Annonce : Un défaut a eu lieu récemment sur le système de vérification des messages, empêchant les utilisateurs non-inscrits de contribuer. Ce défaut est maintenant corrigé, il n'est plus nécessaire d'être inscrit pour participer.

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 17 ... 31  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Les programmes d'été sur France Culture    Page 4 sur 31

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Les programmes d'été sur France Culture - le Jeu 27 Aoû 2009, 08:15

Rappel du premier message :

Les perles et les navets de l'été 2009

La grille d'été bientôt connaître sa fin, celle de la rentrée vient de paraître, on peut donc déposer un premier bilan de l'été qui s'achève.

D'habitude, l'été, on a droit a un redressement du culturel, et a un traitement en longueur qu'on aimerait voir pratiquer l'année. Cette fois, ça a été particulièrement léger.

Première émission qui, chose baroque, fait partie des deux catégories - perle et navet - à la fois, les matins d'été :

* Les invités de première partie parlent de sujets variés et intéressants, ils semblent eux-même particulièrement calés.

* Florian Delorme mène un rythme dans ses entretiens très profitable à la discussion, il ne s'excite pas, et n'hésite pas à laisser son interlocuteurs développer son propos. Ses questions rentre assez vite dans le dur et l'interessant des sujets, il évite de se complaire à leur superficie, comme on l'a trop souvent entendu chez Ali Baddou.

Malheureusement :

* Les chroniques sont horribles :face: ! Les téléchroniques de Mauriac, avec les 40 génériques musicaux mixés qui les commencent, les découpent et les terminent sont insupportables. La voix de l'animatrice, le ton des musiquette, rappellent à peu près "les enfants de la télé", pire du pire!

La chronique d'actualité culturelle est aussi difficile à avaler : Raphaëllle Le Pen a une lecture de collégienne, elle a parfois l'air de manier des mots trop gros pour elle.

Un objet singulièrement baroque, ces matins. Je crains que ceux à venir ne présentent qu'une seule face en revanche... On verra.


:face:  :face:
* * *

31
Répondre en citant  
Florian Delorme, ce matin - le Mar 27 Juil 2010, 12:47

Eprouvé les m^emes sentiments que vous, Cancoillotte sur Florian Delorme qui est fin , calme, n'éprouve pas le besoin de montrer sans arrêt qu'il comprend tout; Et cela donne envie d'aller lire l'Astrée.
Le jeu des questions était moins stupide hier, mais que peut-on espérer de rigolo avec Ali Baddou?

32
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mar 27 Juil 2010, 17:54

Bonjour Basil,

Concernant les séries rediffusées dans "Parole à l'oeuvre", je crois que décontextualiser les choses est une erreur : ces séries d'été de Marion Thiba n'ont peut-être pas été produites à une époque où la chaine ressassait sans fin les modalités de la misère du monde, dont elle a fait son thème préférentiel depuis septembre 1999. Aujourd'hui, elles n'apportent pas un contrepoint à un programme culturel : elles enfoncent un clou qui en 10 ans a été martelé jusqu'à la surdité complète. D'ailleurs la journée de cette grille d'été (qui est une des pires qu'on avait eu depuis bien longtemps) ne se fait pas faute d'en rajouter avec exactement le même principe de "donner la parole à qui ne l'a pas" : avec "Sur le banc" et "Pieds sur terre", oui on comprend qu'ils ne l'aient pas eue jusqu'ici la parole et vu que l'objectif est d'enfiler des banalités, on regrette que ça ait changé. Mais la sacro-sainte misère étant ce qu'elle est, c'est à dire le spectacle exploité par des bourges en quête de bonne conscience, on en arrive à cette saturation.

Signalons tout de même que le site de FC qui n'est plus à une erreur près ni à une inexactitude, crédite la productrice mais rien n'indique qu'elle soit pour quelque chose dans ces rééditions, ni même qu'elle en ait été avisée. Quand on sait la façon dont la chaîne traite ses producteurs intermittents, du passé ou du présent, on en doute fortement. Ce sont donc 2 heures d'archives organisées par Philippe Garbit qui, comme l'an dernier, occupe le début d'après-midi en exhumant les bons morceaux hors du fonds d'archives de la station. En l'occurrence des séries d'été qui ne seront peut-être pas toutes sur des thèmes aussi lourdement usés que ceux de cette semaine. Ajoutons que le vendredi elles devraient laisser place à des "Profils perdus", qui fut une bonne série instructive des années Borzeix.

Dernière remarque : sur l'anti-site de FC l'émission n'est pas mise en dispo à son ordre alphabétique, mais à la lettre "L", car les planteurs de l'ergonomie et les incapables du classement semblent avoir fait un retour en force au moment de saisir la grille d'été.

Je conclus ici ce post qui n'a rien de cynique, pas plus que mes précédents. A mon sens le cynisme est du côté des "communiquants" de France culture. Quant à moi j'en ai voulu la rédaction acide et déplaisante, non pour celui ou ceux à qui il s'adresse, mais pour ceux que je mets en cause, ceux dont le service offert est de plus en plus insipide, ceux dont le travail est de plus en plus minable, désolé vraiment mais là je ne vois aucun autre mot...

A part ça j'apprécie grandement la Grande traversée du matin, au moins pour cette semaine. Faite par un producteur qui n'est pas là pour se faire mousser, et qui fait du bon travail. Bref le contraire de tant d'autres.

33
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mer 28 Juil 2010, 08:57

Bonjour Yann Sancatorze, Nessie

Yann Sancatorze, j’avais noté qu’il y avait un ou deux temps des cerises de trop. Vous dites que l’émission est nostalgique. Elle l’est certainement par le choix musical et aussi dans le constat des ouvriers que certains métiers ne sont plus… Les musiques choisies sont certainement le défaut principal du reportage. Peut être auraient ils pu varier un peu et prendre des chansons satiriques sur la société, pour retrouver le sourire… ou inversement agacer d’avantage. Dans ce cas, qu’en auriez vous conclu ?

J’ai personnellement beaucoup de mal à savoir quoi conclure avec le ton d’une émission. Je ne vois pas où cela nous mène de ne pas être d’accord avec le sentiment que dégage une émission.
De mon coté, je m’efforce justement de ne rien conclure, dans la mesure où le ton lui même ne fait pas partie du sujet traité. Je fais de même avec les messages de ce forum.

Nessie, je ne suis pas trop choqué d’une tendance à la sinistrose dans les programmes. Et comme vous dites, je suis peut être le résultât d’un martèlement jusqu'à la surdité complète, (cf. aux paragraphes ci-dessus). Cependant, je vous assure que France Culture n’est en rien responsable du martèlement que j’ai pu subir. Je pourrais même dire que c’est presque un soulagement que d’entendre quelques vagues échos de ce martèlement dans ce que peut diffuser France Culture.

D’un autre coté, je ne dis pas que vos critiques sur la grille des programmes ne sont pas pertinentes. Je reconnais volontiers que je manque de recul sur la grille historique (et même actuelle) de France Culture.

34
Répondre en citant  
La matinale de Florian Delorme - le Mer 28 Juil 2010, 09:04

La formule des matins avec deux invités me semble appréciable : en première heure un invité culturel, puis de 8 à 9 après la propagande du journal qui charge le politique à mort en surexploitant (et bien sûr avec absolution complète) les délires du monde médiatique, un second invité et un second sujet : actu politique. Cette séparation des genres, finalement, nous donne 2 fois 1h de magazine, où des demandes distinctes peuvent être servies. J'imagine que pour le producteur, le travail de préparation est multiplié par deux. La première partie est donc culturelle. Hier l'Astrée, aujourd'hui le cuisiner Roellinger. Les deux sont rafraichissants, même si Roellinger signale que quelque chose ne tourne pas rond dans le monde de la cuisine, mais bizarrement, ce qu'il accuse explicitement ce matin n'est pas exactement ce dont on se plaignait dans un récent Carnet Nomade en mai dernier. Enfin c'est fait sans hargne, et de toutes façons il a beaucoup d'autres choses à dire.

Ce matin, le questionnaire déplacé de 7h25 a été proposé à Jean-Noël Jeanneney. Passons sur la présentation ludique : on se souvient que dans un exercice assez proche, un Bertrand Jérôme faisait merveille avec un peu de recul et un rien de sobriété qui manquent à la débutante excitée. Mais c'est l'été, n'est-ce pas, donc un espace de débuts pour les débutants désireux de débuter. En tous cas, les questions ont permis à Jeanneney de faire preuve de son humour teinté british.

De cette matinale, ce qui m'aura fait décrocher en plein vol c'est pas tant le sujet de la 2eme heure, sujet d'actu qui mérite intérêt. C'est plutôt la double salve de propagande, d'abord assénée une demi-heure après Jeanneney par sa collègue Merryl Moneghetti, et ensuite dans la revue de presse archi-orientée de Glover. Les manipulateurs de l'info, non merci : j'ai pas besoin des propagandistes de la chaine pour me faire mon idée. Un jour peut-être ces lourdauds de la manipe comprendront qu'en biaisant à mort, ils ne font pas tant que ça passer leur message auprès des auditeurs circonspects, et finalement elle passe encore moins, l'info qu'ils feignent de servir.

35
Répondre en citant  
Basil a écrit - le Mer 28 Juil 2010, 09:15

Basil a écrit: [...] J’ai personnellement beaucoup de mal à savoir quoi conclure avec le ton d’une émission. Je ne vois pas où cela nous mène de ne pas être d’accord avec le sentiment que dégage une émission. De mon coté, je m’efforce justement de ne rien conclure, dans la mesure où le ton lui même ne fait pas partie du sujet traité. Je fais de même avec les messages de ce forum.
Je comprends, enfin il me semble que je comprends. Et si je suis d'accord pour distinguer entre le ton et le contenu, ça ne m'emmène pas du tout à liquider la question du premier. Mais je vois bien que c'est là, en grande partie sinon en totalité, une question de sensibilité.

Peut-être encore sous l'influence de Roellinger, j'essaierai de répondre par une analogie : si la radio est un art comme l'est la cuisine, alors le ton radiophonique et la mise en ondes jouent le même rôle que l'élaboration des plats et leur présentation. Réduire l'apport d'une émission radio à son contenu ? Eh bien... pourquoi pas en effet. C'est un point de vue respectable. Mais pour certaines oreilles d'amateurs radio, ça revient à oublier la cuisine et le goût, pour ne penser qu'à l'alimentation et aux apports nutritifs. Mais n'est-ce pas un utilitarisme un peu desséchant ?

Surtout qu'en radio, si message il y a, il ne faut pas oublier qu'il est présent dans la forme en plus de l'être dans le contenu. Donc, distinguer les deux : oui. Négliger l'un ou l'autre : libre à chacun de faire comme il veut. Méfiance tout de même, au retour du manipulé.

36
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mer 28 Juil 2010, 12:25

@Nessie a écrit:Mais n'est-ce pas un utilitarisme un peu desséchant ?
Je ne crois pas cela. Ne rien conclure ce n’est pas être insensible. Je dirais même que je fuis tout ce qui dessèche le vivant dans la pensée. Mais si une parole veut s’exprimer, je me ferme le plus possible au ton, surtout celui que peut rajouter le montage et la musique, pour me concentrer sur celui qui parle. Le ton ajoute du sens à la parole et non l’inverse. Ce n’est pas le ton de l’émission qui va guider mon écoute d’une émission et me distraire complètement de ce qui est réellement exprimé verbalement.

Un reportage ou un entretien (Racine du ciel, For intérieur ou aussi Les pieds sur terre) est une fenêtre sur le monde. Discuter du montage, c’est discuter du cadre de la fenêtre, alors qu’il devrait se faire oublier (ce n’est pas toujours le cas, vous serez d’accord). Mais une fenêtre donne rarement sur toutes les rues.

De même, une œuvre artistique est aussi une fenêtre sur le monde, même si elle n’est pas une parole, elle ouvre la sensibilité et invite à la parole. Cependant, le mélange du genre reportage et du genre œuvre artistique, sans dire que c’est de l’art, c’est de la manipulation. Comme dans toute tromperie, la distinction du vrai et du faux ne saute pas aux yeux. Est ce qu’on est dans la tromperie sur France Culture ? Je ne le pense pas.

37
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mer 28 Juil 2010, 15:39

Si vous n’avez pas écouté la diffusion de «La parole ouvrière » d’hier, qui était musicalement meilleure, je vous recommande d’écouter 10 minutes à partir de 1h24 (un sociologue Oliver Schwarz interrompu par une parole ouvrière).

38
Répondre en citant  
La bétise consiste à vouloir conclure - le Mer 28 Juil 2010, 16:25

Je vois que vous connaissez votre Flaubert.
Mais en l'occurrence il ne s'agit pas tant de conclure, que d'évaluer en temps réel ce que nous propose ou nous impose un media, lui-même soumis à évolution.

Je ne vois guère de rapport entre la nécessité ou l'erreur de conclure, et l'utilitarisme dont je parlais ; celui qui préconiserait de négliger la forme pour se focaliser sur le sens. J'essaierai de montrer, notes d'écoute à l'appui pour les 4h d'émission de 1991, pourquoi dans cette série de parole ouvrière, le ton et la mise en ondes produisent précisément le mélange dont vous parlez. A mon sens ignorer ce mélange, c'est se soumettre à l'effet de ce qui serait pure manipulation de l'auditeur, s'il n'y avait la responsabilité du producteur (en l'occurrence c'est une productrice) qui s'exprime et propose un point de vue orienté, de la même façon qu'un essayiste. Le reconnaitre, ce point de vue, n'est aucunement lui en dénier le droit, mais c'est aussi le moment de s'interroger sur ce que nous font les médias.

D'ailleurs, et pour ces mêmes raisons, c'est moins aux producteurs que j'en veux, et plutôt à l'orientation générale du programme. Et il est fort possible que de cette orientation, personne n'en porte la responsabilité.

39
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mer 28 Juil 2010, 17:39

Disons que pour moi l’utilité, c’est une propriété que les hommes attachent à un objet. En aucun cas, je n’utiliserais ce terme pour designer des relations humaines ou le sens d’une parole vraie.

Pour corriger légèrement ma phrase quand je parlais de manipulation, je précise que je ne doute pas que l’on puisse assimiler le montage d’un reportage à un art qui sait se faire oublier. Mais dans ce cas, une manipulation (toujours artistique) consisterait à effectuer un trucage, à couper abusivement ou à falsifier « la parole ouvrière » sans le dire. Le point de vue de la parole ouvrière doit forcement être orienté vers la parole ouvrière avec le minimum de déformation possible.

Cela étant dit, si vous faites ce démontage du cadre déformant, je vous lirais avec beaucoup d’attention. Ensuite, pour l’orientation du programme, je vous laisse aussi la parole et cela m’intéresse également.

40
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mer 28 Juil 2010, 20:59

Basil a écrit:[...] démontage du cadre déformant [...]
Alors je vais m'y attacher, cela nourrira l'échange mieux que je ne saurais le faire sur René Girard.

En attendant, voici quelques précisions : l'utilité évoquée plus haut et aussi l'utilitarisme, n'ont guère à voir avec les relations humaines ou avec la parole. Ce dont je parle c'est l'utilité documentaire, quand je dis que la dissocier de la forme, si c'est utile pour l'analyse et ici on ne s'en prive guère, ça ne peut être fait qu'à la condition de ne pas oublier le poids de la forme ni ses effets.

Enorme est la richesse documentaire de ce qu'a produit France Culture en 50 ans d'existence. Colossale est la richesse documentaire des interviews et des reportages, encore aujourd'hui. De fait, nos revendications viennent aussi de ce que l'accès aux archives soit impossible. Alors quand je parle de forme, je ne parle pas toujours ou pas seulement de celle qu'on donne à la parole mais de la forme radiophonique dans son ensemble. En dehors des spécialistes càd des professionnels (en partie journalistes, en partie des créatifs de la radio), et peut-être aussi des amateurs qui interviennent dans des forums et des blogs, l'objet radiophonique est mal connu. Il est pourtant digne d'étude en tant que langage, comme l'est le cinéma. Rattaché à la littérature, comme le théâtre pourquoi pas.

Notre dialogue vient aussi de ce que je m'étonne qu'on ne tienne pas compte de certain aspects du message. Parmi les objectifs de ce forum, nous avons placé (évidemment sans obligation pour quiconque) la discussion sur le message radio selon tous ses aspects : fond, forme etc. Ceci de façon comparable à ce que faisait il y a 12 ans Daniel Schneiderman avec "Arrêts sur image", mais en moins orienté politiquement car son émission après quelques années, a eu vite fait de dériver en tribunal idéologique et moral, où l'on cherchait la faute pour mettre les coupables sur le grill, sans toujours tenir compte des conditions, des raisons, ou des effets réels de la distorsion. Contrairement à Schneiderman, ceux qui critiquent ici France Culture ne sont là pour piéger personne : ils militent pour une conception de la qualité. Vous verrez que presque tout ce qu'écrivent les habitués de ce forum a trait à la qualité radio.

41
Répondre en citant  
Alain Veinstein ! - le Dim 01 Aoû 2010, 19:29


C'est toujours un plaisir d'écouter les émissions de Alain Veinstein, durant tout l'été il rediffuse son émission raison de plus, ce dimanche un enchantement avec le philosophe Marcel Conche !

Contenu sponsorisé 

42
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture -

Les programmes d'été sur France Culture     Page 4 sur 31

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 17 ... 31  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum