Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

« Esprit de justice » (ex « Le Bien commun »)    Page 2 sur 2

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
« Esprit de justice » (ex « Le Bien commun ») - le Dim 06 Avr 2014, 13:06

Rappel du premier message :

L'émission d'Antoine Garapon, Le Bien commun est diffusée chaque semaine depuis 2005. Lui consacrer un fil en 2014 semble raisonnable, non ?

En près de dix ans, cette émission a connu plusieurs formules, a vu son format passer de 60 à 30 minutes et l'on a assisté à l'apparition et la disparition de la chronique.

Le magistrat Antoine Garapon commence à être un producteur historique de France Culture, à l'instar de Jean-Noël Jeanneney, et des plus anciens comme Alain Finkielkraut, Alain Veinstein et Jacques le Goff, récemment décédé. Il a exploré tous les domaines de la justice sous tous les angles avec des invités prestigieux. Qui l'écoute ? Ici à Regards sur France Culture ?

La déclaration d'intention de l'émission :  « Le droit est un art de formuler et d'arbitrer nos conflits. Ce n'est pas un ensemble figé de règles, il est un langage collectif et la justice est devenue l'enceinte dans laquelle une société toute entière se met en scène, se regarde et prétend se changer, bref, un lieu dans lequel s'élabore, non sans difficulté, la démocratie. Une démocratie dans laquelle le droit appartient à tous, c'est notre bien commun. Cette émission souhaite d'abord permettre de vaincre un préjugé - le plus souvent négatif - à l'égard du droit, afin que chacun puisse se l'approprier, et en même temps, trouver les arguments pour en discuter les solutions, en comprendre les controverses, sans tomber dans l'effervescence de la polémique.»

Antoine Garapon, en professionnel de la justice qu'il est  (il est secrétaire général de l'Institut des Hautes Etudes sur la Justice) maîtrise parfaitement son sujet. On le voit à sa manière de donner la parole à son invité et à sa capacité à relancer intelligemment le dialogue. Ainsi dans ce numéro intitulé La médiation familiale où Marc Juston, Président du Tribunal de grande instance de Tarascon explique le travail  qui a valu à son tribunal le Prix "Balance de cristal" 2012 décerné par le Conseil de l'Europe et la Commission européenne.

Pour une approche différente du droit, voir Law in Action, une émission dynamique, montée intelligemment qui change du format répété jusqu'à satiété à France Culture pour des raisons de paresse ou d'économie, on ne sait : le dialogue exclusif ou la table ronde avec 2 ou 3 invités durant 30 minutes ou une heure (voir Rebeihi, Ockrent, Adler, Jeanneney, Meyer, Veinstein, Broué, Laporte, Goumarre, Richeux, Dantzig, Trappenard, Loisy, Frydman, Deligeorges, et la liste n'est pas close).
* * *

11
Répondre en citant  
Pitcairn (chez les descendants du Bounty) - le Jeu 01 Mai 2014, 21:48

On n'ose imaginer une seconde Louis Assier-Andrieu, professeur à l'école de Droit de Sciences-Po, l'invité d'Antoine Garapon, être reçu (cuisiné) par Laure Adler ! Car voilà un specimen d'invité qui prend son temps, hésite et veut être exhaustif. On admire au passage la patience de Garapon qui ronge audiblement son frein (l'émission est par ailleurs perturbée par un problème de bruit dans le studio) !

Le sujet : L'Affaire Pitcairn. L'enjeu : les droits de l'homme  (Déclaration Universelle et Convention européenne) sont-ils universels quand il est question de l'âge du consentement sexuel ? Louis Assier-Andrieu a son avis sur la question à 3 minutes de la fin.

En attendant, voici comment il retrace un aspect de la révolte des matelots du Bounty. Avouez que face à lui Laure Adler aurait craqué...

[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/04/s15/RF_B80C07E6-05BB-442F-8D47-80EE934090EC_GENE.MP3" debut="02:52" fin="04:03"]

12
Répondre en citant  
Faire le djihad, faire le ménage, la vaisselle, etc. - le Lun 24 Nov 2014, 22:58

L'émission d'Antoine Garapon Esprit de justice intitulée Le juge prud'homal est-il vraiment impartial ? commence avec ce que le producteur appelle L'agenda qui est en fait une énième chronique de 4'50 lue à grande vitesse par Laure de Vulpian, commentatrice  habituelle dans les journaux de France Culture. Le ton de la journaliste rappelle, en moins déprimé, la nouvelle prosodie de Sonia Kronlund (intonation descendante en fin de phrase en accentuant les basses). Quant au vocabulaire, je note l'emploi répété de « faire le djihad »  comme si cette dernière expression était comprise par les auditeurs tout autant que « faire ses courses » ou « faire des confitures » et se trouvait au même niveau de normalité :  [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/11/s46/NET_FC_592487c2-9e52-4cc9-81ce-788d0d0d35fe.mp3" debut="01:38" fin="02:38"]

Cette manière de reprendre, en les normalisant, les termes de ceux dont on connaît les exactions produit un certain malaise, voire un malaise certain.

13
Répondre en citant  
Plaidoyer pour la CEDH - le Mar 09 Juin 2015, 09:12

Dans ce numéro très complet du 23.04.2015 , la réponse à la question La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) étouffe-t-elle la souveraineté des États ? est clairement non.

Rappel : la CEDH est un organe du Conseil de l'Europe (promotion et défense de l'État de droit) sis à Strasbourg et comprenant 47 États membres. La cour qui dépend de l'Union européenne (28 États membres) se trouve à Luxembourg et se nomme Cour de justice de l'Union européenne.

Cette émission très pédagogique prend le parti de montrer la CEDH  comme une institution non pas supérieure ou hostile aux systèmes juridiques nationaux, mais correctrice de défauts dans l'application des lois (je fais très bref).

Pour ce faire, Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d'Etat, se révèle à la fois très efficace magistral et  avocat de l'activité de la Cour, qu'on en juge :
[son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/04/s17/NET_FC_95af2ce3-ed79-40db-8bb0-4f58d6ffb4d6.mp3" debut="21:03" fin="24:40"]

La présence en duplex de Strasbourg de la juge élue au titre de l'Allemagne, Mme Angelika Nüssberger (pour ne pas donner 3 ou 4 prononciations à ce nom durant l'émission, A. Garapon aurait pu se renseigner avant...) apporte évidemment un éclairage essentiel. Notons au passage la qualité très honorable du français de la juge, surtout quand on pense qu'elle parle là, non sa première langue étrangère, mais sa deuxième, voire sa troisième (au lecteur : quelle a été votre dernière conversation au téléphone dans votre 2e ou 3e langue étrangère ? Smile).

Sur l'affaire Lambert et sur l'organisation en réseau : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2015/04/s17/NET_FC_95af2ce3-ed79-40db-8bb0-4f58d6ffb4d6.mp3" debut="31:50" fin="34:21"]

De bons reportages émaillent ce numéro notamment celui de  Sophie Bober auprès de Nicolas Hervieu, membre du Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux (CREDOF), spécialiste de la CEDH.

On aurait néanmoins aimé avoir un minimum de contradictoire dans cette émission, sinon de la part d'un invité critique, du moins d'Antoine Garapon faisant son travail de modérateur. Mais pour diverses raisons, ce n'était ni souhaité, ni possible.

Je compare souvent les façons respectives d'Antoine Garapon et de Joshua Rozenberg de présenter les questions. Ce dernier, très respecté, me semble plus équilibré dans ses positions et plus incisif avec ses invités. À confirmer ou infirmer avec la reprise de la saison de Law in action avec ce numéro intitulé Migrants and Maritime Law et qui contient quatre sujets dont un ayant trait à une requête devant la Cour européenne des droits de l'homme*.


* And government lawyers will soon be in Strasbourg to defend the United Kingdom against a claim that it failed to respect the most fundamental right of all - the right to life. The claim has been brought on behalf of Jean Charles de Menezes, who was shot dead by police officers at a London Underground station almost 10 years ago. Solicitor Harriet Wistrich, representing the Menezes family, explains their case.

« Esprit de justice » (ex « Le Bien commun »)     Page 2 sur 2

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum