Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Faut-il renoncer au documentaire culturel ?    Page 4 sur 4

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
Faut-il renoncer au documentaire culturel ? - le Jeu 28 Oct 2010, 14:24

Rappel du premier message :

Le sujet ici, c'est l'état du documentaire et la place qui lui est accordée dans le programme de France Culture. On aimerait que ce fil de discussion soit l'occasion d'échanger sans agressivité (malgré le souhait évident de certains dans ce sens) entre les tenants et les critiques de l'actuelle ligne du programme, et plus particulièrement de "Sur les docks" puisque l'émission est parfois mise en avant comme un porte-drapeau du genre.

D'une part certains se félicitent de la situation actuelle, et présentent la chaîne comme un refuge-sanctuaire pour une forme radiophonique qui participe de son histoire, et de son image d'excellence. Mais d'autre part, les critiques sont là et bien là : du côté des auditeurs, certains qui se montrent soucieux de voir subsister la vocation initiale de la France Culture, doutent fortement de la survie du documentaire culturel sur la fréquence.  

Mon point de vue, sinon mon jugement, est franchement du côté des seconds : il me semble que le documentaire culturel est maintenant quasi-absent du programme de France Culture. J'ai déjà eu l'occasion d'en dire quelques mots dans le fil consacré à la vocation de France Culture. Suite à un départ de discussion dans divers endroits du forum, je préfère reprendre le sujet ici. Hormis des apparitions bien épisodiques dans la Fabrique de l'histoire et dans certains des magazines pas trop focalisés sur l'actu (notamment la tranche 14h-16h) il n'y a guère plus qu'Une vie une oeuvre pour être fidèle au principe du documentaire culturel dans une case régulière du programme. Pour les discussions sur cette dernière, je renvoie au fil ouvert récemment par Lola, ainsi qu'au fil "Sur les docks". Cette émission dont la création nous avait semblé un excellent signe, la voila maintenant régulièrement mise en avant par certains des défenseurs de la ligne actuelle de FC. Emission dont le soin et la qualité pourraient être sujet de débat, encore qu'à ces deux titres je vois mal comment ne pas tenir compte du caractère fatalement inégal d'une telle série. Mais surtout, une émission dont le choix des sujets est révélateur de la mutation de France Culture dans ces 10 dernières années.

Aussi je suggère de consacrer le présent fil au documentaire radio en général, et en particulier à ce qu'il en reste sur France Culture : une sorte de baudruche survivante dans un Malpertuis-potemkine, comme les dieux de l'Olympe récupérés et enchaînés par le magicien Doucedame. Des fantômes ou quasi, non exempts de beauté si l'on songe à Alecto. Mais non exempts aussi d'une peste intérieure.

Et puis il y a un an, à-peu-près dans le même temps que se créait ce forum, est apparu ADDOR, association pour le développement du documentaire radiophonique. Que le bandeau des liens offert en haut de notre écran y renvoie le visiteur de ce forum, voila qui doit être lu comme le signe que nous partageons avec ses fondateurs et ses membres un intérêt pour le genre. Non sans divergences de fond, on peut le penser, mais aussi non sans une réelle inquiétude quant à son avenir. Dans cette association on retrouve certains des noms régulièrement présents au générique de Sur les docks. On comprend que, comme nombre des personnes oeuvrant à France Culture, ils puissent juger difficile de participer positivement à un forum où certains de leurs confrères se trouvent égratignés et parfois sans indulgence. Malgré cela on espère recevoir ici, de leur part ou en provenance d'autres personnes qualifiée et même sous la couverture du pseudonymat, des arguments et des idées à l'appui de l'un ou l'autre des opinions en présence. Et mieux : d'autres idées, un autre point de vue.

Welcome...
* * *

31
Répondre en citant  
Re: Faut-il renoncer au documentaire culturel ? - le Ven 01 Aoû 2014, 17:17

Bien que la réponse à la question du titre soit probablement affirmative à court terme, le documentaire culturel a encore de beaux restes.

En ce moment même, dans l'Heure du documentaire -le titre même sonne comme un faire part- rediffusion d'une des meilleures réussites de l'année passée  : le Moondog de Gael Gillon et Léa Cohen. Par chance c'est à eux et non à Mathieu Garrigou-Lagrange qu'a échu le sujet. Il n'y aura donc pas de Une vie une oeuvre, entendez qu'on ne saura rien de la vie sentimentale du musicien, ni de la marchande de journaux aveugle qui était amoureuse de lui sans jamais l'avoir vu, ni du voisin qui n'osa jamais lui demander de conseils pour son dosage de dynamite.

Ce documentaire se trouve en ce moment même en proposition d'écoute sur notre forum (j'ai mis le lien non de la réédition, mais de la diffusion originelle dans l'atelier de la création). Je conseille la lecture de la page sur le site de France Culture, y compris les commentaires des auditeurs.

32
Répondre en citant  
Libre cours - le Mer 06 Aoû 2014, 16:31

Tout en se préparant à dire adieu au documentaire culturel, on drague les fonds de grille et dans les cases parfois bien planquées d'une grille d'été par ailleurs peu lisible, on trouve des choses. Ainsi de la tranche 14h à 15h le week-end, qui aura été donnée pendant 3 semaines à des thématiques déclinées en 2 épisodes :
- Récit de l'Amérique latine, par Yves Saint-Geours
- Le français n'a pas dit son dernier mot, par Jean-Benoît Nadeau
- Robert Doisneau, par Clémentine Deroudille

Ces 6 émissions documentaires sont disponibles à cette page du site de FC.

Ce cycle de 3x2 n'aura duré qu'en juillet. Au mois d'août, la tranche accueille d'autres tentatives intéressantes, mais c'est quand même de la rediffusion : les entretiens de Tewfik Hakem qui avaient été la bonne surprise de cette année (on en avait dit quelques mots dans ce post). Originellement dispatchés en 5 épisodes quotidiens, ils sont raboutés pour donner des entretiens d'une heure et on en dira peut-être quelques mots dans le fil considéré.

33
Répondre en citant  
A la recherche des 8 minutes coupées - le Sam 03 Jan 2015, 15:12

On l'a dit dans cet autre post, le charcutage est un défaut endémique à France Culture et notamment à Sur les docks, qui retaille et ampute sans trop de scrupules un bonne douzaine de fois par an des documentaires pris dans le fonds d'archives.

Ainsi à l'occasion de Noël, on a pu entendre à environ 12 heures d'écart le même documentaire de 1997 dans deux versions différentes : en diffusion intégrale dans Les nuits de France culture, et en version réduite dans un créneau habituellement consacré à la misère sauciale, mais dont la production fauchée de chez fauché pour le coup se reconvertit à l'occasion dans le créneau "Récupe & retaille". Par coïncidence, par maladresse, par manque d'imagination ou bien mûes par le souvenir d'un documentaire réussi, les deux équipes de production avaient tiré le documentaire de Catherine Paoletti et Josette Colin dans la série des Lieux de mémoire : A la rencontre du Père Noël (25 décembre 1997)

- L'équipe des nuits l'a diffusé, précédée d'une mini-présentation effroyablement pompeuse qu'on vous évite dans cette pastille, volontairement limitée au seul documentaire en version complète (durée 60'50'') : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/12/s52/RF_D5717BD8-5249-45A9-BB39-04785F6D0A45_GENE.MP3" debut="01:00" fin="61:49"]

- Et la version réduite à 53'30'' après passage à la découpe de Sur les docks : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/A_LA_RENCONTRE_DU_PERE_NOEL.ITE_00071109_RSCE.MP3" debut="00:00" fin="53:30"]

Ces pastilles permettent de comparer les deux versions. Sur le procédé Josette Colin ne dira rien, car cette grande signature de la maison récompensée à l'occasion par un prix Paul Gilson a quitté définitivement les studios terrestres (mais non leur souvenir) en février 2005. Catherine Paoletti quant à elle, on ne sait pas ce qu'elle en pense. Elle a rejoint le club hélas nombreux des talents radiophoniques qui sont de trop dans une telle baraque.

34
Répondre en citant  
Pendant les conneries, les conneries continuent - le Lun 06 Avr 2015, 09:28

Dans le fil 'Une vie une oeuvre', Nessie a écrit:Comment expliquer que par sa facture le Une vie une oeuvre de cette semaine nous renvoie 20 ans en arrière, ou au moins 15 ans ? Est-ce parce qu'il est confié à une documentariste (Monette Berthommier) de retour dans les studios après 10 ans d'absence ? Est-ce que par hasard Martin Quénéhen aurait passé la main ?

Ni l'un ni l'autre. La raison en est que nous écoutons en ce moment un Une vie une oeuvre de la période Michel Cazenave : le document date du 29 février 2004. Il durait donc initialement 85 minutes. Pour le faire entrer au chausse-pied dans la case-croupion que lui laisse France Culture, il a fallu l'amputer d'un tiers. La page de l'émission sur le site de FC ne vous en dit rien. France Culture cache toutes ses saletés sous le tapis comme Voinchet range ses larcins sous le sapin.

Il semble que le Une vie une oeuvre prévu ce samedi 4 avril n'ait pas été diffusé. Pour être franc, il vaudrait mieux qu'il ne le soit jamais. Pourquoi ? Parce que la station y réédite le coup décrit au post ci-dessus mis en citation : il était prévu de passer le numéro du 11 juin 2006 (Velasquez - Signé Luc Ponette), charcuté de ses 87 minutes pour entrer dans le créneau de 58 minutes.

Mais comment est-ce possible ? La chaîne n'a donc pas de quoi produire des documentaires neufs ? Eh bien que voulez-vous, on préfère envoyer Marc Voinchet faire le pandour avec ses plumes vocales aux 4 coins de la planète pour y sortir ses petites blagues et y faire entendre son rire simulé. Il faut bien régler tout ça, vous êtes marrants.

Le coût de cette matinale ruineuse, c'est non seulement la piètre qualité de la tranche, mais l'assèchement des ressources documentaires. Alors pendant ces semaines de grève où le personnel entre deux revendications de salaires et de contrat de travail, sort le mouchoir bouh-houh-hou sur l'inestimable joyau patrimonial qu'est Radio France (entendez : un fromage, la maison n'a-t-elle pas été qualifiée de 'Palais Gruyère'), il serait temps de poser la question : toujours plus d'argent public oui, mais pour quoi faire ? De la propagande et du spectacle d'actu déguisés en info, ou bien des émissions conformes aux cahiers des charges ?

_________________
A l'intention de ceux qui prennent mon pseudonyme pour un bouclier : mon identité n'est ni affichée ni dissimulée.
Pour la trouver il suffit de suivre le fil de mon profil.

35
Répondre en citant  
Renoncer ? Non ! - le Mar 05 Mai 2015, 23:13

Non, donc, car on a parfois d'excellentes surprises qui révèlent un grand savoir-faire radiophonique. Ainsi d'un documentaire sur Goya qui narre les efforts d'un conservateur de musée pour organiser une exposition unique sur les portraits peints par l'artiste espagnol. Le narrateur est le conservateur himself et l'émission fait entendre de nombreuses personnes, peintres et spécialistes qui éclairent les tableaux qui seront (ou ne seront pas, au grand dam du conservateur) exposés dans l'exposition. L'émission est bien construite, avec une trame narrative stimulante,  jamais ennuyeuse, ce n'est pas un débat  qui ronronne.

Ce ne sont donc pas Les Regardeurs dans  Deux hommes qui luttent, de Francisco Goya ** mais une production de Cast iron Radio de 45 minutes, Doing Goya Justice: The Curator's Story, pour BBC 3, la chaîne radiophonique culturelle du service public britannique.

** Les Regardeurs - Chefs-d'oeuvre de l'art - le Lun 03 Fév 2014

36
Répondre en citant  
Non, si l'on écoute les archives de la chaîne - le Dim 14 Juin 2015, 13:16

Culturel ou cultuel ? La question se pose ici autant qu'elle se posait dans l'émission d'Alain Kruger signalée par F sur l'hostie dans On ne parle pas la bouche pleine.

En 1998 était diffusé un numéro de la série Lieux de mémoire : Cîteaux, les neuf premiers siècles.

Par sa forme et son contenu il tranche avec les actuels documentaires socio-politiques qui ont pris le créneau dévolu à la culture.

Pour « se décentrer », peut-être, voici un extrait de l'émission (tout n'est pas sur ce mode, notamment le propos de la principale intervenante, anglaise, chercheur ès moeurs cisterciennes) : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/03/s10/RF_AB910060-DF2A-4B24-A2EF-FB50A25EE95E_GENE.MP3" debut="50:40" fin="54:38"]
Ne faudrait-il pas envoyer l'animateur de la matinale de FC ou son directeur faire une petite retraite chez ce Frère ? Smile

Pour ce qui concerne  les intervenants et les détails de l'émission non disponibles sur la page, c'est ici (quel lecteur que Jean Bollery ! ) : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/03/s10/RF_AB910060-DF2A-4B24-A2EF-FB50A25EE95E_GENE.MP3" debut="59:10" fin="60:22"]

Philippe Barthelet en était le producteur. Voir ce nom dans la fenêtre "Recherche" au-dessus du nom du Forum.

37
Répondre en citant  
Arts disparus - le Dim 14 Juin 2015, 17:55

Merci pour ce conseil, je le télécharge.

Dans le même ordre d'idées des genres radiophoniques disparus (et pour poursuivre le "décentrage"), il y a l'art de la lecture.

Il y a quelques jours (quelques Nuits plutôt) a été rediffusée une lecture (en 1970 je crois) par Denise Gence de 4 nouvelles d'Alphonse Allais. Les lectures sont faites avec l'exacte mesure (le ton "du coin de votre âtre" disait Diderot) qui convient, tout à fait différent du ton théâtral. D. Gence parvient à trouver une couleur différente pour chaque nouvelle, du grand art, et j'ignore le nombre d'heures de préparation / répétitions qui étaient nécessaires.

Encore plus virtuose (assez éblouissant même dans la maîtrise des nuances discrètes de l'intonation) , à mon avis, rediffusée le 02/11/14, une lecture en 1983 par Dominique Lebrun d'une nouvelle de Vivant Denon ("Point de Lendemain").

Une très grande maîtrise, plus sobre évidemment que celle de Lucchini lisant La Fontaine. Il n'est pas possible de ne pas apprécier un texte lu ainsi.

J'écoutais la semaine dernière, sur l'auto-radio, Podalydès liant Tolstoï. Nous n'en sommes toujours qu'au premier tome, je crois... Sleep

38
Répondre en citant  
Re: Faut-il renoncer au documentaire culturel ? - le Dim 14 Juin 2015, 22:23

L'émission sur Cîteaux, présentée par un Philippe Barthelet au nez bouché, fortement désagréable, est relativement intéressante. Disons qu'elle présente les Cisterciens pour ceux qui ne connaissent pas du tout ces moines bénédictins, ce qui est déjà une très bonne chose. Personnellement, la chercheuse anglaise, qui ne sait pas prononcer les r à la française, gêne considérablement mon écoute.

Pollux, vous donnez quelques pistes très alléchantes, par exemple celle de "Point de lendemain". Savez-vous quelque chose d'une adaptation du "Sofa" de Crébillon ou des "Bijoux Indiscrets" de Diderot, deux romans libertins qui ont fait mon bonheur au temps de ma futile jeunesse ?

39
Répondre en citant  
Citeaux et les lectures - le Lun 15 Juin 2015, 09:09

@Philaunet a écrit:[justify]Culturel ou cultuel ? La question se pose ici autant qu'elle se posait dans l'émission d'Alain Kruger signalée par F sur l'hostie dans On ne parle pas la bouche pleine.

En 1998 était diffusé un numéro de la série Lieux de mémoire : Cîteaux, les neuf premiers siècles.

Par sa forme et son contenu il tranche avec les actuels documentaires socio-politiques qui ont pris le créneau dévolu à la culture.
Effectivement, une émission "culturante", surtout pour toutes les interventions historiques ou culturelles, de très bonne qualité. Les interventions plus cultuelles (surtout la dernière, interview d'un trappiste) étaient plus à la limite, mais cela passe encore.
J'ai bien noté la notion de "cacaphonie" exprimée par l'intervenante anglophone.
Il ne reste maintenant  plus que 99 spiritualités à explorer dans le vaste monde humain. Cela me rappelle l'idée qui avait circulé il y a quelques années, de mettre "France-Musique" au pluriel, ce qui correspondrait à la situation actuelle, compte-tenu de la présence des émissions que vous m'avez indiquées relatives aux musiques du Viet-Nam et de Chine.
Un pluriel à France_CultureS ne serait-il pas de bon aloi ? D'ailleurs, à l'instant, j'entends annoncer sur FC une série d'émissions consacrées à l'époque Edo au Japon, avec des chercheurs japonais. Tous les espoirs sont donc permis.

@L'aimable a écrit:
Pollux, vous donnez quelques pistes très alléchantes, par exemple celle de "Point de lendemain". Savez-vous quelque chose d'une adaptation du "Sofa" de Crébillon ou des "Bijoux Indiscrets" de Diderot, deux romans libertins qui ont fait mon bonheur au temps de ma futile jeunesse ?
Je n'ai pas connaissance de lectures de ces 2 textes. J'ignorais d'ailleurs l'œuvre de Crébillon que vous citez...

Faut-il renoncer au documentaire culturel ?     Page 4 sur 4

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum