici un  bel alibi
c) être en phase avec le paradigme idéologique de la maison

Colette Fellous malgré ses évidentes sympathies à gauche, était vraiment sur la brèche. Quant à Sophie Nauleau, le seul fait d'avoir tressé des couronnes à Xavier Darcos la condamnait. Et puis il y a peut-être aussi à placer quelques copains, ou même un protégé de Jean Lebrun, ainsi quand on a viré François Chaslin pour confier une émission d'architecture-urbanisme-design à Matthieu Garrigou Lagrange. Je m'attends donc à voir promouvoir  Emmanuel Giraud ou peut-être même qui sait une nouvelle tentative d'émission importante pour Vincent Lemerre malgré l'echec retentissant de son dimanche midi qui nous faisait crouler de rire encore mieux que les Papous de la meilleure époque (1992-2002 selon mes archives).

Marie Hélène Fraïssé et Michel Ciment bénéficient encore d'une relative assurance par leurs incidentes régulières à l'encontre de la droite, du racisme, du progrès technique enfin de ce que le paradigme maison impose de vitupérer. Toutefois Michel Ciment sera probablement remplacé d'ici 3 ou 4 ans par un quelconque animal de télé qui dégoise à partir du générique des films et de leur pitch sans même savoir ce qu'est un plan.

Souchier va bientôt attaquer sa dernière année du moins si l'on accorde quelque confiance à l'annonce de son arrivée : il est là pour 3 ans. Ca sentait très fort la fin de carrière, et l'hébergement de complaisance sur une antenne idéologiquement symbiotique pour lui.

Finkielkraut selon mes paris, devait sauter en septembre de cette année, une fois bouclée la fête des 30 ans de Répliques. Et ce d'autant plus qu'il a déclaré récemment qu'il ne se reconnaissait plus dans la ligne du PS, destructeur de tout ce à quoi Finkielkraut est attaché. Mais son élection à l'Académie lui a rendu un certain poids de respectabilité. Et par suite de la grève d'Avril le report à l'automne prochain de la fête des 30 ans assure encore une année de survie à Répliques. Mais je maintiens mon pari sur la disparition de Répliques en septembre 2016, sauf si FC change de Directeur et encore il faudra que le nouveau titulaire ne voie pas dans Répliques une sorte de cheval de Troie prophylactique contre le mainstream idéologique des classes cultivées à la sauce Télérama/Le Monde/Nouvel Obs.

./....

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

Des producteurs de France Culture     Page 4 sur 10

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum