Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

8 semaines de programme d'été en 2014    Page 1 sur 3

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
8 semaines de programme d'été en 2014 - le Lun 16 Juin 2014, 12:30

[nolettrine]Well, le programme d'été vient de tomber dans nos boîtes. Anattendant de le trouver dans le labyrinthe du site de FC, relayons ici ce document avant même de l'avoir ouvert :

Pour l'obtenir en téléchargement, clicker sur ce lien : mediafire.com view/?wcvpu6cq8ew8cwx (et pour le mode d'emploi, voir le post suivant )

En premier lieu, on constate que ce programme durera 8 semaines. Le crooner de supermarchés qui dirige la station d'une voix vaselinée n'y justifie guère ce choix sinon par son habituel graissage pour dire que ça sera mieux ainsi puisqu'il fait tout -enfin lui et "les équipes"- afin que ce soit "mieux pour l'auditeur". Pourquoi mieux ? Question qu'il vaut mieux ne pas se poser trop longuement. Après tout, a-t-on jamais vu un camelot argumenter en profondeur ? Réponse  : non. Puisque France Culture nous est désormais fabriqué par des professionnels du baratin creux et vendu par un camelot, il nous reste à croiser les doigts en espérant que sa camelote ne sera pas une daube.

De fait, rien ne le dit, ni ça ni le contraire.
Et malgré la signature d'Olivier Poivre d'Arvor qui entache ce programme, il pourrait contenir d'excellents moments.

De ces moments je veux dire les uns et les autres je veux dire le meilleur comme le pire on parlera dans ce fil. Et on en trouvera encore dans quelques autres fils de discussion :
- Des idées sous les platanes
- Les matins de France Culture : à partir de ce post
- Les conférences de Michel Onfray : de remarques sur le cycle 2014 à partir de ce post
- Du grain à moudre pour l'été : dans le sujet Grain à moudre, à partir de la page 3
- La chronique 'mythologiques' de Catherine Clément (une bonne surprise)

Si toutes les émissions (sauf quelques unes) restent disponibles à la réécoute pendant 1 000 jours, les liens qui permettent de les atteindre ont disparu des menus présentés sur le site de la chaîne. On trouvera l'intégralité de ces liens sur notre forum, à cette page

2
Répondre en citant  
Comment obtenir le document détaillé de la Grille d'été - le Lun 16 Juin 2014, 12:40

Voici un mode d'emploi pour obtenir le PdF de cette grille d'été, puisque FC n'est pas capable de l'afficher directement sous son onglet "Programmes". C'est que cet onglet, décrété de myopie temporelle depuis sa naissance, ne vous donne jamais à voir plus de quelques journées toujours assez peu et cela on ne sait pourquoi, sinon par cette raison essentielle : quoiqu'occupée à leur cirer les pompes, France Culture ne connait ni ne comprend les besoins de ses auditeurs.

0./ Clicker sur le lien mediafire.com view/?wcvpu6cq8ew8cwx
1./ Patienter 5 secondes sur l'écran intermédiaire.
       Tout en haut à droite, observez le compte à rebours puis
       une fois parvenu à Zéro, clicker sur :
2./ <<  Passer l'annonce >>
3./ Vous arrivez sur la page de Mediafire où j'ai déposé le Pdf
       Le document s'affiche en lecture
4./ Pour plus de confort, vous pouvez le télécharger en clickant sur Download
       (en haut de votre écran, à environ 1/3 du bord droit, entre "Share" et "Sign up"

3
Répondre en citant  
Pages de l'année - le Mar 01 Juil 2014, 17:04

Quel est votre pronostic sur l'accès aux pages des émissions de l'année et des archives durant ces huit semaines et après ? On a déjà connu une disparition complète des pages d'émission durant l'été empêchant de connaître le contenu des podcasts. Ces pages sont déjà tellement mal organisées, en 1,2,3, etc, au lieu d'une recherche par dates ou par un simple menu déroulant sur une page.

4
Répondre en citant  
Re: 8 semaines de programme d'été en 2014 - le Mar 01 Juil 2014, 17:39

Ah oui bonne idée. Cette année encore nous risquons l'effacement. Car le service public a autre chose à faire que de se préoccuper de la demande du public.

Les années précédentes, toutes les pages d'émission demeuraient accessibles à condition de disposer de la ligne de commande à placer dans le navigateur d'un coup de copié-collé. On peut parfois en trouver quelques unes sur sa propre bécane, dans la mémoire du navigateur. Certains trouvent ces URL par google mais je ne me souviens plus si l'accès était direct ou s'il fallait ruser pour accéder au cache.

Un service que notre forum pourra rendre, c'est de fournir pendant ces 2 mois la liste des liens donnant accès aux émissions de l'année écoulée. La collecte et la réalisation de la page/post prendra moins d'une demi-heure. Ensuite pour qu'elle demeure visible on peut la placer dans un de nos 4 sous-forums, punaisée pour rester en haut de sommaire.

5
Répondre en citant  
Re: 8 semaines de programme d'été en 2014 - le Mar 01 Juil 2014, 18:23

./...

En attendant, on constate que les futures émissions ont dores et déjà leur page disponible sur le site de FC. Dans le tableau d'ensemble qui est disponible en clickant sur ce lien on les remarque grâce à un petit fanion mis en médaillon sur la gauche de l'image d'illustration. Et bien sûr pour chacune on trouve l'accès en clickant.


Par exemple, rien que pour la lettre A :
- A première vue
- L'atelier du politique

On remarque d'ailleurs que les rediffusions de l'année conservent leur page mais gagnent un fanion.
Ainsi, pour les amateurs de radio croquignolette : L'atelier intérieur

6
Répondre en citant  
Eté de grandes conférences - le Mar 08 Juil 2014, 00:15

"nous visiteront Paris"
Disposons-nous à pardonner ce que nous considérerons comme une étourderie à l'auteur de la page de présentation du programme estival, probablement Philippe Garbit lui-même, étant donné la belle perspective que nous offre l'émission  "Grands écrivains, grandes conférences" dès aujourd'hui.
Le programme est ici : http://www.franceculture.fr/emission-grands-ecrivains-grandes-conferences-0

"Doublement littéraire : puisque nous passerons une heure chaque après-midi à [...]"
J'ai peut-être tort, et j'invite ceux d'entre les pointures de ce forum passés maîtres en grammaire à infirmer ou confirmer mon sentiment, mais il me semble que "puisque" et les deux points font double emploi.

Je m'acharne peut-être, mais j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour comprendre ceci : "Shakespeare-tel qu’il fut traduit, trahi, retraduit, bref lu et joué en France-Corneille [...]". Les tirets ne doivent-ils pas être longs et séparés de part et d'autre par des espaces ? Et cette occurrence n'est pas la seule du texte en question, qui malmène les incises entre tirets. D'ailleurs, pourquoi les tirets de façon systématique ? N'a-t-on pas, en français, de virgules jolies ?

Tombé-je de la lune pour ne pas saisir une possible allusion à une évidence ? "La quatrième semaine - du 28 juillet au 1er août - étudiera, via les écrivains, comme il se doit l’histoire de Paris". Pourquoi "comme il se doit", qui, en outre, n'est pas séparé du COD par une virgule ?

J'écouterai plusieurs de ces émissions, à défaut de toutes, mais j'espère ne pas entendre une autre fois "puis" ! Huit occurrences en onze lignes de texte, c'est trop pour moi !

Mais le contenu fleure bon, je me délecte à l'avance !

7
Répondre en citant  
Amateurisme plein pot sur la fréquence - le Mar 08 Juil 2014, 16:38

En ce moment même (16h15 au beffroi) si vous vouliez être médusés, il fallait écouter France Culture. Vous auriez pu entendre ceci : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/07/s28/NET_FC_2bdc836a-223d-4614-8db0-f696ebf0de8c.mp3" debut="10:40" fin="12:15"]
De quoi s'agit-il ? D'une émission musicale où, entre deux interprétations des chansons d'Antonio Carlos Jobim, une animatrice improvise maladroitement un commentaire ; ou bien elle lit laborieusement un texte qui n'a pas été écrit par des professionnels de la radio ni de la télé ni d'aucune discipline requiérant l'exercice de l'oral. Mais ce texte n'est pas mauvais, bien au contraire : dans les moments où il n'est pas hâché, il en devient même un peu trop littéraire. Au point qu'on pourrait le croire puisé dans l'ouvrage d'un journaliste moyen s'essayant à la rédaction d'une monographie de musique populaire. Après quelques minutes d'écoute, il semble que la prestation emprunte aux deux formules : il y a probablement des parties rédigées, et d'autres improvisées (celles qui sont farcies de clichés - le cliché est à la fois la roue de secours et le boulet de l'improvisateur pas doué).

Mais surtout, c'est affreusement mal lu et mal dit. Dans l'extrait mis ci-dessus en pastille d'écoute, on remarque outre une sur-interprétation du récit digne d'un débutant, un gentil massacre des noms étrangers (Maille Sdévisse pour Miles Davis, Jean Gilberto pour Joao Gilberto, Djerry Mullingan pour Gerry Mulligan et puis une floraison de silences parasitaires. Voila un bel exemple d'élocution erratique, d'ailleurs comment en faire reproche : lire ou improviser un texte à voix haute devant un micro, c'est un métier. Si la personne qui officie ne possède pas le métier, on ne s'étonne plus des fautes ni de ces silences récurrents qui signalent on ne sait trop quoi : la journaliste cherche un truc à piocher dans une  feuille parsemée de notes, ou alors en lisant une belle formule préparée elle rencontre un méchant saut de ligne (véritable obstacle pour les néo-lecteurs), ou bien un nom étranger aperçu de l'oeil droit pendant que la langue fourche sur le début de ligne, ou alors plus simplement, elle bute sur un mot difficile. Oui chers forumeurs là je sais que ça va être difficile à avaler : mais saperlotte qu'est-ce donc qu'un mot difficile ?

Alors voici : à France Culture radio d'élite, un mot difficile c'est soit un mot de plus de 12 lettres, soit un mot de plus de 4 syllabes : tel est le plafond de difficulté sur lequel viennent se fracasser les animateurs, producteurs, et même certains comédiens-lecteurs.
Il y a 50 ans, l'école primaire formait des personnes capables de lire à voix haute sans buter, sans ânonner, sans hésiter, y compris quand on tombait sur un mot inconnu. Aujourd'hui, l'enseignement supérieur produit des adultes qui n'en sont pas toujours capables, et c'est à ces personnes qu'on donne l'accès au micro. Cherchons l'erreur.

Devez-vous en conclure que "c'était mieux avant" ? Mais non voyons certainement pas. Vous seriez aussitôt taxé de nostalgique !

Je ne veux même pas savoir le nom de la personne qui présente ce numéro de "Continent musique"ah oui entre temps j'ai consulté la page de l'émission tout en continuant à écouter et ça ne s'est pas arrangé. J'ai seulement pu comprendre que c'était un robinet à musique, ce qui explique en partie le peu de soin accordé aux intermèdes de baratin.

8
Répondre en citant  
Une tranche du pire - le Jeu 10 Juil 2014, 00:03

@Nessie a écrit:En ce moment même (16h15 au beffroi) si vous vouliez être médusés, il fallait écouter France Culture. Vous auriez pu entendre ceci : [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/07/s28/NET_FC_2bdc836a-223d-4614-8db0-f696ebf0de8c.mp3" debut="10:40" fin="12:15"]
(...)
Mais surtout, c'est affreusement mal lu et mal dit. Dans l'extrait mis ci-dessus en pastille d'écoute, on remarque outre une sur-interprétation digne d'un débutant, un gentil massacre des noms étrangers (Maille Sdévisse, Jean Jilberto, Djerry Mullingan), et une floraison de silences parasitaires. Voila un bel exemple d'élocution erratique, d'ailleurs comment en faire reproche : lire ou improviser un texte à voix haute devant un micro, c'est un métier. Si ce métier n'est pas celui de la personne qui officie, on ne s'étonne plus des fautes ni de ces silences récurrents qui signalent on ne sait trop quoi : on cherche un truc à piocher dans le feuille parsemée de notes, ou alors en lisant une belle formule préparée on rencontre un méchant saut de ligne (véritable obstacle pour les néo-lecteurs), ou bien un nom étranger aperçu de l'oeil droit pendant que la langue fourche sur le début de ligne, ou alors plus simplement, la lectrice bute sur un mot difficile. Oui chers forumeurs là je sais que ça va être difficile à avaler.

Alors voici : à France Culture radio d'élite, un mot difficile c'est soit un mot de plus de 12 lettres, soit un mot de plus de 4 syllabes : tel est le plafond de difficulté sur lequel viennent se fracasser les animateurs, producteurs, et même certains comédiens-lecteurs.
Il y a 50 ans, l'école primaire formait des personnes capables de lire à voix haute sans buter, sans ânonner, sans hésiter, y compris quand on tombait sur un mot inconnu. Aujourd'hui, l'enseignement supérieur produit des adultes qui n'en sont pas toujours capables, et c'est à ces personnes qu'on donne l'accès au micro. Cherchons l'erreur. (...)

C'est affreux. Votre constat est on ne peut plus juste. Quand va-t-on faire appel à des personnes formées pour parler derrière un micro ? Cette séquence est à comparer avec le diptyque d'Alain Gerber sur le même sujet, diffusé à l'été 1998 sur France Musique : parfaite narration et texte de qualité.

9
Répondre en citant  
Re: 8 semaines de programme d'été en 2014 - le Jeu 10 Juil 2014, 10:37

@Philaunet a écrit:C'est affreux. Votre constat est on ne peut plus juste. Quand va-t-on faire appel à des personnes formées pour parler derrière un micro ? Cette séquence est à comparer avec le diptyque d'Alain Gerber sur le même sujet, diffusé à l'été 1998 sur France Musique : parfaite narration et texte de qualité.

Cette remarque me rappelle le départ forcé, en 2008, de producteurs d'émissions jazz de France Musique, parmi lesquels le très talentueux Alain Gerber, poussés vers la sortie avec l'inélégance qu'on sait, qualité qui ne semble pas avoir été perdue par la direction de FM ou de FC au fil des ans. Ces messieurs (A. Gerber, Philippe Carles, Claude Carrière et Jean Delmas) avaient été remerciés du fait de leur âge (65 ans environ). Non pas que FM ait perdu au change en la personne d'Alex Dutilh, par exemple, mais l'affaire avait également fait débat et remous. D'ailleurs, Alex Dutilh s'approche-t-il de l'âge fatidique où l'on n'est plus bon à rien à Radio France ? Je le crains...

10
Répondre en citant  
De Malherbe à Haydn... - le Lun 14 Juil 2014, 19:40

La troisième partie de Classique (2/5) : François Villon et Malherbe était consacrée à Malherbe où l'on entend de courtes présentations, très inspirées, précédées d'un « Monsieur le Ministre » (qui était donc celui qui assistait en 1955 à cette manifestation ? Évidemment pas Aurélie Filippetti...).

"Quatrième centenaire de la naissance de Malherbe" par Raymond Lebegue, Pierre Grosclaude et Tristan Klingsor / Première diffusion le 20/06/1955 sur la Chaîne Nationale
Et enfin Malherbe vint… !
Parler de Malherbe, en cette semaine « Classiques », c’est aussi parler de Boileau, de Racine, et même…de Verlaine ! et dire tout haut : l’horreur du laisser aller, le goût pour la clarté, la simplicité des beaux et larges mouvements oratoires….


Choix du dernier poème interprété et de la désannonce sur un concerto de Haydn (cf. plus bas) :  [son mp3="http://franceculture.fr/sites/default/files/sons/2014/07/s28/RF_2F86F957-67B3-4E12-A47E-AA1B3438C4B9_GENE.MP3" debut="54:57" fin="59:11"]

PS : Échange tous mes podcasts de DJAL et de Hors-Champs contre le nom de l'interprète de l'Allegro molto du concerto pour violoncelle et orchestre en ut majeur de Haydn qui conclut la séquence. Help, Philippe Garbit, help ! Bravo, excellent choix pour terminer ces envolées oratoires.

8 semaines de programme d'été en 2014     Page 1 sur 3

Haut de page ?   

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum