Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Des producteurs de France Culture    Page 8 sur 10

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Des producteurs de France Culture - le Mer 19 Fév 2014, 11:17

Rappel du premier message :

Florian Delorme : débit précipité, articulation inexistante, propos approximatif, ton rigolard, point de vue engagé, art de l'entretien : interruption de l'invité.  

Le producteur parfaitement adapté au sujet, quoi : « De la PMA à l’euthanasie, des questions de vie ou de mort ».

Page de présentation du site non prête avant et lors de la diffusion : CULTURESMONDE. Sont annoncées les questions d'infertilité, d'adoption, d'Afrique. Devrait intéresser en haut lieu.

***************

NOTA BENE : des fils de discussion spécifiques concernant des producteurs ont été ouverts dans le forum : Qui fait quoi ? ; Le blog FC de Michel Alberganti ; Le blog de Jean Lebrun ; Un été avec Regis Debray ; Lemerre vs Voinchet ; Hubert Huertas à la campagne ; Alain-Gérard Slama ex-chroniqueur en Contrepointeur ; René Jentet ; Pour Francesca Isidori ; Grande présence de Denis Podalydès ; Pierre Descargues (1925-2012) ; Edwy Plenel en ses œuvres ; Brice Couturier, le libéralisme et les néo-conservateurs.

* * *

71
Répondre en citant  
Re: Des producteurs de France Culture - le Ven 08 Avr 2016, 16:17

En effet, outre le fait qu'il s'agisse d'une mode universitaire déjà dépassée depuis quelques décennies (l'analyse d'oeuvre et de personnages glissant de la psychologie à la psychanalyse), ce biais permet au producteur de se passer d'une éventuelle culture générale : plutôt que de rebondir vers d'autres auteurs, mouvements, courants ou disciplines, lorsqu'on est incapable de sortir de son sillon obsessionnel et que son expérience littéraire se limite à un auteur "qui va bien", on se lance dans des interprétations réductrices qui n'exigent qu'une compétence limitée, et qui ont l'avantage de remplir l'espace. Un peu comme chez les militants de la station qui, ayant un marteau dans les mains, ne voient le monde que sous forme de clous.

72
Répondre en citant  
Que diable allait-il faire dans cette galère ? (bis) - le Dim 17 Avr 2016, 11:41

Finkie chassé de la Nuit Debout :

https://www.youtube.com/watch?v=Fk4mh6BrFbc

73
Répondre en citant  
Finkielkraut se défend - le Mar 19 Avr 2016, 14:59

Et ce matin sa réponse dans le Figaro, où les abonnés trouveront une version rédigée du petit réquisitoire qu'il s'est payé le luxe de balancer à l'antenne des Matins hier. Comme par hasard, le site de FC nous dit que ce son est indisponible à la page des Matins. Il est vrai qu'une telle descente en flammes d'un mouvement saucial chéri par la chaîne, ça dérange ness pas...

Heureusement, le document vous arrive via le podcast, et on trouve aussi ces propos très explicites à la page mal nommée "L'invité des matins" (mal nommée puisqu'il y a rarement moins de 3 invités simultanément dans ce foutoir radiophonique)

Vers 8h30 : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-18.04.2016-ITEMA_20964073-2.mp3" debut="10:05" fin="15:15"]
Vers 8h37 : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-18.04.2016-ITEMA_20964073-2.mp3" debut="17:05" fin="19:28"]
Vers 8h40 : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-18.04.2016-ITEMA_20964073-2.mp3" debut="20:53" fin="21:50"]

Pour entendre l'intégralité de la 2e partie : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13983-18.04.2016-ITEMA_20964073-2.mp3" debut="00:00" fin="27:40"]

(attention:  en Pierre Rosanvallon l'industrie du somnifère trouve un concurrent  et un ennemi autrement plus redoutable que la loi sur le secret des affaires)

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

74
Répondre en citant  
Alain Finkielkraut, toujours - le Mar 19 Avr 2016, 16:54

Nessie(http://www.regardfc.com/t639p50-des-producteurs-de-france-culture#25544) a écrit:Et ce matin  sa réponse dans le Figaro où les abonnés trouveront une version rédigée du petit réquisitoire qu'il s'est payé le luxe de balancer à l'antenne des Matins hier. Comme par hasard, le site de FC nous dit que ce son est indisponible à la page des Matins. Il est vrai qu'une telle descente en flammes d'un mouvement saucial chéri par la chaîne, ça dérange ness pas...
Souvent les sons des Matins sont distribués sur plusieurs pages*. Suis d'accord avec le mot "foutoir" ci-dessous pour décrire le site de France Culture en plusieurs endroits.  L'équipe des matins se devait de donner la parole à Finkielkraut, audience oblige !

Pour ce qui est de l'amour inconditionnel de la chaîne pour l'occupation d'une ou deux places publiques, à Paris et dans d'autres villes, dans nombre d'émissions quotidiennes depuis deux semaines, exemples dans La Grande table d'hier avec Yanis Varoufakis et à Sur les Docks où c'est du lourd : Arnaud Contreras (...) 11 jours et nuits en immersion auprès des participants au mouvement.

Nessie(http://www.regardfc.com/t639p50-des-producteurs-de-france-culture#25544) a écrit:Heureusement, le document vous arrive via le podcast, et on trouve aussi ces propos très explicites à la page mal nommée "L'invité des matins" (mal nommée puisqu'il y a rarement moins de 3 invités simultanément dans ce foutoir radiophonique)
C'est ce que Florent Latrive responsable de la refonte du site appelle "les progrès en matière d'éditorialisation"...

Enfin, dans le Monde, une voix plutôt rare, vu que 90% des commentaires et des articles de la presse prennent pour argent comptant les propos de l'Académicien et en font des contes (à dormir debout) :
"Paul 19/04/2016 - 15h08 [s'adressant au journal Le Monde]
Quel est le sens de ce non évènement Finkielkraut ? S'il se fait virer d'une agora, la belle affaire ! En invitera t il dans ses émissions de ces non leaders pour débattre ? Certes non, il était là juste pour lui, et...s'est fait virer pour lui. Et il en fera un livre, des émissions, des interviews, de nouveaux stigmates pour se plaindre d'être muselé et maudire un mouvement ! Avez vous seulement conscience de votre manque de crédibilité en tant que média en lui faisant servilement audience ?
Le tournant  Finkielkraut
* Pour les sons, voir le post entier de Nessie ci-dessus.

75
Répondre en citant  
Re: Des producteurs de France Culture - le Mar 19 Avr 2016, 21:13

Sur Finkie, Concordance des temps?
Dans un autre fil, et sur un autre sujet
rowan a écrit:Moi, je vois une opération de com planifiée, avec cameraman dans le bas côté tout prêt pour filmer « l’événement ».
L'opération aurait été encore mieux réussie si l'un des "idiots utiles" avait hurlé quelques propos antisémites et ainsi donné plus de poids au mot de purge employé, sans arrières pensées sans doutes, par Alain Finkielkraut.

76
Répondre en citant  
Re: Des producteurs de France Culture - le Mer 20 Avr 2016, 00:00

La réaction du lecteur du monde ne sent pas spécialement l'honnêteté intellectuelle, et même elle fleure bon la détestation partisane. Personnellement, j'ai toujours flairé la malhonnêteté intellectuelle chez les gens qui ont une dent contre Finkielkraut et le ciblent systématiquement, en instruisant contre lui à charge et sans nuances. C'est presque toujours un indice d'esprit partisan, et ça prépare souvent le pétage de plomb (on a vu ça ce samedi Place de la République), c'est pourquoi je m'efforce d'intervenir a minima quand le délire commence.

Finkielkraut, ses idées sont ce qu'elles sont, sa radio est pour le moins inégale, mais son combat pour la culture est en rupture avec les modes actuelles et bien proche de l'ancien France Culture, celui que nous regrettons. Dans le domaine que je connais le mieux (les SHS) je peux assurer qu'il est vraiment mauvais, et qu'il ferait mieux soit de ne pas s'en mêler, soit de suivre une formation élémentaire. Pour autant, comme je l'ai déjà écrit dans ce même fil, ses réflexions sur les questions de société ont au moins l'avantage de ne pas servir un plat saturé en propagande idéologique, au contraire de cet ex-de Sciences-Po abusivement maquillé en sociologue j'ai nommé Sylvain Bourmeau bombardé sous Hollande professeur dans une grande institution de recherche quelque peu logée à gauche, mais sans avoir jamais publié le moindre travail dans les matières dont on s'occupe dans ladite maison. Au moins Finkielkraut n'a pas inventé son agrègue de Lettres modernes.

Cela dit, les accusations à peine voilées de manipulation qu'on peut lire ci-dessus font sourire. Au pire Finkielkraut a effectivement fait un coup de com', au mieux il a fait preuve d'inconscience et de naïveté en allant se fourrer dans les pattes d'un mouvement dont tout nous montre qu'il porte en lui les graines du fascisme déguisé en démocratisme. Si c'est cela qu'il voulait montrer (et j'en doute) alors c'était bien inutile tant ça crevait déjà les yeux.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

77
Répondre en citant  
Le choix des icônes - le Ven 29 Avr 2016, 11:23

Dans le fil BBC,
Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t13p150-bbc-radio-4#25633) a écrit:(...)

En effet, et on parlait l'autre jour de la Fabrique de l'histoire devenue une émission bien insipide : nous sommes passés d'une soupe à un bouillon très clair. A mon sens, il y a plusieurs facteurs :

- un conducteur d'émission trop relâché, qui s'appuie trop sur la personnalité (ou absence de) des invités (...)
Oui, France Culture a fait le choix de la personnalisation à outrance de ses émissions, de ses invités comme de ses producteurs. On écoute des généralistes comme Laporte, Adler, Richeux, Broué, Finkielkraut, etc, et non un sujet présenté par un spécialiste motivé ou un professionnel soucieux de pédagogie (cf. Melvyn Bragg). Quand les spécialistes (Laurentin, Etienne Klein, René Frydman, etc), parce que nommés à l'antenne pour un certain nombre d'émissions hebdomadaires, doivent aller au-delà de leur domaine, ça donne des émissions artificielles, ennuyeuses, délayées.

Ce sont les producteurs tournants qu'il faut réintroduire, loin de la tendance actuelle à "stariser" les producteurs (cf. Adèle Van Reeth, et avant, son mentor Enthoven, passé sur Europe 1).

La tendance "lourde", c'est de mettre en valeur des personnes, d'en faire des idoles (plus ou moins polémiques), et de ravaler le sujet d'une émission à un simple faire-valoir des présentateurs (et des invités, copieusement flattés).

La publication sur le site de très grandes photos des participants aux émissions, lesquelles n'apportent strictement rien au sujet,  est le symptôme de ce narcissisme qui a remplacé la culture de l'esprit.

78
Répondre en citant  
Des productrices - le Mer 04 Mai 2016, 16:25

Caroline Broué, Sonia Kronlund, Marie Richeux se suivent de 12h00 à 15h, cherchez l'intruse. Il n'y en a pas.

Il fallait entendre le chapeau introductif des Pieds sur terre hier par Sonia Kronlund. On n'est pas à RMC (que je connais peu), on est à RTL le matin dans les années 1970-80 quand un auditeur (h/f) venait raconter au téléphone les malheurs avec ses voisins et demander conseil. Honte à France Culture !

Et pus le relais d'aujourd'hui entre celle qui annonce les programmes à venir et Marie Richeux ! Affreux. Se rend-on compte à France Culture que cette dernière rend un mauvais service à la chaîne en embarrassant la personne avec ses questions et remarques stupides ? Elle enchaîne ensuite avec une longue présentation en haletant et en reniflant à moitié. Elle va finir par dépasser Tewfik Hakem... Compétence en parole au micro : 2 sur 20. Et elle a une quotidienne ? Il y a des réformes à faire dans la maison !

79
Répondre en citant  
Christine Ockrent - le Sam 21 Mai 2016, 13:32

Il faut entendre aujourd'hui le début de numéro d'Affaires étrangères de Christine Ockrent pour savoir immédiatement à quelle radio l'on a affaire La montée des extrêmes droites : le cas de l'Autriche, autrement nommé Taisez-vous, Jacques le Rider ! *

L'introduction de Mme Ockrent, avant qu'elle ne décline les noms et fonctions des cinq intervenants (pas moins). [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12841-21.05.2016-ITEMA_20990800-0.mp3" debut="00:27" fin="01:45"]

Ensuite, cette belle question introductive : "L'Autriche, c'est quoi ?". On notera incidemment les coups de marteau sur les premières syllabes qui signent souvent la vacuité de pensée et la conviction personnelle. On remarquera aussi hors pastille comment Christine Ockrent ne cesse d'interrompre à tort et à travers son premier interlocuteur : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12841-21.05.2016-ITEMA_20990800-0.mp3" debut="02:24" fin="03:21"]

Et enfin, comment Christine Ockrent fait une leçon d'histoire (et de morale) politique au spécialiste Jacques le Rider qui n'est plus tout jeune, car je me souviens l'avoir entendu au Panorama de France Culture dans les années 1990 et chez Alain Finkielkraut durant cette même décennie. Pourquoi accepter une invitation en 2016 quand c'est pour se faire couper ainsi ? [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/12841-21.05.2016-ITEMA_20990800-0.mp3" debut="04:47" fin="07:19"]

N'ayant plus envie d'entendre les monologues de Christine Ockrent et la manière de celle-ci d'orienter la parole, j'ai coupé. Où est le fameux smiley "bûche-hache" ?...

*Jacques Le Rider : historien spécialiste de l'Autriche, directeur d'étude à l'Ecole des Hautes Etudes, ancien directeur de l’institut français de Vienne

80
Répondre en citant  
Quand sont-ils bons ? - le Lun 27 Juin 2016, 15:58

Quand sont-ils bons ? Simple : quand ils traitent, seuls ou avec des invités, de leur spécialité ou du sujet qui les passionne.

Comment sait-on qu'ils ne sont pas bons ? Très simple aussi : quand ils ignorent tout du sujet. Symptômes ? Le remplissage avec des mots creux et des formules toutes faites, l'accent tonique sur la première syllabe pour faire croire à de la conviction, les rires, les euh, les bafouillis, l'absence de relance intelligente, etc.

J'y repensais en écoutant Tewfik Hakem s'intéresser très mollement à Edgar Varèse dans le cadre de la Brève histoire de la musique savante occidentale*. Tewfik Hakem ne connaît rien à ce sujet, comme à tous les autres qu'il présente ou presque, c'est audible. Il aime le slam et la bande dessinée. C'est très bien. Pourquoi ne pas le faire présenter des émissions uniquement sur ce sujet ?

Ah... parce qu'il faut un petit nombre de producteurs généralistes permanents ! Ah, c'est ça ! Dommage, dommage ! J'écouterais volontiers Marie Richeux dans des émissions pour enfants, par exemple sur l'histoire et le développement de la marelle. Elle y excellerait et on ne la critiquerait plus, au contraire. De même, Laure Adler (bientôt de l'histoire ancienne, pas trop tôt !) ne connaît rien aux domaines des invités qu'elle reçoit, sauf dans le domaine de la politique et de la culture en Israël, sur quoi elle a fait un certain nombre de semaines thématiques. Très bien, rien à redire, mais ensuite ? Elle ne connaît rien à la musique et invite des musiciens (comme Broué), résultat nul. Elle ne connaît rien à l'art littéraire, mais invite des écrivains (comme Broué), résultat nul. Adler et Broué se replient donc sur le "people" (comme Garrigou-Lagrange l'anecdote pas l'oeuvre), car il est très facile de parler de la vie des gens (comme Adler dans Gala sur Mitterrand) que d'entrer dans la réflexion donnée par un spécialiste sur un art. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Broué a commis une auto-fiction. Se raconter n'est finalement que la suite logique des séances de psy, voir Adler, presque psychanalyste, comme elle le dit.

Normalement devraient être bons Loisy (mais complaisant), Deligeorges (est fatigué), Ciment (encore vaillant), Jeanneney (excellent), Charpentier (l'est, mais cherche le happening et trouve des titres débiles), Frydmann (quand ça touche à sa spécialité médicale, il se réveille vraiment), et d'autres encore. Certain plus grand contributeur du Forum dira que même bons, ils enrobent leurs discours du paradigme idéologique de France Culture (voir les posts de Nessie et de Yann Sancatorze qui en ont répertorié les divers aspects).

Bref, peut-on espérer retrouver à l'antenne des producteurs qui savent exactement de quoi ils parlent (et qui ne lisent pas des fiches à la va-vite, 5' avant l'entretien) : un architecte pour parler d'architecture, un zoologue pour parler de la vie animale, un diplomate pour parler de politique internationale (assez de l'euro-germanophobe Garcin !), etc, ?

Comme en médecine, il vaut mieux entendre un spécialiste vous parler d'un domaine. Sauf si l'on veut rester dans l'à-peu-près. C'est sans doute ce que veut la directrice de France Culture dont la culture et l'expres​sion(les deux vont de paire) sont bien limitées comme en témoignent ses interviews et interventions. Quand il n'y a pas à la Direction d'impulsion sous-tendue par une réelle passion pour la culture et la transmission, mais comme intérêt majeur celui des statistiques de podcasts (statistiques qui ne disent rien de l'écoute réelle), on n'est pas près de retrouver dynamisme et richesse dans les programmes.

Philippe Garbit reste notre bouée de sauvetage (pour France Culture), sinon il y a toujours France Musique habitée par la passion, les instituts et médias culturels produisant des documentaires audio disponibles en lignes et les radios étrangères, francophones ou non. L'auditeur exigeant n'a pas besoin de France Culture pour satisfaire sa soif d'informations intelligentes  et d'émissions authentiquement culturelles.

* Brève histoire de la musique savante occidentale  Episode 5 : Le 20ème siècle ou la révolution du sonore

Avec notre tête chercheuse : Denis Morrier
Musicologue, Denis Morrier enseigne à Montbéliard et au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Spécialiste de musique baroque, il est l’auteur d'ouvrages sur Monteverdi et de Carlo Gesualdo (Fayard-Mirare, 2003) et de Chroniques musiciennes d'une Europe baroque (Fayard, 2005).

Le XXème siècle, traversé de tragédies sanglantes, a connu une profonde remise en question de tous les domaines de l’Art. La musique occidentale vécut alors une véritable succession de révolutions radicales. La plus importante vit la notion du « musical » envisagée d’une toute nouvelle manière, au bénéfice du « sonore ». La distinction entre « bruit » et « son » fut reconsidérée, la « matière musicale » se vit enrichie d’apports nouveaux : la lutherie électrique, puis électronique, l’influence des musiques issues d’autres cultures, d’autres sphères temporelles, d’autres horizons artistiques.

81
Répondre en citant  
Re: Des producteurs de France Culture - le Lun 27 Juin 2016, 20:23

Philaunet(http://www.regardfc.com/t639p70-des-producteurs-de-france-culture#26155) a écrit:Quand sont-ils bons ? Simple : quand ils traitent, seuls ou avec des invités, de leur spécialité ou du sujet qui les passionne.
[...]

Bref, peut-on espérer retrouver à l'antenne des producteurs qui savent exactement de quoi ils parlent (et qui ne lisent pas des fiches à la va-vite, 5' avant l'entretien) : un architecte pour parler d'architecture, un zoologue pour parler de la vie animale, un diplomate pour parler de politique internationale (assez de l'euro-germanophobe Garcin !), etc, ?

Comme en médecine, il vaut mieux entendre un spécialiste vous parler d'un domaine. Sauf si l'on veut rester dans l'à-peu-près. C'est sans doute ce que veut la directrice de France Culture dont la culture et l'expres​sion(les deux vont de paire) sont bien limitées comme en témoignent ses interviews et interventions. Quand il n'y a pas à la Direction d'impulsion sous-tendue par une réelle passion pour la culture et la transmission, mais comme intérêt majeur celui des statistiques de podcasts (statistiques qui ne disent rien de l'écoute réelle), on n'est pas près de retrouver dynamisme et richesse dans les programmes.

[...]


Un manque d'effort, de travail ou simplement de professionnalisme élémentaire donc. Je vais être partial et comparer tout ça avec la personne qui m'a en premier attiré vers la radio : Jacques Olivier (RTBF, disparu des ondes en 2013)

Si il y avait bien une chose que j'appréciais tout particulièrement chez lui c'était le sérieux et la préparation à toute épreuve de ses entretiens (à mes yeux du moins). On avait très souvent l'impression d'être à l'écoute d'un dialogue entre 2 spécialistes, ce qui n'était évidemment pas le cas vu la variété des sujets traités.

Non, on avait simplement affaire à quelqu'un qui se donnait la peine de faire son travail correctement en prenant son métier au sérieux. L'impression qu'il donnait n'était pas d'avoir vaguement parcouru "le bouquin" de son invité mais d'avoir méticuleusement étudié ses publications pendant des nuits entières, lui et ses assistants. Car c'est un autre point à ne pas négliger: avoir été entouré d'une équipe compétente qui avait manifestement la même mentalité que lui: le travail d'édition de certains de ces entretiens n'était pas une mince affaire paraît-il. Le tout donnait l'illusion d'un dialogue entre passionnés.

Ce qu'il m'en reste comme souvenirs: de longues introductions très documentées, des questions pertinentes, une capacité de rebondir grâce à une préparation sérieuse, des séries de plusieurs émissions pour un traitement sur la durée. Une vulgarisation de haut vol, celle qui encourage l'auditeur à réfléchir et faire un effort, pas celle qui infantilise et freine d'urgence au premier mot un peu compliqué.

Je suis sûr qu'avec le recul je serais beaucoup plus critique avec des ré-écoutes mais vu ce qu'on nous sert ces temps-ci rien n'est moins sûr...

Des producteurs de France Culture     Page 8 sur 10

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum