Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les programmes d'été sur France Culture    Page 25 sur 26

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les programmes d'été sur France Culture - le Jeu 27 Aoû 2009, 08:15

Rappel du premier message :

Les perles et les navets de l'été 2009

La grille d'été bientôt connaître sa fin, celle de la rentrée vient de paraître, on peut donc déposer un premier bilan de l'été qui s'achève.

D'habitude, l'été, on a droit a un redressement du culturel, et a un traitement en longueur qu'on aimerait voir pratiquer l'année. Cette fois, ça a été particulièrement léger.

Première émission qui, chose baroque, fait partie des deux catégories - perle et navet - à la fois, les matins d'été :

* Les invités de première partie parlent de sujets variés et intéressants, ils semblent eux-même particulièrement calés.

* Florian Delorme mène un rythme dans ses entretiens très profitable à la discussion, il ne s'excite pas, et n'hésite pas à laisser son interlocuteurs développer son propos. Ses questions rentre assez vite dans le dur et l'interessant des sujets, il évite de se complaire à leur superficie, comme on l'a trop souvent entendu chez Ali Baddou.

Malheureusement :

* Les chroniques sont horribles :face: ! Les téléchroniques de Mauriac, avec les 40 génériques musicaux mixés qui les commencent, les découpent et les terminent sont insupportables. La voix de l'animatrice, le ton des musiquette, rappellent à peu près "les enfants de la télé", pire du pire!

La chronique d'actualité culturelle est aussi difficile à avaler : Raphaëllle Le Pen a une lecture de collégienne, elle a parfois l'air de manier des mots trop gros pour elle.

Un objet singulièrement baroque, ces matins. Je crains que ceux à venir ne présentent qu'une seule face en revanche... On verra.


:face:  :face:
* * *

241
Répondre en citant  
Charlie Chaplin outre-Quiévrain - le Dim 31 Juil 2016, 15:16

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t770p20-grille-et-emissions-de-l-ete-2016#26453) a écrit:Le cinquième volet de la Grande traversée Charlie Chaplin, the artist : The freak est déconcertant à plus d'un titre. Durant la première heure, Christine Lecerf qui a manifestement fait le tour de la carrière de Chaplin en sept heures (1h45 x 4) décide de s'intéresser à l'entourage du cinéaste, sa famille et la ville dans laquelle il a passé ses dernières années : Corsier-sur-Vevey, en Suisse.
Merci pour cette riche contribution sur laquelle je voudrais revenir pour signaler que Cécile Poss pour Par Ouï-dire à la RTBF a composé une série "Chaplin" en 6 ou 7 épisodes (ce n'est pas clair...) au printemps de cette année. le 3e est actuellement en rediffusion depuis le 26 juillet (et pour encore une journée seulement  !).

On peut apparememnt réécouter les six premiers épisodes ici : "Chaplin : Du rire aux larmes". Réécoutez les 6 premiers épisodes 17 juin 2015
1er épisode : À l’aube de Charlot
2ème épisode : La naissance de Charlot
3ème épisode : La tragicomédie
4ème épisode : Le tournant
5ème épisode : Le Dictateur
6ème épisode : Chaplin tout simplement

À comparer avec France Culture ?
Parenthèse : est-ce une bourde dans le montage ou une répétition délibérée (dans quel but ?), mais à 3'20'', on entend Aurélia Thierrée dire : Là, alors là, c'est un, deux, quatre filles, y'a Annie, Joséphine, donc Charlie, Oona, Christophe, Géraldine et James., puis une minute plus tard à 4'08'' : Un, deux, quatre filles, non c'est pas tous les enfants, c'est une partie de la famille, y a Annie, Joséphine, donc Charlie, Oona, Christophe, Géraldine et James. Les extraits sont identiques et l'auditeur peut même lire les coupes du premier à partir du deuxième.
Ce n'est pas pour excuser la réalisation, mais les coupes se font parfois très vite et l'on peut se retrouver avec des imprévus. Ce genre de bourde est extrêmement rare.
Ces détails mis à part, cette Grande traversée Chaplin s'écoute avec intérêt, notamment pour le grand soin qui a été apporté à la sonorisation de chacun des volets (très nette à l'écoute au casque), l'appel à deux musiciens rejouant les partitions de films, la grande part laissée à la langue originale avant traduction, et plus largement pour la place donnée à la musique.
Oui Catherine Lecerf qui est un des piliers du documentaire à France Culture a visiblement bénéficié de gros moyens, Je compte entre quinze et vingt invités par émission d'1h45. Ça me rappelle les Une vie une œuvre de 55 minutes avec 10 personnes : des confettis de paroles. Small is also beautiful...

242
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Lun 01 Aoû 2016, 03:48

Philaunet(http://www.regardfc.com/t770p20-grille-et-emissions-de-l-ete-2016#26459) a écrit:

Merci pour cette riche contribution sur laquelle je voudrais revenir pour signaler que Cécile Poss pour Par Ouï-dire à la RTBF a composé une série "Chaplin" en 6 ou 7 épisodes (ce n'est pas clair...) au printemps de cette année. le 3e est actuellement en rediffusion depuis le 26 juillet (et pour encore une journée seulement  !).

On peut apparemment réécouter les six premiers épisodes ici : "Chaplin : Du rire aux larmes". Réécoutez les 6 premiers épisodes 17 juin 2015
1er épisode : À l’aube de Charlot
2ème épisode : La naissance de Charlot
3ème épisode : La tragicomédie
4ème épisode : Le tournant
5ème épisode : Le Dictateur
6ème épisode : Chaplin tout simplement

À comparer avec France Culture ?


Merci Philaunet, cette information nous donnera l'occasion d'une écoute comparée. Pour les auditeurs intéressés par la série de Cécile Poss datée de 2015, sachez que trois épisodes sur les 6 sont actuellement téléchargeables (aucun écoutable en flux sur le site). Pour cela, le descriptif de la page RTBF ne vous sera malheureusement d'aucun secours. Il faudra en passer par la page RSS de l'émission accessible directement ici ou sinon par l'onglet présent sur la page elle-même. À peine un mois d'écoute est proposé mais la première émission sera encore disponible dans une vingtaine de jours j'imagine. L'épisode 1 est téléchargeable depuis le 12 juillet 2016, l'épisode 2 depuis le 19 juillet 2016, l'épisode 3 depuis le 26 juillet 2016.

Par ailleurs, l'analyse de l'oeuvre de Chaplin peut se poursuivre sur France Culture à la page de Carnet nomade, grâce à l'émission Charlot du 20 décembre 2014. Les interventions de Colette Fellous n'ont rien de subtil mais les invités - et notamment José Moure (également interrogé dans la Grande traversée) ont le mérite d'introduire l'oeuvre cinématographique de Chaplin.

Une série intitulée Philosopher avec Charlie Chaplin dans Les nouveaux chemins de la connaissance, version Van Reeth est également écoutable depuis février 2016, dont voici le sommaire :

15 février 2016 : Chaplin contre Charlot
16 février 2016 : La critique sociale d'un infatigable
17 février 2016 : Keaton vs Chaplin : un monde meilleur est-il possible ?
18 février 2016 : Du corps à la parole

***

Par ailleurs, il semble que l'escroquerie des Grandes traversées se poursuive pour la semaine du 1er août 2016, puisque la série intitulée La ville américaine n'est qu'une série de rediffusions de l'émission Villes-mondes, de Catherine Liber.

Chaque numéro regroupera deux émissions de 58 minutes remontées pour tenir dans l'heure 45 minutes allouée au format estival. Pour le premier intitulé Boston, berceau des Étas-Unis, reportez-vous directement aux pages des 27 avril 2014 et 4 mai 2014. Les descriptifs sont identiques. L'été 2016 signerait-il la fin des Grandes traversées ? C'est à craindre. En tout cas, on comprend mieux, en le relisant, « l'édito » de Sandrine Treiner quand elle écrit :

- Nous avons étendu et varié nos longs formats dans l’idée de proposer un équilibre entre la création et les idées Les idées = les rediffusions.
- Cet été, vous saurez tout et davantage encore sur Charlie Chaplin, David Bowie, Frankenstein. Pas un mot sur les semaines : Sur la route de l'exil et La ville américaine... On sait pourquoi maintenant. Les audiences de la dernière semaine de juillet et de la première d'août ne doivent pas valoir la peine de créer de nouveaux contenus.

243
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mar 02 Aoû 2016, 13:44

Ce réchauffage de Villes Mondes permet de leur redonner une chance, on essaie et on n'y arrive décidément pas... Il y a une telle volonté de se couper du passé, un tel repli sur le présent (l'histoire des villes en question n'est jamais explorée à proprement parler) qu'on a du mal à ne pas s'ennuyer à l'écoute de ces juxtapositions et ces vignettes sans fil conducteur. Beaucoup de paroles d'artistes interchangeables, du name dropping, un peu d'ambiance sonore, le tout servi par une traduction en français très approximative (ce n'est pourtant pas en direct, et c'est le B A BA du métier que de reproduire tous les propos qui sont dit, et toutes leurs nuances).
Ca meuble, ça remplit, ça traîne, ça déambule et ça n'approfondit rien. C'est du tourisme sociologico-culturel. Bref, l'avenir de France Culture. La paupérisation de la chaîne commence à se voir sérieusement, un genre de tiers-monde radiophonique qui essaie de déguiser la misère en faisant passer ses contenus pour de la célébration (du monde, du social, du vivre ensemble etc.)...

244
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mer 03 Aoû 2016, 23:03

Dans le Télérama daté du 6 au 19 août 2016, Laurence Le Saux nous livre une bande-annonce de la semaine Frankenstein (08 août 2016) intitulée Frankenstein et le monde des créatures artificielles (devenue entre-temps dans la grille des programmes : Frankenstein ! Bienvenue dans le monde des créatures artificielles) avec un entretien de François Angelier, producteur de la série.

Quelques extraits :
Chapô : S'il se penche, à partir de mercredi, sur le Golem et Pygmalion, les automates et les robots, et enfin les cyborgs et les posthumains, il consacre deux épisodes à la terrifiante réalisation du Dr Frankenstein, faite de morceaux de cadavres humains.

François Angelier : Je suis fasciné par la créature, son côté prométhéen, ce défi faustien lancé à la figure de Dieu. Frankenstein est l'un des mythes essentiels, avec celui des vampires. Je l'aid écouvert comme beaucoup d'autres au cinéma, à l'âge de 7 ou 8 ans : je me souviens de ma terreur face à Boris Karloff [dans le film de James Whale sorti en 1931, ndlr], avançant lentement en tendant ses énormes mains dans un geste de prédation...

Le Saux : Quelle forme avez-vous choisie pour traiter de ce sujet ?
Angelier : Des tables rondes - avec un philosophe, un scientifique, un spécialiste de cinéma ou de littérature hardcore, et un écrivain -, qui permettent des échanges variés, ponctués de lectures, de musiques, d'extraits de films ou d'interviews. Pour éviter une érudition trop fastidieuse, je n'ai pas circonscrit le thème à Frankenstein : j'ai voulu montrer qu'il s'inscrivait pleinement dans une tradition mythologique, littéraire et cinématographique.

245
Répondre en citant  
Écouter les sons « pour ce qu'ils sont » - le Mar 09 Aoû 2016, 11:12

Séquence Om maṇi padme hūm. Ayons en effet grande compassion pour Christophe André qui nous invite à la méditation de pleine conscience, car il nous rappelle de saines attitudes, surtout à nous autres auditeurs... Ainsi la séquence Écouter la rumeur du monde contient-elle ce passage que les auditeurs des Ateliers de Création Radiophonique apprécieront : [son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/15892-03.08.2016-ITEMA_21043993-0.mp3" debut="01:51" fin="03:05"]
On note l'exemple dans l'air de la sensibilité ambiante (dont André ne se déprend pas) de "l'ambulance/accident". Ce ne pouvaient être rire d'enfant, sonnette de vélo ou... portière de voiture.

À ce propos je recommande très chaudement un numéro de Surpris par la nuit du 3 février 2006 : Petite étude de caractère acoustique d’une portière*

* Arracher les bruits à leur réalisme  et leur donner une structure musicale dans le dessein de composer une symphonie de bruits
Il y a des objets dont la fonction est essentiellement sonore et d'autres dont le son, le bruit est un manifeste de son caractère. Claquer la porte d'une voiture, l'écouter telle la caisse de résonance d'un quotidien, d'un imaginaire, d'une aventure, d'une technologie...et composer son portrait.
La portière est le porte-voix du véhicule. Un son, un bruit, une voix. Le lien entre son expression et sa réalité sonore. L'industrie automobile a été la " pionnière " dans le domaine du design sonore. Et si aujourd'hui ils font appel à de véritables " luthiers " de la portière c'est pour redonner aux voitures bon marché quelque chose des graves et de la " chair " des modèles luxueux. Le typage sonore des véhicules et des portes en particulier compte beaucoup dans l'habillage de la personnalité de l'automobile et les designers utilisent même des méthodes issues de la psycho acoustique et de l'analyse sensorielle. Le timbre d'une porte participera à la représentation mentale du véhicule comme étant par exemple une voiture puissante, sportive ou luxueuse. On se souvient des Lumières de la ville où la jeune aveugle prenait Chaplin pour un milliardaire à cause du bruit d'une portière. Partir d'un bruit, d'un clac et arriver à une bande-son, une bande musicale.


NB. Le nouveau fil consacré au Silence à la radio se trouve ici.

246
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Dim 14 Aoû 2016, 01:27

Philaunet(http://www.regardfc.com/t770p20-grille-et-emissions-de-l-ete-2016#26502) a écrit:[...] je recommande très chaudement un numéro de Surpris par la nuit du 3 février 2006 : Petite étude de caractère acoustique d’une portière*[...]

Hello mister Phil' (et les autres)

Ayant quelque peu perdu mes repères de ce forum en un mois de vacances passé à traquer le boustrophédon au Kamtchatka oriental, je ne sais pas bien ou déposer ma remarque : ma remarque c'est une immmmMMMMMMense surprise : les archives de "Surpris par la nuit" sont de retour sur le site de FC ?? Ou bien elles ne s'en étaient jamais absentées ? A la page en référence, on nous dit que "ce son n'est pas disponible", probablement ça risquerait d'être trop ésotérique de dire que l'émission n'est pas (pas encore ,) proposée en écoute à la demande. Mais peut-être que ça viendra ? Et  peut-être aussi "Du jour au lendemain" ??? Chic alors!!!

Anattendant, l'émission est aneffet mémorable, j'en ai une copie encassettée mais avant de me farcir la numérisation pour mettre ici "ce son" à disposition, je vais aller trainer mes guêtres du côté dANPR où il est fort possible que l'émission dorme dans les archives comme une jaguar type e attendant son prince charmant.

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

247
Répondre en citant  
''Les passeurs de science'' passés sous silence - le Ven 28 Oct 2016, 17:55

Dans la grille de France Culture pour l'été 2016, une série n'a pas - corrigez-moi si je me trompe - rencontré d'écho dans ces lieux. Il s'agit des Passeurs de sciences: les grandes expéditions scientifiques. Série produite par Arnaud Contreras, oui, le Contreras qui est resté debout la nuit pour mieux s'asseoir Sur les docks - en sifflotant... Habitué des documentaires musicaux consacrés à l'Afrique, et auteur, en 2011, d'un numéro intéressant de Tout un monde, sur les derniers païens du Caucase, A. Contreras nous propose d'assez honnêtes promenades scientifiques. En regard - surtout - de la grille estivale maussade.

Je recommande particulièrement le numéro portant sur Marcel Griaule et la mission Dakar-Djibouti, dont  l'anthropologue Éric Jolly était l'invité. Chargé de recherche au CNRS et auteur du livre « Cahier Dakar-Djibouti », E. Jolly oppose à sa parole hésitante un esprit clair et synthétique. Les questions du producteur (dont on apprécie la sobriété) lui offrent la possibilité d'exposer les différentes problématiques que cristallisait cette mission, ainsi que ses enjeux scientifiques, esthétiques et politiques.  Les extraits sonores fournis par l'INA agrémentent l'exposé: de la parole de Michel Leiris, secrétaire-archiviste de la mission (pour un engagement de l'ethnologie) aux propos de Griaule lui-même, en passant par la captation d'un chant du pays Dogon. Il se trouve même quelque chose d'émouvant dans  le bruit du cylindre qui capte ce chant.

[son mp3="http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/14312-07.08.2016-ITEMA_21046308-0.mp3" debut="01:05" fin="01:56"]

Bémol: les extraits musicaux ne sont identifiés précisément ni dans les paroles du producteur, ni sur le site de l'émission. Et ce n'est que sur la foi d'un article paru sur Télérama.fr que j'attribue le chant ci-dessus au pays Dogon...On aurait aimé, de manière générale,  entendre des propos plus développés et plus précis sur le rôle de l'ethnomusicologue André Schaeffner ainsi que sur l'importance du fonds collecté au cours de cette mission. Mais on se rattrapera en lisant par ici un article de la revue L'Homme intitulé: De l’ethnographie à l’ethnomusicologie - Les notes de terrain d’André Schaeffner au début des années 1930.


André Schaeffner notant la musique d'un tambourinaire Dogon. Mission Dakar-Djibouti au Mali Sanga (1931)
Source: Ircam

Dans le prolongement de cette émission, on peut écouter un numéro de  Connaissance de l'homme de 1950 et rediffusé dans les Nuits de France Culture, ainsi que cet épisode de La Marche de l'histoire.

248
Répondre en citant  
Camille Juza en visite à la chapelle de Ronchamp (Le Corbusier) - le Lun 14 Nov 2016, 07:40

En voici un très bon,  un de ces "trésors enfouis dans le programme d 'été" ou en tout les cas qui mérite une attention particulière : La chapelle de Ronchamp par Le Corbusier* (numéro du 14 août 2016) dans la série Le Génie des lieux de Camille Juza dont on a dit le bien qu'on pensait d'elle en octobre ici.

En effet, j'avais apprécié les numéros de cette série très bien réalisée (beaux effets sonores de stéréo au casque) consacrée à l'architecture. Numéros évoqués dans la rubrique "Au fil del'écoute" :   Le Centre Pompidou, machin-machine ;  ''Orly : la modernité obsolète'' ;  la Grande Motte.

La page de l'émission est bien écrite et offre quelques photos (et même une vidéo d'une minute où des fidèles coréens prient à voix haute).

WANTED : Camille Juza pour d'autres émissions sur l'architecture !

Intervenants :
   Danièle Pauly : historienne de l'art
   Noël Roncet : prêtre, vice-président de l'Association pour l'Œuvre de Notre-Dame du Haut
   Jean-Jacques Virot : architecte
   Julien Donada : cinéaste et photographe.


* Quand il livre la chapelle de Ronchamp en 1955, Le Corbusier prend tout le monde de court. Le maître de l'angle droit livre un objet architectural religieux au plan asymétrique, fait de courbes et d'envolées, loin de toute sa doxa. Un choc esthétique, aujourd'hui Patrimoine mondial de l'humanité. (...) Le programme, il le résume ainsi : "dedans : tête-à-tête avec soi-même. Dehors : 10 000 pèlerins devant l'autel". Une petite chapelle donc, mais ouverte sur ce paysage grandiose et qu'il veut, dit-il, comme une riposte acoustique.


249
Répondre en citant  
Camille Juza, ''Le Génie des lieux'', été 2017 - le Mar 18 Juil 2017, 11:29

Le retour estival de Camille Juza, voir post précédent Camille Juza en visite à la chapelle de Ronchamp (Le Corbusier).

Nous sommes gâtés avec un véritable grand écart entre Versailles ou l'art d'éblouir, de la Noblesse aux touristes et La Maison du Parti communiste français, le béton et la courbe.

Pages de l'émission toujours soignées et choix judicieux de photos et vidéos en complément. Oasis de radio culturelle.

250
Répondre en citant  
''Portrait de Madame de Staël'' par Michel Winock - le Sam 22 Juil 2017, 11:20

On se demande qui a eu l'idée d'intituler une série d'été "Avoir raison avec". Passons.

Le premier numéro sur cinq de la série Madame de Staël est remarquable. Forcément, c'est Michel Winock qui en est le producteur. Michel Winock dont le parcours en aurait fait (il est né en 1937) un directeur de France Culture idéal. Un de ses titres de gloire est d'avoir créé la revue mensuelle de référence L'Histoire en mai 1978 (revue qui, comme France Culture, a bien changé depuis ses débuts).

Portrait de Madame de Staël du 17 07 2017 est un condensé de la vie intellectuelle de la "romancière, essayiste, actrice et philosophe de la politique" et de son cercle.

On sait Michel Winock attaché à un républicanisme tempéré, il ne pouvait qu'admirer cette figure* dont il ne gomme cependant pas les ombres. En dehors d'attaques inutiles sur les premières syllabes, son monologue est un beau moment de radio qui change des interminables discussions et débats que nous sert France Culture durant l'année. Ce format n'est pas sans rappeler les séries "The Essay" de BBC 3** ou "Essay" de SWR 2***.

Autres numéros de la série à explorer dans Madame de Staël.

* Fille des Lumières et inlassable militante de la liberté, elle fut l’adversaire résolue de la Terreur et du bonapartisme, en aspirant à une République de l’équilibre et de la raison.

** Leading writers on arts, history, philosophy, science, religion and beyond, themed across a week - insight, opinion and intellectual surprise

***SWR2 Essay bietet reflektierende Texte mit literarischem Anspruch aus allen Gebieten des geistigen und kulturellen Lebens

251
Répondre en citant  
''Madame de Staël et le libéralisme'' - le Lun 24 Juil 2017, 09:24

Voici un dialogue dense et formellement réussi comme on en n'entend plus que très rarement à l'antenne : Michel Winock s'entretenant avec Laurent Theis dans le 2e numéro de la série de 5 X 30' sur Germaine de Staël diffusé le 18 juillet, Madame de Staël et le libéralisme.

La page de l'émission est plus que sobre. Pour compenser, un petit extrait qui ne devrait pas plaire à tout le monde, que ce soit à France Culture ou sur ce forum... : [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17397-18.07.2017-ITEMA_21388689-3.mp3" debut="23:35" fin="27:14"] (23'35'' à 27'14'').


Ajout à ce post originellement du 23 07 : voici comment Hélène Combis-Schlumberger tente d'attirer le chaland sur les cinq émissions "Madame de Staël" (du 18.07.2017, et actuellement sur le portail) : "Elle se prenait le bec avec Napoléon et achetait son mari : Madame de Staël en six histoires [L'antisèche] Saviez-vous qu'elle avait acheté son mari, fait rayonner la littérature allemande en France, s'était entichée de Benjamin Constant ?..."

Ça se veut sans doute très drôle. Mais l'âge moyen ou la culture moyenne auxquels  s'adressent ces slogans commerciaux, quels sont-ils ? Honteux pour cette station et moyen de dézinguer l'entretien de qualité que mène Michel Winock  (dézinguer : abattre un dialogue d'altitude pour le faire s'écraser au sol). Fort dommage aussi, car la suite n'est pas totalement inintéressante, quoique caricaturale, sinon fausse, au regard de ce que l'on entend en 2017, notamment dans la bouche de Laurent Theis. Deux archives audio sont proposées ((966, 1983) et un récent numéro de La Compagnie des auteurs d'avril 2017.

Elle se prenait le bec avec Napoléon et achetait son mari. Noter l'emploi complètement idiot de l'imparfait ici (toujours pour arrêter l'attention prétendument fatiguée) Je suggère nouvelle syntaxe dite "Stop-Attention" :  "avec Napoléon elle le bec se prenait et son mari achetait"...). Allez ensuite faire comprendre les règles d'emploi des temps en français à des étrangers apprenant notre langue, quand ils auront lu ce charabia.

Les programmes d'été sur France Culture     Page 25 sur 26

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum