Annonce :

Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Regards sur France Culture » LES FORUMS » France Culture » Les programmes d'été sur France Culture

Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33  Suivant

Accueil / France Culture

Les programmes d'été sur France Culture    Page 32 sur 33

Bas de page ↓   

311
Répondre en citant  
Dix heures pour un boxeur ? Diantre ! - le Mer 18 Juil 2018, 12:40

On va encore faire sa mauvaise tête Smile Mais, quand même, fallait-il consacrer 10 heures d'antenne au champion du monde de boxe, catégorie poids lourds, Cassius Clay devenu Mohamed Ali ? Grande traversée : Mohamed Ali, combats.

Cette radio est parfois étrange (parfois !). Le monde de la violence et de l'argent* qui a fait la réputation d'un homme (1942-2016) devenu pour certains un symbole de la paix "qu’il dit avoir trouvé dans l’islam" (Le Monde du 04 06 2016), ce monde-là est mis en lumière comme un modèle durant dix heures d'antenne. N'était-il pas possible, disons, de partager ces dix heures en deux fois cinq heures avec une autre personnalité ? Il y en a tant qui mériteraient d'être connues ou rappelées à notre souvenir (et qui n'ont mis personne K.O.). Tout à fait au hasard citons le prêtre, jésuite, géologue, paléontologue et paléoanthropologue, Pierre Teilhard de Chardin.

On aurait pu aussi consacrer une partie de ces Grandes Traversées à un astronome, par exemple André Brahic, à une primatologue (je pense à Jane Goodall), à des vulcanologues (je pense à Maurice et Katia Krafft), à un ou une océanologue (pas Cousteau, c'est fait Smile), etc. Mais je vois bien ce qui gêne ou plutôt les cases qui ne sont pas cochées. Au fait, est-il aussi question des femmes dans ce documentaire boxologique ?

Donc, si 10 heures ne sont pas assez, par ici les bourre-pifs : Muhammad Ali vs George Foreman - Highlights (Rumble in the Jungle).

Et puis, pour décompresser, cette fameuse version de Graeme Allwright - Qui a tué Davy Moore? (Coucou, Mohamed Ali à 1'06'').

L'original : Bob Dylan - Who Killed Davey Moore.

L'année prochaine sur France Culture, ça va saigner, avec un ou une spécialiste des Mixed Martial Arts reconverti(e) en bouddhiste peut-être ?

*  c’est au Zaïre, à Kinshasa, grâce aux 10 millions de dollars du président Mobutu promis aux deux protagonistes, et grâce à l’entregent du promoteur Don King, que les deux hommes vont s’affronter. L’Afrique, un retour aux sources. Mohamed Ali, légende de la boxe, est mort (Le Monde)

Voir le profil de l'utilisateur

312
Répondre en citant  
Pourquoi pas? - le Mer 18 Juil 2018, 16:01

Consacrer 10 heures pourquoi pas ? Tout dėpend de la façon dont le sujet est traité (je soupçonne une énième récupération lassante à base d'idéologie maison). Je comprends évidemment une frustration (formats courts, pressés et superficiels le restant de l'année).

Je reste persuadé qu'on peut traiter du sport de manière intéressante et culturelle (j'avoue avoir commis un mémoire de licence plutôt consternant sur la question) mais je frémis d'horreur en imaginant une tentative de France Culture. Il suffirait d'un angle original, inattendu (historique, médical etc.) et de producteurs adultes et érudits... D'ici une génération sur France Culture peut-être.

Voir le profil de l'utilisateur

313
Répondre en citant  
L'aviron, le badminton, le golf, le plongeon ? Non, la boxe des lourds - le Mer 18 Juil 2018, 17:47

Merci Disalvo pour votre suivi, vous lire est un plaisir trop rare.
Disalvo(http://www.regardfc.com/t644p310-les-programmes-d-ete-sur-france-culture#30876) a écrit:Consacrer 10 heures pourquoi pas ? Tout dėpend de la façon dont le sujet est traité (je soupçonne une énième récupération lassante à base d'idéologie maison). Je comprends évidemment une frustration (formats courts, pressés et superficiels le restant de l'année).
Cinq fois une heure ou une heure quinze suffisent amplement à faire le tour d'un sujet. Faire dix heures sur un sujet (on a eu 15 h il y a plusieurs  années avec ces Grandes traversées, voir par exemple celle de François Mauriac), c’est tout simplement s'éviter de faire deux sujets culturels différents avec d'autres producteurs. Le nombre de chargés de documentaire décroît sans cesse, et parallèlement la féminisation de l'antenne s'accroît (ces dix heures sont dues à Judith Perrignon).

L'idéologie maison, faut-il la nommer ? Mohamed Ali est un "African-American" comme on dit aux États-Unis, il était musulman et un militant de la cause anti-raciste*. Aussi, cette série ne va certainement pas s'attacher au sport, ici la boxe professionnelle aux États-Unis avec toute la criminalité dont elle est entourée.
Je reste persuadé qu'on peut traiter du sport de manière intéressante et culturelle (j'avoue avoir commis un mémoire de licence plutôt consternant sur la question) mais je frémis d'horreur en imaginant une tentative de France Culture. Il suffirait d'un angle original, inattendu (historique, médical etc.) et de producteurs adultes et érudits... D'ici une génération sur France Culture peut-être.
Le sport a été rarement traité à France Culture, mais assez bien dans les Nouveaux Chemins de la Connaissance de Raphaël Enthoven en  2009 dans Philosophie du sport (tennis et rugby, intéressants, surf assez spécial...).

On peut aussi faire référence à l'aïkido qu'a traité Olivier Germain-Thomas.

Tout récemment, il était question prétendument de bicyclette chez Jeanneney (qui n'y connaît rien) et c'est le cyclisme comme sport qui a été évoqué. Évidemment, de manière très superficielle. Il se trouve que j'ai également une spécialisation dans le domaine du sport et que je ne vois jamais sur la chaîne le moindre commencement du traitement d'un sport. Non, l'évocation de l'activité physique, comme dans ce documentaire, aura pour but de labourer les habituelles causes militantes, dans un sens comme dans un autre (on se souvent de la polémique avec Finkielkraut sur la composition de l'équipe de France de football en 2005).

* Titre et sous-titre du numéro du 18/07/2018 : L’insoumis - La conversion et le changement de nom de Cassius Clay en Mohamed Ali sont vécus comme une provocation pour l’Amérique conservatrice blanche.

Voir le profil de l'utilisateur

314
Répondre en citant  
Le Comte de Monte-Cristo - le Jeu 19 Juil 2018, 09:51

L'événement radiophonique de l'été 2018 sur France Culture, c’est la diffusion des 40 épisodes du Comte de Monte-Cristo*.

Une production de 1980.

* Savourez, jour après jour, l'histoire terrible du Comte de Monte-Cristo, en suivant les 40 épisodes d’un Grand feuilleton, diffusé pour la première fois sur France Culture au tout début des années 80. Ce qui ne vous interdira pas de relire le roman, bien sûr. Mais à l’automne.

Vous pourriez certes profiter des vacances pour relire, en trois ou quatre jours, votre roman préféré, lequel serait Le Comte de Monte-Cristo. Mais ne risqueriez-vous pas de quitter ainsi trop vite Edmond Dantès, Mercédès, Danglars, Caderousse, Villefort, l’Abbé Faria et le Château d’If, la belle Haydée… ?

Prenez donc votre temps ainsi que Dantès - alias Numéro 34, Abbé Busoni, Lord Wilmore, Sindbad le Marin… bref le Comte de Monte-Cristo - le prit pour exercer sa vengeance !

D'Alexandre Dumas - Adaptation Serge Martel et Pierre Dupriez - Réalisation Jean-Jacques Vierne

Voir le profil de l'utilisateur

315
Répondre en citant  
''La cinémathèque de France Culture'' - le Mar 24 Juil 2018, 21:33

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t36p30-le-fil-ou-l-on-ne-dit-que-du-bien#30841) a écrit:Saluons le choix de la grille estivale de programmer chaque dimanche soir à 20h sous le titre : La cinémathèque de France Culture des numéros de la série de 1946-1947 : L'écran sans image. Le 08 juillet 2018 dernier, autour de Jean Cocteau, nous avons pu écouter des transpositions radiophoniques des films L'éternel retour (de Jean Delannoy, Cocteau au scenario) et La Belle et la Bête (Jean Cocteau). Pour ces deux émissions, il s'agissait de rediffusions.

Sur le site de France Culture, d'ores et déjà disponibles, sont écoutables également : Copie conforme (adapté du film de Jean Dréville), Gilda (adapté du film de Charles Vidor), L'ombre d'un doute (adapté du film d'Alfred Hitchcock) dans lequel jouent Michèle Morgan et Jean-Pierre Aumont, et enfin, Une partie de campagne (adapté du film de Jean Renoir). Tous ces films ont la particularité d'avoir été projetés l'année de leur version radio, en 1946, 1947. (...) De bonnes soirées d'écoutes en perspective.
Merci pour ces conseils ! Dernier numéro : Autour de Louis Jouvet

Un revenant (1946)

Un film d’Henri Jeanson et une mise en scène de Christian Jaque .
Musique d’Arthur Honegger. Une émission de Ned Rival, réalisée par Sady Petit. Avec Louis Jouvet, François Perrier, Gaby Borlay, Marguerite Moreno, Louis Seigner. Présentation des différentes scènes par Jacqueline Morane. L’histoire est inspirée par un vieux fait divers lyonnais
Il s’agit  d’une collaboration entre l’acteur  Louis Jouvet, le scénariste Henri Jeanson et  le cinéaste Christian Jacque. Au générique, aux côtés de Louis Jouvet figurent de grands noms : François Perrier, Gaby Morlay, Marguerite Moreno, Louis Seigner. (...)

Copie conforme 1947)

Film français de Jean Dréville, d’après un scénario de Jacques Companéez. Dialogues d’Henri Jeanson. Avec Louis Jouvet, Suzy Delair et Annette Poivre.
Le film fait une large place aux talents d’acteur de Jouvet, qui y déploie une grande virtuosité, interprétant pas moins de cinq personnages, puisqu’il joue le rôle d’un homme falsifiant à plusieurs reprises son identité. (...)


Une série d’émissions choisie par Julie Borgel, présentée par Anne de Biran, en collaboration avec Blandine Masson, Céline Geoffroy et Mary Simon
Restauration des émissions Jean-Marc Potterie
Réalisation Mydia Portis-Guérin à la technique Morgane Danan


[La parité dans la réalisation des émissions, ce n'est pas gagné, comme on le voit ci-dessus et tous les jours. En revanche pour ce qui est de faire la morale au monde entier en la matière, France Culture est championne.] 

Voir le profil de l'utilisateur

316
Répondre en citant  
L'écriture est un sport... Et l'écoute ? - le Dim 29 Juil 2018, 00:27

Dans cette série estivale intitulée L'écriture est un sport comme les autres produite par Nathalie Azoulai, diffusée chaque samedi de 12h à 12h30, l'auditeur entre en écoute comme en boîte de nuit, accueilli par un générique inutilement agressif, fait de cordes stridentes et d'un battement par minutes (BPM) soutenu. Cette musique, chantée par Britney Spears est intitulée Toxic et date de 2009. Laporte utilisait la même musique dans La dispute pour introduire une chronique, c'est peut-être toujours le cas d'ailleurs :
[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17397-28.07.2018-ITEMA_21754805-9.mp3" debut="00:00" fin="01:15"]

Nathalie Azoulai, qui a vraiment peur d'ennuyer l'auditeur, pire, de l'endormir, envoie des virgules musicales toutes les 3 minutes dans sa demi-heure d'émission hebdomadaire. Et du même tonneau que l'indicatif ci-dessus découpé dans l'émission avec l'écrivain Cécile Coulon (la course à pied, 28 juillet 2018) : à 3'25'' [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17397-28.07.2018-ITEMA_21754805-9.mp3" debut="03:23" fin="03:40"], 6'50''[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17397-28.07.2018-ITEMA_21754805-9.mp3" debut="06:48" fin="07:03"], 7'57'' [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17397-28.07.2018-ITEMA_21754805-9.mp3" debut="07:55" fin="08:16"], 19'24'' [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17397-28.07.2018-ITEMA_21754805-9.mp3" debut="19:20" fin="19:36"], et la conclusion (accrochez-vous) [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/17397-28.07.2018-ITEMA_21754805-9.mp3" debut="27:09" fin="29:30"]. Quelques unes d'entre elles se ressemblent et doivent faire partie d'un même segment musical (entre ces pastilles, des guitares sont en plus venues s'intercaler).

On aurait préféré que la didjette joue son set sur France Inter avec ce programme dont on peine à comprendre la place sur l'antenne culturelle (un sommet de vide ayant été atteint avec cette émission consacrée au tennis, 14 juillet 2018) . À la place, merci aux Nuits d'avoir rendu disponible en nouvelle diffusion cet entretien d'Alain Veinstein avec Chantal Akerman, daté du 19 mars 1999, dans Du jour au lendemain, pour son livre Une famille à Bruxelles.[son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/13915-22.07.2018-ITEMA_21741403-1.mp3" debut="24:07" fin="24:44"]



Dernière édition par Jean-Luuc le Dim 05 Aoû 2018, 09:27, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

317
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Dim 29 Juil 2018, 13:56

Philaunet(http://www.regardfc.com/t644p310-les-programmes-d-ete-sur-france-culture#30912) a écrit:
Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t36p30-le-fil-ou-l-on-ne-dit-que-du-bien#30841) a écrit:Saluons le choix de la grille estivale de programmer chaque dimanche soir à 20h sous le titre : La cinémathèque de France Culture des numéros de la série de 1946-1947 : L'écran sans image. (...) Tous ces films ont la particularité d'avoir été projetés l'année de leur version radio, en 1946, 1947. (...) De bonnes soirées d'écoutes en perspective.
Merci pour ces conseils ! Dernier numéro : Autour de Louis Jouvet Un revenant (1946) Un film d’Henri Jeanson et une mise en scène de Christian Jaque. (...)
Cette émission est malheureusement inaudible plus de quelques petites minutes (avec de la patience) tant le son est dégradé.

Voir le profil de l'utilisateur

318
Répondre en citant  
Nous préférons les cloches de Christophe André ! - le Dim 29 Juil 2018, 14:20

Sous le titre "L'écriture est un sport... Et l'écoute ?"
Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t644p310-les-programmes-d-ete-sur-france-culture#30935) a écrit:Dans cette série estivale intitulée L'écriture est un sport comme les autres produite par Nathalie Azoulai, diffusée chaque samedi de 12h à 12h30, l'auditeur entre en écoute comme en boîte de nuit, accueilli par un générique inutilement agressif, fait de cordes stridentes et d'un battement par minutes (BPM) soutenu. Cette musique, chantée par Britney Spears est intitulée Toxic et date de 2009. Laporte utilisait la même musique dans La dispute pour introduire une chronique, c'est peut-être toujours le cas d'ailleurs (...)

Nathalie Azoulai, qui a vraiment peur d'ennuyer l'auditeur, pire, de l'endormir, envoie des virgules musicales toutes les 3 minutes dans sa demi-heure d'émission hebdomadaire. Et du même tonneau que l'indicatif ci-dessus découpé dans l'émission avec l'écrivain Cécile Coulon (...)

On aurait préféré que la didjette joue son set sur France Inter avec ce programme dont on peine à comprendre la place sur l'antenne culturelle (un sommet de vide ayant été atteint avec cette émission consacrée au tennis, 14 juillet 2018) . À la place, merci aux Nuits d'avoir rendu disponible en nouvelle diffusion cet entretien d'Alain Veinstein avec Chantal Akerman, daté du 19 mars 1999, dans Du jour au lendemain, pour son livre Une famille à Bruxelles. (...)
Vous donnez dans le post plus haut (n° 316) des exemples (attention finkielkrautisme) "efffrrrroyables" d'une réalisation digne de radios commerciales. Dans ces dernières les sons envoyés introduisent une publicité. Faut-il voir une évolution de la station dite culturelle et penser qu'après chaque son les propos sur France Culture sont du même acabit que la réclame de RTL ?

Voir le profil de l'utilisateur

319
Répondre en citant  
Le polar américain - le Dim 29 Juil 2018, 21:22

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t36p30-le-fil-ou-l-on-ne-dit-que-du-bien#30841) a écrit:Saluons le choix de la grille estivale de programmer chaque dimanche soir à 20h sous le titre : La cinémathèque de France Culture des numéros de la série de 1946-1947 : L'écran sans image. Le 08 juillet 2018 dernier, autour de Jean Cocteau, nous avons pu écouter des transpositions radiophoniques des films L'éternel retour (de Jean Delannoy, Cocteau au scenario) et La Belle et la Bête (Jean Cocteau). Pour ces deux émissions, il s'agissait de rediffusions.

Sur le site de France Culture, d'ores et déjà disponibles, sont écoutables également : Copie conforme (adapté du film de Jean Dréville), Gilda (adapté du film de Charles Vidor), L'ombre d'un doute (adapté du film d'Alfred Hitchcock) dans lequel jouent Michèle Morgan et Jean-Pierre Aumont, et enfin, Une partie de campagne (adapté du film de Jean Renoir). Tous ces films ont la particularité d'avoir été projetés l'année de leur version radio, en 1946, 1947. (...) De bonnes soirées d'écoutes en perspective.
Oui, comme celle de ce dimanche soir Le polar américain « La cinémathèque de France culture, c’est un voyage dans le cinéma des années 40 avec la collection Ecran sans images. Les plus grands chefs d’œuvres du cinéma à partir des archives de l’INA Aujourd'hui "Gilda de Charles Vidor et L'ombre d'un doute (Shadow of a doubt) d'Alfred Hitchcock"

Le son dans la seconde séquence est parfois limite et pourtant "Restauration des émissions Jean-Marc Potterie", qui fait sans doute ce qu'il peut !

Il faut imaginer les conditions matérielles et psychologiques d'écoute de ces adaptations en 1945 et 1946 (dates de diffusion originale ?).

Voir le profil de l'utilisateur

320
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Mer 22 Aoû 2018, 23:16

La série Les Chasseurs de nazis (pourquoi un -C majuscule à Chasseurs ? mystère) ressemble à une grande traversée du point de vue du temps cumulé qu'elle prend sur l'antenne (8 heures) sans l'être dans le format, saucissonnée qu'elle est en 40 épisodes de 10 minutes (pour information, les podcasts sont d'ores et déjà tous disponibles sur Itunes alors que la série s'arrête à la fin de la semaine). Le mot épisodes employé par la chaîne ne doit rien au hasard. Il reflète la volonté d'inscrire ces émissions dans une logique sérielle proche du feuilleton, genre auquel ce travail de recherche est totalement étranger mais qui s'en rapproche par toutes les musiques distillées à l'arrière plan, qui tentent bêtement d'illustrer le sens des propos donnés à écouter. Certains cas relèvent de l'indécence. [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/19263-09.07.2018-ITEMA_21737919-0.mp3" debut="00:45" fin="01:41"] etc. Entendez-vous cette lancinante musique dronesque derrière la voix de Benjamin Ferencz qui lit la déclaration de l'accusation au procès de Nuremberg ? (1947)

Cet écueil signalé, il faut saluer le riche contenu fourni par Michel Pomarède parti dans plusieurs pays pour mener son enquête et réaliser des interviews. Quand en plus l'actualité rattrape l'entreprise conçue, on ne peut que remercier France Culture de nous permettre de mieux comprendre tout ce qui s'est joué dans l'expulsion des États-Unis vers l'allemagne de l'ancien gardien de camp nazi Jakiw Palij. (20 août 2018) Tout le contenu de l'article écrit par Coline Vazquez pour Le Figaro peut être détaillé ligne par ligne grâce au « chapitre » intitulé : Les américains font le ménage, diffusé du 12 au 16 août 2018, à l'intérieur de la série aux 40 numéros.

Extrait de l'article donné en lien : Jakiw Palij, aujourd'hui âgé de 95 ans, est un ancien gardien SS du camp Trawniki situé en Pologne. Il arrive aux États-Unis [en 1949], affirmant avoir été fermier pendant la Deuxième guerre mondiale. Huit ans plus tard, il obtient la nationalité américaine et s'installe à New-York. Mais en 1993, la police frappe à sa porte. Des enquêteurs ont remarqué son nom sur un tableau de service nazi et ont découvert que le new-yorkais était en réalité un assistant SS dans le camp de travail forcé de Trawniki. Ce dernier a fermé en 1943 après que l'ensemble des prisonniers du camp ont été massacrés, soit plus de 6.000 Juifs. Un ancien garde avec qui il a travaillé révèle qu'il «habite quelque part en Amérique». Les paragraphes suivants portent sur le retrait de la nationalité américaine, les tentatives d'abord infructueuses d'expulsion de Palij vers la Pologne et l'Allemagne, enfin sur la réouverture de son dossier par la justice allemande.

Dans le numéro du 14 août 2018, Elisabeth Holtsmann, sénatrice américaine, relate la découverte de 53 cas litigieux auprès des services de l'immigration américains en 1973. Entendez : de présumés criminels nazis. Devant l'inertie de l'administration américaine pour traduire ces personnes en justice, elle demande la création d'une unité distincte créée au sein du gouvernement américain, chargée de traquer les criminels de guerre nazis (...) . Ce sera l'Office of Special Investigations (OSI), qui verra le jour en 1979, en dépit des résistances exprimées par des représentants du ministère de la justice.

Il n'a pas été facile de porter ces cas devant les tribunaux parce qu'ils [les anciens SS] étaient devenus citoyens des États-Unis, dit Elisabeth Holtsmann. Alors il fallait d'abord leur retirer la nationalité américaine et pour cela passer devant trois instances judiciaires : le tribunal de première instance, la Cour d'appel et la Cour suprême des États-Unis. Et plus encore pour l'expulsion, soit un total de sept étapes.

Le 15 août 2018, Allan Ryan, ancien directeur de l'OSI, précise que beaucoup des gens qui étaient portés à notre attention n'étaient pas allemands. Parce qu'après la fin de la guerre, il était très difficile de venir aux États-Unis si vous étiez allemands ou autrichiens. Vous étiez vraiment passés au peigne fin. D'un autre côté, il était très facile et à dessein de venir aux États-Unis si vous étiez originaires de Lituanie, de Lettonie, d'Estonie, d'Ukraine, en fait des pays de l'Europe de l'Est principalement. (...) Beaucoup d'entre elles [ces personnes] étaient littéralement réfugiées, déplacées. Mais il y avait parmi eux un certain nombre qui n'étaient pas déplacés du tout. C'étaient des collaborateurs nazis qui fuyaient devant l'avancée des Russes qui venaient de l'Est. Et donc, ils ont menti sur leur histoire. Ils prétendaient être des fermiers alors que c'étaient d'anciens gardes du camp de concentration. Ils disaient que c'étaient des coupeurs de bois alors que c'étaient des auxiliaires de police.

En gras : précisément le cas de Jakiw Palij, arrêté le 20 août dernier. Allan Ryan ajoute : Plutôt que d'attendre que quelqu'un vienne nous voir et nous dire : mon voisin est un nazi ou j'ai vu quelqu'un dans le métro qui était nazi, nous sommes retournés aux documents originaux qui montraient qui étaient les collaborateurs sur les listes de Trawniki, de Treblinka ou d'Auschwitz. Trawniki, le camp dont Palij  était le gardien. Fort de ces deux exemples, nous pouvons supposer qu'Allan Ryan dont le témoignage nous est livré sur France Culture est en partie à l'origine de l'enquête menée sur le cas du criminel nazi expulsé cette semaine vers l'Allemagne.

P.S. : France Culture, par la voix d'Hélène Combis-Schlumberger vient d'écrire quelques lignes à ce sujet (qui ne font que reprendre l'article du Figaro).

Voir le profil de l'utilisateur

321
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture - le Jeu 23 Aoû 2018, 08:54

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t644p310-les-programmes-d-ete-sur-france-culture#31061) a écrit:La série Les Chasseurs de nazis (pourquoi un -C majuscule à Chasseurs ? mystère) ressemble à une grande traversée du point de vue du temps cumulé qu'elle prend sur l'antenne (8 heures) sans l'être dans le format, saucissonnée qu'elle est en 40 épisodes de 10 minutes (pour information, les podcasts sont d'ores et déjà tous disponibles sur Itunes alors que la série s'arrête à la fin de la semaine). Le mot épisodes employé par la chaîne ne doit rien au hasard. Il reflète la volonté d'inscrire ces émissions dans une logique sérielle proche du feuilleton, genre auquel ce travail de recherche est totalement étranger mais qui s'en rapproche par toutes les musiques distillées à l'arrière plan, qui tentent bêtement d'illustrer le sens des propos donnés à écouter. Certains cas relèvent de l'indécence. [son mp3="https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/19263-09.07.2018-ITEMA_21737919-0.mp3" debut="00:45" fin="01:41"] etc. Entendez-vous cette lancinante musique dronesque derrière la voix de Benjamin Ferencz qui lit la déclaration de l'accusation au procès de Nuremberg ? (1947) (...)
Merci pour l'ensemble de votre contribution et ses liens, c'est fort instructif.

Concernant le fond sonore, voir également le post consacré  à la Série Documentaire Les philosophes emprisonnés.

Cette nappe sonore n'est  pas étonnante, elle correspond au but du réalisateur qui n'est pas de faire un documentaire mais un polar historique ("Tous les ingrédients d’un polar historique : justice en trompe l’œil, vengeance secrète, coups tordus des services spéciaux… Tout est vrai ! ").

C'est à Michel  Pomarède que sont confiés les "documentaires" montés comme des drames radiophoniques. On avait eu un exemple de cette tendance glauque  copiée sur les docu-fictions (cf. M 6) avec le feuilleton fort critiqué s'appesantissant sur le cas Estelle Mouzins durant l'été 2017 (Estelle, disparue par Michel Pomarède, 8 "chapitres" de 5 "épisodes" de dix minutes). Les massacres et les meurtres, c'est super en été pendant deux mois, voir Les meurtres d'enfants le dimanche 30 juillet 2017.

Sur l'affaire de ce garçon ukrainien de 18-20 ans qui s'est retrouvé gardien de camp nazi en Pologne en 1943,  et l'homme de 95 ans qu'il est devenu, ayant vécu 75 ans aux États-Unis, envoyé le 21 août 2018 en Allemagne à Münster dans un centre de soins gériatriques, il y aurait beaucoup à dire. Mais cela ne concerne pas l'objet de ce forum.

PS. Le C majuscule de "Chasseurs" vient de la convention des titres à France Culture : le premier terme porte une majuscule, par exemple La Grande table ou Les Chemins de la philosophie.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé 


322
Répondre en citant  
Re: Les programmes d'été sur France Culture -

Les programmes d'été sur France Culture     Page 32 sur 33

Haut de page ↑   

Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33  Suivant

Accueil / France Culture

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum