Forum des auditeurs passionnés et critiques de France Culture

france culturelongpont demainGoogle

Le forum des auditeurs critiques de France Culture

 


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

De l'image dans votre radio    Page 12 sur 13

Bas de page ?   

1
Répondre en citant  
De l'image dans votre radio - le Mar 21 Oct 2014, 14:38

Rappel du premier message :

La radio + l'image, qu'est-ce selon vous ?

Un luxe ?
Un idéal ?
De l'inutile ?
* * *

111
Répondre en citant  
La photo de famille - le Lun 05 Déc 2016, 05:34

Ping Pong, de Martin Quenehen et Mathilde Serrell, nous offre encore l'occasion d'alimenter ce fil en ouvrant la case Photos de famille de la recension des images en circulation sur le site de France Culture :



Copie d'écran de l'émission du 25 novembre 2016 : Béatrice Dalle & Abel Ferrara

Une écoute du premier quart d'heure de cette émission donne le vertige, la syncope, la nausée : Serrell commence par nous informer d'un documentaire consacré à l'acteur porno Rocco Siffredi (l'on y cause notamment de « petite chatte mouillée »), Abel Ferrara, ivre ou feignant de l'être, chahute le traducteur, et un enfant (celui de la photo sans doute) a tout l'air de courir dans le studio. Cette station a perdu les pédales.

112
Répondre en citant  
Re: De l'image dans votre radio - le Mar 06 Déc 2016, 11:36

Nessie(http://www.regardfc.com/t681p110-de-l-image-dans-votre-radio#19612) a écrit:La radio + l'image, qu'est-ce selon vous ?

Un luxe ?
Un idéal ?
De l'inutile ?

Ben, c'est la télévision…

113
Répondre en citant  
lire une image vs poster une photo - le Sam 17 Déc 2016, 12:58

Jean-Luuc(http://www.regardfc.com/t681p100-de-l-image-dans-votre-radio#26559) a écrit:Nouveau cas particulier de photos sur le site de France Culture : La photographie bancale, au sens propre du terme. Située à mi-chemin entre le format paysage (horizontal) et le format portrait (vertical), cette esthétique photographique est pour l'heure uniquement pratiquée par Virginie Mourthé, dont vous pouvez voir un montage ci-dessous :



Les photographies sont issues des Nuits rêvées de France Culture, avec de gauche à droite : Noël Véry (24 janvier 2016), Jean-Philippe Guérand (17 janvier 2016) et Valérie Jouve (31 janvier 2016).

Suite logique de la photo de traviole, la photo basculée ou la photo de guingois, tirée de la page Internet de l'émission Sur la route par Julie Gacon : Sur la route des « foulards noirs » (17 décembre 2016) :



Décidément, poster une photo sur le site de France Culture n'est pas à la portée du premier venu. Quand il faut choisir le sens de lecture d'une image de format carré parmi quatre possibilités, les cerveaux fument, et après concertation, cochent parfois la mauvaise case. Un coup de fil à un ami ou l'avis du public auraient pourtant été si simples.

Quel dommage de passer à côté de cette belle mise en scène :



N.B. : Merci à l'oeil de lynx qui m'a soufflé ce nouveau cas d'images en circulation sur le site de France Culture.

114
Répondre en citant  
L'exception culturelle - le Mer 15 Mar 2017, 07:20

Un tel manque de professionnalisme est-il pensable sur une autre radio nationale que France Culture ? Les avis de fred de rouen (coutumier de la RTS), de Philaunet (des radios allemandes et de la BBC entre autres), de Yann Sancartorze (de la NPR) et sans doute d'autres contributeurs (que je prie de bien vouloir m'excuser) nous permettraient de savoir si la chaine de l'actualité culturelle et politique (résultat de Google) est la seule à prendre indirectement à témoin l'invité et l'internaute des luttes sociales en cours auprès de son employeur, à l'intérieur de ses photographies.  


Eric Hoppenot sur la page des Chemins de la philosophie (02 mars 2017). Le cas de cette photo n'est pas isolé.

115
Répondre en citant  
Clip de France Culture - le Sam 22 Avr 2017, 00:59

À la suite du message écrit par Yann Sancartorze (Encore les chiffres d'audience, 20.04.2017), j'ai découvert cette page Internet sur le site de la chaîne: « France Culture, l'esprit d'ouverture » : une nouvelle signature dans laquelle une vidéo, depuis inaccessible (mais repostée ici-même) promeut la nouvelle signature de la station.

Quel rapport y a-t-il entre Houellebecq et le capitaine Haddock ? Entre la neuvième Symphonie de Beethoven et les chants Inuits ? L’élection de Donald Trump et Bob Dylan ? Entre un civet de lapin et Heidegger ? Tous ces sujets ont en commun d’être passionnants pourvu qu’on y consacre le temps nécessaire. On peut appeler cela la culture. Appelons cela du temps riche, du temps pas perdu, ça fait moins prétentieux. À France Culture ce temps pas perdu, on en a fait un service public. Parler de tout sans œillères, sans tabous, avec pour seules limites, l’état du savoir aujourd’hui. Car l’ennemi de la vérité, ce n’est pas le mensonge, mais la certitude. En ces temps où l’entertainment prend le pas sur l’essentiel, où l’on prétend rire de tout, France Culture a l’ambition de réfléchir de tout, de rendre tout passionnant, avec ce sens du récit qui fait qu’on reste dans sa voiture pour entendre la suite. Oui, l’ouverture d’esprit, l’ouverture à toutes les cultures, l’ouverture au monde qui vient doivent être notre gymnastique quotidienne. France Culture, l’esprit d’ouverture.

Texte, images, montage, la nouvelle publicité de France Culture est un tissu d’âneries. 54 plans entrecoupés de trois cartons de texte et de deux logos de la chaîne pour 1 minute 09 de clip, n’en jetez plus. Voyons la finesse de l’objet (larmes séchées) :

À la 3e seconde, la cohérence de « l'identité graphique » se fait jour  : une image trafiquée du capitaine Haddock fait écho à la clé à sardines qui sert d’illustration au nouveau slogan : c'est bien vu.



Avant d'aller plus loin : notons que Houellebecq n’a pas droit à son portrait mais juste à l'écriture de son patronyme. Pas assez photogénique pour France Culture ? Droits d'image prohibitifs ? Idem pour Trump remplacé par son slogan pompé à la manière de l’original, lequel est superposé au drapeau des États-Unis (manque plus qu'une carte géographique derrière pour être bien sûr qu'il s'agit du nouveau président américain). Bob Dylan qui hier avait droit à une médaille du Nobel en guise d’illustration est remplacé aujourd’hui par une guitare. Et demain, un micro ? (en effet, le clip supprimé puis remis en ligne a subi quelques modifications, que je ne saurais retrouver dans le détail)

La suite ? Pas un pouce d’écart entre ce qui est dit et ce qui est montré. L’intelligence du visionneur est laissée au repos, ouf. Alors rigolons un peu. À la 18e seconde, l’on entend : On peut appeler cela la culture et sur le mot culture l’on voit : un gosse prêt à gober une bonne fourchette de nouilles. L’élégance à la française quoi.



À la 21e, l’on entend : appelons cela du temps du temps riche et l’on voit : un gugusse dansant un casque sur les oreilles au beau milieu d’une route déserte la nuit tombée. La transgression d’accord, mais est-ce bien prudent de se balader ainsi jeune homme ?



À la 23e, l’on entend : [appelons cela] du temps pas perdu. Vous croyiez à une grossière allusion proustienne ? Perdu, c’est une horloge de dessin animé qu’on vous fourre dans la poire.



À la 24e, l’on entend : ça fait moins prétentieux et l’on voit : trois sportifs aussi contents l’un que l’autre d’avoir gagné une médaille. Ainsi la culture serait accessible même aux athlètes ?



À la 29e, l’on entend : Parler de tout et sur cette portion de mots, l’on voit : trois coquettes jeunes femmes avec tasses de café américain, sacs de courses, en mini-jupes, sur un banc de jardin public. Je me rebiffe : non, les femmes ne font pas que bavasser (elles se recoiffent aussi).



La suite est à l’avenant. À la 30e seconde, l’on entend : sans œillères, et l’on voit : une reproduction gravée du Colin-maillard de Jean-Honoré Fragonard (1750), avec un plan rapproché de l’œuvre sur les yeux certes, mais également sur une partie de la gorge offerte au spectateur.



Une parfaite transition pour le plan suivant, accompagné par ces mots : sans tabous. C’est L’origine du monde, de Gustave Courbet (1866). France Culture n’a peur de rien, qu’on se le tienne pour dit. Notons que le recouvrement par bande noire n'est pas sans rappeler celui qui avait surmonté les seins, fesses et sexe des Trois Grâces, oeuvre de Cranach (1531) censurée sur la publicité du journal Le Monde à Abou Dhabi en 2011.



À la 34e, l’on entend : avec pour seules limites, l’état du savoir aujourd’hui : et l’on voit : les immuables clichés rapportés à la nouvelle technologie. Le/a chercheur/chercheuse dans son laboratoire ne fait pas vibrer les communiquants.



Soufflons un peu à la 40e seconde pour un plan qu’il m’a fallu regarder à trois reprises pour le comprendre : un homme à contre-jour pianote sur un clavier. Pas d’un ordinateur, mais d’un piano ou d’un synthétiseur ou d’autre chose, on ne sait, le premier plan bouche tout…



À la 41e seconde, attention, l’heure est grave : l’on entend : en ces temps où l’entertainment prend le pas sur l’essentiel, et l’on voit : un homme accoudé, la mine pensive dans une chambre obombrée remplie de grosses peluches (mais où vont-ils chercher ces images ?) Il se demande : L'entertainment... l'entertainement... j'ai déjà entendu ça quelque part, mais où ?



Je passe sur les secondes suivantes pour arriver à cette pub pour le centre Pompidou où aurait dû avoir lieu (comme l’année dernière) le week-end « Imagine » de la chaîne. Sur cette photographie, l’on entend pile mot passionnant (prononcé par la voix off).



À la minute, l’on voit encore un enfant danser, un casque sur les oreilles (à moins qu’il n’écoute un podcast des Chemins de la philosophie).



À 1’02’’, avant le logo final, la dernière image du clip offre une image de l'auditoire tel qu'il est perçu par la chaîne :



Voilà comment l'argent destiné au service public est jeté par les fenêtres.

N.B. : Je laisse à d'autres le soin de commenter le texte.

116
Répondre en citant  
Re: De l'image dans votre radio - le Lun 19 Juin 2017, 16:04

"Les sciences du comportement parlent du moment le plus essentiel qui préside à l'amour : la phase d'attirance et de séduction."



Le Figaro Madame ? Elle ? Marie Claire ?

Non... le portail de France Culture.

117
Répondre en citant  
''Transformer la radio en télé'' - le Sam 01 Juil 2017, 14:35

Soit ce courrier au service du médiateur : NON A LA VIDÉO À LA RADIO
Fan Radio 30/06/2017 16:26 Radio France

"la radio c'est la magie du son. c'est la liberté de laisser son esprit imaginer et réfléchir aux sons qu'on entend. Cette manie déplorable de vouloir transformer la radio en télé est inique.
J'espère que jamais France Culture ne deviendra un radio filmée car cela n'apporte absolument rien, au contraire cela enlève une chose essentielle qui n'appartient qu'à la radio : l'imagination sans images.
"

Soit la réponse de l'employé  :

"Votre position peut se comprendre, tant il est vrai que la radio est la magie du son. Toutefois, dans l’ère du « média global », il n’est plus possible de faire abstraction de l’image. Un exemple qui concerne le médiateur… Nous avons posté sur Facebook le « Rendez-vous du médiateur » de mercredi dernier (France Culture) qui recevait Alain Finkielkraut. Cette séquence audio a suscité un intérêt limité sur le réseau social. Le lendemain, nous avons posté la version enregistrée en vidéo. Cette fois, nous avons plus que doublé le nombre d’internautes intéressés. Comme vous pouvez le constater, l’impact est plus important.

Mais, chacun est libre d’apprécier ou non. Et vous pouvez toujours continuer d’écouter vos émissions préférées uniquement en version audio.
"

L'auditeur parle de "transformer la radio en télé" et de la nature du média, l'employé répond en son nom propre en évoquant sa séquence et défendant la vidéo par l'arithmétique (discutable, car il est normal qu'il y ait plus de monde intéressé le lendemain, vu le bruit qu'a fait le sujet).

Un producteur ou un intervenant qui se savent filmés ne se comportent pas au micro de la même façon que lorsque seules leurs voix sont diffusées.

La version audio d'une séquence vidéo est une partie d'un produit global dont les deux composantes (le visuel et le son) interagissent. Ce n'est pas de la radio.

Le cinéma muet a été un genre spécifique avec tous ses codes de communication, il garde toute sa noblesse. Que penserait-on de quelqu'un qui répondrait à l'amateur de cinéma muet qu'il n'a qu'à éteindre le son des films parlants ?

118
Répondre en citant  
Re: De l'image dans votre radio - le Sam 01 Juil 2017, 20:09

Evidemment, et si le médiateur connaissait son métier, il irait voir ailleurs ce qui se fait, notamment sur FB. Comment font d'autres radios pour mettre en valeur tel ou tel passage d'une émission que l'on souhaite porter à l'attention des auditeurs? C'est tout simple : une image fixe sur laquelle on ajouter une courbe oscillante du son en train de passer, et on ajoute des sous-titres, c'est efficace, tout simple et ne trahit pas la valeur du langage sonore et radiophonique dont les producteurs font leur métier. Cela donne ceci :








Pour cela, il aurait fallu que le journaliste de France Info que l'on a installé dans le bureau de la médiation puisse explorer ce qui se fait ailleurs, au lieu d'inventer spontanément des arguments pour donner tort aux auditeurs.

119
Répondre en citant  
Re: De l'image dans votre radio - le Dim 02 Juil 2017, 08:42

Yann Sancatorze(http://www.regardfc.com/t681p110-de-l-image-dans-votre-radio#28414) a écrit:Evidemment, et si le médiateur connaissait son métier, il irait voir ailleurs ce qui se fait, notamment sur FB. Comment font d'autres radios pour mettre en valeur tel ou tel passage d'une émission que l'on souhaite porter à l'attention des auditeurs? C'est tout simple : une image fixe sur laquelle on ajouter une courbe oscillante du son en train de passer, et on ajoute des sous-titres, c'est efficace, tout simple et ne trahit pas la valeur du langage sonore et radiophonique dont les producteurs font leur métier.  Cela donne ceci : (...)
Merci pour le suivi de cette question. Je suis allé voir la page fb de The Today Programme et y ai vu une majorité de séquences filmées en studio (ce que font désormais toutes les radios généralistes publiques et privées françaises, FC y compris, pour les débats politiques) et peu d'images fixes avec un pseudo sonogramme des voix diffusées, comme vous le donnez en exemple. À la différence de France Culture et ses sous-titres déroulés, la BBC propose des sous-titres classiques, sans doute pour les sourds et malentendants (ainsi que pour ceux qui enseignent ou apprennent l'anglais).

Jean-Luuc nous avait fourni un exemple édifiant d'une pratique semblant s'adresser à des enfants qui apprennent à lire, c'était le 26 avril dernier dans le post Prédiction : encore plus de pubs à venir pour subventionner la nouvelle ère des podcasts. Ce déroulé de mots prend littéralement les auditeurs pour des abrutis.

Finalement, je ne crois pas qu'il faille s'alarmer tant que ça de la vidéo, vu qu'elle est utilisée brièvement pour montrer des échanges sur l'actualité politico-sociale ou des débats d'opinion, rien qui n'ait à voir avec la culture qui nous intéresse.

D'ailleurs, les radios culturelles pur sucre, telles les 2e chaînes régionales d'ARD en Allemagne, n'y ont jamais recours. Par exemple, SWR 2, je l'ai signalé à de multiples reprises, propose une transcription complète en pdf de plusieurs émissions haut de gamme et, si le sujet s'y prête, met à disposition sur la page d'accueil un reportage audiovisuel conçu comme complément.

C'est d'ailleurs ce que fait France Musique : dans nombre de pages descriptives d'émissions sont insérées des vidéos d'extrait de concert ou d'interviews qui complètent, sans s'y substituer aucunement, les émissions audio (cf. la remarquable série des Grands entretiens avec Denis Raisin Dadre, ici Denis Raisin Dadre, Doulce Mémoire est né ! (3/5), ou encore l'émission Sacrées Musiques de Benjamin François).



120
Répondre en citant  
On s'est mis au goût du jour - le Dim 02 Juil 2017, 16:44

Allez savoir, peut-être lit-on ce forum en haut lieu?




C'est vrai que l'image en elle-même n'est pas nuisible, et à l'usage, on finit par ne regarder que les sous-titres au lieu des locuteurs (par paresse, le plus souvent, quand on n'active pas le son de la vidéo, désactivé par défaut sur FB). Chez d'autres radios généralistes, on se sert souvent de la vidéo comme moment-révélateur, quand on a mis un homme politique en difficulté, quand une petite phrase malheureuse a été prononcée etc. C'est le moyen le plus efficace d'être vu, écouté et relayé. On peut penser que France Culture ne tombera que rarement dans ce travers car les invités sont souvent sélectionnés par proximité avec la pensée dominante de la station, ils accompagnent et illustrent un argumentaire. Quand une personnalité "adversaire" est invitée à l'antenne, les journalistes d'actualité sont tellement mal préparés que cela ne donne jamais rien d'utile à la rediffusion.

121
Répondre en citant  
''Ta tête a les attitudes / De l'énigme et du secret'' (Chanson d'après-midi, Baudelaire) - le Mar 29 Aoû 2017, 23:33

Dans la troisième page des archives des Nuits, "Jean Montalbetti explore les liens entre le poète Charles Baudelaire et la capitale". On le voit bien, il n'y en a plus...



Ce n'est pas drôle; c'est l'image de la rentrée. Pauvre auditeur cherchant un peu de savoir et de curiosité intellectuelle, j'explore les liens entre la station et la culture. On le voit bien depuis deux jours, il n'y en a plus...

De l'image dans votre radio     Page 12 sur 13

Haut de page ?   

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Accueil / France Culture

Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum